Dans les médias

Combat

Catégorie : Actualité,Politique,Réflexions | Par pierre.moscovici | 07/01/2012 à 13:26

Comme je vous l’avais laissé entendre dans mon dernier post avant les fêtes, à nouvelle année, nouvelle étape – ou au moins nouvelle phase. Cette expression, j’en suis conscient, est galvaudée, donc difficile à manier : il y a eu, par le passé, tant de « nouveaux souffles » annoncés, qui n’ont jamais démarré en vérité, qu’il convenait d’être prudent. Et nous avions bien sûr, avec François Hollande, entamé notre campagne dès la désignation de notre candidat. Mais mon pari n’était pas risqué. Il était logique, après les primaires, à six mois de l’élection, qu’il y ait une phase de mise en place des équipes, de travail sur les idées, de préparation du projet, de conclusion des accords électoraux, de rééquilibrage des temps de parole. Il était tout aussi clair qu’avec 2012, à 110 jours de l’élection, la confrontation allait prendre un tour plus vif, plus direct. Nous y sommes, et ces premiers jours de janvier sont déjà riches d’enseignements.

Il se dépeindra aussi en Président protecteur et réformateur – c’est le sens du lancement de la « TVA sociale », supposée protéger des délocalisations, de la taxe sur les transactions financières ou de ses propositions très libérales pour l’éducation nationale.

La stratégie du candidat sortant est, en effet, désormais limpide, et elle est double. Nicolas Sarkozy, tout d’abord, va essayer de « naturaliser » sa candidature, de laisser penser qu’il n’y a qu’une seule politique possible, la sienne, de barrer la route à la conduite d’une approche alternative. Il va tenter de se dépeindre en capitaine courageux, en leader expérimenté, seul à même de tirer le pays du mauvais pas d’une crise internationale. Pour cela, il va tirer jusqu’au bout sur la ficelle européenne, multipliant les sommets et les rencontres, mettant en scène son activisme, s’appuyant sur les leçons de l’étranger pour laisser croire qu’il n’y a pas d’autre approche possible que celle de l’austérité. Il se dépeindra aussi en Président protecteur et réformateur – c’est le sens du lancement de la « TVA sociale », supposée protéger des délocalisations, de la taxe sur les transactions financières ou de ses propositions très libérales pour l’éducation nationale.

Car aucune hausse de TVA ne peut être sociale.

Je suis convaincu que cela ne peut pas marcher, que cela ne marchera pas. Les Français on le sait, sont opposés à la « TVA sociale ». Ils l’ont dit avec force en 2007, entre les deux tours des élections législatives, les enquêtes d’opinion le confirment aujourd’hui. Il ne s’agit pas là, contrairement à ce que prétend Jean-François Copé, inspirateur comme souvent malheureux et peut-être mal intentionné du Chef de l’Etat, d’un réflexe conservateur, mais d’une réaction de bon sens. Car aucune hausse de TVA ne peut être sociale. Alléger des cotisations sociales pour les transférer sur l’impôt sur la consommation, payé par tous les Français, c’est faire payer les couches populaires et les classes moyennes, c’est atteindre le pouvoir d’achat – sauf à augmenter d’autant les salaires, ce qui n’est manifestement pas à l’ordre du jour. L’injustice est flagrante.

Mais cette préemption sur les grands choix qui doivent être faits lors de l’élection présidentielle est choquante, inadmissible.

Mais cette aberration sociale est aussi une erreur économique. Les importations ne seraient pas seules taxées, le secteur abrité de la mondialisation sera tout autant touché que celui qui y est exposé, pendant que la consommation ralentira. Le courage, en politique, n’est pas condamnable. La bêtise n’est pas pour autant admissible : ajouter l’inefficacité à l’injustice est plus qu’une erreur, une faute. C’est ce que, semble-t-il, Nicolas Sarkozy s’apprête pourtant à faire dans le « sommet social » du 18 janvier. Ajoutons qu’est aussi envisagé un nouveau collectif budgétaire pour faire valider cette « avancée » – ce recul en fait. Bien sûr, le Président et le gouvernement ne sont pas privés de légitimité pour ce faire. Mais cette préemption sur les grands choix qui doivent être faits lors de l’élection présidentielle est choquante, inadmissible. Quant à la taxe sur les transactions financières, si je ne peux condamner la conversion tardive de Nicolas Sarkozy à des thèses qu’il refusait naguère, sa mise en oeuvre en solitaire n’a guère de sens. Je ne développerai pas autant ici l’analyse du discours du Président sortant sur l’éducation nationale. Vincent Peillon en a dit l’essentiel : il s’agit là d’une liquidation du modèle républicain. Tout cela est à la fois court et inacceptable : cette politique, sans perspective ni intelligence, contraire à tout ce qui fait le génie de la France, doit être rejetée – je suis sûr qu’elle l’est et le sera.

Son projet, je l’ai dit, est au mieux creux ou vide, au pire nuisible.

L’autre face de la campagne de la droite est plus noire, elle est tout aussi visible. Le candidat sortant, en vérité, n’a plus guère d’atouts. Son bilan, contrairement à ce que dit Luc Ferry, pourtant censeur impitoyable n’est pas « mince », il est désastreux : dette en hausse, déficits importants, chômage de masse, croissance en berne, insécurité croissante, République affaiblie… Son projet, je l’ai dit, est au mieux creux ou vide, au pire nuisible. Et son style, sa façon de diriger le pays, sa manie d’opposer les Français, de privilégier les puissances d’argent et les plus riches, à force d’avoir heurté, provoquent un rejet puissant, à mon avis définitif. Les Français, dans leur grande majorité, veulent un autre Président. Nicolas Sarkozy est trop intelligent pour l’ignorer. Dès lors, il joue les cartes qui lui restent : son énergie, qu’il ne faut pas sous-estimer, son statut, que l’on ne peut ignorer, et surtout la brutalité d’une équipe, d’un clan, qui attaque et réagit en meute pour tenter de discréditer la gauche, son candidat, ses personnalités – j’en ai moi-même été la victime de la part de la pathétique Nadine Morano.

Je suis convaincu que les petitesses, les vilénies de ces « cellules riposte » qui sont en vérité des cabinets noirs, que les frappes groupées de ces « snippers » UMP qui oublient qu’ils sont ministres, que cette volonté de pourrir, salir, sont à la fois trop grossières pour ne pas être comprises de tous, trop basses pour ne pas provoquer la colère, la nausée, trop indignes, en un mot, pour ne pas se retourner contre leur(s) auteur(s)

Cela ne marchera pas non plus. Je suis convaincu que les petitesses, les vilénies de ces « cellules riposte » qui sont en vérité des cabinets noirs, que les frappes groupées de ces « snippers » UMP qui oublient qu’ils sont ministres, que cette volonté de pourrir, salir, sont à la fois trop grossières pour ne pas être comprises de tous, trop basses pour ne pas provoquer la colère, la nausée, trop indignes, en un mot, pour ne pas se retourner contre leur(s) auteur(s). Les Français attendent, j’en suis persuadé, un débat à la hauteur des enjeux, une confrontation d’idées vigoureuse mais propre, et non un concours de boules puantes. Qu’ils soient certains que, sans tomber dans la vulgarité comme nos adversaires, nous ne laisserons rien passer : François Hollande l’a dit, les manipulations grossières doivent cesser, il ne se laissera pas impressionner par Nicolas Sarkozy.

Il a écrit un beau texte dans « Libération », où il dit à la fois ce qu’il refuse – l’abaissement de la France, les souffrances imposées par ce libéralisme sans frein et par une politique d’injustice – et ce qu’il veut : le redressement du pays, la justice sociale, la préparation d’un avenir meilleur pour notre jeunesse, notamment grâce à l’éducation nationale, confortée et non fragilisée.

Pour autant, si le bilan et le projet du sortant ne peuvent être ignorés, l’élection ne peut se gagner seulement sur un rejet, l’alternance ne peut advenir sans espoir. C’est pourquoi, en ce début d’année, François Hollande a choisi, d’emblée, de s’adresser aux Français, de se mettre en mouvement. Il a écrit un beau texte dans « Libération », où il dit à la fois ce qu’il refuse – l’abaissement de la France, les souffrances imposées par ce libéralisme sans frein et par une politique d’injustice – et ce qu’il veut : le redressement du pays, la justice sociale, la préparation d’un avenir meilleur pour notre jeunesse, notamment grâce à l’éducation nationale, confortée et non fragilisée. Il a répété les principes qui l’animent : la vérité, la volonté, la solidarité, l’espérance. Ce nouvel horizon, il va le décliner à travers ses déplacements – cette semaine à Mérignac, en Normandie auprès des salariés de Pétroplus puis à Caen, en Corrèze, la semaine prochaine en Martinique, en Guyanne, en Guadeloupe, partout en France dans les mois qui viennent. Il va le présenter, d’ici à la fin du mois de janvier, à travers son projet présidentiel, dont nous aurons l’occasion de reparler ici. La mobilisation autour de lui va monter – avec une date importante, celle du premier grand meeting de la campagne au Bourget, le 22 janvier. Notre candidat est déterminé, il est au rendez-vous de cette année 2012, qui doit être celle de la fin d’une parenthèse malheureuse de notre histoire républicaine : il l’a montré avec force sur France 2 mardi dernier.

Oui, comme François Hollande l’écrit à la fin de son adresse, il est prêt – prêt à la confrontation qui s’annonce, prêt à présider la République, prêt à mener une politique différente. Il a entamé la « marche sereine » – selon sa propre expression – qui doit nous mener à la victoire. J’ajoute que l’équipe qui l’entoure, que je dirige, est aussi mobilisée, soudée, préparée. Avec 2012, le combat commence – non, il a commencé. Le changement, c’est maintenant. En ce début d’année, je vous renouvelle mes voeux de santé, de bonheur, et vous appelle à la mobilisation à nos côtés.

Be Sociable, Share!

Tags: , , , , , ,


72 commentaires

  • Monnerie dit :

    Bonjour et meilleurs voeux,
    Je tenais à vous faire part de ma réflexion qui pourrait etre incluse avec profit dans les propositions du programme FH (tirée de l’ouvrage excellent de Robert Reich au seuil « le jour d’aprés « que vous connaissez peut-etre?)
    L’ancien secrétaire d’état au travail de Clinton pose les bases d’un New Deal pour les classes moyennes transposable à la France:
    lire les pages 141 à 149 principalement sur la création d’un impot sur le revenu inversé financé par une taxe carbone et des taux marginaux d’imposition plus élevés pour les trés gros contribuables/un système axé sur le retour à l’emploi et non sur le chomage financé par une taxe en cas de licenciement payée par les entreprises rentables.
    Ces propositions colleraient avec la vision pronée par Terra Nova qui nous inspire je l’espère.
    A votre dispo pour en parler,
    François Monnerie
    Secrétaire de section PS CANTON DE TARGON GIRONDE

  • abel dit :

    bonjour,

    je suis contre la modification du quotient familial. On ne peut plus toujours prendre aux uns pour donner aux autres. Stop. Vouloir toujours aider, égaliser, lisser, atténuer. Que tout le monde paie un impot sur le revenus, même si c’est que 10€ dans l’année ça serait normal, tout le monde utilise les services publics. Mais arrêtons de prendre les classes moyennes pour des vaches à lait!

    Supprimer les allocations familiales aux personnes qui gagnent plusieurs centaines de milliers d’euros de revenus par an et qui touchent des allocations familiales uniquement parce qu’elles ont 3 enfants.

    Entre la TVA sociale et la réforme du quotient familial on est dans la surenchère du n’importe quoi. Vous n’aurez pas notre soutien.

  • pascal dit :

    quel cafouillage sur le quotien familial qui ne demandait rien à personne. on a vraiment l’impression d’une équipe d’amateurs

  • xavier de villebrun dit :

    Il faut constater que les gens s’intéressent peu aux programmes présidentiels parce qu’ils pensent qu’ils ne seront pas appliqués ou si peu. C’est l’aspect pernicieux de l’élection présidentielle qui pousse à ne prendre en compte que la personnalité des candidats,les législatives suivantes devenant une simple confirmation de la présidentielle. Quand les médias exigent sans arrêt des candidats de parler de leurs propositions,c’est pour les démolir sans les écouter sérieusement…
    Ce fut une grave erreur en 62 de faire cette élection au suffrage universel( par un référendum ultra-personnalisé qui violait la constitution !) sans instaurer un vrai régime présidentiel comme aux U.S.A..

  • Bangor dit :

    Il faudrait cesser de s’énerver à propos du quotient familial.
    « Je ne veux pas supprimer le quotient familial qui est un avantage fiscal pour les Français », a déclaré François Hollande. « Ma proposition : moduler le quotient familial pour qu’il puisse être plus juste pour l’ensemble des familles ».

    • JF Isere dit :

      Nous avons besoin d’un candidat de la création d’emplois. De nombreuses opportunités existent: la santé, l’environnement, les nanotechnologies…. Oui à un programme qui donne une chance à tous de travailler….Non à un programme du passé focalisé sur la redistribution et la lutte des classes. Le quotient familial est un succès de la France et est envié par les autres pays. Le PS se trompe de bataille….et la perdra.

  • delarue dit :

    placer la barre de 4200 € pour définir les riches, c’est un raccourci un peu rapide pour enfoncer encore et encore les classes moyennes. Quand on a 2 salaires d’environ 2000 €, trois enfants, un loyer plus que déraisonnable, aucune aides, cela devient pathétique.
    Dans cette tranche par foyer, il n’y a pas de résidence secondaire, des voitures luxueuses ou autres. Non, les riches ce n’est pas nous. De toute manière, les très riches ne paient plus leurs impôts en France. Revoyez votre définition de la richesse. Voter à gauche oui, mais pas à n’importe quel prix, et pas n’importe comment. Après les emplois jeunes remis sur le tapis, maintenant ce quotient familial. Ouille ! Allez, je suis sure que vous pouvez mieux faire…

    • Nicolas(Nantes) dit :

      Il me semble que l’exemple pris pour montrer qu’un enfant d’une famille aisée coûte reçoit plus d’aide publique qu’un enfant d’une famille pauvre est un revenu de 4000 euros par parent, soit 8000 euros pour deux parents avec 3 enfants. C sur ces données que le calcul a été fait.

      Vous n’entrez donc pas dans cette catégorie.

      • tophe dit :

        « Ma proposition est de moduler le quotient familial, pour qu’il puisse être plus juste pour l’ensemble des familles », a précisé le député de Corrèze, précisant que « ceux qui ne paient pas d’impôt recevront un crédit d’impôt avant qu’on ne fusionne impôt sur le revenu et CSG ».

        Voila comment gagner sa vie en faisant uniquement des enfants.

      • JF Isere dit :

        Les objectifs du quotient familial sont d’encourager la natalité et de compenser les charges entre familles avec et sans enfants. Il ne s’agit pas d’un mécanisme de redistribution entre riches et pauvres….on peut par contre, remettre en question l’accès des familles aisées (donc qui déclarent des impôts…contrairement à la fraude massive dans notre pays) aux allocations familiales… Je suis d’une famille de centre gauche qui a compté de nombreux maires et conseillers généraux….Nous sommes outrés par l’équipe PS actuelle…Remettre la lutte des classes au centre du débat plutôt que se battre et créer des emplois

        • ETDEMAIN2012 dit :

          Vous etes pour le fait qu’un enfant dont les parents touchent plus bénéficint d’un avantage fiscale supérieur par le foyer de naissance????
          C’est une lutte contre l’inégalité!!!Expliquez moi pourquoi un gosse d’un foyer gagnant 100000 Euros vaut plus que celui d’un foyer de 200000 Euros.Vous faites partie de ceux qui bénéficient de ce privilége????
          Un forfait pour chaque enfant comme dans beaucoup de pays europeensest plus juste.
          On doit réformer les retraites, on doit réformer ce genre d’injustice, on doit tout remettre à plat.FH ne s’en prend pas à la politique de la famille, ne réveille pas la lutte des classes, qui n’a d’ailleurs jamais cessé.Il va réquilibrer la ventilation des sommes déduites pour favoriser justement les familles de 2, 3, ou 4 enfants par un systeme de déduction forfaitaire et je défend cette idée depuis 35 ans .j’espere que ce sera mis en place pour enfin rendre égaux les enfants de la république.

    • ETDEMAIN2012 dit :

      cela fait 8000 Euros par foyer et dans ce cas chaque personne de ce foyer fait partie des 10% de salaires les plus importants.C’est réel.
      Est il normal qu’un enfant permet des sa naissance bénéficier à ses parents de plus d’abattement qu’un enfant de smicard?????
      Un enfant de riiche, aisé, ou pauvre doit aux yeux de la république avoir la même valeur .C’est pourquoi on doit instauré un forfait pour la valeur enfant.De plus on permet aux familles aisées de déduire des aides scolaires sur la déclaration fiscale aux plus aisés alors qu’il n’y a plus d’argent pour l’école.Trouvez vous cela normale.J’ai de trés bons revenus et mon épouse travaille, je trouve normal de payer mes impots, et nous n’avons jamais rien reçu , ni demandé à l’état car nos revenus étaient suffisants.il n’y a rien d’anormal que les aides aillent d’abord à ceux qui en ont besoin sans verser dans l’assistanat.
      On voit que des que certains atteignent des revenus corrects , ils tombent dans la droite, et ne veulent plus payer d’impots et recevoir de l’argent ou avoir des déductions fiscales.
      Complexe l’équité.D’autre par si Sarko avait évité de proteger les trés riches , les dettes seraient moindres.Ne vous leurrez pas, vous paierez de toute façon, si vous croyez que Sarko va épargner les classes moyennes!!!!!S’il repasse attendez vous à une hausse des impots indirects mais aussi à des baisses d’aides, à des baisses de pensions, à des hausses de cotisations.Alors croire que l’on pourra échapper à des efforts supplémentaires c’est croire au pére noêl, cela ne dure qu’un temps.FH épargnera plus la classe moyenne, réorientera les aides, réequilibrera les dépenses et recettes , mais cela se fera pour certains dans l’effort.
      Sarko a fini son mandat en faisant l’inverse de ce qu’il faisait!!!Crédible ou incompétent notoire.Avant son élection certains d’entre nous avait avancé que son plan épargnant les riches ferait un déficit supplémentaire de 500 milliards d’Euros de rentrées fiscales.Ce n’est pas la crise, c’est l’incompétent notoire gouvernemental qui en est le responsable par le choix d’une fiscalité et la protection des ultra spéculateurs .En France, on doit comprendre qu’avec 8000 Euros de revenus nous sommes bien lotis!!!!!et que tout effort non effectué maintenant sera plus onéreux demain.Sarko retarde, retarde et commence à mettre en place les ponctions de TVA sous couvert de TVA fiscale.Ils ont prévu de relever la TVA depuis le 1er jour lorsque Fillon disait que la France était ruinée.Ils vont passer une hausse de 1,5% ou 2% et ils disent ce n’est rien.U
      L’UMP dit ce n’est rien , porter le taux de TVA de 19,6% à 21,1% dans l’hypothese d’une hausse d’1,5 point cela fait une augmentationde la TVA de 7,65% et on vous dit ce n’est rien!!!!!Demandez à votre patron une augmentation de 6,75% vous allez voir s’il vous dit ce n’est rien!!!!

      • Stéphane Le Chat dit :

        Votre raisonnement est mathématiquement juste … jusqu’à un certain point.
        Si la hausse – en valeur absolue » de la TVA est de 1,5 %, la hausse – relative – est bien de 7,65 %. Nous sommes d’accord.
        Mais cela signifie aussi que le prix payé (TTC) n’augmente de 1,5 % également. L’argument d’une hausse de salaire de 7,65 % (je suppose que c’est ce que vous souhaitiez écrire), n’a donc pas lieu d’être. J’espère que vous en conviendrez :-)

      • JF Isere dit :

        Et bien, si le PS veut tout remettre à plat…qu’il s’attaque au travail non déclaré! Aux abus de bien sociaux! Pourquoi voyons-nous tant de gens payer avec des billets de 100 et 200 euros leurs achats (meubles, hi-fi,…)? Seuls les salariés et fonctionnaires déclarent vraiment leurs revenus! Alors soyez courageux! Régler le problème de fraude massive dans ce pays! Sinon, vous finirez avec vos copains grecs. Cessez de massacrer les familles…ce n’est pas la priorité du pays.

  • JF Isere dit :

    Nous sommes un couple d’ingénieurs avec trois enfants. Pour la première fois, nous pensons ne pas soutenir le candidat PS à l’élection présidentielle. La réforme du quotient familial est une grave erreur. Prendre aux riches pour distribuer aux pauvres se comprend….mais le PS se trompe sur la définition du riche. Cela ne fait que pénaliser celui qui travaille et déclare son revenu. Quid du travail non déclaré (je vois tant de billets verts utilisés les week-ends…)? Quid des abus sociaux fréquents? Quid des avantages en nature? Quid de la mauvaise gestion des élus locaux?

    • Nicolas(Nantes) dit :

      Le calcul a été fait sur une famille de deux parents gagnant chacun 4000 euros bruts par mois et ayant trois enfants. Il a été constaté que le quotient familial permettait à cette famille de recevoir davantage d’aides publiques qu’une famille aux revenus faibles.

        • Bangor dit :

          Je suppose que vous êtes fier du niveau de vos commentaires.
          Au fait, pourriez vous nous expliquer où et quand François Hollande aurait décidé de supprimer le quotient familial en cas de victoire en avril ?

          • lola dit :

            Hier, 09/janvier,Fr.hollande était l’invité de Michel Denizot,sur Canal+,entre 19h et 19h30 ; très détendu et souriant, il a participé aux différents protocoles de l’émission et a annoncé qu’il avait l’intention de supprimer « le quotient familial »,s’il était élu ;il n’a guère développé , timing de l’émission oblige ;je regrette que les politiques,invités dans ces émissions fourre-tout,se laissent aller à faire des déclarations-importantes-Elles sont très prisées des politiques….

          • Bangor dit :

            Merci, Iola.

          • Lambda dit :

            Réfléchis avant d’aboyer.

      • Christine R dit :

        S’il s’agit de remplacer purement et simplement le QF par un crédit d’impot, c’est à partir de 4200€ par mois par foyer et non non 4000€ par personne que la famille est perdante. Ce serait une mesure radicale qui pénaliserait les classes moyennes. Personnellement je ne suis pas pour.
        Mais rien n’est encore tranché et je pense que F Hollande ira plutôt vers un aménégement plus progressif, il a parlé dans ce sens.

    • Stéphane Le Chat dit :

      Tous ces échanges démontrent, à mon avis, le défaut de communication de l’équipe de François Hollande.
      Entre confusions (alloc / quotient, 4000 € par foyer / personne, etc), incompréhension sur le choix du seuil de 4000 €, etc, même les sympathisants de la Gauche ne s’y retrouvent plus.
      Où chaque proposition du candidat Hollande est-elle expliquée clairement et simplement ?
      Où est-il possible d’en débattre, de poser des questions et d’obtenir des réponses ? Où ?

      • Christine R dit :

        Dans son projet quand il sera publié, CàD fin janvier comme il l’a toujours dit.

        • Stéphane Le Chat dit :

          Christine,
          Qu’est-ce qui empêche notre candidat de mettre en place « un lieu » d’explication et de dialogue avant même la présentation officielle de son projet ?
          Pourquoi serait-il moins nécessaire d’expliquer les mesures qui sont trop vaguement évoquées à la télé ou ailleurs, avant la présentation du projet ?
          Parce que rien n’est décidé ? Mais alors qu’on n’en parle pas plutôt que de créer la cacophonie.

  • pascal dit :

    dernier sondage bva du 7/1: hollande à 28 (stable) – sarko à 24 (-2) – 2ème tour à 57% pour FH. pas si mauvais que cela.

  • infox dit :

    Libé titre ce matin, sondage à l’appui:
    « 30% des français n’excluent pas de voter Marine Le Pen »
    Il serait peut-être temps d’écouter ce que ces français veulent dire, non?
    Au lieu de les traiter de « gros cons » et de « fils de pute » comme certains « comiques » auto-proclamés.

    • Nicolas(Nantes) dit :

      Ce 30% est la parfaite démonstration du fait que l’on peut faire dire n’importe quoi à un sondage.

      Ces 30% correspondent à 8% certainement, 10% probablement, 12% probablement pas, les quelque 70% restants à certainement pas…

      Sur cette même question, Hollande plafonnerait à environ 70% en regroupant les trois premières catégories, Sarkozy à environ 50%…

  • Marc dit :

    C’est vrai que c’est triste de voir la différence entre Joly et Le Pen.
    Seulement voila, l’une a un talent oratoire , l’autre non.

    Le pen nous dis n’importe quoi mais avec une répartie redoutable, et malheureusement beaucoup de français se laissent piéger…

    Joly s’est l’inverse. Des vrais idées mais pas d’aisance oratoire. Lors d’un meeting d’Eva Joly on a l’impression d’assister à une cérémonie de naturalisation.

  • xavier de villebrun dit :

    Réponses sur les sondages:
    Effectivement, gagner les législatives après une défaite à la présidentielle est un leurre, mais certains y croient!!!
    En ce qui concerne les élus locaux,ils devraient utiliser leur impact sur les populations qui les ont élus pour oeuvrer énergique ment en faveur de Hollande. Le font-ils tous ? Un doute subsiste…
    A propos du score présumé de Joly, il est honteux et lamentable qu’une femme comme Le Pen soit créditée de + de 15% et Joly d’à peine 5 et encore dans le meilleur des cas! Triste constat…

  • marie mcb dit :

    L’UMP est le parti de la vulgarité.
    Le PS est le parti de la combativité.
    FH 35
    MLP 25
    NS 15
    FB 10
    FDG 5
    EELV 3

  • Bloggy Bag dit :

    Dans le dernier sondage du JDD, sarko comble un peu de son retard mais FH résiste bien en progressant un peu. Au deuxième tour, NS est toujours écrasé par notre candidat.

    Plus marquant est l’analyse du bas de tableau. Joly passe de 5% à 3% ce qui finirait de plomber leurs comptes et enterrerait leurs candidats aux législatives. Magnifique résultat de l’accord sur les désaccords !
    Il n’y a aucune gloire à persister dans l’erreur…
    http://www.lepost.fr/article/2012/01/09/2676008_mais-ou-partent-les-electeurs-d-eelv_1_0_1.html

  • xavier de villebrun dit :

    Il est permis de s’inquiéter un peu non pas des sondages eux-mêmes, mais de leur évolution quand même préoccupante; bien sûr, on nous fournit des explications rassurantes, mais pas totalement convaincantes. Bref,il faudrait que ça s’arrête et que ces chiffres se stabilisent.
    Il n’est pas normal qu’avec les régions,les départements et les nombreuses mairies que nous contrôlons Hollande descende en dessous de 30% d’intentions de vote. Il faut donc poser la question qui fâche:certains élus socialistes n’ont-ils pas envisagé la défaite de Hollande en espérant gagner les législatives et imposer Aubry comme 1er ministre à Sarko réélu?

    • Pablo dit :

      C’est quoi le rapport entre le fait que la majorité des collectivités territoriales soient à gauche et le fait qu’Hollande soit à 30% d’intentions de vote (oui puisse passer en dessous des 30%) ?

      J’ai du mal à imaginer que certains élus socialistes fassent le pari d’une défaite d’Hollande au présidentielle en espérant gagner les législatives deux mois après. Le résultat des législatives dépend en grande partie de la présidentielle.

      On ne peut certes pas exclure le cas d’une nouvelle cohabitation mais le rapprochement des élections présidentielles et législatives dans le temps avec la présidentielle en première ligne, écarte grandement cette configuration.

    • Bloggy Bag dit :

      Si FH perd, alors non seulement nous perdrons aux législatives, mais en plus on sera atomisé à cause des circonscriptions cédées à EELV.

      • Irma dit :

        Si FH perd l’élection présidentielle -imperdable!- , le PS est tout simplement MORT.

      • ETDEMAIN2012 dit :

        Il ne faut pas se positionner en perdant.Imaginez la défaite c’est la construire.Les sondages montrent clairement que Sarko Président en place est désavoué mais que certains voteraient malgré tout pour lui au 2éme tour.
        C’est un élément, lorsque l’on fait du commerce le meilleur produit ne l’emporte pas toujours, le vendeur ou le commercial peut influencer fortement les gens lorsqu’ils n’y connaissent peu ou pas grand chose.
        La présidentielle est un peu dans cette forme: »on ne connait pas le produit, mais on voit le talent des vendeurs!!!!
        La décision finale se fera dans le bureau de vote.N’avez vous jamais douté de votre vote?Ne vous êtes vous jamais posé la question et si je ne fais pas le bon choix?
        56-44 c’est 4% d’écart de votes c’est tout et c’est beaucoup.Regardez l’abstentionisme 1/2/3 points sur ces gens là c’est beaucoup donc FH gagnera car il va montrer le bon chemin en dévoilant un vrai plan de combat pour sortir la france du pessimisme et de la déprime.On doit liberer l’énergie.Les gens s’indignent , c’est déjà beaucoup , à FH de faire son travail en permanence .Rassurez que l’on a des solutions pour débloquer la création de jobs, sans tomber dans l’assistanat, tout en faisant en sorte de ne pas abandonner les gens dans la difficulté.C’est un dur travail mais il a le talent d’un homme de consensus!!!!
        La victoire sourit aux audcieux, il doit percuter, attaquer et proposer et dévoiler au fur et à mesure des solutions qui vont être critiquées bien sûr mais à l’arrivée, entre le mensonge quotidien, le boni-menteur de l’Elysée l’inféodé au capitalisme outrancier et la voie nouvelle avec un honnete homme , on fera le bilan et on constatera « que celui qui n’a pas fait ne fera pas demain, que celui qui promet et qui ne tient pas, n’a pas d’honneur »Entre un parjure et la sagesse le choix se portera sur FH.
        Eva joly est une femme de caractere, profondément convaincu que l’honneteté ne se monneye pas et confond hélas compromis et compromission .J’ai beaucoup d’affection pour elle et ses idées et je les partage.Marine Le Pen est quoi que l’on pense une femme de temparément qui a beaucoup écouté son papa, le marchand forain qui vous vendrait n’importe quelle épave cpour une Rolls.C’est cela la démocratie, ce ne sont pas toujours les meilleurs qui gagnent mais on doit tout faire pour que celui qui représente un vrai avenir soit au 2éme tour et gagne avec Mélenchon, Joly, Bayrou.La France est divisée et FH doit rassembler les compétences en évitant de se perdre .L’ennemi est la LePénisation de la société, car c’est ce qui se passe Sarko s’orientant de plus en plus vers cet électorat qui peut lui amener les voix qui lui manquent, FH doit gagner le centre pour gérer le pays.
        Nos convictions demandent certaines choses, mais la réalité nous commande d’être ouvert aux autres courant sans compromission, FH fera le concensus et nous devront être respectueux de certaines tendances qui peuvent des fois nous énerver.Il n’y a pas qu’une réalité, et par contre il n’y a qu’un seul Président , celui des français .Regardez bien , les français ont élu le Hun , ne l’oubliez pas , chaque jour on va forger la victoire en peut être faisant passer une idée prés des abstentionistes ou de ceux qui n’ont pas choisi, c’est nous qui allons gagner par notre force commune:Pas 2 Sarko, non jamais!!!!C’est peut être prétentieux de dire « nous allons gagner , mais si chacun d’entre nous arrive à convaincre une personne, We can!!!!Chacun ses objectifs, ne comptez que sur vous pour changer et la moisson FH la récoltera pour mettre en forme le projet d’une autre France et d’un ordre nouveau européen .

        • Stéphane Le Chat dit :

          Au risque de vous déplaire, votre discours tient plus de la méthode Coué que de l’argumentaire. Sans doute est-il adapté pour un auditoire (ou plutôt un lectorat) d’électeurs « acquis », mais je crains qu’il ne soit guère efficace pour convertir les « indécis ».

          • ETDEMAIN2012 dit :

            Nombre de gens disent FH ou Sarkosy c’est pareil!!!!Excusez moi mais la politique, la fiscalité, les efforts demandés ne sont répartis de la même façon à droite et à gauche.Le président du pouvoir d’achat!!!Bilan???
            On se doit d’être convaincu pour convaincre!!!!La méthode coué n’a jamais amené à convaincre quiconque et croyez moi cher ami que dans des fonctions commerciales,j’ai maintes fois entend: », ce n’est pas la peine celui-là, on y arrivera jamais »Et aprés maints échecs, on a établi une relation de confiance et la position a évolué, cela n’a rien à voir avec la méthode Coué!!!!Si vous partez du principe que l’on ne preche qu’aux convaincus et que l’on ne changera pas les choses et que ce ne sont que des discours, je comprends donc qu’il est inutile d’essayer de faire quoi que ce soit, on n’y arrivera pas, c’est bien le mal français.

  • baillergeau dit :

    « Quant à la taxe sur les transactions financières, si je ne peux condamner la conversion tardive de Nicolas Sarkozy à des thèses qu’il refusait naguère, sa mise en oeuvre en solitaire n’a guère de sens. »
    je ne suis pas certain que la réponse soit appropriée.
    Sarko peut parvenir à faire porter à la gauche, le chapeau du refus.
    Dans ce type de manoeuvre, Sarko est plus fort que la gauche!

    • seb dit :

      Effectivement, c’est une réponse bateau !

    • ETDEMAIN2012 dit :

      Sarko fait tout et son contraire et une partie des français croit qu’il travaille.En réalité, il fait des dépenses, creusent les déficits, pour aprés faire croire encore qu’il est la solution parce qu’il connaitrait les problemes.Il est un des problémes et en aucun cas une solution.Le souci est dans la médiatisation et la force de ses relais qu’il a mis partout.Plus ils disent de conneries plus une partie de l’opinion les croit.
      A terme, le bon sens va l’emporter.La vraie pédagogie au détriment du sectaire (je n’ai pas dit secteur) financier umpétainiste( ils trahissent la France en permanence).

  • jp dit :

    Bonjour monsieur

    Je voulais soumettre à François Holland ces quelques idées mais pas moyen de trouver une adresse mail de contact :
    – Il faudrait interdire les importations de marchandises produites à l’étranger dans des conditions de travail qui seraient illégales en France. Ainsi on protège l’industrie française, on encourage l’amélioration des conditions de travail à l’étranger et on se couvre vis-à-vis du diktat libéral de Bruxelles.

    – Il faut développer la sécurité. Paris est une ville socialiste : les tags pullulent. Souvent je vois des cyclistes circuler sur les trottoirs. Pourtant ils représentent un danger pour les piétons. Apparemment cela ne suscite pas de réaction. C’est une mauvaise image pour la gauche.

    Vous comprendrez qu’en l’absence de mesures dans ces domaines, comme beaucoup de gens du peuple, je me sente de moins en moins attiré par le PS.

    Cordialement

    • seb dit :

      A JP : pour la première idée, il suffirait de défendre devant le CC, puis la CJUE, le concept de « coutume constitutionnelle » (l’Allemagne et l’Angleterre l’ont fait, de leur coté, avec brio ! Et depuis, la CJUE a « incorporé » ces « coutumes constitutionnelles » à son droit pour le bien de tous !)

      En invoquant, notamment, le « caractère social de la République ».

      http://www.droitconstitutionnel.org/congresParis/comC1/JossoTXT.pdf

      Très sincèrement, je pense que si M. HOLLANDE « sortait » cette proposition et l’inscrivait dans son programme, cela ferait un très bon « pendant » à l’idée anti social brandit par M. SARKOZY !

      Concernant Paris…Je pense qu’il vaudrait mieux que vous contactiez directement M. DELANOE. Il a un site/blog me semble t il ! Laissez lui un commentaire…!
      http://bertranddelanoe.net/

    • François dit :

      Bonjour,
      Au vu de l’absence de propositions concrète, ne serait-il pas possible à M. Hollande de proposer dès cet hiver la remise en place de la Loi de 1948 sur le logement ?
      C’est avec cette loi de réquisition que mes parents, jeunes mariés alors ont pu trouver un logement, par réquisition et avec des tarifs fixés par l’Etat.
      N’en sommes nous pas au même point actuellement ? Alors qu’un loyer est de l’ordre de 7 à 800 EUR pour être décemment logé et que l’on impose encore 1/3 du salaire pour le payer… Qui gagne 2400 EUR/mois pour offrir un toit décent à leurs 2,… enfants ?
      Remettons la loi de 48 au goût du jour !

      Cordialement,
      FC

  • Bangor dit :

    Il est vrai que cela ne sent pas bon pour Sarkozy : Holande serait élu avec 54 % des voix au second tour.

  • Marc dit :

    Les derniers sondages ne sentent pas bon…
    Sarkozy monte lentement mais surement.

  • Stéphane Le Chat dit :

    Bonjour M. Moscovici

    Vous écrivez, à propos de la TVA sociale  » Les Français on le sait, sont opposés à la « TVA sociale ».

    Si je peux me permettre, ceci est peut être un fait, mais en aucun cas à mes yeux, un argument en défaveur de la TVA sociale. Heureusement, vous vous en êtes mieux sorti dans la suite de votre post.

  • willycat dit :

    M.Ringard Willycat
    Administrateur du site :
    http://www.horreursmusicales.com

    Madame la candidate, Monsieur le candidat,
    Madame, Monsieur,

    Vous êtes candidat ou vous soutenez un candidat à la prochaine élection présidentielle qui se tiendra dans quelques mois. Comme vous le savez, la politique culturelle est un élément important de la vie politique.
    Au cours de débats et discussions avec des internautes, certains points ont été soulevés qui méritent une attention particulière à mon humble avis.

    1.Comment vous positionnez-vous pour l’application stricte de la législation sur l’âge de départ à la retraite dans les médias ? Comment peut-on prôner le renouvellement des forces vives en acceptant la présence d’aparatchiks de l’audiovisuel ou médiatiques ?
    2.Comptez-vous intervenir afin que l’emblématique chanteur Ringo soit invité dans une émission du service public ( Années Bonheur ou autre Chabada ) pour réparer cette injustice du devoir mémoriel ?
    3.De nombreux lecteurs ont plébiscité l’entrée de Patrick Topaloff au Panthéon ou du moins la remise d’une distinction honorifique à titre posthume. Quelle est votre opinion sur cette proposition ?

    Ces interrogations rejoignent l’idée principale d’arrêter de confier la vision culturelle de notre pays à une élite bien pensante. La culture française regorge d’artistes, de talents oubliés qu’il convient de réhabiliter.

    Je vous remercie par avance de votre réponse et ne manquerai pas de la publier afin de démontrer que vous avez pris la peine d’y consacrer un moment.

    Je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de mes salutations distinguées.

    • Bangor dit :

      Mauvaise plaisanterie ?

    • LOYARTE dit :

      Willycat
      Elle va bien Scheila???
      Cher Ringo.Des demandes légitimes!!!! mais qui ne peuvent être traitées dans l’urgence même si Ringo Willy Cat est déjà âgé.
      Notre chere France est prioritaire, vu l’état avancée de décomposition dans lequel Sarko 1er le hongrois l’a conduit.
      Vous voudrez bien renouveler prés du futur ministre de la culture votre requête!!!!!!

  • xavier de villebrun dit :

    Sarko fait preuve d’une remarquable malhonnêteté intellectuelle à propos de la crise: il la présente toujours comme une espèce de tsunami, de phénomène naturel dont il nous protégerait tel un pompier. Il se garde bien de dire qu’elle a des causes très humaines dont les milieux financiers sont responsables de même qu’en grande partie les gouvernements(y compris le sien)!!!
    Malheureusement, cette argumentation spécieuse est assez efficace sur des électeurs naïfs et mal informés. Il faudrait donc insister fréquemment sur ce point : on peut alors espérer que les gens prendront mieux conscience de ce mensonge gouvernemental.

    • LOYARTE dit :

      Cela vous étonne? Xavier, vous pensez qu’il va claironner que lui et ses amis ultra-libéraux , en spéculant à outrance ont généré cette crise.
      Vous l’entendez parler de son frere Olivier du fond Carlyle pour dire, il s’en met plein les poches avec la dette!!!!C’est l’école Pasqua.2012,il va falloir enfoncer le clou.Mr Sarkosy est le plus malfaisant des Présidents possibles pour le pays.La morale, il ne connait pas seul l’argent fait un individu et le pouvoir.Dangereux à mettre hors d’état de nuire.

    • lola dit :

      Le président de la République insiste, et ce depuis un bon moment déjà, sur le rôle qui doit être le sien : rassurer, protéger les Français, dans une situation de crise ; il rappelle les faits ,les présente,les décrit,insiste sur l’activité intense qui est la sienne,sur les efforts déployés ,pour faire face à des « faits qui sont là »,résultats de la « crise » -on n’y peut rien-!ou résultats de la politique menée par ceux qui l’ont précédé!.Pourquoi présenter une analyse qui permettrait de comprendre l’escalade qui a abouti à la chute désastreuse de nombreux pays européens?il faudrait,alors, ne plus insister sur le rôle protecteur qu’il met en avant,mais sur le rôle de responsable de celui qui gouverne..De plus,il assume complètement sa charge, en proposant dans ses voeux un plan de refonte complète de l’enseignement !!que demander de plus !j’ai relu les discours-articles de F.H.pour moi, ils manquent de précision ;par contre,les interview de V.Peillon ( nov 2011 5 6 janv2012 sont précis et excellents)Que cesse la campagne avec effets speciaux,discours spécieux ;puisse les journalistes être au mieux de leur forme et les électeurs exigents.

  • DUVAL dit :

    Bonjour,
    Par votre intermédiaire,j’aurais aimé féliciter F.H. pour la qualité de son discours à Tulle ce samedi, pour le fond comme pour la forme. Puisque vous êtes directeur de campagne, j’ai une suggestion à formuler: ne pourriez-vous pas conseiller à F.H. d’utiliser ausi le terme de « dignité » à faire retrouver, en écho aux récentes mobilisations des « indignés » d’ici et d’ailleurs? J’attendais ce mot en fin de discours, mais il n’est pas venu.
    Merci pour votre combat.
    J’ose espérer que l’intérêt commun vous guide avant toute autre ambition.
    Bon courage pour les semaines de lutte à mener.
    C. D.

  • seb dit :

    Ce qui serait bien, c’est que le candidat HOLLANDE parle un peu moins et agisse un peu plus. Je veux dire par là qu’on peut porter de l’intérêt à ce que ce dernier « se sente prêt » et qu’il ait quelques « principes » (on l’espère « non négociables »)mais…C’est par ses actes qu’il va donner du crédit tant à sa personne qu’à son programme.

    Dans ma société, quand j’ai repris cette dernière – qui était en mauvaise posture – mes propos ont certes été écoutés, mais c’est sur le « concret », sur mes « actes » et sur le « crédit » de mes propositions (et mes actions passées) que l’on m’a jugé « apte », « compétent », « vertueux ».

    Le candidat/président SARKOZY est entrain de plomber, complètement, sa « campagne » en prenant les Français pour des idiots. En témoigne ses propositions pour la (énième) pseudo « réforme » de l’Education nationale.

    Une urgence…De fin de mandat ! Nicolas Sarkozy, candidat en 2007, avait déjà de belles ambitions pour l’école ; son Gouvernement a même réussi quelques coups comme l’assouplissement de la carte scolaire ou la réforme des IUFM – cette dernière aboutissant à simplement déplacer le problème de la formation des maîtres avec une nomenclature nouvelle et des contenus parfois encore plus ahurissants que par le passé ! Mais sur le fond, rien.

    Donc, à moins de cent jours de son hypothétique réélection, le voici qui revient à la charge, sans se soucier de la mobilisation syndicale forcément monstre qui accueillera toute tentative de changement.

    M. SARKOZY propose que les professeurs du secondaire puissent «accepter de nouvelles manières de travailler, d‘être plus présents dans les établissements », au-delà des 18 heures de classe hebdomadaires réglementaires pour les professeurs certifiés et des 15 heures pour les agrégés.

    Il est certes de bon ton, et électoralement payant, de dénoncer les horaires de l’enseignement. Mais entre préparation de cours, réunions obligatoires, charges nouvelles, corrections de copies… les professeurs ne bénéficient pas exactement d’horaires syndicaux !

    Voilà donc une proposition qui va coincer, même si le président de la République promet « en contrepartie » une « rémunération considérablement augmentée ». On a vu quelle « rémunération » les enseignants ont pu avoir avec les promesses de 2007…Et si l’on regarde du coté « résultat », il me semble que les décisions stupides gouvernementales ont surtout générer des disqualifications !

    Sur le « collège unique »…Même topo. « Il faut mettre fin aux faiblesses du collège unique tel que nous le connaissons », a déclaré M. Sarkozy, en proposant « deux pistes de réflexion » :
    « recentrer la 6e et la 5e sur les enseignements fondamentaux » et « assumer la diversité des parcours en 4e et 3e » car « il n’est pas normal que le collège actuel prépare exclusivement à l’enseignement général ». Permettre, à des jeunes qui ont une idée du métier qu’ils veulent faire, de se préparer tôt à la professionnalisation n’est pas indécent (comme on le lui rétorquera). Mais pourquoi avoir attendu ?

    Pourquoi, pendant que son « chef de campagne » prendrait le temps de mettre en exergue le discrédit de ces « propositions » pas forcément mauvaises sur le fond, mais on l’a vu non crédibles dans la pratique…M. HOLLANDE ne chercherait il pas à donner du « concret » aux Français ?

    En allant voir ses partenaires européens, pour proposer – en un week end on peut le faire – de sortir de l’euro sans casser l’UE ? (Et pour pas un pennie)

    Au lieu de singer M. SARKOZY, qui croit qu’il suffit de se faire voir et de raconter des bétises, pour se faire réélire…Pourquoi ne pas proposer à l’Allemagne (qui est le frein au système) de remettre en place le système solidaire de Rocard (qui aide les associations) avec (en contrepartie) l’engagement du candidat HOLLANDE à ce que le plan (en question) ne sorte pas des limites mises en place à l’époque et contournées depuis ? (C’est le principal grief de l’Allemagne)

    Ca…C’est du concret. Si un « simple » candidat peut parvenir à un accord avec Angie MERKEL, qui concerne les plus pauvres, si ce « simple » candidat peut proposer une solution crédible et très peu onéreuse pour nous sortir des ornières actuelles (sortir en même temps de l’euro aujourd’hui ne signifie pas « pour toujours » : on peut proposer de le faire avant qu’il soit trop tard et faire des préconisations par la suite pour remettre la machine dans le bon sens…Pourquoi pas, en annonçant, dès à présent, un référendum sur le sujet)

    • Bangor dit :

      Vous refusez d’envisager les conséquences catastrophiques, sur les plans financier, économique et social d’une sortie de l’euro.
      Face à cinq autres candidats, François Hollande a été élu sur une ligne politique qui n’est pas celle que vous souhaiteriez lui voir adopter.

      • seb dit :

        Je ne refuse pas d’envisager les conséquences (bonnes ou mauvaises) d’une sortie de l’euro. J’aime mon pays et n’ai aucun intérêt – en tant que contribuable, chef d’entreprise, consommateur et ancien politique – à lui faire du mal. Comme j’ai en plus de beaux enfants et une épouse que j’aime tendrement, le futur de notre France m’est d’une grande importance. Celui de l’UE également.

        Maintenant, j’avoue que j’accorde un crédit assez faible aux théories alarmistes d’un J. ATTALI, d’un C. BOISSIEU, d’un N. BAVEREZ ou d’un A. MINC, sans parler de T. MONTRIAL, Y. THIBAULT de SILGUY ou encore N. FONTAINE, qui en dehors de squatter nos médias, se sont jusqu’alors peu fait connaître pour le brio de leurs analysés ! Selon ces économistes, l’euro devait rendre la France plus compétitive et plus prospère, devait supprimer le chômage et les attaques spéculatives ! Les mêmes nous assuraient, jadis, que les surprimes devaient être instaurées en France !

        Trois d’entre eux soutenaient, à cet égard, le candidat SARKOZY et si l’on observe notre situation actuelle, ces braves conseillers du château font certes merveille à la télévision ou à la radio, mais fort peu dans la pratique !

        Alors, quelles sont donc ces conséquences CATASTROPHIQUES – rien que çà ! – qui nous guetteraient si nous sortions de l’euro ?

        Devrions nous faire face à des attaques spéculatives ? Peut être…Mais nous n’en connaissons pas actuellement ?

        Devrions nous réapprendre à vivre avec le franc ? Oui…Et alors ?

        Quelle catastrophe nous guette ?

        • Bangor dit :

          D’après une étude de l’institut Montaigne publiée par Les Échos le 13 décembre dernier, la sortie de la France de la monnaie unique détruirait 1 million d’emplois à moyen terme, et «plusieurs dizaines, voire plusieurs centaines de milliers» dès la première année.
          Ce n’est qu’un exeple et de nombreuses études vont dans le même sens.

          • seb dit :

            Désolé…C’est long. Mais quand on veut argumenter…

            Vous savez, BANGOR, dans mon métier – chef d’entreprise – on est amené à faire beaucoup de tri. Comme j’ai ce qu’on appelle une entreprise à taille humaine, c’est moi qui gère – pour l’essentiel – la sélection des candidats, des produits, et qui élabore – pour mes commerciaux – des argumentaires à même de convaincre des prospects de faire confiance à ma société.
            Dans la vie courante, les gens ont également pris l’habitude de faire du tri. Ils ne se jettent plus sur le premier canard, la première promotion, ou sur la première affirmation/vérité qu’on tente (avec plus ou moins de succès) de leur faire entendre.

            L’enseignant – mon épouse est professeur d’élèves de CM2 – n’est plus parole d’évangile. Les politiques doivent donner du corps à leur argumentation. Les médecins, à force de conflit d’intérêt, ont vu leur statut diminué. Et les commerciaux – j’en profite pour remercier toutes les aimables personnes qui le reçoivent – eux aussi doivent faire leur preuve, sans poudre à perlimpinpin, mais avec des arguments qui parlent à leurs éventuels futurs clients.

            Alors, quand je vous vois faire référence à une étude – peu importe laquelle – je fais comme mes clients. Je me pose des questions : celle ci est elle objective ? Quelles sont ses sources ? Quel crédit puis je apporter à l’information qu’on me donne ? Qui sont les personnes (l’entreprise, les commerciaux) qui tentent ainsi de me rallier à leur cause ? Au final…Tous ces questions se résument à une seule : quelle confiance puis je avoir ?
            http://www.scribd.com/doc/75550102/Sortir-de-l-euro-quelles-consequences-Institut-Montaigne

            –Alors…Qui est l’Institut Montaigne ? Un groupe d’intérêt, créé en 2000, subventionné essentiellement par des entreprises qui sont loin d’avoir la taille «humaine» de la mienne. Qu’il donne son avis, d’accord…Mais qu’il assume que ses membres partagent la même conception de vues !

            –Quelles sont les sources de l’étude ? Uniquement un livre d’un…Journaliste des Échos ! Très défavorable à la sortie de l’euro, cela va de soi. (Il est vrai que le propriétaire du journal est LVMH, un des membres principaux de l’Institut…) Et des enquêtes des…Échos. Assez sectaires comme sources…Non ? En tout cas, on comprend mieux pourquoi il y a un tel parti pris dans cette étude d’une objectivité à glacer le sang ! Pardon…J’allais oublier la splendide étude de GOLMAN SACHS la banque qui a aidé les gouvernants Grecs à falsifier leurs données étatiques…Tout en spéculant sur la dette grecque !

            –De nombreuses études vont dans le même sens dites vous ? Peut être…Mais sont elles plus objectives ? Et sont elles défendues par des personnalités sans conflits d’intérêt ? Et les médias invitent ils (dans leurs colonnes, émissions, etc.) des contradicteurs ? A en croire ACRIMED…Pas vraiment ! http://www.acrimed.org/article3721.html

            Ceci étant dit, je vais cependant faire comme si ce qui précède n’existait pas. Et me concentrer uniquement sur le chiffrage – de l’aveu même de l’Institut – aussi fiable que les sondages à six mois d’une élection…Et les conclusions qu’en déduisent ses membres !

            **Première remarque : l’Institut n’étudie pas les conséquences d’une sortie de l’euro…Mais de la méthode préconisée par le FN ! Si Marine sort la France de l’euro aussi bien que de l’UE…Les histoires de tarifs douaniers ou de transferts de capitaux peuvent prendre du sens…Encore que, rien n’empêche Marine – qui aurait alors l’argument massue : si on sort du bateau, vous coulez avec nous ! – de négocier avec les instances européennes une sortie de l’euro…En restant dans l’UE (1), un choix politique qui aurait son importance puisque l’UE est (grosso modo) mené par trois pays (France, Allemagne, Angleterre) : si deux sont en dehors de la zone euro, ce n’est pas négligeable ! ; ou de signer des bilatérales avec l’UE (2), comme l’a fait la Suisse…Qui a accès au Marché Intérieur aux mêmes conditions que les membres de l’UE, sans avoir à transférer des compétences ou de la souveraineté !

            **Deuxième remarque : la pseudo déflation du franc ne résiste pas à une analyse sérieuse. En effet, si la France sortait de l’euro, l’Allemagne se retrouverait être la seule grande économie de l’euro zone face aux PIIGS de l’UE du Sud ! Dans ces conditions, elle n’aurait plus aucun intérêt à rester dans l’euro, et serait quasiment obligée de quitter l’euro. Pour des raisons financières – comment les banques allemandes récupèreront elles leur pactole si la France se dédit de ses engagements ? – mais avant tout politiques. En 2013, il y a des élections. Je vois déjà les opposants à la Chancelière crier en cœur : le Peuple Allemand doit cesser de payer pour les Grecs ! Retrouvons le mark !

            Bref, la dévaluation du franc est fictive. Il faut bien comprendre que les investisseurs (les marchés si vous préférez) sont comme vous et moi : ils prennent les placements les plus surs. L’assurance vie rapporte plus, mais le livret A reste le plus populaire. Entre une monnaie purement française (même si les finances de notre pays ne sont pas franchement brillantes) et une monnaie unique où des pays de plus en plus menacés de faillite (Grèce, Portugal, Irlande, Espagne, Italie) représentent 40% de la population, et où le seul pays important, l’Allemagne, quittera le bateau dès que la situation budgétaire des PIIGS se sera suffisamment dégradée pour menacer directement la valeur de l’euro et sa propre crédibilité financière…Ils ne vont pas tergiverser longtemps !

            Surtout si – comme il est fort probable – le futur (ou la future) Président(e) de la République est suffisamment intelligent pour négocier une sortie maîtrisée de l’euro.

            La méthode la plus diplomatique (et la moins douloureuse économiquement, financièrement, socialement parlant) – parce qu’il est quasi certain qu’on soit confronté à un boycott temporaire de nos produits, si l’on suit la méthode Marine – c’est donc, pour moi, une sortie de l’euro en même temps. Qui nous ferait soit rejoindre les autres membres de l’UE non membres de l’euro….Soit négocier des bilatérales avec ces derniers.

            **Troisième remarque : l’Institut nous dit que, à terme, nous pourrions nous voir menacer par les marchés financiers, qui couperaient les crédits. Cela prête à sourire…!

            Tout emprunteur – qu’il demande un prêt en euro, en franc, en dollar ou autre – est sujet à ce risque. De la même manière qu’un client qui ne paye pas ses consommations…Se voit couper l’accès à ses comptes, interdire certaines enseignes ou non fournir par les entreprises dont il est le débiteur !

            Pour un État, les choses sont un peu différentes, puisqu’il a des prérogatives qu’un simple citoyen/consommateur/contribuable ne possède pas : il peut augmenter ses recettes. S’il se voyait menacer par les marchés financiers, il lui suffirait – même si politiquement cela risque de ne pas être sans conséquence – d’augmenter les impôts ou de créer des taxes. Voire, s’il en a la volonté, de restreindre certaines dépenses somptuaires ou (rêvons) de faire le ménage dans ses prodigieux gaspillages d’argent public !

            Est ce une si mauvaise chose, d’ailleurs, qu’un État n’emprunte plus auprès des marchés financiers ? Pas nécessairement. Vivre de ses propres fonds et non à crédit, peut s’avérer très vertueux. Que nos politiques, tous très adeptes de l’endettement – tout positionnement politique confondu – soient contraints à gérer les finances publiques moins légèrement qu’ils ne le font dans les faits, me serait fort agréable !

            L’agriculture française, pâtirait elle d’une sortie de l’euro, comme nous l’affirme l’Institut ? Rien n’est moins sur…Puisque cette hypothèse, on l’a vu, repose sur l’idée préconçue que, d’une part la France quitterait seule le navire – alors que rien n’empêche que ses partenaires la suivent sur cette voie, ne serait ce que pour s’éviter les conséquences funestes d’une sortie en solitaire de l’euro, préjudiciable avant tout pour eux – et d’autre part, qu’elle aurait la maladresse ou/et la bêtise de ne pas garder accès au Marché Intérieur aux conditions de ses partenaires hors zone ! On voit mal, dans ces conditions, pourquoi notre agriculture serait navrée (plus qu’elle ne l’est en tout cas) par un tel départ ! La concurrence espagnole invoquée étant, dans les faits, déjà présente…Notamment en raison de l’insouciance de la Commission, qui ne fait pas son boulot de rappel de la PAC !

            Qu’en serait il de la dette ? De toute évidence, nos créanciers accepteraient facilement la conversion de leurs créances en euros vers le nouveau franc, aux conditions négociés par la nouvelle majorité parlementaire. Sinon ils se retrouveraient avec des créances exprimées dans un euro regroupant les pays les plus faibles d’Europe du Sud, qui aurait perdu une grande partie de sa valeur. La sortie de l’euro ne provoquerait donc aucune augmentation de notre dette !

            **Dernière remarque : elle concerne le pouvoir d’achat. L’étude nous explique que les Français ne pourront plus acheter des ordinateurs de poche ou des voitures étrangères. Outre que cela ne soit pas des achats particulièrement réguliers – le budget d’un ménage passant plus dans les abonnements énergétiques, l’alimentaire et l’essence – il est difficile de voir en quoi l’addiction au made in China, serait un souci pour l’économie…Française !

            La psychologie étant importante, dans l’acte d’achat…La consommation se définira surtout en fonction de critères bien…Nationaux ! Le moral, la possibilité d’achat, par ex !

            Les rédacteurs de l’étude oublie une chose essentielle en économie : le marché ! Le pays qu’ils étudient est la France. Or, aucun pays au monde – pas même les citoyens de l’ex URSS – n’a un tel culte de l’État…Et une telle défiance envers le libéralisme.

            Ils partent du principe que, à aucun moment – et quelque soit la majorité en place – les gouvernants ne tenteront d’agir sur le marché ! Or, si j’en crois notre longue histoire politique, ma propre expérience, ou encore si je me réfère aux discours du président sortant ou du candidat HOLLANDE, aucun élu Français ne restera bêtement les bras croisés ! Pour se sentir exister, nos politiques agiront. Bien ou mal, ils le feront.

            Ne serait ce que pour ne pas se voir taxer d’impuissants. M. SARKOZY parce que c’est dans sa nature, M. HOLLANDE parce qu’il sait que cela peut coûter cher, politiquement, de dire que l’État ne peut pas tout. Marine, parce qu’elle aura à cœur d’essayer le beau jouet étatique.

            Qu’est ce qui empêcherait M. HOLLANDE, pour susciter un élan d’espoir dans l’avenir, de baisser la TVA ? Voire…De la supprimer (Au nom de l’égalité fiscale) sur le plan intérieur ?Au profit – pourquoi pas ! – d’une taxe de non consommation ? Les femmes vont adorer M. HOLLANDE !

            Qu’est ce qui empêcherait, au juste, nos politiques de défendre, sur le plan européen, la coutume constitutionnelle du caractère social de la République ? Se faisant, ils interdiraient – sans violer les traités – certaines pratiques dites ultra libérales ! Au nom de cette règle constitutionnelle, primant sur les textes européens, ils pourraient s’opposer à certaines privatisations, taxer les salaires atteignant une fourchette x fois supérieur au salaire médian, etc. De quoi approvisionner les recettes fiscales sans grever la consommation…!

        • Pablo dit :

          « l’euro devait rendre la France plus compétitive et plus prospère, devait supprimer le chômage et les attaques spéculatives !  »

          En 1993-1994, différentes monnaies nationales européennes ont fait l’objet d’attaques spéculatives. La création de l’euro a été un moyen de dépasser ces attaques spéculatives monétaires.

          • seb dit :

            A Pablo :

            Je ne disconviens pas que certaines monnaies nationales, des pays membres de l’UE, aient pu faire l’objet de spéculations. Mais est ce le caractère nationale de ces monnaies ou bien l’usage qu’en faisant les gouvernants de l’époque, qui pouvaient expliquer ces attaques spéculatives ?

            Il n’est guère étonnant que, dans les premiers temps, l’euro ait servi de paravent. Non seulement c’était une monnaie destinée à consolider la construction européenne, donc à unifier ses membres (et ses peuples ?) Mais on lui prêtait la vertu d’être bien géré, car on écartait son fonctionnement des…Politiques ! Via le fameux traité de Maastricht. Les gouvernants ayant failli – en utilisant un peu trop souvent leurs droits régaliens d’émettre monnaie et d’emprunter à taux zéro – les marchés pouvaient espérer qu’à l’avenir, la BCE (qui devait avoir la même rigueur que la banque nationale allemande) ne se livrerait pas à des facilités !

            Le franc a suivi le même parcours ! Son créateur – le roi Jean le Bon – avait lui aussi un intérêt politique – quoi de mieux pour unir ses sujets, que la même monnaie ? – et dans les premiers temps, le franc apparu aux créanciers du pays comme une chose formidable ! Avant que la facilité ne reprenne le dessus…

            Il en est de même pour l’euro. Le traité de Maastricht avait bien prévu d’interdire aux politiques la gestion de leur monnaie commune…Les investisseurs (marchés) finirent par découvrir qu’on leur avait présenté un bouclier peu fiable ! Non seulement ils suffisaient aux gouvernants de plaider leur cause auprès de la Commission pour ne pas être attaqués (chose d’autant plus simple que celle ci était leur instrument !), mais en plus, loin de s’en offusquer, les parlementaires (nationaux comme européens) venaient soutenir la violation de leurs propres engagements ! S’ajouta à cela le principe de contournement de traités – ex : la solidarité financière européenne – et l’intérêt des banques privées à encourager le crédit.

            C’est pourquoi, à mon sens, le seul moyen de sauver l’UE – et accessoirement l’euro – c’est d’en sortir maintenant. Parce que, actuellement, nous ne sommes pas crédibles. Notre paravent est truffé de trous et nous ne pourrons pas restaurer la confiance avec un tel équipement.

            Donc, mieux vaut reculer un peu, repartir sur de nouvelles bases, en tenant compte de nos erreurs…Et repartir dans le bon sens.

  • domi 25 dit :

    Reconstruire ce qui a été détruit par la droite en 10 ans, voilà le discours de l’ump . Et en 3 mois ! Blablablabla……

    • LOYARTE dit :

      fh VA FAIRE DES MIRACLES§§§§§Hélas, le prix à payer est extremement élevé et l’effort sera long.L’espoir réside dans une meilleure utilisation des fluxs financiers, du contrôle des dépenses, mettre fin à un état dispendieux.Récupérez les impots , ne pas se souciez de la cinquantaine de milliardaires qui fuit le pays.On a toujours les moyens de créer ce q’il faut pour récupérer l’argent généré sur le marché français.Les entreprises du CAC 40 distribuent 32 milliards de dividendes et ne se soucient pas de la France et des français.Ils font une partie des profits à l’étranger dans les pays moins taxés et une partie part vers les paradis fiscaux ( que connait bien Sarkosy et son frere Olivier).
      Il va falloir instaurer une taxe d’accés commercial pour récupérer l’argent générée en termes de profits sur le territoire national.Ce n’est pas du protectionisme, c’est c’est récupérer la part d’impot légalement exigible par un état de droit.
      Pour Bangor, nous sommes d’accord pour dire que la sortie de l’Euro peut être extrêmement couteuse, mais ce n’est pas irresponsable de penser que sur les coups de bélier des spéculateurs , l’Euro peut être amené à disparaitre et nous devons reflechir aux conséquences de cette fin.Olivier Sarkosy disait (il s’est trompé) que l’Euro n’e avait plus que pour 3 mois.Continuant à spéculer contre l4euro pendant que le frere fait croire qu’il le défend.Ce n’est pas une rumeur, c’est la réalité économique, le fond Carlyle chassant fort en tirant sans cesse sur les pays européens endettés!!!!!
      Toutes les scébnaries sont possibles, et toutes sont co^puteuuses hélas.C’est l’héritage de l’utra_libéralisme spéculateur.C’est la résultante d’un manque de courage et de régulation, c’est le succés de Sarkosy!!!!!!Une dette énorme qui n’est pas encore réellement clairement connue car ses engagements vont couter trés chers pour les années à venir.
      Ce sera un moindre mal si l’Euro baisse par rapport au dollar même si l’on risque d’avoir un peu d’inflation, néanmoins l’Euro est un moyen à utiliser et à protéger car les risques financiers seraient moindre, avec une politique européenne uniformisée pour contrer la spéculation d’une minorité de spéculateurs qui pillent les richesses mondiales.A mon humble avis, effectivement on risque plus gros avec une sortie de l4euro même si on peut toujours s’en sortir quelles que soient les difficultés.Simplement il faut avoir conscience des soucis de l’avenir et resserer l’unité nationale.

  • heusicom jean claude dit :

    j’ai constaté que les mots ouvriers,employés commençait a venir dans les discours il faut emplifer.Maintenant je voudrai vous alerter sur leur fameuse TVA dite sociale qu’allons nous devenir nous les petits retaités? j’ai 1150 euros par mois pour 2 personnes?.
    je vous presentes mes meilleurs voeux et beaucoup de courage ;
    jcH

Flux RSS des commentaires de cet article.