Intervention de Pierre Moscovici dans le débat sur le prélèvement européen

Pierre Moscovici – rapporteur spécial de la Commission des finances pour les questions européennes – est intervenu lundi dernier en séance dans le cadre de l’examen du Budget 2012, dans le débat sur le prélèvement européen.


Intervention de Pierre Moscovici PLF 2012 par pierremoscovici

L’histoire se répète-t-elle ?

Convention d'investiture de François Hollande

Les socialistes ont trouvé le leader dont ils avaient besoin, conscient des enjeux, prêt à la confrontation avec la droite.

La Convention nationale du Parti socialiste, samedi dernier, s’est bien déroulée. Elle a montré, à travers les prises de position des candidats aux primaires, l’effectivité du rassemblement des socialistes, l’engagement d’une unité sans faille dans la bataille présidentielle. Le discours de François Hollande, qu’il a écrit lui-même, a été à la hauteur des attentes : clair, puissant, maîtrisé, il a tracé la feuille de route stratégique et politique pour les mois qui viennent. Les socialistes ont trouvé le leader dont ils avaient besoin, conscient des enjeux, prêt à la confrontation avec la droite.

L’élection présidentielle est donc désormais lancée, avec de vraies chances de succès – même si, comme François Hollande l’a fait lui-même, les sondages euphoriques doivent être relativisés. Le candidat socialiste ne fera pas – sans doute – 39 % au premier tour, plus de 60 % au second. En France, on le sait, les élections à deux tours finissent toujours par converger vers un duel à 50-50. Et Nicolas Sarkozy, s’il est un exécrable président, en échec sur tous les terrains – l’économique et le social, la sécurité, la politique intérieure et l’Europe – peut être un redoutable concurrent, d’autant qu’il sera soutenu par un appareil d’Etat durement mis au pas durant ce quinquennat, et appuyé par de puissants groupes d’intérêt. La droite française est au plus bas, et même en voie de décomposition – comme le montre la situation à Paris, où la médiation molle de Jean-François Copé ne parvient pas à étouffer la violence des coups échangés entre François Fillon et Rachida Dati – minée par ses divisions. Pour autant, elle n’est pas morte, elle ne peut que se redresser dans la campagne, resserrer les rangs sous peine de disparaître.

Continuer la lecture

Pierre Moscovici invité de « Revu & corrigé »

Pierre Moscovici était samedi dernier l’invité, au côté de Valérie Pécresse – Ministre du Budget, des Comptes publics, de la Réforme de l’Etat et porte-parole du gouvernement – de Paul Amar dans l’émission « Revu & corrigé », sur France 5.

Retrouvez l’émission en cliquant sur l’image :

L’élan


Le Parti socialiste, réuni en Convention nationale, investira demain officiellement son candidat à l’élection présidentielle de 2012. Cette réunion est à la fois la conclusion d’une étape importante, celle des primaires, et le démarrage de la suivante, décisive, de la bataille face à Nicolas Sarkozy et à la droite. Elle va, j’en suis sûr, nous donner l’élan nécessaire pour gagner.

Les primaires, au bout du compte, ont été réussies de bout en bout. On se souvient à peine, aujourd’hui, des réticences qu’elles suscitaient

Les primaires, au bout du compte, ont été réussies de bout en bout. On se souvient à peine, aujourd’hui, des réticences qu’elles suscitaient : crainte de l’échec populaire, détournement par la droite, affaiblissement du rôle du parti et de ses militants… On oublie aussi qu’il a fallu à quelques précurseurs – Arnaud Montebourg, Olivier Ferrand, moi-même – quelques efforts de persuasion pour convaincre nos ainés du bien fondé de cette procédure. Chacun convient désormais que c’était le bon choix, le meilleur après l’impasse du Congrès de Reims en 2008 et notre échec aux Européennes de 2009. Le Parti socialiste – chacun doit en être remercié, à commencer par nos militant(e)s, qui se sont dépensé(e)s sans compter – a accompli un tour de force : organiser sur tout le territoire, dans l’ordre et sans contestation, une consultation de grande ampleur. Les socialistes n’ont pas été, contrairement à certaines craintes, dépossédés de leur rôle. Celui-ci, simplement, a muté, nos adhérents devenant les activistes des primaires, à la fois comme agents électoraux des candidats et comme piliers de leur organisation.

Continuer la lecture