Dans les médias

Une séquence réussie

Catégorie : Actualité,Politique,Réflexions | Par pierre.moscovici | 27/01/2012 à 19:36

La semaine qui vient de s’écouler était importante pour la campagne de François Hollande, pour la gauche, donc pour les Français qui entrent dans le débat présidentiel. Je sais qu’on me prête parfois un excès d’optimisme – à tort, je vais m’en expliquer – même si j’assume de croire en la victoire, et d’y travailler sans compter. Il me semble toutefois pouvoir dire, sans outrecuidance ni arrogance, et rejoignant ainsi le jugement des observateurs les plus objectifs, que ce moment a été un succès.

Pour ma part, connaissant les qualités de François Hollande, je n’étais pas inquiet outre mesure.

Je suis conscient, en effet, des attentes, voire des doutes qui se tournaient vers notre candidat, vers nous. J’entendais la petite musique médiatique, qui avait pénétré certains esprits, les interrogations sur la campagne, je voyais les attaques grossières, brutales, mais concertées des « snipers » sarkozistes, alimentés par « la cellule riposte » de l’UMP, que j’ai qualifiée de cabinet noir, je sentais qu’à défaut de convaincre elles pouvaient impressionner. Pour ma part, connaissant les qualités de François Hollande, conscient du travail fait dans et autour de l’équipe de campagne, je n’étais pas inquiet outre mesure. Pour autant, je savais l’ampleur de la tâche, la hauteur de la haie à franchir : rien n’était acquis. Une séquence majeure s’ouvrait à trois temps : le discours du Bourget, la présentation du projet, enfin l’émission « des paroles et des actes » sur France 2 et la confrontation attendue avec Alain Juppé, l’ « atout maître » de Nicolas Sarkozy, son « joker ». L’ensemble, j’en ai la conviction, a été maîtrisé.

Son discours, construit, inspiré, à la fois de gauche et ancré dans la réalité, n’a pas seulement rassuré, il a entrainé, emballé.

Le rendez-vous du Bourget, tout d’abord, a donné de l’élan. Il a répondu aux questions posées sur la campagne. Que disait-on en effet de nous ? La mobilisation, murmurait-on, se faisait attendre : la foule des grands jours fut présente, au delà de nos espérances je l’avoue. La ferveur aurait été absente : j’ai vu, comme vous, l’enthousiasme se lever. On commentait les « couacs », la désunion du Parti socialiste : la famille s’est réunie, avec le même désir, le même devoir de victoire. Le projet se faisait attendre : François Hollande l’a dévoilé dès dimanche. Les commentaires sur le candidat naissaient à bas bruit : son discours, construit, inspiré, à la fois de gauche et ancré dans la réalité, n’a pas seulement rassuré, il a entrainé, emballé. Tout ceci fut pour nous une formidable source d’espoir, un dopant, et pour la droite un choc, tant sa ligne d’attaque – à l’encontre d’une gauche illégitime dirigée par un irresponsable – s’est effondrée en un après midi : près d’une semaine plus tard, j’attends encore un argument consistant, ou simplement pertinent.

Surtout, il a totalement dominé un Alain Juppé qui paraissait hier revenu à ses pires moments de sectarisme et d’arrogance.

On connait la suite. Hier, la présentation du projet de François Hollande a conforté sa crédibilité. Le discours du Bourget avait tracé les grandes orientations – le redressement du pays, la justice et l’égalité, la préparation de l’avenir, au premier chef pour la jeunesse, l’impartialité de l’Etat et la réforme républicaine. Il avait défini l’adversaire – l’argent spéculatif – et précisé les principales propositions : la Banque publique d’investissement, la séparation des banques de dépôt et des banques d’affaires, la réorientation de la construction européenne, la réforme fiscale, l’effort en faveur du logement, l’encouragement à l’épargne, les emplois d’avenir, le contrat de génération, la priorité à l’éducation, la prise en compte de l’hôpital public, l’inscription des principes de la loi de 1905 dans la Constitution… La conférence de presse d’hier a montré la solidité, la cohérence de la démarche, réaliste, chiffrée, qui s’affirme comme un socialisme de la vérité face à la gravité de la crise. Que dire, enfin, de l’émission sur France 2, suivie par plus de 5 millions de téléspectateurs ? Je suis peu courtisan, inapte à la flatterie, et d’un tempérament posé. Pourtant, j’avoue que François Hollande, hier soir, m’a fait plaisir. Il a continué à s’affirmer tel qu’en lui-même les responsabilités le changent, il a montré sa compétence économique. Surtout, il a totalement dominé un Alain Juppé qui paraissait hier – peut-être parce qu’il est peu convaincu du bilan de Nicolas Sarkozy, sans doute parce qu’il s’est laissé diriger par son tempérament vindicatif à l’égard de la gauche, et dominer par un inexplicable sentiment de supériorité – revenu à ses pires moments de sectarisme et d’arrogance, ceux là même qui l’ont conduit à une longue traversée du désert. On craignait une épreuve, ce fut une leçon.

François Hollande a réfléchi, depuis longtemps, à cette élection, à l’état de la France, à la gravité de la situation internationale et nationale.

Tout cela n’est pas arrivé par hasard. J’en connais, au contraire, les recettes. Il y a d’abord, une préparation méticuleuse. François Hollande a réfléchi, depuis longtemps, à cette élection, à l’état de la France, à la gravité de la situation internationale et nationale. C’est pourquoi il nous a poussés, sans arrêt, au sérieux, à la précision. Il ne voulait pas d’un discours vague et d’un projet irénique : il a été exigeant dans ses arbitrages sur le projet – expertisé comme jamais un texte socialiste ne l’a été – et méticuleux dans la rédaction de son discours. Il y a bien sûr, et heureusement, une équipe autour de lui : mais il est l’auteur de sa campagne, il sait où il va, il maîtrise les mots et les rythmes. Car – et c’est la deuxième recette – l’art politique est fait de la maitrise du temps, qu’il s’agisse du temps de la conquête du pouvoir – il faut, à chaque étape, à la fois surprendre et rassurer – ou de celui de l’exercice du pouvoir. Le projet de François Hollande est, à cet égard, novateur, il l’est par ses priorités – le redressement de la production, l’essort des PME-PMI et de l’innovation, la maitrise du système financier comme préalables… Il l’est aussi par le calendrier qu’il annonce : agir vite pour les réformes de structure comme pour les urgences sociales, accepter l’effort s’il est justement partagé, distribuer ensuite. La gauche, on le sait, a souvent fait l’inverse, remplissant la promesse sociale, parfois au mépris des réalités, avant d’enclencher la touche « pause » et de provoquer la déception. C’est ce qui explique largement que la gauche au pouvoir, en France, soit à chaque fois apparue comme une expérience et n’aie pu s’inscrire dans la durée. La démarche, cette fois, est différente, je la crois plus consistante. On compare souvent – technique oratoire oblige – François Hollande à François Mitterrand. Je crois pour ma part qu’il y a dans son approche autant de leçons de Mendès France ou de mon cher Léon Blum que du vainqueur du 10 mai 1981. On devine, enfin, les autres ingrédients du succès, que je me contente de mentionner : du travail, beaucoup de travail, du professionnalisme et du talent. Il fallait tout cela pour traverser cette semaine sans encombre, et pour installer François Hollande en prétendant plus que sérieux à la Présidence de la République.

Nos « fondamentaux » politiques sont solides : au-delà du rejet sans précédent du candidat sortant, nous disposons d’une formation politique puissante et unie autour d’un candidat à la hauteur, portant un projet de gauche et crédible. Notre victoire est donc pour le moins possible.

L’élection présidentielle est-elle pour autant jouée ? Chat échaudé craint l’eau froide… : je me garderai, instruit par l’expérience, de recourir à des formules trop rapides, qui d’ailleurs ne traduisent pas ma pensée. Je pense, depuis quelque temps déjà, que nos « fondamentaux » politiques sont solides : au-delà du rejet sans précédent du candidat sortant, nous disposons d’une formation politique puissante et unie autour d’un candidat à la hauteur, portant un projet de gauche et crédible. Notre victoire est donc pour le moins possible – je ne voudrais pas, après cette belle semaine, sembler le seul à l’ignorer. Mais l’élection présidentielle est un combat à nul autre pareil, une course de fond qui réserve toujours des surprises, et il reste encore trois mois. Alors, oui, si je crois à l’alternance, si j’ai la conviction que nous avons entre nos mains les atouts pour l’emporter, je conserve – avec mon caractère, à la fois tempéré et optimiste – la même prudence que François Hollande, je garde la saine inquiétude qui sied à une campagne essentielle et qui conduit à ne jamais baisser la garde. Je sais aussi, je sais surtout qu’il faut encore expliciter, expliquer, convaincre, entrainer, gagner l’adhésion. Et que pour cela la combativité et l’humilité s’imposent. Beaucoup de choses peuvent arriver encore, nous connaitrons des hauts et des bas, la droite aura elle aussi ses séquences fortes, nous ne devons ni lasser, ni ralentir.

Ceci, d’autant plus que Nicolas Sarkozy n’est pas encore vraiment entré en campagne. Il est candidat, tout le monde le sait, même s’il n’est pas encore déclaré. Il ne manque pas d’expérience, d’énergie, de talent, il est prêt à beaucoup pour conserver le pouvoir. Mais sa situation n’est guère encourageante. Son bilan – la prestation d’Alain Juppé hier l’a montré – est un poids terrible à porter. Son image – qu’il va chercher, c’est évident, à humaniser, comme le montrent ses confidences guyanaises très calculées – est profondément entamée. Son camp – peu rassuré par l’égotisme de son chef – doute et frôle la démobilisation . Enfin, il ne lui sera donc pas facile d’élaborer un projet qui valorise une action vécue par les Français comme un échec, tout en proposant un changement à la fois sincère et crédible : il aura bien du mal à échapper à son passif. C’est pourquoi son émission de propagande géante, retransmise dimanche sur six chaines je crois, est un moment à la fois décisif et difficile pour le candidat sortant. S’il ne se passe rien après cela, tout deviendra compliqué pour lui.

Je sens la mobilisation croître, la confiance s’affirmer.

Attendons… et surtout préparons-nous. La campagne de François Hollande a, cette semaine, posé ses fondations. Je sens la mobilisation croître, la confiance s’affirmer. A nous, autour de notre candidat, avec lui, de poursuivre sur cette lancée pour faire en sorte que, les 22 avril et 6 mai, cette séquence réussie apparaisse, rétrospectivement, comme l’acte fondateur de la victoire que nous espérons, et à laquelle, avec toute l’équipe de campagne, avec beaucoup d’autres, je consacre toutes mes forces.

Be Sociable, Share!

Tags: , , , ,


87 commentaires

  • Adrien dit :

    Bravo à toute l’équipe de campagne pour cette belle séquence !
    L’exercice de méler une véritable vision de gauche à un programme crédible et soutenable politiquement était délicat, mais vous y êtes parvenu avec beaucoup d’habileté.
    Je suis particulièrement emballé par le volet sur la finance et les paradis fiscaux (sans fausse naiveté). Il est évident que nous ne sortirons pas de la crise sans mettre à contributions les capitaux exilés sur des plages de sables fin. L’urgence est d’autant plus grande qu’à défaut d’y parvenir, la gouvernance mondiale (je vous renvoie à Attali) s’installera dans la dictature des marchés, comme c’est déjà le cas en Grèce et en Italie.
    J’espère à ce propos qu’il ne s’agit pas d’un simple positionnement politique, que cette annonce sera suivi d’actions concrètes, et que FH saura trouver des partenaires internationaux pour soutenir et crédibiliser cette démarche au cours de sa campagne. Car le combat contre les paradis fiscaux n’est pas exactement a ranger du coté des mesurettes…
    Votre seul point faible est dans la crédibilité internationale, non ? Faites nous rêver sur ce point, trouvez nous quelque chose de crédible, raisonnable, et concerté à l’échelle des gauches européennes sur ce sujet, et ce sera gagné !

  • marie mcb dit :

    Reponse à Bloggy Bag 28.01.2012.12h29
    Je souhaiterais que Bloggy Bag ait un peu plus de respect pour les électeurs écologistes qui, par esprit de discipline et de responsabilité, vont apporter à FH, dès le premier tour,au moins 12 points, cad au moins 4 millions de voix, cad environ 1/3 des voix, afin qu’il soit confortablement élu pour le second tour.
    Bien qu’Eva Joly soit une femme absolument admirable.

    • guillaume dit :

      12% les verts? Tu es sérieuse?
      On peut prendre es sondages avec des pincettes mais la candidate si formidable soit-elle est créditée de 3% et vise… 5%.

    • domi 25 dit :

      N’importe quoi!

  • xavier de villebrun dit :

    Le Pen commence à nous saouler avec cette question de signatures.Ce système avait été institué pour écarter les candidatures fantaisistes(on pourrait d’ailleurs porter le chiffre à 800, voire 1000). Si les petits candidats en souffrent,c’est parce qu’ils n’ont pas assez d’élus locaux,ce qui prouve leur faible implantation: donc,ils ne peuvent prétendre bien représenter les populations dont ils sollicitent les suffrages. Ils n’ont pas de raison valable d’exiger des signatures des grands partis,ce qui,par ailleurs,est absurde en soi! Le Pen demande le retour de l’anonymat, ce qui signifie qu’elle souhaite que des élus de droite ou de gauche ou apolitiques signent pour elle. Pourquoi le feraient-ils ???…

    • seb dit :

      A XAVIER DE VILLEBRUN : le système dit des « signatures » est ce qu’on appelle, pour des entreprises, une « entente ». Le système des « signatures » se retrouve, en quelque sorte, dans la pseudo loi qui est censé encadrer la construction de nouveaux supermarchés.

      Notre pays n’est pas « le pays où la vie est plus chère que partout ailleurs » sans raison. On doit cette particularité au droit, reconnu aux « installés » (CARREFOUR, LECLERC, etc.) de sélectionner les « nouveaux entrants ». Pour éviter une sanction « européenne », les braves « géants de l’alimentation » se sont entendus pour que la possibilité de « concourir » soit toujours permise…Sous réserve qu’eux mêmes acceptent la « candidature ».

      Résultat ? AUCHAN accepte LECLERC et inversement. Et pour « noyer le poisson » vous avez de temps en temps une pseudo concurrence qui est organisé entre « CARREFOUR » et « STOCK » ou « CARREFOUR MARKET » qui, ironie du sort, font partie du même groupe « CARREFOUR ». C’est la même chose pour ce qui concerne les « discounts ».

      Et bien, en politique, vous avez un système similaire. C’est le système qui est censé choisir – en préventif – les nouveaux entrants. Résultat ? Les maires (qui ne sont pas indépendants dans leur décision, eut égard à l’importance des subventions publiques ou du millefeuille français) « choisissent » le candidat du parti ou bien des pseudos candidats qui ne peuvent pas mettre à mal le « système ».

      On est très loin de l’article 6 de la DDHC : « tous les citoyens, étant égaux à ses yeux (la France), sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon leur capacité et sans autre distinction que celle de leurs vertus et de leurs talents ! »

      En vertu d’un tel article, tous les citoyens peuvent faire acte de candidature…Sans qu’il soit nécessaire qu’ils aient été élu (c’est pourquoi l’argument envers M. DE VILLEPIN n’était pas fondé), Ministre (surtout qu’à l’heure actuelle, ce n’est pas un gage d’aptitude, compétence ou de vertu) et peu importe leur âge (je n’oublie pas que c’est un jeune homme de 18 ans qui a remis la France sur pied en pleine guerre de 100 ans, une jeune fille de 17 qui l’a libéré de celle ci, un petit caporal d’une vingtaine d’année qui l’a fait triomphé ou encore un colonel (il n’était pas encore général) quinquagénaire (il me semble) qui a soutenu sa cause !)

      Les Français se sont vus reconnaître le droit de trier et sélectionner leurs candidats, pour les élections locales, européennes, nationales. Alors pourquoi auraient ils besoin d’une « pré sélection » par des maires qui (au reste) ont sans doute autre chose à faire que de recevoir chaque candidat ? Tout çà, en plus, pour que les candidats, quelqu’ils soient, soit soutenu parce que du même parti ou refusé parce que susceptible de causer du tort à…!

      Aptitudes, compétences, vertus ? A quel moment, au juste, les maires sélectionnent ils les candidats sur de tels thèmes ?

  • marie mcb dit :

    Les personnes agées de la classe moyenne inférieure ne savent pas ce que sont les niches fiscales.
    Quand on leur explique qu’une niche fiscale est un abattement fiscal, une déduction d’impots, elles comprennent.
    Quand on leur explique que les classes moyennes payent 50 pour cent d’impots alors que les classes supérieures en payent 30 pour cent ou meme zéro, grace aux niches fiscales, elles sont horrifiées.

  • Jonas dit :

    Le « président du pouvoir d’achat » aura commencé par favorisé le pouvoir d’achat des plus fortunés et fini par diminué celui de tout le monde, les plus touchés étant malheureusement les plus modestes. Ce qu’il a vraiment été, c’est le président de l’injustice.

  • PANOU dit :

    Hier j’ai regardé mon feuilleton préféré sur la 3 BARNABY et je me suis régalé j’ai complétement zappé la 2 et la 1 ce que notre président allait m’annoncer je le connais déjà je l’ai vu sur mes derniers bulletins de salaire augmentation de la CNRACL, de ma mutuelle et ce mois ci au surprise de ma base CSG/CRDS de 1.25 % çà personne ne l’a vu venir !!!!!!! quand aux heures défiscalisées je ne sais pas ce que c’est puisque je suis employée territoriale à part les heures d’élections ……. ce qui fait qu’avec les blocages de salaires depuis 2010 j’ai perdu depuis 3 mois 1,05 %

  • rico dit :

    Remarque liminaire : Alors qu’il les décrie tellement, les 35 heures ont quand même servi au président actuel pour mettre en place les heures supplémentaires défiscalisées qui n’ont pu qu’accroître le chômage et flouer les contribuables.
    Si j’ai bien compris, le smic vole en éclat, on s’assoie sur la durée légale du travail, le salarié devient encore plus taillable et corvéable. A « Menace sur l’emploi » est une notion bien floue, elle laisse entrevoir ce qui nous attend.
    Les +30% dans l’immobilier signifient qu’on va vers la « bidonvillisation » de la France. Volés en éclat les PLU, POS, SRU, etc. Bouygues va pouvoir construire!!! Vive l’anarchie, votre voisin peut vous coller tout ce qu’il veut devant le nez!

  • Amelle dit :

    Bon ce soir Sarko à repris à son compte le slogan « Le changement c’ est maintenant »

    Et plus que la TVA sociale, ce qu’il nous a annoncé c’est la fin du droit de travail, à chaque fois qu’une entreprise répondra à un appel d’offre elle pourra faire un chantage à ses salariés, soit on vous baisse les salaires soit on perd l’appel d’offre est on vous vire.

  • ripley dit :

    J’espère que dès ce soir, des personnalités du PS poseront la question face a ce slogan de l’UMP « le courage ».
    Comment peut on parler de courage lorsqu’on comment une énorme erreur avec cette TVA sociale ?
    Le réél courage aurait été de demander des contreparties aux patrons, ce qui n’est pas le cas.
    On va nous faire dépenser plus afin de subventionner des aides aux patrons qu’ils vont s’empresser d’empocher sans augmenter les salaires, ni embaucher (cf taxe de la restauration)
    Moi si j’étais patron, que demain on baisse les charges de mes employés, mais qu’on me demande auccune obligation, qu’est ce qui m’empecherait de simplement d’en profiter pour augmenter mes marges grâce la TVA sociale et de ne pas embaucher ?
    Rien, et c’est cela qu’on apelle le courage ! Non c’est une erreur de plus à metre sur le compte de mr Sarkozy, il sera président jusqu’au bout, il sera injuste également !

    • Amelle dit :

      Cette histoire de courage il n’y a que l’UMP pour y croire sincèrement.

      Il n’y a rien de courageux à appliquer une mesure impopulaire à l’insu du plein gré des citoyens parce que tout simplement on a le pouvoir de le faire alors que l’on va demander à ces mêmes citoyens moins de 3 mois après d’élire un président et son projet. Non seulement ce n’est pas courageux mais c’est limite de l’abus de pourvoir. Le courage aurait été que Sarko propose cette mesure dans son programme et qu’il est lecourage d’en débattre avec ses compétiteurs mais lui a préfèré s’imposer.

      Je crois que Sarko pense qu’il doit faire quelque chose pour attirer les regards vers lui et surtout les détourner de Hollande quitte à faire du grand n’importe quoi. Il veux prouver que lui fait des choses qu’il n’est pas inactif mais comme il ne sais pas quoi faire, il fait adopter des mesures qu’il n’appliquera pas avant les présidentielles donc dans une urgence inutile, et qui en plus risque de mobiliser le parlement deux fois, une fois en février pour adopter la loi et une fois en juillet pour supprimer cette loi.
      Donc cette mesure n’a qu’un but parler de soi et emmerder tout le monde sauf le Medef. Est ce que sur cet élan solidaire avec les patrons, il ira jusqu’ à supprimer la 5ieme semaine de congé payé… Misteres et boule de gomme.

      Sinon aujourd’hui la question du jour est quelle chaîne choisir pour voire notre bien aimé Sarko? Et pour le reste de la population sur quelle chaînes zapper? (parcequ’il faut chercher mine de rien)
      Je n’aime pas aller au ciné les dimanches soir mais là j’hésite vraiment entre Sherlock Holmes et Sarko avec le suivi du live tweet sur twitter

      • LIBERTE 2012 dit :

        Eteindre la télé est un acte citoyen

        • seb dit :

          **A LIBERTE 2012 : éteindre la TV, peut être pas. En revanche, prendre un bon DVD – Conan le Barbare ! – ou opter pour le cinéma – sherlock ! – s’impose ! Et pour ceux qui n’ont pas les sous pour le premier et l’investissement pour le deuxième, il reste une activité douce et bonne pour la sante (!)à faire à deux ! (En ce qui me concerne, un petit DVD et une longue nuit avec ma douce ! SARKO attendra…! Tiens d’ailleurs, je me demande si ce n’est pas une « vertu » à mettre au compte de SARKO : dès qu’il passe à la télé, mon Hélène est toujours partante ! Un argument de campagne ?)

          **A RIPLEY : le slogan devrait être « le courage donne la force ». Pour ma part, il m’interpelle surtout pas son manque de sens. Ou/et d’intelligence politique ! En effet, la « force » est une donnée négative…Si elle n’est pas associée au « bien ». Quand je lis ce slogan, j’ai une impression de « manque » : le courage donne la force (« de » quoi ?)

          Si le slogan avait été « le courage donne la force DE résister, agir, aller de l’avant, etc » ok ! Mais là…A quoi peut bien servir la force ?

          En dehors de cela, on peut aussi s’interroger sur la notion de « courage ». Le courage est une perception. Untel fait preuve de courage car il fait ce que notre faiblesse nous empêche de faire. En revanche, avoir une forte personnalité permet de…!

          Le « courage » pour la FRANCE c’est de « lutter contre les actes nuisibles à la Société ». De favoriser le « bonheur » du Peuple Français. (Deux engagements des révolutionnaires de 1789) Est ce que M. SARKOZY rejoint cette définition ?

          • LIBERTE 2012 dit :

            Conan le barbare!!!Ce n’est pas trop proche de la barbarie sarkosienne!!!!!
            le courage c’est maitriser sa peur m’a appris mon pere qui avait débarqué en 44 et que Morin a vu passer!!!!! si l’on ne connait pas la peur c’est de l’inconscience ou de la connerie et je pense que c’est adapté à un homme qui est limité .Cela sied bien à notre Président qui n’a conscience de rien , même une huitre se rend compte du danger pas l’olibrius sarkocircus animal sans cerveau.

  • ANONYMIUS dit :

    FH travaillera avec l’Allemagne Merckel fera bientôt partie du passé comme Sarko.Lors de son élection , il pourra se tourner vers les dirigeants élus et travailler en bonne intelligence.
    On peut dire que la rupture aura lieu , non pas un divorce mais une autre approche ouverte sur l’intérêt des peuples.
    FH doit avoir un discour fédérateur et éviter de laisser transpirer ses préférences.C’est un vrai homme d’état qui s’est déclaré, il le montre, il le confirme et sa réaction vis à vis des propos de Merckel sont parfaitement appropriés.
    Il commence à en étonner plus d’un.
    L’europe à 2 sera bientôt un lointain souvenir.FH a un regard européen et je crois que ce se sera propice à l’établissement d’une vraie alliance européenne.
    L’ennemi n’est plus Sarko ,il l’a dit, c’est la finance spéculatrice, ceux qui se goinffrent sur le travail des autres.
    Beaucoup d’anonymes attendent confirmation de la construction européenne et d’un vrai fédéralisme pour contrer les mouvements ultra-conservateurs américains et pouvoir enfin avoir un poids politique et économique reconnu par les chionois.
    Sans parler de protectionnisme , un interventionnisme pour faire payer le prix d’entrée en Europe patr une vraie politique d’échange.
    Beaucoup de moyens financiers soont à aller recueuillir sur les produits entrants en Europe, sur les mouvements de fonds et la spéculation.Une grande partie des déficits et de la dette doit être combattue par l’union européenne.Pas seulement par une politique nationale.
    FH doit vite donner des indications sur ce plan.

  • Amelle dit :

    Tout simplement parce que je pense que personne à par le gouvernement ne peux savoir dans qu’elle état son les choses.

    Quand chez toi tu décides d’économiser, tu listes toute tes dépenses tu supprimes ce que tu peux supprimer et tu diminues ce que tu peux diminuer.

    J’imagine que pour l’état se doit être la même chose, tu ne peux pas décidé ou tu feras tes économie tant que tu n’as pas fait d’audit, à moins de aire les choses à la bourrin comme l’a fait Sarko d’un coté il sais que une ds grosse dépense vient du salaire des fonctionnaires donc il ait de leur nombre la variable d’ajustement, d’un autre coté il demande à un cabinet d’audit qui lui pond les RGPP qui n’aborde les choses que par leur aspect comptable du coups on a eu un massacre du système de santé et on a créer des déserts judiciaires.

    Perso, mais ça n’engage que moi, c’est de mettre une dose de participatif dans les audits, qu’on demande aux fonctionnaires de chaque administration comment faire pour faire des économies et garder un bon niveau de prestation quitte à changer les process et mettre plus d’outils à leurs disposition.

    • Amelle dit :

      C’était une réponse à Nicolas(Nantes)concernant les économies à faire

      • ANONYMIUS dit :

        Hélas vous avez raison, la situation réelle n’est pas celle annoncée.Les engagements , comme le soulignent certains, représentent des charges différées.
        On ne peut faire un audit précis qu’une fois mis en place un gouvernement et éplucher tous les dossiers.FH sera surpris d’y trouver de drôles de mouvements et certainement beaucoup d’engagements financiers dont l’état n’a pas budgété la couverture.
        Ces 5 dernieres années ( de crise) vont dévoiler tout le mal fait par l’ultra-libéralisme en France et en Europe;
        fh veut être le Président à la place du résident de la république.La tâche sera difficile, un travail ingrat, les annonces de la réalité du régne financier sera bien sûr contesté par toute cette UMP et ces financiers vereux, ces grands profiteurs mis en place à tous les postes et fontions de notre état.Cela représente des masses d’argent dont la famille , les proches, les amis et les soutiens de Sarko ont bénéficié.Les médias, les journalistes, nombre de personnes corrompus dans la justice, la police, l’armée seront des ennemis de FH car en premiere ligne pour devoir expliquer les largesses.
        La dette existe, la création de richesse aussi mais celle-ci n’est pas perdue pour tout le monde .Alors des poursuites!!!!De nouvelles loispour récupérer les biens des français, pour emp^cher les magouilles futures!!!!!
        Bon courage à Hollande , j’espere juste qu’il sera entouré de gens profondément honnêtes et de conviction pour mettre en place un nouvel ordre.

  • DEMAIN 2012 dit :

    Merkel vient nous dire comment voter!!!!!Les allemands veulent imposer leurs régles à l’Europe et ils ont actuellement réussi avec notre Sarkosy bombeur de torse mais d’une faiblesse dans les tractations car il est inféodé aux puissances financieres.
    Angéla va rendre service à FH car bon nombre de français vont mal vivre cette intrusion avec des relents d’une certaine époque.
    Sarko sera montré du doigt, il est l’homme des allemands au détriment de la France et de l’ensemble de l’Europe.J’espere une bonne utilisation de cette marque de sympathie pour Sarko, de la part de FH en se repositionnant en européen et ami de toute l’Europe et aussi celui d’une Allemagne solidaire.

  • xavier de villebrun dit :

    Voilà que Sarko appelle Merkel au secours pour muscler sa campagne; il ne lui manque plus qu’à solliciter Poutine et Berlusconi, les 2 politiciens européens les plus proches de lui et la boucle sera bouclée!!!
    Evidemment, il n’est pas question de regarder Sarko ce soir, car le nombre de téléspectateurs sera déjà considéré comme un succès par sa clique; de plus,on nous a déjà annoncé ce qu’il allait dire comme d’habitude d’ailleurs! Enfin,regarder et écouter pérorer ce politicien est une épreuve plus que pénible: prendre connaissance du résumé assorti de commentaires suffira amplement…

    • domi 25 dit :

      Sarko, il n’y a pas longtemps,a soutenu Merkel.Dans peu de temps il y aura des élections en Allemagne…Le bilan économique de Sarko est témoin devant la Nation.Le boy-cot de l’omni-président me ramène aux temps jadis.Au temps de l’ORTF! Quel progrès !!!

  • Sagone dit :

    Ce soir Sarkozy sera a la télevision , pas moins de 6 chaines sont conviées.

    Il impose a tout le monde sa trombinette, pas moyen d’y échapper,cela releve du despostisme.

    J’ai l’habitude de le regarder, et de l’ecouter, ce soir ce sera grève de TV, je n’aime pas ce genre de manipulation.

    • Domi 25 dit :

      Ne pas allumer,ce soir sa télévision,voilà une action salutaire et économique!

      • DEMAIN 2012 dit :

        Un acte citoyen, ne pas écouter ce boni-menteur, je fais comme vous puisque de toute façon, ce qu’il veut faire est contre ce que j’espére de notre président.Je prefere ne plus l’écouter car il me fatique!!!Donc ce soir!!!!!

        • LIBERTE 2012 dit :

          Sarko parle en temps que Président, pas en tant que candidat et toutes les chaines sont là, les journalistes à sa solde prets à lui servir la soupe.Limite despotisme comme dit Sagone.
          Cela fait un moment que l’on manipule l’information en France et sans être revanchard, il sera utile d’avoir un plan médias pour dégager les serviles de ce pouvoir et aussi donner rdv à TF1 pour un audit de ses programmes.Cette chaîne au service du pouvoir avec le pire des journalistes (non ce n’en est pas un) Mr Pernaud le valet, le porte parole de Sarko and c° devra repasser ses examens car depuis sa privatisation, elle n’a jamais respecté les obligations liées à cette privatisation.
          Ce soir repos de l’esprit.
          Ne pas écouter Nicolas 1er de la foire, le vendu à l’Allemagne, le porte serviette d’Angela, le laquet de la finance pourrie, l’homme qui vaut 500 milliards de dettes, le croque mort de l’économie française.
          Pour ma liberté, repos, de la musique pas du pipeau!!!!

  • je vous félicite pour ce blog…

  • Amelle dit :

    Ainsi donc Sarko va imposer la TVA sociale, mesure impopulaire s’il en est sans leur demander leur avis, va mettre les français devant le fait accompli parce qu’en a les moyens et quelques semaines plus tard va demander à ces mêmes leurs suffrage. C’est typique le comportant arrogant, insupportable pour toute personne normalement constitué.

    Je ne comprend pas la logique,à croire que Sarko veux se faire virer à coup de pieds de l’Elysée comme un malpropre, le plus dingue c’est qu’il sait que cela fera monter Le Pen surtout si le taux de participation est cette fois ci plus bas, ce qui semble t-il va être le cas.

    Maintenant concernant le second tour ce qui pourra plomber la gauche comme en 2007 ce n’est pas le score du PS mais le score du reste de la gauche, en 2007 Sego avait fait un score honorable avec 26% mais le reste de la gauche était à moins de 10% ce qui a plomber le second tour.
    L’idéal pour Hollande sera d’arriver au 1er tour avec un score entre 26% et 30% ET que Joly et Melenchon fassent chacun d’eux au moins 8%, l’idéal serait qu’ils atteignent entre 10% et 15% chacun.

    J’espère que Joly arrivera à sortir la tête de l’eau dans les sondage, pour cela il faudrait qu’elle joue collectif, là elle semble très seule, qu’elle parle écologie simplement sans attaque et sans sectarisme, qu’elle s’entoure de personne de la société civile, qu’elle crée une campagne bon enfant sans prétention comme fut la campagne aux européenne avec Dany. Un EELV à moins de 8% voire 4% ce n’est pas bon du tout pour la gauche. Pas bon du tout.

    J’espère sincèrement qu’un dialogue se noue entre PS, EELV et FDG, Mélenchon est dans la revanche personnelle, s’adresser plutôt aux communistes pour qu’ils le calme, le but est de faire campagne sur ce qui nous rapproche et c’est possible, il faut leur faire comprendre qu’il s’agit de la victoire de la gauche, monter les uns contre les autres ne sert à rien. Jouer collectif entre gauche à son importance stratégique.

    Je maintiens l’idée d’un front social-démocrate-écologique sur le même concept que le Front de gauche entre parti de gauche et communistes est une chance pour dynamiser la campagne. Depuis le Front populaire et même avant, à chaque fois que la gauche était unie, une dynamique se créait et elle gagnait.

    • Ben dit :

      Ce que je trouve un peu bizarre, c’est que l’on ne mette pas une dose de taxe carbone dans cette TVA. Le principal défaut de la taxe carbone, c’est qu’elle allait faire baisser le pouvoir d’achat des pauvres. Avec la TVA (ainsi que les dernières mesures sur les boissons sucrées, sodas) on fait baisser le pouvoir d’achat des pauvres également. Donc tant qu’à faire, autant mettre une dose de taxe carbone dès maintenant puisque apparemment le pouvoir d’achat des pauvres n’est pas une priorité.

      • Ben dit :

        Pardon Armelle, mais comment concevez-vous un accord entre des communistes et des écologistes ? Est-ce que vous pensez deux minutes qu’un communiste peut être d’accord avec une mesure aussi absurde que la non-construction de la centrale nucléaire EPR de Penly qui a tout pour plaire au niveau des mesures de sécurité les plus modernes, et au niveau création d’emploi, et maîtrise d’une filière technologique française assurant une électricité à bas prix pour tous les Français ? Personnellement je pense que les relations entre les communistes et les Verts ne peuvent être basées que sur un malentendu.

        • Amelle dit :

          Concernant le nucléaire,il faudra un débat voire un referendum, personne n’est d’accord avec EELV mais tout le monde est pour augmenter la production d’énergie renouvelable. On ne sortira de l’impasse qu’avec un consensus, les vert doivent apprendre le compromis. Perso j’aurai aimer une fusion EDF-AREVA et la création d’une petite entreprise par cette nouvelle structure qui investira dans l’innovation et la création d’outils permettant de créer de l’énergie renouvelable.

          J’ai vu une fois un doc ou on disait que dans le futur chaque maison, chaque bâtiment, chaque voiture créera sa propre énergie puis contribuera avec son surplus d’énergie à alimenter un réseau « coopératif » qui alimentera ceux qui sont temporairement à court d’énergie. Un réseau qui fait rêver et qui pourrai être un grand projet de gauche.

          Enfin bref on s’éloigne… ce que je dis c’est que le noyaux dur d’une alliance à gauche doit être le PS-EELV après si le FDG veux s’associer, il devrait être le bien venu.

          • LIBERTE 2012 dit :

            EELV représente une partie de la population, vous ne pouvez pas dire que personne!!! n’est d’accord avec eux.Premierement il faut un plan de mutation du parc nucléaire, un arrêt progressif des centrales, un plan de développement en parrallele des différentes possibilités de substitution.
            Une partie des vert ne dit rien d’autres .
            Arrétons de croire à l’économie par le biais du nucléaire, les vrais coûts ne vous sont pas communiqués.L’emploi n’est pas dépendant des centrales, à terme les energies vertes (elles sont nombreuses) et l’économie par l’utilisation des LED va changer la donne.
            Il va falloir prendre conscience du cout des arrrêts de centrales, du démantellement de celles-ci, de la mise aux normes pour d’autres.C’est trop simplisyte d’être pour ou contre le nucléaire.Tout le monde dit être partisan de l’écologie et des qu’il faut agir on voit une grande partie de la droite, le ps et le FN commencer à se planquer.On parle de courage , si Sarkosy est un pleurtre inféodé à l’argent, FH est il du même tonneau?????
            Un peu de décence et analysez la réalité économique au lieu de dire personne n’est d’accord avec un changement dans le niucléaire même les américains avancent trés vite dans ce domaine.

      • Amelle dit :

        C’est pour cela que je trouve qu’une TVA écologique serait une solution, elle est d’ailleurs dans le projet socialiste.
        Cette TVA serait entre 15% et 25%, pour les produit qui ont des empruntes carbones différentes, le plus ecolo serait à 15% et pour le moins à 25% et pour les produits qui n’ont pas d’équivalent ecolo le taux resterait le même à 19,6%.

        Mais pour cela il faudrait une agence de l’environnement qui noterait chaque produit vendu en France et le réévaluer tout les deux ans, c’est lourd, mais cela contribuerait à une transformation écologique de manière assez forte de plus c’est quelque part un peu de protectionnisme.

        • LIBERTE 2012 dit :

          La citoyenneté passe par le respect de notre environnement , le respect de notre planete, d’apprendre les gestes qui sauvent, d’avoir des repéres suc ce qui est bon .
          On est au début de l’évolution de l’homme, on doit passer de la consommation outranciere à la consommation responsable .Nous avons tout à y gagner.Regardez les emplois crées dans le traitement et recyclage c’est un réservoir de possibilité et de brevets.

    • Sagone dit :

      Sarko, on peu l’appeler ainsi puisque Jupé le fait, va instauré une hausse de TVA , hors programme , et ensuite se presenter comme le président du changement, nous aurons encore droit a « j’ai change ».

      son slogan serait  » le courage » , tu parles du courage, si vraiment il est courageux il aurait du mettre cette proposition dans son programme

      Ca ressemble a courage fuyons

    • Domi 25 dit :

      Eelv peut sauver les meubles en se retirant.Il est encore temps!

  • Ben dit :

    Je pense que Juppé n’a pas réussi à maîtriser son inconscient anti-sarkozyste. Il allé très loin dans l’hypothèse, vraisemblable, où c’est Hollande qui sera le futur président. C’est à se demander s’il ne jouait pas un « remake » de la passation de pouvoir sur le perron de Matignon en 1997. Ce qu’a dit Juppé ressemblait beaucoup à des conseils de dernière minute à un candidat dont la victoire semble acquise d’avance.

  • mme degremont dit :

    je suis une française convertie a l islam et je suis choqué d apprendre que votre parti celui de gauche se permet de voter une loi sur l interdiction pour les nounous hijabiste de garder leurs foulard dans leurs propre demeure .
    n’OUBLIEZ PAS monsieur qu il y a un grand nombre de français musulman et qu il y a aussi un grand nombre de français musulman vivant a l’étranger qui ont la possibilité de voter et je pense que monsieur Hollande ne doit pas oublier qu aucuns musulman qui se respect ,je dit bien AUCUNS musulman ne votera pour le parti qui opresse et dénigre leurs religions .Je terminerai ce commentaire par un petit message trés court vous expliquant que notre corps a nous les femmes nous appartiens …..ainsi que nos cheveux!!!
    cordialement

    • Pablo dit :

      Qu’est ce que c’est ce délire encore !? Ca sent le fake à plein nez.

      • mme degremont dit :

        délire???? fake???? what?

      • LIBERTE 2012 dit :

        Vous pensez à une provoc FN ????

        • Pablo dit :

          Oui. Ceci dit je n’étais pas au courant de cette proposition de loi qui n’a rien de choquante. Mais si cette personne est sincère, elle n’est pas très futée de parler de « vote communautaire » (qui n’existe pas au demeurant) quand on sait que l’islam constitue un sujet sensible dans le débat public.

    • Ben dit :

      Ce que dit l’article 3 de la proposition de loi adoptée au Sénat, c’est que la nounou qui souhaite garder des enfants tout en manifestant des signes religieux tels que le voile aura le droit de le faire, à condition de prévenir les parents des enfants à l’avance et par écrit (en le mettant dans le contrat). Voir cette proposition sur le site du Sénat: http://www.senat.fr/leg/tas11-048.html

    • Ben dit :

      D’ailleurs ce sera une formalité avec des conséquences également pour les nounous catholiques. Chez les catholiques, il est de coutume de décorer la pièce principale, et souvent chaque chambre avec une croix, elle même ornée d’une brindille de buis obtenue lors de la fête des Rameaux (le dernier dimanche avant Pâques) en principe faite pour prier, mais il y a aussi un petit côté superstitieux, qui fait penser que cela porte bonheur. Si la proposition de loi est adoptée, les nounous catholiques devront en principe déclarer par écrit la présence de ces croix aux parents des enfants qu’elles gardent. Idem si ce sont des nounous communistes qui décorent leur appartement avec des photos de Che Guevarra.

      • mme degremont dit :

        Ben
        ne pensez-vous pas que cette proposition de loi est en totale contradiction avec la loi sur la laicité de 1905??
        Ne pas oublier les vrais problemes des français :chomage, la crise de l’euro etc …. ( j en passe la liste est vraiment longue)j ai l’impression que le ps l’ump et le front nationale ont le meme discours …. les elections arrivent….

    • LIBERTE 2012 dit :

      La laicité en France n’opresse pas les religions, elle les respecte et lur demande de rester dans leur sphere.
      Ce n’est quand même pas aujourd’hui en terre d’accueil, que les musulmans vont venir nous imposer leur loi divine.
      Vous croyez en ce que vous voulez mais vous respectez la république et ses représentants.On a mis des siécle pour que les chrétiens catholiques ou protestants acceptent l’idée que notre pays est un pays libre , que la pensée est la liberté absolue, ce n’est quand même pas pour voir les musulmans commencer à vouloir mettre en cause la laîcité qui est un des fondements de notre société , du respect et du bien vivre ensemble.
      Le FN fait de l’anti-musulma, de l’anti étranger, n’allez pas donner du grain à moudre à ses bataillons.
      FH doit conforter l’esprit laic de notre république et nombre de français républicains sont de cette avis.Alors utilisez le voteque la république donne aux français et aux française pour brandir une menace et faire valoir sa religion n’est certainement pas ce qui vous fera accepter.Soyez prudent dans ce genre de propos un peu belliqueux.Nous avons mis des siecles à nous libérer , beaucoup sont tolérants mais ne poussez pas trop ce genre de position au sein de notre république.Certains aiment l’ordre, pas le désordre religieux.Ne prennez pas la tolérance pour de la faiblesse, nous avons eu quelques problemes déjà avec cette façon de raisonner.Votre dieu a droit de cité(e) dans vos mosquées, comme celui des chrétiens dans les églises et celui des juifs dans les synagogues, pas dans nos lois, aucune ne doit être entachée par les fauits soi-disant divins!!!!Les guerres de religions ont divisé l’Europe, les guerre religieuses divisent les pays musulmans alors svp de la distance.

      • mme degremont dit :

        encore un esprit etroit avec des idées fixes sur les musulmans! nous on n embete personne on suit notre religion et on preche personne!la loi sur la laicité stipule bien que l état doit etre neutre en ce qui concerne les religions .Alors pourquoi venir provoquer les musulmans CHEZ eux!!! c est incroyable quand meme que l’etat s occupe des vrais maux des français et que l on laisse les religions tranquilles !!! Ce n est pas parce que l on garde des enfants avec un foulard que forcement ils se convertiront!Et je pense aussi monsieur « liberté 2012″ que vous oubliez que pour l’instant les musulmans sont eux aussi tolerant mais surtout pas faible ! et oui j insiste aucuns musulman n impose sa loi divine c est vous qui venez nous dénigré et nous oppresser petit peu par petit peu !un dernier mot je suis française a 100pour100 .Je suis pour la république et pour la tolerance et pas pour la discrimination !!!

  • Christine dit :

    Mr Moscovici

    Bonne prestation de FH effectivement, timide néanmoins sur l’Ecologie et sur les économies à faire ( train de vie de l’état), nombre de Ministres etc…) et j’aurais aimé qu’il annonce qu’il déduit de son prochain salaire s’il est élu les 170 % d’augmentation que s’était octroyé NS , car on ne peut avoir critiqué cette augmentation et n’enlever que 30 %, pour les 140 % restant il remercierait qui ?

  • Bibs dit :

    Sarkozy ne paraît plus être dans le coup.
    François Bayrou marque de plus en place son enracinement dans la droite.
    Il me paraît être le plus grand danger à présent pour François Hollande.
    Un second tour Hollande/Bayrou est très ouvert. Il faut réclamer de voir le programme chiffré de F. Bayrou pour le faire sortir de son terrier.

    • Sagone dit :

      Je suis assez d’accord avec votre aprréciation .

      Quel est le programme de F Bayrou a part ni droite ni gauche.

      A part consommer Français .

      Et passer son temps a critiquer F Hollande et a beaucoup ménager Sarkozy.

      D’ailleur L’UMP ne lui a mi aucun concurrent dans sa circoncription.

      Avec quelle majorité va t-il gouverner?

    • Ben dit :

      Vous rendez-vous compte que si en 2007 vous et d’autres aviez voté Bayrou au lieu de parier sur ce mauvais cheval qu’était Ségolène Royal, la France serait aujourd’hui présidée par Bayrou au lieu de Sarkozy, et que comme Bayrou avait comme projet de réduire les déficits, la notation de la France par Standard & Poors serait probablement aujourd’hui encore un triple A ?

      Quant à moi, si le PS avait présenté en 2007 DSK au lieu de Ségolène Royal, j’aurais probablement voté DSK.

      • Amelle dit :

        On aurait eu l’austérité avec une situation de crise, cela veux dire qu’on aurait été en récession pendant 4ans, le chômage serait aujourd’hui pire….et je ne parle pas du fait qu’il n’aurait pas eu de majorité au parlement et donc il aurait été tributaire des deux grands groupes c’est à dire qu’en plus de la crise, on aurait eu l’instabilité politique.

        Vous auriez du voter Royal …. au deux tours.

        • Nicolas (Nantes) dit :

          DSK ou pas DSK, là n’est pas la question.

          Il faut reconnaître à Bayrou d’avoir vu juste en 2007, à savoir présenter un programme qui ne coûtait pas cher en dépenses, avec la priorité de rétablir les comptes d’abord, choses qu’avaient refusé l’UMP et le PS à l’époque, avec un programme coûtant chacun environ 50 milliards d’euros.

          Après, l’échec de ces 5 ans est la responsabilité de Sarko en premier lieu, s’il n’avait pas augmenté les déficits et la dette (en baissant les recettes sans baisser les dépenses) en 2007 et 2008, soit avant la crise.

          • Amelle dit :

            Bayrou n’a pas présenté de projet, c’était des mesurettes forcement avec beaucoup d’incantation.

            En 2007 l’urgence n’était pas la réduction des déficits mais plutôt le retour de la croissance.
            A la base l’un n’empêche pas l’autre au contraire, une croissance permet mécaniquement la réduction des déficits mais se focaliser seulement sur une réduction de déficit est un non sens, ce n’est pas de la politique.

            Je rappelle que Bayrou critiquait à l’époque les socialistes parce que ceux ci veulent un etat économiquement fort, alors que lui passait que c’est au privé de faire des initiatives, on sais aujourd’hui qu’un pays comme la France les entreprise de l’état sont importante.
            Concernant l’économie, Bayrou est un vrai libéral et c’est tout à fait respectable puisque sincère, il a toujours été proche de Madelin, il était ministre du gouvernement Balladur et n’a jamais reproché un gouvernement son libéralisme.

          • Nicolas (Nantes) dit :

            Amelle

            je dis pas le contraire, je veux dire que Bayrou avait vu juste en mettant l’accent dès 2007 sur la réduction des déficits et de la dette pas uniquement par un retour de la croissance, mais aussi en minimisant les mesures coûteuses. C’est mon point de vue.

        • Christine dit :

          Merci à des gens comme « ben » si nous avons eu Sarkozy …

    • LIBERTE 2012 dit :

      Il est de centre droit, il a appartenu à des gouvernements de droite.Sarkosy va voir une partie des soutien se déplacer (borlot, Morin etc, etc.C’est plutôt une bonne chose .Le rejet de Sarko l’homme qui vaut 500 milliards de dettes est une chose mais c’est aussi un signe que les français veulent une politique modérée , de’évolution, de changement, pas d’appelation réforme la mise en coupe réglée de notre pays au profit des ultra conservateurs.Bayrou peut monter à 16-18 Marine à 20- 23 et Sarko descendre à 17-19.On dira la droite est à 53-60 Vous ne croyez pas à ces chiffres
      Une partie du FN du premier tour passe à gauche.Un duel Marine FH nous donne la victoire
      Un duel Bayrou -FH serait plus serré mais FH l’emporte 54-46 Un duel Sarko- FH victoire FH 55-45
      C’est mon pronostic
      FH va ratisser plus large, réunir front de gauche, les EELV plus une partie des déçus du sarkosysme.Beaucoup se reporteront sur celui qui a un programme clair, chiffré et qui sera explicité dans les prochains mos.
      FH a le bon vent, il doit tenir son cap rassurant, soble, clair, honnête et fier d’être français.

  • guillaumeA dit :

    Un programme « standard and poor’s »…

    Ce programme est une vrai réussite.

    Très chiffrés et applicable.

    Mais il laisse toute les grandes réformes dans un placards.

    La réforme Fiscal est un pétard mouillé(une tranche a 45%? et le reste?). Le plus gros point noir.
    Pour la réforme de l’impôt sur les sociétés? Le PS proposait 20% pour les entreprises qui investissaient et 40% pour celle qui distribuaient beaucoup de dividende, on fait juste une tranche a 15%(qui existe déjà) une a 30% et une a 35% pour les grandes. C’est trop juste pour faire un choc économique positif…

    La banque Publique d’investissement est plus un bric et de blocs qu’une Banque. Fusionné des services pour faire une structure est une bonne idée. Sauf que partir d’une Feuille blanche est souvent la meilleur solution car pendant 3 ans chaque services existant vont se battre pour garder ses prérogatives.Beaucoup de fusions d’entreprises ne font pas de valeur ajouté.
    La meilleur solutions était de racheté un réseaux existants privé pour bâtir cette banque et garder les structures existante pour compléter.

    La réforme Bancaire est d’inspiration sur celle des Etats Unis. Pourquoi pas mais ce n’est pas la séparation des activités en 2 banques.

    L’histoire des livrets est intéressante. Cela doit permettre de créer des ressources supplémentaire pour le logement social et pour l’industrie. Une réforme de l’assurance vie est obligatoire, l’épargne longue est malade et le doublement des livrets va amplifier le problème.
    Il faut retravailler ce point et vite.

    La Droite me semble incapable de battre ce programme car il est trop bien construit.

    Mais c’est programme qui ne va pas aller chercher plus de 2%-2.5% de croissances alors que des réformes plus profondes peuvent permettre de faire plus.

    • Amelle dit :

      Salut GuillaumeA

      Je pense qu’il était nécessaire pour Hollande de faire un programme « credible » quitte à aire plus et mieux une fois élu et la croissance revenue.

      J’avoue que moi aussi j’aurai préféré une tranche à 54% comme c’était le cas à l’époque de Jospin.

      Concernant la banque publique d’investissement,je pense qu’il n’avait pas le choix, creer une nouvelle ou acheter un réseau est trop couteux et quand on voit la levée de bouclier déclenchée par la volonté de Hollande de recruter des profs qui sont un investissement pour le futur, on se dit que vouloir fusionner des des anciennes structure pour creer cette banque n’est pas une mauvaise idée.
      Ok les fusions ne sont pas toujours heureuse mais il y en a qui marche, par exemple, la fusion de BNP et de Paribas à permis dans les 10 ans la création d’une des plus grande banque européenne.

      Enfin avec le marasme actuel, arriver à une croissance à 2,5% serait excellent, ce taux n’a jamais été atteint depuis 10 ans

    • Nicolas (Nantes) dit :

      Y’a un autre point qui, moi, me gêne davantage. Il parle très très peu des postes où il compte ou prévoit d’économiser. Il parle des réductions des niches fiscales, ok, mais pas d’économies en tant que tel. Je trouve ça dommage.

      Après, soyons clair, la politique c’est aussi du cynisme. Hollande est largement en tête, il était risqué pour lui de prendre justement des risques alors qu’il n’est pas contraint de le faire. Comme le dit Amelle, présenter un programme crédible est l’essentiel pour gagner. Donc ne pas effrayer trop les entreprises et les entrepreneurs, il n’en a pas besoin pour l’instant. Après, ce sont des mesures qui pourront s’appliquer au cours du mandat.

      Par contre, en présentant un programme sans grande réforme fiscale tout en parlant très peu d’économies, c’est vrai que ça paraît un peu tiède.

  • xavier de villebrun dit :

    Tout à fait d’accord avec le texte de P.M.
    Ceci dit, on peut rajouter une référence historique à celles déjà mentionnées: Franklin Roosevelt en 1932 où,après une campagne fulgurante,il balaya un président sortant(Hoover)incapable de gérer la crise. Par ailleurs,il faut s’attendre à un petit « passage à vide » qd Sarko annoncera sa candidature surtout qu’on ne sait ni quand ni comment; il faudra prévoir une riposte le jour même ou autre chose… Enfin,le comportement de Juppé a été infect lors du « duel »,coupant sans arrêt la parole à F.H. du haut de sa suffisance de Monsieur je sais tout avec un certain culot vu son lourd passé et beaucoup d’hypocrisie étant donné qu’on sait ce qu’il pense de Sarko comme il l’appelle lui-même!!!…

  • lola dit :

    La « séance » de dimanche est tout entière suspendue au talent des journalistes ; étant clarifié, dès le début, que c’est une communication voulue par un chef d’état en exercice qui a besoin de tous les medias de la planète pour annoncer un événement si important, que le porte-parole de l’Elysée ne saurait le faire .

  • DEMAIN 2012 dit :

    En ce qui concerne les retraitesFH commet une erreur en excluant le service militaire des années comptant pour celle-ci dans le cadre de ceux qui ont commencé à travailler tôt.
    Ces français ont donné 1 année de leur vie et ne pouvait en aucun cas cotiser!!!C’est inacceptable d’eclure cette année qui leur a déjà couté une année de perte de travail et parfois des difficultés pour en trouver un juste aprés.Je conseille vivement FH de revoir cette anomalie.
    On ne peut pas sans cesse revenir sur les carrieres ou les obligations des gens en leur retirant des acquis au om de l’interêt collectif.La justice commande de tenir compte de l’époque, des obligations imposées par l’état français, les pertes de rémunérations que cela occasionnaient, pour certain qui avait un enfant, on les privait de revenu pour aujourd’hui dire cette année ne compte pas , c’est du passé, non cela n’est pas juste!!!!

  • bloggy bag dit :

    La sequence est effectivement bonne et aucun faux pas n a ete commis. a tel point qu il n est pas inenvisageable de prevoir un devissage possible de sarkozy suivi d une trahison d une partie de son camp au benefice de bayrou ou d2v.
    De notre cote nous devons pousser notre avantage en commencant a construire paralellement a la presidentielle la victoire des legislatives. La des erreurs ont ete commises et des plaies sont presentes. cela peut se regler en douceur en profitant du climat favorable actuel.

  • vasseur dit :

    Bravo a François, Sarko en est a sortir un ancien lieutenant de Chirac, de plus, repris de justice, qui veut donner des leçons, en trouvant que tout va bien…. pathétique…honteux …..
    François va tous les bouffer..

  • seb dit :

    La prestation de M. HOLLANDE – beaucoup aidé dans cet exercice par M. JUPPE – a été globalement réussie. J’ai déjà pointé (dans la vidéo précédente) ce qui m’avait semblé plutôt positif et (à mon sens) les points à améliorer.

    …Concernant la plate forme – puisqu’elle est désormais disponible (enfin !) – et les mesures chiffrées, je suis entrain de regarder tout çà en détail. En attendant, on peut déjà faire quelques observations :

    **M. HOLLANDE – ou son équipe – n’a pas réalisé un vrai business plan. Les chiffres fournis ne reposent sur rien (dire qu’ils sont raisonnables et prudents c’est bien, le démontrer c’est mieux !) si bien qu’on en vient à s’interroger : ont ils été choisi au petit bonheur la chance ? Ou bien sont ils le fruit d’un travail collectif, basé sur des hypothèses crédibles ?

    Prenons l’hypothèse de croissance retenue par le PS/candidat HOLLANDE/équipe : + 0,5% en 2012. Si l’on prend les prévisions fantaisistes du Gouvernement actuel, ce chiffre paraît, effectivement, très raisonnable…Mais au regard de la situation que traverse notre pays (et la zone euro/UE) n’est il pas trop…Optimiste ? Et est ce bien raisonnable de parier sur un taux de croissance (molle) positif…Alors que l’on nous annonce une récession ?

    Avec la récession de 2008-2009, nous avons eu un bon aperçu de la sensibilité des recettes publiques à une récession du PIB : le rapport de l’INSEE 2008 mentionne des recettes publiques de 960,8 milliards d’euros, celui de 2009 des recettes de 923,5 milliards. Entre 2008 et 2009, le PIB français a donc reculé de 2,5%. Une baisse du PIB de 2,5% coûte donc environ 37 milliards en termes de recettes publiques. Avec l’hypothèse d’une récession cumulée de 10% sur deux ans, ce sont donc environ 148 milliards d’euros de recettes annuelles qui disparaîtraient en fin de récession.

    Conséquence immédiate ? Les allocations chômage verraient leur coût doubler par rapport à 2008, puisque le taux de chômage doublerait aussi : 34 milliards d’euros de dépenses en plus.

    Il faudra prévoir, bien sur (puisqu’on le fera en catastrophe) le renflouement de banques en difficulté. La situation actuelle est la suivante : Il manque actuellement à nos banques 356 milliards d’euros de capitaux propres pour arriver à un ratio raisonnable de 10. L’hypothèse d’un coût annuel pour l’état de 80 à 100 milliards d’euros me semble donc raisonnable dans un contexte de forte récession, si celui-ci décidait de les renflouer pour éviter une ruée généralisée vers les banques.

    Bien entendu notre généreuse participation au FESF (déjà 159 milliards d’euros de garanties) serait largement mise à contribution par les défauts en série de pays de l’Europe du Sud. Comptons donc 50 à 70 milliards d’euros par an.

    Nous en sommes ici à des dépenses potentielles supplémentaires de 150 à 200 milliards d’euros par an.

    Notre déficit public passerait alors de 6 à 21,3% du PIB (euh pardon, 20,9% en fait puisque j’avais oublié de prendre en compte les 8 milliards d’économie du grand plan de rigueur de François FILLON !), c’est à dire une situation bien pire que celle de la Grèce aujourd’hui.

    Autant dire que si l’on se base, du départ, sur des données trop optimistes, on ne pourra (en un an) que transformer l’espoir promis en profonde déception, génératrice de moral chancelant…Et par là même on ruinera (un peu plus) notre consommation intérieure qui tire notre croissance !

    Personnellement, je pense que le candidat HOLLANDE aurait dû (avec son équipe) être beaucoup plus pessimiste que çà. Cela aurait été plus cohérent, plus appréciable…Mais aussi plus politique ! Et stratégique !

    En effet, la confiance vient du sentiment de réussite. C’est pourquoi il vaut toujours mieux partir des hypothèses les plus noires pour être convaincant par la suite. Non pas parce qu’on croit que ce scénario va arriver, mais parce que gouverner c’est prévoir…Et partant de là, si l’on a bâti ses hypothèse sur le scénario le plus sinistre, quand la réalité nous frappera, elle sera soit de la portée qu’on avait fixé (et donc pas de déception) soit plus clémente (donc génératrice de succès !)

    Dit comme cela, cela peut paraître bête…Mais je vous assure que sur le plan économique et personnel, c’est une méthode qui fonctionne très bien ! A tout âge, auprès de toutes les catégories sociales et à tout moment !

    Mon épouse, qui est enseignante, a coutume de faire mijoter ses élèves, quand elle leur rend leurs notes. Dans la classe, c’est silence totale. Viennent les notes…Qui sont moins catastrophiques que ce que mon épouse laissait penser. Résultat ? Ouf de soulagement dans toute la classe ! Les élèves en prennent bonne note et la fois suivante attendent avec appréhension mais bonheur les nouvelles notes !

    En tant que chef d’entreprise, je bâti toujours mon budget comme si nous avions accumulé pertes sur pertes. Résultat ? Quand je vais voir mon banquier, il trouve « rassurant » que j’anticipe un tel désastre ! Comme j’ai provisionné les risques et charges, mon banquier me fait un prêt. Et comme, dans 99,99% des cas, il s’avère que mon budget était extrêmement éloigné des chiffres obtenus à l’arrivée…J’ai la confiance de ce dernier ! Et de l’ensemble de mes collaborateurs !

    Imaginez qu’on mette en pratique cette vision à l’échelle du pays.

    On partirait d’une hypothèse de croissance nulle ou même on bâtirait un projet (sur un an, cela suffit) en pariant sur une récession. Pour ce faire, on provisionnerait les risques et charges pouvant en résulter. Au bout de l’année…Surprise ! La croissance a été de 0,5% ! Et bien les provisions pour charges et risques seraient reversés au budget de l’année suivante, qui serait un tout petit peu plus optimiste (croissance à 0,1%).

    Pendant cette année, l’extérieur ne resterait pas immobile. A chaque fois que les prévisions gouvernementales seront battues en brèche par la réalité, d’un point de vue positif, les « acteurs » de l’économie amplifieront la chose ! Car de la même manière que l’annonce que les déficits ou/et la croissance est plus molle que prévue, a des effets néfastes sur l’économie (les citoyens épargnent au lieu de consommer, engage leurs deniers sur l’immobilier, l’or ou la pierre au lieu d’investir dans les PME, la consommation intérieure se tarît, les entreprises sont plus frileuses, etc.)…L’annonce que la croissance sera là – quand les prévisions gouvernementales tablaient sur une récession – et chaque point qu’elle prendra sur les anticipations gouvernementales, redonnera le sourire aux citoyens, qui consommeront, donc il faudra plus produire, donc engager du personnel et investir, etc. Auprès de nos créanciers, le résultat sera le même ! Chaque point de croissance prit sur les estimations sera un crédit de plus accordé au pays pour rembourser ses prêts !

    • lola dit :

      @ Seb .Je n’ai plus l’âge d’être élève au sens étroit du terme ;mais faire »mijoter » des élèves ,avant de leur rendre leurs copies, pour créer de l’anxiété, et finalement tout miser sur la note , me semble plus que discutable ; cela ne fait guère réfléchir l’élève ; en tout cas , je pense que j’aurais déclenché une émeute !! je préfère que le candidat-H présente un état des lieux très détaillés et qu’il offre des pistes pour réfléchir ; et il n’y a pas que des pourcentages et des chiffres qui permettent de voir une ligne politique.

    • COPA dit :

      Je rejoins un peu ta remarque sur les prévisions de PIB pour 2012 et 2013, les chiffres sont peut-être voir certainement optimistes d’autant que les dernières projections du FMI donnent respectivement 0,2 et 1%. Je conçois qu’il faut être optimiste afin de rétablir la confiance afin que nous continuions à consommer et pas à épargner, mais je pense qu’il faudrait garder des « jokers » dans le cas où la croissance ne serait pas au rendez vous afin de répondre nos interrogations et pour répondre à nos chers amis de la droite; ce serait certainement un gage de plus de sérieux sur l’analyse réalisée sur les prévisions: prévoir le pire pour être mieux armés pour pouvoir répondre aux difficultés si celles ci se présentes et non pas répondre aux coups par coups comme fait l’actuel gouvernement à tel point qu’on ne sait plus exactement de combien on nous « plume »

      • Pablo dit :

        Les chiffres de croissance retenues dans le projet de 2012 à 2014 sont plutôt réalistes, au delà le doute est permis.

  • Jean-Pierre Gouignart dit :

    Que pensez vous de ce remix techno ?
    http://vimeo.com/35766742

  • BOYER dit :

    A LIRE EN ENTIER. TRÈS IMPORTANT
    .

    A l’attention du Directeur de Campagne ou Monsieur Hollande

    Bonjour,

    1)Comme certains journalistes, je voudrais comprendre pourquoi notre candidat a accepté de débattre avec un non candidat en la personne de Alain Juppé.Tant que l’UMP n’a pas de candidat, il n’est pas normal que vous baladiez Monsieur Hollande sur les plateaux de TV pour débattre avec des membres de l’UMP fussent ils ministres ou Premier Ministre. Ils ne sont pas candidats. C’est rabaisser notre candidat. Monsieur Hollande doit débattre d’égal à égal.Heureusement hier, ça s’est bien passé car, Monsieur Juppé est un homme respectable et éduqué. Imaginez que ce fusse Copé ou autre « Ministraillon » assoiffé de notoriété dont le seul but serait de détruire et de caricaturer Monsieur Hollande. Vous prenez des risques. il faut protéger notre candidat.Il n’est pas à la merci de n’importe qui même si je lui fais confiance.Il reste encore 3 mois et tous les candidats ne sont pas déclarés.Il doit s »économiser » et se faire rare dans les média pour débattre.( surtout pas avec M. Mélenchon pour l’instant)Ils ne sont pas de la même trame.

    2) Monsieur Valls a été mauvais lors du débat avec Monsieur Copé.Il a laissé passer plusieurs contre-vérités. On le sentait t mal à l’aise face à Copé et même déstabilisé. L’on voyait bien qu’il défendait des idées auxquelles il ne croit pas beaucoup. Il faudrait éviter de l’envoyer dans des débats avec des gens comme Copé doté de mauvaise foi et très rusé.

    3) Concernant le projet, je ne comprends pas pourquoi on devrait augmenter l’allocation de rentrée scolaire alors qu’à travers le quotient familial, il y a déjà une redistribution de ressource. ça fait doublon et ceci confirme l’idée selon laquelle la gauche est pour l’assistanat.

    4) Comme nos détracteurs, je ne vois aucun poste d’économie dans ce programme. Je ne comprends pas non plus comment Monsieur Hollande va diminuer la dette.

    5) Un signe fort: Monsieur Hollande n’ a pas proposé de diminuer le nombre des membres du gouvernement et les salaires des députés, ainsi que le train de vie de l’État. Rien de tout ça.
    Je suis en contact avec plusieurs personnes et ce sont des remarques qui reviennent beaucoup, surtout de puis hier. il y a un peu de déception. ils pensent que François Hollande n’a pas osé touché au « système » auquel lui même appartient ;ce sont des petits détails symboliques qui comptent beaucoup pour les français.

    6 ) Notre candidat nageait dans l’euphorie et l’arrogance hier soir. Attention ! les français n’aiment pas cette attitude et cela peut se retourner contre lui, surtout que l’UMP est entrain d’exploiter ce comportement. Vous verrez au prochain sondage: une petite baisse j’en suis sûre.

    Voilà pour le moment ce que j’avais dans le cœur.Je ne veux plus de 5 ans de droite au mois de mai.

    Cordialement

    Thérèse BOYER

    • citoyen75 dit :

      Bonjour Mme BOYER,

      Je vous remercie pour votre message.

      Vous avez raison de pointer les faiblesses qui restent et qu’il faudra travailler.

      Je ne rejoins pas sur les mesures pour réduire les dépenses. Il est inexact d’écrire qu’aucune mesure n’est prévue dans ce sens.
      Une nouvelle et grande réforme de la décentralisation est prévue, pour donner de nouvelles compétences aux régions, réduire les coûts et supprimer les administrations en double. Croyez-moi, c’est une source d’économies importantes.

      Ne nous inquiètez pas trop pour les éléments de langage umpistes sur une pseudo arrogance. Dès hier, notre candidat a remis les choses au point en déclarant que rien n’était joué et tout le monde sait qu’Hollande est très sympathique et plutôt humble. Ces critiques n’auront aucune portée sur l’opinion.

      Je vous rejoins, en revanche, sur un point : F.Hollande devrait annoncer que son gouvernement sera réduit à 15 ministres de plein exercice et paritaire.

      Je serai heureux, si vous le voulez bien de continuer l’échange avec vous.

      Olivier

    • lola dit :

      @Boyer je m’étais également posé la question :pourquoi une confrontation , »un duel » ,Hollande-Juppé, alors que ce dernier ne pouvait en aucune façon représenter le chef de l’état,qui n’est pas candidat ??idem pour les membres de l’équipe-H. qui acceptent de débattre sur ts les plateaux avec les membres de l’UMP ??comme si ceux-ci étaient des journalistes !ils arriveront exténués aux vrais débats de la Campagne, ou ils seront amenés à se répéter, pire à se contredire.C’est une très mauvaise stratégie. Juppé a surtout montré de la hargne ,et Hollande a parfaitement tenu le coup ; mais si l’exercise se répète ,Hollande &co risquent d’y laisser des plumes.Quant aux tournées électorales ,trop de triomphalisme empêche parfois de juger des vraies réactions du « peuple ».Le « duel » Juppé-Hollande a, en fait, porté sur des équilibres budjétaires, et non sur des questions politiques.Mais l’équipe-H doit en arrière-plan continuer à travailler, je le suppose et je l’espère .

    • Nicolas (Nantes) dit :

      J’ai moi aussi pensé que c’était une drôle d’idée que d’accepter de débattre avec un non candidat, Juppé. Mais après coup, Hollande n’avait pas le choix. La principale critique le concernant était : va-t-il tenir le coup, est-il solide comme candidat, peut-il être pugnace et mettre son opposant en difficulté lors d’un débat?

      Donc il avait tout à gagner à accepter et surtout c’était le passage obligé pour commencer à faire taire cette critique, et de ce point de vue là, il a parfaitement réussi.

      Il devait le faire pour rassurer ceux qui doutaient. Donc finalement, le choix a été bon.

      • lola dit :

        @nicolas: affronter le « redoutable » A.Juppé, d’emblée ,était intéressant ; il est « out » maintenant même s’il continue à participer au choeur des pleureuses de l’UMP ; c’est vrai ;mais je reste convaincue que l’on cherche à « user » H. et ses troupes .
        NB:mon PC parle engliche ,parfois ; il faut lire :budget et exercice ,bien sûr .

  • Amelle dit :

    Oui la séquence était réussi mais cela ne veux absolument pas dire que la gauche ne peux pas perdre, la Sarko va mettre bouché double contre Hollande et il ne sera pas le seul, Melenchon, Bayrou et Le Pen même si pour cette dernière on se moque Royalement de son avis sur le PS, son candidat ou son projet, toujours est il que ces trois vont aussi taper sur Hollande à fond.

    Bayrou parce qu’il sait pertinemment que les centristes notamment ceux qui ont été de gauche peuvent facilement changer d’avis d’autant plus que cette électorat est extrêmement versatile, peux passer du vote Bayrou au vote écolo au vote socialiste, très très facilement sans aucun état d’âme.

    Mélenchon parce qu’il crois à sa bonne étoile, qu’il peux arriver à dépasser Hollande au 1er tour mais pour l’instant ça coince, l’électorat ouvrier ou employé ne le suivent pas, il ne parvient pas à récupérer la parti de cet électorat passé du coté du FN donc il tombe dans la facilité qui consiste à taper, casser du Hollande et le faire passé pour un mec de droite. Donc Hollande doit rester sur ses gardes.

    Je pense qu’il est temps de capitaliser l’accord avec EELV. Ok Joly ne renoncera pas à sa candidature à moins que Le Pen ne menace Hollande dans les sondages mais pour les législatives, il est temps de créer en tache de fond un front social écologique. L’écologie ne se résume pas à l’énergie, il y a aussi la pollution, la biodiversité, le recyclage, le traitement et la gestion de l’eau, l’aménagement du territoire, la gestion des parc, foret, plage …. bref, il y a tellement à faire qu’on peux se mettre d’accord sur pas mal de chose même si ça coince sur le nucléaire. Si un dynamique se crée avec ce front cela dynamisera la présidentielle et vice versa la présidentielle peux dynamiser la campagne des candidats aux législatives.

    • domi 25 dit :

      Je plussoie aux propos d’Amelle.Les candidats de gauche sont trop nombreux.Ils ne sont pas assez collectifs.L’union fait la force!Il faut faire bloc.La France en a besoin…Vive la République,Vive la France…

      • bloggy bag dit :

        A gauche il n y a plus que le ps et le fdg les autres sont maintenant trop marginaux pour peser a l heure ou nous entrons dans le dur de la bataille. ceci pose une fois encore le sens de l accord deletere avec eelv dont on ignore si le parti existe encore.

        • lola dit :

          Le dur de la bataille n’est pas encore là ;le skipper, le capitaine de course et ses marins doivent se substenter , d’une part pour résister aux tornades prévisibles et aussi pour entraîner dans son sillage toute la flotille .Désolée pour la métaphore éculée ; si le changement ,c’est maintenant, le pot au noir ou les 40° rugissants c’est pour , bientôt . Et il y faudra un mental d’acier.

  • Footnote dit :

    Commentaire de potache, anecdotique et de pure forme, de la part de certains:
    « malmené, mais a bien répondu », « connaît son projet sur le bout des doigts », etc.
    C’est malheureusement le fond qui manque le plus…

    Pour la nième fois, le petit jeu à somme nulle qui consiste à déplacer les mêmes pièces que l’UMP sur l’échiquier des contraintes comptables à court terme, sans évoquer un seul moment leurs causes (euro-libéralisme, mondialisation galopante et globalisation financière, aux mains des forces qui règnent sur la planète) est fait pour égarer l’attention du quidam dans des voies sans issues.
    C’était un débat d’épiciers consistant à proposer la même marchandise, sous des doses et des arguments différents !

    C’est bien ce qui faisait enrager, hier, Juppé ainsi que Guaino sur BFM TV: comment expliquer que les français veuillent à ce point changer changer… pour d’aussi minimes déplacements comptables? Sarkozy est parvenu à cent milliards de cadeau (annuel) aux privilégiés, qui font aujourd’hui notre déficit, et Hollande n’en rattrappe même pas le tiers!

    Le plus fort en rapport qualité/prix dans ce domaine, c’est Bayrou: il avait abandonné son mouvement depuis les précédentes présidentielles. En quelques semaines, il prend dix pourcents en énonçant des voeux pieux sur le « produire français » après avoir été pendant des années le hérault de l’abandon à l’Europe libre-échangiste et à l’euro, qui nous ont mené là !

    • Siolgnal dit :

      Le problème est bien plus grave : les socialos en peau de lapin, baptisés sociaux-démocrates, se sont totalement immergés dans le grand bain du capitalisme. Ils y adhèrent, ils le favorisent, ils le soutiennent. Songeons à ce que c’est sous les socialos que la libre circulation des capitaux, les avantages et libertés accordées à la finance, le plongeon dans le libre-échange sans règles autres que commerciales, la « concurrence libre et non faussée, les stock-options, les LBO, la désindexation des salaires sur l’inflation, le début de l’abaissement des impôts pour les riches, etc. ont démarré ou on été votés. Les socialos continuent d’afficher les valeurs antiques de la gauche : justice sociale, laïcité, solidarité, nécessité du collectif et du public, etc. Mais visiblement la pratique reste contraire ; le discours tourne à vide et les faits l’invalident depuis 1983 en France. En Allemagne, c’est un social-démocrate, Schröder, qui a installé le plan le plus antisocial de ce pays pour faire de la désinflation compétitive (pour exporter à moindre coût) au détriment de ses voisins. Au Royaume-Uni, le blairisme a mené une politique libérale ripolinée avec un peu plus de préoccupations sociales qu’en avait Mme Thatcher. En Espagne, les socialos se sont contentés des prêts à faible taux permis par l’euro pour faire de la spéculation immobilière et abaisser le chômage (aujourd’hui 20 %, record de la zone euro).

      Depuis longtemps, les socialos ne font que gérer le capitalisme et adhérer au libéralisme. Ils ont encouragé l’individualisme tout en le complétant par un zeste de communautarisme (un éléphant en Angleterre) ; ils ont fait dans le culturel, le relativisme des valeurs, la propulsion de la « différence » (ou « diff-errance), la liberté des mœurs, etc. Et cela sans voir que cela profitait au libéralo-capitalisme qui se nourrit des différences pour diviser et régner, qui préfère que les gens s’adonnent à leurs petits destins privés au lieu de s’investir dans le collectif. La gauche capitaliste n’a de cesse que d’encourager la consommation alors que c’est le moteur du capitalisme financier et du libéralisme individualiste en même temps que la cause de la destruction de l’environnement. La différence avec la droite consiste à rééquilibrer les moyens des consommateurs défavorisés, via une redistribution plus équitable, ce qui évidemment permet à ces derniers d’avoir les narines juste au-dessus de la fosse à purin, ce qui les maintient dans un sentiment de résignation peu propice au changement. En gros, la réponse socialiste moderne aux injustices et à l’exploitation structurelle par le capital consiste à dire aux peuples : à partir du piquet auquel vous êtes attachés, voulez-vous 3,5 % de corde en plus pour aller brouter un peu plus loin l’herbe consumériste pourtant tondue très ras par les puissants?

      Les socialo-capitalistes restent dans le champ de l’économie libérale dont ils « abreuvent les sillons » avec les larmes du peuple qui ne voit pas d’alternative plus séduisante que d’être exploité soit par la droite, soit par la gauche. « Bonnet blanc et blanc bonnet », disait Duclos years ago ; ça n’a pas changé comme dit Julot Essuie-glace pour lui. Ils ne proposent aucune réforme de structure pour avoir un autre modèle de société comme si le capital était la fin de l’histoire, de l’Etat et de la politique (thèse à la mode). Envers la crise, ils sont comme une poule devant un couteau sans manche. Ils ne savent pas que faire car ils ne veulent pas vraiment changer de système. Ils y sont trop bien installés avec leurs fiefs politiques, locaux, régionaux ou nationaux. Ils émargent grassement au budget de la république ; songeons qu’un « députain » (« un maréchal, des maraîchers, un général, des générés », un député, des…) nous coûte, passé partout, environ 22 000 euros par mois. Ils cumulent souvent les mandats électifs et ceux de leurs amis capitalistes qui les soutiennent (c’est dire leur dangerosité vis-à-vis de ces derniers). Il y a plus de 600 000 postes électifs en France (1 pour 100 habitants, record mondial). Bref, ils sont installés, institutionnalisés dans la pseudo-démocratie représentative, comme moult syndicats. Le système leur convient tout à fait. Pourquoi modifier quelque chose qui marche … pour eux et leurs confrères de la droite. Ils partagent la toile d’araignée libérale avec la grosse mygale UMP, eux n’étant qu’une épeire.

      La gauche capitaliste fait semblant de ne pas voir que les structures (fiscales, économiques, politiques, sociales), qui contiennent la logique « fricophile » du capital et « l’esprit du capitalisme » qui lui sert de ferment et de liant moral, sont porteuses de toutes les injustices et du désastre écologique en cours. Elle gère, elle fait de la « gouvernance » comme les copains de droite. Du temps de la gauche mitterrandienne, on a vu poindre un vague secrétariat d’Etat à l’économie sociale et fort peu de modifications des règles pour encourager et favoriser ce secteur porteur d’une autre conception de l’économie et des relations de travail. Au contraire, on a permis à Bruxelles d’aligner la mutualité sur les règles commerciales empêchant ainsi celle-ci de subventionner sa part sociale par sa composante commerciale. On a vu peu à peu (sous la droite et la gauche) les grands services ou entreprises publics passer dans la logique commerciale et de la rentabilité en reniant le principe de l’accès aux mêmes prestations pour tous.

      Pourtant, toutes les prémices ou solutions d’un autre modèle socio-économique existent ici et là. Il suffirait de les organiser, de les financer, de les fédérer au lieu d’exonérer le capital privé d’impôts et de cotisations sociales. Je ne vais pas le dire ici l’ayant fait avant et ailleurs. La réforme radicale et urgente à opérer tout de suite est la socialisation (au sens de participation de toutes les forces sociopolitiques à la définition d’objectifs mutualistes et de la autonome gestion par les salariés) de la banque, de l’assurance et du crédit. Tout cela serait chapeauté par la banque de France, devenue banque du peuple, laquelle referait des avances de fonds au pays. Ce secteur socialisé aurait pour mission 1ère de financer coopératives, mutuelles, entreprises d’insertion et de requalification-reconversion, associations d’aide aux personnes, etc. Parallèlement, il faudrait remplacer la démocratie représentative par celle que j’ai décrite dans « agir ensemble dans un monde partagé ». cela va bien au-delà de la VIème république du sémillant Monte-au-Bourg.

      • Jonas dit :

        Des différences entre Hollande et Sarkozy, il y en a, et elles sont colossales, faut-il être borné pour ne rien voir.
        Et en attendant toute éventuelle substitution de je ne sais quoi à la démocratie représentative et au capitalisme, il faudra bien voter et améliorer la situation des français qui vivent de cette économie.

      • lola dit :

        Votre post,siolgnal, ressemble à une tornade;vous y brassez des idées comme dans une machine à laver ,ce qui le rend inaudible ,sauf si l’on a l’habitude de vous lire .Si vs mettiez en pièces,avec la même ardeur, qqes autres programmes plus délétères ,ce serait plus productif .

Flux RSS des commentaires de cet article.