Dans les médias

Pierre Moscovici invité du Soir 3

Catégorie : Actualité,Politique | Par pierre.moscovici | 16/02/2012 à 11:49

Pierre Moscovici était hier l’invité du Soir3 sur France 3.

Retrouvez l’interview à partir de la 8ème minute :

Be Sociable, Share!

Tags: , , , ,


31 commentaires

  • lola dit :

    N.Sarkozy a commencé sa campagne en fanfare ; détendu ,joyeux ,plaisantant ,serrant les mains des commerçants contents ,dégustant fromages, chocolats, saucisson ….au milieu d’un joyeux brouhaha, entouré d’une foule réjouie, heureuse que son favori se soit enfin , officiellement ,déclaré ; et puis ,il va redonner la parole aux Français ; tout va très bien ,madame la marquise …

    • Marianne dit :

      Tandis que Hollande, c’est différent:
      « détendu , joyeux ,plaisantant,…
      entouré d’une foule réjouie, heureuse que son favori le soit enfin officiellement
      …il va redonner la parole aux français; tout va très bien ,madame la marquise… »

      On croirait entendre les Grecs qui espéraient en Papandréou…après Caramanlis !
      Mais Papandréou ne s’était tout de même pas compromis auprès des traders de la City!

      • lola dit :

        @ marianne :votre réponse est incompréhensible pour moi ; je vous abandonne à Papandréou ,à Marianne et à J.L.Mélenchon .

      • Marianne dit :

        Incompréhensible ? Qu’à cela ne tienne, je précise:

        Précision sur « l’énorme problème » du bilan grec revenu/dépenses, aux dernières nouvelles (90Md / 114Md):
        Un seul armateur grec interrogé alors sur « C dans l’air » avouait un chiffre d’affaires de 20 milliards d’euros pour zéro impôts.
        Et ils sont nombreux…(deuxième flotte marchande mondiale) !
        Conclusion: il y a collusion de longue date entre les pouvoirs politique et financier, contre lesquels le peuple grec s’insurge et ne peut pas grand chose. Lorsqu’un Caramanlis de droite ne plait plus, les médias aux mains des mêmes mettent en scène un Papandréou socialiste, et l’on repart pour un tour!
        C’est évidemment la même chose ailleurs:

        L’endettement public « auprès des marchés » est bien une arnaque pour les peuples, en deux temps:
        – les dirigeants politiques se font élire en perpétuant le clientélisme auprés des lobbies qu’ils ménagent (en Grèce, ce sont les riches armateurs et l’église orthodoxe qui sont exempts d’impôts, en France c’est Total, BNP, etc.).
        – c’est aux mêmes puissances financières que s’adresse ensuite l’emprunt de ce qui ne leur a pas été prélevé en impôts. C’est alors non seulement sauvegardé, mais ça rapporte une rente que l’on veut pérenne.
        Les agences de notation financières sont là pour rappeler aux peuples assujettis la carotte et le baton selon un scénario bien huilé qui fait jaser dans les chaumières (“le pays est endetté parcequ’il y a trop de fainéants…”)
        On ne dit pas ce qu’il advient chez les peuples modèles du capitalisme:
        En Europe, le pays qui a créé le moins d’emplois depuis 1999, c’est…l’Allemagne (qui délocalise en Europe de l’Est non-euro, pour nous revendre en euros).
        En Chine, la part salariale du PIB a fortement baissé malgré l’augmentation des effectifs, et les coûts unitaires de production ont diminué de moitié!
        C’est dire où passent la croissance et les bénéfices…

      • domi 25 dit :

        La faillite actuelle de la France pour vous, çà doit être de la faute aux Bisounours! Les Grecs eux,on fait la constatation suivante : Sarkozy et Merkel étaient d’accord pour tuer le référendum grec . Au fait,qui a désigné Sarkozy comme candidat à la présidentielle?

  • Marianne dit :

    HOLLAND-É-OÙ ?
    A Londres, auprès des marchés !

    Il n’y a aucune attaque grossière, mais précisément le désir de clarifier les choses. Voici le passage édifiant de Hollande:
    « La gauche a été au pouvoir pendant 15 ans, durant lesquels elle a libéralisé l’économie et ouvert les marchés à la finance et aux privatisations. Il n’y a absolument rien à craindre. »
    Lorsque certains le disaient, ici même, ils étaient taxés de mensonge !
    Alors aujourd’hui, qui ment? et OÙ-É-HOLLANDE ?

    Le Guardian ajoute:
    « Il a ensuite réitéré sa demande au long cours d’un changement dans le traité européen sur l’intégration économique, mais il a écarté l’idée d’une renégociation globale, préférant insister sur l’ajout de clauses concernant la croissance économique, à l’intérieur ou à l’extérieur du traité. »
    Cela nous rappelle l’ajout demandé par Jospin au « Pacte de stabilité: … et de croissance » !
    Cela avait fait rire Blair qui avait ironisé en enchaînant: … »et de la joie de vivre » !

  • domi 25 dit :

    Comment intituler le bilan Sarkosy à la tête du Pays? Un trou de mémoire! Un gouffre au fond duquel sont enfouies(croît-il),toutes les désillusions du Peuple de France. La France d’en bas va présenter la facture! Pas d’abstention ,présentons l’addition… Sans effraction. Aux urnes Citoyens, gagnons les élections…

    • Bangor dit :

      Comme le dit Hollande, Sarkozy connait toutes les erreurs à éviter parce qu’il les a toutes faites.

      • domi 25 dit :

        Les personnes qui sont dans la précarité apprécieraient votre humour, dommage qu’elles soient stigmatisées( pas par Hollande).

  • Marianne dit :

    Rien d’étonnant aux déclarations de Hollande à Londres, si l’on en croît l’Express, qui avertissait déjà, dès l’automne, sur ses relations avec le milieu des affaires:

    LE « SYSTÈME HOLLANDE » :

    Certains lui sont proches pour cause de formation commune (HEC et/ou ENA): Henri de Castries (Axa) a beau être sarkozyste, les deux hommes sont liés par un peu plus qu’une simple camaraderie forgée par les batailles de polochon du service militaire. Enfin, Hollande est entouré d’amis qui baignent dans le milieu patronal, comme Jean-Pierre Jouyet (président de l’Autorité des marchés financiers) ou Paul Boury, conseil en lobbying.

    Dans le monde de l’assurance, Hollande parle avec Denis Kessler (Scor) ou Bernard Spitz (président de la Fédération française des sociétés d’assurances). Dans l’industrie, il connaît bien Christophe de Margerie (Total), voit Gérard Mestrallet (GDF-Suez), apprécie la vision industrialiste d’un Jean-Louis Beffa (Saint-Gobain).

    A la rentrée, il a déjeuné avec le patron de Vivendi, Jean-Bernard Lévy. Des rencontres sont organisées avec Claude Bébéar (Axa) et Michel Pébereau (BNP Paribas), ténors du monde des affaires. Au début de juillet, le candidat a planché devant l’Association française des entreprises privées, ce discret cénacle de grandes sociétés.

    • lola dit :

      Il est largement admis et prouvé que faire des batailles de polochon,au service militaire ,engage obligatoirementles polochonneurs à avoir les mêmes opinions politiques .CQFD.

      • Marianne dit :

        …et les engage aussi à déclarer:
        « La gauche a été au pouvoir pendant 15 ans, durant lesquels elle a libéralisé l’économie et ouvert les marchés à la finance et aux privatisations. Il n’y a absolument rien à craindre. » ?

  • Marianne dit :

    « Je ne vous trahirai pas, je ne vous mentirai pas, je ne vous décevrez pas », disait Sarkozy.
    Hollande, lui, ne se donne même pas cette peine:

    Non il n’est pas venu remettre à la City une promesse de guerre, mais plutôt une assurance de libéralisme à la sauce solférinienne.

    François Hollande devant la presse britannique rassure au rique de dire tout et son contraire entre Paris et Londres, après son discours « anti finance » du Bourget, au cours duquel il a martelé qu’il entendait bien combattre la finance, son pire ennemi. Soucieux de flatter la City dans le sens du poil, le champion du parti socialiste pour 2012 prècise que l’époque de françois Mitterrand est désormais révolue.

    Le candidat socialiste ajoute qu’il n’est pas radical mais modéré. Dailleurs en France, il n’est pas vu comme étant « très à gauche » , et « réguler la finance » n’était que la reprise d’un discours de Barack Obama.
    Aveu que la gauche française apprèciera : « La gauche a été au pouvoir pendant quinze années, durant ce laps de temps nous avons libéralisé l’économie et ouvert l’économie à la finance et beaucoup privatisé. Il n’y a pas de raisons d’avoir peur ».
    On sait maintenant ce que signifiait la visite sur la tombe de Mitterrand et le discours « anti finance » : de la pure communication, pour le reste, ce sera la ponction Bruxelloise en jurant que c’est la faute au prédécesseur !

    Tonitruand, il lance en guise d’argument imparable : « Aujourd’hui, il n’y a plus de communistes en France. »
    François Hollande « est mal informé, ça lui promet quelques déboires », selon Jean-Luc Mélenchon, qui lors d’une déclaration devant des journalistes étrangers a tenu à préciser qu’il est le candidat des communistes français, « ce sont des propos qui ne vont pas le servir » a t il conclu avant de fustiger le mépris dont fait preuve François Hollande à l’égard de sa gauche.

    Traduction de l’interview donnée par François Hollande au Guardian le lundi 13 février:
    http://www.jean-luc-melenchon.fr/2012/02/15/francois-hollande-tente-de-rassurer-le-royaume-uni-et-la-city-de-londres/

    • Jonas dit :

      Melenchon a dit que l’incident était clos. Il suffit de ne pas caricaturer, et vous verrez la cohérence, mais je suppose que votre intention n’est pas une vision claire, mais une attaque grossière, pour aider l’UMP…

    • Bangor dit :

      F.Hollande n’a pas dit : « Aujourd’hui, il n’y a plus de communistes en France. » En bon gauchiste que vous êtes, cela ne vous dérange pas. Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose.

      • lola dit :

        Il est de bonne guerre d’attraper au passage les formules employées par le candidat du parti opposé et de les marteler ,en les détournant souvent de leur sens et de leur contexte ; ainsi pour : les 60.000 PROFS ,la lutte contre la finance ,la disparition des communistes etc…L’orateur doit se monter plus vigilant ; quant à ses détracteurs ,ils font feu de tout bois et comme le fait Marianne,ils râclent les mots ,c’est tout.

        • Marianne dit :

          Hollande, lui, se contente de râcler les fonds de tiroir si l’on en croît son programme:
          – les 6O OOO profs seront pris sur d’autres postes publics, à enveloppe constante…
          – l’augmentation d’un quart de l’allocation de rentrée scolaire (excusez du peu…) est prise sur les économies en quotient familial…
          – l’unique tranche fiscale supplémentaire se limite à 45%…au lieu de 41%, au-delà de 150 000 euros, alors que Bayrou en prévoit deux, jusqu’à 50% !
          – etc.
          Quant à la lutte contre la finance, on a vu ce qu’il en est…

          Enfin, côté déficits, sur 100 milliards de cadeaux fiscaux hérités de Sarkozy, il eut suffit de les reprendre…
          Point du tout, Hollande en reprend 29 pour en dépenser 20 par ailleurs. Bilan: 9 milliards d’économie. À ce rythme là, on est pas sortis de l’auberge !
          D’autant que c’est sans compter que notre déficit commercial est croissant, à lombre de l’euro-mark.
          Mais surtout, pas touche à l’euro, la sacro-sainte relique Delorienne tout comme la désindexation des salaires !
          Ah! Delors, Schroeder, Hollande,…social-démocratie quand tu nous tiens !

          • Nicolas (Nantes) dit :

            Marianne, si la gauche de Mélenchon correspondait aux attentes des Français, ça se saurait…

            Enfin, on sait jamais, Mélenchon sera ptet notre prochain candidat… euh…

      • lola dit :

        langue sauce piquante !il faut lire l’excellent post,qui figure dans « variae » et dans « marianne2″ ,lettre au camarade Mélenchon,à propos du communisme.

    • lola dit :

      @ marianne : vous avez déjà donné cette référence dans un post précédent (site de j l mélenchon) voudriez-vous avoir l’obligeance de donner la référence de l’article du Guardian ,en anglais ,ce serait mieux . Merci à vous .

    • lola dit :

      @marianne l’article que vous citez n’est pas une interview donnée par F.H.au Guardian .Simple souci d’exactitude .

      • Marianne dit :

        Cela s’appelle en bon français, selon la formule consacrée, « propos recueillis par » au lieu « d’interview ».
        C’est généralement beaucoup plus instructif sur la pensée réelle du locuteur…qu’un interview officiel relu et corrigé 50 fois !

        • lola dit :

          @marianne .it’s not a piece of cake ! l’article du guardian est daté du 13/02 « amended » le 15/02 !!to be sure, you’re not floating in the sea of love ,for Holland !!

          • Marianne dit :

            No! Put up your glasses:
            • This article was amended on 14 February 2012 to insert part of a missing quote.

Flux RSS des commentaires de cet article.