Pierre Moscovici invité de Jean-Pierre Elkabbach

Pierre Moscovici était hier l’invité de l’émission « Le Grand Rendez-vous » présentée par Jean-Pierre Elkabbach d’Europe 1, Thierry Borsa du Parisien et Michaël Darmon iTélé.

61 réflexions au sujet de « Pierre Moscovici invité de Jean-Pierre Elkabbach »

  1. PEYRELEVADE, LUI NON PLUS, N’EST PAS CRÉDIBLE…
    Le programme économique et social qui se voulait « soutien » de Hollande:

    LE REDRESSEMENT ( dans « France, état critique », Plon, Septembre 2011)
    par J. Peyrelevade, membre du conseil scientifique de TERRA NOVA

    [On l’a vite compris, à la lecture du reste de l’ouvrage, c’est à une économie de guerre permanente entre les pays qu’invite J. Peyrelevade]:
    « Ce qu’il faut, c’est que les pays européens déficitaires, dont la France, regagnent en compétitivité vis à vis du reste du monde. Ils s’amélioreront du coup vis à vis de l’Allemagne. » (p 101)
    [et l’Allemagne voudra alors regagner son « espace vital », etc.]
    « Nous avons en France une déformation idéologique, à droite comme à gauche, selon laquelle il faut par priorité soutenir la consommation
    [Nein!], il faut investir… et donc renoncer à consommer.
    Juste un exemple, celui du modèle chinois: le niveau actuel de la consommation y représente environ 40% du PIB annuel. La Chine a un taux d’investissement, certes excessif, qui est de l’ordre de 50% de son PIB. A supposer que le PIB chinois double en sept ans à [ce] taux d’investissement trés élevé, la consommation doublera également… » (p 36-37)
    [L’ennui de ce raisonnement libéral, c’est qu’il repose sur les autres pour absorber l’excédent, sinon c’est la crise… (on disait autrefois: comme en 29!)]

    LA MÉTHODE
    « … on ne peut être que très inquiet lorsqu’on observe les positionnements actuels des divers partis et candidats à l’élection de 2012, qui sont tous hors sujet. Nous sommes à la veille d’un indispensable redressement mais pour l’instant le discours n’en est porté par aucune voix autorisée. Le gouvernement actuel, malgré une prise de conscience des difficultés, propose une thérapie qui relève de l’homéopathie. Il est trés loin de proposer une action de l’intensité voulue. » (p 176)

    LE PROJET SOCIALISTE [sic]
    « Réduire ce qui peut l’être des dépenses publiques, contraindre l’évolution dans le temps de l’Etat-providence, augmenter les prélèvements libératoires supportés par les ménages, voilà ce qui attend les Français. (p 183)
    « Pour réduire le déficit, il faut immanquablement ralentir la progression des dépenses de retraite, d’assurance maladie, d’allocations familiales, auxquelles on devra bientôt ajouter celles pour la dépendance. Dès lors, l’affirmation du retour en arrière sur la réforme des retraites relève de la pure démagogie. » (p 181)

    ESQUISSE D’UN PROGRAMME
    « L’addition, ensuite, en considérant, pour simplifier, que la durée du redressement est celle d’un quinquennat:
    … 25 milliards par an, ce qui rejoint l’estimation de la cour des comptes.
    Même étalé, même supportable, cela représente toutefois un effort que la France n’a jamais produit sur une telle longueur. Cela signifie aussi nécessairement, inutile de le cacher, pendant toute cette période d’ajustement, une faible progression du pouvoir d’achat individuel des Français. » (p 184-185)

    LA FRANCE et les cotisations sociales
    « Les dépenses sociales, compte tenu de l’allongement de la durée de vie, des progrès médicaux, des problèmes de dépendance, progressent spontanément au minimum d’un point de plus, soit une vingtaine de milliards d’euros supplémentaires par an. L’Etat ne peut pas suivre le mouvement et colmater en permanence une fuite de cette ampleur. La situation de nos finances publiques imposant de stabiliser le montant de la dépense couverte par l’intervention de l’Etat, une partie croissante doit être prise en charge par les ménages eux-mêmes. Il n’y a pas d’autre option.
    [Mais si! JP ne disait-il pas sur son blog, en parlant des revenus du capital:
    « Si on les impose comme les revenus du travail, à 30% en moyenne, on gagne à tout casser (compte-tenu des incontournables exonérations) une vingtaine de milliards d’euros… »]
    Pour les retraites… il n’existe pas d’autre solution sérieuse que de… faire glisser dans le temps, progressivement, l’âge du départ effectif en retraite.
    En matière d’assurance-maladie, il est inéluctable à terme que nous basculions au moins partiellement vers un système assurantiel. » (p 189-190)
    [Pourtant, O. Berruyer, dans « Stop! Tirons les leçons de la crise », souligne «ces cotisations sont stigmatisées par les idéologues néoconservateurs …mais les Etats-Unis sont le pays développé qui dépense le moins pour sa santé sous forme socialisée;…et ce sont eux qui dépensent le plus pour leur santé au global – sous forme privée. Ainsi, en quoi remplacer 1000E d’impôts pour la santé par 1500E de dépenses privées, pour strictement la même chose pour le patient, est-il une bonne idée? Bref, en l’espèce, l’idéologie forcenée devrait céder la place à plus de pragmatisme…»]

    Sur LA LOI TEPA et les 35 heures
    Le passage aux trente-cinq heures, dans les conditions et au moment où il a été décidé, a été un crime contre l’économie et Lionel Jospin en fut l’auteur, sur une inspiration malheureuse de Dominique Strauss-Kahn…
    Halte au feu! Halte à l’imagination populiste! (p 196)
    [Berruyer, dans le même ouvrage susdit, relève pourtant sur les graphiques:
    « On constate que la mise en place des trente cinq heures coincida avec la plus forte augmentation du pouvoir d’achat en France depuis dix ans.
    On n’observe bien aucun impact négatif des 35 heures sur l’emploi – au contraire, la situation de l’emploi s’améliore un peu comparativement.
    Le dernier graphique démontre l’absence du moindre impact négatif des 35 heures sur la croissance »]

    LA FISCALITÉ
    « …un des plus vieux fantasmes de la gauche: les revenus du capital seraient largement détaxés en France, au point qu’il suffirait de les imposer comme les revenus du travail pour réduire la pression fiscale sur la grande majorité de la population…. Ce n’est certes pas avec de telles recettes que l’on règlera les problèmes de déficit public de notre pays.
    Si on veut redresser notre compétitivité, il convient d’organiser un transfert significatif de charges des entreprises vers les ménages… Une hausse de plusieurs points de la TVA (comme l’a fait l’Allemagne) ou de la CSG, compensant la diminution des charges sociales des entreprises, est inéluctable. »
    [Mais non! JP ne disait-il pas sur son blog en parlant des revenus du capital:
    « Si on les impose comme les revenus du travail, à 30% en moyenne, on gagne à tout casser (compte-tenu des incontournables exonérations) une vingtaine de milliards d’euros… »
    Tout d’abord, pourquoi « incontournables exonérations », alors qu’il y a en France 468 niches fiscales pour les particuliers nantis, représentant 72 milliards, aggravées de « déclassements » qui portent le total à 145 milliards, selon un décompte récent détaillé par La Chaîne Parlementaire…? et pourquoi qualifier, même une vingtaine de milliards, de « à tout casser » quand ils représentent 40% du total de l’impôt sur le revenu, seule base d’imposition juste qui a bien besoin d’être relevée…?]

    L’EUROPE
    [Lorsqu’un libéral parle de l’Europe, ce paradi(gme) pavé de bonnes intentions, c’est toujours en baissant le ton comme en entrant dans une église pour y célébrer l’amour et la solidarité de « nos bien chers frères ». Peyrelevade n’y échappe pas et nous délivre ici, en ces temps de menace d’une catastrophe financière, un message du plus pur collectivisme centralisateur qui tranche soudainement avec le reste de l’ouvrage (cf RAPPEL)]:
    « Berlin et Paris ont pour l’instant signifié aux prêteurs qu’ils étaient face à des Etats séparés qu’ils devaient juger selon leurs mérites propres…
    Ce n’est pas ainsi qu’on convainc les peuples. Un gouvernement français digne de ce nom devrait se battre à haute voix pour l’affirmation d’un principe de solidarité absolue. Bien entendu, cette solidarité devrait avoir comme contrepartie une discipline commune, c’est à dire le transfert du pouvoir en matière économique de la nation à l’Europe. Une instance européenne centrale donnerait son approbation explicite à chaque budget national. Elle disposerait aussi d’un pouvoir contraignant pour corriger les déséquilibres économiques, autres que budgétaires, de nature à entraîner des distorsions de compétitivité, comme par exemple l’évolution des salaires, de la productivité, du commerce extérieur. » (p 188-189)
    [Un GOSSPLAN européen, en quelque sorte! Avec Van Rompuy à sa tête… C’est Mélenchon qui va être content!]

  2. On voit bien que, comme on s’en doutait, François Hollande a répondu à côté de la plaque. Lorsque ce premier intervenant l’interpelle sur les augmentations du pétrole, on voit bien que M. Hollande n’a pas de vision d’avenir : il ne parle pas de la demande croissante et de l’offre qui va fléchir donc, au bout du compte, un renchérissement du prix, quoique l’on fasse. Total, pas trop convaincu, notre bonhomme ! Ensuite, cette intervenante agricultrice sur la difficulté de vivre de sa production : une fois de plus, je m’apitoie et je ne propose aucune solution : la preuve en fut l’expression fort dubitative de cette dame. Sur les heures supplémentaires, ce coiffeur fut certainement bien déçu, lui qui espérait peut-être franchir la barre de 20 employés. Puis, sur la question du cumul des mandats, il annonça fièrement, après avoir été champion du cumul, qu’il va les limiter. Chacun appréciera. Sur la baisse du nombre des députés, il a bien pris soin de ne pas répondre. En ce qui concerne la baisse du salaire du président et des ministres, il faut souligner que tout est une grille de traitements rattachés du plus haut au plus bas de façon pyramidale : président-ministres-hauts fonctionnaires-fonctionnaires et que si vous diminuez le traitement des plus hauts, eh bien mécaniquement, toute la grille est tirée vers le bas. Au passage, « pas de coup de pouce sur le SMIC depuis 4 ans » dit-il, est un mensonge éhonté : 1er mai 2008 : 8, 63 € + 2, 25 %, 1er juillet 2008 : 8, 71 € + 0, 93 %, 1er juillet 2009 : 8, 82 € + 1, 26 %, 1er janvier 2010 : 8, 86 € + 0, 50 %, 1er janvier 2011 : 9 € + 1, 60 %, 1er décembre 2011 : 9, 19 € + 2, 12 %, 1er janvier 2012 : 9, 22 € + 0, 30 %. Je pourrais continuer mais la suite fut aussi éloquente que le début : Y a qu’à, faut qu’on…mais pas de mesures précises. Beaucoup d’esquives, beaucoup de pommade, beaucoup de paroles convenues et apprises par cœur mais surtout pas la volonté de dire la vérité aux Français. Une soirée très tortueuse pour ce candidat qui, à défaut de convaincre, a fait beaucoup de bla-bla en restant toujours dans le flou, défaut qui lui est toujours reproché. Le constat, c’est bien, les propositions crédibles, ça serait bien mieux ! Et au niveau des financements de ses propositions, c’est tout simplement irrecevable tellement c’est vertigineux !

    • Au contraire, François Hollande a une vision pour la France, et il a présenté son projet, contrairement à Nicolas Sarkozy qui fait des annonces comme des coups qu’il veut des coups d’éclat.
      Cette émission a été l’occasion de revenir sur sa vision et ses engagements.
      Des propositions précises et crédibles, il y en avait, vous auriez dû mieux regarder. Et une cohérence et une vision d’avenir. Ce que Nicolas Sarkozy n’a jamais eu.

    • jjnp34:
      Vous aviez bien vu et révisé vos fiches avant même l’intervention ou alors c’est de la complète impro et alors là bravo! Je n’ai pas ce talent d’observateur aiguisé des chiffres à 0.01% près! Que le nombre d’électeurs de notre actuel président ayant travaillé plus pour EFFECTIVEMENT avoir gagné plus (ouvriers et ouvrières, employés et employées, agriculteurs et agricultrices et on en passe) et ceux pour qui n’a pas été le cas, qu’il ne devait plus avoir de SDF parce que c’était « indécent » dans notre société, parce que des immigrés pouvaient avoir un « droit de voix » dans une élection locale, parce que le référundum devait être la Voix de la France, parce que…si cette France qui s’anesthésie et oublie les mêmes actuelles promesses vote pour lui, cette personne pourrait être élue avec ces mêmes valeurs hypnotiques qu’en 2007. Je suis démocrate, libertaire mais « légaliste », (j’assume le paradoxe),et attends d’une gauche réaliste une politique économe et économiste.

    • Sur le cumul des mandats, je pense qu’il y aurait une réforme radicale et simple à faire : autoriser le cumul de mandats aussi nombreux que l’intéressé le souhaite, mais interdire le cumul des indemnités de fonction. Le député-maire toucherait son indemnité de député ou son indemnité de maire, au choix, mais pas les deux à la fois. De cette façon l’Etat dépenserait moins d’argent, et seul les hommes politiques désintéressés par l’argent s’aventureraient dans l’aventure du cumul. Sinon je pense qu’il faudrait aussi mettre une pointeuse à l’Assemblée nationale et payer les députés au pro-rata des heures passées dans l’hémicycle. Vu les sièges vides sur les vidéos des débats à l’assemblée, on pourrait de cette façon faire beaucoup d’économies dans ces temps de rigueur.

      Sur la prestation télévisée de FH tout à l’heure, j’ai trouvé le ton ni séducteur (baratineur) ni langue de bois, ce qui est déjà pas mal. Effectivement il n’y a pas grand chose qui fait rêver. Mais si les électeurs sont prêts à accepter que la politique n’est pas faite pour faire rêver, alors quelque chose de bien peut se passer autour de ce candidat lors du prochain scrutin. C’est aux électeurs de se demander s’ils préfèrent avoir le moral en dents de scie avec alternance de rêves impossibles et de déceptions ou bien soutenir une politique prudente. Aristote, dans l' »Ethique à Nicomaque » faisait de la prudence la qualité première de la politique.

    • Il y a des moments où il faut faire un peu de desintox. Tout ce que vous nous racontez est faux, sur tous les points. Le plus gros concerne le Smic : il n’y a eu aucun coup de pouce, je dis bien aucun, sous l’ère Sarkozy.
      Ce qui suit à été publié par Guillaume Launay sur le site DESINTOX de Libé.

      « DESINTOX

      Quitte à faire une énumération qui vise à impressionner le contradicteur, autant que la liste soit longue… au risque de glisser une énormité au milieu de mesures réellement mises en œuvre. Nathalie Kosciusko-Morizet a eu beau lever la main en écartant les doigts pour bien insister sur les «cinq augmentations du Smic sous le mandat»,son affirmation n’est pas juste pour autant. Depuis mai 2007, le Smic n’a, au contraire, pas reçu le moindre coup de pouce, se contentant de la revalorisation automatique permettant de rattraper l’inflation. Ce que savent les 10% de salariés (environ 2,3 millions de personnes) rémunérés au salaire minimum en France.

      La dernière augmentation date du gouvernement Villepin : le Smic avait gagné 3,05% au 1er juillet 2006, soit 0,3% en plus de l’augmentation légale, atteignant 8,27 euros brut de l’heure. Si le salaire minimum horaire est à 9 euros de l’heure depuis le 1er janvier, il s’est borné, depuis cinq ans, à suivre les augmentations minimales légales (six fois, en l’occurrence), calculées notamment en fonction de l’évolution des prix à la consommation (1). Le seul paramètre qui a changé sur le Smic depuis cinq ans, c’est que la revalorisation annuelle intervient depuis 2010 au 1er janvier et non plus au 1er juillet. »

    • @ jjnp34 Comme par hasard ,vous oublier de dire que cette éleveuse de vaches laitières avait,il y a 4 ans(environ)eu la visite de Nicolas Sarkozy,dans son exploitation.Tous les médias nationaux étaient présents.Elle(cette dame)réalisa par la suite qu’elle avait été trompée (une de plus). « Chat échaudé craint l’eau froide ! ». Si Mr Sarkozy est amnésique,la France NON. Une des voies de secours pour les petites exploitations semble être le statut de coopératives(les grandes structures ont moins de frais de fonctionnement).L’exemple en Allemagne ( on peut s’en inspirer
      )!! Vive la République, Vive la France.

      • De plus les grandes structures peuvent s’associer pour créer des entreprises innovantes et durables.Par exemple la méthanisation des lisiers( source de profit*+ impact sur l’environnement moindre). Production d’électricité vendue à EDF.

  3. Monsieur
    Je ne suis et ne serai jamais encarté, cependant ma sensibilité de gauche m' »oblige » à parler au moins une fois dans ma vie. Cette campagne commence à ressembler (le « negative advertising » officiel en moins) à une campagne américaine. Le candidat président use (je ne vous apprends rien) de « super-Pacs » type « Ségolène est une peau de vache » qui nous fait entendre une femme avec rancoeur éxacerbée… A mon sens, vu le nombre de couples divorcés, les français se fichent pas mal maintenant de qui était marié avec qui.
    Cependant, si des voix essentielles et médiatiques telles que celles de M.A, L.F, et S.R ne sont pas les « hauts-parleurs » de F.H et surtout de ses idées (on ne fait plus de la Rose au poing un étendard), c’est f…u! S’il y a une nouvelle gauche, je la supporterai (au sens supporter du terme), si cela était du néo-mittérandisme, je m’abstiendrai. Après avoir fait disparaitre un ancien logo, et si on faisait disparaitre des anciennes icones pour plus de modernité?……..

  4. Excellent ce soir FH sur la 1. Par contre cette histoire de taxer les très hauts revenus à 75% c’était prévu ou c’est sorti comme ça?

    Je pense que c’est par part, du coup je trouve ça normal, 2M€ pour un couple ça peut suffire, ça fait quand même 8 smig par jour.

      • @lola
        Mon anglais n’est pas très sûr, donc je ne suis pas sûr d’avoir bien compris votre message. Passons. Bien à vous.

        • @ Jonas. Passons, très mauvais jeu de mot ; pour éviter toute ambiguïté ,j’ai voulu dire :vs avez raison, jusqu’à un certain point ,mais je pense que tout cela est étrange ./Stop / Certains baratinaient dans la crudité infantile ,alors , j’avais choisi ma langue !mais parlons français, »label rouge » comme le poulet !

          • français « label rouge » ^^
            Mon niveau d’anglais ne me permet pas de saisir les jeux de mots en VO, croyez bien que je le regrette.
            Mon « Keep going on » disait juste « continuez comme ça » ou « que ça continue comme ça »… mais là encore mon niveau d’anglais tout relatif a peut-être transparu (et ça, c’est français ? je crois, pas sûr mais je crois)

    • Va voir ce que faisait Nimbus avec Rachida et la journaliste d Figaro.pour les leçons de moralité , vous repasserez, ce n’est pas parce qu’il engrosse qu’il est Woerthueux, votre illuminé.
      Sur un plan politique et historique, votre illuminé rend co-responsable la France et l’Allemagne de la SHOA.Il est pas mal votre collabo, c’est bien un collabo des bosch.
      Alors votre moralité, ce n’est pas parce que je partouez que j’ai moins de moralité que vos curetons qui se font des gamins, soutenus par leur hierachie bien à droite.Alors allez donner des cours aux membres si Werthueux de votre électorat.

  5. Votant pour le PS depuis des générations,maintenant sommes dégoutés par le Maire PS de CLAMART
    que vous devez certainement connaitre M philippe KALTENBACk.

    Demandeurs d’un logement depuis 1997 ,avec une femme agée et malade, moi-meme qui ne peut plus monter les escaliers.

    Ce maire se fout de nous et préfère attribuer les logements selon ses propres envies ou le PISTON fonctionne en veux-tu en voilà
    MAGOUILLE et peut-etre autre chose encore.

    Encore pire lorsqu’on entend le président de l’office qui ose se vanter de dire que c’est grace à lui que tel personne a eu un logement et un EMPLOI.
    vous trouvez ca drole d’avoir affaire à des bandits de cet espèce?
    Magouilleurs à tout va!
    c’est une honte.
    Tous nos proches sensibles à nos problèmes nous soutiennent et nous approuvent.

    Voter encore PS non et non!

    si ce Monsieur ose nier les faits c’est un trés beau menteur.

    A bon entendeur nous tirons notre reverence au PS et lui souhaitons bonne chance;

    NB : je sais pertinnement que je n’aurais jamais de réponse,mais je suis soulagé de l’avoir dit!

    • M Garou

      Je suis allée faire un tour , sur le blog du maire de Clamart, et je me pose une question: ne seriez vous pas un sous marin de M Pezenec dont la moralité n’est pas établie.

      D’autre part pourquoi avez vous posté ici une histoire personnelle et ne pas l’avoir fait sur le blog de votre maire.

      Tirez donc votre révérence au PS , si toute fois avez été un jour socialiste ce qui m’étonne beaucoup , ceci dit vous ne pouvez salir tous les socialistes pour une amertume personnelle

  6. Difficile de comprendre le prénom du premier ministre espagnol Rajoy dans la 36e minute de la vidéo (ce devrait être Mariano normalement). La dernière partie de l’interview est intéressante sur la méthode de fabrication du programme sans promesse irréaliste. Cela avait l’air sincère et vécu. Je ne sais pas pourquoi les médias ne s’en sont pas plus fait écho, mais la réception de Laurent Fabius par le premier ministre Yoshihiko Noda, ainsi que par les ministres de l’industrie et des affaires étrangères japonais est un véritable succès diplomatique, contrairement à la Chine ou à Merkel. Sur Michel Rocard, j’aime assez ce qu’il dit sur l’énergie dans l’interview en question : http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2012/article/2012/02/25/michel-rocard-la-societe-de-demain-sera-moins-marchande-et-moins-cupide_1648319_1471069.html par contre je n’ai pas compris le voyage dans l’antarctique qu’il a effectué récemment. J’aimerais connaitre le prix exact qu’a coûté ce voyage. Si ce voyage s’avère être un investissement nécessaire et utile pour qu’un diplomate français puisse négocier dans de bonnes conditions les traités internationaux relatifs à l’antarctique, il aurait fallu confier cette mission à un jeune fonctionnaire qui pourra suivre ce dossier pendant encore 30 ans, et non à un vieillard. Lorsque les finances publiques sont dans l’état où elles sont, on ne paye pas des vacances à un grand-père aux frais de la République.

    • @ ben .Je pense que vous savez que M.R. a été nommé ,par N.S., ambassadeur de la France pour ……..les questions relatives à l’
      Antarctique .Sur le site ambafrance ,vous pourrez trouver un discours de M.R. sur ce sujet (ambassade de FR.antarctique ,aussi) Il me semblait qu’il avait dit accepter cette mission ,gracieusement .M.R. ,tout le monde le sait, est un voileux ,et sa renommée « d’homme sage » a dû plaire au Président??

      • @ ben ;il s’agit de l’entretien :je n’aime pas les référendums :15 ‘ qui prêtent à réflexion ,passionnantes.Le grand -père (15 petits enfants) semble avoir un capital de neurones en excellent état de marche ;et, ici, loin de la politique spectacle ;d’autre part, je n’ai pas suggéré qu’il allait faire de la voile sur les glaces! il est raisonnable de penser qu’il est accompagné d’une équipe jeune et compétente ,et que ,donc il y aura de la relève(les centrales ,énergie « verte  » il n’est pas le fils d’Y.Ro-card pour rien,désintox,cela fait du bien )Merci pour le lien.

  7. Bonjour Monsieur MOSCOVICI
    Je commence par cette phrase « l’homme libre est celui qui n’a pas peur d’aller jusqu’au bout de sa pensée » Concernant le Pôle Emploi j’ai lu PS ne compte pourtant pas revenir sur cette création (issu fusion ANPE, ASSEDIC, Pôle Emploi)c’est le plus gros fiasco au déprimant des demandeurs d’emploi, il y règne un climat de colère et le mot est faible. Qu’est-ce que c’est que cette réforme. Aller dans le sens d’une personnalisation du traitement des demandeurs d’emploi.SVP SOYEZ PLUS CLAIR DANS VOS PROPOS.Surtout la suite qui est très intéressante MAIS !!!!!! elle s’est surtout accompagnée d’une baisse des moyens. Il ne suffit pas d’aller au bout de sa pensée MAIS !!!!!l’action est plus efficace,et de trouver des solutions concrètes.

  8. Quel irrespect pour le monde Paysan de la part de Mickael Darmont ! Idem pour Elkabbach envers la Constitution. Il est journaliste ou juge ? Bravo à Pierre Moscovici( porte parole)du candidat Hollande. Le changement,c’est maintenant!!

    • Vous avez entendu Sarko qui reproche l’alliance avec les verts pour être bien vu des paysans.il confirme que les paysans en Bretagne peuvent continuer (d’ailleurs il vient d’autoriser les extensions de porcherie) à poluer comme des malades et aux riverains des cotes les belles algues vertes?.Celui-là, on va comme Jacob le foutre dans la merde de ces paysans irresponsables.Ceux qui pourrissent le travail des paysans propres.

      • Le problème des algues vertes peut être résolu.On peut collecter les lisiers,les transformer afin d’obtenir des gaz. Ces gaz serviront de combustibles pour fabriquer de la vapeur qui produira de l’électricité. Cela existe en Bretagne. Il faut la volonté des pouvoirs politiques et financiers. En France,on manque d’audace.En inventant le bouclier fiscal, le Président de la République était loin du Peuple.Il n’a pas changé. Aux Urnes Citoyens! L’avenir nous appartient ! @ LIBERTE 2012

  9. ET PEYRELEVADE, LUI, EST-IL CRÉDIBLE ?

    Au moment où paraissait son livre « France, état critique », l’auteur avait laissé discrètement filtrer par la presse son soutien à François Hollande.
    Ainsi s’explique la présence de son « Programme socialiste » [sic], au premier rang des mesures du « Redressement », mais la similitude avec le livre-jumeau de François Bayrou « 2012, état d’urgence » porte aujourd’hui à sourire :

    LE REDRESSEMENT
    ( dans « FRANCE, ÉTAT CRITIQUE », Plon, Septembre 2011)
    par J. Peyrelevade, membre du conseil scientifique de TERRA NOVA

    [On l’a vite compris, à la lecture du reste de l’ouvrage, c’est à une économie de guerre permanente entre les pays qu’invite J. Peyrelevade]:
    « Ce qu’il faut, c’est que les pays européens déficitaires, dont la France, regagnent en compétitivité vis à vis du reste du monde. Ils s’amélioreront du coup vis à vis de l’Allemagne. » (p 101)
    [et l’Allemagne voudra alors regagner son « espace vital », etc.]
    « Nous avons en France une déformation idéologique, à droite comme à gauche, selon laquelle il faut par priorité soutenir la consommation.
    [Nein!], Il faut investir… et donc renoncer à consommer.
    Juste un exemple, celui du modèle chinois: le niveau actuel de la consommation y représente environ 40% du PIB annuel. La Chine a un taux d’investissement, certes excessif, qui est de l’ordre de 50% de son PIB. A supposer que le PIB chinois double en sept ans à [ce] taux d’investissement trés élevé, la consommation doublera également… » (p 36-37)
    [L’ennui de ce raisonnement libéral, c’est qu’il repose sur les autres pour absorber l’excédent, sinon c’est la crise… (on disait autrefois: comme en 29!)]

    LE PROJET SOCIALISTE [sic]
    « Réduire ce qui peut l’être des dépenses publiques, contraindre l’évolution dans le temps de l’Etat-providence, augmenter les prélèvements libératoires supportés par les ménages, voilà ce qui attend les Français. (p 183)
    « Pour réduire le déficit, il faut immanquablement ralentir la progression des dépenses de retraite, d’assurance maladie, d’allocations familiales, auxquelles on devra bientôt ajouter celles pour la dépendance. Dès lors, l’affirmation du retour en arrière sur la réforme des retraites relève de la pure démagogie. » (p 181)

    ESQUISSE D’UN PROGRAMME
    « L’addition, ensuite, en considérant, pour simplifier, que la durée du redressement est celle d’un quinquennat:
    … 25 milliards par an, ce qui rejoint l’estimation de la cour des comptes.
    Même étalé, même supportable, cela représente toutefois un effort que la France n’a jamais produit sur une telle longueur. Cela signifie aussi nécessairement, inutile de le cacher, pendant toute cette période d’ajustement, une faible progression du pouvoir d’achat individuel des Français. » (p 184-185)

    LA FRANCE et les cotisations sociales
    « Les dépenses sociales, compte tenu de l’allongement de la durée de vie, des progrès médicaux, des problèmes de dépendance, progressent spontanément au minimum d’un point de plus, soit une vingtaine de milliards d’euros supplémentaires par an. L’Etat ne peut pas suivre le mouvement et colmater en permanence une fuite de cette ampleur. La situation de nos finances publiques imposant de stabiliser le montant de la dépense couverte par l’intervention de l’Etat, une partie croissante doit être prise en charge par les ménages eux-mêmes. Il n’y a pas d’autre option.

    [Mais si! JP ne disait-il pas sur son blog, en parlant des revenus du capital:
    « Si on les impose comme les revenus du travail, à 30% en moyenne, on gagne à tout casser (compte-tenu des incontournables exonérations) une vingtaine de milliards d’euros… »]
    Pour les retraites… il n’existe pas d’autre solution sérieuse que de… faire glisser dans le temps, progressivement, l’âge du départ effectif en retraite.
    En matière d’assurance-maladie, il est inéluctable à terme que nous basculions au moins partiellement vers un système assurantiel. » (p 189-190)
    [Pourtant, O. Berruyer, dans « Stop! Tirons les leçons de la crise », souligne «ces cotisations sont stigmatisées par les idéologues néoconservateurs …mais les Etats-Unis sont le pays développé qui dépense le moins pour sa santé sous forme socialisée;…et ce sont eux qui dépensent le plus pour leur santé au global – sous forme privée. Ainsi, en quoi remplacer 1000E d’impôts pour la santé par 1500E de dépenses privées, pour strictement la même chose pour le patient, est-il une bonne idée? Bref, en l’espèce, l’idéologie forcenée devrait céder la place à plus de pragmatisme…»]

    LA LOI TEPA et les 35 heures
    Le passage aux trente-cinq heures, dans les conditions et au moment où il a été décidé, a été un crime contre l’économie et Lionel Jospin en fut l’auteur, sur une inspiration malheureuse de Dominique Strauss-Kahn…
    Halte au feu! Halte à l’imagination populiste! (p 196)

    [Berruyer, dans le même ouvrage susdit, relève pourtant sur les graphiques:
    « On constate que la mise en place des trente cinq heures coincida avec la plus forte augmentation du pouvoir d’achat en France depuis dix ans.
    On n’observe bien aucun impact négatif des 35 heures sur l’emploi – au contraire, la situation de l’emploi s’améliore un peu comparativement.
    Le dernier graphique démontre l’absence du moindre impact négatif des 35 heures sur la croissance »]

    LA FISCALITÉ
    « …un des plus vieux fantasmes de la gauche: les revenus du capital seraient largement détaxés en France, au point qu’il suffirait de les imposer comme les revenus du travail pour réduire la pression fiscale sur la grande majorité de la population…. Ce n’est certes pas avec de telles recettes que l’on règlera les problèmes de déficit public de notre pays.
    Si on veut redresser notre compétitivité, il convient d’organiser un transfert significatif de charges des entreprises vers les ménages… Une hausse de plusieurs points de la TVA (comme l’a fait l’Allemagne) ou de la CSG, compensant la diminution des charges sociales des entreprises, est inéluctable. »

    [Mais non! JP ne disait-il pas sur son blog en parlant des revenus du capital:
    « Si on les impose comme les revenus du travail, à 30% en moyenne, on gagne à tout casser (compte-tenu des incontournables exonérations) une vingtaine de milliards d’euros… »
    Tout d’abord, pourquoi « incontournables exonérations », alors qu’il y a en France 468 niches fiscales pour les particuliers nantis, représentant 72 milliards, aggravées de « déclassements » qui portent le total à 145 milliards, selon un décompte récent détaillé par La Chaîne Parlementaire…? et pourquoi qualifier, même une vingtaine de milliards, de « à tout casser » quand ils représentent 40% du total de l’impôt sur le revenu, seule base d’imposition juste qui a bien besoin d’être relevée…?]

    L’EUROPE
    [Lorsqu’un libéral parle de l’Europe, ce paradi(gme) pavé de bonnes intentions, c’est toujours en baissant le ton comme en entrant dans une église pour y célébrer l’amour et la solidarité de « nos bien chers frères ». Peyrelevade n’y échappe pas et nous délivre ici, en ces temps de menace d’une catastrophe financière, un message du plus pur collectivisme centralisateur qui tranche soudainement avec le reste de l’ouvrage (cf RAPPEL)]:

    « Berlin et Paris ont pour l’instant signifié aux prêteurs qu’ils étaient face à des Etats séparés qu’ils devaient juger selon leurs mérites propres…
    Ce n’est pas ainsi qu’on convainc les peuples. Un gouvernement français digne de ce nom devrait se battre à haute voix pour l’affirmation d’un principe de solidarité absolue. Bien entendu, cette solidarité devrait avoir comme contrepartie une discipline commune, c’est à dire le transfert du pouvoir en matière économique de la nation à l’Europe. Une instance européenne centrale donnerait son approbation explicite à chaque budget national. Elle disposerait aussi d’un pouvoir contraignant pour corriger les déséquilibres économiques, autres que budgétaires, de nature à entraîner des distorsions de compétitivité, comme par exemple l’évolution des salaires, de la productivité, du commerce extérieur. » (p 188-189)
    [Un GOSSPLAN européen, en quelque sorte! Avec Van Rompuy à sa tête… C’est Mélenchon qui va être content ! ]

  10. Monsieur Moscovici
    Monsieur Sarkozy vous attaque souvent sur la « création » de 60000 postes dans la fonction publique. Pourquoi ne vous défendez vous pas en ripostant sur les 229800 emplois engendrés par l’obligation pour les titulaires du RSA d’effectuer 7 heures d’intérêt général par semaine payées au SMIC.

    Voici deux phrases extraites du discours intégral de Monsieur Nicolas Sarkozy, discours retransmis intégralement sur le site de l’UMP dont l’adresse internet est indiquée ci-après.
    http://www.u-m-p.org/actualites/a-la-une

    « Quand je propose de généraliser l’obligation pour les titulaires du RSA de faire 7 heures d’activité d’intérêt général par semaine, je pense à la nécessité de réinsérer dans la société, par le travail, ceux qui tendent à s’en éloigner de plus en plus. J’écoute la France qui travaille dont les conditions de vie sont trop dures pour qu’elle n’accepte de partager que si elle a conscience que chacun fait un effort minimum. Pas de droit sans devoir en contrepartie. »

    « Il n’est pas acceptable qu’on puisse, en 2012, proposer à la France 60 000 postes de fonctionnaires en plus sans avoir la moindre idée de savoir comment on financera cette dépense. »

    Voici une statistique extraite du site « le portail du gouvernement » dont l’adresse internet est indiquée ci-après.
    http://www.gouvernement.fr/gouvernement/le-rsa-un-an-apres-premier-bilan-d-une-avancee-sociale-majeure

    En avril 2010, ce sont 1,78 million de foyers qui ont perçu le RSA : 1,149 million ont perçu le « RSA socle » en remplacement du RMI et de l’API et 627 000 foyers ont bénéficié du RSA en complément de revenus d’activité.

    Le RSA socle concerne les personnes n’ayant aucune activité salariée, donc concernées par cette mesure. (Je rappelle que ce sont les chiffres du 04/2010)
    Monsieur Sarkozy précise que les 7 heures seront payées au SMIC.

    Petit calcul : 7 heures par semaine par RSA = 35 heures par semaine pour 5 RSA
    5 RSA = un emploi à 35 h donc 1 149 000 RSA/5 = 229 800 emplois.
    Qui va employer ces gens et qui va les payer ?

    Dilemme : Il n’y a pas de travail dans le privé et on supprime un fonctionnaire sur deux dans la fonction publique.

    Moralité : Qui est le plus irresponsable, celui qui propose 60 000 emplois ou celui qui en crée 229800 sans donner la moindre piste quant à l’utilisation de ces gens et au financement qui en découle.

    • Surtout que la productivité de 5 emplois de 7 heures par semaine est probablement moindre que celle d’un emploi à 35 heures par semaine (frais d’organisation et de formation de 7 personnes au lieu d’une seule).

    • En fait, tout dépend de quel travail va être fourni aux titulaires du RSA. S’agit-il d’un travail d’ordre public, d’ordre privé, de nouvelles activités « publiques » non assurées aujourd’hui ? On en sait rien.

      Si c du travail public non assuré aujourd’hui, la mesure ne coûte rien puisque les allocations RSA sont déjà versées aujourd’hui, sans demande de travail en échange, donc c’est le même coût, et si ce sont de nouvelles missions publiques ou des tâches non effectuées aujourd’hui, ça n’enlève de travail ni aux agents publics existants, ni au secteur marchand.
      Mais bon, on en sait strictement rien, ce n’est pas précisé.

      Pour les 60.000 emplois, il s’agit de redéploiement, et non de créations de postes.

  11. Monsieur Moscovici
    Que pensez vous des déclarations de la porte-parole de François Hollande?
    http://www.sudouest.fr/2012/02/27/sarkozy-un-melange-de-berlusconi-et-de-poutine-le-ps-est-il-alle-trop-loin-644682-3.php

    Sont-elles dignes?
    Ne rélèvent-elles pas de la campagne « sale » que par ailleurs vous dénoncez?
    Ne devriez vous pas exiger des excuses, lui donner un blâme, ou qu’elle démissionne tout simplement, n’étant pas à la hauteur de sa tâche.

    • Réponse à Germaine Desprez:
      Dans le cadre d’une campagne polémique,Najat Vallaud-Belkacem a eu le courage de dire exactement ce qu’il fallait dire: d’ailleurs,les cris d’orfraie poussés par la droite montrent qu’elle a visé juste.
      Il faut donc non seulement ne pas la blâmer, mais la féliciter chaudement!

    • Et vous Germaine Desprès,

      Que pensez vous de celle de NKM la grande bourgeoise, très BCBG , polycthenicienne , donc la fine fleur de l’intelligence française qi a déclaré: « il faut que F Hollande s’explique dans l’affaire DSK et pourquoi P Mocovici proche de se dernier est il son directeur de campagne » pensez que ces propos puissent être acceptable?

      • Le problème est que le PS dénonce une campagne de L’UMP qui serait « sale » mais la petite Belkacem se vautre dedans avec délice… j’allais dire comme un porc.
        Mais c’est peut-être déplacé la concernant.

        • D’autres ont ici déjà déploré l’absence de toute modération.
          Passe encore de laisser certains déblatérer sans fin.
          Mais le commentaire précédent relève d’un tout autre genre, et tangente sinon mord sur la ligne jaune des propos racistes.
          Monsieur Moscovici, ou toute autre personne qui « gère » (mal) ce blog, ne croyez-vous pas qu’il serait temps d’agir ?

      • Comparer Sarkozy à Berlusconi?
        Sarkozy est un pauvre par rapport à lui. Ridiculement pauvre!
        Il fallait y penser alors que Najat Belkacem est la porte-parole du candidat d’un parti qui a failli envoyer à sa place le partouzeur DSK!!!
        .
        Mais peut-être que Belkacem n’y voit rien à redire… et qu’elle-même pratique. Ce qui est son droit, mais dans ce cas elle aurait mieux fait de fermer sa gueule.

        • C’est connu Silvio est Innocent!Il n’a jamais eu d’histoires,de problèmes! Si Sarkozy est pauvre,alors je suis un mendiant. J’espère ne jamais devenir ce que vous êtes: un râté,un zéro… @ P0P0 R0ZZi

        • La comparaison entre Sarko et un mélange de Poutine et Berlusconi est tout à fait judicieuse; ce n’est même pas une insulte puisque beaucoup de gens en Europe ont apprécié et soutenu ces 2 hommes et d’ailleurs les Russes vont probablement élire Poutine prochainement. Le mélange sarkozien paraît moins dangereux parce que la France a des traditions démocratiques plus solides que celles de la Russie et aussi de l’Italie(mais oui!!!). Pour compléter le cocktail,on peut y ajouter un pincée de Bush et de Thatcher…Avec ce polichinelle,on peut dire que nous sommes gâtés et il y en a qui en redemandent!!!…Pauvre France!!!

          • Je pense que Hollande n’a pas dû apprécier la saillie de Najat et a dû la recadrer.
            Mais je crains que le mal est fait.
            Lui qui veut dénoncer la campagne sale de l’UMP ne pourra plus le faire désormais.
            C’est très fâcheux à mon avis.

        • Papa razzi va demander aux freres sarkosy combien ils ont empoché depuis qu’il est Président.Surtout Olivier celui de Carlyle.
          Pourriture au sommet!!!!On cva le déraciner le verreux!!!!

    • Je trouve ça plutôt juste moi aussi, et contrairement à ce que fait l’UMP, en effet, il n’y a pas d’attaque ad hominem.
      Najat Belkacem est un million de fois plus mesurée et plus classe que les portes-flingues sarkozystes, même dans ces propos là (il y aurait beaoucoup de citations à faire).
      Tenez bon Mme Belkacem !

  12. Après une une note publiée le 20 fevrier 2012 sur le site de Terra Nova (www.tnova.fr), le dernier billet de PEYRELEVADE est un article paru le 22 fevrier 2012 dans les pages Debats et Opinions du Figaro. et intitulé:
    « FRANÇOIS HOLLANDE N’EST PAS CRÉDIBLE »

    Comme l’a déjà rappelé Marianne en reprenant mes commentaires à Peyrelevade, Le petit jeu de contestation réciproque des chiffres a repris comme en 2007 !
    A ce jeu, qui ne dépasse pas le niveau de l’addition et de la multiplication, les apprentis économistes sont foison…
    La dispute en ce domaine a ceci de vain que, si les objectifs et les priorités politiques sont les mêmes, à l’intérieur d’un même système, les modalités d’application seront forcément voisines. De Gaulle disait en la matière: « l’intendance suivra! ».
    Et l’on voit les stratèges d’un jour déplacer les mêmes pièces sur le même échiquier, sans comprendre qu’il jouent un jeu à somme nulle !
    Ainsi, je relevais chez Moscovici, dans son billet « L’ÉLAN » (21.10. 11):
    « les priorités de François Hollande – la vérité sur les comptes publics, l’investissement dans la jeunesse et dans l’éducation, la réforme fiscale – seront mises en avant… »
    On constate là une étrange similitude:

    LES MÊMES PRIORITÉS CHEZ BAYROU ?
    Dans son livre « 2012, Etat d’urgence », Bayrou développe ses attendus:

    L’HÉMORRAGIE DES COMPTES PUBLICS: CELLE DE NOTRE COMMERCE EXTÉRIEUR (p.60-62)
    « Aujourd’hui, si la France connaît une chute continue, avec un déficit du commerce extérieur de 75 à 80 milliards, l’Allemagne connait un excédent de 150 à 200 milliards!
    Que reste-t-il aux « désenchantés » quand les sorties sont à ce point supérieures aux rentrées? L’emprunt pour tout, l’emprunt pour payer les fonctionnaires, pour payer les retraites, pour payer les feuilles de sécu. La dette toujours plus lourde, toujours plus grave, et qui augmente proportionnellement à la gravité de l’hémorragie.
    Quand on en est là, on n’est plus un pays indépendant. »

    LA MEILLEURE ÉDUCATION DU MONDE
    « Les objectifs de l’école, du collège, du lycée, au lieu d’être perpétuellement dévalués, doivent être réévalués. D’année en année, on a repoussé à l’étage supérieur ce qu’on échouait à transmettre au bon niveau; on a renvoyé au collège la transmission de bases qui relevaient de l’école primaire; on a renvoyé au lycée l’édification du socle de connaissances qui était la mission du collège; et l’université se voit chargée de transmettre ce que le lycée n’est pas arrivé à garantir.
    L’université doit conquérir l’excellence réputée être le lot des grandes écoles. Elle doit voir le doctorat popularisé, notamment auprès des DRH d’entreprises, comme une formation qui qualifie pour la responsabilité d’encadrement. »

    LE PREMIER GISEMENT DE RESSOURCES: L’IMPÔT
    « Il s’agira [tout d’abord] de s’attaquer aux niches fiscales. En réalité… ce sera un exploit que de trouver sur ces sommes d’une année sur l’autre une vingtaine de milliards.
    Pour arriver aux milliards de recettes supplémentaires nécessaires, j’ai la conviction qu’une augmentation de deux points de la TVA s’imposera… une rentrée fiscale de quelque vingt milliards. [Chez Hollande, à peine plus…]
    Enfin une augmentation des tranches de l’impôt sur le revenu…, tranche supplémentaire de 45% (au lieu de 41% aujourd’hui), et tranche extraordinaire de 50% pour les revenus très élevés… »
    [Chez Hollande, une seule tranche supplémentaire de 45%, mais l’imposition des revenus du capital touchant les plus élevés…]

    Je relevais ensuite la fin de phrase de Pierre Moscovici: « Soyons conscients que nos concitoyens sont dans l’attente…
    et lucides sur la difficulté des temps : leur mentir serait à la fois malhonnête et vain. »
    Or, rien n’est dit de « lucide », sur les causes de ces difficultés:
    – nos divergences dans l’UE et l’endettement en zone euro (rien n’en a été dit ni pendant les primaires socialistes, ni par Bayrou pour qui l’euro est sacré).
    – les distorsions sociales, fiscales, et environnementales, de pair avec nos déficits dans la mondialisation et l’OMC (où les réponses faites à Montebourg ont été de pure forme, et où Bayrou comme Peyrelevade esquivent le sujet).
    Est-ce à dire que l’on cache:

    LE MÊME AVEUGLEMENT ?
    Dans le même livre sus-dit, Bayrou ne réalise même pas son aveu sur le rôle du MONÉTARISME austro-allemand de l’euro(-mark):

    UNE HÉMORRAGIE RÉCENTE ET CONTINUE DU COMMERCE EXTÉRIEUR
    « Cette hémorragie est relativement récente. Elle est continue, elle nous entraîne par le fond. Pourtant, jusqu’au début des années 2000 [l’entrée en vigueur de l’euro scriptural], nous avons été à l’équilibre ou excédentaires. Les sorties et les entrées dans notre pays étaient du même ordre; Et même souvent bénéficiaires.
    Jusqu’au début des annèes 2000, dans les échanges avec l’Allemagne comme dans la concurrence avec l’Allemagne, la France progresse. A partir de 2002/2003 [juste après l’entrée en vigueur de l’euro fiduciaire], en cinq ans, tout le terrain gagné est reperdu.
    Et puis, vers les années 2003, nous avons pris le toboggan…
    Aujourd’hui, la France connaît une chute continue, avec un déficit du commerce extérieur de 75 à 80 milliards… »

    [ N’avions nous pas dit, ici, comme là (24.10.20h54):
    La souveraineté monétaire de l’Etat par financement du Trésor, au moyen de la Banque centrale, a été l’outil utilisé pendant les trente glorieuses (y compris sous le général de Gaulle, malgré les admonestations de Jacques Rueff) ?
    Cela nous ont valu une croissance moyenne supérieure à 5%, identique à celle de l’Allemagne et le double des Etats-Unis, malgré des dévaluations/réévaluations en sens inverse de part et d’autre du Rhin…
    Ce qui prouve que chaque pays a sa façon de fonctionner, en vertu de particularismes séculiers qu’il ne faut pas négliger, et que le fonctionnement actuel de notre zone monétaire « non-optimale » n’est en fait optimal que pour l’Allemagne et ses satellites, puisque l’euro… c’est le mark ! ]

    LA CONTRADICTION AVEC UNE POLITIQUE DE L’OFFRE
    « Il n’y aura pas de protectionnisme français. Ce serait choisir la pire des impasses… Encore moins y aura-t-il protectionnisme européen.
    Parmi les différences qui rendent la compétition difficile entre nous, européens, et le reste du monde, en particulier l’Asie, il en est que nous n’effacerons pas.
    Une des règles de base du commerce libre, c’est que l’appréciation des monnaies doit être libre, elle aussi. La valeur des monnaies s’adapte à la réelle puissance des économies, ainsi la monnaie veut dire quelque chose et les prix ne sont pas faussés. »
    [ N’avions-nous pas dit, ici même:
    L’EURO, UNE ERREUR INSTITUTIONNELLE VOULUE ?
    Tous les économistes l’ont souligné: il n’y a pas d’exemple d’union monétaire à devise unique qui ait survécu avec des pays économiquement distincts conservant leur souveraineté.
    Croire que les initiateurs de la création de l’euro, où tous les banquiers centraux étaient partie prenante, auraient été inavertis de cette logique, serait leur faire injure.
    Les politiques et les opinions ont beau se débattre, les faits et les échéances sont là: une monnaie unique, avec une politique libre-échangiste de l’offre, c’est à celui qui se serrera le plus la ceinture pour survivre au dépens des autres ! Ce n’est plus l’union, mais le conflit économique permanent au détriment des salariés ]

    Pour échapper à ces dilemmes sans fin du jeu à somme nulle, il faut modifier le système en un jeu coopératif, comme nous en expliquions ici les pré-requis, il y a peu. L’ennui, c’est qu’à ce long commentaire argumenté, il ne fut même pas répondu, alors que Paul Jorion en fit un billet invité sur son site (9 Février):
    http://www.pauljorion.com/blog/?p=33654#more-33654

    C’est dire si le petit jeu à somme nulle des contestations Bayrou vs Hollande peut continuer encore longtemps !

    • Je me pose une question : comment est-il possible que des posts longs, voire très longs ,copiés-collés d’autres blogs, continuent à avoir une place sur ce blog-ci ?? ils n’incitent qu’à aller voir ailleurs . Il y a une différence entre la liberté d’expression et la reprise-texto d’autres blogs .Htoutcourt a ses entrées libres ici ,le blog de Peyrelevade ne lui suffit-il plus ?Je suis perplexe..;les injures, les insultes ,je zappe ,les posts de htoutcourt ,aussi !ma propre participation est infime ,c’est vrai ; alors ,tant pis !

      • Je suis assez d’accord et Mariane en fait de même cela devient pénible, mais pour autant je suis contre la censure , et en plus il n’y a aucune raison de censurer , je les zappe comme vous.

      • Si vous n’aimez pas la longueur nécessaires aux commentaires argumentés, n’en dégoutez pas les autres:
        Voir, au billet suivant, le boulot qu’on du faire à votre place Footnote et papinova…
        Ah, évidemment, c’est tellement plus simple de commenter les prestations à la télévision comme un match de football !

Les commentaires sont fermés.