Dans les médias

Le ressort est cassé

Catégorie : Politique,Réflexions | Par pierre.moscovici | 11/02/2011 à 17:58

Elu de la nation, j’ai cru de mon devoir de regarder le « face à face » entre Nicolas Sarkozy et des Français sur TF1. Franchement, je regrette un peu d’avoir assisté, de bout en bout, à cet étrange débat. Quelques mots, toutefois, pour résumer mon sentiment.

Le format de l’émission, tout d’abord, était très factice. Je lis, ce matin, que certains de ses participants ont été « frustrés » de ce faux débat. On les comprend ! Le présentateur, Jean-Pierre Pernaut, a été fidèle à son personnage : il n’était pas là pour être gênant ou impertinent, mais pour laisser le Chef de l’Etat parler. Celui-ci, plus calme qu’à l’ordinaire, a peu écouté ses interlocuteurs, esquivé les questions les plus sensibles – j’ai été frappé par l’absence de tout discours, de toute pensée de sa part sur l’économie, l’éducation, l’innovation, qui sont pourtant au coeur des réponses à apporter à la croissance – il a récité laborieusement ses fiches, déroulant un interminable monologue. Enfin, disons-le, je n’ai pas le sentiment que ses interlocuteurs – guère mis en valeur, peut-être intimidés – aient été choisis pour le mettre en difficulté. Résultat : un ennui prodigieux, un show ringard et poussiéreux.

Le contenu de l’échange, ensuite a été d’une singulière pauvreté. Nicolas Sarkozy voulait d’abord se poser en « Président protecteur », s’expliquer, se justifier, il avait en main peu d’annonces concrètes, il ne proposait aucune inflexion ou réflexion saillantes. Tel un vieux crooner, il s’est contenté d’égrener ses vieux tubes droitiers – la sécurité, la vidéo-surveillance, les jurés populaires, l’échec du multiculturalisme et la volonté de favoriser un « Islam de France » au détriment d’un « Islam en France » : ce n’est pas de nature à convaincre son électorat, lassé de l’absence des résultats de ce mandat, mais bel et bien à aviver encore les pulsions nationales-populistes, bref à nourrir l’extrême-droite. Ses ouvertures sur la dépendance, sur la santé ou sur l’emploi étaient à la fois minces et floues, ses justifications sur la paupérisation de l’éducation – à ses yeux nécessaire compte tenu du contexte budgétaire – n’avaient aucune force. Enfin, ses appréciations sur les vacances de ses ministres étaient pour le moins faiblardes. On attend, encore, par ailleurs, le début d’une parole audible de sa part sur la poussée démocratique en Tunisie et en Egypte.

L’impression finale est donc triste, voire glauque. Je n’ai jamais sous-estimé Nicolas Sarkozy : il a des qualités indéniables, on ne devient pas Président de la République par hasard, sa fonction n’est pas facile. Il m’arrive aussi d’écrire, comme tout le monde, qu’il est un médiocre dirigeant mais qu’il sera un bon candidat. Pour la première fois, hier, je me suis interrogé. Le Chef de l’Etat paraissait lui-même s’ennuyer, il semblait las, sans énergie, sans plaisir, presque dépourvu de combativité. Son numéro, rôdé, tournait à vide, faute de conviction. La pauvreté, habituelle, de son langage, son caractère répétitif et familier laissaient transparaitre l’absence absolue de tout projet, de toute vision, de toute dimension. J’ai même cru, à observer le relâchement de son « body language » – son attitude corporelle – et la lassitude de son regard, qu’il baissait les bras, qu’il n’y croyait plus vraiment.

Evidemment, rien n’est fini, rien n’est joué. Mais je suis persuadé que ce type de prestation ne réconciliera pas Nicolas Sarkozy et les Français. Elle va au contraire exaspérer davantage ceux qu’il a trahis, irrités ou déçus. Le quinquennat se poursuit, l’élection présidentielle n’est pas jouée, la gauche doit la traiter avec sérieux. Mais ce Président est plus que prenable, il ne devrait pas être réélu : le ressort, en tout cas, est cassé.

Photo : CC fplorp

Be Sociable, Share!

Tags: ,


25 commentaires

  • krimo dit :

    COMMENT DES SOCIAUX-DÉMOCRATES VOIENT LA POLITIQUE

    MOSCOVICI
    – Le ressort est cassé.
    – Le format de l’émission…était très factice.
    – Il a récité laborieusement ses fiches, déroulant un interminable monologue.
    – L’impression finale est donc triste, voire glauque.

    LES STRAUSS-KAHNIENS
    – On est partagé : on serait tenté de dire « Tant mieux ! »
    – Il semble usé…
    – Une volonté pathétique de capter l’électorat d’extrème-droite…
    – Les français choisis étaient tout sauf spontanés et Pernaud serpillière.

    LES AUTRES
    – Ressort cassé ; sans doute mais celui du PS dans quel état est-il d’après vous Mr Moscovici ?
    – J’invite tout le monde a regarder les dernières préconisations du FMI pour voir qu’il y a un problème. On est plus proche de Friedman que Keynes…
    – Faire un énième post sur DSK…alors que le monde est bouleversé par la révolution égyptienne qui a mis à bas le dictateur le plus important de sa région. Venant d’un ancien diplomate, je ne comprend pas.

    Au score des réflexions qui ont un sens: Et un, et deux…et trois – zéro !

  • Vens dit :

    NS a été constamment méchant sur le fond et vraiment mauvais dans la forme.
    On est partagé : on serait tenté de dire « Tant mieux ! » et puis on pense qu’à l’Elysée pour 14 mois mini, il peut encore faire mal à la France.

  • guillaumeA dit :

    On peut continuer aussi sur le ressort cassé.

    Le FMI ne trouve rien de mieux pour la grèce de proposer un nouveau plan de privatisation.

    On va encore me dire que DSK est entouré de truands libéral et qu’il fait ce qu’il peut. Mais c’est lui qui dirige et celui qui dit rien consens.

    Les dernières choix du FMI offre a DSK l’ouverture pour démissionner pour des raisons idéologique de gauche et revenir en France.

    Il ne saisit pas la perche.

    J’invite tout le monde a regardé les dernières préconisations du FMI pour voir qu’il y a un problème. On est plus proche de Friedman que keynes…hors Friedman est tout ce que déteste la gauche économique.

    • bangor dit :

      As-tu d’autres solutions ?
      Tous ceux qui payent pour la Grèce, en particulier la Banque centrale européenne et l’Union européenne sont sur la même ligne. Certes, on peut aussi ne rien faire et laisser la Grèce s’effondrer. Ce serait aussi la fin de l’euro et de la construction européenne.

      • guillaumeA dit :

        Mais toute ces propositions de la BCE et le FMI pousse la Grèce a la dérive.

        Ce pays a besoin de souffler, de se réformer, de bâtir un nouveau moteur économique.

        La on lui demande de résoudre des problèmes complexe en vendant ses derniers actifs.

        Ce n’est pas en mettant au enchère la Grèce qu’elle va repartir.

        En premiers lieux pourquoi les seuls payeurs sont comme en Irlande les classes moyennes et les fonctionnaires?
        Les entreprises ont rien au niveaux de leur impôts.

        La solution était de donner les moyens a la Grece d’investir dans des domaines économique pour lui permette de rembourser.
        La on casse tout pour faire la photo des comptes publiques.

        On est toujours dans la même recette: privatisation, flexibilité du marché du travail, baisse de la dépense publique, baisse des impôts pour les entreprises.

        Cette politique est zéro.
        Les principaux promoteur sont le FMI, la commission Barroso et les droites européenne.

        C’est l’ennemi de la gauche cette politique.

    • Pablo dit :

      Le FMI a fait faire un audit sur son action durant la période 2004-2007, qui met en lumière les failles de l’organisation dans l’anticipation de la crise.

      http://www.imf.org/external/np/sec/pr/2011/pr1134.htm

      Avec de très nombreux liens

      Le dossier en question (en anglais, existe aussi en espagnol)

      http://www.elpais.com/elpaismedia/ultimahora/media/201102/09/economia/20110209elpepueco_2_Pes_PDF.pdf

      L’article d’El Pais où j’ai entendu la nouvelle:

      http://www.elpais.com/articulo/economia/FMI/hace/critica/demoledora/actuacion/etapa/Rato/elpepueco/20110209elpepueco_8/Tes

      Quand DSK recommandait des plans de relance en 2008, c’était ultralibéral ?

      Quand Blanchard dit que la réduction des déficits doit être progressive pour ne pas peser sur la croissance, c’est ultralibéral ?

    • Christine dit :

      Le PS m’inquiète et pour ma part des choses me dérangent , le salaire du patron du fmi, ou cet article ! que faut-il en penser Pierre ? tout ceci est-il de gauche ?

      • Pablo dit :

        Christine (Marie)

        Que vient faire cet article sur ce blog ? Pourquoi faire le parallèle avec le traitement du directeur général du FMI ? Et en quoi ça concerne le PS pour le coup ?

        Que je sache, on est pas responsable des agissements et trajectoires des membres de sa famille. Il manquerait plus que ça d’ailleurs !

        Ségolène Royal, dont vous faites parfois de la promotion sur ce blog, a une soeur élue sous l’étiquette du Front National, et un frère « impliqué » dans l’histoire du raimbow warrior.

        En quoi est-elle responsable de cela ? En quoi cela nous avance sur la sincérité ou pas de son engagement à gauche ?

        Vos façons de procéder sont assez limites…

        • bangor dit :

          Anne-Christine Royal, (veuve avec dix enfants !), membre du Front National, n’est qu’une cousine de Marie-Ségolène, mais cela ne change rien à ton argumentaire.

      • bangor dit :

        1/ Décidément, les arguments volent bas. Tu devrais relire La Fontaine :
        « – Si ce n’est toi, c’est donc ton frère.
        – Je n’en ai point. – C’est donc quelqu’un des tiens :
        Car vous ne m’épargnez guère,
        Vous, vos bergers, et vos chiens. »

        2/L’article que tu nous ressors date d’il y a trois ans. Marc-Olivier Stauss-Kahn, ancien élève de l’ESSEC, a fait toute sa carrière à la banque de France dont il était le numéro 4 en 2008 ? Il est tout à fait normal qu’il ait été désigné, à lépoque, comme représentant de cette banque auprès de la FED .

        3/Par ailleurs, en quoi le salaire de DSK n’est-il pas « de gauche » ? Qu’est-ce qu’un salaire de gauche pour toi ? DSK gagne en deux ans ce que le footballeur Franck Ribéry gagne en un mois. J’aurais pu citer Johnny Halliday ou de nombreux acteurs de cinéma. Quels commemntaires cela t’inspire-il ?

        • Christine dit :

          Je suis désolé mais pour moi un salaire de Gauche devrait avoir un maximun , cela ne vous choque pas par exemple que des personnes agées n’aient pas de quoi manger correctement, se chauffer correctement , se soigner correctement , moi si donc nous n’avons pas la même vision de la Gauche en effet et arrêtez pour n’importe quel sujet d’en revenir à SR c’est un peu simpliste non …

          • Christine R dit :

            Il est évident que l’échelle des salaires a besoin d’être revue, mais ce doit être l’objet d’une mesure collective, viser l’un ou l’autre individuellement n’a pas de sens. Il faut aussi tenir compte des revenus, dont l’écart est sans commune mesure avec celui des salaires.

          • bangor dit :

            Un salaire n’est ni de gauche ni de droite et est étranger à toute notion politique. Si une loi imposait un salaire maximum, elle serait détournée et les meilleurs de chaque profession partiraient travailler à l’étranger.
            Pour reprendre l’exemple du football, les joueurs de deuxième division gagnent plus que des cadres supérieurs et auraient donc intérêt à quitter la France.
            La véritable solution est de taxer les hauts revenus de façon équitable, en particulier en supprimant le bouclier fiscal.

            – Je maintiens que le salaire de DSK n’a rien de scandaleux.
            – J’intervenais à propos de votre lien sur son frère, que j’ai trouvé limite. Vous avez préféré ne pas répondre alors que c’est vous qui avez introduit la discussion.
            Marc-Olivier Strauss-Kahn est au moins aussi à gauche que vous. Ma femme était une de ses camarades de promotion à l’ESSEC au milieu des années 70. Ils ont participé à la création de la section PS de cette école, avec d’autres dont Thierry de Villepin ( le frère de …).
            -Enfin, sur ce sujet, je n’en suis pas revenu à SR. A vrai dire, elle m’intéresse peu et je considère qu’elle est sortie du jeu.

          • Vens dit :

            Pour limiter les revenus obscènes des goinfres, faut-il édicter des règles, des limitations, des maxima ou bien jouer sur les taux de l’IRPP ?
            Avis de profane : je serais davantage partisan de la deuxième solution.

      • Christine R dit :

        On a plus de mérite à être de gauche, et défenseur du partage des richesses quand on a de l’argent que quand on n’en a pas…bon, ça peut p

        • Christine R dit :

          je termine, ça peut paraître simpliste à première vue, mais réflechissez-y quand même:)

  • guillaumeA dit :

    Oui cette émission met le doute sur une candidature de sarkozy en 2012.

    Il semble usé et ne plus avoir d’idée.

    Il avait gagné 2007 avec des idées qu’il avait de 20 ans(hérité de balladur), hors rien ne fonctionne.

    Franchement Copé ne prépare pas la campagne de 2012, ses propositions actuel ne sont pas viable pour une campagne dans la situation actuel.

    La droite pense qu’elle va perdre 2012 et prépare 2017.

  • Christine dit :

    Ressort cassé ; sans doute mais celui du PS dans quel état est-il d’après vous Mr Moscovici ?

  • Pierre Mougey dit :

    Je suis surpris de la déception de certains à propos de la prestation de Sarko sur TF1: il n’y avait rien à attendre ni de ce personnage ni de ce type d’émission à part de la démagogie,du paternalisme et une volonté pathétique de capter l’électorat d’extrème-droite…Si le président avait un minimum de dignité et de bon sens, il ne représenterait même pas!!!…

  • Livchine dit :

    Ses conseillers empêchent Sarkozy d’être lui -même, avec ses tics , son côté direct. On lui demande d’être Président, mais c’est pas son truc, lui il aime la joute, il aime toucher, tutoyer, alors on a eu un type mortellement ennuyeux et les français choisis étaient tout sauf spontanés et Pernaud serpillière. Nous tions cependant 8, 2 millions à prendre ce somnifère

  • Amelle dit :

    Je croyais qu’un bon politique devait avoir le sens du timing? Faire un énième post sur DSK éventuel candidat de la présidentielle de l’année prochaine alors que le monde est bouleversé par la révolution égyptienne qui a mis à bas le dictateur le plus important de sa région. Venant d’un ancien diplomate, je ne comprend pas.

    Cela dit l’histoire retiendra qu’encore une fois que le gouvernement français aura encore cru en Moubarak voulant lui donner le temps, le matin même du jour ou les égyptiens l’on viré.

    • bangor dit :

      Non Amelle, ce n’est pas ce que l’histoire retiendra. La chute de Moubarak ne pourra être considérée comme une bonne nouvelle que si l’Egypte évolue effectivement vers plus de démocratie. Nous n’en sommes pas là et la détestable expérience du départ du shah d’Iran ne peut que nous inciter à la prudence.
      L’absence de femmes sur les images qu’on nous montre des foules égyptiennes n’et pas rassurante.

      • Amelle dit :

        La chute de Moubarak est une bonne nouvelle dans le sens ou la police n’a plus l’impunité donc la torture dans les geôles égyptienne sera nettement plus compliqué. Ça peux paraitre pas grand chose vu d’ici mais pour les égyptiens c’est juste énorme,ils baissaient les yeux devant n’importe quel agent de l’ordre ou personne influente maintenant c’est fini, le mur de la peur est définitivement tomber.

        Rien que cela c’est une excellente nouvelle. Personnellement j’ai plutôt peur d’un pouvoir militaire comme en Algérie mais apparemment les USA veilleront à ce que les militaires égyptiens n’aient pas le même pouvoir, la preuve c’est que l’armée vient de dissoudre des deux chambres du parlement et appelle à des élections législatives dans les six mois.

        Reste le cauchemar des occidentaux l’islamisme, pour ceux qui comprennent l’arabe, ils comprendront qu’on en est loin, pendant les manifs on entendait un des slogans les plus utilisé place tahrir qui était : Ni était religieux, ni état communautaire(pas sure de la traduction mais ils voulaient dire qu’il ne veulent pas d’un état comme le Liban ou l’Irak basé sur rapport de force entre communauté)nous voulons un état civil (c’est à dire qui respecte les libertés civiles).

        Le contexte égyptien aujourd’hui est totalement différent de celui de l’Iran des années 70.
        1- Parce qu’a l’époque du Chah, le seul espace de liberté était la mosquée ce qui n’est pas le cas en Egypte puisque même les mosquées étaient aussi sous surveillance.
        2- Dans la religion chiite il y a un guide spirituel charismatique, ce qui n’est pas le cas chez les sunnites, et il y a aucun dirigeant charismatique chez les frères musulman.
        3- Les frères musulmans sont entre 30-35% de la population, ils n’ont pas appelé à la marche au début, ils sont allé par la suite négocier avec Suleiman et ça a été très mal vu et enfin ils disent qu’ils ne présenteront pas de candidat pour les présidentielle donc c’est gérable.

        Obama qui justement n’a pas voulu faire ma même erreur qu’avec les iraniens à soutenu les manifestations et du coups manifestement, il a une certaine crédibilité et il est bien vu du peuple égyptien ce qui peux lui permettre de faire en sorte qu’une théocratie ne s’installe même si c’est peu probable. Alors qu’en Iran la position des USA contre la révolution a permis au régime de les désigner comme Satan ennemi du peuple iranien, surtout qu’ensuite l’occident à massivement aider l’Irak dans sa guerre contre l’Iran.

        • Christine R dit :

          Tu as raison, Amelle, de rappeler l’ampleur des evennements au vu desquels nos petites histoires et petites joutes semblent dérisoires.

Flux RSS des commentaires de cet article.