6 réflexions au sujet de « Pierre Moscovici invité de iTélé »

  1. J’aurai vivement souhaité que DSK se présente pour ses compétences, sa vision innovante et réaliste ainsi que pour son charisme. Ce ne sera hélas, pas le cas.
    Je suis profondément, sociale-démocrate. Je pensais et je souhaitai dès lors, que vous alliez vous lancer dans les primaires. Ce n’est pas le cas, non plus.

    Reste Aubry (à la vision passéiste et non, innovante). Valls qui m’interpelle et m’intéresse. Hollande qui m’a déçu en tant que 1er secrétaire puis qui m’a « agréablement » surprise pour son programme et sa ténacité. Cependant, j’émets un gros bémol avec Hollande : il n’est pas fiable et trop influençable. De plus, le fait de s’entourer de personne telle que Navarro (parce que c’est son copain), envoie un message négatif et pas en équation avec ses propos. Ajouté au fait, qu’il semble prendre « la grosse tête » avant l’heure, etc … Bref, cela n’est absolument pas rassurant. Il semble ne pas avoir la stature, le recul nécessaire et les épaules assez solides pour un poste de gouvernant.

    De ce fait, je ne sais pour qui je voterai. Par contre, je sais que je ne voterai pas Sarkozy. Dommage que vous n’avez pas eu l’envie et/ou le courage de vous présenter !

  2. La présentatrice de l’émission, manifestement en mal de gentillesses, a eu la géniale idée de présenter la campagne de M.Aubry comme celle d’un « moulin à paroles », en toute rigueur bien sûr. Espérons que P.Moscovici n’y ait pas ressenti quelque effet de miroir.
    Mais, pour ses prochains exploits journalistiques, on espère que la journaliste en question saura encore exploiter la même métaphore, sans aucun doute porteuse d’autres possibilités adaptables aisément ici et là.
    On peut ainsi penser, cela s’impose, au moulin à vent, mais aussi par exemple au moulin à prières, au moulin à farine, au moulin à poivre, sans omettre bien entendu le souvenir de Don Quichotte. Quant aux lieux où l’on entre comme dans un moulin, il n’en manque pas, surtout en certaines circonstances. De même il n’est pas rare de voir lesdites circonstances comme l’occasion de jeter allègrement son bonnet par-dessus les moulins, ce qui, avouons-le, apporte de l’eau à notre moulin.
    Quoi qu’il en soit, on comprend bien qu’il n’est pas possible à tous d’être au four et au moulin. Notre hôte le meunier accomplit donc consciencieusement sa tâche, avec juste ce qu’il faut pour capter la bienveillance des acheteurs censés se méfier de cette farine. On sent même, il faut le dire, une grandeur cornélienne dans ce rappel touchant de la clémence d’Auguste.
    Faute de blé, il ne nous reste donc ce matin qu’une issue : fermer notre moulin.

  3. Le directeur du FMI va en prison pendant quatre jours puis est libéré et rentre chez lui presque 4 mois plus tard : il est normal que les journalistes soient stressés et veuillent filmer son retrour à la maison.Il est content de revenir à la maison.

    • Les moulins à priéres,ça fonctionne quasiment tout seul:une pichenette,et,hop,les prières s’envolent jusques aux cieux ,tandis que les moulins tournent,à l’infini;sur notre vieux continent,ça fonctionne un peu moins bien,peut-être;je vais essayer ;puissent nos politiques cesser de nous imaginer comme des animalcules,capables d’exprimer seulement des sensations,en hurlant ,en applaudissant;mais qu’ils pensent que sans avoir leur expertise aiguë,nous arrivons encore à réfléchir.du moins,essayons-nous.

      • PS/P.moscovici moulinait,moulinait,dans le vide,sur i.télé;de quelle utilité,une prestation semblable??un conseil:il faut voir « la grotte des rêves perdus »,superbe film.

Les commentaires sont fermés.