Dans les médias

Articles de novembre 2010


Pierre Moscovici invité du 5’Chro de Sciences Po TV

Catégorie : Actualité | Par pierre.moscovici | 30/11/2010 à 18:49
Commentaires fermés

Retrouvez l’émission 5’Chro de Sciences Po TV avec Pierre Moscovici:


Valence : Pierre Moscovici en « campagnes »

Catégorie : Dans les médias | Par pierre.moscovici | 30/11/2010 à 10:04
Commentaires fermés

Retrouvez cet article du Dauphiné Libéré suite au déplacement de Pierre Moscovici à Valence le 28 novembre 2010.


Pour une social-écologie – Terra Eco

Catégorie : Actualité | Par pierre.moscovici | 26/11/2010 à 16:04

Député et probable candidat aux primaires du PS pour les prochaines présidentielles, Pierre Moscovici tente de définir le socialisme de demain : rose avec du vert dedans.

Le 29 novembre prochain se tiendra à Cancún la conférence de l’ONU sur le changement climatique qui doit préparer l’après-Kyoto. A quelques jours de cette échéance, je veux ici prendre le temps de regretter l’échec, relatif mais indéniable, de la réunion organisée début octobre à Tianjin en Chine. C’est un préalable inquiétant, signe que le temps politique est rarement celui du long terme, alors que les difficultés économiques, les problèmes monétaires et la contestation sociale accaparent les agendas nationaux et internationaux.

Le Parti socialiste ne fait pas exception à la règle : après « l’embellie environnementale » des régionales – consécutive il est vrai d’une réelle percée électorale de nos partenaires d’Europe Ecologie – et de la convention pour un nouveau modèle de développement que j’ai animée au printemps, nous avons eu tôt fait de revenir à des priorités plus « classiques », aussitôt que ces questions ont cessé d’être en tête des préoccupations médiatiques. C’est une erreur. D’abord, parce que l’urgence climatique n’a pas changé. Ensuite, parce que ces questions seront un enjeu central des prochaines échéances électorales.

Plus que jamais, il est donc urgent de définir une véritable écologie socialiste qui soit précise et clairement identifiable. La convention nationale sur le nouveau modèle de développement, en avril dernier, fut l’occasion d’un pas décisif : pour la première fois, le Parti socialiste reconnaissait que sa clé de lecture du monde ne devait plus seulement être économique et sociale mais économique, sociale et écologique. Evidemment, je m’en félicite. Mais je veux dire immédiatement que ce n’est pas assez : nous devons, en tant que formation politique, dire clairement quelles sont les bases de notre doctrine en la matière.

Quelles pistes poursuivre pour fonder cette nouvelle identité écologique, propre à la social-démocratie ? J’en vois trois. Lire la suite


Trois adjectifs

Catégorie : Actualité,Le Parti socialiste,Politique,Réflexions | Par pierre.moscovici | 25/11/2010 à 18:34

Pour aujourd’hui, trois adjectifs me semblent bien qualifier l’actualité politique : conservateur, bizarre et scandaleux.

Conservateur. Tel est apparu François Fillon lors de sa déclaration de politique générale d’hier. Certains attendaient un « hyper Premier ministre », un nouveau Fillon, rempli de la force donnée par sa campagne victorieuse – contre Nicolas Sarkozy – pour rester à Matignon, voire un candidat alternatif à droite pour remplacer un Président victime d’un rejet sans précédent dans l’opinion. On annonçait un discours court et entraînant, propre à galvaniser une droite requinquée et rassemblée autour de son champion. En réalité on a vu arriver un Premier ministre des années 60, une sorte de réincarnation de Georges Pompidou ou Pierre Messmer, auteur d’une prestation brève, c’est vrai, mais sans flamme, sans souffle, plutôt terne, applaudie assez timidement par une UMP qui attendait mieux. François Fillon est certes, aujourd’hui, plus libre qu’hier, son gouvernement lui ressemble davantage, il est prêt à monter désormais plus souvent en première ligne, en somme il n’est plus le « collaborateur » de 2007. Mais il s’en tient, sans brio ni ambition, à sa fonction. De surcroît, il reste fidèle à son personnage, celui d’un homme de droite classique, incapable de se dépasser et d’accélérer.

Jusqu’au bout, ce Président baroque restera un problème pour le pays… et pour son camp. Lire la suite


Pierre Moscovici invité de Radio classique

Catégorie : Dans les médias | Par pierre.moscovici | 25/11/2010 à 14:21
Commentaires fermés

Pierre Moscovici était le 25 novembre l’invité de Guillaume Durand sur Radio classique


Pierre Moscovici invité de « C à vous » sur France 5

Catégorie : Dans les médias | Par pierre.moscovici | 25/11/2010 à 12:14
Commentaires fermés

Pierre Moscovici participait hier à l’émission « C à vous » sur France 5


Moscovici : « DSK ne se laissera pas enfermer dans une image droitière » – Le Point.fr

Catégorie : Actualité,Le Parti socialiste | Par pierre.moscovici | 24/11/2010 à 11:56

Le PS a tenu mardi la première réunion de son comité national d’organisation des primaires. Membre du CNOP, le député du Doubs fixe le cap.

Le Point.fr : Faut-il avancer la désignation du candidat à la présidentielle, comme le réclament de nombreux cadres du PS ?

Pierre Moscovici : Le calendrier qui prévoit l’élection du candidat en octobre 2011 est le bon. Il ne faut pas y toucher. Qui dit primaires dit nécessité d’une proximité avec l’élection présidentielle pour conserver la dynamique et pour que la mobilisation des millions d’électeurs se poursuive. Ceux qui souhaitent avancer le calendrier plaident que la droite s’est déjà mise en marche en vue de 2012. Je la trouve plutôt divisée. En fait, le seul effet d’un avancement du calendrier serait de troubler tel ou tel candidat… Je ne vois pas d’autres raisons…

D’autres candidats comme Dominique Strauss-Kahn ? Doit-il dévoiler son intention pour éviter que le PS soit suspendu à cette question ?

Tout le monde doit s’armer de patience, d’autant qu’il n’y a aucune raison d’être impatient. Restons calmes et sereins. Les sondages ne sont pas uniquement bons pour nous parce que Sarkozy flanche. Ce qui compte, c’est d’être constructifs dans notre proposition, solides dans notre opposition et offensifs dans la bataille politique. Le calendrier prévoit le dépôt des candidatures en juin. Respectons-le. Ne créons pas les conditions d’un psychodrame. Ne soyons pas fébriles.

Qu’avez-vous retenu du passage à Paris de Dominique Strauss-Kahn la semaine dernière ?

J’ai retenu un message : Dominique Strauss-Kahn est de gauche et ne se laissera pas enfermer dans une image droitière.

Vous-même serez candidat si Dominique Strauss-Kahn ne l’est pas ?

Je me suis toujours exprimé de manière très claire, ce qui a le mérite de ne pas être hypocrite. Je souhaite que ma sensibilité sociale-démocrate soit présente lors des primaires. Dominique Strauss-Kahn est de loin le mieux placé pour la représenter. S’il ne revient pas, je serai candidat.

Pensez-vous que la déclaration d’Arnaud Montebourg est opportune à sept mois du dépôt des candidatures ?

Je trouve qu’il est normal et sain qu’il y ait plusieurs candidatures. Ce qui compte, c’est que les primaires soient bien organisées, qu’elles créent un appel d’air, que l’égalité et l’équité entre tous soient garanties, qu’il s’agisse d’un candidat petit ou grand, jeune ou moins jeune… Ces primaires ne doivent pas être des primaires de confirmation. Maintenant, si la pluralité est une bonne chose, elle devient mauvaise lorsque la situation tourne aux petits meurtres entre amis. Il faut à tout prix éviter cela. La confrontation vigoureuse, on l’a vue avec l’exemple de Barack Obama et Hillary Clinton aux États-Unis, fonctionne si le rassemblement immédiat et complet du parti autour du candidat désigné s’organise. D’où l’importance de mettre en place une charte éthique.

Propos recueillis par Charlotte Chaffanjon

http://bit.ly/gsmV4t


Réflexions sur les primaires

Catégorie : Le Parti socialiste,Réflexions | Par pierre.moscovici | 23/11/2010 à 13:54

Les primaires socialistes prennent tournure. Samedi, Arnaud Montebourg a été le premier à annoncer sa candidature en vue de cette confrontation démocratique – renonçant ipso facto à son rôle d’organisateur de celle-ci. Aujourd’hui se tient la première réunion du Comité de préparation de cette échéance, sous la présidence de Martine Aubry – j’y participe. Les interrogations sur les primaires sont nombreuses, et pas exemptes d’inquiétude. Je veux livrer ici quelques réflexions pour contribuer à leur réussite, en répondant à plusieurs questions. Lire la suite