Veillée d’armes

La date a été évoquée depuis si longtemps, le moment a été précédé de tant de péripéties qu’on finissait par le croire virtuel : demain, 28 juin, s’ouvre le dépôt des candidature aux primaires socialistes. La plupart des protagonistes sont connus : François Hollande s’est déclaré depuis longtemps, Ségolène Royal s’est officiellement lancée hier, Arnaud Montebourg et Manuel Valls seront sur la ligne de départ s’ils obtiennent les parrainages nécessaires, Martine Aubry annoncera sa candidature demain. Enfin, bien sûr, je ferai connaître ma décision dans les tous prochains jours. Comme toujours, je veux vous faire partager ma réflexion, les critères sur lesquels, en cette veillée d’armes, je me fonde pour finaliser ma position.

Soyons dès lors clairs : je ne crains pas, par ma candidature, de provoquer la désunion, puisque le pluralisme existe. Ma préoccupation est ailleurs : a-t-elle un sens, peut-elle éclairer le débat ?

J’observe, d’abord, que nous aurons des primaires avec cinq ou six candidats : le modèle retenu ne sera donc pas celui de primaires de confirmation. Cela ne doit pas nous effrayer. Dès lors que personne ne s’est imposé, qu’il n’existe plus, depuis le retrait de Dominique Srauss-Kahn, de candidature évidente ou même dominante, il était logique que s’ouvre un débat libre, plus incertain, où se confrontent plusieurs visions, générations et tempéraments. C’est ainsi, au demeurant, que se déroulent les primaires aux Etats-Unis. N’ayons donc pas peur de la « division », parlons plutôt de diversité naturelle. L’essentiel est, en réalité, de préserver les conditions d’un rassemblement au lendemain du vote, condition sine qua non pour emporter ensuite les présidentielles. Soyons dès lors clairs : je ne crains pas, par ma candidature, de provoquer la désunion, puisque le pluralisme existe. Ma préoccupation est ailleurs : a-t-elle un sens, peut-elle éclairer le débat ?

L’élection présidentielle se fera sans lui, mais les difficultés de la France et des Français elles, n’ont pas changé, la solution pour y répondre non plus : la social-démocratie, le réformisme conséquent sont toujours la voie à suivre pour gagner en 2012, et pour réussir ensuite.

Depuis l’empêchement de Dominique Srauss-Kahn, j’y ai beaucoup pensé. Ce n’est pas, je l’ai souvent dit et écrit, uniquement ou principalement par amitié que j’en étais venu à souhaiter sa candidature. Elle me semblait nécessaire, parce que j’avais la conviction qu’il pouvait apporter des solutions aux problèmes du pays, lutter contre les déséquilibres économiques et sociaux qui le minent, progresser dans la transformation écologique, faire entendre une voix forte et coopérative dans le monde et en Europe, rétablir la confiance en somme. L’élection présidentielle se fera sans lui, mais les difficultés de la France et des Français elles, n’ont pas changé, la solution pour y répondre non plus : la social-démocratie, le réformisme conséquent sont toujours la voie à suivre pour gagner en 2012, et pour réussir ensuite. Cette voix là, j’en suis persuadé, doit être présente et fortement portée dans les primaires. Je crois, sincèrement, être bien placé pour cela, en avoir la force et l’expérience, et pouvoir l’incarner au nom de la plupart de ceux qui ont soutenu Dominique Strauss-Kahn, ainsi que d’une nouvelle génération qui m’entoure.

Est-ce un acte de candidature ? C’est l’expression de ma préférence, ce n’est pas la conclusion de mes réflexions qui se poursuivent. Car pour qu’une telle aventure ait du sens, pour qu’elle créée un événement dans les primaires, voire une surprise, il est indispensable qu’elle soit portée collectivement. C’est pourquoi je consulte, j’échange beaucoup. Car pour moi, ce qui se joue avant tout dans les jours, puis les mois qui viennent, c’est l’avenir du pays, et ma préoccupation essentielle est bien que les idées que je porte, celles du réformisme, que l’exigence du renouveau politique soient incarnées dans les présidentielles. Ce peut-être par moi : j’ai dit que j’y étais prêt. D’autres sont-ils disposés à les inscrire, avec la même force, dans leur dynamique de campagne, dans leur stratégie, leur vision, leur dispositif ? C’est cela qui, en définitive, guidera mes choix.

il est essentiel à mes yeux que le groupe que j’anime et continuerai à animer quoi qu’il arrive fasse un choix éclairé, que nous prenions position ensemble, si possible unanimement, à défaut de façon très majoritaire, afin de peser puissamment sur les échéances à venir.

Je m’étais engagé à parler de cela de bonne foi avec Martine Aubry, François Hollande et Ségolène Royal : je le fais, tous m’ont répondu, et ces dialogues sont à la fois respectueux et intéressants. Mon devoir, ma mission sont de rendre compte de ces échanges aux signataires de l’appel « l’audace d’innover », d’évoquer avec eux toutes les hypothèses, puis de décider ensemble : il est essentiel à mes yeux que le groupe que j’anime et continuerai à animer quoi qu’il arrive fasse un choix éclairé, que nous prenions position ensemble, si possible unanimement, à défaut de façon très majoritaire, afin de peser puissamment sur les échéances à venir. Dès lors, à ce stade, tout reste ouvert ; une candidature de ma part, une alliance réformiste avec un(e) autre candidat(e), voire, si rien de convainquant ne se dessine, l’attente du dénouement des primaires.

Mercredi, je ferai une proposition, celle que j’estimerai la meilleure, la plus utile, à partir des critères que je viens d’évoquer, avec l’ambition qu’elle serve la gauche et la France.

Je prendrai donc ma décision avec les signataires de « l’audace d’innover » et avec mes amis de « Besoin de gauche ». Nous nous réunirons mercredi, plutôt que mardi comme prévu – j’ai en effet estimé courtois et respectueux que la journée de demain soit réservée à la déclaration de candidature de Martine Aubry. Et c’est jeudi que je ferai connaître ma décision – la nôtre. J’ai les idées claires, je sais ce dont je suis capable, je connais les conditions d’une candidature et partant les contraintes qui pourraient l’empêcher, j’ai mon idée sur les issues possibles. Mercredi, je ferai une proposition, celle que j’estimerai la meilleure, la plus utile, à partir des critères que je viens d’évoquer, avec l’ambition qu’elle serve la gauche et la France. Vos avis, une fois de plus sont bienvenus.

Photo : CC steve.grosbois

144 réflexions au sujet de « Veillée d’armes »

  1. Je suis déçue encore une fois…. mais entre Aubry et Hollande le choix pour moi est vite fait : ce sera Hollande, en espérant que vous puissiez lui donner du peps et du dynamisme, être son porte-parole le plus possible aussi…. bonne chance à vous !

    • Mosco sera coordinateur de la campagne de Hollande. Je me disais aussi…les convictions politiques s’effacent rapidement devant une bonne soupe.

      • Ah bon ? Etre coordinateur de campagne, c’est une bonne soupe ??? Quand on veut systématiquement dénigrer, on finit par dire n’importe quoi.
        Pour ma part, j’espère que c’est un ticket gagnant, je l’espère pour mon pays.

  2. Bonjour , je suis socialiste et je vous ai toujours apprécié parce que vous ne participez pas à la guerre fratricide entre socialistes . Quand on entend Martine Aubry traiter Ségolène Royal de « blonde » ou Montebourg dire que Hollande ressemble à un livreur de pizza , comment ces candidats aux primaires peuvent-ils être crédibles ? Pensent-ils être élus aux primaires en insultant les autres candidats ? Hollande lui est plus digne et je ne crois pas l’avoir entendu insulter d’autres socialistes . C’est pour ses convictions que je voterai Hollande aux primaires et je suis très content que quelqu’un comme vous s’engage à ses côtés .
    Martine Aubry a des qualités mais elle fait trop apparatchick et rigide . Peu de chances de l’emporter , Hollande a crompris qu’il fallait prendre des voix au Centre . La gauche seule ne peut pas l’emporter .Il ne s’agit pas de s’allier avec le modem ou les autres centristes , il s’agit de trouver des idées qui pourraient plaire aux électeurs centristes .Insister sur les économies à faire dans l’Etat avec l’Elysée qui montrerait l’exemple en réduisant ses dépenses . Bon courage à vous Monsieur Moscovici . Content de lire une bonne nouvelle grâce à votre annonce d’alliance avec Hollande .

  3. Une centaine de grands élus – maires, députés et une quinzaine de sénateurs -, tous membres du mouvement de Pierre Moscovici « Besoin de gauche » doivent signer un texte du député du Doubs expliquant les raisons de leur choix en faveur de François Hollande, qui sera rendu public jeudi.
    Qui s’est tiré une balle dans le pied en expliquant que Moscovici ne représentait rien ?

    • C’est vrai que Hollande va perdre et Mosco aussi par conséquence, mais ce n’est pas pour autant qu’Aubry va gagner !
      Le nombre d’amis ne veulent rien dire sur Facebook, cependant tu oublies sciemment de dire que Ségolène Royal n’en a que 27200…

    • personne n’en sait rien de qui va gagner en octobre, donc faut se méfier et ne pas être péremptoire, ni pour l’un, ni pour les autres, à mon humble avis…

  4. La primaire des verts vient de démontrer que les sondages ne font pas l’élection.
    Eva Joly a gagné par une campagne de terrain.
    Personnellement je pensais que Hulot allait gagné.

    Celui qui veut faire une campagne a minima pour la primaire va se prendre une énorme claque.

    • Les sondages interrogent un panel de français mais dans le cadre de la primaire écologiste, c’est des adhérents qui votent. D’où un décalage.

      Ceci dit, en 2006 la primaire socialiste a confirmé ce que disaient les sondages et au niveau de la primaire écolo il y a eu quelques ratés au niveau des bulletin de vote (taux de participation de 77%, c’est pas terrible pour un scrutin de cet enjeux).

      • Je ne veux pas pour autant jeter le trouble sur la sincérité du scrutin interne écolo mais ces ratés auraient pu être évités et le seront, je l’espère, pour le second tour. Rappelons qu’ils expérimentent aussi le vote électronique.

        • bah surtout qu’il y a eu très très peu de sondages portant uniquement sur des sympathisants verts, l’étanchillon étant bcp trop restreint pour être pertinent (environ 100 personnes).

          Mais tout de même, si Hulot l’emportait largement sur un panel général, Joly était préférée du panel très restreint portant sur les seuls sympathisants.

          Et puis, ce n’était pas une primaire ouverte puisqu’il fallait être adhérent. Et l’intérieur du parti soutenait Joly.

  5. Que reste-t-il de BdG ? Que reste-t-il des idées que nous avons défendues ?

    • N’était-ce pas la génération quadra PS qui avait critiqué l’immobilisme de …

    • Ce n’était pas l’enjeu, ce n’était pas un congrès, c’était alors qu’il fallait mettre ses idées en avant. Aujourd’hui, il s’agit d’élire un président de la République, et donc d’abord un candidat, qui soit le plus à même de rassembler un maximum de français pour changer la gouvernance de la France et la politique qui y est menée. Les courants, les sensibilités, ne seront plus là que pour infléchir dans une situation donnée, dans un choix précis, dans une mesure ou une autre.
      Je salue la décision de Pierre.

  6. Pierre Moscovici vient d’annoncer son soutien à Francois Hollande. Il vient de faire le moins mauvais choix. Ca va contrebalancer un peu le soutien de l’appareil pour Martine Aubry.

    • C’est la montagne qui accouche d’une souris….

    • François Hollande sera donc probablement le prochain président de la République. C’est plutôt une bonne nouvelle. Dans la foulée, nous éviterons Anne Hidalgo comme maire de Paris, ce qui est une autre bonne nouvelle.

      • Vous allez beaucoup trop vite , comme pour Europe-Ecologie attendez les résultats des votes ? les sondages avaient annoncé une large victoire Hulot …

  7. Cher Pierre,
    Je renouvelle mon soutien à ta participation aux primaires comme exprimé lors de la signature de ton texte « L’audace d’innover ».
    Tout d’abord, nous sommes nombreux à te reconnaître une grande compétence à exprimer et à développer avec nous et d’autres les idées sociales démocrates dans le débat public. DSK empêché, il serait absurde et cruel qu’elles soient si peu représentées.
    Ensuite, à partir du moment où on accepte ou on trouve positif la candidatures d’autres personnes que Martine ou François, il serait absurde que Manuel ou Arnaud participent au débat, et que tu en sois absent, quelques que soient leurs qualités respectives.
    Et surtout, les primaires changent de donne. Avec DSK, elles auraient tourné au débat d’idées et de priorités, tant était patent la légitimité de DSK dans une volonté réformatrice. Cette voie brisée, il me semble évident que les primaires porteront plus sur l’incarnation que sur le fond si nous nous limitons à un duo Martine / François. Le risque de l’alliance de la carpe et du lapin est revenu d’actualité, avec le risque évident que les électeurs ne soient pas dupes, et surtout peu motivés.

    Pierre, si tu veux éviter le remake du congrès de Reims, et un fâcheux prélude à avril 2002, ta candidature s’impose.

  8. Après réflexion, je pense que Francois Hollande est le moins mauvais des candidats socialistes.Il me parait le plus fédérateur ( pouvant séduire les socialistes et les centristes sans se mettre à dos la gauche de la gauche ) , le meilleur communicant et le candidat qui en a le plus envie. Le soutien de Jacques Chirac peut être utile au moment de l’entre deux tours de la présidentielle.
    Pourtant en 2006 j’avais voté S.Royal mais cette dernière me parait complètement discréditée dans l’opinion publique.

  9. Comme prévu, Aubry va représenter l’appareil et la « gauche »du P.S..Logiquement, vous ne pouvez pas la soutenir; quant à vous présenter vous- même pour faire un score comparable à Montebourg ou Valls, ce serait pathétique.
    Il ne reste donc qu’une possibilité (puisque Ségo a passé son tour): soutenir Holl.même si vous ne trouvez pas cela enthousiasmant.D’ailleurs, les critiques socialistes ctre lui st injustes,déplacées et contre-productives!!!

    • Aubry a toujours dit que ce serait elle ou DSK et réciproquement. Je ne vois pas en quoi les soutiens d’Aubry représentent « l’appareil » (80 députés, 30 sénateurs, des maires de grandes villes ou petites, président région, département, déja plus de 10.000 membres sur son FB, Delanoé, Destot, Kalfon, Pupponi…). Je pense que DSK souhaiterait que Mosco soutienne Aubry. Aprés c’est à lui de voir…

    • Pour moi, ce ne sera pas Aubry. Au second tour, ce pourrait ^tre Hollande, mais je préférerais Mosco.

  10. La sociale-démocratie n’est pas représentée par Aubry, traditionaliste.

    A la rigueur, Hollande s’en rapproche. Mais,son manque d’initiative, de dynamisme et de charisme lorsqu’il représentait le PS, n’est pas à son avantage.

    Si le PS s’adresse uniquement à ses sympathisants, tendance gauche, Aubry est la mieux placée.

    Si le PS s’adresse à une frange plus large, Hollande a toutes ses chances.

    Reste que la sociale-démocratie n’est toujours pas représentée à sa juste valeur.

    Moscovici me paraissait le plus représentatif. Mais pour cela, il faudrait qu’il se manifeste et réagisse très rapidement. alors que pour l’instant, c’est le silence radio. Pas bon, ça !

    Je trouve cette histoire de primaire très intéressante puisqu’elle représente, ouverture, démocratie et débats. Mais, encore faut-il que tous les candidats se déclarent rapidement. Dans le cas contraire, il y aura bien moins d’échanges et de confrontations constructives.

    Prendre sa décision rapidement, agir, innover et s’impliquer est primordial. Et là, concernant votre choix, on est hélas, encore dans le flou. Ce qui n’est pas cohérent, crédible et idéal.

    Alors, quelle est enfin votre décision Mr Moscovici ? Il est plus que temps de vous prononcer et d’avancer !

    • Bah oui, et le  » manque d’initiative, de dynamisme et de charisme  » le caractérise encore mieux que celui que vous citez, et on pourrait ajouter ses circonvolutions, ses hésitations, etc…

    • L’enjeu n’est pas de s’adresser aux sympathisants de gauche convaincus(socialistes et/ou de l’autre gauche) ou aux électeurs plus « centristes » (le marais), mais d’arriver à les faire voter.

  11. Présentez-vous s’il vous plait !! je suis tellement triste de ce qui arrive à DSK, vous êtes le seul à pouvoir rallier toutes les personnes qui croyaient en sa victoire en 2012 (et elle était vraiment fortement possible !!), aucun autre candidat aux primaires ne me passionne…. j’espère vraiment que vous nous annoncerez votre candidature prochainement !!! bonne fin de semaine.

  12. Le suspense devient insoutenable. Va t-on avoir un direct ce soir sur BFM ou i-télé ??. En tout cas si vous ne soutenez pas Aubry ce serait incompréhensible et un trés mauvais choix . Rejoindre la « gauche » de Collomb, Peyrelevade, Jouyet…n’a rien de sociale-démocrate.

    • Pas d’annonce ce soir si j’ai bien suivi.

      Quant au choix, il a autant de raisons pour pencher pour FH que MA, mais les 2 réunis moins que pour que Pierre y aille en notre nom.

      Dans une primaire ouverte où les circonstances ne favorisent plus un candidat plutôt qu’un autre, il y a une prime à la pluralité.
      On devrait d’ailleurs étendre le concept au choix de profil des députés.

  13. Je confirme mes multiples propos à ce sujet.

    Se présenter aux primaires c’est prétendre pouvoir occuper le poste de Président de la République.

    Visiblement il y en a qui sont peu conscients de leurs limites. A quoi bon leur expliquer puisque cette limite les empêche de comprendre.

    Fort heureusement, les électeurs connaissent bien la limite des candidats. Par contre et pour les primaires, j’ai un peu peur. La mobilisation pour l’un ou l’autre peut être beaucoup plus forte que prévue sans pour autant représenter le vouloir de la gauche. Du coup, la sanction aura lieu en 2012.

    • « Fort heureusement, les électeurs connaissent bien la limite des candidats. »
      Ils ont néanmoins voté Sarko en 2007….c’est dire s’ils sont doués.

      • Connaissant les limites des candidats, les électeurs ont voté contre Madame Royal en 2007.

  14. Malgré toutes les qualités que je reconnais à Pierre, et elles sont nombreuses, je ne pense pas qu’il soit opportun pour lui d’être candidat. Une candidature de « témoignage » n’aurait de sens que si les valeurs sociales démocrates n’étaient absolument pas représentées, ce qui n’est pas le cas.
    En conséquence je considère qu’il n »y a que des coups à prendre et qu’il est préférable, afin de préserver l’avenir, de ne pas ajouter une candidature qui, et je le regrette, n’a pas cette fois-ci de chances de l’emporter.
    Pierre mérite mieux que ça et son heure viendra !

  15. Dommage que Strauss Kahn ne sois plus en liste. Son approche, ses compétences et son charisme me correspondaient.En fait, avec lui, je me suis aperçue que j’étais sociale-démocrate.

    Aujourd’hui, les donnes ont changé. Je ne voterai pas pour Aubry qui représente le PS d’autrefois alors que notre société et nos pratiques ont changé et évolué.

    Je ne voterai pas pour Hollande du fait qu’en tant que 1er secrétaire du PS, il a démontré qu’il était influençable, indécis et peu fiable. Il n’a rien apporté et rien changé. Son passage a été inexistant de part son manque d’action et de charisme. Il n’a donc pas la stature d’un président.

    Reste vous, Moscovici, qui rassemblerait compétences et sociale-démocratie.

    Si vous êtes déterminé, impliqué, à l’écoute de notre société et de ses citoyens. Si vous ne rejetez pas les sujets « sensibles » et forts (sécurité, économie …). Si vous êtes réaliste et prenez en considération l’état de la France, le chômage des jeunes ET des + de 45 ans (que l’on oublie trop souvent). Si la difficulté et le désespoir des PME/PMI qui voudraient embaucher mais qui sont freinés par les charges trop importantes qui plombent toutes initiatives et recrutement(et qui du coup, ne permet pas au chômage de baisser) vous intéresse et vous donne envie de faire évoluer cet état de fait … vous, vous m’intéressez !
    Si votre objectif n’est pas d’augmenter l’état providence (sans adapter les besoins aux demandes, de revoir certains fonctionnements ….); Si votre objectif est d’innover, d’avancer, de devenir président pour les français et non par intérêt; si votre objectif est d’utiliser les forces et compétences des uns et des autres sans magouilles et copinage; si vous êtes juste, droit et sincère … je vote pour vous parce que c’est une personne comme celle-ci qu’il nous faut et dont nous avons besoin.

    Votre approche, votre expérience et vos compétences permettraient une avancée du PS et rassembleraient nombre de français. Allez jusqu’au bout et présentez-vous aux primaires. Cela serait bénéfique pour le PS et pour la France !

    Personnellement, je ne suis pas socialiste mais cette approche et cette démarches me correspondraient. J’adhérerai et je voterai pour. Et, je ne suis pas la seule !

  16. Dommage que Strauss Kahn ne sois plus en liste. Son approche, ses compétences et son charisme me correspondaient.En fait, avec lui, je me suis aperçue que j’étais sociale-démocrate.

    Aujourd’hui, les donnes ont changé. Je ne voterai pas pour Aubry qui représente le PS d’autrefois alors que notre société et nos pratiques ont changé et évolué.

    Je ne voterai pas pour Hollande du fait qu’en tant que 1er secrétaire du PS a démontré qu’il était influençable, indécis et peu fiable. Il n’a pas la stature d’un président.

    Reste vous, Moscovici, qui rassemblerait compétences et sociale-démocratie.

    Si vous êtes déterminé, impliqué, à l’écoute de notre société et de ses citoyens, que vous ne rejetez pas les sujets « sensibles » et forts (sécurité, économie …), que vous êtes réaliste et prenez en considération l’état de la France, le chômage des jeunes ET des + de 45 ans (que l’on oublie trop souvent), le désespoir des PME/PMI qui voudraient embaucher mais qui sont freinés par les charges trop importantes qui plombent toutes initiatives et recrutement(et qui du coup, ne permet pas au chômage de baisser) … vous m’intéressez !
    Si votre objectif n’est pas d’augmenter l’état providence (sans adapter les besoins aux demandes, de revoir certains fonctionnements ….); Si votre objectif est d’innover, d’avancer, de devenir président pour les français et non par intérêt; si votre objectif est d’utiliser les forces et compétences des uns et des autres sans magouilles et copinage; si vous êtes juste, droit et sincère … je vote pour vous parce que c’est une personne comme celle-ci qui est intéressante et dont nous avons besoin.

    Reste que votre approche et vos compétences permettrait une avancée du PS et rassemblerait nombre de français. Allez jusqu’au bout et présentez-vous aux primaires. Cela serait bénéfique pour le PS et pour la France !

    • Véro,
      Vous venez de décrire quasi exactement Ségolène Royal !
      Et ça fait froid dans le dos ! Parce que cela prouverait que des gens qui partagent sa démarche et ses idées ne vont pas voter pour elle ! Et que, par déduction, c’est un rejet gratuit et basé sur la personne – je ne vois que ça – qui guide leur choix.
      Atterrant.
      Cat tout ce que vous décrivez comme étant incarné par Pierre, l’est déjà parfaitement par Ségolène.
      S’il s’agit de faire un doublon, de deux choses l’une: qu’il la rejoigne ou qu’il s’efface.
      Sinon c’est vraiment n’importe quoi.

      • j’aime bien le « quasi exactement ». C’est synonyme de différence semblable ou d’opposition fusionnelle ?

        • Ca veut dire « à très peu de chose près », mais je vous remercie pour votre argumentation qui éclaire le débat.

          • En effet certains par leur TSSR même si elle devait faire gagner la Gauche et la France, préféreraient comme en 2007 que la droite gagne !

            On ne peut être de Gauche dans ce genre de démarche !

      • La démarche et les valeurs de S.Royale n’ont pas grand choses à voir avec la sociale-démocratie. De plus, S.Royale n’est pas crédible. C’est d’ailleurs pour cela, qu’elle est déjà hors « course ».

        • Pas de souci, je ne faisais que constater que vous avez décrit d’une manière assez précise, quoiqu’involontairement, Ségolène Royal, ses principes, ses valeurs et sa démarche. C’est en tout cas – faites le test – ainsi qu’on la définit très souvent.

          Pour ma part, je pense que si tous les socialistes bossaient et rencontraient autant les gens que le fait S. Royal, il y a longtemps que la gauche serait au pouvoir.
          Et que DSK est davantage hors course qu’elle, si vous me permettez.
          Ainsi que Pierre, tant il est vrai que les cogitations, tergiversations, valses-hésitations et questionnements intérieurs sont loin de correspondre à ce qu’attendent les français.

  17. Ca y est Collomb soutient Hollande. Vu la position de Aubry et d’Hollande sur le cumul des mandats, je comprends son choix. Je pense que Pierre Moscovici ne va pas se présenter car il sait que « l’effet Obama » entre le 15 juillet et le 15 aout fera 1% aux primaires. Quand j’entends Collomb dire qu’Aubry c’est « a gauche toute » sans aucun argument et en niant le soutien des strauss-kahniens à Aubry, on voit que les rapports entre les personnes priment sur les convictions politiques. Enfin bientot la fin du suspense pour Mosco, j’en dors plus la nuit.

  18. Cher camarade,

    Si tu ne te présentes pas nous allons être orphelin des idées de Strauss Khan qui sont aussi les tiennes.Nous aurions tant souhaité que tu nous les expliques dans le détail,pour montrer non seulement à nous mais aussi aux autres français la valeur d’une politique dont la France a besoin, une politique mêlant efficacité économique, éthique et sens de son prochain et de l’intérêt commun,sens de l’équité, de la justice.
    Nous avons soif de retrouver un programme soustendu par des valeurs, par des gens de valeurs, qui ne sont pas seulement de fins politiques, mais qui ont aussi une qualité d’être, ce qui se fait plutôt rare parmi les politiciens actuels.Mêler réalisme politique et idéalisme mettant l’humain au centre de tout, rendant essentielle la qualité des relations fraternelles, l’honnêteté, le souci de vérité, c’est une urgence, car ce la me désespère moi, et je pense que celà desespère beaucoup de gens qui essaient de croire en l’homme et vont parfois de désillusion en désillusion.

    Voilà, je souhaite donc cher ami que tu te présentes, j’aurai du temps a consacrer a la diffusion de tes idées.Je vais m’inscrire au parti, car pour ce qui me concerne cela a provoqué une déclic positif, et je souhaite qu il en soit de même pour beaucoup de gens.

    Amicalement.

    jacqueline

  19. Le train est passé. Dans l’esprit des gens, les acteurs sont en place. A force d’hésiter et de se poser 10 000 questions intelligentes, et d’y apporter 10 000 réponses intelligentes, Pierre a laissé passer le train. Jusqu’à repousser une réunion décisive pour ne pas gêner Martine Aubry … c’est tout dire.

    J’ai décidé de ne plus attendre et je me range derrière François Hollande. Pour la cohérence avec nos idées, pour sa détermination à être candidat, pour sa force de proposition. En respectant les autres candidats car tous ont leur place. Seuls les entourages – y compris certains ténors – m’agacent profondément.

    Je prend le pari que Pierre rejoindra François pour occuper une place de choix dans le dispositif d’une campagne qui dispose d’excellentes chances de réussite. Je vois beaucoup de similitudes avec Reims dans cette séquence. Et si je me trompe sur les intentions de Pierre, on le saura très vite.

      • Les écolos sont des gens bizarres, mais je t’accorde que les sondages ne sont que des sondages.

      • Sauf que les cadres écolo viennent de se rendre compte que les adhérents EUX sont de gauche, d’où le rejet de Hulot. Vous allez voir qu’un jour les cadres du Ps vont se rendre compte qu »une majorité des socialistes sont de gauche.

        • Oui et les sondages annonçaient Hulot gagnant très largement … ?

          comme quoi les sondages qui nous annoncent ceci ou cela …

    • Tu n’es pas à un jour près, ami Aiglon. Tu pourrais attendre jusqu’à demain. Moi aussi, je rejoindrais Hollande si Pierre ne se présentais pas, mais j’espère encore et je ne l’écris qu’au conditionnel. Je t’accorde que cette séquence peut apparaitre comme une réédition de celle de Reims.

      • Alors qu’évidemment, ce n’est pas le sujet, mais c’est effectivement à Reims que Pierre, à mon avis, a raté l’occase.

  20. Pierre,
    J’ai été longtemps partagé à la lecture de votre publication « l’audace d’innover ». Il ne s’agit pas d’un désaccord sur le fond, loin de la.
    Mais il m’est apparu alors le chemin qu’il vous reste à parcourir face au fleuve des propositions, et j’imaginai deja l’émiettement de la vision socialiste dans un débat pluraliste tournant à la cacophonie. Débat dans lequel je suis certain que vous vous illustreriez, mais qui m’effraie un peu quand à l’image face aux français.
    Car j’ai peur que le débat de fond que vous souhaitez, et je m’associe à cette attente, ne soit pas exactement en phase avec les personnalités des autres candidats. Le risque de diversion est grand, et vous pourriez vous retrouver isolé dans un océan de démagogie.

    Mais après mûre reflexion, finalement j’en reste à ma seule conviction vous concernant : vous seul avez le costume. L’allocution de Martine Aubry est à mille lieu d’être convaincante. On sentirai presque du désespoir dans les premières minutes : c’est une catastrophe. Hollande est deja essouflé de son ascension dans les sondages et aura probablement du mal a emerger en présidentiable.

    Alors mon avis ?
    Abandonnez le « fleuve », même si c’est contre nature, et concentrez-vous sur vos points forts.
    Oubliez un temps, celui de la campagne, les logiques internes au parti, les soutiens, alliances, ralliement : c’est aux français que vous vous adressez.
    Et oui, prenez ce risque personnel.

    L’intérêt général est peut être à ce prix ?

    Bonne chance… Enfin je l’espère !

    PS : j’oubliai, au risque de m’attirer les foudres végétaliennes : mangez du cheval !

  21. Cher Pierre,
    Une nouvelle fois tu sollicites les avis, alors je te donne le mien. Avec DSK, il y aurait vraisemblablement eu des primaires de confirmation, maintenant il s’agit bien de primaires de compétition. Tu dis ne pas craindre la « division » et tu parles de « diversité » en évoquant les Etats-Unis. La comparaison a ses limites. Aus Etats-Unis les candidats sont nombreux au départ et comme la précédure est longue, la plupart abandonnent en chemin. En France la procédure sera rapide et le risque d’un score faible me semble important.
    De plus les électeurs des primaires ne réagiront pas comme des militants qui veulent compter leurs forces lors d’un congrès. Ils vont soutenir celui (ou celle)qui leur semble le mieux à même de battre Sarkozy, ce qui va entraîner une polarisation en faveur de François et de Martine.
    Je pense que la meilleure solution est d’apporter dès maintenant un soutien à François Hollande.
    Amicalement

  22. Beaucoup de mes collègues qui vote a droite vous apprécie. Je pense qu’il faut absolument vous présenter car vous êtes capable de rassembler au delà de votre camps.
    Si vous ne vous présentez pas je voterai certainement pour Borloo.

  23. Se faire plaisir à ses limites et l’enjeu de cette primaire ne peut se satisfaire de cette petite ambition.
    Pousser pierre à y aller relève de l’irresposabilité. Il va être totalement marginalisé et pésera cacahuète.C’est ridicule.
    Sa place est près de François.

  24. Quelques remarques personnelles suite à la lecture du papier de Pierre et des nombreux commentaires (pour certains signés par des amis/connaissances):

    1) A mon sens le PS est aujourd’hui très majoritairement de tendance réformiste et social-démocrate, sur le plan de la pratique gouvernementale et sur le plan des idées. Si l’on regarde les motions de Reims, sur le plan des idées, les motions A, D, E s’inscrivent grosso modo dans cette mouvance.

    Ceci ne signifie pas dire qu’il n’y a pas de différences entre ces motions et les personnes qui les portaient alors. La trajectoire politique (constance ou pas), la pratique gouvernementales (plus ou moins dirigiste ou pas) et certaines propositions, parfois insolites, suffisent à distinguer ces personnalités et à les juger à l’aune du référentiel soc-dem.

    A la différence d’autres courants, le courant Socialisme et Démocratie puis Besoin de Gauche (mais en moins performant) revendique cette culture social-démocrate (d’inspiration anglo-saxonne ET scandinave) et a su structuré la pensée soc-dem au sein du PS. Aujourd’hui, la spécificité de BDG me semble être l’Europe, et franchement au PS ce n’est pas rien.

    L’aile-gauche, l’autre tendance que j’appelle social-républicaine et qu’incarnait à merveille Jean-Luc Mélenchon, pèse à peine 20%. Malgré quelques postes à forte visibilité, cette tendance est divisée (Hamon, Emmanuelli, Montebourg, Filoche) et sans « doctrine » structurée, capable de s’imposer ou de peser durablement sur la ligne majoritaire du PS.

    2) En dépit de toute la sympathie que j’ai pour Pierre Moscovici – j’aime son sérieux, son ton posé, sa nuance – je ne le vois pas aujourd’hui porter autre chose qu’une candidature de témoignage.

    Sur le fond, hormis peut être la question européenne, je ne vois pas comment il pourra se distinguer de François Hollande et de Martine Aubry, aux yeux des sympathisants de gauche susceptibles de voter à la primaire citoyenne.

    Sur la forme, comme l’a très bien dit Raphael, Moscovici n’est pas organisé pour mener la campagne des primaires (un réseau d’élus plutôt réduit, un courant peu structuré et mal animé). En tout cas, par rapport à d’autres candidats, le retard de Pierre est important.

    3) Les deux « favoris » jouent la carte de l’appareil socialiste en s’assurant un soutien des élus le plus large possible. Si ce ne sont pas les élus qui choisiront le candidat, leur influence peut être déterminante au niveau des militants qui eux feront campagne sur le terrain.

    Montebourg et Royal jouent la carte des « cercles de soutiens » (les volontaires, désir d’avenir) peut être plus à même de toucher les sympathisants de gauche, tout au moins de les mobiliser. Valls (et Moscovici) ne dispose ni des uns, ni des autres.

    Je n’ai pas encore choisi de candidats pour les primaires, déçu de l’éviction de DSK en mai dernier. Mais il reste encore quelques mois pour se décider. Une campagne, fut-elle « interne », c’est aussi une affaire de rythme et d’interactions.

  25. Permettez-moi d’être un brin taquin avant de lâcher le clavier ce soir.

    Je me disais que cette journée avait vu un net regain d’activité sur le blog de Pierre (alors qu’il n’était pas censé faire l’actu). Du coup, je me suis dit, allons chez Martine et François notre couple de favoris, voir si c’est aussi animé chez eux.

    Résultat :
    * un commentaire chez Flamby : « Très bonne interview, en avant pour les primaires. Tous les militants et les sympathisants comptent sur vous tous pour que ce débat soit fructueux et qu’un rassemblement puisse avoir lieu dès le 17 Octobre! »
    * quant à Titine, son blog (si elle en a un) n’est pas connu de google !

    Je doute fort que l’on puisse prétendre à grand chose en 2012 si on ne maîtrise pas le canal de démocratie numérique qu’est le web.

    • C’est bien pour cela que la campagne va pas se passer comme prévus.

      Dans une semaine les candidats vont tout suite voir que c’est une bataille.

      Si Aubry pense que les autres vont pas faire campagne elle se trompe.

      Royal par exemple a décider de faire des meetings tout l’été et de pas prendre de vacances. Cela va faire rigoler mais sur 1 a 2 millions d’électeurs pour la primaire, le terrain va être primordial.
      Celui qui va être touché c’est celui qui va voir le candidat mouillé la chemise.
      Pareille: celui qui va remplir des salles a la fin va faire une dynamique, Aubry ce matin c’est 100 personnes. Hollande et Royal font 5 a 8 fois plus chaque semaine.
      On va fait campagne sur des gens engagé en politique et ce type d’électorat veut du terrain.

  26. Pierre aprés nous avoir expliqué sur tous les plateaux TV qu’il ne s’interdisait rien,que son heure avait sonnée,que si DSK était empêché,il se sentait capable de porter ses idées,une fois de plus par manque de courage risque de se racrocher à un wagon. Lequel?Je pense qu’il est entrain de réfléchir à celui ou celle qui lui proposera le meilleur poste.Il nous refait le coup du congrès de Reims.Personne n’est dupe,c’est attristant.

  27. Le piège pour Aubry est déjà la.

    Elle ne propose pas plus que le projet socialiste, mais le soucis c’est que tout les autres candidat PS l’on signé donc reprennent ce programme mais eux apportent des solutions en plus.

    On va me dire , oui mais elle commence. Certes mais le premier discours donne la ligne.

    Hors la ligne c’est le projet socialiste.

    Les autres candidats ont des lignes bien différente des solutions propre.

    De plus Aubry va avoir le dossier 35 heures sur le dos. Je suis déjà sure que Valls va remettre cette histoire sur le tapis.
    Mais je penses que Aubry dans cette histoire va défendre son bilan et dire qu’elle va revenir sur les heures supplémentaire. Hors ses concurrents vont aller dans la brèche et dire que cette proposition de sarkozy ne serra pas remit en cause pour ne pas se couper des classes populaires(Valls et Royal, peut être Hollande).

    Je penses que Pierre ne doit pas se tromper et il doit aller dans la bonne équipe.

    Que va proposer Aubry sur les Banques? Les deux candidats les plus véhément sont Montebourg et Royal. D’ailleurs c’est pour moi la première des batailles, comment vouloir réformer si on ne s’attaque pas tout de suite au Mur de l’argent. Les deux candidats ont une avancent car une analyse fine de leur propositions donne une transformation très très importante de l’économie Française.

    Certainement la plus importante depuis la vague libéral des années 80.

  28. Cher Pierre,
    Je ne comprends pas pourquoi vous ne vous décidez pas à y aller. Je ne sais pas si vous pouvez « gagner » mais vous pouvez au moins défendre des idées légitimes, peser dans le débat, être utile activement pour la gauche.
    Votre élégance vous honore mais cette fois ne laisser pas les autres décider à votre place, prennez la décision qui s’impose: soyez candidat!!! N’écoutez pas ceux qui vous dénigrent mais plutôt ceux qui attendent beaucoup de votre candidature.
    Battez vous, affirmez haut et fort vos idées, faites vous entendre!
    Cordialement, Liza

  29. Monsieur Moscovici,

    Je vais être bref mais clair. Engagé depuis le début dans l’aventure BDG, je pense que nous n’avons pas vocation à présenter un candidat, vous n’avez pas vocation à être candidat.

    Nous n’avons pas vocation à être candidat car nous avons soutenu DSK. Dans cette affaire, il y a deux choses : 1/ « l’affaire », qui concerne désormais dsk et la justice américaine ; 2/ sa relation avec les femmes. Nous connaissions tous ce risque et l’avons collectivement sous-estimé, y compris moi. Si nous ne sommes bien entendu pas coupables, nous sommes responsables. Et quand on se trompe, si lourdement, il faut assumer cette erreur, en ne prenant pas position collectivement, mais chacun individuellement.

    La deuxième question qui se pose est Pierre Moscovici doit-il être candidat ? Ma réponse est clairement non.
    Etre candidat signifie diriger, représenter la France, prendre des risques, être un leader. Or, qu’avez-vous faire réellement depuis 2007 ? Animer un réseau, B2G ? Pas le moindre. Pris des risques en allant en motion en Congrès ? Pas le moindre. Soutenir des amis politiques lors des campagnes régionales (je pense à Paris par exemple). Non plus. Considération des militants ? Pas encore en repoussant une réunion prévue 24 heures à l’avance, préférant un pot avec des sénateurs (je vous rappelle que des camarades, venant de province, avaient prévu train, hôtel, voir pris des demies journées). Alors, comment rassembler les français ?

    Certes, une présidentielle est une rencontre entre un peuple, une vision, et mais aussi entre un peuple et une personne. Si oui vous représentez le mieux, et pour le coup avec honneur les idées sociales démocrates, je doute très fortement de la capacité à faire campagne.

    Je crois que l’humilité, issue de notre responsabilité, est de ne pas avoir de candidat, et de se concentrer sur la future campagne socialiste.

    Bien amicalement,
    Raphaël.

    • Raphaël tes objections sont pertinentes, mais pour l’être totalement elles doivent être appliquées aux autres candidats, en y ajoutant ce qui est dans la balance en faveur de Pierre.

      Avec DSK, nous étions sur un chemin clair, y compris au niveau des risques.
      Avec Pierre le chemin est sans doute moins clair, mais également moins miné. J’ajouterai que c’est à nous d’être meilleurs que nous ne l’avons été avec DSK, c’est à nous d’être bon avec un candidat qui nous représente sans ambiguïté là où ne l’avons pas été assez avec Dominique, et plutôt que là où il serait ambigu d’être (avec MA ou FH).

      En choisissant une voie autonome nous n’avons pas de risque de nous tromper car au pire, d’ici l’automne nous serions obligés de finalement choisir MA ou FH. Par contre, en choisissant MA ou FH dès maintenant, nous fermons immédiatement toute possibilité d’orienter les choses dans le bon sens, et comme nous sommes partagés sur le choix, nous serions collectivement certains de faire 50% d’un mauvais choix.

      Je terminerai aussi par les symboles.

      Je n’ai pas retenu où Valls et Montebourg se sont déclarés.
      SR s’est déclarée depuis le fond d’un marais.
      MA s’est déclarée gare Saint Sauveur de Lille.
      FH s’est déclaré dans son fief après une victoire sans grand risque aux cantonales.
      Quelles images cela vous évoque-t-il ?
      J’aimerais assez que Pierre se déclare à Sochaux, berceau automobile, ville ouvrière par excellence.

      Je ne sais pas si Pierre réussira, mais je vois bien que les autres ont déjà échoué soit dans leur démarche interminable d’avant primaire, soit dans le symbole de leur impulsion de départ.

      Osons, étonnons, innovons !

    • Cela faisait longtemps que je n’avais pas été à ce point d’accord avec toi, Raphaël, et en particulier concernant de manque de considération de Pierre pour les militants. Evidemment, je n’ai pas été invitée à cette réunion, repoussée (comme une précédente) ; j’ai été rayée de B2G, rayée de la liste de distribution, et je ne sais toujours pas pourquoi.
      A part ça, comment vas-tu ?

      • « j’ai été rayée de B2G »
        Bizarre,
        Je trouve bien Denise Devauchelle sur le réseau Ning de B2G, groupe du Centre.

        • Désolée, mais je confirme avoir été rayée de la liste de distribution ; et en plus, après un échange très courtois qui ne laissait en rien présager d’une telle issue ! (je ne suis informée que parce que mon ami y est toujours)

      • Si tu n’as pas été invitée, chère Denise, c’est sanss doute que tu n’as pas demandé à signer le texte « l’audace d’innover ».
        Comme nous l’a précisé Cédric, « il ne s’agit pas d’une réunion publique mais d’un réunion autour de Pierre Moscovici des signataires du texte « l’audace d’innover » qui souhaitent continuer à porter les idées réformistes au sein de ce groupe. D’autres réunions seront l’occasion d’organiser et d’associer plus largement les camarades / sympathisants moins proches de cette sensibilité aujourd’hui ».

        • Moi j’ai signé (cliqué au moins pour envoyer le mail), mais je n’ai pas eu connaissance de la réunion par ce canal(ce qui n’est pas grave, en plus je ne peux hélas pas venir).

        • J’aurais effectivement pu signer, et des 2 mains. Tout comme, celui que j’ai décidé dorénavant de soutenir, d’ailleurs !

  30. Aux commentateurs

    Certains parlent d’enterrer le marxisme , d’autres ont déjà enterré la classe ouvrière.
    Mais sans elle car elle est toujours bien vivante pas de victoire pour le ou la candidate du P.S
    à la présidentielle en 2012
    Alors que les « Barons  » cessent avec leur égo . Et plutôt de s’interroger sur leur éventuel poste dans
    un prochain gouvernement de gauche qu’ils se préoccupent des réels problêmes des salariés .
    Quant à la Social-démocratie il serait opportun de s’interroger sur ce qu’elle a fait de l’Europe quand
    elle était majoritaire . N’a-t-elle pas bien géré les intérets du capitalisme ???

    • C’est bien ce que j’écrivais, il faut arrêter avec la pure dialectique marxisme vs capitalisme et emprunter une nouvelle voie.

  31. Martine Aubry a fait un discours présidentiel ambitieux credible et plein d’espoir. Je ne vois pas comment Pierre Moscovici ne pourrait pas s’y reconnaitre alors que tous ses « amis » ont déja choisi leur candidat.

    • Les « amis » de Pierre, comme tu dis, se réunissent demain et Pierre fera ensuite son choix. Pour l’instant, il n’y a que quelques ralliements d’apparatchiks qui , contrairement à ce que tu prétends, ne font que prolonger la stratégie des carpes et des lapins et diminuent la crédibilité et la cohérence de l’élection primaire. Ce faisant, c’est aussi la future candidature de gauche qu’ils affaiblissent.

      • « ralliement d’apparatchiks » : bonjour l’ambiance. Cela va etre bien la réunion de demain…quand à la déclaration d’Aubry sur Mosco, je ne sais si c’est de l’info ou de l’intox, en tout cas elle dit la vérité. N’est pas Obama qui veut.

        • Moi non plus, je ne sais pas si c’est de l’intox. C’est au moins un point sur lequel nous sommes d’accord. Si elle a vraiment dit cela, c’est malhabile car cela ne peut que lui retirer des voix.

        • « N’est pas Obama qui veut. »

          Même Obama n’était pas Obama avant de tenter et de réussir. Pour l’heure, l’important est que ce soit possible.

  32. La conclusion est claire : les signataires de L’audace d innover ne vous suivent pas et ne soutiendront pas votre éventuelle candidature. Vous savez très bien ce que pensent les parlementaires signataires. Alors chacun retourne à sa place et fait son boulot pour que la gauche gagne.

    • Fort heureusement, ce ne sont pas les parlementaires qui désignet les candidats à l’élection présidentielle. Ce sont les électeurs de gauche qui choisiront et Pierre doit leur donner, en présentant une candidature différente,la possibilité d’exercer librement leur choix sans que les appareils politiques verrouillent les débats. L’avenir dira qui se trompe, mais je prédis des surprises dans les mois qui viennent et je serais très étonné que Martine Aubry figure au second tour de l’élection présidentielle. Elle a dit que Pierre ne pesait rien ? Chiche ! Prouvons lui le contraire. Par cette seule méchanceté gratuite et mesquine, elle a prouvé qu’elle ne méritait pas de représenter la gauche.

      • Pour une fois je suis un peu d’accord avec vous , ce que beaucoup oublient y compris ici c’est que ce sont les Français Socialistes, Sympathisants et ceux qui voudront le changement qui vont voter et non pas que des responsables politiques …et espérons que ces primaires soient transparentes et non une réplique de Reims !

  33. La tonalité du message de Pierre m’a fait espérer un instant qu’il allait se présenter. Mais quand je vois que l’état major de ma fédération, le Val de Marne, est passé chez Valls. Certes le 1er fédéral était déjà pro Valls. Mais sabban, lagauche et les autres non. A force de tergiverser, Pierre s’est fait griller par Valls. C’est à pleurer !

    • Oui Philippe, c’est à pleurer, mais j’espère encore que Pierre va se présenter et qu’il ne nous refera pas le coup de Reims.

  34. Pierre,

    jolie page de réflexions sur soi-même à n’en pas douter… L’impression de relire et relire certains de tes papiers durant le Congrès.

    Cela dit, Michel Destot et ses amis soutiennent Martine Aubry, Michèle Sabban Manuel Valls, demain Jean-Paul Planchou et quelques autres François Hollande…

    Sérieusement, c’est sympa le suspense, mais encore faut-il qu’il y ait des alternatives.

    Pourquoi dès lors compliquer inutilement les choses ?

    • Mais juste parce que ce sont des primaires! Quel intérêt d’organiser des primaires si elles ne nous donnent pas le choix de la préférence? Nous sommes tous bien d’accord pour dire que de ces primaires sortira bien un SOCIALISTE puisque les autres partis de gauche ont boudé le processus? Alors où est le risque? Faisons entendre notre différence. La cohésion du groupe sera ainsi maintenue, le second tour répondra à une toute autre logique. Ce sera alors le choix de l’efficacité, les besoin de gauche resteront alors parfaitement identifiés. 1er tour choix de la préférence, second tour choix de l’efficacité. Les besoin de gauche ne doivent pas se disperser ou nous ne nous retrouverons plus jamais.

  35. Bien qu’ élu et politique, je déteste les reformulations et les  » vas y, je me fais plaisir en redisant autrement ce que tout le monde a déjà dit…  »
    En clair et pour toutes les bonnes raisons déjà évoquées plus haut : Fonce Pierre, fonce !
    Les français n’en peuvent plus de ces logiques de calculs et du  » je rallie le plus offrant…  »
    P.S : j’aime vraiment bcp le commentaire franc et direct de Nathalie.
    Pierre, l heure est venue !

  36. Pierre,
    Il faut « y aller »! Il faut faire entendre notre voix lors des primaires, car même si notre discours peut se retrouver dans ceux d’Hollande, Aubry ou Valls, la cohérence, la finalité et la méthode de notre pensée politique doit être représentée.
    Le contenu de ton propos, la façon dont tu fais de la politique, dont tu débats et communiques ont un écho dans l’électorat (plus large que le seul étiage socialiste). Tu as beaucoup travaillé ton image en éliminant une certaine distance « technocratique » que certains te reprochaient il y a quelques temps. Ton expérience politique acquise à Montbéliard y a sans doute largement contribué. Tout comme les nombreux voyages à travers la France. Tu es doté d’une expérience ministérielle de 5 ans aux affaires européennes, tu as occupé les fonctions de député européen et de VP du parlement. Tu as participé et dirigé à plusieurs reprises à l’élaboration des programmes politiques du PS en vue des présidentielles (sans oublier les différentes conventions thématiques que tu as présidées et nourries de tes réflexions). Tu as une expérience très importante dans la vie du parti depuis plus de 25 ans maintenant. Des lors, ces différents moments de ta vie politique font de toi un candidat naturel, évident à cette primaire.

    Les deux seules raisons qui peuvent te faire renoncer doivent être à mon avis l’insuffisance de parrainages, ainsi que l’absence d’un soutien suffisamment important au sein du parti. Rien d’autre.

    Après le faux départ du congrès de Reims (que je regrette à titre personnel), c’est le momment de s’émanciper réellement et de creuser le sillon moscoviciste. Je ne comprendrai pas un nouveau ralliement à un des autres candidats déclarés. Je ne m’y résoudrai pas et je déciderai alors personnellement pour qui voter.

    Vas-y camarade!

  37. Bonjour, je serais vraiment contente que vous vous présentiez car même des personnes de droites auraient votés DSK, je ne suis pas pour le libéralisme. Mais je suis surtout pour les personnes claires comme DSK avait dit lors de sa venue à Paris. Est ce que vous croyez vraiment que les français leur préoccupation première ce sont les présidentiels, non c’est ce qu’ils ont pour vivre ou jour le jour. C’est peut-être terre à terre mais beaucoup d’élu(e)s oublient cela. Je suis au PS petite élue ! Dans les candidats qui se présentent on a l’impression d’un camp pour Ségolène un autre pour Hollande ce n’est pas seulement le nom d’abord les idées de gauche que la personne qui représentera devra porter en n’oubliant jamais la souffrance du peuple actuellement et pour longtemps à se remettre de cette crise et ce que l’on en cache un iceberg. Je serais derrière vous j’ai de la famille qui vote à droite à gauche, on est en démocratie et on en parle ouvertement mais je sais que ce de droite aurait voté DSK et vous suivront car ils n’avaient déjà pas voté pour Nicolas ! Nous ne pouvons nous permettre de perdre donc dès maintenant ressortons les idées en y mettant les finances à côté ce qui inquiète les français et non le contraire comme fait vous pourrez me contacter pour vous aider dans votre campagne. Colombe mon prénom

  38. Ping : Primaire PS: Moscovici fera connaître sa décision jeudi | Libération | Actualités des Journaux

  39. Bonsoir M. Moscovici,

    Je vous fais part de mon opinion concernant votre éventuelle candidature. Depuis quelques semaines, j’espère profondément votre candidature à la primaire socialiste.

    Je partage pleinement vos convictions et vos propositions. Je me retrouve dans votre discours et dans l’incarnation d’une nouvelle génération qui est à mon sens indispensable. Je suis persuader que vous pouvez rapidement combler le déficit qui vous sépare des deux « principaux » candidats.

    Si, de grâce, vous vous présentez à cette primaire, je vous soutiendrai pleinement !
    A bon entendeur.

        • Je ne crois pas, cher Bloggy. J’ai perdu beaucoup de l’estime que j’avais pour Pierre, et sous la Vè, la présidence et la campagne présidentielle, surtout, nécessitent une détermination que Pierre n’a visiblement pas. J’avais déjà décidé de ne pas attendre DSK comem le messie, le sauveur, l’évidence même qui allait éventuellement faire don de sa personne, et de suivre celui qui s’était déjà décidé, préparé et représentait politiquement la ligne majoritaire (réelle) de notre parti. Je suis convaincue qu’il fera un bon président et qu’il saura rassembler et s’entourer.

          • Si il y va alors que la classe politique ne l’attend actuellement pas, on ne peut pas lui objecter l’argument de la détermination.

  40. Pierre,

    Si vous n’êtes pas candidat, les idées que vous représentez auront malheureusement peu de chances d’être portées ou le seront avec moins d’intelligence et d’envie.

    L’histoire vous oblige : il est important que vous pesiez lors de ces primaires et vous ne pourrez atteindre cet objectif qu’en étant candidat. Votre histoire, votre expérience et vos qualités font de vous un homme politique de qualité. Votre ambition et les idées que vous incarnez vous donnent une responsabilité : celle de porter haut et fort la voix du réformisme, de la transition social-écologique et l’engagement progressiste européen.

    Nous comptons sur vous.

  41. Cher Pierre Moscovici,

    Quand je vous contemple, je me désole : vous ne vous en rendez peut être pas compte mais, à mon avis, vous êtes devenu un apparatchik partisan, un de plus (et ça me déprime terriblement). Pourtant, vous pourriez être un intellectuel libre ET engagé en politique (un type extraordinaire comme Rocard me viens à l’esprit en écrivant ces mots. Un autre type assez libre, Cohn-Bendit, aussi).

    D’un autre coté, quand je vous compare, je me console (ou plutôt, je me désole encore plus, mais pas de vous). Vous êtes, je crois, très largement au dessus du lot et porteur de ce que l’on trouve de mieux au PS.

    Pour ces dernières raisons, j’espère que vous serez candidat, où sinon que vous soutiendrez Vals.

    De mon coté, à la présidentielle, je vais probablement voter écolo au premier tour (ou, si cela était possible, pour quiconque s’intéresserai aux souffrances et au droits des animaux, qui sont, dommage que le PS n’en ai que faire, les faibles d’entre les faibles) et peut être pour vous au deuxième, si vous y êtes, ce que j’espère.

    • Est-ce qu’un apparatchik fut-il partisan irait se présenter contre la première secrétaire actuel et l’ancien 1er secrétaire ? Au contraire, il compterait le nombre de baronnies de chacun ce qui déterminerait son choix.

      Donc pour ces raisons comme pour celles que vous aviez retenue, une candidature de Pierre a du sens, et même un parfum marqué d’indépendance. Hey, n’oubliez pas de venir voter aux primaires pour voter avec satisfaction au 2nd tour de la présidentielle.

  42. Cher Pierre Moscovici,

    Militant au sein de notre parti, je ne relève d’aucune « écurie ». Comme vous le diriez, je ne suis « rallié » à personne. Je n’ai jamais été dans une proximité forte avec votre travail politique. Je n’ai jamais nourri non plus de désaccord avec vos positions. Simplement je vous respecte et si votre parcours m’intéresse, c’est au regard de la potentialité intelectuelle qu’il manifeste comme de cette sorte d’inadaptation qui est la sienne à s’épanouir jusque là dans le jeu collectif. Autant dire que mon point de vue à votre sujet est d’une certaine trivialité, plus politicienne que politique. Pardon!

    C’est au nom de cette trivialité vaguement distante que je vous conseille d’être candidat dans le cadre de notre primaire. Je vous le conseille au nom de la compétence qui est la vôtre en matière de politique économique. Il me semble en effet qu’une des lacunes de notre programme relève de cette catégorie et que cette lacune ne sera comblée par aucun des candidats ou candidates déjà engagés. Votre candidature « thématique » alors, trouvera à la fois une grande utilité collective et vous permettra personnellement de vous identifier mieux dans le jeu concurentiel interne.

    Ce geste particulier, revendiqué comme tel, trouvera un écho dans l’opinion, et vous connaitrez un résultat final vous permettant « d’exister » avec la meilleure densité. Bien meilleure en tout cas qu’à vous dissoudre dans d’improbables équipes ou à disparaître dans un superbe et trop docte isolement. Vous n’êtes pas qu’un expert, vous avez vocation à être aussi un décideur.

    Et puis, si comme on peut le penser vous avez un destin, le moment est venu de rechercher son expression. Le risque est à prendre, maintenant, joyeusement!

    Avec ma sympathie et mon soutien,

  43. Je ne doute pas en la compétence de P.moscovici quant à décider qui de M.Aubry – F. Hollande, voir S.Royal, saura prendre en compte ses idées réformistes, et j n doute pas non plus dans la sagesse qu’il aura de décider de se présenter ou non aux primaires – quoi qu’il décide c’est un homme qui mérite le respect entre autre pour son humanisme, son respect de l’intérêt général et sa façon d’exprimer ses idées, bref pour moi une personnalité et une stature et un capital sympathie au dessus de beaucoup d’autres,et q j suivrais dans sa trajectoire.

  44. Je ne vois pas en quoi Martine Aubry et Francois Hollande ne sont pas des réformistes et des sociaux-démocrates. La question de l’utilite de votre candidature se pose comme celle de Manuel Valls et Arnaud Montebourg. L’objet des primaires n’est pas d’alimenter le débat d’idées mais de choisir celui ou celle qui va battre Sarko et diriger le pays pendant au moins 5 ans.Je pense que vous devriez soutenir Martine Aubry comme la majorité des « straus-kahniens ». A vous de choisir.

    • Si ce nest que la majorité des strauss-kahniens ne soutiendra pas Martine Aubry, pour de multiples raisons dont certaines sont bien analysées par Bloggy Bag. Il y en a d’autres et il faut être amnésique pour oublier que dans le gouvernement Jospin, Aubry et DSK n’étaient d’accord sur rien, même pas sur les 35H auxquelles Aubry avait tenté de s’opposer.

      • Nous sommes en 2011, Jospin et le débat sur les 35h c’était il y a 15 ans. La réalité aujourd’hui est que Aubry les défend alors que Manuel Valls veut les supprimer. La majorité des strauss kahniens a dores et déja rejoint Aubry (les soutiens sont quotidiens je ne vais pas les énumérer). En 2008 Moscovici avait choisi Delanoe et non Aubry comme les autres strauss-kahniens. Il a fait un mauvais choix. Aujourd’hui il doit faire le bon: soutenir Martine Aubry car elle est la mieux placé pour gagner.

        • Quelques cadres ne font pas la majorité chez nous. Nous ne leur en voulons pas pour leurs hésitations et les accueillerons lorsqu’ils auront compris que nous défendrons un candidat qui nous incarne sans concession.

        • En 2008, 70 à 80% des strauss-kahnien avaient suivi Pierre et sont encore avec lui aujourd’hui. Les manoeuvres de Cambadélis allié à Bartolone n’avaient pas pris.
          En ce qui me concerne, et je ne suis pas isolé, si Pierre n’est pas candidat, je voterai pour Hollande. Je ne vois d’ailleurs pas en quoi Aubry serait « la mieux placée pour gagner ».

  45. Bonsoir Pierre,

    il me paraît important de « jauger » la possibilité de vous hisser au niveau de Mme Aubry et de M Hollande d’ici Octobre… Après ne connaissant pas les réponses de ces derniers suite à votre échange, je ne peux juger de la légitimité d’une alliance…. En tout cas la légitimité de la première secretaire me paraît importante, et doit peser dans votre décision à mon sens…. Bon courage, et bien évidemment vous pouvez aussi compter sur moi.

    Francis; Reims(51)

  46. Cher P. Moscovici,

    présentez vous… ou pas !
    Mais, de grâce, ne prétendez pas que vos concurrents ne sont pas réformistes, ni sociaux-démocrates. Il n’y a certes pas de candidature qui se détache de manière aussi marquée que celle de DSK (quand elle était encore d’actualité), mais il y a tout de même deux candidats assez bien placés -comme vous disiez il y a peu : ne les abimez pas !

    • Hamon le soutien principal de MA socdem ?
      Pour Hollande, où sont les réformes de ses mandats de 1er secrétaire ?

      • Avant de se gargariser de mots, que veulent ils dire ?
        Qu’est ce donc qu’un réformiste ? C’est (j’espère que vous en conviendrez) quelqu’un qui préfère la voie des réformes à la révolution. De ce point de vue, je ne vois au PS que des réformistes (s’il vous plait de citer des noms, même Emmanuelli, Filoche, Hamon, Lieneman sont réformistes). Votre allusion à Hollande « qui n’a pas réformé le PS » est donc plus un jeu de mot qu’un argument.

        En revanche, l’option sociale-démocrate (faisant volontiers référence au SPD allemand et aux partis scandinaves) a longtemps été relativement minoritaire au PS -qui, dans les années 70 prétendait incarner une ligne notablement plus radicale. Si on refuse de se payer de mots, comment ne pas voir que cette option est maintenant majoritaire, et qu’il serait totalement abusif de votre part d’en revendiquer le monopole !

        • En l’occurrence cela aurait commencé par formellement enterrer Mitterrand. Hollande ne l’a pas fait.

          Cela aurait été d’enterrer fermement le marxisme. Cela n’a pas été fait.

          Cela aurait été de soutenir officiellement et fortement l’idée d’envoyer des socialistes diriger les grands organismes mondiaux (FMI, OMC, etc…). C’est le contraire qui a été fait.

          Cela aurait été de porter formellement le débat de savoir si le PS doit être démocratique dans son fonctionnement, s’il doit en finir avec les baronnies. Cela n’a pas été fait.

          Cela aurait de tracer formellement une ligne entre l’interventionnisme de l’État et le libéralisme échevelé. Cela n’a pas été fait.

          Je ne me paie pas de mots, je cherche quelle réforme clé à mettre au crédit de FH. Je lui reconnaît son goût pour la négociation (un outil que nous partageons), mais à l’arrivée le consensus mou n’est pas ce que j’appelle un contrat viable et réformateur.

          • 1. Réformateur et réformiste sont deux choses tout à fait différentes. Si Hollande a en effet été assez peu réformateur, il n’en est pas moins réformiste…

            2. Jospin avait revendiqué (sans doute à juste titre) un droit d’inventaire au sujet de Mitterrand. Hélas, ce droit d’inventaire n’a pas survécu à sa défaite de 2002. Il y a là une responsabilité collective du PS et pas seulement de son premier secrétaire -quoiqu’on puisse penser de lui par ailleurs.

            3. Que veux dire « enterrer fermement le marxisme » (vous voulez enterrer beaucoup de monde, à ce que je vois !).
            S’il s’agit de rompre avec le discours trop radical des années 70 (allant jusqu’à promettre la rupture en 100 jours avec le capitalisme !) le travail a été fait complètement. Que voulez vous de plus, alors ?
            Aux yeux de certains (et en particulier, de certains éditorialistes) tant que la gauche n’aura pas renoncé à tous ses combats sociaux (sans exception !) elle sera taxée d’archaïsme. Devons nous céder à l’intimidation ?
            J’évite pour ma part de verser dans la caricature au sujet des « socio-libéraux » mais parler de « marxistes » (au PS ? et pourquoi pas des socialo-communistes avec le couteau entre les dents, tant que vous y êtes…) ne me semble pas franchement plus subtil !

          • Je veux bien qu’il y ait eu une responsabilité collective, mais il était censé diriger le PS, permettre l’évolution, donner un nouveau cap.

            Que faire de plus ? Commencer par admettre que l’on peut faire de l’économie, admettre de ne pas intervenir sur les marchés lorsque tout se déroule normalement au sein de règles préétablies et que l’on peut en même temps se développer socialement. Il existe des voies où l’économie et le social vont de paire, une voie où le FMI demande à travailler avec l’OIT par exemple. Or une partie non négligeable du PS continue à combattre cette voie. L’archaïsme consiste surtout à en rester à un choix ou marxisme, ou libéralisme sans limite.La refondation que nous avons amorcée semble pouvoir tracer un autre choix, assumons-le pleinement.

            Sociaux-libéraux, sociaux-traites, bof, peu importe, ces étiquettes ne recouvrent pas une réalité. Par « marxiste », j’entends l’opposition frontale entre le développement social et le marché, l’appropriation des moyens de production, la violence dirigiste du pouvoir, l’idée de la lutte de classe, les clivages d’une autre époque. C’est sans doute réducteur mais la réalité du débat politique est rarement plus profonde, hélas (ceci dit, les discussions politiques parmi les plus intéressantes que j’ai eues sont à mettre au crédit de personnes qui comprenaient effectivement ce qu’était la réalité de la pensée marxiste et qui savait comprendre les objections).

            Et encore une fois, en quoi Hollande est-il saillant sur ces sujets, lui qui a accepté l’idée saugrenue être « l’homme normal » ?
            Je ne lui en veux pas, je voterai pour lui s’il était notre candidat, mais j’attends plus et mieux des primaires.

          • 1. « admettre de ne pas intervenir sur les marchés lorsque tout se déroule normalement au sein de règles préétablies et que l’on peut en même temps se développer socialement » :
            il me semble plutôt qu’actuellement (et aussi, probablement, pour les cinq ans à venir) tout ne se déroule justement pas normalement. Il est donc assez byzantin de discuter de ce qu’il convient de faire par beau temps, alors que nous sommes au milieu de l’orage (en 2017 ou 2022, peut être, il conviendra de se poser la question du degré d’intervention dans une économie redevenue sereine…).

            2. Vous reconnaissez vous même que ce que vous apppelez « marxiste » n’a strictement rien à voir avec le marxisme. Sans commentaire !
            « la violence dirigiste du pouvoir, l’idée de la lutte de classe, les clivages d’une autre époque » : ceci appartient au registre de la polémique de droite (et pas de la plus fine).
            –Lors du gouvernement Jospin, avez vous perçu une violence dirigiste du pouvoir ? A quoi se rapporte alors votre expression ?
            –L’idée de la lutte des classes : et bien oui, aussi inconvenant que cela puisse vous sembler, le bouclier fiscal, et plus généralement la politique de notre président actuel est de l’ordre de la lutte des classes.
            Ne pas le voir, et ne pas voir qu’à force de régressions nous verrons ressurgir des « clivages d’une autre époque » relève de l’angélisme !

          • Oui, le déroulement n’est pas normal et le FMI a été très interventionniste jusqu’à il y a peu. On voit maintenant la différence avec la reprise en main libérale : c’est la grande braderie !
            Mais en dehors du « beau temps », l’État doit intervenir sur des domaines stratégiques, travailler sur les structures pour aller dans le sens de l’intérêt commun.

            Je veux bien prendre la critique tournant autour de « ce qui a été tenté jusqu’ici n’est pas le vrai marxisme », mais bon à moment il faut arrêter les frais. Pour faire court sur le fond, en ce qui me concerne l’analyse de Marx est emprunte du déterminisme et de la causalité de la pensée du XIXème sicle, entre temps on a eu Einstein, Planck et Schrödringer et on peut raisonnablement émettre l’hypothèse que s’approprier les moyens de production ne suffise pas à mener directement à la case bonheur. Par ailleurs il faut trouver un équilibre entre l’égalité de tous et l’équité envers chacun, entre la liberté de l’individu et la contrainte du groupe.
            Laissez-nous tenter cette voie là, d’autant plus que nous voulons mener nos réformes par la négociation et le contrat, pas l’oppression.

          • 1. Einstein, Planck et Schrödinger : rien que ça !
            Vous auriez bien du mal à expliquer de manière convaincante en quoi ce prestigieux patronnage légitime ce que vous avancez… Ainsi, tous les penseurs antérieurs à ces trois physiciens devraient être rejetés avec dédain ?
            Keynes est un économiste remarquable, je ne le nierai certainement pas, mais je ne vois pas en quoi sa vision du déterminisme et de la causalité est si différente de celle que vous rejetez avec un souverain mépris (ou alors, vous allez avoir à démontrer que sa pensée s’inspire vraiment de la physique du XXème … bon courage !).
            Bref, cet « argument » est totalement fumeux !

            2. Pour votre gouverne, d’ailleurs, bien qu’Einstein par son étude du rayonnement du corps noir ait donné l’impulsion qui a mené à la mécanique quantique, il n’a jamais accepté le renoncement au déterminisme qu’elle implique (le citer comme antidéterministe est donc une falsification épistémologique !).

            3. « Laissez nous tenter cette voie là » : mais faites donc, je ne vous en empêche pas ! Par contre, expliquez moi pourquoi lorsque l’Europe était dirigée par 13 gouvernement sociaux-démocrates (sur 15 à l’époque) ceux ci n’ont pas su réorienter le cours des choses dans un sens plus progressiste…

  47. Pierre,
    je ferai le déplacement des côtes d’Armor vers Paris ce mercredi. Quelque soit ta décision jeudi, j’espère que nous aurons su trouver les mots justes mercredi soir. Car, rien de mieux que cet échange. Même si parmi  » une candidature de ma part, une alliance réformiste avec un(e) autre candidat(e), voire, si rien de convainquant ne se dessine, l’attente du dénouement des primaires. », il y a bien un scénario que je soutiendrai plus que les deux autres. Ca n’est pas un esprit idolâtre, encore moins celui d’une revanche sur un évènement de Mai 2011 qui nous aura échappé, qui m’anime. Juste la volonté de poursuivre une aventure très largement partagée, de longue date, et qui aura su se mettre au service du PS à chaque fois que les circonstances l’imposaient. Quoi de plus « excitant » (anglicisme) que de vouloir, encore une fois, contribuer à la réussite collective ? La convention pour un nouveau modèle économique, écologique et social est la démonstration qu’il est fort compatible de porter l’envie réformiste et la dynamique d’un parti riche de ses nuances.
    Tu peux donc compter sur moi.

    • Je te laisserai mon cher Eric porter cette parole que nous avons en commun avec de nombreux camarades besoin de gauche. Je pouvais venir mardi, je ne le pourrai pas mercredi, des rdv (et le prix du billet d’avion de dernière minute) me retiennent sur les Alpes-Maritimes. A titre personnel, je pense que j’aurais suffisamment donner pour l’originalité de l’aventure besoin de gauche pour difficilement supporter qu’elle se termine par un ralliement derrière un François Hollande qui n’a jamais souhaité reconnaître le travail des SD ou une Martine Aubry phagocytée par des camarades qui nous ont traînés dans le caniveau (et je pense tout particulièrement à G Filoche). Quel risque serait pris d’une candidature de premier tour? La faiblesse du score? ce serait une base pour après. Si nous entrons dans la logique des deux machines à vaincre, nous nous trouverons, à nouveau, noyés dans des logiques d’appareil sans que nous puissions nous exprimer. Soyons minoritaires seuls, çà à le mérite de la clarté. Bon courage à tous.

      • Eric, mercredi tu peux porter la voix de Nathalie qui par son commentaire exprime totalement ma pensée.

        Si c’est pas de l’esprit collectif cela !

        • Mon avis est que je souhaite que vous soyez candidats, pas seulement parce que je veux voter pour vous, mais parce que c’est la meilleure façon de vous faire entendre et de peser, de défendre vos orientations.

          • je ne voulais pas mettre mon commentaire ici, mais comme je suis du même avis que bloggy, bangor, eric et nathalie, ça me va.

      • @ Nathalie « Soyons minoritaires seuls »
        Mais non, Nathalie. Essayons de rassembler autour de nous et soyons majoritaires.
        Amitiés.

        • Sourire. Evidemment. Cela dit si Pierre avait analysé l’hypothèse de pouvoir être, sans aucune difficulté, majoritaire, il ne tergiverserait pas. Ne nous faisons tout de même pas d’illusion, si Pierre s’y colle, c’est pour rassembler le plus possible autour de son nom, çà risque fort de ne pas faire une majorité. Cela dit, tu as raison, rien n’est écrit. Nous sommes, aujourd’hui, particulièrement bien placés pour le savoir….

          • Mais si nous devons être minoritaires, pour le coup, je maintiens que c’est mieux de l’être seuls et bien identifiés.
            Ce sera une base pour l’après. Je n’ai aucune envie, une fois encore, que nous soyons isolés au milieu de je ne sais quel mélange sans odeur ni saveur ou dans un attelage où les chevaux de tête passent leur temps à nous écraser. Les SD ont parfois une tendance au masochisme, avec Martine Aubry (laquelle est, elle même, à mon sens, quelque peu coincée dans une stratégie qui maintenant va l’empêcher de s’exprimer comme elle l’entend. Pour mémoire le premier comité de soutien à Martine Aubry a été créé il y a environ 6 mois par…Gérard Filoche, qu’on m’explique comment des strauss-kahniens vont pouvoir faire équipe sur un premier tour avec des camarades qui les insultent depuis 2 an?)… c’est tout de même un comble.

          • Comme très souvent, je suis entièrement d’accord avec toi, chère Nathalie.

  48. Présentez-vous! Parmi les leaders du PS vous êtes un outsider à la hauteur, bon orateur, et apparaissez comme un réformiste de bon sens, et comme un humaniste très réactif, porteur des valeurs de Gauche et au-delà des valeurs de Gauche, des valeurs républicaines. L’homme qu’il nous faut.

Les commentaires sont fermés.