Dans les médias

Aubry et Moscovici veulent «faire le ménage» dans l’Internationale socialiste – Libération

Catégorie : Actualité,Europe / International,Le Parti socialiste | Par pierre.moscovici | 27/01/2011 à 13:13

Par LIBÉRATION.FR

L’Ivoirien Laurent Gbagbo qui s’accroche à son siège de président malgré les appels de la communauté internationale, l’Egyptien Hosni Moubarak, aujourd’hui contesté avec virulence par la rue, le Tunisien Zine El Abidine Ben Ali, exclu trois jours après sa fuite pour l’Arabie Saoudite. Du beau monde à l’Internationale socialiste… Si bien que plusieurs responsables du PS français souhaitent ouvertement que l’organisation fasse du tri parmi ses 170 membres, partis et organisations politiques, socialistes, sociaux-démocrates et travaillistes du monde.

Ce matin, Martine Aubry, interrogée sur Europe 1 sur ce casting, a dit qu’elle comptait «prendre l’initiative avec quelques autres». Rappelant que l’Internationale socialiste avait, lors de son 22e congrès à Sao Paulo, élaboré, à l’initiative des PS français et belge, une «charte éthique». Aubry souhaite que, sur ce modèle, l’organisation passe en «revue» «l’ensemble de ces partis dont la plupart ne viennent plus, mais c’est vrai qu’ils y sont inscrits».

«Moi je n’ai pas signé avec le PC chinois»

Sur l’exclusion tardive du RCD, parti du dictateur tunisien déchu -que la droite avait notamment brandi pour prendre la défense de Michèle Alliot-Marie très critiquée par la gauche pour son offre de coopération policière au régime Ben Ali- Aubry a estimé que cela «n’a pas empêché de dire, dès les premiers jours, au peuple tunisien: « Nous soutenons notre combat et de dénoncer la répression ».» Et de répliquer à l’UMP: «Moi je n’ai pas signé avec le PC chinois», allusion à un accord conclu fin 2009 par l’ancien secrétaire général du parti présidentiel, Xavier Bertrand.

Soucieux, lui aussi, de «faire le ménage et de le faire avant, pas quand éclatent les événements», le député Pierre Moscovici voudrait notamment virer Moubarak et Gbagbo: «Pendant longtemps, Laurent Gbagbo a été socialiste. C’était un homme de gauche, un militant, et petit à petit il s’est installé au pouvoir et aujourd’hui dans l’Internationale socialiste, il n’y a pas de place pour un parti qui refuse la transition démocratique à laquelle pourtant il a consenti et qu’il a lui-même organisée», résume-t-il, reprenant une proposition récemment formulée par le chef de file des députés PS, Jean-Marc Ayrault, concernant le Front populaire ivoirien de Gbagbo avec lequel les socialistes français n’entretiennent plus de relations depuis 2004.

«Il ne devrait pas y avoir de partis au sein de l’Internationale socialiste qui ne soient pas respectueux de la démocratie», a encore plaidé Moscovici aux Questions d’Info LCP-France Info-AFP.

Be Sociable, Share!

5 commentaires

  • Bleou dit :

    Monsieur pierre Moscovisci je voudrais vous faire part d’une réflexion. Vous avez dit qu’il y aura un lendemain nouveau avec ce qui se passe en cote d’ivoire. Eh oui c’est bien vrai je vous le concède
    En effet essayez de vous remémorez la première fois vous avez entendu parler de la crise actuelle en côte d’ivoire que dis-je de ce que La chaine France 24 ( la voix de la France dans le monde donc la voix du quai d’Orsay) vous a présenté une élection présidentielle en côte d’ ivoire dont le « vainqueur » annoncé Alassane Ouattara ancien premier ministre père de la libéralisation des sociétés d’état en côte d’ivoire ( dont 90% est allé a des intérêts français de droite , ancien sous-directeur du FMI sous le français Michel Camdessus membre influent de la droite française grand ami de jacques Chirac membre d’une obédience maçonnique, le mariage a été célébré par Nicholas Sarkozy a Neuilly… je m’arrête là pour ne pas faire insulte à votre intelligence et flair).
    Il a été annoncé que la CEDEAO lors d’une réunion à Abuja réunissant 4 pays sur 16 pays membres (le Sénégal dont le président est Wade ˵ grand ami ˶ de la France ; le Burkina Faso dont le président Compaoré est reconnu comme parrain de la rébellion en cote d’ivoire et membre de la France Afrique, le Nigeria pays pétrolier et le Liberia invité de circonstance) aurait intimé (imaginé vous cela pour un pays souverain) l’ordre a Gbagbo de rendre le pouvoir, sur un rapport de monsieur Choi fonctionnaire de l’ONU en diapason avec des observateurs de l’union européen et du centre carter qui se sont cantonner sur une cinquantaine de bureau de vote sur 20 000 bureaux ( revoir le rapport de ces dernier ) en contradiction avec le rapports des observateurs de l’Union africaine eux ont envoyer près de 200 observateurs dans la zone sous contrôle des forces nouvelle[ex rébellion] ( ceci est passe sous silence jusqu’ a aujourd’hui par la ˵ voie de la France˶ ) et tous ceci rapporté au conseil de sécurité de l’ONU qui n’a fait qu’une déclaration ( après un débat mené de main de maitre par notre « tuteur au conseil de sécurité » c’est à dire la France et non une résolution (j’espère que vous saisissez la nuance).( Savez-vous que depuis il est rapporté par les journaliste français qu’ il existerait un ultimatum de la CDEAO contre M Gbagbo alors qu’ il n’en est rien car une médiation est en cours actuellement).
    Depuis ces faits Sarkozy et vous connaissez son tempérament s’est rué dans les brancards pour faire des déclarations tapageuses qui n’ont aucun lien avec la réalité des faits (Mme Ouattara est l’ami de Cecilia ex Sarkozy et vous savez comment l’amitié compte chez Sarkozy et depuis que Gbagbo a été le seul chef d’état africain qui a refusé de venir défiler sur les champs Elysée le 14 juillet dernier « oh quel outrage à Sarkozy »).
    Et les faits monsieur vals (et j’insiste sur ces mots car je voudrais que vous fassiez preuve de tout votre talent) analysez les à tête reposé.
    Je les expose tel que vous avez eu l’occasion de les voir. D’abord vous voyez une image avec des commentaires de journaliste mais sans le son original passer en boucle sur toutes les chaines françaises et ensuite du monde entier faisant un buzz immense.
    Des partisans de Gbagbo membre de la CEI empêchant le porte-parole de la CEI (il n’en est pas le président) et membre du parti de Ouattara de proclamer les résultats « comme il est laissé entendre par les journalistes » mais ceux de certaines zones dont certaines dans lesquelles Gbagbo est vainqueur à 80 % ( pourquoi empêchent-ils aussi de proclamer les résultats dans les zones où Gbagbo est vainqueur posez-vous la question) parce que tous ces résultats n’ont pas suivi la méthode de validation que la CEI s’est elle-même doter.
    Ensuite il faut savoir que dans la loi électorale ivoirienne comme suivi au premier tour c’est la cour constitutionnelle ( comme en France ; en 2007 pour la victoire de Sarkozy avec aussi [voyez le rapport de la cour constitutionnelle française] avec des annulation de vote dans certaines zones où Ségolène royale était vainqueur pour autant elle n’a pas déclarée être présidente élue) qui après les différentes réclamations et rapports tranche le contentieux électorale et déclare lequel des candidats est vainqueur et c’est devant celle-ci que le déclaré vainqueur par la cour constitutionnelle prête serment devant celle-ci et reçoit les attributs de la fonction présidentielle . Comme au Gabon (voir le doc sur la France Afrique de France 2) et partout ailleurs.
    Ce qui s’est passé et vous pouvez le vérifier c’est que Le président de la CEI (membre de la coalition RHDP donc pro Ouattara) après avoir donné les procès-verbaux électoraux à la cours constitutionnelle a rendu publique et non pas proclamé les résultats comme il est toujours laissé entendre dans un hôtel qui plus est le quartier général de campagne de Ouattara ( ou avant même la proclamation des résultats il s’est retranche avec près de 600 militaire ex rebelle : demander aux journalistes européens actuellement présent au golf hôtel qui se trouve a seulement 800 m de la résidence officielle du chef de l’État et encadre par la force onusienne dite impartiale .
    Je vous demande d’analyser ces faits simplement et objectivement et vous vous rendrai compte, j’en suis sûr, que sans le formatage médiatique (auquel vous participez et j’ose croire sans trop de réflexion avec uniquement l’attitude de faire commentaire sur un homme refusant de quitter le pouvoir et son opposant lésé) que ce n’est qu’une affaire de fraude électorale démasquée dans la région totalement sous contrôle de la rébellion (avec leur propre media administration et fonctionnant comme un état de non droit depuis 2002 en complicité avec et surtout de tous ceux qui aimerait voir Ouattara comme président très malléable par la France ).
    Je voudrais que vous vous posiez simplement cette question, qui a intérêt que la cote d’ivoire soit en guerre civile ? Interroger vous sur le premier ministre nomme par Ouattara et vous comprendrez tout ce qui se joue actuellement en côte d’ivoire.
    Côtoyez les ex rebelles faites une analyse sincère de leur comportement qui est digne de desperado. Une rébellion qui essaie de trouver une légitimité depuis 2002. La rébellion en côte d’ivoire a toujours nié avoir pris les armes pour Ouattara mais que constate-t-on ? Depuis que celui-ci a été déclaré perdant par la cour constitutionnelle elle s’est mise en branle (avec les journalistes européens et non pas dans une déclaration officielle de guerre car il faut le savoir il existe un cessez le feu depuis l’accord de Ouagadougou) et mène une action de guérilla dont la qualification de terroriste n’est pas trop cherchée.
    Ce à quoi vous devez penser c’est la lâcheté et la fourberie à laquelle elle se livre (port d’habit de l’Onu ci pour tromper les forces régulières~ voir le reportage de tf1 sur le combat aux alentours du golf hôtel).
    je voudrais, oh que si vous le fassiez, vous essayez d’avoir d’autre interlocuteur que ceux du parti de Ouattara , que vous écoutiez d’autre ivoiriens que vous vous rendiez dès demain si vous le voulez dans les entreprises à Abidjan, les bureaux au Plateaux quartier des affaires et vous échapperez ainsi à l’écran de fumée qui est mis en permanence par les partisans de Ouattara pour faire croire à leur « omnipotence » en côte d’ivoire. Car le miroir déformant que les reportages de journalistes français montrent de la cote d’ivoire vous influence dans vos jugement (vous connaissez bien les rouages de reportages fait avec le but précis de diaboliser quelqu’un)
    Moi qui vous parle je suis médecin je réside à Abidjan et travail dans une banlieue (grand Bassam situé à 30 km d’Abidjan et je m’y rends 3 fois par jour ; c’est pour vous montrer que la vie suit son cours à Abidjan malgré le fait qu’une centaine de personne se sont retranché volontairement au golf hôtel et la presse internationale fait croire que la vie est paralyser à Abidjan)
    je vous raconte deux anecdotes et vous comprendrez comment la presse françaises surtout est partisane : le jour de la prestation de serment de Gbagbo au palais présidentiel (eh oui il a prêté serment devant le conseil constitutionnel et non écrivant au conseil constitutionnel comme l’a fait M Ouattara ) la population ivoirienne s’est rendu massivement au palais présidentiel ( cela ne vous a jamais été montré ) la presse française avait annoncé que des partisan de Ouattara s’opposaient à cette prestation de serment en montrant les partisans de Gbagbo marchant vers le palais présidentiel ; il a été dit le 18 décembre sur France 24 qu’ une grenade aurait été lance par les partisans de M Gbagbo dans une mosquée à Bassam là où j’exerce (pour ainsi faire croire à l’imminence d’une guerre interreligieuse que les « tiroirs journalistiques » tentent depuis 2002 de créer en côte d’ivoire ) en fait il s’agit de gaz lacrymogène lancé sur un axe routier proche d’une mosquée.
    Et dans leur désir de pouvoir couvrir un conflit tout en étant confortablement assis dans un hôtel 4 Etoiles ces ( envoyers « tres speciaux ») journalistes ne font aucun effort alors que beaucoup de ressortissants français vaquent paisiblement à leur occupation (malgré l’appel à dessein du quai d’Orsay les invitant à quitter le pays).
    C’est vrai la marche du 17 décembre pour dit on ( voir les déclarations de M soro guillaume ) installer un nouveau directeur a la télévision nationale ( imaginez-vous un tel mot d’ordre pour une marche dite pacifique !) a déploré de nombreux morts du côté civile mais tout aussi du côté des policiers (et je vous en supplie essayez de voir les familles endeuillée et vous saurez que toutes les victimes civile comme policière sont ivoiriennes) ce qui montre qu’en fait ceci n’avait rien de pacifique appuyé par des ex rebelle armée dans certains quartier (voir le reportage de Tf1 du 17 décembre) ( imaginez en France des jeunes survoltés sans leader politique à leur coté pour les canalisés dont certains portent des armes voulant marché sur l’Elysée quelqu’ en soit la cause pensez-vous que le bilan serait diffèrent?)
    Vous évoquez tous un spectre de guerre civile mais il faut savoir que la cote d’ivoire est coupé en deux depuis 2002 donc ceci n’est pas nouveau.
    Pensez-vous que cette rébellion moribonde (voyez tous les rapports sur le désarment de l’Onu ci auxquels vous pouvez avoir facilement accès sur leur site internet) ne voudrait pas créer les conditions d’une intervention française pour appuyer une énième tentative de coup d’état.
    Pensez-vous que Gbagbo a intérêt à ce que la France intervienne militairement en côte d’ivoire ? Qui aurait intérêt a attaqué les intérêts français ou des bâtiments officiels français et occidentaux ?
    J’aimerais que vous essayiez de percer à jour les manœuvres plus que machiavélique d’une rébellion capable de tous car ils maitrisent parfaitement la manière dont les journalistes occidentaux couvrent les évènements de ce type. Savez-vous qu’en 2000 ils ont même rassemblez des cadavres pris en divers point de la ville d’Abidjan (qui fait environ 2 millions d’habitants) pour constituer un charnier faisant croire à un massacre de la part des force de défense.
    La manœuvre est tellement grossière que je ne pense pas que vous pouvez tomber dans ce piège médiatique.
    Cependant je voudrais vous inviter à regarder et à analyser ce qui se passe en côte d’ivoire non pas à travers le miroir de la presse ( regarder comment elle ne montre jamais l’ensemble mais uniquement des brides des déclarations de messieurs jacques verges ( au-delà de toute polémique vous connaissez son farouche combat contre toutes sortes d’injustices) et Laurent Dumas ( ancien président du conseil constitutionnel de votre pays SVP) car elle est largement en connivence avec des intérêts que vous connaissez si bien en France ( cercle d’ami de Nicholas Sarkozy ) et vous êtes très bien placé pour savoir comment la presse fait pour battre en brèches une idée ou opinion. Je sais que c’est trop vous demandez de faire une recherche minutieuse et impartiale du vrai problème en côte d’ivoire et interroger vous de savoir pourquoi M Ouattara est celui qui est soutenu par la droite française proche de Sarkozy qui a tout fait pour allier l’union européenne sur son parti pris.
    Essayez de revoir le rapport de M Choi le représentant spécial de L’ONU et vous comprendrez comment les fonctionnaires de l’ONU travaille dans les pays où ils sont avec superficialité et pourquoi l’ONU dans ces missions de maintien de paix n’a jamais réussi (somalie, RD Congo, et dans un passé très proche le Rwanda)
    Merci
    Email drbleou@yahoo.fr
    Dr Bleou 06 bp 6917 Abidjan 06 cell +22507720854

  • Hadrien et Sina dit :

    @ Pablo,

    Nous répondons avec retard à votre interjection du 26 janvier 2011 à 10:49
    Contrairement aux fines allégories (excitée du Poitou, Titine, Méluche…) qui défilent sur ce blog, nous ne pensons pas être hors sujet:

    ET SI ON FAISAIT LE MÉNAGE DANS LE « SOCIALISME » NATIONAL ?

    Pour que le secteur public soient géré dans l’intérêt général, encore faut-il que ses responsables ne soient pas acquis à la cause libérale du secteur privé.

    Ainsi, avant même le “tournant de la rigueur” de 1983, les nationalisations de 1981 n’ont pas été faites avec le soutien unanime des “conseillers de la gauche”, ce qui devrait rappeler à M. Ugeux les hauts faits d’armes de son collègue banquier J.Peyrelevade.
    Il est piquant, à ce sujet, de relever dans Wikipedia:

    _______________________________________________________

    ” PEYRELEVADE: Nommé en 1981 directeur adjoint du cabinet de Pierre Mauroy et conseiller économique du Premier ministre, il géra les nationalisations, tout en professant son opposition à celles-ci [on ne peut mieux dire!].
    Il a occupé de nombreuses fonctions de responsabilité notamment à la tête de grandes entreprises nationalisées : président de Suez de 1983 à 1986,…, de l’UAP de 1988 à 1993, et du Crédit lyonnais de 1993 à 2003 [toutes privatisées dès son départ, montrant qu’il avait bien préparé le terrain].”
    _______________________________________________________

    Lorsque la gauche, revenue au pouvoir en 1988, tente de reprendre le contrôle de la Société Générale, le ministre Beregovoy demande sa participation à Peyrelevade qu’elle vient de nommer Président de l’UAP.
    Il est à nouveau piquant de relever dans le rapport du Sénat à ce sujet (dont l’intégralité est consultable en ligne):

    _______________________________________________________

    3° – La participation des actionnaires publics de la Société Générale : une bonne volonté inégale.

    a) Le double refus de l’UAP

    – Le Refus initial de s’associer au montage:
    Au lendemain même de sa nomination à la tète de l’UAP, fin juillet 1988, M. Jean Peyrelevade a été contacté personnellement par M. Georges Pébereau pour qu’il participe à l’opération projetée sur la Société Générale.
    Le Président de l’UAP a décliné la proposition qui lui était faite d’entrer à hauteur de 500 MF dans le dispositif.

    – L’abstention de l’UAP en novembre 1988:
    A la mi-novembre 1988, le président de l’UAP s’est entretenu autéléphone à deux ou trois reprises avec le ministre des Finances “sur quelques aspects techniques” de l’affaire Société Générale.
    Le ministre d’Etat lui aurait fait part de “certaines préoccupations”.
    Mais M. Jean Peyrelevade ne considère pas que le contenu de ces conversations téléphoniques ait répondu à la définition que l’on peut donner d’un ordre ou d’une demande.
    Tout au plus, un souhait, peut-être.
    Ni ordre, ni demande : en conséquence, le président de l’UAP s’est abstenu de procéder en novembre à des achats de titres Société Générale…
    [ce qui laissait le champ libre à une équipe de financiers affairistes, au premier rang desquels Georges Soros, d’où le nom “affaire de la Société Générale”]
    _______________________________________________________

    Entre 1986 et 1988, Chirac avait cédé au privé pour 10 milliards d’actifs:
    INDOSUEZ, PARIBAS, La SOCIETE GENERALE, SAINT-GOBAIN, la CGE et MATRA.

    L’arrivée d’Edouard Balladur à Matignon en 1993 fera de nouvelles privatisations, qui ne s’arrêteront plus, sous la droite comme sous la gauche:
    BNP, UAP, ALCATEL, ALSTOM, RHÔNE-POULENC, ELF, La SEITA.

    En 1995, le gouvernement Juppé cèdera à son tour 9,4 milliards d’actifs
    dont:
    USINOR-SACILOR, RENAULT, La CG Maritime, PECHINEY, BULL.

    Avec la législature Jospin et le ministère des finances Strauss-Kahn, le dépouillement de l’Etat s’accentue, avec prés de 31 milliards d’Euros de cession d’actifs:
    Le Crédit Lyonnais, Le GAN, Le CIC, L’UIC, CNP Assurance, La Société Marseillaise de Crédit, DASSAULT, l’AEROSPATIALE, THOMSON-CSF, THOMSON Multimedia, EADS, ASF, TDF, La SFP, Les Autoroutes du Sud de la France, FRANCE TELECOM et AIR FRANCE.

    Aujourd’hui, parmi ces entreprises cédées, les seuls profits annuels engrangés par celles du secteur financier avoisinent 30 milliards, dont l’Etat s’est volontairement amputé!
    Et la totalité des privatisations a dépouillé l’Etat d’un rapport annuel bien supérieur à notre dette publique, de sorte qu’elle serait aujourd’hui considérablement réduite, sans les privatisations!
    Les thuriféraires du privé, comme DSK, prétendaient alors qu’il fallait amenuiser le secteur public pour réduire la dette (alors qu’elle se réduisait toute seule aprés 95, période de reprise). Mais sans doute le « meilleur économiste de France », comme M. Barre autrefois, avait-il raison?
    Or, on a privatisé les profits des entreprises bénéficiaires, ce qui a déplacé ces profits de l’intérêt général vers les intérêts privés de l’actionnariat. On aurait aujourd’hui plus d’emploi et renfloué la dette. On a maintenant et le chômage et la dette en augmentation! De qui se moque-t-on?

    Car, dans ce capitalisme actionnarial, qui a ainsi supplanté le capitalisme d’Etat à la française, les groupements d’actionnaires minoritaires contrôlant la Corporate Governance ont les yeux rivés sur un indicateur, la rentabilité financière, dont la maximisation s’avére incompatible avec le plein emploi et l’égalité de revenus.
    Du côté de la demande, les débouchés sont alimentés par une redistribution des gains de productivité sous forme de dividendes qui dépendent en premier lieu des classes riches et des ménages détenteurs de titres.
    La montée de l’épargne atteint des niveaux record, mais ne s’accompagne pas d’un boom des investissements. En l’absence d’investissement, le niveau d’une rentabilité financière de 15% n’a pu être atteint qu’au prix d’une forte compression de la part des salaires dans la valeur ajoutée. En chute de 10 points de 1983 à 1990, la part des salaires dans la valeur ajoutée de l’ensemble de l’économie s’est stabilisée autour de 60% à un taux plus faible comparé au taux américain.
    Laurent Cordonnier, dans un article “Le profit sans l’accumulation…” démontrait alors que la France était devenue le théatre d’une réalisation du profit sans accumulation, où la recession n’est évitée que tant que les capitalistes consomment leurs dividendes…

    Ainsi, au prétendu théorème de Schmidt “Les profits d’aujourd’hui font les investissements de demain et les emplois d’aprés-demain”vantant en 1983 la vertu des politiques d’offre, il est possible aprés l’expérience vécue du “tournant de la rigueur” d’opposer le paradoxe de Schmidt: “Les profits d’avant-hier firent l’épargne d’hier et le chômage d’aujourd’hui”.

    A preuve:
    http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2963

  • hamdoune fannia dit :

    l’internationale socialiste : je trouve lamentable que les démocraties occidentales aient attendu que les peuples du maghreb se soulèvent au prix de leur vie avant de lire dans libération que le parti socialiste français veut « faire le ménage » .

    Alors si l’on suit la soudaine envie de ménage du parti socialiste français , là je m’interroge : si ces peuples ne s’étaient pas soulevés contre leurs dictateurs, le parti socialiste français aurait-il daigné se poser la question du respect de la démocratie par les membres composant l’internationale socialiste????
    Mieux vaut tard que jamais , toutefois il est indéniable que tout particulièrement la diplomatie française est médiocre à l’image de ses politiques tout d’un coup épris de « fraternité » envers « leurs amis tunisiens ». Les peuples opprimés par les dictateurs n’ont pas besoin de « ménage » mais de respect !

  • […] Ce billet était mentionné sur Twitter par El Fredo, Melclalex. Melclalex a dit: Aubry et Moscovici veulent «faire le ménage» dans l’Internationale socialiste – http://ow.ly/3Lesj […]

  • Pablo dit :

    Au delà de la présence ou non, au sein de l’Internationale socialiste, de partis ou de personnalités ayant une vision douteuse de la démocratie, il faudrait déjà savoir à quoi sert l’Internationale socialiste ? Et quelles sont ses marges de manoeuvre sur certains sujets ?

    Il me semble que dans les années 70 courant 80, les relations noués entre le PSOE (Espagne) et les partis socialistes/sociaux-démocrates européens, ont influencées la stratégie de conquête du pouvoir et ensuite la politique gouvernementale de Felipe Gonzalez.

    J’ai lu que le SPD et le PS avaient notamment aidés le PSOE lorsqu’il n’était encore qu’un parti clandestin.

Flux RSS des commentaires de cet article.