Dans les médias

Mon agenda prévisionnel de la semaine – Du 22 au 28 septembre 2014

Catégorie : Actualité,Agenda hebdomadaire,Europe / International,Voyages et déplacements | Par pierre.moscovici | 22/09/2014 à 12:25

Je vous invite à consulter ci-dessous mon agenda hebdomadaire, du 22 au 28 septembre.

 -

Agenda prévisionnel de Pierre MOSCOVICI

Du lundi 22 au dimanche 28 septembre 2014

 -

 -

Lundi 22 septembre : Déplacement à Bruxelles

14h00 : Entretien avec M. Burkhard BALZ, Député européen allemand, membre du Groupe du Parti populaire européen (PPE) et de la Commission des affaires économiques et monétaires.

14h30 : Entretien avec Mme Danuta Maria HÜBNER, Députée européenne polonaise, membre du Groupe du Parti populaire européen (PPE), Présidente de la Commission des affaires constitutionnelles et membre de la Commission des affaires économiques et monétaires, ancienne Commissaire européenne chargée de la politique régionale.

16h45 : Rencontre avec la presse allemande.

-

Mardi 23 septembre :

19h00 : Cérémonie de remise de l’Ordre national du Mérite à M. Luc BROUSSY par Mme Marisol TOURAINE, Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes – Ministère des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes.

22h00 : Invité de l’émission « Quest means Business » sur CNN.

-

Mercredi 24 septembre : Déplacement à Bruxelles.

07h50 : Invité de l’émission « Les 4 vérités » – France 2

11h00 : Réunion des députés du Groupe socialiste, républicain, citoyen et divers gauche (SRC) – Assemblée nationale.

12h30 : Déjeuner à la résidence du Délégué général du Québec avec M. Jean CHAREST, ancien Premier ministre du Québec.

Après-midi : Entretiens au Parlement européen et réunions de travail à la Commission européenne.

-

Jeudi 25 septembre : Déplacement à Bruxelles.

Journée : Entretiens au Parlement européen et réunions de travail à la Commission européenne.

-

Vendredi 26 septembre : Déplacement dans la 4e circonscription du Doubs.

-

Samedi 27 septembre : Déplacement dans la 4e circonscription du Doubs.

-

Dimanche 28 septembre : Elections sénatoriales – Doubs.


Mon interview par le Financial Times « I’ve got a duty of objectivity »

Catégorie : Actualité,Europe / International | Par pierre.moscovici | 17/09/2014 à 21:09

Je vous invite à lire ci-dessous l’article publié aujourd’hui dans le Financial Times suite à mon interview par le quotidien économique britannique.

-

“I’ve got a duty of objectivity”

 

By Peter Spiegel in Brussels

-

If Pierre Moscovici harbours any resentment for the intense campaign waged by the German government against his candidacy for the EU’s top economic job, he certainly does not show it.

“One thing was clear to me, and that was there was nothing personal,” said the former French finance minister of Berlin’s lobbying effort. This included the very public musing by Germany’s Wolfgang Schäuble, his one-time counterpart, about whether France deserved the post given Paris’ multiyear breach of EU deficit limits.

It was legitimate, the way that those questions were raised in the German public debate. It’s also necessary now that we move forward.

“I imagine he wondered – and other people in Germany, too – whether this job should be given to a Frenchman due to the situation in France,” Mr Moscovici said. “It was legitimate, the way that those questions were raised in the German public debate. It’s also necessary now that we move forward.”

Just how Mr Moscovici moves forward as the EU’s new economic affairs commissioner will be one of the most intensely scrutinised questions facing Jean-Claude Juncker’s incoming European Commission when it takes office in November.

Mr Moscovici will have to pass judgment on a French budget he presided over less than six months ago. On the day he was named to the EU post last week his successor announced that Paris would exceed the EU’s deficit limits again next year, despite promising to get below the ceiling of 3 per cent of economic output.

Mr Moscovici also becomes the central player in a debate that threatens to divide the common currency’s north from south in ways not seen since the height of the eurozone crisis: whether Brussels should loosen its tough fiscal rules to spur growth.

In an interview with the Financial Times, Mr Moscovici insisted that while he would not check his nationality or his centre-left politics at the door, he vowed to be as tough on France as any other country, saying the EU’s existing fiscal rules would be his guidepost.

Flexibility is not indulgence, flexibility is not complacency, flexibility is not weakness.

“We’re not obliged to apply the rules stupidly or rigidly,” Mr Moscovici said. “We can have a dose, a certain dose of flexibility. But flexibility is not indulgence, flexibility is not complacency, flexibility is not weakness. Flexibility cannot be applied to one single country due to one single status.”

At the same time, Mr Moscovici said he supported President François Hollande’s current budget plans – as a still-sitting French MP, he was preparing to back the government in a confidence vote on Tuesday – though he insisted that would not cloud his objectivity when the new budget is presented for the official European Commission evaluation next month.

“Those reforms – which lead as well to cuts in public expenditure and help a pro-business attitude and structural reforms – have to be made,” he said. “Are they sufficient? The commissioner will have to estimate that. But it’s better than nothing.”

Officials close to Mr Juncker said even though Mr Hollande lobbied hard for Mr Moscovici to get the post, the ultimate decision was part of a broader “Nixon to China” strategy in which several commissioners may be forced to take tough stances against their home countries’ interest, including Britain’s Lord Hill in the financial services portfolio and Germany’s Günther Oettinger overseeing internet regulation.

At a news conference announcing his new commission, Mr Juncker hinted at that strategy, noting that Mr Moscovici would be “well-placed” to explain the “substance, the justification” of EU budget decisions to the French public.

I’ve got a duty of objectivity.

“If I was too indulgent or complacent to France, my credibility and the credibility of the commission would be immediately ruined,” Mr Moscovici said. “This is something I must absolutely avoid, and I will avoid. That doesn’t mean I have a duty of ingratitude; that is not the point. But I’ve got a duty of objectivity.”

Despite Mr Moscovici’s promises, Mr Juncker has decided to give two former prime ministers with reputations for fiscal discipline – Finland’s Jyrki Katainen and Latvia’s Valdis Dombrovskis – vice-president slots with responsibility for overseeing economic policy.

Many in Brussels view the move as a way for two allies of Mr Schäuble, who has resisted any loosening of EU budget rules, to box in the Frenchman.

While Mr Moscovici acknowledges the three men may disagree on policy, he said he was unconcerned by the new structure, adding that Mr Juncker has already moved to pre-empt internecine disputes by tasking the trio to jointly produce a paper on the new commission’s view on what “flexibility” in the existing budget rules really means.

When you are the commission, you must have the commission language.

“To me, one thing is clear: We cannot fight against each other,” he said. “There can’t be bureaucratic competition. We have to have the same language. We will have the same language. You cannot have a conservative language and a progressive language about that. When you are the commission, you must have the commission language.”


Programme de mon déplacement aujourd’hui au Parlement européen à Strasbourg

Catégorie : Actualité,Europe / International,Voyages et déplacements | Par pierre.moscovici | 17/09/2014 à 9:03

Je suis aujourd’hui à Strasbourg, dans le cadre de la session plénière du Parlement européen. Je m’entretiendrai avec des parlementaires européens, notamment membres de la Commission des Affaires économiques et monétaires (ECON). La préparation de mon audition devant la Commission ECON du Parlement européen ainsi que les orientations de la prochaine Commission européenne seront au cœur de mes échanges de la journée.

Voici le programme de ce déplacement :

Déplacement de Pierre MOSCOVICI à Strasbourg

Mercredi 17 septembre 2014

-

10h15 : Entretien avec Mme Sylvie GOULARD, Députée européenne française, membre du Groupe Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe (ADLE).

11h00 : Entretien avec Mme Françoise GROSSETÊTE, Députée européenne française, Vice-Présidente du Groupe du Parti populaire européen (PPE).

11h30 : Entretien avec Mme Pervenche BERES, Députée européenne française, membre du Groupe de l’Alliance Progressiste des Socialistes et Démocrates (S&D), Présidente de la délégation socialiste française au Parlement européen.

12h00 : Point presse.

13h00 : Déjeuner avec la délégation socialiste française au Parlement européen.

14h30 : Entretien avec M. Werner LANGEN, Député européen allemand, membre du Groupe du Parti populaire européen (PPE).

15h00 : Entretien avec M. Philippe LAMBERTS, Député européen belge, Coprésident du Groupe des Verts/Alliance libre européenne, et avec M. Sven GIEGOLD, Député européen allemand, membre du Groupe des Verts/Alliance libre européenne.

16h00 : Entretien avec M. Othmar KARAS, Député européen autrichien, membre du Groupe du Parti populaire européen (PPE).

16h30 : Entretien avec M. Olli REHN, Député européen finlandais, Vice-président du Parlement européen, membre du Groupe Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe (ADLE).

17h15 : Entretien avec M. Markus FERBER, Député européen allemand, Vice-Président de la Commission des affaires économiques et monétaires, membre du Groupe du Parti populaire européen (PPE).

18h15 : Entretien avec Mme Elisa FERREIRA, Députée européenne portugaise, membre du Groupe de l’Alliance Progressiste des Socialistes et Démocrates (S&D).

19h00 : Entretien avec Mme Kay SWIBURNE, Députée européenne britannique, membre du Groupe des Conservateurs et Réformistes européens.


Invité de la matinale de France Inter

Catégorie : Actualité,Politique,Vidéos | Par pierre.moscovici | 16/09/2014 à 10:35

J’ai répondu ce matin aux questions de Patrick Cohen et des auditeurs dans le 7/9 sur France Inter. Projet européen, priorités de la prochaine Commission européenne, croissance et emploi, réformes françaises, vote de confiance du Gouvernement : autant de sujets pour lesquels je livre mes convictions et mes engagements.

Interview par Patrick Cohen :

« Le cap réformiste est nécessaire… par franceinter

-

Réponses aux auditeurs dans Interactiv’ :

 » Du jour où je serai totalement commissaire… par franceinter


Mon agenda prévisionnel de la semaine – Du 15 au 19 septembre

Catégorie : Actualité,Agenda hebdomadaire,Europe / International,Voyages et déplacements | Par pierre.moscovici | 15/09/2014 à 19:46

Retrouvez ci-dessous mon agenda prévisionnel de cette semaine, du 15 au 19 septembre, entre Paris, Bruxelles et Strasbourg.

 

Agenda prévisionnel de Pierre MOSCOVICI

Du lundi 15 au vendredi 19 septembre 2014

-

Lundi 15 septembre : Déplacement à Bruxelles.

13h15 : Entretien avec M. Marco BUTI, Directeur général de la DG Affaires économiques et financières de la Commission européenne.

14h30 : Entretien avec M. Heinz ZOUREK, Directeur général de la DG Fiscalité et Union douanière de la Commission européenne.

17h30 : Rencontre avec la Direction de la DG Affaires économiques et financières de la Commission européenne.

-

Mardi 16 septembre :

8h20 : Invité du 7/9 de Patrick Cohen sur France Inter.

10h00 : Séminaire de rentrée du Groupe socialiste, républicain, citoyen (SRC) – Assemblée nationale.

13h00 : Entretien avec M. Christophe DE MARGERIE, Président-directeur général de Total.

15h00 : Débat sur la déclaration de politique générale du Gouvernement et vote solennel – Assemblée nationale.

-

Mercredi 17 septembre : Déplacement à Strasbourg dans le cadre de la session parlementaire.

Journée : Entretiens au Parlement européen à Strasbourg.

-

Jeudi 18 septembre :

18h00 : Remise des insignes d’Officier de l’Ordre national du Mérite à Mme Catherine GARRETA, Directrice exécutive en charge des relations extérieures et des partenariats à l’Agence française de développement.

-


Mon interview dans l’émission « 500 Millions d’Européens » sur BFM Business

Catégorie : Actualité,Europe / International | Par pierre.moscovici | 15/09/2014 à 12:36
Commentaires fermés

Mon interview dans l’émission « 500 Millions d’Européens » ce weekend sur BFM Business est à réécouter en suivant ce lien :

http://bfmbusiness.bfmtv.com/mediaplayer/audio/bfm-500-millions-d-europacens-1309-94583.html


Mon interview dans l’émisison Le Grand Rendez-Vous sur Europe 1, iTélé, Le Monde

Catégorie : Actualité,Europe / International,Politique,Vidéos | Par pierre.moscovici | 15/09/2014 à 10:08

J’étais hier l’invité de l’émission Le Grand Rendez-Vous sur Europe 1, iTélé, Le Monde. J’ai répondu aux questions d’Arnaud Leparmentier, de Michael Darmon, et de Jean-Pierre Elkabbach sur l’actualité française, européenne, et internationale. Je me suis exprimé sur ma vision du rôle de la Commission européenne et sur la priorité donnée à la croissance, à l’emploi, et à l’investissement pour ces 5 prochaines années.

A voir ci-dessous, les trois parties de mon interview en vidéo :

Partie 1/3 :

P.Moscovici « frappé par l’horreur de l’Etat islamique » – Le Grand Rendez-Vous

 

Partie 2/3 :

P.Moscovici souhaite lutter contre la fraude fiscale – Le Grand Rendez-Vous

 

Partie 3/3 :

P.Moscovici « viscéralement attaché à l’amitié franco-allemande » – Le Grand Rendez-Vous

 


Entretien dans l’Est Républicain

Catégorie : Actualité,Europe / International | Par pierre.moscovici | 11/09/2014 à 16:19

Retrouvez ci-dessous des extraits de mon entretien paru aujourd’hui dans le quotidien régional L’Est Républicain :

L’Est Républicain : Votre nomination comme commissaire européen à l’Economie ce mercredi intervient au moment où la France prévoit un nouveau dérapage de ses déficits publics à 4,4%de son PIB en 2014… Abordez-vous vos fonctions par un rappel à l’ordre à votre pays ?

Il y a des règles et en toute hypothèse, la France devra s’y conformer.

Il y a une situation qu’il va falloir examiner, il y a des règles et en toute hypothèse, la France devra s’y conformer. Elle n’entend d’ailleurs pas s’y dérober, j’ai noté sa volonté de tenir ses engagements en matière de réduction des dépenses. C’est une question de crédibilité pour la Commission, pour la France et pour moi-même. C’est décisif.

[...]

Fruit de longues tractations, votre nomination est-elle un moyen, pour la France, d’assouplir la doctrine « austéritaire » de l’Europe ?

La tâche essentielle de la nouvelle Commission sera de réconcilier les citoyens avec le projet européen, en étant capable de créer plus de croissance et plus d’emploi.

Quand on devient commissaire européen, on reste français ; je le suis et j’en suis fier. On conserve ses convictions ; je reste socialiste. Mais on devient le défenseur de l’intérêt général européen. C’est ce qui me guide. Ne raisonnons pas avec des grilles trop traditionnelles de la politique. Ce qui m’importe, c’est qu’après avoir lutté durant cinq ans contre la crise financière, l’Europe passe à une nouvelle phase de dynamique et de croissance. La tâche essentielle de la nouvelle Commission, dont vous aurez noté qu’elle est elle-même très politique, sera de réconcilier les citoyens avec le projet européen, en étant capable de créer plus de croissance et plus d’emploi.

[...]

Avec quels moyens comptez-vous y parvenir ?
L’insuffisance de l’Europe, c’est un défaut d’investissement. C’est la raison pour laquelle le président Jean-Claude Juncker a proposé un plan d’investissements de 300 milliards d’euros sur trois ans.

Que peut-on en attendre du sommet de la croissance prévu début octobre ?
Il importe que cette finalité soit partagée par tous les chefs d’État et de gouvernement. Ils auront à en débattre, la Commission fera des propositions.

Votre nomination met-elle définitivement un terme à votre vie politique en France ?

Je deviens à ce jour pleinement commissaire européen, totalement commissaire européen.

Quand je prendrai mes fonctions à la Commission, j’aurai plus de vingt ans de vie parlementaire derrière moi. J’ai été ministre durant sept ans, ma vie politique en France aura été riche. J’ai aussi dirigé une collectivité locale, la communauté d’agglomération du pays de Montbéliard, et cette expérience me sera très utile. J’aurai 57 ans mardi prochain ; dire jamais n’a pas de sens mais je deviens à ce jour pleinement commissaire européen, totalement commissaire européen. Ce n’est pas un renoncement à la politique, c’est continuer à faire de la politique autrement, à un autre niveau, avec un rôle et des pouvoirs différents.

Recueilli par Nicolas BASTUCK

L’intégralité de cette interview est à retrouver en édition papier de ce jour de l’Est Républicain et à cette adresse (édition abonnés) : http://www.estrepublicain.fr/actualite/2014/09/11/la-france-devra-se-conformer-aux-regles