Dans les médias

Débat d’orientation des finances publiques pour 2011- Intervention en séance de Pierre Moscovici

Catégorie : Assemblée nationale,Politique | Par pierre.moscovici | 08/07/2010 à 16:46

Retrouvez  l’intervention en séance de Pierre Moscovici lors du débat d’orientation sur les finances publiques qui a eu lieu le mardi 6 juillet 2010.

Be Sociable, Share!

Tags: , , , , , ,


12 commentaires

  • Jonas dit :

    J’approuve sans reserve vos propos M. Moscovici, le gouvernement a géré les finances publiques de manière laxiste, dangeureusement laxiste, et injuste (dangereusement injuste !).
    Il ne doivent pas faire illusion, c’est trop grave pour le pays, 5 ans de Sarkozy en plus engendrerait une casse sociale monstrueuse et inutile, puisqu’elle ne servira qu’à faire payer aux plus modestes le laxisme et l’injustice de leur politique, en clair, il fait payer aux pauvres ses errements et sa politique en faveur des très riches. C’est très grave, il faudra que cela cesse en 2012, ou alors il y aura de quoi avoir sérieusement peur pour notre pays, pour les plus modestes, pour les finances publiques, et pour ce qu’on appelle le « vivre ensemble ».

  • Bloggy Bag dit :

    La bataille pour le leadership de l’UMP a commencé.

    C’est François Copé qui a dégainé le premier en infligeant un camouflet à Eric Woerth et au gouvernement en rejetant sa loi sur le dialogue social dans les TPE (toujours rien à raconter sur les coulisses de ce vote Pierre ?).

    Ce matin, c’est au tour de Dominique de Villepin de poser des banderilles à France Info :

    – Il appelle à la résolution du problème de conflit d’intérêts d’Eric Woerth, rappelant s’il en était encore besoin que les responsabilités de trésorier d’un parti politique sont incompatibles avec un exercice ministériel (on notera à ce sujet l’absence de réaction du gouvernement, ce qui laisse penser à un sérieux aveu de faiblesse). Il en profite au passage pour tacler Nicolas Sarkozy en jugeant qu’il n’était pas sain et normal de se comporter ouvertement comme un chef de parti lorsque l’on est Président de la République.

    – Deuxième élément en direction à la fois de Nicolas Sarkozy et de François Copé, il évoque un malaise au sein des parlementaires UMP et ne rejette pas l’idée de la constitution d’un groupe Villepiniste.

    – Enfin, il continue de régler ses comptes en dénonçant à mots à peine couverts la “proximité” des pouvoirs politiques et judiciaires dans l’affaire Bettencourt à travers les liens entre Nicolas Sarkozy et le procureur de la République.

    Le parlement semble donc être le champ de bataille de la conquête de l’UMP, et pour l’heure, avec un gouvernement en déconfiture les troupes encore fidèles à Nicolas Sarkozy semblent être réduites au rang de spectateur, à moins qu’elles n’aient tout simplement disparues…

    Voici l’interview de D2V sur France Info : http://www.dailymotion.com/video/xdyygn_dominique-de-villepin-france-info-l_news#from=embed

    • Victor dit :

      Vu sur le site http://www.arretsurimages.net, une autre lecture de ce vote au parlement.
      En gros, il est expliqué que ce vote est une sorte de jeu de rôle pour céder au Medef et à CGPME!
      Daniel Schneidermann s’appuie sur la déclaration d’une source UMP qui présente le vote des parlementaires comme une « satisfaction » pour le gouvernement car ce dernier pourra dire aux syndicats « +vous voyez, on a fait le maximum pour cet article mais les députés de la majorité n’en veulent pas+ ».
      http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/07/08/97001-20100708FILWWW00300-tpe-woerth-mis-en-minorite-par-l-ump.php (dernier paragraphe)

      Mais c’est clair que la lecture « les Députés UMP lachent Woerth » est aussi séduisante ^^

      • Bloggy Bag dit :

        Le sénat a aussi mal mené le gouvernement sur les collectivités territoriales. C’est aussi pour faire plaisir au Medef ?
        http://www.lexpress.fr/actualites/2/le-parlement-inflige-deux-revers-au-gouvernement_904890.html

        En tout cas, s’ils ont vraiment fait le calcul de s’auto-saborder sur une loi présentée par Woerth c’est qu’ils sont tombés dans un comas politique profond : quand on est au 36ème dessous dans les sondages et que l’on n’en finit pas avec des affaires qui vous pourrissent la vie, on ne s’organise pas une défaite parlementaire.

        Me méfiant de l’injure à l’intelligence des adversaires, je penche donc pour une offensive de Copé qui constate comme tous le monde qu’une candidature de Sarko en 2012 n’est plus une évidence et qu’il y a peut-être une place à prendre.
        En tout cas du côté de D2V, c’est plus qu’une évidence et l’on a des chances de voir renaître l’UDF.

  • RVS dit :

    Rien à voir avec le sujet daté du ‎jeudi ‎8 ‎juillet ‎2010 que je n’ai pas lu. Par contre, je viens de regarder «  Roselyne Febvre reçoit Pierre Moscovici, Député socialiste du Doubs » sur youtube.

     » Je m’effacerai face à DSK  » … en ce qui me concerne je suis lassée de votre argumentation – de fils digne, docile et bien trop respectueux – à ce sujet.

    Je suis de ceux et de celles qui ne veulent pas de l’imagination au pouvoir mais de l’intelligence – pas d’un truc bidon de stratège – d’une vraie intelligence consciente et surtout pas d’une intelligence artificielle comme c’est la mode en ce moment. A ce titre, au nom de ces critères, je ne vois pas pourquoi vous vous effaceriez face à DSK. Réagissez !

    • grouchy dit :

      Lorsque deux hommes politiques sont de la même lignée il n’y a aucun intérêt ni politique, ni idéologique à ce qu’ils s’affrontent.

      Pierre MOSCOVICI fait bien partie des rares socialistes a n’avoir jamais grenouillé au gré d’ambitions personnelles.
      Il le prouve inlassablement depuis des années (a fortiori depuis Reims).

      Devenir président de la république n’est tout de même pas une fin en soi, cette course à la consécration suprême devient pénible pour qui préfère les idées, les projets, bref la politique aux hommes qui les portent.

      Cela dit, si DSK ne souhaite pas revenir, mon soutien sera parfaitement et loyalement apporté à Pierre.

      Il a su conserver l’héritage social démocrate, il aurait la légitimité pour le représenter.

      • Bloggy Bag dit :

        Très bonne réponse.

        Les circonstances feront que l’un ou l’autre sera candidat, il serait idiot que les deux le soient en même temps, et l’important est que nous idées soient dignement et efficacement représentées et défendues.

        Dans tous les cas, cette fois nous gagnerons.

    • Michel Ternes dit :

      Il n’y a aucun déshonneur à ne pas penser à un avenir de Président de la République chaque matin lorsqu’on se rase.
      Il y a même une noblesse certaine, à l’heure où chacun se sent pousser des ailes, à accepter de laisser sa place à quelqu’un dont tout pousse à croire qu’il est la meilleure chance de la gauche pour 2012 et qui fait partie de la même famille de pensée.
      On ne peut pas demander moins d’ego au PS mais + d’ego à Pierre Moscovici.

      • Nathalie AUDIN dit :

        Pierre MOSCOVICI ne manque pas d’ego, il le place ailleurs que dans des batailles de personnes.

        Au diable l’ego parti, vive le parti des idées.
        Pierre MOSCOVICI en est un digne et valeureux (parce que pas facile) représentant.

        Quant à se penser (et réaliser) un avenir de Président de la République, je le lui souhaite mais certainement pas en abandonnant ce qu’il est.

        • Bangor dit :

          « un avenir de Président de la République, je le lui souhaite mais certainement pas en abandonnant ce qu’il est. »

          Je le lui souhaite aussi mais, surtout, je le souhaite à la France.
          J’ai longtemps été strauss-kahnien. Dominique a d’énormes qualités et les défauts qui vont avec. Il est peut-être en situation d’emporter l’élection présidentielle de 2012 si Sarkozy continue à exercer son pouvoir d’une manière qui s’apparente à un suicide politique. Cependant, alors que la gauche et le PS ont surtout besoin de changer profondément leurs pratiques, le comportement désinvolte de DSK vis à vis de son ancien courant depuis sa défaite face à Royal en 2006 ne plaide pas en sa faveur. Pendant longtemps, je n’ai pas voulu croire que DSK cautionnait les coups tordus de Cambadélis et son alliance contre nature avec Bartolone, dans le seul but d’éviter que Ségolène Royal devienne première secrétaire du PS. Il semble que je me sois trompé, comme la majorité de ceux qui se reconnaissaient en 2007 dans la démarche de Socialisme et Démocratie.
          Aujourd’hui, je me considère comme « moscoviciste », en supposant que ce terme ait un sens. Je préférerais que Pierre décide de se présenter à une primaire ouverte de la gauche. Pendant ce temps, DSK et Camba font tout pour éviter une désignation démocratique de notre candidat pourtant souhaitée par une grande majorité des militants et au-delà. Un homme qui choisit un Cambadélis comme porte-flingue est-il le mieux placé pour diriger la France, quelles que soient ses grandes compétences ?
          Je comprends que Pierre semble se chercher car il n’a le choix qu’entre des mauvaises solutions.

  • […] Ce billet était mentionné sur Twitter par Alain Koenig Ortoli. Alain Koenig Ortoli a dit: RT @pierremoscovici: Mon intervention en séance sur le débat d'orientation des finances publiques: http://bit.ly/dhsZJJ […]

Flux RSS des commentaires de cet article.