Catastrophe naturelle

A la Petite Hollande, durement touchée! La responsable d’Habitat 25 explique les difficultés que les organismes logeurs vont rencontrer et demande le classement en Catastrophe Naturelle.

Je veux marquer ma solidarité avec tous ceux, nombreux, qui ont été touchés par le violent orage de grêle tombé sur le Pays de Montbéliard mercredi soir. Dès que j’ai appris la nouvelle, j’ai annulé un voyage à Istanbul, prévu de longue date, pour me rendre sur place. L’ampleur des dégâts est considérable : ils concernent aussi bien les édifices publics, l’économie – l’usine PSA a été durement frappé – que les particuliers – habitations et véhicules. Je veux dire mon admiration à tous ceux qui ont agi pour faire face à cet événement, à commencer par les services de l’Etat, les élus des communes, grandes et petites, les agents municipaux, ceux de la CAPM, avec une mention spéciale pour les pompiers.

Je veux dire mon admiration à tous ceux qui ont agi pour faire face à cet événement

J’ai passé la journée d’hier aux côtés du maire de Montbéliard, Jacques Hélias, du sénateur-maire d’Audincourt, Martial Bourquin, du nouveau Préfet de Région, Nacer Meddah, du sous-préfet, Serge Gouteyron. Ensemble, nous avons parcouru la ville de Montbéliard, dans ses différents quartiers, puis sommes allés sur le site de PSA. J’ai ensuite, en ma qualité de Président de la CAPM, rendu visite aux maires de Bart, Courcelles, Grand-Charmont et Etupes. Sur le terrain, j’ai acquis la conviction que ce phénomène météorologique violent et inédit méritait une juste indemnisation. La procédure dite de « catastrophe naturelle » permet de mieux venir en aide à ceux qui sont peu ou mal assurés – les plus démunis, évidemment – en réduisant les franchises dues.

La procédure dite de « catastrophe naturelle » permet de mieux venir en aide à ceux qui sont peu ou mal assurés (…). J’ai donc plaidé pour qu’un arrêté soit pris en ce sens

J’ai donc plaidé, avec mes collègues élus, pour qu’un arrêté soit pris en ce sens. C’est la souhait de la quasi-totalité des maires de l’agglomération, c’est aussi celui d’une grande partie de la population. Je me réjouis d’avoir senti le Préfet sensible à cette demande, et remercie le Ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux, de l’oreille attentive qu’il m’a accordée lors d’un entretien téléphonique. Je continuerai, bien sûr, à militer en ce sens.

2 réflexions au sujet de « Catastrophe naturelle »

  1. Oui….. sauf si les deniers de l'état vont (aussi -et surtout!) dans des poches de gens – ou d'organismes qui avaient les moyens de s'assurer. Sous couvert d'aide aux plus démunis, j'espère qu'on ne défend pas de ces vautours.
    Attention, soyez vigilants, voyez bien qui -vraiment- profiterait de cet argent public, qui est aussi le notre.

  2. C'est un vieux pro du sujet qui te parle.
    Nous vivons dans un pays organisé où les lois conduisent à des indemnisations de qualité sauf pour les locataires démunis qui souvent passent à coté des obligations légales – on est là dans le domaine social et il faut mettre l'accent dessus
    Quand pareil horreur se produit dans un pays sans structures opérationnelles, on peut mesurer le drame, Algérie, Amérique du Centre, du Sud ou Indonésie…

    Un sinsitre dans un pays "moderne" c'est du fric qui circule.
    Un sinistre dans un pays 'ailleurs" c'est un drame absolu.
    Jamais personne ne fait la différence.

Les commentaires sont fermés.