26 réflexions au sujet de « Le bilan de Sarkozy « devrait le conduire à ne pas se représenter » »

  1. Quelques remarques :

    -Pour commencer, pourquoi parler d’alternance…Au lieu de renaissance, changement (de cap) ?

    L’alternance, cela signifie que chaque joueur doit avoir joué une partie avant de pouvoir recommencer. C’est donc un effet balancier.

    En présentant votre candidat comme l’expression de cet effet, vous semblez dire que ce dernier doit prendre son tour, conformément à la règle du jeu (dans le sens des aiguilles d’une montre ou le contraire), comme si la démocratie (si vous me permettez l’expression) relevait de la numération et non d’un choix politique…

    Quelque part, c’est comme si la candidature de M. HOLLANDE avait plus vocation à faire payer un tribut au parti au pouvoir (UMP) pour manque de parole (il a fait sauter plusieurs tours au PS) que de présenter une alternative, une espérance au pays !

    Au reste, en parlant d’alternance, vous faites du tort à votre candidat. Car si l’on considère que chaque parti doit avoir la possibilité d’accéder au pouvoir (non pas suprême mais exécutif national)…D’autres partis devraient donc y avoir accès avant le PS. (Qui a eu son tour deux fois) Europe Écologie les Verts par ex. Ou encore le Modem. Sans parler de Marine…

    Dans sa « lettre aux Français » M. HOLLANDE commet, par ailleurs, une très grosse bêtise : il explique, benoîtement, que ces partis – qui ont tous vocation à gouverner – et sont potentiellement des alliés, devraient s’incliner devant sa personne car (selon lui) il serait difficile pour ces formations politiques de…Parvenir au deuxième tour !

    Déjà…Qu’en sait il ? (Il se fait lire les cartes ?) Surtout…A-t-il conscience du peu de cas qu’il fait ici des convictions ? Du projet ? Des sentiments des électeurs/militants ? Voire…Du caractère méritocratique de l’élection ? A lire M. HOLLANDE – ou sa plume – l’étiquette politique suffit à propulser un candidat au deuxième tour ! Le reste ne serait donc qu’accessoire ?

    Je ne suis pas sûr que traiter par le mépris les électeurs ou laisser entrevoir un accord tacite entre PS et UMP sur la gouvernance du pays, soit de nature à susciter un élan envers le candidat du PS ! Ni que tenir pour rien ses concurrents soient de nature à se ménager leur soutien… !

    -Ensuite, je ne comprends pas bien ce recours aux superlatifs pour donner du crédit au candidat PS et pour discréditer (dans le même temps) le locataire du château. Je ne suis pas militant au PS, il est donc possible que dans un cadre plus intime, F. HOLLANDE soit différent de son image publique. Mais pour un citoyen lambda – comme moi – il est impossible de prétendre que l’ex secrétaire national du PS soit un leader, encore moins quelqu’un d’extraverti !

    Quand je me représente F. HOLLANDE, je vois Saint Louis, Charles V, Charles VII, ou encore Louis XVI. Des hommes qui ont laissé – pour le pire ou le meilleur – leur emprunte dans l’Histoire mais qui ne se sont jamais mis en avant. Des hommes de devoir avant d’être des hommes d’images, des rats de bibliothèques non des aventuriers, des bons pères de famille pas des preneurs de risques.

    Au reste, c’est justement ce marqueur de différenciation – l’homme tranquille (normal)/l’homme d’image (excessif) – qui était très apprécié des Français. Le fait que l’on pouvait s’attendre avec M. HOLLANDE à une présidence moins…Tapageuse ! Moins…Sulfureuse !

    Pourquoi, dès lors, se renier ? M. HOLLANDE prend pour modèle deux personnages dont il est l’antithèse : Charles DE GAULLE et François MITTERRAND ! Le premier, dans l’esprit des Français, est une Jeanne (d’Arc) au masculin. Le deuxième se faisait appeler Dieu et cultivait un esprit roi Soleil !

    Si M. HOLLANDE cherche à se valoriser, qu’il cesse ce comparatif stupide avec ses prédécesseurs, qui n’ont pas sa personnalité…Et pourquoi pas, se donne pour modèle politique des gouvernants aussi talentueux que le brave Charles V, qui malgré son jeune âge, son handicap, et l’état de son pays, a su sortir le pays d’une guerre civile, extérieure, économique, sociale, et même dynastique !

    Et s’il lui faut une figure républicaine…Pourquoi ne pas invoquer Hugo (luttant contre Louis Napoléon le Petit : l’allusion au Président actuel serait claire comme l’eau de roche mais impossible à démontrer juridiquement parlant !) ? Qui n’a certes pas présider la République…Mais lui a redonné ses lettres de noblesse ! (Si j’ose dire !)

    En singeant M. SARKOZY – de manière forcément gauche puisqu’il n’a pas le caractère pour – M. HOLLANDE ne fait que s’inscrire dans les pas de Louis XV ou Louis XVI, hantés par le souvenir de leur ancêtre ensoleillé…

    -Pour finir, je ne suis pas d’accord avec vous : quand on fait du mal au pays…La moindre des choses est de s’excuser. Puis de réparer. Seuls les lâches fuient.

    Ce qui me semble inquiétant, c’est que vous ne sembliez pas comprendre que M. SARKOZY est entrain de…Plomber le futur quinquennat à venir ! Et cela quelque puisse être le futur locataire du château ! Il conviendrait, dès lors, de dénoncer plus le travail de sape actuellement réalisé…Que la candidature (vouée à l’échec par stratégie : en 2017…Qui voilà !) du président sortant.

    Outre les bourdes accumulées jusqu’à présent…Nous avons maintenant un « signe » envoyé au pas, qui manifeste cette stratégie : le recours à la TVA pseudo sociale.

    En effet, quelque que soient les motifs (très bons, bons ou mauvais) invoqués pour justifier une hausse générale de la TVA (de 1,2,3,4 points?), une telle hausse – surtout si elle prenait effet avant le premier tour de la présidentielle –  justifierait largement aux yeux des électeurs le slogan (aussi attendu que facile) : “Nicolas Sarkozy, le président de la perte du pouvoir d’achat”.  De plus, si la mesure était appliquée avant la présidentielle, la France, qui déjà frôle dangereusement avec la récession (avec des voisins latins en pleine débine économique), y plongerait carrément – ne serait-ce que parce que l’espoir d’une reprise dans la seconde partie de l’année serait vraiment mort.

    Même s’il y avait une redistribution immédiate, au moins partielle, de la baisse des charges sociales des entreprises au profit des employés du privé, et éventuellement une hausse correspondante des minima sociaux, une énorme masse d’électeurs (retraités évidemment, salariés des trois fonctions publiques probablement, autres titulaires de revenus de transfert situés au delà des minima sociaux, etc.) en prendrait un bon coup au portefeuille. (Et, si les salaires nets du secteur privé augmentaient vraiment un peu, le gain serait mangé en partie par les effets des barèmes d’impôts inchangés pour les années qui viennent.)

    L’effet politique serait le même si la mesure devait entrer après la présidentielle : le candidat socialiste  n’aurait plus qu’à promettre que sa première mesure serait de suspendre immédiatement l’application de cette mesure antisociale, et de  se mettre derechef à sa grande réforme fiscale. La candidate du FN pourrait striduler à loisir sur le “fiscalisme”, et renouveler son appel au protectionnisme (“Taxons les importations chinoises, plutôt que le consommateur français!”).

    Le vote d’opposition serait alors un vote où le consommateur-électeur pourrait quantifier le gain correspondant à la défaite du sortant. Il suffirait à l’opposition de dire : “Si vous réélisez N. Sarkozy, votre ordinateur vous coutera tant de plus, les jouets de vos enfants vous coûteront tant de plus, etc.”.

    Augmenter avant des élections la TVA sous quelque (bon) motif que ce soit (aider les vieux dépendants, financer la branche famille de la Sécurité sociale, aider “nos” entreprises à être plus compétitives, renflouer les caisses de l’État pour garder le triple A) correspond à un suicide politique.

    L’aspect particulièrement régressif au sens fiscal de la TVA comme impôt (qui taxe plus les pauvres que les riches en proportion de leurs revenus respectifs) ne manquerait pas en plus d’être pain béni pour la gauche – et peut-être pour l’extrême-droite. N. Sarkozy, l’homme qui allège l’ISF et augmente la TVA.

    Par ailleurs, à droite, la mesure ne fait pas l’unanimité : le très libéral Alain Madelin exécute la “TVA (anti)sociale” avec brio au nom même d’une vision économique qui prône l’innovation pour sauver nos industries. (Argument qui pourrait d’ailleurs être repris par F. Hollande, vu ses conseillers économiques.)

    Bref, cette TVA (anti)sociale, dont le nom d’usage comme souvent dans notre vocabulaire politique contemporain correspond très exactement au contraire de ce qu’elle produit dans son premier effet, n’a pas de sens pour le candidat N. Sarkozy, s’il veut être réélu. (Dans le même genre, il y aurait aussi l’augmentation de la CSG des retraités ou la suppression des jours de RTT pour les cadres du privé…) Il ne me reste alors que deux filons explicatifs.

    Premièrement, N. Sarkozy sait qu’il a déjà perdu, et, tant qu’à faire, il veut prendre une dernière mesure qu’il considère comme utile pour la France. Cette mesure portera ses fruits plus tard, et lui permettra de rester dans l’histoire comme un bon président qui aura su prendre les mesures courageuses qui s’imposent. Il pourra donc siéger au Conseil constitutionnel avec délectation pendant les quarante prochaines années. Hypothèse peu probable.

    Deuxièmement, Alain Madelin a raison, cette mesure n’est qu’un (dernier) cadeau au Medef – qui semble bien être favorable à la mesure. C’est la “retraite-chapeau” du quinquennat. Le golden goobye de N. Sarkozy à son groupe d’intérêt préféré. En effet, si la mesure entrait effectivement en vigueur avant la présidentielle, le remplaçant de N. Sarkozy aurait beaucoup de mal à revenir sur la partie de la mesure consistant à baisser les charges sociales des entreprises et/ou augmenter les salaires nets du privé.

    Donc, pour le Medef, cela sera toujours cela de pris. (Même si je ne suis pas sûr que le calcul soit bon pour toutes les entreprises, même les grandes : la grande distribution a-t-elle intérêt à laisser “tuer” la consommation des ménages ?)

    Cette hypothèse me semble beaucoup plus convaincante. Et la « majorité » me direz vous ? M. SARKOZY a démontré, à loisir, le peu de cas qu’il prête aux parlementaires et à ses soutiens. Tant que lui se retrouve avec un strapontin…!

    En fait, ce qui serait fort amusant, c’est d’attendre – tout en la critiquant – le suicide politique qui nous est annoncé…Puis, la loi votée (car elle le sera, au même titre que la TVA à 7% qui taxe les sodas (dix sucres) mais pas les sirops (23 sucres !) cherchez l’erreur…Qui va de toute façon s’effondrer devant la CJUE), d’annoncer que M. HOLLANDE mettra à disposition des juges tout document relatif à l’affaire dite KARACHI…

    Et effectuera une grande révision constitutionnelle visant le Conseil Constitutionnel, qui aurait pour but ultime de restreindre l’accès (pour une durée de sept ans : si présence effective) des ex Présidents…Ne faisant, à l’issue de leur mandat, l’objet d’aucune enquête parlementaire ou/et juridique !

    Bien sur je peux me tromper. Un homme averti en valant deux, pourquoi au lieu d’invectiver le candidat SARKOZY en petit comité – ce qui a tendance à faire passer M. HOLLANDE pour un lâche, pas même capable de dire ses quatre vérités au Président en public – ne pas…Saper son dernier spectacle ?

    Je veux dire par là que M. SARKOZY, s’il fait tout pour échouer, souhaite (néanmoins) se retrouver au deuxième tour, histoire de rester (au moins pour l’UMP) comme le Président adoré qui réparera le travail horrible réalisé par M. HOLLANDE en 2012. Il a besoin de çà pour « revenir » en 2017…

    Alors pourquoi ne pas « saper » cet objectif « personnel » en faisant de M. SARKOZY un « contre modèle » ? Se voyant (dès lors) interdire toute présidence future par son propre parti ?

    Pour ce faire, le PS pourrait aider – via les signatures de ses maires – le candidat DUPONT AIGNAN qui n’est pas dangereux pour M. HOLLANDE mais serait une très belle épine dans le pied du Président.

    En effet, la « stratégie » présidentielle – car il y a toujours un fond d’espoir chez M. SARKOZY tout de même – vise à diaboliser suffisamment Marine pour que ses électeurs se reportent sur M. SARKOZY. Oui, mais voilà…Si ces électeurs trouvaient une « alternative » en la personne de NDA, il serait beaucoup plus dur de les convaincre dès le premier tour, encore plus au second, de voter pour un homme que le brave NDA exècre au possible.

    Surtout, ce NDA semble « incorruptible ». Ce n’est pas un M. MORIN ou un M. BORLOO.

    Si le PS l’aide à obtenir ses voix pour participer au premier tour, il est probable qu’il s’en souviendra.

    • @Seb.Ah…cette candidate qui stridule à loisir ,quel régal;et Ch de Gaulle en Jeanne d’Arc au Masculin…fait frémir ; enfin,nous voilà loin des voix off…les Voix qu’entendait Jeanne et la voix de De Gaulle à la BBC :c’était bien du réel !sans discussion ; ce long post me semble plein de bon sens ,avec un doigt de machiavélisme (les ‘conseils à Fr.H et à N.S.)Vous relevez avec justesse que le mot « alternance »(repris souvent par P.M.) ne convient pas du tout.Par ailleurs,votre passion pour l’histoire ,et vos références historiques ,m’entraînent à négliger tous mes devoirs ménagers ;je me suis plongée déjà dans la vie de CharlesV ,mais vous évoquez St-Louis dont je ne connais bien que le trône sous un chêne,et l’image sage de sa mère ;il me faut relire votre post, il y a des analyses pleines d’idées;les généralités oratoires des candidats sont à mon goùt trop fades;l’effet,peut-être de la taxe sur les sodas …

      • Le post est effectivement très long – mais est ce ma faute si M. MOSCOVICI pousse son « poulain » à se renier ? – peut être parce qu’il reflète l’inquiétude que j’ai de l’avenir. La France est loin d’agoniser – elle a tout du phénix – et comparativement à d’autres « crises », celle que nous traversons est de peu d’importance. Le souci c’est que, et là aussi c’est un fait historique, les politiques cherchent (pour la plupart) à l’empêcher de rebondir par tous les moyens.

        Je suis désolé de vous faire négliger vos « devoirs ménagers »…Mais suis heureux que vous découvriez la vie de Charles V. Un homme capable de redonner à la France son unité, sa prospérité, grâce à (notamment) ses qualités de diplomate et de politique (au sens où il savait prodigieusement bien s’entourer) mérite, à mon sens, d’être connu.

        Quant à Saint Louis, j’aime beaucoup ce roi – qui a fait des erreurs, mais c’était l’époque qui voulait çà – qui a su faire passer la France avant ses propres désirs et laisser au pays une image propre à l’unifier. Sans parler du fait que c’est le premier de nos rois à prendre conscience que ses sujets ont des besoins ! Les Grandes Ordonnances de ce roi sont, à cet égard, méritoires !

        • Quant à Saint Louis, je n’aime pas beaucoup ce roi. Ce porteur de cilice, rêvant de croisades contre les infidèles musulmans, serait aujourd’hui considéré comme un intégriste religieux de la pire espèce. Je ne me réjouis pas d’entendre mes petites filles se vanter de descendre de Saint Louis, ce qui est exact puisqu’une bisaïeule de mon gendre était une Rohan. Nobody’s perfect.

          • Saint Louis est un homme de son temps. Et quelque part, un homme éclairé, par rapport à son temps.

            Le modèle de ce roi c’est le Christ. Il n’est donc pas étonnant qu’il ait cherché à éprouver, par lui même, les « épines » du cilice, alors promu par l’Eglise. On peut cependant noter que ce « sévice » volontaire n’était rien à coté de trucs beaucoup plus « fanatiques » : se faire flageller (une « mode » pendant la Peste Noire), marcher pied nu en portant la croix (toujours dans le but d’imiter le Christ) en vue de faire un pelerinage.

            L’arrière grand père de Louis IX (un certain Louis VII, connu surtout du fait de sa volcanique épouse) était beaucoup plus « fanatique » : il se « punissait » d’éprouver du plaisir dans l’acte charnel ! Rien d’étonnant à ce que la dame – Aliénor d’Aquitaine – se soit réfugier dans des bras plus doux !

            Louis IX cherchera, souvent, à « résister à la tentation » (comme le relate Joinville) mais il passera la plupart de ses nuits avec son épouse et jamais ne « punira » sa Marguerite (de Provence) de lui donner plaisir et épanouissement ! En témoigne sa progéniture : treize enfants ! Ou ses efforts – méritoires – pour trouver du temps pour « rencontrer » sa femme (la belle mère tenant à l’oeil les jeunes mariés)!

            Fidèle du Christ, il n’est guère étonnant que Saint Louis cherche à recouvrer Jérusalem. C’est moins pour tailler en pièce des « infidèles » que pour restaurer le « Royaume de Jérusalem » (qui abrite le tombeau du Christ) que Saint Louis se lance dans ce périple.

            Roi très Chrétien, sa charge royale lui impose (aussi) de réaliser un devoir morale : protéger le Christ. Qui est intégriste ? Qui ne l’est pas ?

            Personnellement, à sa place, j’aurais pour ma part fait revenir le tombeau du Christ en France et lui aurait fourni un écrin (comme pour les autres symboles de la passion du Christ) au lieu de m’embêter à batailler pour une ville attristée.

          • @Bangor.En fait,tout cela est intéressant ; 1°si la « gauche’ arrive au pouvoir, il y aura bien Alternance.Mais mettre en avant, comme argument,qu’il Doit y avoir Alternance, me semble de peu de prix ,avec cette réserve que le pouvoir ne peut être l’apanage du même,toutes les dérives étant possibles. -2°le cas de saint-louis est tout aussi intéressant ;Seb en fait un homme éclairé ;vous-même,un intégriste religieux.
            « comparaison n’est pas raison » ;est-il possible d’avoir une vision exacte des choses du passé, même lorsqu’on est en possession d’un grand nombre de documents et d’analyses?-3°je me sens fautive car j’ai engagé la discussion dans des pérégrinations évasives, tout en ayant en ligne de mire la question : qu’est-il en train de se passer?Eva J.a parlé,je crois,du deuxième tour !!et N.S.qui tient les guides, a un projet plié pour « réformer » l’Enseignement,vite .Tout risque de s’accélérer sans respirer ; c’est pourquoi je parlais d’atermoiements ;en fait,c’est comme au poker,où sont les cartes?

    • Je ne partage pas l’enthousiasme de Iola pour ce trop long message, abstrus, terriblement abstrus. Surtout, je n’en comprends pas la finalité. Pour qui « stridulez » vous ? Dupont-Aignan ?
      Par ailleurs, vos références historiques sont décalées et inopérantes dans dans le contexte d’un débat politique contemporain. Vous pourriez aussi convoquer Charles Martel arrêtant les arabes à Poitiers ou Vercingétorix combattant l’envahisseur étranger.

      • @Bangor.mon enthousiasme était amusé ; d’un côté ,des divas et des tenors qui se font les champions de la morale et de la bonne tenue politiques (j’exige que…) ;de l’autre, des « invités » qui ne sont ni off,ni in,mais qui s’empressent de rapporter les ‘bons mots’ qu’ils auraient entendus ; pire que les discussions byzantines sur le sexe des anges ;qu’un blogueur s’amuse à convoquer toute l’histoire de France m’entraîne à réfléchir.j’ai de St-Louis des images ttes faites,mais je me suis souvenue que,lycéenne,j’avais traduit et étudié …Joinville,l’historien des Croisades;le prof avait du ‘coffre’ ; aujourd’hui, un diététicien- industriel peut se croire autorisé à proposer ,au bac,une épreuve de « minceur-obésité » (je n’ai pas envie de regretter le bon vieux temps,mais « o tempora,o mores « .)il va de soi qu’une avalanche de références historiques ne mène nulle part et est source d’embrouilles.(michel zink,a préfacé un livre qui traite en partie du point que vous évoquez:contexte historique et littéraire )Je ne comprends pas le retard ni les atermoiements de Fr.H et de son directeur de campagne,pas plus que l’imprudence irréfléchie à tenir des propos « humoristiques »(?) en ignorant que la troupe d’en face va s’en régaler.Qui est -à la hauteur- dans cette campagne ?proposer qqs idées un peu tortueuses,cela permet de réfléchir, au lieu de casser du bois vert sur le dos de l’adversaire, ce qui est contre productif,me semble-t-il. @Seb doit être amateur aussi de grands polars politiques…Je préfère E.Lubitsch.parce que,sûrement,ns sommes dans le pot-au-noir.

        • @ Iola
          Je risque une explication au sujet de ce que vous qualifiez de retard et d’atermoiements de F. Hollande et de son directeur de campagne. L’entourage de Sarkozy et la plupart des ministres se tiennent en embuscade, prêts à en découdre au moindre mot et au moindre mouvement du candidat désigné par le PS. Dans ces conditions, il est habile de temporiser au maximum et de donner peu de prise aux flingueurs de l’Elysée, dont Nadine Morano représente une caricature. Pour l’instant, la tactique adoptée par F. Hollande et P. Moscovici semble payante car, à quatre mois de l’échéance du deuxième tour, le candidat du PS fait toujours figure de favori tandis que le Président sortant est réduit au rôle de challenger.

          • @Bangor :atermoiements, car F.H. n’en finit pas de repousser le moment de passer aux choses sérieuses ;P.M.se contente,encore de généralités:en déc,à la rentrée,fin janvier,etc..le bon peuple de France risque de trouver le temps ..trop..long.Est-ce se montrer fin stratège ?Le Président de la République a déclaré et déclare qu’il serait « président » jusqu’au bout ;il ne sera manifestement pas « candidat » ,si ce n’est in extremis ,sans faire campagne !or ,ce qui est indispensable, à mon avis,c’est un débat politique ;(il ne s’agit pas de chiffrer Exactement,le coût de telle mesure,c’est du tape-à-l’oeil)et pour cela,il faut préparer le terrain,solidement,et affronter les snippers d’en face,sans envolées lyriques;je ne suis pas tacticien politique, c’est vrai ;au risque de déplaire, je rappellerai Fabius Cunctator,le temporisateur(oui,je sais,les circonstances étaient différentes)Bref ,je voudrais croire qu’il y a des éléments d’éclaircie !

      • Je vous félicite pour votre culture ! Généralement, les gens utilisent le terme « abscons » ou « inintelligible » – sans doute parce que cela fait un peu Mary POPPINS – pas celui de abstrus. Mon Hélène – mon épouse est enseignante – apprécierait de lire des termes aussi peu usités, dans la vie courante ! (Du moins dans mes domaines de compétences)

        Maintenant, en dehors des longueurs de mon texte, je ne vois pas bien ce que vous trouvez de si compliqué :

        a) Mon étonnement à voir M. MOSCOVICI parler d’alternance comme si la France était un jouet convoité que chacun devrait pouvoir se partager à des dates spécifiques ?

        b) Mon trouble à voir le candidat PS traiter ses potentiels alliés par le mépris, ce qui n’est pas – à ma connaissance – une technique de séduction éprouvée !

        c) Ma perplexité à voir M.HOLLANDE prendre pour modèle deux personnalités dont il est l’antithèse ? Chose d’autant plus incompréhensible à mes yeux, qu’il était question jusqu’à présent, de présenter un Président…Normal ? Au sens de sans excès, calme, paisible, limite pantouflard ! Même si mon expérience politique est limitée – j’ai été seulement maire : après, j’ai renoncé à mon mandat car deux notables dans la famille c’était suffisant ! – il m’apparait assez incohérent de plaider en faveur du changement (de style) quand on se prend à singer le sortant !

        d) Mes craintes à l’endroit de la France ? Mes idées – je l’avoue intéressées – pour que M. HOLLANDE (directement ou en la personne de son équipe de campagne) y mettent un terme ?
        La finalité du message ? Faire mon devoir de citoyen, en respect de la DDHC. A savoir demander des comptes, réagir quand on m’y invite (ce que fait M. MOSCOVICI) et défendre l’intérêt du pays et le mien (aussi) si possible. En tant que chef d’entreprise, je n’ai aucun intérêt à voir la consommation française se réduire à peau de chagrin. En tant que citoyen, je ne peux accepter de laisser la France dans la galère. En tant que contribuable, je ne souhaite évidemment pas payer des fortunes pour, au reste, si peu d’efficacité. En tant qu’homme politique – même si évidemment je n’ai plus de fonction élective – et bénévole, est il si anormal que j’ai beaucoup de rancœur envers ceux qui multiplient les victimes de leurs turpitudes ?

        Pour finir, vous dites que mes références historiques seraient décalées et inopérantes dans le contexte d’un débat contemporain. En quoi précisément ?

        -Charles V n’a t il pas été, lui aussi, confronté à une crise financière/économique/social ? Doublée d’une guerre civile et extérieure ?

        -Napoléon Bonaparte n’a t il pas dû remettre le pays en selle ? Sur tous les plans ?

        -Charles VII, en plus de faire face à des problèmes personnels – un père fou, une mère qui le déclare officiellement bâtard, une soeur qui le trahi (quelle famille !) – n’a t il pas dû (après y avoir été poussé) rétablir la prospérité d’un pays abimé par 100 ans de guerre, certes jugulée de trèves, mais jamais en paix ? Et (là encore) en proie à la guerre civile (Armagnacs et Bourguignons se valant autant les uns que les autres ?)

        -Que dire de Henri IV, qui en plus de devoir gérer crise dynastique et rebelote pour les affaires économiques et financières, sans parler du social…S’est vu dans l’obligation d’instaurer (à petit pas) la liberté de conscience ? (Prélude à la laicité française)

        Alors si sortir le pays de crises multiples n’est pas un débat contemporain…Je ne sais pas ce qu’il vous faut. Avoir quelques modèles de réussites ou d’échecs peut être utile pour éviter de recommencer les mêmes erreurs !

        L’Histoire nous aide à comprendre le fonctionnement des Institutions – comment comprendre la V République et le ralliement des Français à celle ci, sans invoquer le passé monarchiste du pays et la fracture révolutionnaire ? – et par certains cotés aussi, les comportements de nos élus/nommés.

        Les rois, comme les Empereurs ou les républicains, sont confrontés aux mêmes questions existentielles des Français : la paix, le pouvoir d’achat, la pauvreté, le chômage, l’endettement public, la consommation des ménages, la concurrence, l’étatisation, la justice, la fiscalité, l’environnement, les institutions, les qualités des nommés et élus.

        Et comme toute, citoyen ou sujet, le Peuple – lui même – ne change pas fondamentalement. Il utilise des moyens de s’exprimer qui ne sont pas les mêmes à toutes les époques, c’est tout !

        Que demande, en effet, les Etats Généraux sous Charles V ? Une classe politique digne de ce nom, autrement dit des «prud’hommes sages, véritables, diligents, et loyaux » et non plus des «convoiteux », et des « avaricieux » (les nobles refusant de payer l’impôt même en temps de guerre).

        Que demande les Français, sinon des hommes politiques avisés, diligents et loyaux ?

        On ordonne au « doux prince » de restreindre ses dépenses, et aux grosso modo fonctionnaires…Qu’on souhaite moins nombreux…De commencer leur travail « à l’heure du soleil levant » sans
        « muser et s’en aller sans rien faire ».

        Le stéréotype du fonctionnaire « feignasse » ne date donc pas d’hier ! Et n’est ce pas, là encore, un désir exprimé par les Français, à chaque élection ?

        Pour les Français de l’époque, Dieu a assigné des fonctions précises aux trois ordres : il y a ceux qui prient, ceux qui combattent, et enfin ceux qui travaillent. Si ceux qui combattent sont incapables d’assurer leur mission (car tout un chacun peut se rendre compte que « le Royaume n’est pas bien gardé »), c’est l’ordre même de la Société qui est remis en cause. Ici la guerre civile est une réponse au « désordre » dont l’élite est responsable. Depuis les défaites, beaucoup ont le sentiment qu’ils auraient mieux fait que ces soient disants experts en arme !

        Quand, en 1789, les Français exigeront l’égalité fiscale, déclenchant le changement sociétaire du même coup, c’est parce que ces fonctions précises ne sont plus assumées, ou du moins plus correctement.

        Et si Louis XVI a eu le destin qu’on sait, c’est peut être parce qu’il ne répond pas à ce changement sociétaire. Son ancêtre, lui, identifie tout de suite, la perte de repère et le « ras le bol collectif » d’autant plus surement qu’il en est la victime.

        Ainsi, le lendemain de son couronnement, il envoie à toutes les villes de France une lettre dans laquelle il mentionne qu’il entend « gouverner en justice et en équité », « réformer », et «se défendre contre ceux qui voudraient le dommager ».

        Pour répondre à l’indignation générale sur la couardise de la noblesse, et sur ses capacités à « conseiller » le roi, Charles répond en choisissant ses conseillers parmi les « intellectuels » (très appréciés du Peuple) qui sont par ailleurs élus et non nommés.

        Pour donner un signe de modernité, et satisfaire les exigences des bourgeois, il sépare dépenses de la Couronne et de l’Etat. Devant la situation d’endettement de la France, il procède à une astuce déjà mise en place par Saint Louis : l’instauration d’une monnaie stable…Ce qui a par conséquent de redonner confiance, et de mettre peu à peu fin aux jacqueries qui perdurent.

        Dans le même temps, il fait donner la chasse aux « compagnies » qui ne sont rien d’autres que des soldats, appauvris par la guerre, et qui lorsqu’ils ne sont pas employés par la Couronne, rançonnent les villes, et rapinent. A la tête de l’armée royale, chargée de pousser hors de France, ces « perturbateurs », on trouve Du Guesclin, dont l’honnêteté, et surtout la loyauté envers Charles V, sont à toutes épreuves.

        Que fait, en toute contradiction, Louis XVI : il se rallie à la noblesse. Dès lors, le roi devient l’ennemi (un temps protégé par Marie Antoinette sur qui se cristallise toute la haine) alors qu’un peu de bon sens et de rappel historique, aurait pu lui faire choisir la voie du succès !

        • @Seb.j’ai cherché le sens d’abstrus ,il n’a pas forcément un sens péjoratif :qui ne peut se comprendre que par une suite de raisonnements.CQFD :ce post développe votre réflexion ;en fait,il me semble que vous ne perdez pas espoir qu’il se trouve un homme avisé qui ait le courage d’affronter une situation désespérée;tous les exemples que vous donnez prouvent qu’un homme de pouvoir-qui l’a ou qui le veut- doit savoir balayer dans l’intérêt de la nation et en même temps construire (pour simplifier).j’avais aimé les stridulences et la petite leçon de machination politicienne ;grâce à vous,j’ai renoué avec la bibliothèque de Charles V,c’est plus nourrissant que toutes les professions de foi ou les déclarations d’intention ,qui paraissent aujourd’hui.Et vs avez raison:alternance ne convient pas.

          • Il me semble pourtant qu’un changement de majorité parlementaire ou présidentielle est caractérisé comme une « alternance » politique au sommet de l’État, sans que cela puisse être interprêté comme une forme d’arrogance ou de mépris vis à vis des formations politiques qui ne gouvernent pas.

  2. Bien dit M. Moscovici,

    Quant à la vacuité des propositions, elle est plutôt du côté de Nicolas Sarkozy, dont on ne sait rien du programme sinon qu’il ne reprendra rien du programme de l’UMP (à se demander pourquoi ils ont fait un programme) et qu’il annonce en président, alors qu’il est candidat, qu’il va faire bien ce qu’il n’a pas réussi à faire en cinq ans.
    M. Moscovici a mille fois raison.

  3. Bonjour Monsieur Muscovici. Surtout faites tout ce qu’ il est possible pour nous libérer de cette droite arrogante. Il ne faut plus que les sujets sur l’immigration et sur la sécurité soient tabous à gauche. Faites vraiment tout.
    Meilleurs voeux.

  4. Franck Riester, secrétaire national de l’UMP à la Communication propose à François Hollande de ne pas se présenter : « Ce n’est pas le bilan de Nicolas Sarkozy qui est terrible, c’est la vacuité des propositions du candidat socialiste. Cet ersatz de programme est terrible pour François Hollande, et devrait donc, s’il avait la dignité de la fonction, le conduire en réalité à ne pas se présenter à la Présidence de la République. » Et le député de Seine-et-Marne de poursuivre : « Au lieu de donner des leçons de dignité au président de la République, Pierre Moscovici devrait s’attarder sur le cas Hollande… »

  5. Moi je trouve que Moscovici a raté une belle occasion de fermer sa g…

    J’espère que Hollande va lui demander de démissioner.

    Pauvre type. Pfff…

  6. Loin du triple A… le Quadruple Zéro!

    0 = 2012 => La TVA est ANTI-SOCIALE!

    0 = l’ Euro, déjà a pénalisé le panier de la Ménagère et des consommateurs

    0 = Depuis cinquante ans le Travail est de plus en plus écrasé par le
    Marché et la Loi de la Finance spéculative et sans contrôle = catastrophes! C’est la nature Humaine qui se désagrège! = DANGER! DANGERS!..

    0 = Aucun candidat ne « gagnera tout seul, avec un Seul « Parti-Pris »!…

    Conclusion: La Travail change de nature, la culture du « toujours plus de
    production-gadget à moindre coût » doit changer, pour aller vers l’ Emploi
    des compétences utiles au plus grand nombre et l ‘équilibre de la Planète.
    Lire: Roger SUE sociologue, Sorbonne « Sommes-nous vraiment prêts à changer?
    « le social au coeur de l’économie » éditions LLL Les Liens Qui Libèrent
    Une ménagère au panier vide: en colère!

  7. J’espère que par respect pour la fonction de député vous aurez la dignité de ne pas vous présenter pour un autre mandat en 2012. Il serait bon de balayer devant la pauvreté culturelle de la 4ème circonscription du Doubs avant d’envoyer des messages d’une pauvreté intellectuelle rare sur les ondes nationales.

    Signé, un ancien habitant du Doubs.

  8. La victoire est loin d’être acquise et notre cher Nicolas prépare des coups bas sa spécialité.
    Un bilan desastreux mais il ne s’avoue pas vaincu et utilisera tous les moyens à sa disposition.
    N’oublions pas de crédibiliser FH dans la réalité du bilan et decridibiliser le petit caporal nabotleon de l’Elysée .
    Il se donne une stature internationale alors qu’il est inexistant à l’international.Sa ritounelle c’est son entente avec la chanceliere.Lui c’est la ligne franco-allemande type pétainiste, l’Allemagne décide et notre président entérine.
    L’alliance européenne doit être large et donc ne pas s’en tenir à cette bi-polérisation .
    FH doit conserver les bonnes relations avec l’allemagne mais se rapprocher de pays comme la Pologne qui deviendra un membre influent à terme, ouvrir avec la Russie de vraies possibilités de développement commun et ce n’est pas utopique, reconstruire des liens avec les pays émergents et les pays arabes un peu plus libre et surtout travailler aux échanges avec tout le continent noir( nous sommes évincés par les américains, les chinois et même l’inde)
    La politique étrangere ne doit pas avoir une seule ligne et donc FH a quelques mois pour imposer une ligne de politique etrangére constructive.

  9. Pour commener Pablo, je vous souhaite une bonne année.
    Je souhaite une excellente année à tous et je souhaite la victoire de la gauche unie représentant la plus large frange de la population.Pour l’heure, je ne vois pas qui à par FH pourrait faire exister cette union, même si mon coeur est ailleus et que pour moi l’écologie est un éléùment central de développement et que l’on ne pourra pas se passer de la révolution verte.
    Pour celui qui me traite d’exité du clavier, je lui souhaite juste d’avoir de vraies solutions constructives à défendre et s’il est PS , de lui rappeler que le centre du monde n’est pas là!!!!!Seul le PS a perdu d’avance et ce n’est pas avec des promesses intenables sur le plan financier que FH gagnera, c’est pourquoi il faut un plan clair et fiancé ( pas avec des calculs politiques non, avec des calculs permettant de prendre les bons chemins vers une gestion équilibrée.Le fond du probleme est et restera financier.Il sera souhaitable d’arriver à dégager les vrais profits du marché français pour réussir à financer les réformes et apporter une plus forte équité.Mais demain on ne rasera pas gratis, il faudra des efforts.
    L’avenir sera ce que l’on voudra bien en faire et 2012 sera une année de grandes difficultés mais l’espoir vient aussi des moments difficiles.On se doit de croire en l’avenir surtout lorsque l’on est jeune et n’oubliez pas que l’horizon n’est qu’une ligne fictive qui recule sans cesse et pourtant vous avancez.
    Tous mes voeux donc à chacun d’entre vous et pour vos familles.

  10. @JLL
    La lucidité, dans l’analyse et dans le discours, de François Hollande et du PS, sur la dûreté de la crise et la complexité des solutions à proposer, nécessairement structurelles, est bien plus importante que celle du « Capitaine Sarkozy », qui navigue à vue, sans cap, avec la même injustice come marque de fabrique.
    Revoyez les différentes déclarations et analyser, si nécessaire.
    Conjuguer lucidité, gestion rigoureuse, remèdes structurels et préparation de l’avenir. Il ne faut ni promettre de raser gratis (là effectivement se serait totalement irresponsable), ni promettre du sang de la sueur et des larmes (l’austérité enferme dans un cercle vicieux, plus d’austérité = moins de croissance = nécessité de plus d’austérité etc…).
    Quand à Sarkozy, n’est-ce pas lui qui promettait de ne pas se représenter si la France n’était pas au plein emploi au bout de son mandat. Or, sur le chomage, c’est un echec retentissant, la crise a joué, certes, mais sa politique inefficace et injuste aussi, et nous ne serions pas au plein emploi si nous n’avions pas eu la crise… donc quelque part, M. Moscovici ne fait que rappeler à Sarko une de ses promesses…

    Bonne année M. Moscovici.

  11. Bonjour,
    Je me demande si votre propos de ce matin ne révèle pas, en fait, une inquiétude quant à la capacité de François Hollande de battre Sarkozy.
    Je trouve ça hors sujet. Mais peut-être est-ce trop difficile, pour n’importe quel dirigeant politique d’ailleurs, d’être en plein dans les sujets que notre pays va devoir affronter. Parce que les Français ne mesurent pas les véritables enjeux. Et les responsables politiques de tous bords ont une lourde responsabilité dans ce déni. Et il sera plus facile de voter pour ceux qui « enchantent » l’avenir. Les lendemains seront douloureux. Je crois même que c’est jouer avec le feu que de ne pas déciller les Français. Car les périodes de tension que nous risquons fort de vivre pourraient bien exacerber tous les antagonismes latents et nul ne sait où cela peut nous mener.
    Mais nous sommes en campagne électorale…

    • Je suis d’accord avec vous.
      Tous les commentateurs politiques émettent de sérieux doutes sur Hollande alors que les sondages lui sont encore très favorables.

      • C’est sur que ceux qui emettaient des doutes sur les qualités, les compétences et l’intelligence de Sarko se trompait!!!!!
        On n’a jamais atteint un degré de betise politique et de conneries accumulées pendant 5 ans.Il n’a jamais eu le moindre programme car c’est une girouette qui prend le vent au jour le jour.
        Il restera dans l’histoire comme un imbu de sa personne et le fossoyeur de la France, un bilan inégalé dans la médicrité.Des millions de français appauvris, des milliers à la rue,plus d’1 million, et ses amis plus riches que riches sans travail .
        FH est respectueux, la grande majorité des français ne l’est pas et ce Monsieur va disparaitre des le premier tour.Il est tellement limité qu’il va se présenter car il a peur de se qui se passera aprés.C’est un homme aux abois qui va devoir rendre des comptes!!!!!

  12. monsieur , je vous souhaite une trés belle année ainsi qu’a toutes l equipe de mr hollande ,

    j’espere vous rencontrer pendant le 1er tour

    Pierre

Les commentaires sont fermés.