Dans les médias

Pierre Moscovici invité de Laurent Ruquier dans « On n’est pas couché »

Catégorie : Actualité,Europe / International,Politique | Par pierre.moscovici | 13/02/2012 à 19:36

Pierre Moscovici était samedi l’invité de Laurent Ruquier sur France 2.

Retrouvez son interview à partir de la 44ème minute :

Be Sociable, Share!

Tags: , , , , , , , ,


38 commentaires

  • xavier de villebrun dit :

    Parlons un peu du nombre de candidats;aux précédentes élections ,il y en a eu beaucoup trop. Cette fois-ci,on peut déjà se réjouir de 3 abandons et on en attend d’autres…En fait,6 candidatures actuelles suffisent pour balayer l’espace politique: 2 de gauche,2 de droite, une centriste et une verte. Toutes les autres( quels que soient les qualités ou les défauts des personnes)ne servent strictement à rien sinon à encombrer les bureaux de vote…Bien sûr,ce sont dans le meilleur des cas des candidatures de témoignage,sinon ,elles apparaissent carrément grotesques. On devrait modifier les conditions pour être signataire et en porter le nombre à 1000 en rétablissant éventuellement l’anonymat.C’est une modeste suggestion!

  • À gauche toute! dit :

    Enfin on sent que le Ps est à nouveau prêt à en découdre avec la droite arrogante et lepenisante de l’équipe du président actuel. Bravo M. Moscovici pour ce dynamisme, ce réalisme politique et ce professionnalisme. Continuez sur cette lancée et François Hollande sera élu pour le plus grand bien de la France et des français.

  • Gargamel dit :

    Je suis rassuré de lire sur ce blog un certain nombre de réactions de la part de citoyens réalistes… A propos d’emplois fictifs, la liste serait longue mais étant sur un blog socialiste, je tiens à saluer la performance de Mme Lyne Cohen-Solal qui, bien que condamnée (dans une affaire lilloise), continue à exercer son mandat municipal parisien en toute tranquillité. Le plus risible reste tout de même le petit article sur son site dédié à la condamnation récente de Jacques Chirac (je ne suis encarté nulle part pour éviter toute suspicion). Qu’en disent MM Delanoë, Moscovici et consorts ? Rien de neuf sous le soleil. La vie est belle.

  • Jonas dit :

    Bonne prestation.
    Nicolas Sarkozy a endetté le pays comme jamais, il a mené une politique à la fois terriblement injuste et terriblement inefficace, voire nefaste, économiquement, il a diviser les français, abaissé la démocratie, attaqué , amplifiant les effets de la crise, notamment sur le chômage, certains fondements de la République, son bilan est un désastre, et il se garde bien de le défendre ou de le mettre en avant. Et il a aussi menti, trahi et déçu les français.
    Il faut changer de président.
    François Hollande propose un projet à la fois ambitieux et crédible, un projet rigoureux mais tourné vers l’avenir, qui dit bien qu’il faudra des efforts, mais que les efforts seront justement partagé, que la justice guidera l’action. Il propose un projet qui a une vraie vision économique, un cap, une stratégie pour permettre la croissance tout en maitrisant les comptes publics. Un projet qui vise à réunir les français, à les rassembler autour d’un projet fédérateur : la réussite de la génération qui vient (et ce n’est pas une lubie, quand on voit le taux de chomage des jeunes !!)
    Dès le 22 avril, votons François Hollande !

    • FdG dit :

      Que c’est beau les militants et les éléments de langage qui vont avec.
      De la pure incantation.
      Si Hollande devient président, on en reparle dans 5 ans.

      Préparez la vaseline.

      • Jonas dit :

        Quels éléments de langage ? Quelle incantation ? Ce que je dit sur Sarkozy est un fait, et qu’il ne défende pas son bilan le prouve.
        Autrement, relisez le programme de Hollande. On peut débattre si vous voulez, mais quand il n’y à que du mépris.

        Justement, François Hollande, contrairement à Sarkozy en 2007, ne promet pas la Lune, il est le candidat de l’espérance lucide, l’espérance crédible, un candidat qui a une vraie vision, un projet fort, mais qui sait l’extrême difficulté dans laquelle se trouve le pays, spécialement l’état des finances publics, que Sarkozy a dangereusement aggravé, par delà la crise.

        • seb dit :

          A JONAS :

          Je ne pense pas que vous utilisez des « éléments de langage »…En revanche, votre optimisme est peut être un peu trop fort.

          Concernant M. SARKOZY, son bilan est effectivement désastreux. Non seulement il n’a pas obtenu les résultats espérés, mais en plus il se targue de réformes qui sont en violation du mandat qui est le sien !

          M. HOLLANDE n’est pas, non plus, exempt de reproches. Un projet ? Oui, il en a un. Mais de là à dire qu’il est crédible ? Fort ? Et pourra répondre – entre autres – à la problématique des finances publiques…Rien n’est moins sur !

          Je vous donne trois ex :

          –le « plan générationnel » : M. HOLLANDE – mais il n’est pas le seul – croit qu’il suffit de « décharger » fiscalement/socialement les entreprises pour qu’elles embauchent. Pourtant, la Cour des Comptes passe son temps à dénoncer cette croyance à raison.

          Un chef d’entreprise va engager du personnel – en CDI, CDD, etc. – s’il a des carnets de commandes bien rempli. Ou/et des perspectives (opportunités) lui donnant envie d’embaucher.

          Si ces conditions ne sont pas en oeuvre, et bien on aura des effets d’aubaine.

          En tant que chef d’entreprise, je préferais que M. HOLLANDE augmente le salaire des fonctionnaires. Pas pour leur faire plaisir, mais parce que ceux ci ne sont pas suffisamment riches pour placer leur argent à la banque et pas suffisamment pauvres pour être des clients désargentés. Autrement dit, augmenter (même artificiellement) le pouvoir d’achat des ménages (via les fonctionnaires) crééra une dynamique de consommation qui…Favorisera la production et donc l’embauche in fine.

          –Le « plan quinquennal » pour les finances publiques va se heurter au MES, dispositif européen dont j’ai beaucoup parlé, qui va permettre à un Ministre des Finances en plein conflit d’intérêt et violant la séparation des pouvoirs, d’engager notre pays sur trois budgets à venir…Pour commencer !

          Autant dire que valider le MES et vouloir des finances saines n’est pas compatible. Si vous perdez la maitrise de vos comptes – parce que quelqu’un peut retirer à loisir l’argent qui s’y trouve – vous ne pourrez pas améliorer votre situation budgétaire ! Et il est fort probable que votre banquier vous incitera à résilier la carte bleue fautive !

          –la « renégociation » du « traité » : M. HOLLANDE veut renégocier un traité (grand bien lui fasse) alors qu’il a (d’ors et déjà) les moyens de le dégommer (truc juridique déjà mis en avant). S’il avait réellement le désir de ne pas ratifier un mauvais traité – de l’aveu de son directeur de campagne – il utiliserait la formidable opportunité qui est sienne, de disqualifier son concurrent le plus redoutable tout en proposant (dès maintenant) à nos partenaires la « solution HOLLANDE ».

          Comme il ne fait rien dans ce sens, je vous avouerai être plutôt sceptique. Surtout que dans le même temps, celui qui dénonce l’alignement de la France sur l’Allemagne, ou l’asservissement de notre pays via M. SARKOZY à la politique rigoriste de la Chancelière (au passage battue par la réalité et critiquée par les économistes et les agences de notation)…Se garde bien de parler du « six packs » ou « pacte euro + » qui aligne (justement) le pays sur la seule politique allemande !

          Comment, dès lors, faire confiance à ce personnage ? Vous avez pour lui (semble t il) la foi de Jeanne envers son « Dauphin »…Mais Charles VII, même s’il fut un instrument indispensable du retour du pays dans le monde…N’est pas exempt de reproches. Ingrat envers Jeanne, servile avec les puissants, peu compatissant envers ses sujets, infidèle et très facilement influençable. (Généralement par des personnes voulant du mal à la France !)

          François HOLLANDE peut être un Charles VII en devenir. Mais il peut tout aussi bien être Louis XVI, un roi bon, ayant beaucoup d’espoir à porter sur ses épaules et le désir de changer les choses…Mais toujours indécis, toujours influencé, toujours tiède…Avec des accès de colère/violence visant à compenser ce caractère peu volontaire.

          On sait où l’espoir finit…Un 21 janvier 93.

          • Jonas dit :

            En effet, je n’utilise pas d’éléments de langage. (je ne vois pas comment, je ne suis pas au PS, simple sympathisant…) Mon optimisme est trop fort ? je ne sais pas. Et nul n’est exempt de reproches.
            Passons à vos exemples.
            – Le contrat de génération vise à lier les générations, lier les séniors qu’on envoie trop tôt à la retraite et les jeunes qui peinent tant à rentre dans le monde du travail, le contat de génération vise donc à favoriser l’emploi de ces deux catégories, et à permettre ainsi une transmission du savoir. Etant fonctionnaire moi-même, j’approuve l’augmentation du salaire des fonctionnaires, mais je ne sais si l’Etat en a les moyens, d’une part, d’autre part j’opterais, le cas échéant, plutôt pour un meilleur système de primes, des primes plus avantageuses, et ce pour les petits fonctionnaires (catégorie C surtout, B aussi), plutôt d’une amélioration forte du point d’indice (je pense que là l’Etat n’en a pas les moyens, même si ce serait bien).
            – Je ne suis pas assez calé pour vous répondre sur le MES.
            – Sur la renégociation du traité, c’est au contraire judicieux d’attendre l’élection présidentielle pour renégocier car alors, une fois élu président (espérons le), François Hollande aura bien plus de force et de légitimité pour renegocier.

  • Flamby or not Flamby dit :

    Les journalistes ne devraient-ils pas également s’intéresser d’un peu plus près au mode de fonctionnement de la fédération socialiste du Pas de Calais, empêtré dans un scandale de corruption dénoncé… par l’incontournable Arnaud Montebourg ?

    François Hollande a-t-il découvert dans les journaux que le parquet de Lille avait ouvert au printemps dernier une enquête préliminaire sur un système d’emplois fictifs et de financement occulte du PS local (l’une des principales fédérations socialistes de France).

    La justice s’intéresse notamment à la gestion par le député-maire de Liévin, Jean-Pierre Kucheida, de la Soginorpa, un important bailleur social financé par des fonds publics et dont M. Kucheida est président. Plus de 1,5 million d’euros de dépenses non justifiées poseraient notamment problème à la Chambre régionale des comptes.

    Ne serait-il pas pertinent de demander à François Hollande, au titre de ses mandats à la tête du PS, de se positionner par rapport à des accusations gravissimes ? Ne serait-ce que pour les condamner et affirmer qu’il n’était absolument pas au courant de ce qui se tramait dans l’une des plus grandes fédérations socialistes de France.

    Dans la même veine, les journalistes ne pourraient-ils pas demander à Martine Aubry, dont on nous assurait qu’elle contrôlait le PS du Nor

  • Flamby or not Flamby dit :

    Un journaliste osera-t-il un jour demander à François Hollande de s’expliquer sur ses onze années de silence (ou d’ignorance ?) sur les dérives du système Guérini à Marseille ? Plus d’une décennie passée à la tête du parti socialiste et au cours de laquelle le candidat socialiste se sera montré particulièrement conciliant à l’égard de Jean-Noël Guérini.

    François Hollande pouvait-il vraiment ignorer les agissements du président du Conseil général des Bouches du Rhône (et accessoirement patron de la fédération socialiste) ? Est-ce un pur hasard si le Premier secrétaire du PS obtenait des scores staliniens (plus de 80%) dans les Bouches du Rhône lors des scrutins internes. Le salaire de son silence ?

    Car à en croire les premiers éléments de l’enquête policière ; mais aussi le témoignage d’Arnaud Montebourg (premier socialiste à avoir brisé l’omerta marseillaise) ; c’est une véritable organisation mafieuse qu’avaient mise en place Jean-Noël Guérini et son frère Alexandre Guérini, pour détourner des fonds publics et s’assurer le contrôle du département.

    Sans faire de procès d’intention à François Hollande, les Français seraient en droit d’avoir des réponses sur ce mutisme long de dix ans… et les journalistes ont le devoir de gratter ce sujet embarrassant et de ne pas se contenter du « on ne savait pas » servi par l’entourage du candidat socialiste.

  • Flamby or not Flamby dit :

    N’est-il pas troublant que le plus proche conseiller de François Hollande en matière de justice (à qui est d’ailleurs promis le ministère de la Justice en cas de victoire socialiste en mai prochain) fasse l’objet d’une plainte pour « harcèlement moral » de la part d’une ancienne collaboratrice… et qu’une deuxième plainte soit en passe d’être déposée en Isère pour « concussion » ?

    C’est en effet dans l’indifférence générale qu’André Vallini, connu dans les couloirs de l’Assemblée Nationale (et aujourd’hui du Sénat) pour ses méthodes managériales « atypiques » (valse des collaboratrices et embauche d’une Miss comme attachée de presse) et ses coups de sang incessant, fait l’objet de deux plaintes et continue comme si de rien n’était à faire le programme Justice du candidat Hollande.

    Alors que le syndicat des attachées parlementaires de l’Assemblée Nationale (Uncp-Unsa) a publiquement soutenu la plaignante et dénoncé la « grossière manipulation et les méthodes contestables » d’André Vallini, ne serait-il pas opportun que des journalistes demandent à François Hollande comment il voit les choses en matière de « harcèlement moral » et de « discrimination par l’âge » ?

  • guillaumeA dit :

    La vrai campagne de commence.

    Je penses que Sarkozy va taper très très fort, c’est son seule moyen de gagner cette élection. Son plan est de tout vouloir faire exploser pour faire passé Hollande pour le conservateur.

    Je suis persuadé que François va perdre dans les sondages car le matraquage médiatique va faire de l’effet.

    Membre du PS, je ne suis pas d’accord avec la stratégie actuel qui est de ne pas faire peur.

    On peut proposer plus, les gens avec la crise peuvent entendre des choses plus radicale.

    Les gens pour l’instant veulent juste plus de sarkozy mais ils veulent surtout des solutions.
    Une petite musique commence a être entendu, « on va voter Hollande mais ce Melenchon c’est pas mal » ou alors « pour l’instant c’est Hollande mais va t’il vraiment changer les choses ».

    Il faut se bouger et arrêter de croire que c’est jouer.

    • J'aime pas les riches dit :

      D’autant plus que Hollande a commis un premier faux pas lourd de conséquence en allant dire à Londres que les communistes n’existent plus en France!!!
      Tout çà pour corriger l’effet désastreux pour la City avec son « l’ennemi c’est la finance » du Bourget.
      Il risque vite d’apparaitre pour ce qu’il est: un « habile » qui ménage sans cesse la chèvre et le chou.
      11 ans premier secrétaire ont laissé des traces. On ne se refait pas.
      Il a été détesté et méprisé pour cela. Il le sera demain pour les mêmes raisons.

      Et l’UMP ne tardera pas à le marteler…

      • Gaucho Marx dit :

        Il a dit çà aussi:
        « La gauche a gouverné pendant quinze ans, durant lesquelles nous avons libéralisé l’économie et ouvert les marchés à la finance et aux privatisations. »

        Il est vrai que c’est rassurant, non?

  • xavier de villebrun dit :

    Au vu des sondages,il faut vraiment que Le Pen puisse se présenter. En effet,si elle est absente,Sarko fera au moins 35% des voix et sera évidemment en tête ,ce qui,bien sûr et heureusement,ne lui garantira pas la victoire ,mais lui donnera un sérieux plus auquel il tient beaucoup. D’ici le 16 mars,il nous faut donc réfléchir à ce problème et sérieusement…

  • Tom dit :

    Je suis entrain de me dire qu’après avoir sacrifié un peu de son temps pour observer les programmes de chacun et choisi son candidat. Il ne sert strictement à rien de regarder la campagne présidentiel, c’est une perte de temps, où chaque candidat rabâche les même choses sur des plateaux différents, la seule chose qui change c’est la question sur la polémique du jour ( ou de la semaine ). Et bien sur, sur chaque plateau on glisse un tacle à son adversaire, sa donne de l’inspiration aux journalistes ‘ un tels à di sa, l’autre a dit sa Ouhhhh que c’est chaud ‘ Les hommes politiques nous font aussi toujours croire qu’ils ne prêtent pas attention au sondage alors que c’est le seul baromètre avant une élection si mauvais soit-il.
    La campagne présidentiel c’est aussi une grande perte de temps à lire des articles inutiles rédigés par bon nombre de soit disant spécialistes politique, alors qu’il ne sont spécialistes que de politique politicienne ( pas tous, mais bon nombre… ) pour ceux qui ne connaisse pas ce mot, c’est simple, l’on parle de politique lorsque l’on aborde des sujets de fonds peu importe qu’ils soient liés à l’économie à la justice …. et l’on parle de politique politicienne lorsque l’on parle des relations entre Sarkozy et Devillepin ou de Rachida Dati et Fillon ou encore Aubry et Hollande , de ce qui nous sert à rien dans l’absolu.
    Bref’ Pour moi la campagne présidentiel n’aura duré qu’une mâtiné devant mon écran à scruté les programmes de chacun. Tout le reste n’est que du bla bla…

  • seb dit :

    Quelques remarques :

    **J’ai beaucoup apprécié cette émission. Le débat était très intéressant : il y a eu beaucoup de questions et très pertinentes, mention spéciale donc aux deux chroniqueuses qui ont fait le job comme on dit ; j’ai noté une belle combativité de la part de notre hôte ; il y a eu beaucoup d’échanges ce qui rendait captivante l’émission et dynamiques les interventions. On était donc très loin de l’émission réglée pour ne pas dire orchestrée avec des journalistes choisis par le Président, l’interrogeant sur des thématiques convenues sans possibilité ou/et volonté de rebondir.

    **La prestation de notre hôte a été – comme je l’ai déjà dit – très bonne en terme de combativité. Ce soir là, M. MOSCOVICI vous aviez mangé du lion ! Sur la forme donc, un homme politique qui en veut, qui défend avec ardeur et quasiment avec passion, tant son candidat que la plate forme qu’il défend et – plus surprenant peut être – un politicien qui se livre beaucoup sur le plan de l’intimité. (Souvenirs, souvenirs…)

    **Sur le fond, j’ai trouvé que notre hôte se défendait (lui et le projet) assez bien…Même si (et ce n’est pas étonnant), à mon sens, il n’a pas réussi à donner de la cohérence et de la crédibilité aux manques/contradictions soulignés par les deux chroniqueuses. Ce qui explique peut être (pour ne pas dire tout à fait) qu’au bout de quelques minutes, on ait pu (mon entourage familial, amical, professionnel) ressentir une certaine gêne dans les réponses/évitements de M. MOSCOVICI.

    J’ai noté les moments les plus criants à mes yeux :

    –L’explication du ralliement à M. HOLLANDE : lors de cette séquence, notre hôte a cherché à faire accroître que, dès le début, il voulait soutenir l’actuel candidat du PS…Et mieux encore, que ce dernier – avec qui il avoue ne pas avoir eu de liens particuliers – souhaitait dans sa prime jeunesse (politique) accéder à la présidence ! De toute évidence, notre hôte en a fait trop. J’aurai préféré qu’il se révèle plus honnête. A savoir qu’il croyait mordicus dans les chances de DSK et que, cette perspective s’éloignant de jour en jour, il a préféré miser sur un autre cheval. Lequel lui apportait – sur le plan politique – des perspectives sans doute plus éminentes que celles faites par Martine ou consorts.

    Même chose s’agissant du candidat HOLLANDE ! Au lieu de nous brosser l’histoire délirante d’un homme qui, quasiment dès le berceau, avait des ambitions présidentielles – dans le seul but de cadrer avec la petite phrase du moment – il eut été plus sage et plus pertinent de faire remarquer que le candidat du PS est un homme qui agit par devoir plus que par ambition…Un peu à la manière d’un certain DE GAULLE qui n’avait sans doute jamais compté se retrouver à un tel poste…Et a assumé la fonction avec une telle majesté que depuis il en est la référence ! Ou d’un Charles VII, par désireux pour un sou, d’exercer la fonction royale…Mais qui l’a accepté par sentiment de loyauté envers le pays !

    Personne ne va vous suspecter, M. MOSCOVICI, d’être un militant tiède si vous reconnaissez que M. HOLLANDE ne fut pas votre premier choix ! Même en amour, le premier n’est pas forcément le grand ! Et si M. HOLLANDE ne pense pas à l’élection présidentielle depuis son enfance, ce n’est pas non plus grave. Henri IV ne s’était pas préparé à la perspective d’assurer la continuité dynastique…Il s’en est pas mal tiré, non ? Louis XV reçu le meilleur enseignement pour ce faire…Il n’en finit pas moins détesté par ses sujets !

    –La question européenne : beaucoup de contradictions mises en lumière par les chroniqueuses qui ont assombri le bon départ pris, via l’explication du cheminement d’une révision du traité de Lisbonne (il ne s’agit aucunement d’un accord intergouvernemental. Et pour cause, si tel était le cas il violerait les textes en vigueur !)

    J’observe ainsi que notre hôte ne fait aucun lien entre l’arrivée de l’euro (traité de Maastricht, traité d’Amsterdam)…Et la croissance (tant française qu’européenne) ! Pourtant, c’est bien depuis l’euro que nous avons un pouvoir d’achat en berne (1), une compétitivité européenne entre membres de la zone euro (2), une croissance molle (3) ! D’ailleurs, M. MOSCOVICI accrédite, par ses propos, une telle vision : si la période de 97 à 2002 a été (globalement) si bonne…N’est ce pas parce que l’euro n’était pas en place ? Dès lors, puisque l’Europe fonctionnait mieux à cette époque…Pourquoi refuser d’évaluer l’euro ? Comme on le fait pour n’importe quelle politique ?

    Ce sont bien aussi les traités européens qui préconisent une règle d’or – qu’est ce donc que le pacte de stabilité ? – qui sanctuarisent la concurrence au détriment d’un monopole public bienfaisant (4), qui interdisent l’émergence de champions nationaux (5) (Acte Unique) ou qui empêchent notre pays de faire appel à sa souveraineté monétaire (6) ! La cohérence voudrait donc que M. MOSCOVICI défende aussi bien la non ratification du compromis (et non accord intergouvernemental) défendu par ses opposants politiques, que la suppression (ou le remplacement) du traité de MAASTRICHT ! (Qui de fait, a gravé dans notre Constitution une telle règle !)

    Quant au plan B, concernant le TCE…Il y en avait un : proposer un meilleur traité ! On l’a bien fait quand le Parlement a rejeté la CED ! Le résultat ? La PAC ! En a t on été marri ?

    Bref, ce que l’on en retient, c’est que M. MOSCOVICI voudrait pouvoir liquider la France au profit d’une Europe supranationale mais ne sait pas comment vendre l’idée aux Français. Là encore, un peu d’honnêteté intellectuelle aurait été bienvenue. On peut – j’estime les personnes qui ont ce désir autant que celles qui le combattent – très bien défendre semblable concept. Mais alors de manière claire…Pas masquée !

    –La laïcité : là encore, il convient de donner des points aux chroniqueuses. La défense de notre hôte ne tient pas la route.

    Vouloir inscrire dans la Constitution un grand principe pour tous sauf une partie de la Nation, c’est porter un coup à l’égalité des citoyens en droit ! Je vous rappelle que la DDHC n’est pas révisable ! Donc, inscrire une telle contradiction dans notre texte constitutionnel c’est violer purement et simplement le mandat présidentiel de garantie des dits droits reconnus à la Nation ! Jusqu’ici, le Concordat ne pose pas de problème puisque personne n’a soulevé son caractère inconstitutionnel. C’est comme pour une loi : sur le plan juridique elle est légale.

    Mais qu’un citoyen vienne à défendre son inconstitutionnalité et voilà votre loi (fut elle constitutionnelle) battue en brèche, hiérarchie des normes oblige. Le PS, qui a souvent l’usage d’une QPC a priori…Peut il vraiment ignorer quelle réponse sera forcée de donner le Conseil Constitutionnel, si un Lyonnais (pour ex), désireux de travailler le dimanche en Alsace Moselle (et d’y faire bosser son personnel) le saisissait pour invalider le Concordat au nom de la DDHC ? Et au nom…De la Charte des droits ? (Lisbonne)

    –Je termine avec la question des parrainages. Séquence qui m’a le plus marquée sur le plan des valeurs de notre hôte. Qui me paraissent bien éloignées de celles d’un homme se disant «de gauche».

    En effet, notre hôte explique qu’il ne se sent pas concerné par la situation de Marine (1), qu’il ne voit pas pourquoi il devrait solliciter des maires pour lui apporter des signatures, (2) et qu’il ne comprend pas pourquoi il devrait le faire, puisqu’il ne se sent pas proche des valeurs de ce parti (3) ou de sa candidate (4).

    Sur les deux premiers points, je suis assez d’accord. Pourquoi se préoccuper de Marine et pas des autres, qui ont eux aussi besoin de signatures ? Pourquoi solliciter des maires socialistes pour qu’elle obtienne ses signatures ? Privilégier Marine serait en contradiction avec la règle commune et l’égalité des citoyens en droits. Demander aux maires un geste qu’ils ont pour l’heure refusé, porterait atteinte au caractère non impératif du mandat du maire et le PS se mettrait aussitôt en porte à faux en accréditant la rumeur qui veut qu’il fasse pression sur ses élus locaux.

    Sur les deux autres en revanche, il y a quelques raisons d’être choqué. En tant que membre d’un conseil municipal, notre hôte devrait savoir qu’un maire qui parraine un candidat ne lui apporte pas son soutien. Les élus qui parrainent – via des subventions publiques – des pièces de théâtre, des groupes de musique ou donnent des noms célèbres à des ponts, ne sont pas nécessairement des soutiens des parrainés ! Ou alors M. COLLOMB a bien caché sa passion secrète pour R. BARRE !

    Un élu de gauche devrait aussi se souvenir de la très célèbre tirade du grand philosophe Voltaire : je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites mais je me battrais jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire.

    Ce qui valait pour un abbé – Voltaire était un défenseur passionné de la laïcité – ne vaudrait donc pas pour une candidate aux opinions divergentes de celle de notre hôte ?

    Les chroniqueuses font appel à la démocratie. Les Lumières me semblent être encore plus clairvoyants (si l’on me permet ce jeu de mots) en la matière ! Puisque les valeurs françaises découlent de la philosophie de ces derniers – notamment celles de gauche – n’est ce pas les renier que de refuser à Marine (et consorts) un acte qui manifeste tant l’envie de se battre sur des idées que la tolérance pour ce qui est différent ?

    La loi ne considère pas que le FN est un parti non républicain. Puisque notre hôte s’appuie sur icelle pour justifier l’égalité des candidats devant les parrainages (et justifie par ce biais l’absence d’aide du PS en direction de Marine)…Ne devrait il pas être cohérent jusqu’au bout ? C’est à dire respecter en le FN un parti républicain – jusqu’à changement de la loi en vigueur – au même titre que tout autre ?

    Dès lors, sans apporter un quelconque soutien à Marine – et consorts – il eut sans doute été plus galant (Marine est une femme) et plus respectueux de la République comme de la France, de faire un communiqué disant clairement que le PS n’engagerait aucune sanction d’aucune sorte à l’endroit de ses élus locaux si telles étaient leur crainte (ainsi on répondait aux accusations de Marine) pas plus qu’il ne solliciterait lesdits élus pour qu’ils donnent des signatures à celle ci (ainsi le PS reste fidèle à sa ligne de conduite)

  • Gargamel dit :

    Monsieur Moscovici, il vous arrive d’aller siéger à l’assemblée nationale ? http://www.nosdeputes.fr/pierre-moscovici
    Je m’interroge en regardant vos statistiques sur votre présence (ou plutôt votre absence) au cours des 12 derniers mois. Que dire du taux de présences de votre candidat F.H. qui sèche davantage les séances de l’hémicycle ? Je vous propose de m’absenter quelques jours de mon travail et on verra ce que dit mon employeur : qu’en pensez-vous ? Je suis prêt à prendre le risque même si je suis loin de percevoir comme salaire ce que vous percevez comme indemnités. Quelle honte pour la démocratie.

    • seb dit :

      Une fois n’est pas coutume – généralement je suis doublement sévère : en tant que citoyen, en tant qu’ancien politique (maire) – je vais me faire l’avocat du diable.

      **Pour commencer, notre hôte est un député qui se situe dans la moyenne en terme d’assiduité et de constance. En témoigne le fait qu’il ne fasse pas partie des députés mis à l’index par le site (1) dont vous trouverez la liste ci dessous, mais également les graphes associés à son activité. En cliquant sur le plus actuel – qui récapitule la session des douze derniers mois – vous observerez que, comparativement aux années précédentes, notre hôte est plutôt constant en terme de présence ! Même si l’on peut noter – et cela s’explique sans doute par la révision constitutionnelle de 2008…A moins que la médiatisation des absentéistes n’y soit pour quelque chose ! – qu’en 2009, le député a considérablement augmenté sa présence en commission ! (2) Pour ensuite la stabiliser les mois suivants.
      http://www.nosdeputes.fr/confiseurs/2011/

      **Ensuite, notre hôte n’a pas délaissé ses fonctions parlementaires. Il a continué d’écrire aux Ministres, de se rendre dans les commissions – notamment celle des finances – et signe incontestable de sa position au sein du groupe (socialiste), a pu interroger oralement un Ministre (3) sur un sujet qui ne relève pas directement de sa spécialité (quoique) : l’accord européen. (4) Sans doute ce choix n’est il pas étranger à la place qu’occupe actuellement notre hôte dans l’équipe HOLLANDE et à son expérience ministérielle…Il n’en demeure pas moins que cela manifeste l’estime de ses petits camarades, qui auraient fort bien pu laisser Mme GUIGOU prendre la parole, puisqu’elle est (en association avec Mme TRAUTMANN) chargée des questions européennes.

      Bref, M. MOSCOVICI est plutôt assidu et constant.

      En revanche, M. HOLLANDE mérite un sévère blâme. Non seulement il fait partie des députés affectionnant l’Assemblée buissonnière, mais en plus il s’avère qu’il est dans le peloton de tête, s’agissant des pénalités ! (Même si, comme le souligne les auteurs du rapport, la partialité règne en maîtresse ici, les sanctions étant prises à la tête du client !)

      De quoi, effectivement, s’interroger sur le sérieux de sa candidature pour la présidence. Et donner un poids certain aux opposants au cumul des mandats…!

      A ce propos, je dois dire que je compte plus sur Martine que sur François pour tenir cet engagement. Lors des primaires, il était question de mettre en œuvre le principe en 2014. Après de nombreuses attaques, M. HOLLANDE nous promettait la chose dès 2012…Pour les législatives.

      Et si l’on en croit ses derniers propos, nous voilà revenu en 2014 ! Bref, l’assiduité (au travail) et la constance (dans les opinions) n’est pas le fort de François !

      **Pour finir…Je trouve assez formidable la « paire » formée par notre hôte et M. HOLLANDE dans ces conditions. Si nous avons là la paire du prochain Exécutif, j’avoue que j’en serais très heureux. L’association des contraires est souvent une bonne chose pour le pays.

      Je vais regarder d’un oeil encore plus averti l’évolution de cette « alliance » pendant la campagne. A mon sens, cela jouera dans le vote des Français, peut être même plus que la seule personnalité de M. HOLLANDE.

    • domi 25 dit :

      Moi aussi je mérite MA PLACE comme Député,Sénateur,Président de la République. Parce que c’est MOI! Je n’ai pas besoin du suffrage des Electeurs! J’en suis bleu de rage. Bien le bonjour à la SchtroUMPfette.

  • Marc dit :

    Un Moscovici sobre, efficace et précis…

  • Gargamel dit :

    Effectivement on peut s’étonner de l’agressivité de Natacha Polony. « Si la laîcité est menacée, c’est pas par nous, mais par ceux qui dirigent ce pays ». Monsieur Moscovici, j’avais beaucoup de respect pour vous.. mais là vraiment vous me consternez. Mme Polony a oublié toutes les mosquées qui sont construites depuis plusieurs années par des mairies UMP et.. PS en détournant magnifiquement la loi de 1905 grâce à un financement de la partie culturelle. Par le même stratagème les parisiens vont avoir droit à la construction de l’Institut des Cultures d’Islam pour la modeste somme de 20 millions d’euros. Certains de ces établissements sont contrôlés par l’UOIF (je vous laisse chercher sur Google), mais le clientélisme n’a pas de limites. Mme Polony y a fait allusion mais quid des revendications communautaristes à l’école (rapport Obin, rapports du Haut Conseil à l’Intégration). Quand j’entends tous ces responsables politiques accuser le camp adverse de diviser les français, je préfère sourire… on en reparlera dans 10, 15 ou 20 ans quand le comnunautarisme sera tellement présent qu’il deviendra ingérable et source de conflits majeurs dans l’espace public. Je ne m’inquiète pas pour les élites qui nous auront tranquillement conduit vers ce désastre : elles couleront des jours heureux au soleil…

  • J'aime pas les riches dit :

    Bonne nouvelle! Selon Hollande il n’y aurait plus de communistes en France!
    Quoique…
    http://www.liberation.fr/politiques/01012389921-un-entretien-de-hollande-dans-la-presse-britannique-courrouce-melenchon

  • marie mcb dit :

    Excellente intervention face à des interlocutrices dont la qualité première n’est pas la finesse …
    Francis Huster a expliqué avec beaucoup de sensibilité et une diction parfaite son cheminement personnel pour le choix d’un vote aux élections présidentielles.
    Son ton était d’une émotion et d’une gravité profondes.
    Il réflétait la gravité que chacun peut ressentir en son moi intérieur, au moment où il ou elle glisse son bulletin dans l’enveloppe, dans l’isoloir.
    Cet immense acteur qui a interprété Lorenzacio et Hamlet, nous a fait ressentir d’une façon poignante la gravité du choix.
    J’ai compris hier soir que les chroniqueuses de Laurent Ruquier ne sont pas choisies pour leur objectivité ou leur finesse de jugement mais bien pour leur sectarisme car le sectarisme est profondément ridicule et néanmoins tres difficile à combattre.
    Quand l’interlocuteur est profondément loyal et honnête comme l’est Pierre Moscovici, le sectarisme des chroniqueuses en est d’autant plus flagrant.
    Juste à côté, les questions de Duhamel etaient tres fines et tres justes.
    La pertinence des questions fait toute la différence entre un grand journaliste et des chroniqueuses.

  • sitbon dit :

    j’ai apprecie votre intervention et votre fermete vis a vis de M Vauqiez. Il serait interessant de faire le calcul du cout de la tva sociale pou un smicard et de comparer cette somme a l’augmemtation de IRPP au dela de 150000 euros cela concernera quel revenus mensuel?

    • Christine R dit :

      C’est exact, mais j’aurais aimé malgré tout entendre une réponse de Pierre Moscovici concernant l’imposition des classes moyennes, liée directement à la suppression de certaines niches fiscales qui ne concernent pas que les riches. Ce n’est pas la première fois que j’entends soulever cette question, qui aurait sa place dans un débat plus appaisé et interesse beaucoup de français.

  • xavier de villebrun dit :

    On a eu l’impression que Pulvar provoquait ses interlocuteurs socialistes ou réputés de gauche(Guillon)pour qu’ils pètent les plombs et parlent de Montebourg, ce qui lui aurait permis de se draper dans sa dignité de femme outragée:elle a réussi avec Guillon, mais échoué avec Valls et P.M….
    Ainsi, Boutin la politicienne la plus comique de la scène française se rallie à Sarko et lui donne pieusement ses précieuses voix(0,1%). On a les appuis qu’on mérite!!! De plus, il n’est pas sûr que les voix de Boutin aillent à Sarko, mais tout aussi bien à Bayrou ou à Le Pen, 0 pour nous mais qui sait?…

  • lilide france dit :

    mde PULVAR ,à fait semblant d’attaquer MR MOSCOVICI ..son compagnon fait partie de la même famille socialiste .. j’ai trouvé ce débat hyppocrite …. enfin bon … les français vont si mal .. je crois que ce n’est pas avec les socialistes qu’ils iront mieux ..ceux qui croient se faire aider ..en tomberont que plus bas .. j’ai vôté socialiste en 81 .. jamais plus ça .. il nous faut des têtes nouvelles ..depuis 81 nous avons les mêmes et la FRANCE s’enfonce… et s’enfoncera de plus +en+ …

    • Rueff dit :

      Voilà qui est très curieux.Comment avez-vous pu voir la « tête » de Pierre Moscovici en 1981? A l’époque, il était certainement plus préoccupé par la réussite de ses études que par une présence médiatique quelconque.

      • lilide france dit :

        je n’ais pas vu la tete de MOSCOVICI … mais toute sa famille socialiste c’est pareil … et on va avoir les mêmes ..JOSPIN …FABIUS . AUBRY …BAYLET ect ect .. ils sont tous derrière la porte ..qu’elle s’ouvre .. moi je vous ce n’est pas sûr !!

        • Christine R dit :

          C’est vrai lilide france, on va encore revoir les mêmes qu’en 81: François Mitterand, Pierre Beregovoy, Gaston Deferre, Louis Mexandeau, Michel Jobert, Pierre Drefus…
          C’est bien ennuyeux tout ça!

        • Pablo dit :

          Dans l’hypothèse d’une victoire de la gauche en mai prochain, Hollande ne va certainement pas composer un gouvernement exclusivement d’anciens ministres.

          Quand la gauche a gagné les législatives en 1997, Jospin a formé un gouvernement avec beaucoup de nouvelles têtes et quelques (jeunes) anciens ministres (DSK, Aubry).

          Jospin a quitté la vie politique en 2002. Hormis quelques interviews ici ou là et sa présence à certains meetings, il a clairement tourné la page. Il n’est candidat à rien.

          La plus part des socialistes de premier plan de 1981 ont quitté la vie politique ou viennent de la quitter (Badinter).

        • Christine R dit :

          22:43
          Aubry en 81???
          de mieux en mieux!

  • Bonjour,

    j’adhère au discours, on ne peut que gagner………la France et les français vont si mal, la vague espoir est derrière vous. ohhhhhh merci.

    cordialement

    Alain Schoenacker,

    Président d’Epine de France
    0607414106
    http://www.epinedefrance.net

    PS: Nous pourrons fêter une partie de notre victoire le dimanche 10 juin 2012 lors du premier tour des élections législatives qui coïncide avec Saint-Hip’aux cactus à l’Isle sur le Doubs.

Flux RSS des commentaires de cet article.