32 réflexions au sujet de « Pierre Moscovici invité de Bruce Toussaint sur Europe 1 »

  1. Réponse à SEB:
    C’est la réforme de 1962 qui fausse la constitution de 1958 en donnant au président élu au suffrage universel un prestige et une importance considérables supérieurs à ce que lui accorde le texte. Son pouvoir ne peut être contrecarré qu’en période dite de cohabitation où,effectivement,le parlement et le 1er ministre reprennent tout leur rôle;mais,depuis le quinquennat,cette situation devient improbable. Tout ça pour dire que cette constitution bâtarde est mauvaise et devrait être remplacée par un retour à un régime parlementaire à l’européenne ou par l’instauration d’un vrai régime présidentiel à l’américaine. Mais tout ça n’est pas d’actualité hélas!!!…

  2. L’élection au suffrage universel d’un président à forts pouvoirs est très pernicieuse pour la démocratie. D’ailleurs,ça ne fonctionne correctement qu’aux U.S.A.;en Afrique,en Amérique latine,en Russie, ça marche souvent très mal et la démocratie y est pour le moins fragile!!! Nous sommes une exception en Europe,car les pays pratiquant ce système( Autriche etc…)n’élisent que des présidents purement représentatifs. Cette élection entraîne une personnalisation outrancière de la campagne au détriment du débat d’idées,une violence verbale lamentable,le cirque permanent et donne envie à n’importe qui de se présenter. Plus grave encore,le système français(contrairement à l’américain)donne des pouvoirs excessifs au président par rapport au législatif.

    • A XAVIER

      Ce n’est pas la Constitution (de la v République) ou l’élection (au suffrage universel direct) qui explique que le Président tienne une place particulière dans notre pays…C’est la « pratique » politique.

      Si vous prenez le temps de lire la Constitution, vous verrez que le « Président » a pour devoirs constitutionnels la garantie des traités et de la Constitution, ainsi que de l’indépendance du pays.

      C’est en es qualité – de garant – qu’il ne peut être poursuivi pénalement ou responsable politiquement. Lue telle quelle, la Constitution ne fait que protéger le Président s’il agit pour protéger l’indépendance du pays, garantir des traités ou la
      lettre du texte constitutionnel.

      Un Président qui violerait les engagements de « solidarité européenne » de 2008/2012 – en dénonçant ces derniers ou en n’en tenant pas compte car illégaux (au regard des traités existants) -ne pourraient, ainsi, pas être poursuivi, ni pendant son mandat ni à la suite de ce dernier. Cela vise à protéger la non impérativité du mandat à l’endroit d’engagements extérieurs. Aucune sanction politique (démission, abdication forcée, etc.)ou pénale ne pouvant lui être opposée.

      En vérité, si vous lisez bien notre Constitution, que voyez vous ? Que c’est le PM le centre du « monde » politique ! Tous les actes du Président doivent (en effet) être contresignés par le PM. Sans ce contreseing, ils n’ont aucune valeur ! Qu’il s’agisse d’une loi…Ou d’un traité ! Seul le référendum n’exige pas ce contreseing et pour cause…C’est une décision souveraine !

      Alors, pourquoi la France a t elle une place à part en Europe ?

      Parce que le Parlement…A adopté la « pratique » politique au lieu de s’appuyer sur le texte constitutionnel. Cela, d’autant plus facilement que la montée en puissance des « partis » a favorisé l’asservissement des parlementaires au parti et à son chef…Lequel, bien souvent, visait un poste exécutif !

      On s’en rend bien compte en examinant le Parlement « français » et le PE.

      En effet, si vous prenez les textes européens, le PE n’a aucune place. Il est même, à ce jour, le plus mal traité des « Parlements » en ce qu’il ne possède pas une prérogative inhérente (pourtant) à l’état parlementaire : l’initiative des lois ! Pourtant, ce « Parlement » singulier manifeste une « volonté » (difficile à trouver certes, mais réel) et s’affirme jour après jour (en ce moment, il se révolte beaucoup d’être mis « à coté » concernant le traité européen) en utilisant (notamment) la force médiatique pour « exister » (c’est notamment le cas lors de la désignation des commissaires : bien que choisi par les exécutifs nationaux, le PE peut émettre un véto sur leur candidature ou/et les mettre sur le feu)

      Quand on examine bien la Constitution, il est flagrant que le Président est très faible…Il a certes l’arme du référendum et une aura particulière (en ce qu’il est censé être « au dessus des partis ») mais son rôle est, en réalité, dépendant du bon vouloir du PM. En témoigne les périodes dites de « cohabitation » !

      Le « souci », aujourd’hui, c’est que UMP comme PS – et ainsi de suite – sont persuadés (pour on ne sait quelle raison) que le Président a « trop de pouvoir ». C’est faux. Il n’en a que parce que les autres (parlementaires, PM, Ministres, société) lui en donne un !

      Cela me fait penser à la série le « trone de fer ». Je recommande d’ailleurs. Un des conseillers à cette phrase merveilleuse : « le pouvoir est une illusion, une ombre passagère, il n’est que le fruit d’une consentement tacite à son utilisation ».

      Si vous observez l’histoire de la V République, qu’observez vous ? Qu’à chaque fois que le PM avait une forte personnalité, le Président en pâtissait. Que lorsque le PM était « accomodant » le Président reprenait l’ascendant. Si M. SARKOZY a été si « hyper président » c’est parce qu’il a pris pour PM un homme très « discret » !

      De son coté, Louis XIV n’a pas changé les Institutions : il a pris pour PM Colbert. Mais comme ce dernier était insignifiant (la lune peut elle faire de l’ombre au soleil) on avait l’impression qu’il « gouvernait » ! En revanche, bien qu’on ait aucun doute sur la « gouvernance » de Louis XIII, ce dernier passe pour un roi faible, car écrasé par la personnalité de son PM, Richelieu ! Mettez M. CHIRAC PM en SARKOZIE, et vous aurez soudain un « déséquilibre » flagrant en faveur du premier !

      Si l’on suivait la Constitution à la lettre – place éminente du PM – on se retrouvait immédiatement avec un pays plus équilibré sur le plan des pouvoirs. Pourquoi ? Parce que le PM a besoin d’une « majorité » ! S’il la perd…Il perd son job ! Si sa nomination dépend du Président, il a tout intérêt à cajoler la première !

      A cela s’ajoute que, contrairement à leurs confrères européens ou mondiaux, les parlementaires Français ont une arme puissante : la DDHC. Mais…Ils ne s’en servent pas ! Grâce à elle, ils pourraient auditer les Ministères, obtenir des documents importants, mais aussi surveiller l’Elysée. En effet, on peut punir ceux qui « sollicitent, exécutent ou font exécuter » des « actes arbitraires ».

      Partant de là, par ex, les parlementaires pourraient faire valoir – pour ex – que le poste « sondage » doit être supprimé à l’Elysée, puisqu’il n’apporte aucun élément de réponse qui concerne les « devoirs » du Président !

  3. A ET DEMAIN 2012…

    Le souci – malheureusement – c’est que j’ai l’impression qu’il n’y a pas vraiment d’écoles de la voyoucratie ! Tous nos politiques – et cela ne date pas d’hier – semblent, plus ou moins, partager l’idée que se servir est un des droits que leur reconnaît le pays. Cela, que cela se passe au niveau local, national, européen, mondial.

    A mon très grand regret, nos élus – et nommés – perdent le sens des réalités très rapidement. Sous prétexte que les gens du privé gagnent plus, que (selon la rumeur) d’autres font pire, qu’il faut bien trouver quelques agréments à une fonction qui se réduit parfois (souvent) à de la courtisanerie ou/et de la vassalité volontaire…Nos politiques (j’insiste sur le « nos politiques » : ce travers est surtout présent chez nous) considèrent la France comme un trésor à piller plutôt qu’à servir. Pour schématiser, notre classe politique est la digne héritière de la Cour versaillaise, alors qu’elle devrait être la suite des Etats Généraux ou/et de l’Assemblée Constituante.

    Il est, quand même, révélateur, que la principale force d’opposition se soit sentie contrainte (à cause de ou grâce à la verve de M. MONTEBOURG) d’effectuer une enquête sur des choses louches afférentes à ses fédérations… ! Un parti, respectueux de la DDHC – et des valeurs qu’elle véhicule – ne devrait pas se sentir…Contraint, se faire complice d’élus/nommés, sous prétexte que ceux-ci sont membres du parti ou que (somme toute) il n’y a pas mort d’homme.

    Tout au contraire, même. Les élus/nommés – c’est une chose que je n’ai jamais réussi à saisir, que ce soit en tant que simple citoyen ou durant ma brève « carrière » politique – sont toujours majoritairement partisans du silence ou de la complicité tacite. Même ceux qui pourtant, devraient être les premiers à appeler à ce qu’on fasse le ménage. Par souci de leur respectabilité, par souci de crédibilité…Et pour éviter – bien sur – d’être associés aux…Malfaisants.

    Ce silence est la principale cause de l’essor des extrêmes. En prenant parti pour leurs confrères malhonnêtes – soit de manière volontairement complice soit par le silence – les élus/nommés conduisent les Français à penser que TOUS sont malhonnêtes. Ce qui n’est – en vérité – pas le cas. Grosso modo, 85% des élus/nommés sont honnêtes et servent le pays. Mais comme ces 85% d’élus cautionnent – par leur silence notamment – des actes commis par leurs pairs malhonnêtes (qu’ils soient, au reste, du parti ou pas)…Les Français, naturellement, en viennent à la conclusion que TOUS sont pourris ! Seuls les maires (et encore) échappent à cette vindicte publique !

    Ce silence complice/cette caution fait beaucoup de mal, sur le plan politique. Il n’est pas besoin de lire tous les forums de discussion ou de discutailler avec collègues ou proches, pour que…Sitôt qu’on évoque la candidature de M. HOLLANDE, l’on fasse référence à ce Président socialiste, lui aussi porteur d’espoirs, qui a fait sans doute de grandes choses pour la France…Mais qui a surtout laissé comme trace dans l’esprit du citoyen, l’image d’un Président dispendieux, cachant aux frais de la princesse (France), sa famille…Le tout avec l’appui tacite des partis dits « de Gouvernement » et (en premier lieu) celui de son parti !

    Sur le quinquennat, en tant que tel, le PS a été un peu plus sévère sur le plan moral/légal, que par le passé – l’effet Martine ? – il n’en demeure pas moins que, s’il a fallu la pression des médias (notamment MEDIAPART) pour que le PS s’élève contre le double emploi de M. WOERTH, dénonce (via M. DE COURSON) les manœuvres de Mme LAGARDE…On peut craindre que (et cela même si rien à ce jour n’a percé) que globalement, le PS continu de chérir l’image d’un Président qui n’a rien de…Normal. Les fastes républicains sont autant défendus à gauche – en témoigne les constructions délirantes parfois des élus locaux – qu’à droite (on n’y fait guère référence au sens de la parcimonie du Général, qui a pourtant un écho fort dans…L’opinion !)

    Que l’on ne s’y trompe pas : les Français – d’après mon expérience et mes rencontres ou les références historiques qui s’y prêtent – ont un goût prononcé pour le faste. Mais seulement si cela m’est en avant…La France. Si, demain, par ex, M. HOLLANDE présidait une réunion en jeans troués…Ca ne le ferait pas ! En revanche, s’il adoptait un comportement plus…Normal – sur le plan moral et financier – cela serait perçu comme un véritable « signe » qui ne serait pas (au reste) sans conséquences extrêmement positives sur le plan économique, social ou…Politique.

    A quand un Président/PM qui – comme en Suède – a son bureau, très ordinaire, dans un immeuble moderne anonyme ? Qui offre au journaliste un café… au distributeur de l’étage, sort à 18h (quand arrivent les femmes de ménage), prend le bus pour rentrer dans sa modeste maison, et prépare le dîner pour sa famille ?
    J’exagère bien sur, je caricature même un peu…Mais franchement, voir des Ministres dans le métro, des députés (habitant sur Paris) venir à l’Assemblée en tram/bus (c’est la Capitale tout de même !) ou circuler en vélos l’été (merci au maire de Paris !) provoquerait un élan de confiance qui dépasserait (franchement) l’entendement !

    Quand j’entends que le PM actuel circule en avion ( !) pour des raisons pseudos sécuritaires – ha oui ? Pourtant il me semble plus simple de tirer sur un cible à bout portant plutôt que de tirer sur un homme protégé par la foule ! – il y a quelque chose de pourri en France.

    Marine promet de répondre à ce besoin viscéral des Français d’avoir une classe politique probe et affectée uniquement au bonheur de la France. Et François ? Que dit il à ces Français qui à 75% ne font confiance ni à la gauche, ni au centre, ni à la droite, pour servir le pays ?

  4. Je suis en tant que francaise absolument degoutee ,de voir que chaque fois que notre technologie peut se vendre a l etranger ,on entend des commentaires socialistes desobligents.Parce que le president sortant les a vendus.Vous etes tous tellement egocentriques que le pays ne compte pas ,le travail et la creation des francais idem.Que voulez vous que l on perde encore ces marches ???que Dassault ferme???/Vous nous degoutez ,j avais vote socialiste du tps de Mitterand ,mais desormais nous hesitions a voter pour quel parti,cela ne sera pas le votre.Cette campagne est sale ,menee par des requins egocentriques ,pauvre france ,ns sommes la risee du monde pour notre arrogance,c est la chute de l empire americain ,mais c est aussi celle de la France.Merci a tous de votre slale boulot ,vs n aimez pas votre pays et les gens ,seulement votre portefeuille.

    • Excusez moi de vous dire chere Berly que quelqu’un qui vend la technologie de son entreprise lors d’un contrat travaille sur le court terme et détruit son futur.
      Sarko veut vendre des avions, des bateaux mais il est tellement bête qu’il donne les brevets de fabrication avec.
      Alors si la France connait des problemes de commerce c’est bien du à l’incompétence de gens qui veulent faire du commerce sans y connaitre quoi que ce soit.
      Centrale à la Chine
      TGV
      Sous marin
      Etc, etc
      Pratiquement rien de fabriqué en France, technologie bradée à de futurs concurrents voilà l’intelligence de ceux que vous défendez.
      Le même parle de fabrication française!!!! C’est ahurissant de voir que les gens ne comprennent pas le déclin industriel de la FRance alors que ce sont les mêmers politiques qui ont bradé le savoir-faire et la matiere grise.
      Voilà c’est cela votre sper commercial et son équipe.En tant que responsable commercial, je ne recrute même pas ces gusgus à des postes de contact commercial, ils sont inapables de comprendre un enjeu commercial.Avec Sarko c’est toujours des perdants pour la France gagnant à ceux qui achetent.Voilà Madame j’espere que si vous voulez faire du commerce vous irez porendre des cours avec des américain, des allemands, des chinois surtout pas dans les spheres UMP !!!!!!

    • Chère Madame

      François HOLLANDE , est dans la proposition permanente, L’UMP est dans le dénigrement, c’est bien ça que vous voulez nous expliquer?

    • Vous nous lisez mal. Nous voulons défendre les technologies et les exportations françaises efficacement tout en préservant notre système de protection sociale, ce qui n’est pas contradictoire sous réserve d’un projet réfléchi, à l’inverse des solutions à la petite semaine de l’UMP, bricolées dans l’urgence et la panique des échéances électorales.

    • A Mme LABAU Sylvie :

      On peut, honnêtement, se réjouir – soutenir – l’export de notre technologie (ou autre) tout en restant critique sur la méthode pour le faire.

      Quand je vais voir mes clients ou des prospects, ils sont souvent favorables à mes produits mais trouvent toujours (et c’est de bonne guerre) à redire sur certains points. Je ne trouve pas cela sale ou avilissant. Tout au contraire, cela fait réfléchir et la fois d’après, je peux argumenter sur les solutions trouvées pour parer aux critiques émisent.

      En politique, c’est la même chose. Je peux trouver certaines choses très bien dans le programme de M. HOLLANDE…Et déplorer que le candidat socialiste s’entête à vouloir imposer à Mme MERKEL des solutions incompatibles avec les coutumes constitutionnelles de son pays !

      Pour moi, cet entêtement est du même acabit que si Mme MERKEL proposait à M. HOLLANDE de supprimer la DDHC. Même s’il le voulait, il ne le pourrait pas. Sauf à faire un référendum (dans les deux cas) mais je doute que les Allemands invalident la décision de Karlsruhe ou que les Français se dépossèdent eux mêmes de la DDHC !

      En ce qui concerne notre technologie, on peut certes se réjouir d’une vente…Mais déplorer l’absence d’amendements à ladite vente ! Pour ma part, je ne fais pas de vente à pertes. Déjà parce que cela est prohibé par la loi…Mais aussi parce que dépenser de l’énergie pour rien, est le contraire du métier de commercial/chef d’entreprise !

      Là, s’il y a des choses à déplorer, c’est – sans aucun doute – l’absence de réflexion commerciale de nos équipes politiques. On vend…Sans se préoccuper du reste. L’important est dans la vente, tant pis si, au final, le pays se fait berner ou si l’on engage (par ce biais) le démantellement de notre économie, met en péril nos avantages comparatifs, et passe pour le dindon de la farce.

      A l’évidence, il n’y a pas de « préparation » à la « vente » dispensée aux politiques. Sinon ils sauraient que tout bon « commercial », passe par trois niveaux :

      –avoir un entretien : le B.A BA du métier. B.A BA qui d’ailleurs n’est pas toujours très bien compris, puisque régulièrement les commerciaux essayent de « vendre » un produit au tel alors qu’il faut vendre un rdv !

      –définir les « points non négociables » et ceux pouvant faire l’objet d’une « négociation »

      –engager la vente proprement dite.

      Au moins deux de ces étapes ne sont pas assurées par les politiques « européens » notamment Français.

  5. l’UMP veut que les français donnent une nouvelle chance à Sarkozy
    le PS veut que Hollande donne une nouvelle chance à la France

    C’est pas la même approche !

  6. Voilà autre chose…Dans la rubrique « je me sers de la République à des fins personnelles », M. SARKOZY poursuit son chemin (apparemment) :
    http://www.purepeople.com/article/pierre-sarkozy-rapatrie-en-france-une-note-a-40-000-euros_a95290/1

    Petite remarque : le « cautionnement » du médecin de la présidence (qui soigne désormais les « simples particuliers » ?) n’est en rien une « justification ».

    « Ceux qui sollicitent, expédient, exécutent ou font exécuter des ordres arbitraires doivent être punis ; mais tout citoyen appelé ou saisi en vertu de la loi doit obéir à l’instant ; il se rend coupable par la résistance. » (DDHC 1789)

    Dans tous les cas, le « médecin » est « coupable » et doit être « puni ». Il a « exécuté » ou « sollicité » un acte « arbitraire » (au sens de contraire à la loi) alors même que « nul n’est censé ignorer la loi », encore moins un « médecin de la présidence » !

    La responsabilité de l’Elysée peut, elle, être engagée en ce qu’elle a « sollicité » un acte arbitraire – qu’on ne me fasse pas croire que le médecin n’a pas prévenu le Président ou les services de la présidence ou que, de sa propre initiative il aurait « ordonné » au Ministre de la Défense de lui envoyer un Falcon ! (Lequel, bien sur, on s’en doute, aurait pris cette responsabilité sans en référer au « château » ou à Matignon !)

    Par ce biais, la responsabilité du Gouvernement est aussi mise en cause : en vertu de quoi, le Ministre de la Défense ou bien le PM, ont ils envoyé un Falcon ? Sur « ordre » d’un médecin, fut il « de la présidence » ? Ordre contraire…A la loi ? Qu’un médecin l’ignore, admettons…Le Ministre, en revanche !

    Responsabilité, enfin, du Président, qui reconnaît – via le « remboursement » partiel effectué – le caractère « privé » de l’opération. En ce sens, l’envoi (sur place) du médecin « de la présidence » (il n’y a donc pas de médecin sur place ?) et l’utilisation, à des fins privées, d’un avion public, en violation de l’usage de ce dernier (inscrit dans les textes de loi) est en relation avec la DDHC. Laquelle doit – en principe – être garantie par le Président de la République.

    On peut donc accuser – une accusation n’est pas une inculpation – d’abus de biens sociaux. Si celui ci ne peut poursuivi, durant son mandat, pour les actes commis es responsabilité de Président, ses actes commis durant sa présidence hors es qualité, peuvent faire l’objet, eux, d’une poursuite judiciaire. (Grâce à la DDHC)

    Sans aller jusqu’à là, le PS pourrait (au moins) demander des explications, le remboursement INTEGRAL des sommes versées et intenter des poursuites (devant la CJR : au fait, où en est on pour Mme LAGARDE ?) à l’encontre du Ministre de la Défense.

    • Vous savez Sarko s’assoit sur toutes les régles .Il a été formé à l’école Pasqua.
      Il serait souhaitable que l’on s’interresse particulierement aux affaires des hauts de Seine et aussi de tout ce qui est proche de Sarko dans le monde des affaires.
      Sarko a commencé sa carriere d’avocat avec dess clients Corses.Vous savez les affaires Bettencourt ou celle de Servier le touche de trés prêt.Il faudra faire la lumiere sur cela aprés sa défaite et démanteler le réseau des conseillers , proches et amis mis à la tête de tous les grands groupes avec des rémunérations qui dépassent l’entendement surtout sur le niveau de compétence de ces gens là.
      Cela représente des sommes collossales!!!
      Il fera tout et utilisera tous les moyens de l’état pour empêcher que FH gagne.
      J’espere simplement qu’aprés on s’occupe de certains juges, d’olivier Sarkosy et toute la clique qui ont pillé le pays.

      • A ET DEMAIN 2012…

        Le souci – malheureusement – c’est que j’ai l’impression qu’il n’y a pas vraiment d’écoles de la voyoucratie ! Tous nos politiques – et cela ne date pas d’hier – semblent, plus ou moins, partager l’idée que se servir est un des droits que leur reconnaît le pays. Cela, que cela se passe au niveau local, national, européen, mondial.
        A mon très grand regret, nos élus – et nommés – perdent le sens des réalités très rapidement. Sous prétexte que les gens du privé gagnent plus, que (selon la rumeur) d’autres font pire, qu’il faut bien trouver quelques agréments à une fonction qui se réduit parfois (souvent) à de la courtisanerie ou/et de la vassalité volontaire…Nos politiques (j’insiste sur le « nos politiques » : ce travers est surtout présent chez nous) considèrent la France comme un trésor à piller plutôt qu’à servir. Pour schématiser, notre classe politique est la digne héritière de la Cour versaillaise, alors qu’elle devrait être la suite des Etats Généraux ou/et de l’Assemblée Constituante.
        Il est, quand même, révélateur, que la principale force d’opposition se soit sentie contrainte (à cause de ou grâce à la verve de M. MONTEBOURG) d’effectuer une enquête sur des choses louches afférentes à ses fédérations… ! Un parti, respectueux de la DDHC – et des valeurs qu’elle véhicule – ne devrait pas se sentir…Contraint, se faire complice d’élus/nommés, sous prétexte que ceux-ci sont membres du parti ou que (somme toute) il n’y a pas mort d’homme.
        Tout au contraire, même. Les élus/nommés – c’est une chose que je n’ai jamais réussi à saisir, que ce soit en tant que simple citoyen ou durant ma brève « carrière » politique – sont toujours majoritairement partisans du silence ou de la complicité tacite. Même ceux qui pourtant, devraient être les premiers à appeler à ce qu’on fasse le ménage. Par souci de leur respectabilité, par souci de crédibilité…Et pour éviter – bien sur – d’être associés aux…Malfaisants.
        Ce silence est la principale cause de l’essor des extrêmes. En prenant parti pour leurs confrères malhonnêtes – soit de manière volontairement complice soit par le silence – les élus/nommés conduisent les Français à penser que TOUS sont malhonnêtes. Ce qui n’est – en vérité – pas le cas. Grosso modo, 85% des élus/nommés sont honnêtes et servent le pays. Mais comme ces 85% d’élus cautionnent – par leur silence notamment – des actes commis par leurs pairs malhonnêtes (qu’ils soient, au reste, du parti ou pas)…Les Français, naturellement, en viennent à la conclusion que TOUS sont pourris ! Seuls les maires (et encore) échappent à cette vindicte publique !
        Ce silence complice/cette caution fait beaucoup de mal, sur le plan politique. Il n’est pas besoin de lire tous les forums de discussion ou de discutailler avec collègues ou proches, pour que…Sitôt qu’on évoque la candidature de M. HOLLANDE, l’on fasse référence à ce Président socialiste, lui aussi porteur d’espoirs, qui a fait sans doute de grandes choses pour la France…Mais qui a surtout laissé comme trace dans l’esprit du citoyen, l’image d’un Président dispendieux, cachant aux frais de la princesse (France), sa famille…Le tout avec l’appui tacite des partis dits « de Gouvernement » et (en premier lieu) celui de son parti !
        Sur le quinquennat, en tant que tel, le PS a été un peu plus sévère sur le plan moral/légal, que par le passé – l’effet Martine ? – il n’en demeure pas moins que, s’il a fallu la pression des médias (notamment MEDIAPART) pour que le PS s’élève contre le double emploi de M. WOERTH, dénonce (via M. DE COURSON) les manœuvres de Mme LAGARDE…On peut craindre que (et cela même si rien à ce jour n’a percé) que globalement, le PS continu de chérir l’image d’un Président qui n’a rien de…Normal. Les fastes républicains sont autant défendus à gauche – en témoigne les constructions délirantes parfois des élus locaux – qu’à droite (on n’y fait guère référence au sens de la parcimonie du Général, qui a pourtant un écho fort dans…L’opinion !)
        Que l’on ne s’y trompe pas : les Français – d’après mon expérience et mes rencontres ou les références historiques qui s’y prêtent – ont un goût prononcé pour le faste. Mais seulement si cela m’est en avant…La France. Si, demain, par ex, M. HOLLANDE présidait une réunion en jeans troués…Ca ne le ferait pas ! En revanche, s’il adoptait un comportement plus…Normal – sur le plan moral et financier – cela serait perçu comme un véritable « signe » qui ne serait pas (au reste) sans conséquences extrêmement positives sur le plan économique, social ou…Politique.
        A quand un Président/PM qui – comme en Suède – a son bureau, très ordinaire, dans un immeuble moderne anonyme ? Qui offre au journaliste un café… au distributeur de l’étage, sort à 18h (quand arrivent les femmes de ménage), prend le bus pour rentrer dans sa modeste maison, et prépare le dîner pour sa famille ?
        J’exagère bien sur, je caricature même un peu…Mais franchement, voir des Ministres dans le métro, des députés (habitant sur Paris) venir à l’Assemblée en tram/bus (c’est la Capitale tout de même !) ou circuler en vélos l’été (merci au maire de Paris !) provoquerait un élan de confiance qui dépasserait (franchement) l’entendement !

        Quand j’entends que le PM actuel circule en avion ( !) pour des raisons pseudos sécuritaires – ha oui ? Pourtant il me semble plus simple de tirer sur un cible à bout portant plutôt que de tirer sur un homme protégé par la foule ! – il y a quelque chose de pourri en France.

        Marine promet de répondre à ce besoin viscéral des Français d’avoir une classe politique probe et affectée uniquement au bonheur de la France. Et François ? Que dit il à ces Français qui à 75% ne font confiance ni à la gauche, ni au centre, ni à la droite, pour servir le pays ?

        • Marine Le Pen cherche encore plus que les autres à se servir du peuple et de la France.La marque du front national, de Le Pen père et fille, ce n’est pas la probité, c’est le contraire, l’exploitation des peurs à des fins personnels. La preuve est que leur projet est bidon, de la pure idéologie brune déguisée et teintée de rouge.

        • Nous sommes bien d’accord.Les fastes à tout niveau d’ailleurs.
          La voiture avec son chauffueur par la route Mr Fillon prend l’avion et se fait prendre à l’aéroport du Mans pour finir en voiture.Mr Fillon qui va voir Paris , Sablé c’est trop petit pour sa grande personne.
          Mais pour les élus, globalement, je parle en connaissance de cause , je voudrais vous dire que la plupart des gestions des villes est une catastrophe en France. Des petits potentas, avec un noyau de gens travaillant ou même certains ne font quasiment rien et se permettent de bloquer l’évoltion du controle des dépenses.
          Des gens travaillant 25 heures par semaine (réellement) au lieu de 35 prévues et qui ne veulent pas accepter le controle, et font jouer les syndicats, font circuler des rumeurs, parlent de harcélement, ne connaissent même pas le contenu de leur mission.
          Une foule de gens défendant des interêts partisans à kl’intérieur même du personnel de ces administrations , faisant passer des subventions dans les clubs ou associations et refusant tout controle des villes sur les dépenses et l’utilisation de ces fonds.Des utilisations de fons publics pour des locaux qui seront juste utiliser par quelques personnes de ces administrations locales (je parle de subvention de 400000 Euros que les élus vont accepter pour se faire bien voir et éviter toutes réactions de la part d’une bande de type qui sont arrivés dans ces administrations sans les diplomes ou les concours par le piston et le fait d’avoir quelques qualtés sportives utiles à l’équipe municipale.DEs gens incompétents , n’ayant jamais été foutu capable d’évoluer sauf par les relations au sein de ces mêmes administrations sans suivre les formations, incompétents, incapables, bloquant les réformes et les adaptations necessaires en terme d’obligation publique, de respect des usagers, du respect du bon usage des fonds publics et j’en passe et ce avec la bénédiction de leurs élus qui n’ont eux aussi aucune connaissance du droit, de la gestion, des régles des marchés ou autre élément mais qui sont des ELUS et qui décident et attention il faut voir le niveau de nombre de ces élus dans la connaissance du droit et des devoirs.
          Vous direz je n’aime pas les élus, ce n’est pas cela , il serait juste souhaitable de laisser les cadres dirigeants de ces administrations compétents et connaissant bien tous ces dossiers, gérer tout simplement et leur laisser faire le travail de changement sans s’opposer et prendre la défense de gens d’un autre temps.Messieurs les élus , laissez diriger les spécialistes de vos services, les vrais!!!

  7. Bonsoir Pierre,

    Je comprends parfaitement que le premier objectif de F Hollande élu sera de rétablir la situation économique car il y a urgence et la réussite d’autres réformes sera à cette condition.
    Ceci étant rappelé, le devoir d’un gouvernement de gauche sera de s’occuper de tous les français, mais son honneur sera de se préoccuper des plus démunis. Il est important que pendant la campagne F Hollande fasse un signe dans ce sens. Le CNEI a pour objectif de créer 250 000 emplois dans trois années à venir, cela ne peut se faire qu’avec le concours de l’Etat. 250 000 personnes remisent au travail, c’est autant de personnes avec un salaire qui retrouvent un pouvoir d’achat; c’est aussi autant de personnes qui n’émargent plus sur les budgets sociaux, les aides publiques attribuées rapportent plus qu’elles n’ont couté, on peut parler de dépenses d’investissement et non de fonctionnement. Au final, c’est une contribution au rétablissement économique. Alors les structures d’insertion par l’économique, en particulier les entreprises d’insertion, attendent et sont attentives à tout signal dans ce sens!
    Courage!

  8. Bonne prestation. Continuez le combat en gardant la tête froide, bon courage !
    Les attaques sur l’arrogance de l’UMP sont tout bonnement surréalistes, c’est comme si Jean-Marie Bigard reprochait à Pierre Desproges (s’il n’avait pas eu sa seule mauvaise idée, celle de mourir d’un cancer), comme si, donc, Bigard reprochait à Desproges d’être vulgaire. De la part de Sarko et Copé, on croit rêver. Ils vont tout faire, sont prêts à tout, et ça a déjà commencé : mensonges, bassèsse, manipulations, exploitation des peurs, tentatives de destabilisation, outrecuidance.
    Alors continuez sur cette voie, continuez le combat en gardant la tête froide, jusqu’au bout, pour cette France abaissée qui a besoin de changement, besoin d’être redressée.
    Cela vaut ce que ça vaut, mais vous avez tout mon soutien et toute ma gratitude.
    Bon courage

  9. Apprendre que des voix s’élèvent Outre-Rhin pour envisager la sortie de l’Allemagne de la zone euro est plutôt une bonne nouvelle vis à vis des pays qui se sont engagés sur une pente qui n’était pas la leur.
    On ne peut que réitérer ici le commentaire de h-toutcourt:

    LE PLAN C

    La solution consistant à ce que l’Allemagne et ses satellites, comme ils commencent à l’évoquer, reviennent à une monnaie séparée comme le mark, résoudrait tous les problèmes à la fois:
    Il est important pour que cela fonctionne que les autres pays gardent nominalement l’euro, mais avec une nouvelle politique monétaire rendue possible par l’absence de l’Allemagne et son orthodoxie héritée de l’Ecole Autrichienne. La dévaluation factuelle de cet euro par les marchés réduirait en réalité continuellement le service de la dette libellée en euros, débloquant la situation pour les pays méditerranéens et la favorisant encore plus pour l’Allemagne et ses satellites dans leur nouvelle monnaie forte.
    Dans ce scenario, il est crucial que ceux qui s’accomodent de la surévaluation actuelle (Allemagne, Pays-bas, Luxembourg, Finlande et Autriche) soient ceux qui sortent de la zone euro, pour permettre aux autres pays de retrouver leur souveraineté sur cet euro en redonnant son statut normal à la Banque Centrale (privilège d’émission).
    L’euro redeviendrait ainsi une monnaie comme les autres (y compris le dollar), tout en laissant la monnaie forte à ceux qui s’en accomodent.

    Frédéric Lordon propose même une stratégie pour pousser l’Allemagne à ce scénario, le moment venu, c’est à dire lorsque que les longues tergiversations pour « parler à nos amis allemands » ou renégocier un traité auront depuis belle lurette disparu de la liste des solutions pertinentes:
    http://www.revuedeslivres.fr/%C2%AB-nous-assistons-a-l%E2%80%99ecroulement-d%E2%80%99un-monde-des-forces-immenses-sont-sur-le-point-d%E2%80%99etre-dechainees-%C2%BB-entretien-avec-frederic-lordon/
    Face à ce qu’il faut bien identifier comme des enjeux vitaux pour le corps social, un État, confronté au non-vouloir de la BCE, prendrait immédiatement la décision de réarmer sa propre banque centrale nationale pour lui faire émettre de la monnaie en quantité suffisante et reconstituer au plus vite un bout de système bancaire en situation d’opérer. Observant alors au coeur de la zone une ou des source(s) de création monétaire hors de contrôle, c’est-à-dire une génération d’euros impurs, susceptible de corrompre les euros purs dont la BCE a seule le privilège d’émission, l’Allemagne, cour constitutionnelle de Karlsruhe en tête, décréterait immédiatement l’impossibilité de rester dans une telle « union » monétaire devenue anarchique et la quitterait sur le champ, probablement pour refaire un bloc avec quelques suiveurs triés sur le volet (Autriche, Pays-Bas, Finlande, Luxembourg).

    • Une question:
      Est ce que l’Europe est un simple marché?
      Une autre
      Chaque état vient-il chercher ce qu’il veut lui?
      Et la derniere
      Va-t-on construire un vrai état europée fédéral qui assurera le bien être de ses ressortissants et la protection contre les spéculateurs de l’extérieur et de l’intérieur de cette Europe par la mise en place de barriers efficaces

      • Je suis d’accord avec les paroles de LIBERTE 2012. Les problèmes actuels viennent d’une mauvaise gestion française et non pas de l’Europe. Par contre les accords européens doivent etre reformulés.Une Europe tournée vers le social,une Europe unie, avec des dirigeants élus démocratiquement et autonomes.Finalement,c’est plus d’Europe qui nous sauvera et pas l’inverse!

  10. Voilà au moins un message qui ne fait pas dans l’auto-congratulation:

    Tribune de Jean-Pierre Chevènement parue dans le Huffington Post, lundi 30 janvier 2012:

    DE LA NECESSITÉ D’UN PLAN B

    Il est sans doute impossible de faire admettre leur erreur aux élites qui ont fait de l’euro leur projet politique commun et leur fétiche. Mal pensée, la monnaie unique européenne a été dès l’origine un mark-bis faisant fi de la diversité des nations qui allaient la composer et particulièrement de l’hétérogénéité de leurs économies.

    Treize ans après son introduction, où sont passées les promesses de ceux qui l’avaient portée sur les fonds baptismaux ? Car si la France vient de perdre son triple A, c’est en réalité toute la zone euro qui, année après année, se trouve déclassée dans la mondialisation. Seule zone au monde marquée par une stagnation économique de longue durée, elle donne en outre l’étrange spectacle d’une construction à la dérive. Ses élites célèbrent le « printemps arabe » avant d’organiser le remplacement plus ou moins subreptice de gouvernements démocratiquement élus par des technocrates européens imprégnés de néolibéralisme dogmatique. L’Europe « post-démocratique » pointée par Hubert Védrine devient l’ultime projet de ces élites pour ne pas avoir à reconnaître leurs erreurs.

    Plutôt que d’assister passivement à l’effondrement de l’euro et aux catastrophes économiques et sociales qui s’ensuivraient, je propose d’étudier de manière concertée un plan B et d’organiser la mutation de l’euro en monnaie commune réservée aux transactions extérieures. Dans chaque pays de la zone, des euros nationaux verraient le jour à la même date. Ceux-ci ne pourraient être convertibles qu’avec l’euro monnaie commune. La parité des euros nationaux entre eux serait établie de manière concertée, afin de prendre en compte les différentiels de compétitivité creusés au cours des treize dernières années. Cette flexibilité retrouvée des monnaies serait infiniment moins coûteuse qu’un ajustement déflationniste par voie de réduction des salaires, des pensions et des dépenses publiques. Pour mener à bien cette mutation qui n’est envisageable que pour parer à une catastrophe probable, il faudrait envisager la réquisition de la Banque de France car nous aurions besoin d’une banque centrale qui distribue du crédit aux entreprises et aux particuliers si la menace de faillites bancaires venait à se préciser. Sous la pression des événements, il faudra bien enfreindre les tabous. Le coût de cette mutation serait bien moindre que le coût du maintien à tout prix d’un système pénalisant pour la croissance et aujourd’hui à bout de course.

    … Et plus sur son blog http://www.chevenement.fr

    • @ footnote

      « Voilà au moins un message qui ne fait pas dans l’auto-congratulation:
      Tribune de Jean-Pierre Chevènement parue dans le Huffington Post, lundi 30 janvier 2012:
      DE LA NECESSITÉ D’UN PLAN B »

      Chevènement jette l’éponge et ne sera pas candidat, ce dont on se doutait. Il était crédité de 0,05% des intentions de vote.

      • Je ne vois pas en quoi cela pourrait contredire mon commentaire, bien au contraire:
        « C’est toujours les meilleurs qui partent les premiers », comme on dit souvent !

        NB: le caractère provisoire de la candidature Chevènement était annoncé à l’avance par lui-même:
        « Ma candidature a un rôle pédagogique, pour faire bouger les lignes… »
        Espérons qu’il en a été ainsi et que ses colègues du PS, si insistants pour qu’il se retire, en auront retiré, eux, quelque chose.
        En tous cas, sa « pédagogie » continue de s’exercer à travers son blog.

        • Le retrait de Chevènement est une bonne chose,car cela clarifie la situation et ce politicien a déjà fait assez de dégâts en 2002!
          D’autres candidatures ridicules pourraient également disparaître. Mais,en fait,comme pour le moment,elles sont plus nombreuses à droite qu’elles se maintiennent,ça fait autant de voix de moins pour Sarko au 1er tour!!!

          • Qualifier de « politicien » quelqu’un qui composa le programme commun avec Mitterrand, et qui n’a pas hésité à démissionner par trois fois d’un poste de ministre lorsque le PS s’en est éloigné, c’est la meilleure !

          • On refait l’histoire à sa façon… Allez ok à la rigueur pour sa première démission mais la seconde était lié à la guerre du Golfe et la troisième à la question corse, deux sujets qui n’ont rien à voir avec le programme du PS ou la position du PS sur l’Europe.

  11. a quoi servent ces messages si vous ne faites que vous congratuler.

    ce serait intéressant que vous ayez l’esprit critique.

    vous allez peut être m’éliminer comme hier !
    Ca ne fait rien, j’assume!

    • Un commentaire sans auto-congratulation:

      ON EST EN TRAIN DE SE RUINER EN RESTANT SOUS L’EURO!

      Après les protections douanières, la zone euro a fait sauter la dernière variable régulatrice des équilibres économiques entre Etats: le taux de change des monnaies.
      Rien d’étonnant, donc, à ce que les pays du sud s’enfoncent irrémédiablement, sous monnaie unique, dans le déficit et la dette vis à vis de ceux du nord aux monnaies anciennement plus fortes. La variable d’ajustement a disparu. D’où la dérive divergente des économies de la zone euro.
      Un petit rappel pour la France:
      Lorsque s’acheva l’introduction de l’euro, sous sa forme fiduciaire (janvier 2002), notre balance extérieure devint aussitôt après pour la première fois globalement déficitaire, de peu en 2003, puis de 5 milliards en 2004, de 24 en 2005, de 30 en 2006, de 42 en 2007, de 56 en 2008, …et nous en sommes à 75-80 milliards prévus pour 2011 !
      Devant cet état de fait, les admonestations d’auteurs comme Bayrou (2012, état d’urgence) ou Peyrelevade (France, état critique), qui invitent à imiter l’Allemagne, ressemblent à un aveu d’échec: autant demander à la Sicile de devenir la Bavière ! Même un Etat unifié depuis des siècles, comme la France, garde encore un important differentiel régional que seule la redistribution nationale permet de compenser.
      Après des années d’européisme béat à Bruxelles, de mondialisation à l’OMC, et d’anti-protectionnisme acharné, on en est maintenant venu à clamer: « acheter français, produire français », des cris de désespoir qui ressemblent fort au « buy british » qui n’empêcha pas le Royaume Uni de perdre son industrie.
      Les européistes convaincus en appellent au fédéralisme, seule solution viable pour continuer dans la même direction. Malheureusement, la route est barrée par les dispositions constitutionnelles de la cour de Karlsrhue qui l’interdisent… L’Allemagne exportatrice veut bien profiter de la consommation européenne captive en euros-marks, mais sans promiscuité excessive.
      Impasse, voie sans issue! Voilà ce qu’a dû se dire Georges Papandréou avant de céder la place à un ex-Goldman Sachs. L’ennui, pour eux comme pour nous, c’est d’avoir été amenés jusque là, sans billet de retour: l’inquiétude pointe à nouveau pour le Portugal et d’autres, en attendant notre tour dont le défaut serait ingérable par les banques…
      Et dire que ces apôtres de l’euro-mark comme monnaie unique, de Delors à Strauss-Kahn en passant par Giscard, étaient tous les meilleurs économistes qui soient ! Ça en dit long sur les autres…

      Hollande, lui n’a pas ce souci:
      Se contentant du petit jeu à somme nulle qui consiste à déplacer les mêmes pièces que l’UMP sur l’échiquier de l’euro-libéralisme et de la mondialisation galopante, il semble avoir fait sienne la devise:
      « Il n’est point de problème que l’absence de solution ne finisse par résoudre » !

  12. a quoi sert ces messages si vous ne faites que vous congratuler.

    ce serait intéressant que vous ayez l’esprit critique.

    vous allez peut être m’éliminer comme hier !
    Ca ne fait rien, j’assume!

  13. Les sondages n’ont pas valeur d’élection. François Hollande sait que rien dans la vie, n’est gagné d’avance ! Combatif il est,combatif il sera …Jusqu’à la victoire du peuple de France!Son élection n’étant qu’une étape(certes décisive),vers le redressement de la France.Le changement,c’est maintenant.

  14. Bravo Pierre pour cette prestation sans faille qui remet les pendules à l’heure sur la piteuse prestation de Sarkozy dimanche dernier !

Les commentaires sont fermés.