La Somalie, loin du cœur ? Que la France tienne ses engagements !

Tribune publiée par Pierre Moscovici et Safia Otokoré dans Rue 89.

Les images qui parviennent de la famine qui sévit en Somalie et plus généralement dans la Corne de l’Afrique rappellent douloureusement la grande crise qui avait frappé l’Ethiopie en 1984-85.

Chacun se souvient de l’ampleur du désastre qui avait touché cette partie du continent africain, un drame au bilan humain considérable qui avait durablement marqué les consciences, rappelé la fragilité de la condition humaine et contribué à changer l’organisation institutionnelle de la planète, les ONG conquérant à cette occasion une légitimité et une popularité considérables.

Chacun se souvient aussi de l’exceptionnelle émotion qui avait saisie la France, de la mobilisation de nombreux artistes, en particulier Renaud et Franck Langolff, dont la chanson SOS Ethiopie (« Loin du cœur, loin des yeux ») avait permis de collecter d’importantes sommes au profit de Médecins sans frontières. Le phénomène était d’ailleurs mondial puisque la même émotion et la même mobilisation s’emparaient des Etats-Unis, immortalisées par « l’hymne » de Quincy Jones, « We are the World ».

Que chacun plaide auprès de ses élus

La famine qui frappe la Corne de l’Afrique n’a pas jusqu’à présent bénéficié du même élan de solidarité et de créativité, mais nous souhaitons très sincèrement que celui-ci naisse. Cet espoir paraîtra peut-être naïf, mais nous sommes convaincus qu’il existe encore, en France, malgré la crise, malgré la tentation du repli du soi, malgré les crispations identitaires, une générosité qui peut ressortir à l’occasion des crises les plus graves.

La situation actuelle le justifie. Dix à douze millions de personnes seraient concernées par la famine dans la Corne de l’Afrique, avec près de 4 millions en Ethiopie, 3,5 millions au Kenya et près de 3 millions en Somalie, où la sécheresse s’ajoute à la guerre civile qui déchire le pays quasiment de manière continue depuis 1991.

Derrière ces chiffres, forcément déshumanisants, abstraits, il faut se représenter des familles, des individus, des visages émaciés et des souffrances dont nous ne pouvons qu’imaginer, vu d’Europe, l’intensité.

Nous appelons l’ensemble des Français à faire preuve de générosité, à donner quand ils le peuvent aux ONG qui interviennent dans la région mais aussi à se mobiliser pour contacter leurs élus et plaider pour que la solidarité nationale soit au rendez-vous de cette crise. Nous sommes dans le temps de l’urgence : il faut donc soutenir les organisations urgentistes sans hésitation.

Indécence de Bruno Le Maire

Lundi 25 juillet, l’organisation des Nations unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) a tenu une réunion d’urgence pour aider les pays de la Corne de l’Afrique. La FAO estime les besoins financiers pour lutter contre cette famine à plus de 1.1 milliard d’euros. La France, malheureusement, y a été très discrète et a promis 10 millions d’euros, soit 1% des besoins et six fois moins que la Grande-Bretagne.

Comment ne pas ressentir là une certaine gêne, sinon une grande honte ? Nous avons été choqués de voir M. Bruno Le Maire se glorifier de ce geste d’une faiblesse insigne et en appeler à des « investissements massifs au Sud » : il y a là plus que de la récupération, de l’indécence.

Une nouvelle fois, notre gouvernement ne se distingue pas par sa générosité ce qui témoigne, à défaut de générosité, d’une triste constance puisque, au-delà de l’urgence, les besoins en matière d’aide au développement sont depuis trop longtemps négligés. L’aide au développement française n’atteindra pas les 0,7% du PIB promis pour d’abord pour 2012, puis pour 2015, mais elle n’atteindra même pas, si rien ne change, 0,5%.

En effet, la plate-forme des ONG françaises, Coordination Sud, estime que l’aide réelle de la France est plus proche des 0,3% que des 0.5%, mais aussi, de manière plus précise, que « les instruments de l’aide française ne permettent pas de soutenir les petits paysans et l’agriculture vivrière (…) en 2009, huit pays recevaient ainsi une aide négative dans le secteur de l’agriculture et de la sécurité alimentaire, c’est à dire qu’ils ont remboursé des sommes plus importantes que celles qu’ils ont reçues » (il s’agissait de la Tunisie, de l’Ile Maurice, du Maroc, du Kenya, de la Côte d’Ivoire, du Cameroun, du Burundi et de l’Angola).

La France « radine » avec ses ONG

Les dons consacrés au financement de projets dans les secteurs sociaux, essentiellement en Afrique subsaharienne, sont en chute libre. En 2010, l’enveloppe consacrée au financement de nouveaux projets s’élevait à 175 millions d’euros seulement, en baisse de 46% par rapport à 2006 !

Enfin, la France est particulièrement « radine » avec ses ONG, puisqu’elle ne leur confie que 1,5% de son aide, loin derrière l’Irlande (31%), l’Espagne (20%) ou les Pays Bas (18%). Elle se classe 26e sur 27 des pays de l’Union européenne !

Ne refusons pas de soutenir des ONG sous prétexte que l’aide au gouvernement n’a pas toujours été efficace dans le passé : le professionnalisme de nos urgentistes n’est plus à démontrer et beaucoup de progrès ont aussi été réalisés en ce qui concerne l’aide au développement, qui prend en charge les problèmes de plus long terme.

Nous appelons donc la France à faire preuve de générosité et à tenir à terme ses engagements : chaque année doit nous rapprocher de l’objectif des 0,7%, même si un délai est désormais inéluctable compte tenu du retard accumulé. Cela doit aussi permettre aux ONG françaises, qui sont réactives, efficaces, reconnues partout dans le monde et connaissent déjà le terrain somalien, d’intervenir beaucoup plus massivement dans des situations telles que celle que connaît aujourd’hui la Corne de l’Afrique.

7 réflexions au sujet de « La Somalie, loin du cœur ? Que la France tienne ses engagements ! »

  1. deux raisons, à mon sens, font que les Français se tiennent éloignés du malheur qui frappe la corne de l’Afrique.
    1-les Français se demandent encore ou sont passés les dons pour secourir les victimes du tsunami du 26 décembre 2004
    2-chacun sait que tout ce que nous pouvons envoyer, en terme de secours, va être volé par les bandits armés islamistes et que plutot que bombarder la Lybie pour des petrodollars on serait plus inspiré d’encadrer les secours par une vraie force armée encadrant les vivres et les médecins.

  2. Ces une tribune interessante … et à approfondir,

    Pour que ces paroles deviennent des actes une fois au Gouvernement apres la présidentielle, pour changé réellement les méthode de soutien aux ONG et au développement dans le monde.

    Pour info, aller faire un tour sur http://ccfd-terresolidaire.org/

    qui est une ONG qui fait du soutient au association local pour le développement de leur régions.
    Et des texte de se site permette un approfondissement de la politique de la France dans le soutiens aux ONGs.

    Bonne lecture

  3. Ping : La Somalie, loin du cœur ? Que la France tienne ses engagements ! | Besoin de gauche

  4. J’aime beaucoup cet article et je suis trés touchée par la misère alimentaire qui sévit en somalie.

  5. Des progrès constants et l’opulence nous ont fait croire à notre infaillibilité.
    Le changement climatique et la crise nous ramène à la réalité de la fragilité de nos sociétés.

    Sans âme et sans vertu, nous ne les sauverons pas plus que nous ne nous sauverons.

  6. Il est honteux que des etres humains meurent encore de faim à notre époque. L’Ethiopie possede pourtant des terres tres fertiles et l’Arabie Saoudite y installe des serres pour nourrir sa population. Alors pourquoi des etres humains meurent-ils encore de faim en Ethiopie ?
    Le Ministre de l’Agriculture agit avec indécence que ce soit pour la minuscule somme d’argent accordée contre la faim dans la corne de l’Afrique, que ce soit avec sa désinvolture concernant les suicides des agents de l’ONF, que ce soit avec les agriculteurs français dont 40000 vivent avec le RSA.

  7. Organisons les Peuples Européens,allons unis combattre ce crime contre l’Humanité qu’est la famine.

    Homme,qui que tu sois,tu es mon Frère!

Les commentaires sont fermés.