Dans les médias

Confiance

Catégorie : Actualité,Politique,Réflexions | Par pierre.moscovici | 11/06/2012 à 14:03

Le premier tour des élections législatives a rendu son verdict. Il est marqué par un message de confiance clair et fort envers le Président de la République, François Hollande, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault et le gouvernement. Il exprime surtout la volonté d’une majorité de Français que le projet présidentiel validé le 6 mai, celui du redressement dans la justice, soit mené sans entrave.

Dans un scrutin à deux tours, rien n’est joué avant le choix des électeurs lors du tour final, en l’occurrence le 17 juin : ne l’oublions pas.

Evidemment, il faut se garder de tout triomphalisme, de toute joie prématurée. L’abstention, tout d’abord, a poursuivi sa progression, constante s’agissant du scrutin législatif. Cela ne signifie pas nécessairement un désintérêt de nos concitoyens pour le Parlement et un désamour pour leurs députés. J’y vois pour ma part la conséquence logique de l’installation du quinquennat avec inversion du calendrier électoral, qui transforme les élections législatives en scrutin de confirmation ou de validation des présidentielles. Cela conduit beaucoup d’électeurs à considérer que tout est joué après la première consultation électorale et à se désintéresser d’un vote sans enjeu apparent et pourtant décisif. Faudra-t-il modifier cet état de fait ? D’aucuns y pensent : cela mérite débat. Le résultat, ensuite, est net mais pas encore sans appel. Avec près de 47 %, la gauche parlementaire est largement en tête, et apparemment en situation d’obtenir une large majorité parlementaire. Mais la droite UMP, avec 35 % des suffrages, n’a pas désarmé, alors que le Front national obtient un score élevé. Dans un scrutin à deux tours, rien n’est joué avant le choix des électeurs lors du tour final, en l’occurrence le 17 juin : ne l’oublions pas.

Le score du Parti socialiste et de toute la gauche, en premier lieu est très élevé, comparable voire légèrement supérieur à celui de l’UMP et de ses alliés en 2007

Beaucoup d’indicateurs, toutefois, soulignent le message de confiance que j’évoquais. Le score du Parti socialiste et de toute la gauche, en premier lieu est très élevé, comparable voire légèrement supérieur à celui de l’UMP et de ses alliés en 2007, au lendemain de la victoire de Nicolas Sarkozy. Le Parti socialiste lui-même, avec 35 % des voix, fait à lui seul jeu égal avec l’UMP, qui rassemble en théorie toute la droite, et pourrait obtenir, si la poussée du premier tour se confirme, une majorité absolue. Les membres du gouvernement, que certains voyaient en difficulté pour les candidats dans les circonscriptions les plus délicates – j’en étais – sortent confortés du premier tour. Et l’ampleur de la progression de la gauche nous permet d’envisager à la fois la conquête ou la reconquête de territoires jusqu’alors abandonnés ou concédés à la droite, y compris dans l’Est de la France, et l’entrée à l’Assemblée nationale de nombreux jeunes talents – dont beaucoup travaillent avec moi depuis des années, et dont je souhaite ardemment la victoire. L’UMP, enfin, reflue certes en – relativement – bon ordre. Mais certaines personnalités « emblématiques » de l’ancienne majorité, que je n’aurai pas la cruauté de citer ici, sont en ballotage difficile : toutes ne manqueraient pas forcément à la future Assemblée.

Quel est le sens de ce mouvement ? J’y vois une triple marque de confiance. Confiance, pour commencer, dans nos institutions. La droite, pour limiter sa défaite, n’avait qu’une issue : proposer aux Français de remettre en cause leur choix, fondateur, du 6 mai, et donc suggérer la cohabitation. C’était de bonne guerre – quel parti peut prétendre mobiliser sans offrir à ses soutiens une perspective de victoire ? Mais cela ne pouvait pas, ne devait pas aboutir. L’UMP a agité la menace d’une gauche hégémonique – il est vrai que nous détiendrons, si le succès est à nouveau au rendez-vous le 17 juin, la majorité dans les deux Assemblées et sur la plupart des territoires – mais en vain. La logique de la Vème République, qui s’est encore renforcé avec le quinquennat, est celle de la cohérence et non de la coexistence de majorité opposées, qui paralyserait le pays et l’affaiblirait sur la scène européenne et internationale. Cet argument est inévitable – nous l’avons nous-mêmes utilisé sans succès en 2007 et 2007 –il est aussi inévitablement voué à l’échec.

François Hollande et Jean-Marc Ayrault ont clairement marqué leur intention, à travers des gestes plus que symboliques, authentiquement forts, de rétablir l’exemplarité de la République. Ils ont aussi engagé le redressement – productif, financier, moral – dont notre pays a besoin.

Les Français ont aussi majoritairement dit leur confiance dans l’exécutif. François Hollande a été élu Président de la République il y a à peine plus d’un mois, c’était le 6 mai, et il n’a été installé que le 15 mai – le gouvernement de Jean-Marc Ayrault est entré en fonction le 16 mai. Dans ces quelques semaines, un nouveau cap a été dessiné, qui manifestement convainc. François Hollande et Jean-Marc Ayrault ont clairement marqué leur intention, à travers des gestes plus que symboliques, authentiquement forts, de rétablir l’exemplarité de la République. Ils ont aussi engagé le redressement – productif, financier, moral – dont notre pays a besoin. Ils ont pris des premières mesures témoignant de la volonté du nouveau Président de mettre la justice, sociale et fiscale notamment, au cœur de toutes les politiques publiques. Enfin, la politique étrangère et européenne de la France, sans connaitre de rupture absolue avec le passé, a pris un nouveau cours : le retrait de nos troupes d’Afghanistan avant la fin 2012 – je salue nos soldats, morts dans un attentat samedi dernier – ou le combat pour l’Europe de la croissance en témoignent. Ces choix, me semble-t-il, ont été approuvés dimanche 10 juin.

Je vois enfin dans ce scrutin la confiance placée dans le projet présidentiel. L’action conduite depuis la mi-mai, n’est en effet pas une fin en soi, elle est la première étape d’un changement plus profond, celui que la gauche propose au pays et qui a déjà été validé le 6 mai avec l’élection présidentielle. Les grandes lignes sont tracées, mais il faudra à l’évidence aller plus loin, et mettre en œuvre les engagements du Président de la République, François Hollande. Il faut, pour y parvenir – pour redresser nos finances publiques et notre industrie pour réformer notre fiscalité et la rendre équitable et progressive, pour accroitre les moyens de nos forces de sécurité, pour agir en faveur de la justice sociale, pour faire évoluer nos institutions, pour changer l’orientation de l’Europe et lui offrir des perspectives de croissance… – donner au Président et au gouvernement une majorité large, solide, cohérente. Et sans la force de la loi, rien n’est possible. Tel est le message du premier tour, tel est l’enjeu du second.

Je termine par la bataille que j’ai menée dans la 4ème circonscription du Doubs. On la disait difficile : je peux vous avouer qu’elle l’était ! Parce que le pays de Montbéliard est un territoire industriel doté d’atouts puissants, mais en grande souffrance sociale, avec un taux de chômage supérieur à 12 %. Parce que les évolutions politiques de ce territoire n’ont pas été, depuis une décennie, favorables à la gauche : celle-ci, c’est vrai, est implantée dans les exécutifs locaux, mais recule dans les scrutins nationaux – Nicolas Sarkozy a été largement majoritaire dans ma circonscription, François Hollande y a obtenu 51 %. Parce que le Front national n’a cessé d’y grandir en influence, parce que les idées qu’il véhicule progressent dans le contexte de crise que nous traversons. Parce que, enfin, la gauche s’était ici dispersée, avec 8 candidats se réclamant peu ou prou d’elle. L’élection n’était pas simple, et recélait plusieurs incertitudes : quel allait être mon score ? ma position singulière de ministre du gouvernement allait-elle constituer une force ou un handicap ? qui, d’une UMP en déroute ou d’un FN en dynamique, allait s’imposer ? y aurait-il ou non une triangulaire au second tour ?

Obtenir 41 % des suffrages, dans ces conditions, est une formidable reconnaissance, dont je suis touché. Elle est le signe que l’attachement que je porte au pays de Montbéliard est payé de retour, que la confiance de mes électeurs est puissante, que l’action que je mène ici comme député sortant et Président d’agglomération est appréciée.

Le résultat obtenu m’honore et m’oblige. Obtenir 41 % des suffrages, dans ces conditions, est une formidable reconnaissance, dont je suis touché. Elle est le signe que l’attachement que je porte au pays de Montbéliard est payé de retour, que la confiance de mes électeurs est puissante, que l’action que je mène ici comme député sortant et Président d’agglomération est appréciée. Je n’attendais pas un tel résultat – même si je l’espérais en vérité, sans oser y croire. Tout au long de la campagne, j’ai rencontré la fierté de mes concitoyens de voir un des leurs exercer d’importantes responsabilités gouvernementales : elle s’est traduite dans les urnes. Au second tour, j’affronterai à la fois la candidate du Front national, Sophie Montel, et celui de l’UMP, qui s’est totalement discrédité par une campagne complaisante envers les idées de l’extrême droite, qu’il a par son ambiguïté favorisées. Je souhaite, dimanche prochain, obtenir non seulement un succès, mais une victoire large, si possible avec plus de 50 % des suffrages. Je continuerai donc à mener campagne sur le terrain.

N’oublions pas toutefois, qu’il reste un tour. C’est au lendemain du 17 juin que nous pourrons tirer les enseignements décisifs de l’année électorale 2012, et déployer notre action avec toute la force qu’elle exige. Pour cela, il faut au cours de la semaine qui vient rassembler et mobiliser.

Be Sociable, Share!

Tags: , , , ,


105 commentaires

  • gaff dit :

    Après « l’Europe, en fin. » dxt J.Attali, préservons nous de « l’Europe sans fin » ou « l’Europe sans faim ». elle doit être mieux présentée.
    Déjà le drapeau est trop « non représentatif ». à la place d’un cercle avec les étoiles, il faudrait un drapeau avec l’ensemble des drapeaux nationaux. quitte à garder le cercle sur fond bleu ds un coin.
    Ensuite l’avenir sur 30 ans doit être annoncé. avec un acte fondateur ou pas. ou des ajustements sérieux.
    et enfin il faut mettre les projecteurs sur la décennie cad les 5,10 ans à venir.
    Tout ça nous changera un peu du cirque politico-fino-médiatique:
    « Moody note… » « Moody dit à l’Espagne « c’est pas bien », « les marchés financiers » disent « j’aime pas les épinards », Merkel dit au Portugal « j’aime pas l’eau salée », « truc much » dit à « machin » « j’aime pas ta chemise » etc etc etc.

  • xavier de villebrun dit :

    L’examen le plus sèrieux possible des résultats du 1er tour donne au 2ème une majorité absolue au P.S.avec environ 300 sièges(il y en aura peut-être un peu plus). Toutes les péripéties plus ou moins « people » de cette semaine n’y changeront rien. Evidemment,on est intoxiqué par les médias qui s’intéressent surtout à 4 circonscriptions: celles où sont concernés Ségolène(of course!!!), les 2 filles Le Pen et Collard. On dirait que le sort du vote dépend de ces quatre-là et que tout le reste passe à la trappe…Sans commentaire!!!

  • lola dit :

    Tous ces posts sentimentalos me donnent le tournis ; des armées de Sherlock Holmes sont sur les dents, Ruth Elkrief herself est sur la piste! pour moi je remercie chaleureusement les Ministres et les membres des différents cabinets d’avoir eu la bonne idée d’épargner aux pauvres citoyens que nous sommes les tourments de leur vie domestique ou les désarrois de leur vie sentimentale ; et
    leurs compagnes & épouses savent apparemment ne pas tout confondre , ce qui ne signifie pas qu’elles ne jouent aucun rôle ni qu’elles soient des « potiches ».

    • hihihi dit :

      Vous remerciez les ministres mais apparemment pas « votre » président. Il va pourtant bien falloir qu’il s’explique… et qu’il mette un petit peu d’ordre à la maison, non?

    • infox dit :

      François Hollande était-il encore le président des bisous lundi soir lorsqu’il a retrouvé sa compagne Valérie Trierweiler, qui avait envoyé son tweet ravageur d’encouragement à Olivier Falorni, le candidat socialiste dissident qui maintient sa candidature face à Ségolène Royal ?

      Une chose est sûre, le Président de la République, qui voulait en finir avec les interférences entre vie privée et vie publique, voit la rivalité entre son ex et son actuelle compagne étalée au grand jour et faire les choux gras de l’opposition. Il faut bien avouer que l’affaire est croustillante, mais elle marque surtout la fin de l’éphémère normalité du Président.

      Peu de temps après le tweet de la première compagne, la journaliste du Parisien Nathalie Schuck dévoilait dans un tweet un commentaire amusé « La présidence normale aura duré un mois et six jours… »

      Soap opera
      Cette « saga amoureuse compromet l’image du président normal », estime pour sa part The Guardian. « Hollande a soigneusement projeté l’image d’un président normal et les pieds sur terre, mais l’animosité entre son actuelle et son ex-petite amie tourne au soap opera entre célébrités évoquant les pires excès de la vie amoureuse très publique de Nicolas Sarkozy », remarque le journal.

      Le journal britannique résume excellemment la situation. Mais plus que la fin de l’image de président normal, ce tweet, symbole de la rivalité entre l’ex et l’actuelle compagne du Président est le fiasco de la normalité.

      Mélange des genres
      -D’une part parce que François Hollande a fait campagne en mettant en avant sa volonté de rupture avec l’ère Sarkozy, en particulier sur le mélange des genres entre vie privée et vie publique. « Là, cette histoire le met en décalage avec ses déclarations », constate Frédéric Dabi, de l’Ifop.
      François Hollande assurait que c’en était fini d’un président avec sa compagne accrochée à son bras. Mais cette affaire n’est guère plus reluisante que celle du SMS à Cécilia et de tout le mélodrame de la séparation du couple Sarkozy.

      «La règle simple, c’est que nous ne pouvons pas mélanger, confondre la vie politique et la vie personnelle», déclarait Hollande en 2008. Et il ajoutait, écrit Yves Thréard, dans le Figaro, le cœur sur la main, entre les deux tours de la présidentielle?: «Je ne mélangerai pas vie publique et vie privée.?» Promesse qu’un tweet vient de briser.

      Rivalité exceptionnelle
      -Fin de la normalité ou de l’image de normalité car même si les histoires de couples ou de cœur sont le lot de tout un chacun, elles n’éclatent pas au grand jour sous la forme d’un message de 140 signes sur un réseau social. Un message d’encouragement d’une grande banalité chez un ou une tweetos normal qui prend des allures d’affaire d’État lorsque c’est la première dame qui l’envoie. Qu’on ne nous fasse plus rire avec cette normalité. D’ailleurs, il est normal que le Président ne soit pas quelqu’un de normal.

      -Fiasco de la normalité car la rivalité qui oppose ces deux femmes est elle-même de nature exceptionnelle. Par essence, ce qui est exceptionnel n’est pas normal.

      Promesse non tenue
      Enfin, clap de fin de la normalité car avant même que ce tweet ne défraie la chronique, François Hollande brisait une autre promesse de campagne en signant une phrase de soutien à Ségolène Royal sur sa profession de foi. Et ce après avoir répété qu’il n’interviendrait pas dans la campagne et qu’il était le « Président de tous les Français et non le chef de la majorité ». Raté.

      Son seul défaut…
      Au final, pour paraphraser Montebourg qui, en 2007, affirmait que le seul défaut de Ségolène Royal c’était son compagnon. Aujourd’hui, le seul défaut de Hollande c’est sa compagne. Autant parce qu’elle a la fâcheuse habitude d’appuyer trop vite sur les touches de son smartphone pour envoyer un tweet que parce qu’elle entend jouer pleinement son rôle de femme indépendante au côté du chef de l’État. Un joli défaut mais que le monde politique ne saurait accepter.

      Même si au final cet anicroche sentimental pourrait bien rendre la vie de François Hollande bien plus simple si Ségolène Royal est battue. Finie la normalité, mais vive la tranquillité.

  • infox dit :

    Si ce n’est pas de la jalousie, qu’est-ce que c’est?!

    D’après Le Point, la Première dame, vexée du soutien de son compagnon à Ségolène Royal, avait averti François Hollande qu’elle comptait réagir.

    François Hollande savait que Valérie Trierweiler allait agir, mais ne savait pas comment, ni quand. C’est ce qu’a expliqué la journaliste Anna Cabana, grand reporter au Point, mercredi sur BFM TV.
    à 1:20′
    http://www.dailymotion.com/video/xrijwl_les-invites-de-ruth-elkrief-anna-cabana-et-sylvain-courage_news?start=1

    Elle raconte que Valérie Trierweiler était « très mécontente » que François Hollande ait accordé son soutien à Ségolène Royal sans qu’elle n’ait été mise au courant au préalable. « Elle lui dit au téléphone : ‘tu vas voir ce dont je suis capable, tu as fait ça sans m’avertir’ « , raconte Anna Cabana, qui cite « plusieurs sources ».

    Le président de la République sait donc que sa compagne ne resterait pas sans réaction, mais il « découvre le procédé en même temps que tout le monde », affirme la journaliste. En revanche, Valérie Trierweiler prévient Olivier Falorni qu’elle va « dégainer sur Twitter ».

    François Hollande n’a pas encore réagi publiquement à cette affaire. Selon Le Parisien, qui cite l’entourage du président, celui-ci aurait « très mal pris » l’attitude de la Première dame.

  • Amelle dit :

    Sinon sur un tout autre sujet, j’apprécie beaucoup la communication de Fabius sur la Syrie, j’ai beaucoup apprécié le ton très très ferme surtout quand il parlait de la situation des enfants la bas.

    Il fallait dénoncer ce qui se passait et Fabius l’a fait avec des mots fort, très fort pour un langage diplomatique mais qui résonnait aussi très juste.

  • infox dit :

    Rue89 le 13/06/2012 à 17h33
    Trierweiler a demandé le retrait de deux photos au Monde.fr

    « Le 4 juin, ulcérée par la publication, sur LeMonde.fr, du making-of du portrait officiel du Président, elle appelle la rédaction pour demander le retrait de deux photos qui la montrent assistant à la prise de vues dans le parc de l’Elysée. Ce qui n’a pas été fait. »

    http://www.rue89.com/rue89-politique/2012/06/13/trierweiler-demande-le-retrait-de-deux-photos-au-mondefr-232980?utm_source=twitterfeed&utm_medium=twitter

    Les photos en question:
    http://www.lemonde.fr/politique/portfolio/2012/06/04/les-coulisses-du-portrait-officiel-de-francois-hollande_1712189_823448.html

    Pourquoi cet interventionisme? Supprimer des photos compromettantes? Comme au bon vieux temps de l’URSS? En quoi le sont-elles?

  • Jonas dit :

    Les trolls insultants sont toujours là, toujours aussi méprisables…

  • Alceste dit :

    Bien qu’on ait plutôt envie d’entendre parler des enjeux de ces législatives, tant la commande de changement et de progrès est immense, il semble impossible d’échapper au sujet du jour, infiniment plus cataclysmique que ne l’a été le déluge sur l’arche de Noé. Si la presse est le reflet de nos consciences, nous voilà tous sommés de nous associer à l’émotion générale qui, à y regarder de plus près, tient en fait du règlement de comptes bien plus clairement que de l’information. Venant de la presse de droite, manifestement peu émue de ce national-sarkozysme qui s’étale au grand jour dans maintes circonscriptions, cela n’étonne guère. C’est même un bonheur de lire la jubilation horrifiée d’un Philippe Tesson, évidemment très attendue. Venant de la presse de gauche, cela n’étonne guère davantage, pour peu que l’on soit sensible aux frissons de volupté qui accompagnent la dénonciation du prétendu scandale, festival de tartufferies réclamant de concert qu’on cache enfin ce sein qu’un journaliste vertueux ne saurait voir.. qu’on ne saurait voir en particulier quand il s’agit d’une consœur, dont la faute originelle aura été de sortir du rang des laborieux. Quant à espérer voir considérer la cause première de ce mal qui répand la terreur, cause politique s’il en est, à en juger par les protagonistes de la compétition en question, cela paraît vain. On préfère réduire tout cela à une banale affaire de femmes. La phallocratie semble avoir encore de beaux jours devant elles. Elle arrange bien les choses, pour tout ce beau monde. A droite, mais aussi, hélas ! à gauche

  • domi 25 dit :

    Le Siège de La Rochelle.Un Charentais en résistance contre le piston parisien.Une population locale bafouée dans sa dignité.Un camarade bien mal récompensé de ses efforts passés.Cela s’appelle une injustice!

    • Nicolas (Nantes) dit :

      Faudrait voir à pas abuser lol. Royal y est allée avec ses gros sabots, c évident, mais Falorni n’est sûrement pas non plus le tout gentil qu’on veut présenter :)

      Mais s’il y a une leçon à retenir, comme à chaque fois, quand on change de territoire électoral, il faut prendre toutes toutes toutes les précautions car c’est toujours délicat. On parle pas de Jack Lang mais on risque d’en parler dimanche aussi…

    • Amelle dit :

      Faut arrêter de parler de piston.
      Cette circonscription été réserve à une femme et c’est Maxime Bono le député sortant qui a proposer le poste à Sego avec l’accord de la direction pour qu’elle ne reprenne pas la circonscription à Batho.
      Maxime Bono même s’il n’est « rocherais de souche » comme dirait Falorni (Encore une bêtise, décidément il les collectionne), il quand même un très bon maire apprécié par ses Habitant soucieux de leur intérêt.

      Falorni a décidé de rentrer en résistance par haine envers Sego sur une circonscription reservé à une femme, il en subi les conséquences comme tout ceux qui sont rentrer en dissidence et on été exclu et il y a un paquet. Sego à été mis en tête donc la primaire que demandais Falorni à été faites par les électeurs, il aurait du céder se désister comme c’est la règle d’ailleurs ici à Paris c’est ce qu’à fait la dissidente face à Bernard Debré sans en faire un psychodrame ou une maladie.

      En plus Falorni accuse Royal d’être que de passage alors que comme dirais Bono il a plus croisé Royal dans sa ville que Falorni à la mairie ou il est censé être adjoint. Et on apprend des belles et des pas mure sur ce personnage qui a la tête de la fédé non seulement à réussi à mettre tout le monde d’accord contre lui mais aussi les verts ne lui pardonnent pas sa décision de ne pas vouloir faire alliance ce qui a coûté le conseil général en 2011 à la gauche.

      Sego tout le monde sais ce qu’elle a fait à la Rochelle, comment dernièrement elle a aider les victimes de xynthia, elle a réhabilité le port de la Rochelle sans parler qu’il a 24 ans la région était de droite, elle arraché sa circonscription, elle a ensuite arraché la région qui est maintenant une région de gauche.

      Alors parler de piston désolée mais c’est réellement mal placer, aujourd’hui les rocherais ont le choix entre un dissident soutenu par la droite qui a préféré plomber leur propre candidate pour lui permettre de plomber Royal et la candidate socialiste officielle qui a toujours été au service de sa région soutenu par toute la gauche réuni et le centre. À eux de choisir.

      • Nicolas (Nantes) dit :

        Je suis d’accord avec la conclusion, ce sont aux Rochelais et habitants de l’Ile de Ré de choisir. C’est eux qui auront le dernier mot.

        Mais je redis ce que j’ai dit. Quand on change de territoire, ne serait-ce que de 10 km, c’est toujours une opération délicate. Et cette situation le prouve à nouveau.

        Sois honnête, Falorni n’aurait jamais fait 29% au premier tour s’il n’y avait pas de souci localement.

        Après, je pense que tout le remue-ménage fait plus de tord à Royal qu’autre chose.

      • Nicolas (Nantes) dit :

        Et le sondage IFOP qui vient de tomber semble montrer un avis très clair des électeurs locaux… même si un sondage aussi local est très peu fiable (vu l’écart entre les sondages de premier tour et le résultat réel).

        • Amelle dit :

          Falorni à fait 29% grâce à Bussereau, son plus haut score il est à eu dans des bureau de vote ou on vote majoritairement à gauche.
          Quand a son soit disant parachutage, je répéterai la phrase de Bachelay qui disait que les meilleurs géographe ont conclu que la Rochelle se situait bien dans le Poitou Charente.

          Je ne sais pas si le sondage va se concrétiser dimanche, l’Ifop donnait bien Melenchon vainceur au second tour à 55% à Henin Baumont mais si c’est le cas je serais désolée pour Royal qui avec ce qui est arrivée hier on pourra dire que ces 5 dernières années on ne lui aura rien épargné et malgre tout, elle reste très digne et fait tout pour remonter la qualité du débat électoral.

          • Nicolas (Nantes) dit :

            Amelle, je n’emploie pas le terme de parachutage. Je dis seulement que n’importe quel élu politique qui part de son strict territoire d’origine pour aller ailleurs, ne serait-ce qu’à côté, dans un endroit où il est connu, reconnu, etc., c’est toujours une phase délicate ! Et c’était mal embarqué depuis le début.

            Mais je pense surtout que c’est tout le brassage médiatique autour de cela qui est en train de saouler gravement les électeurs locaux. A mon avis, le soutien de Aubry et Duflot a été une grosse erreur, au-delà du fait que le résultat de Falorni a été une grosse surprise.

            Sinon, oui, c clair, elle voit du dur depuis 2007, mais elle rebondira. On la connaît, c pas le genre à se taire ou s’arrêter. Quand elle a perdu à Niort il y a des années, ça l’a pas empêchée de faire un beau parcours après. Mais c clair, toute défaite est vexante.

        • rions un peu dit :

          Vous oubliez de préciser que le dit-sondage donne 58/42% en faveur de Falorni!
          On est très loin de la marge d’erreur de 2 à 3%.
          Vivement dimanche 20h. J’adore voir Ségolène se prendre des claques et essuyer quelques larmes. Je dois être un brin sadique.

          VOTEZ-FALORNI !

          VOTEZ-FALORNI !

          VOTEZ-FALORNI !

        • Rochelais dit :

          Le sondage « local » et « si peu fiable » selon vous -il est vrai qu’en Poitou-Charente il n’y a que des ploucs, c’est bien connu, merci – est, pour vous rassurer, de l’institut Ifop/Fiducial et commandité par France Bleu La Rochelle, Sud Ouest et France 3 Poitou-Charentes, réalisé lundi et mardi, soit avant et après le fameux tweet.

          • Amelle dit :

            Quel rapport entre plouc et sondage ?

            Je rappelait seulement que le même institut donnait Melenchon vainqueur au législatives avec au 1er tour une Le Pen à 34%, résultat des courses on s’est retrouvé avec une Le Pen à 42% et un Melenchon éliminé au 1er tour. Est ce que les habitants d’Henin Beaumont aussi sont des ploucs ?

            Tout les sondages doivent être pris au sérieux mais un sondage ne remplace pas une élection, le même sondage dit que 87% des électeurs de Sarko voteront Falorni. Qui sait peut être qu’une bonne partie de cette électorat préfèrera dimanche aller à la pêche exaspéré par ce duel de « gauche ».

          • Nicolas (Nantes) dit :

            Aucun jugement de valeur sur les électeurs locaux. On rappelait seulement qu’un sondage local est très très approximatif, du fait de la faiblesse de l’échantillon. Donc vraiment, ne vous sentez pas jugés, ce n’était pas le cas.

        • Rochelais dit :

          16h23: Jean-Marc Ayrault appelle Olivier Falorni à se désister en faveur de Ségolène Royal
          Le Premier ministre l’a dit à l’AFP.

          Apparemment, là-haut on a l’air de prendre ce sondage au sérieux.

          • Nicolas (Nantes) dit :

            Encore une fois, on ne dit pas qu’il est faux, on dit qu’il est approximatif, même si c’est vrai, la différence semble nette.

          • seb dit :

            Je ne suis pas sur que ce « soutien » soit de bon augure.

            Il y a une « direction du PS » : que celle ci gère l’affaire est normal.

            Que le PM – qui a sans doute bien d’autres choses à faire – viennent faire de la cuisine politicienne, bien moins.

            Personne ne se souvient à Matignon d’un certain Sarkozy soutenant mordicus son « poullain » au détriment du « candidat local » de Neuilly. Et bien c’est voir quoi on se dirige.

            Q’un « chef de parti » recadre les « rebelles », tout à fait normal.

            Qu’un « PM » fasse de même – et plus encore le Président – ne l’est pas. Parce qu’ils sont « au pouvoir ». Et que toute intimidation, menace, envers le candidat « rebelle » ne peut, dès lors, apparaitre que comme « arbitraires ! Remarquez, le candidat « rebelle », lui, doit bien se marrer : chaque « rappel à l’ordre » du « pouvoir »…Lui assure de nouveaux points dans les sondages…Et bientôt aux urnes ?

            Le mieux serait que Mme AUBRY, qui est la seule « légitime » en la matière, intervienne. Sans aller chercher un Président qui a promis de s’en tenir à son nouveau rôle et un PM qui a bien d’autres soucis à gérer que la cuisine électorale du PS !

  • bêche guy dit :

    J’ai lu…je suis loin de partager toute cette analyseun peu ronflante . Rendez vous au lendemain du second tour pour une vraie analyse et redonner un sens aux mots afin que dans les actes ils aient la même signification que dans les discours….

  • lola dit :

    @ Exemplarité de la République ? fou rire ! que V.Trierweiler ait été au tout 1°plan le jour de la passation de pouvoir m’avait surprise, sans plus ; elle doit aimer serrer des mains et embrasser le public …qu’elle fasse part de ses doutes et hésita-
    tions quant à son futur rôle m’avait interloquée ; elle avait eu du temps pour y réfléchir et résoudre la question ,installée au coin du feu ; qu’elle intervienne en direct dans le jeu politique, rien ne va plus . Qu’elle ne soit que la « domestic partner » comme le disent les Anglais, ne me choque pas ; mais qu’elle ne vienne pas mettre son grain de tweet dans la politique ; manquerait-elle d’intelligence ? les Guignols ont de beaux jours devant eux!

  • rions un peu dit :

    Les Guignols de l’info d’aujourd’hui. C’est gratiné sur la « triangulaire Royal/Hollande/Trierweiler.
    http://player.canalplus.fr/#/670150
    Rotweiler va s’en prendre plein la g… pendant 5 ans. Elle ne va pas tenir très longtemps à mon humble avis.

    • Nicolas (Nantes) dit :

      Le même humble avis où vous nous répétiez depuis des mois que Hollande allait s’écraser et se faire dégommer par Sarkozy ? On peut dire que vous n’avez pas le nez très fin.

      • rions un peu dit :

        Ne parlons pas de moi SVP.
        Dites-moi plutôt si les Guignols vous font toujours autant rire que sous Sarkozy.
        Car voyez-vous, maintenant je dois avouer que je les trouve plutôt drôle et surtout très pertinents concernant le trio infernal. La réalité a même dépassé la fiction!
        J’en redemande, les temps sont tellement durs qu’une tranche de rigolade quotidienne ne peut que faire du bien;-)))))))))))))))))))))))))))

        • Nicolas (Nantes) dit :

          Oui oui, je les trouvais souvent drôles avant et je les trouve souvent drôles maintenant.

          Je réagissais simplement à votre « nez fin » légendaire sur sa capacité à tenir, votre nez fin qui s’est planté à chaque fois depuis quelques mois…

          • rions un peu dit :

            Vous me rassurez. Je craignais que vous n’ayez pas trop le sens de l’humour. Je m’étais trompé une fois de plus ;-)
            A la bonne heure, nous allons pouvoir dialoguer, partager!
            A propos que pensez vous de la façon dont les guignols ridiculisent le gros benêt, incapable de prendre une décision? Hilarant, non? Plus vrai que nature, non? A ce rythme-là, dans 5 ans il sera non seulement plus détesté que Sarkozy, mais pire, il sera méprisé!
            Je suis bien d’accord avec vous, les guignols sont très drôles. A très bientôt sans aucun doute…

          • Nicolas (Nantes) dit :

            Ca fait des années qu’on nous dit que Hollande ne tiendra pas le coup, qu’il est mou, que les gens ne l’aiment pas, que tout va se dégonfler. Et pourtant, il a été élu Président de la République :)

            Mais oui, vous aurez bien 5 ans pour vous moquer de lui, c’est le jeu et on fait avec. On s’est pas mal amusé avec Sarkozy et on a réussi à le virer :) A votre tour donc ;)

  • COPA dit :

    L’affaire, montée en épingle par les médias et/ou l’UMP et le FN (d’ailleurs ils se sont tous jetés sur cette affaire, concernant Mme Trierweller m’amuse ENORMEMENT. Pour ma part, je considère que chacun a le droit de s’exprimer! Depuis quand, les personnes sont interdites de parole?
    Comme vous le dites si bien, elle n’a pas été élue.
    Bien que j’apprécie Mme Royal, je respecte le choix des électeurs et il faut savoir accepter les « combats ».
    L’UMP met au niveau le Front de Gauche et le FN: Bon nombre de personnes que je connais, étant issu des milieux populaires, sont très loin des thèses défendues par le FN. Classer le FdeG de parti fasciste parce que les salariés veulent se défendre face aux forces de l’argent, en réclamant plus de justice,c’est quelque peu gonflé. Il est vrai qu’elle ne sait plus où elle habite.
    Je pense qu’il y a des sujets autrement plus sérieux, Chômage Déficits, crise européenne
    Tiens en parlant de déficit , la commission européenne, après analyse de son Programme de Stabilité Financière 2012/2014 présenté par la droite avant les élections, signale à la France que celle ne pouvait pas atteindre 3% de déficit en 2013 et que les mesures présentées étaient floues et non documentées pour certaines…..

    • Nicolas (Nantes) dit :

      COPA, oui, tout le monde a le droit de s’exprimer et de soutenir qui il veut. Il n’empêche que la situation est pathétique puisqu’elle s’est exprimée par mesquinerie, et non pas par idée politique. Elle est assez pathétique et ridicule sur le coup.

      • hihihi dit :

        Sarko reviens ! Finalement, le président normal c’était bien lui… Là, on touche le sommet du ridicule et ça promet pour les cinq ans qui viennent.

        • Pascal dit :

          sarko, 700 000 euros réclamés chaque année pour 10 garde du corps. il est si détesté que ça pour qu’il en ait besoin d’autant. il a mis la france en faillite et il se permet de nous saigner encore.

        • Nicolas (Nantes) dit :

          Normal ? Vous en avez d’autres blagues de ce genre ? :)

      • seb dit :

        Le véritable problème, c’est que « Val » n’a pas l’air de comprendre à quel point elle enfonce son « compagnon » ! Ce n’est pourtant pas compliqué – une lecture de l’Histoire de France suffit – pour comprendre ce fait, simple et clair, que la manière dont la « femme de » se comporte à des effets délétère sur son compagnon !

        On a vu à quel point « Cécilia » a rapidement mis un terme à la « cote » de M. SARKOZY. Les Français n’ont pas eu de compassion pour ce dernier, quand ils l’ont vu se précipiter derrière sa femme. Il était ridicule, tout simplement. D’autant que ladite Cecilia se conduisait comme une Henriette d’Estragues, faisant peser le chaud et le froid, pour acquérir plus de pouvoir, sans renoncer à ses conquêtes.

        Et si l’on devait montrer l’importance de la « femme de », le « couple normal » (ils se conduisaient comme des bourgeois) royal de 1789 est là pour en témoigner.

        Ce n’est pas le tempérament de Louis XVI qui a fait qu’il est passé du « bon roi » au « tyran »…C’est, sa femme ! Un roi incapable de dominer sa femme est forcément faible…Et donc indigne de gouverner. Un roi laissant la haute main à son épouse sur les affaires de l’Etat, ne peut qu’être la marionnette d’icelle (et de son pays natal), et par ce biais indigne de la haute fonction qui est sienne. Un roi, enfin, qui laisse son épouse « gouverner » à sa place, ne peut être qu’un tyran, puisqu’il laisse des actes arbitraires se faire.

        Aujourd’hui, les guignols moquent le « faible François » qui ne sait pas « dominer » sa pétillante (mais au combien irritante) compagne. Laquelle, pour encore embellir son cas, vit avec un homme, alors qu’elle est toujours (sur le plan juridique) la femme d’un autre, dont elle porte d’ailleurs le nom…

        Aujourd’hui, les médias moquent le « combat des dames » que se livre Ségolène Royal et Val. Une moquerie de bon aloi, puisqu’il fait penser à celui d’une certaine Diane de Poitiers, ne pouvant souffrir la présence de sa rivale ! Combat ridicule, stupide…Et qui sera (fatalement) remporté par Catherine de Médicis.

        Val n’a même pas l’air de comprendre que sa conduite, mesquine (parce que son soutien n’a rien de politique, il vise simplement à égratiner une rivale) la dessert complètement.

        Ne voit elle pas que son acharnement sur Ségolène Royal ne peut signifier qu’une chose ? Qu’elle s’empare non du titre « d’épouse sans le nom » mais tout au contraire de « Grande Concubine » pour ne pas dire « Favorite » !

        Si le rôle lui plait, qu’elle ait au moins l’obligeance de prendre ex sur la Dame de Beauté, plutôt que d’imiter la Pompadour !

  • Franckie dit :

    Ce qui est particulier dans ces élections de 2012, c’est que finalement tant le président que la future ( sans doute) majorité présidentielle à l’assemblée auront été élus grâce à des « soutiens » venant de partis ( EELV, le Front de Gauche, le Centre ou de manière différente, le FN, par stratégie anti-UMP qui ne partagaient que très ou pas du tout le programme présenté par le PS.
    Alors, l’un dans l’autre, en tenant compte du fort taux d’abstention -quelle que soit la siginification qu’on lui donne,conséquence du quinquennat et/ou désaffection du monde politique par les citoyens- peut-on vraiment se prévaloir avec satisfaction d’une réelle « marque de confiance » dans l’exécutif et le projet présidentiel ? C’est sans doute le verbe électoral qui veut ça…

  • VT çà suffit ! dit :

    Madame Trierweiler, Ce que vous venez de faire est d’une gravité extrême. Mais il semble que vous n’ayez pas suffisamment de sens démocratique (ni même tout simplement de sens politique) pour vous en rendre compte. Il est une loi non écrite, mais parfaitement judicieuse, de notre république : le conjoint du chef de l’Etat, qui n’a aucune légitimité démocratique, ne doit en aucune façon intervenir dans la politique de notre pays. Les seuls régimes qui ne respectent pas cette règle sont des régimes autoritaires. Pour qui vous prenez-vous, finalement ? Pour Simone Gbagbo ? Pour Imelda Marcos ? Pour Simone O. Duvalier ? Ou pour Sainte Evita Perón ? Ce que vous avez fait dépasse très largement le cadre minable de la jalousie ou de la rancoeur. Faites très attention : vous êtes en train de trans

    • VT çà suffit ! dit :

      vous êtes en train de transformer une  » présidence normale  » en présidence pathologique, qui sera vite rejetée par le peuple.

      • Pascal dit :

        a croire qu’elle est le point faible de hollande. est-elle auusi stupide que l’annerie qu’elle vient d’écrire. veut-elle être détestée et moquée pendant 5 ans? sa jalousie semble avoir parlée. par pitié pour FH, qu’elle se taise.

        • Pascal dit :

          carlita n’avait rien dans le crâne, mais au moins elle ne l’à ramenait pas, seul acte à mettre à son crédit. les première dame serait-elles de plus en plus sotte au fil des mandatures. j’espère que ça lui servira au moins de leçon.

        • seb dit :

          Je crois, sincèrement, qu’elle ne comprend pas la bétise de son geste. C’est tout bonnement l’attitude d’une « maitresse royale » ne comprenant pas pourquoi l’homme qu’elle aime (et l’aime en retour ?) garde du respect (sinon plus) pour la femme de ses enfants. (Syndrôme Diane de Poitiers)

          La faute en revient, sans doute, aussi à M. HOLLANDE.

          A l’évidence, « Val » est une femme qui aime montrer, publiquement, son amour. (Ou son désir) Et que je t’embrasse en pleine bouche le soir des élections, et que je te tienne par la main en attendant le décompte, et que je te soustrais à tes amis pour mieux te garder, et ainsi de suite.

          Bref, on a une femme amoureuse, et qui veut le montrer.

          Face à ce besoin viscéral, on a M. HOLLANDE, qui semble vouloir la discrétion. En témoigne sa gêne, à chaque fois que « Val » lui saute dessus en public.

          Et qui, peut être dans un désir d’apaisement – il a quand même trompé Ségo avec Val – témoigne du respect envers, sinon la femme de sa vie, à tout le moins la mère de ses enfants et une « amie » politique.

          De toute évidence, « Val » supporte très mal ce fait. Le « respect » de M. HOLLANDE passant sans doute, à ses yeux, pour un reste de « flamme » ce qui (au reste) n’a rien d’étonnant. (Surtout si Ségo était son premier amour)

          Il serait donc utile (et souverain pour la France) que M. HOLLANDE ait la bonté de rassurer sa « compagne » sur ses intentions (et ses sentiments) parce que Val a (manifestement) très peur que Ségo lui pique son « François ». Eventuellement, M. AYRAULT pourrait jouer les médiateurs dans cette affaire.

          Et par la suite, peut être serait il bon que M. HOLLANDE « s’engage » avec « Val » (une fois que celle ci aura rendu son nom à son époux et obtenu le divorce) ne serait ce que par le biais d’un PACS. Car si « François » n’a pas du tout l’air porté par les « engagements officiels » (type mariage)…Il ne semble pas que sa « compagne » partage son avis sur la question, du moins intérieurement. Sinon, elle ne ferait pas de telles scènes (publiques) de jalousies à Ségo. Une fois M.HOLLANDE « ferré », il est certain qu’elle aura moins peur de sa rivale.

          • lola dit :

            @Seb :il me semble que vous avez une reconversion toute trouvée ! autrefois, il y a bien longtemps, mes copines de classe et moi, ns ns arrachions le magazine « elle » pour nous délecter des conseils de Marcelle Auclair, aux coeurs en peine ; de grands fous-rires ,et le must était de les commenter sur de petits papiers
            qu’on faisait circuler en classe ; on se faisait piquer,bien sûr ; et innocemment ns demandions au prof, son avis ; nos profs étaient majoritairement des hommes, et malheur à eux s’ils se laissaient entraîner à commenter ! c’était la fête ! (j’ai conservé un gros cahier,
            dans une malle aux greniers, où se trouvent qquns de ces commentaires adolescents).
            ~~ votre post est à archiver , mais je vous préfère en « historien » très nettement !

        • Sagone dit :

          Elle est petrie de haine et de jalousie vis a vis de Ségolène…

          Perso elle me tape deja sur les nerfs.

          Mais!!!Quelle se taise!! Pour le bien de la gauche et de la France!!!

          • seb dit :

            « Val » est une jolie femme – même si je préfère Ségo – et je pense qu’elle a eu des « petits amis » avant François HOLLANDE.

            Elle devrait donc comprendre qu’elle n’a rien à craindre de Ségolène, qui me semble avoir tout a fait renoncé à lui. (Même si oublier son grand amour prend du temps)

            Je suis franchement déçue qu’une journaliste de « Paris Match », qui passe son temps sur les amours/désordres de la vie des « stars » ne comprennent pas que chacune de ses colères, en plus injustifiées, ne peut que la désservir aux yeux des Français et rejaillir (politiquement) sur son mari. Si le PS n’a pas autant d’élus que souhaités, je gage qu’elle en sera la première responsable à leurs yeux. (Et pas forcément à tort)

            Il est tout a fait normal que M. HOLLANDE honore Ségolène, qu’il a d’ailleurs bien mal traité après leur rupture (sans doute sous l’égide de Val dont la délicatesse ne semble pas être la première des vertus)

            Après, comme dit plus haut, M. HOLLANDE pourrait sans doute manifester à cette « femme amoureuse » et visiblement possessive, quelques gages (privés) de son amour, histoire de la rassurer. Car là, sincèrement, ce « tweet » révèle une peur panique de « Val ». Serait elle si peu assurée des sentiments que François lui portent ?

            Cette « jalousie » ne peut que lui faire du tort. Ses exigences – un french kiss, un bureau, à quand des lettres enflammées chaque jour, rendues publiques ? – aussi.

            Il serait dommage que « Val » cherche tant à imiter les caprices des maitresses royales, quand il semble (je suis un homme tout de même) que F. HOLLANDE soit sensible à la sérénité pour ne pas dire la tranquillité d’esprit.

  • infox dit :

    Pour qui veut en savoir plus sur le différend Royal-FalornI.
    http://www.sudouest.fr/2012/06/12/les-fautes-du-camp-royal-740504-659.php

    On peut le comprendre.

    • Nicolas (Nantes) dit :

      oui c sûr, c toujours intéressant de suivre l’historique, même si à mon avis, les coups bas doivent se compter des deux côtés… Mais le jour où on a besoin de l’autre, ça fait mal.

  • xavier de villebrun dit :

    En ce qui concerne les cas Bayrou et Mélenchon, il fallait adopter la même attitude. Ou bien,on les soutenait explicitement ou implicitement en ne présentant pas de candidat socialiste, mais c’était un peu acrobatique,car entre Bayrou et Mélenchon,il n’y a pas photo; ou bien,on présentait un candidat bien implanté localement sans s’occuper de ces 2 vedettes; c’est ce qui a été fait et finalement,c’était la position la plus raisonnable d’autant plus que ces 2 candidats ont maintenantune chance d’être élus!

  • infox dit :

    Alain Juppé a estimé mardi sur France Inter que François Hollande allait « manger son chapeau » dans le différend franco-allemand sur la croissance, à la faveur d’un compromis où il accepterait une « simple déclaration d’intention » s’ajoutant au traité de discipline budgétaire.

    « Pourquoi faire monter la mayonnaise » avec l’Allemagne à ce sujet, s’est interrogé l’ancien ministre des Affaires étrangères, « alors qu’on va tout simplement arriver à un compromis, je le pense, dans lequel M. Hollande mangera son chapeau ».

    Le président français « acceptera une simple déclaration d’intention sur la croissance qui viendra s’ajouter et non pas se substituer au traité dont il a dit qu’il ne le ratifierait pas », a-t-il avancé.

  • infox dit :

    ÉNORME!
    Valérie Trierweiller soutient Falorni contre Royal!!!
    https://twitter.com/valtrier/status/212483414463492096

    • Adrien dit :

      Non, non et re-non !
      Autant je me fiche pas mal des commentaires ridicules que l’on a vu fleurir autour de la nouvelle première compagne (dans le fond, en dehors des lecteurs de gala, ça ne concernait pas grand monde jusqu’à aujourd’hui…), autant la ca depasse les bornes.
      Car meme si j’ai toujours combattu le populisme de gauche à la Royal, là c’est une faute politique impardonnable, qu’Hollande ne peut pas se permettre. On ne tire pas sur les ambulances, c’est bien connu, on préfèrera leur dégonfler les pneux, ou mieux encore, leur mettre du sucre dans le réservoir: c’est bien plus efficace.
      Car la, si vous voulez renforcer les passions autour du personnage christique de Royal, vous ne vous y prendriez pas autrement.
      Alors certes, elle fera cecession toute seule dans son coin au début, mais elle pourra s’afficher à nouveau en victime légitime, role dans lequel elle s’est deja illustré brillamment dans les médias, qui ne manqueront pas de lui donner la parole, et elle représentera à nouveau un danger dès lors que le gouvernement et/ou le PS sera en difficulté (et comment pourrait il en etre autrement dans un quinquennat aussi glissant que celui-la ?).
      Il faut rectifier le tir d’urgence, c’est inadmissible.

      D’autant plus qu’elle a avait DEJA perdu sa circonscription. Cette sortie illégitime de V. Trierweiler est aussi inutile qu’inacceptable et oblige le gouvernement et les instances du PS a réagir fortement.

      • Pablo dit :

        « D’autant plus qu’elle a avait DEJA perdu sa circonscription. »

        Elle n’a pas perdu sa circonscription, elle n’a pas souhaité s’y représenter en 2007, au profit de Delphine Batho, officiellement au nom du non cumul des mandats (je ne sais pas honnêtement s’il y avait d’autres raisons moins avouables).

        Pour les législatives de cette année, le PS l’a plus ou moins parachutée dans cette nouvelle circonscription. Ceci dit, elle est la candidate officielle du PS et c’est bien elle qui doit recevoir le soutiens des socialistes.

      • Nicolas (Nantes) dit :

        Suis assez d’accord. Je trouve que là, Trierweiler manque clairement d’élégance et surtout se mêle de ce qui ne la regarde pas. Sur le coup, elle m’a saoulé là.

        Que les électeurs de la Rochelle et l’île de Ré votent pour celui ou celle qu’ils veulent. Mais tout ce tintamarre devient ridicule.

        • infox dit :

          Jean-Louis Bianco, député PS des Alpes-de-Haute-Provence proche de Ségolène Royal, s’est demandé mardi « de quoi se mêlait » Valérie Trierweiler en apportant son soutien à Olivier Falorni, l’opposant aux législatives de l’ancienne candidate à la présidentielle.

          « Nous n’avons pas élu Valérie Trierweiler, nous avons élu François Hollande, donc je demande : De quoi se mêle-t-elle ?, s’est-il insurgé sur LCI. Je trouve ça purement et simplement indigne. » « Moi, j’ai travaillé avec Danielle Mitterrand, qui était une grande dame, qui avait des causes, qui travaillait pour des causes, mais jamais elle ne se serait permis de se mêler de politique intérieure », rappelle celui qui a été secrétaire général de l’Élysée sous François Mitterrand.

          • Nicolas (Nantes) dit :

            Pour le coup, il a parfaitement raison. Quelles que soient les inimitiés entre Royal et elle, elle n’a pas à s’exprimer publiquement sur cette élection, c’est très malvenu. Pour une fois qu’on est d’accord sur un point.

            On a trop vu les dégâts sarkozystes entre le fils et l’ancien proche rebelle Devedjan pour ne pas comprendre que se trame ici le même genre de situation.

            On se demande juste qui va reprendre le rôle des pathétiques Balkani désormais…

        • Pascal dit :

          fallait-il vraiment faire tout ce battage médiatique pour une circonscription qui de toute façon restera à gauche même dissidente! rajoutons à ça l’annerie de VT et la gauche est a juste titre la risé de la droite. espérons que cela ne remettra pas en cause les résultats encouragents des autres circonscriptions.

    • logique dit :

      Comme aurait dit Montebourg en pareille situation : le principal problème de François Hollande, c’est sa compagne.

      • hihihi dit :

        L’EXPRESS lui a trouvé un surnom:

        « Valérie Trierweiler, première gaffe de France? »

        • seb dit :

          C’est encore gentil. Les « lecteurs » l’appellent (avec raison en la matière) la Première Concubine

    • Bloggy Bag dit :

      Est-ce vraiment surprenant ?

  • Nicolas (Nantes) dit :

    Mais ça fait longtemps que l’UMP n’est pas clair par rapport au FN. Je me souviens de 2002, quand la gauche s’était mobilisée fortement pour que Chirac obtienne ses 82%. Une connaissance UMP m’avait dit en riant : vous êtes trop cons, moi je l’aurais jamais, j’aurais jamais choisi entre Le Pen et Jospin.

    Ne pas hésiter entre JM Le Pen et Jospin, ça en disait déjà long.
    J’avais ri jaune.

    • Jonas dit :

      Là tu parle d’une personne qui t’a dit ça à toi, Nicolas, c’est autre chose que ce qu’on constate ces jours-ci très clairement dans les discours publics. Disons que l’UMP poursuit sa route sur cette pente plus que glissante. Elle n’en était pas là il y a dix ans. Mais le leader d’alors était Chirac, qui n’a cessé de maintenir les digues (notons qu’il a approuvé il y à longtemps un accord RPR FN avant de le comdamner le lendemain, et qu’il a fait un discours dégeulasse, le fameux « bruit et l’odeur », mais en dehors de cela, il a toujours maintenu les digues entre la droite républicaine et le FN) alors que Sarko a ebréché puis quasiment cassé si ce n’est explosé ces digues, on voit le résultat aujourd’hui…

      • Nicolas (Nantes) dit :

        Oui oui. Je voulais seulement dire qu’il y a longtemps de nombreux électeurs UMP (et celui-ci vit dans l’ouest comme moi, est parfaitement modéré de façon générale) préfèrent le FN au PS ou en tous cas, ne font aucune distinction entre eux.

  • Nicolas (Nantes) dit :

    Je suis choqué que la candidate PS du Vaucluse se maintienne au deuxième tour. Voir Gilbert Collard devenir député et le voir pendant 5 ans parader, ça me saoule d’avance.

    • Amelle dit :

      La candidate se maintien contre la petite fille Le Pen pas Gilbert Collard qui est dans le Var. Elle l’a suite à une assemblée générale des militants qui ont voter à l’unanimité pour son maintien, pour eu pas de différence entre FN et droite populaire.
      Perso je peux comprendre ce vote

      • Nicolas (Nantes) dit :

        Oui excuse, me suis trompé de circonscription.
        Mais le problème reste le même. On peut comprendre ok, mais symboliquement, on sait que l’élection d’un député FN aura un impact important. Et meme de droite pop, je préfère que le PS vote pour plutôt que favoriser le FN. On voit trop bien les ponts sauter entre les deux partis, si en plus on les aide, on est nationalement dans la mouise.

        • Amelle dit :

          En fait je n’ai pas vraiment d’avis, je ne supporte pas la droite populaire, les Luca, Vanneste, Marianni, Myard … tres peu pour moi. Je ne veux pas d’election FN pour autant.

          Maintenant il parait que jeux sont fait avec ou sans le PS, la petite Le Pen a toute ses chances surtout si papy passe le reste de la semaine dans le coin pour la soutenir.
          Et franchement si une Le Pen doit entrer au parlement je prefere de loin cette fille qui n’a aucune expérience ni maturité politique à sa tante d’autant plus qu’a Henin Baumont la gauche jusqu’a maintenant est majoritaire et on peut éviter le pire alors que dans le Vaucluse à Carpentras les droites se melangent les deux aussi xénophobe l’une que l’autre, on ne sait pas qui est vraiment majoritaire mais beaucoup pensent que le FN est sur une très bonnes dynamique dans cette terre très très très à droite.

          • lola dit :

            @Amelle .Vous écrivez »je préfère de loin cette fille qui n’a aucune expérience ni maturité politique à sa tante  » Bizarre ; il me semble qu’un député « éligible » doit avoir expérience et maturité ; un député vote les lois.

          • Amelle dit :

            Il m’arrive d’être un peu cynique, je me dis qu’élire une FN qui a encore moins de maturité et esperons le d’intelligence que Morano « quoique c’est assez difficile » … Ça pourrai inciter les citoyens de choisir un autre parti pour les législatives suivantes.

            De la pure tactique politique, avec un petit p comme dirait Chirac.

      • Grofacho dit :

        Marion la jolie blonde élue à 22 ans… çà aurait de la gueule! Je suis preneur.

  • Justin dit :

    Le fascisme est surtout à gauche…!

  • xavier de villebrun dit :

    Je disais précédemment que les leaders U.M.P. dits « modérés » et »raisonnables » critiquaient violemment la gauche, mais avaient beaucoup d’hésitation et de scrupule à faire de même vis à vis du F.N.: ça en dit long!!! En fait,la droite devient sectaire et haineuse quand elle n’est pas au pouvoir comme dans les années 80 et ne peut que se rapprocher « mécaniquement » du F.N. dans une opposition commune au pouvoir socialiste: ça promet une bonne ambiance dans les futurs débats à l’Assemblée nationale!

  • xavier de villebrun dit :

    Il faut signaler d’abord que le score du F.N.n’est pas si extraordinaire: moins de 14%,mais ce parti garde sa capacité de nuisance. La porosité entre l’U.M.P.et le F.N. éclate au grand jour, ce qui était prévisible et n’est pas terminé! Il faut quand même rappeler,au cas où on l’aurait oublié,que la « doctrine »frontiste contient tous les ingrédients du fascisme et qu’il y a 80 ans,la droite « classique »était très complaisante vis à vis du fascisme et certains à gauche aussi…Certes, l’Histoire ne repasse pas les plats comme on dit,mais il y a tout de même des coïncidences troublantes.On constate aussi que les leaders U.M.P. dits modérés critiquent violemment l

    • Jonas dit :

      14% aux législatives c’est une sacrée progression par rapport aux legislatives de 2007 bien sûr mais aussi et surtout par rapport aux legislatives de 2002, sachant que ce n’est pas une élection où le FN brille en général.

  • lola dit :

    Pour la présidentielle, Bayrou n’avait pas appelé à voter pour Hollande, il avait annoncé qu’il voterait, lui, pour Hollande, mais qu’il laissait ses électeurs libres de leur choix. Cela n’entraînait certainement pas Hollande à lui réserver un ministère
    non plus le PS à ne présenter aucun candidat contre lui aux législatives.Bayrou est député depuis je ne sais combien d’années,
    ses électeurs ont fondu en même temps que son parti,enfin l’avatar de ce qui fut l’UDF. Que l’homme soit respectable, nul doute, là n’est pas la question, que Dany verse une larme sur son sort, c’est attendrissant ! Le centre peut parfaitement se relever de ses cendres ,plus tard ; le cas des « dissidents » m’intéresse davantage, le cas de S.Royal qui se voit au perchoir depuis longtemps déjà, au prix de quelles transactions ? il serait bon que le PS fasse le ménage dans certains « fiefs »,on y verrait plus clair .

    • Amelle dit :

      On ne parle pas d’obligation, le ps n’avait aucune obligation il a juste mais des gestes d’élégance et un peu de reconnaissance envers des personnes qui se sont engager en faveur de Hollande et contre Sarko ne nuisent pas à la république.

      Concernant Falorni, la faute revient aux personnes qui l’ont encouragé dans sa démarche consistant à faire barrage à Royal alors que cette circonscription était réservé une femme au nom de la parité tout ça pour lui faire payer des rancœurs qui n’ont pas lieu d’être.

      Bussereau à réussi son pari vu que les bureaux de vote qui sont d’ordinaire de droite ont donné un net avantage à Falorni au dépend de la candidate UMP qui en temps normal fait dans cette circonscription dans les environs de 35%, je trouve honteux pour un socialiste qui sais pertinemment qu’il n’est qu’un outil pour torpiller Royal de se maintenir d’autant plus que la regle a gauche ça a toujours été de se désister pour la personne de gauche venu en tête. C’est pour cela que le PS appelé à voter Dosière contre le candidat qui avait été investi au 1er tour parce que Dosière est arrivé en tête.

      Si Falorni gagne, il devrait siéger sur les bans de la droite UMP par respect pour ces électeurs qui lui ont permis d’être au second tour et de gagner.

      • Nicolas (Nantes) dit :

        Pour Bayrou, je trouve aussi que cela aurait été élégant et stratégiquement payant pour l’avenir de laisser Bayrou gagner son siège. Maintenant, on va se retrouver à nouveau avec un centre droit qui votera uniquement à droite. Même si modem avait 3 ou 5 sièges seulement, il aurait été intéressant de s’appuyer dessus de temps en temps. Stratégiquement, vu que le modem est très faible, il aurait été judicieux de le garder en soutien, même conditionnel. Autant j’étais contre l’idée d’aider Bayrou ou de s’allier à Bayrou en 2007 quand il faisait 18%, autant je trouve ça pas très intelligent de pas l’aider aujourd’hui alors qu’il aurait pu être une aide sans déranger.

        Pour Falorni et Royal, pfff, je sais pas comment ça va se terminer. Royal devrait ptet réussir à gagner sur le fil. Mais Amelle, Falorni n’est pas uniquement là en raison de l’aide de deux ou trois barons locaux. Il a clairement pas apprécié le coup des non primaires locales et vu son résultat, c sûr qu’il va essayer d’en profiter, d’autant que la circonscription sera forcément PS vu qu’il ne reste qu’eux. Royal, par contre, méritait pas une telle situation. Mais le bordel était déjà lancé quand le PS a refusé la primaire locale.

        • Amelle dit :

          Il n’y a pas eu de primaire parce que cette circonscription était réservé au femme ce qui ne le dérangeait pas vu qu’il a failli être suppléant d’une adjointe à la mairie.
          Il ne c’est rebellé que quand il a su que Bono et la direction avait choisie Royal pour cette circonscription.

          Mais maintenant avec le tweet de Trierweiller, cette histoire qui était purement politique est devenu une problème conjugalo-politique au sommet de l’état d’autant plus que ça vient juste au moment ou Aubry et Dufflot venu à la Rochelle soutenir Royal allaient faire une conférence de presse.

          Le PS à intérêt de passer à autre chose et vite si on ne veux pas que cette histoire qui va devenir la moquerie de la semaine ne parasite sérieusement l’élection législative. Il faut parler logement, dette, Europe …dépasser cette sequence, et passer à la vitesse supérieure.

          • Germaine Desprez dit :

            Cette histoire avec Trierweiler me parait aussi grave que celle de Cécilia qu’on avait dû supplier de venir au Fouquet’s le soir de la victoire de Sarkozy ou qui n’allait pas voter ostensiblement pour l’emmerder.
            Ces femmes sont ingérables et dangereuses pour ceux qui les ont choisies et les aiment sans aucun doute.
            Il est possible que cette affaire soit le début d’un clash entre Hollande et Trierweiler, 5 ans à ce rythme-là, ce n’est pas tenable, tout simplement.

          • Nicolas (Nantes) dit :

            C’était une connerie de faire venir Duflot et Aubry. Ca sentait déjà la débandade et le renfort apparatchik de Paris. Si on avait voulu aider Falorni, on s’y serait pas pris autrement. Je comprends pas que Royal ait opté pour cette option, elle justement qui a la marque de fabrique « rebelle contre apparatchik ».

            Et Trierweiler qui la ramène, lamentable. Cette histoire de couple et ancien couple pose un problème et ils ont intérêt de se calmer.

            Pour Falorni, bah si les électeurs le préfèrent, écoute, ça changera pas la vie de l’Assemblée. Cet épiphénomène sera oublié dans quelques temps. Royal est présidente de région, elle aura plein d’autres occasions de rebondir. D’autres ont subi des revers avant, elle a toutes les capacités pour rebondir. Inutile de l’enterrer ou d’en faire un drame à mon avis.

          • Nicolas (Nantes) dit :

            Amelle, oui, je pense que Falorni n’a jamais apprécié le fait que Royal récupère la circonscription. IL était sûrement prêt à s’effacer devant une élue locale, mais pas devant elle.

            On le déplore, on le comprend, peu importe, c’est ainsi. Et finalement, les électeurs ont en partie approuvé puisqu’il obtient 29%. S’il gagne dimanche, il pourra toujours dire que la majorité des électeurs l’ont préféré à Royal et l’avenir lui donnera raison. S’il perd, il sera grillé à vie politiquement au niveau local.

            En gros, les gagnants ont presque toujours raison et les perdants presque toujours tord.

          • Papa Razzi dit :

            @Germaine
            Quand Hollande l’aura lourdé, Trierweiler pourra toujours régler ses comptes avec son ex en posant dans Playboy ;-)

      • légaliste dit :

        Et Hollande, qui a été élu avec des voix de droite, ou faut-il le mettre?
        Il serait temps que chacun respecte la DÉMOCRATIE.
        Point.

      • lola dit :

        « Cette circonscription était réservée à une femme au nom de la parité ». J’avoue ne plus supporter ce genre d’argument ;
        il y a des candidats (h ou f)et les citoyens décident; pour Bayrou, je ne comprends pas que le PS ait dû par reconnaissance et par élégance lui laisser la voie libre; politiquement, cela ne tient pas debout.Quant au tweet de V.T. c’est un piège, une entourloupe ? en tout cas ça commence à bien faire, tout ce cirque autour de La Rochelle,
        par la faute du PS . Vite les Francofolies, les vraies.

        • Amelle dit :

          Qu’ on supporte ou pas la réservation de circonscription au femme au non de parite c’est autre chose, l’important c’est qu’avec ou sans Royal il n’y aurait pas eu de primaire dans cette circonscription.

          Concernant le tweet de VT ce qui me tue c’est le peu de considération fait aux militants qui depuis 9 mois bossent bénévolement sans relâche et qui voient leur effort flingué par une crise de jalousie surtout dans les circonscriptions ou cela se joue à 49-51 et il y en a apparemment une bonne centaine.
          On ne devrait pas avoir le droit de parasiter la campagne avec des problemes perso de cette manière et mettre les militants dans de tel situation à ramer pour justifier des positions qui ne les regardent pas.

          On verra les résultats dimanche, on en reparlera ensuite

        • Bangor dit :

          @ lola
          « Vite les Francofolies, les vraies. »

          … et le Grand Pavois.

          • lola dit :

            @Bangor/19h28 /ne hisse-t-on pas le Grand Pavois lorsque le voilier est à l’arrêt ,dans un mouillage ou dans une rade ,donc ttes voiles repliées ? j’ai vraiment oublié ; je vais me documenter sur le perroquet, le grand cacatois,et
            la « perruche » (?)des mots qui sentent les épices
            et font rêver~~- Flaubert a dit « que de voyages j’ai faits avec les boîtes à thé » ;comme je le comprends !

  • Amelle dit :

    Je regrette que Bayrou soit dans cette situation suite à son appel à voter pour Hollande, Dany Cohn Bendit a raison dans son analyse d’aujourd’hui dans le monde sur Bayrou. Peut être ira t-il le voire pour le soutenir, se serait sympa surtout quand on a vu Bayrou le dénigrer à la tv aux européennes.

    On dit que Bayrou paye son engagement pour Hollande, je ne le pense pas du tout. Ce qui a flouer ses électeurs c’est sa stratégie à partir du second tour des présidentielles. Ce mec était un ministre de Balladur, toujours été de droite et voila que pour ne pas perdre ses électeurs bobo de gauche qui son l’électorat le plus volatile qui soit, il se sépare de ses amis.
    Il aurait du être l’alternative à droite de Sarko, il a préféré une stratégie sans queue ni tête d’un centre autonome dans un pays ou l’affrontement Gauche-droite structure la vie politique depuis le tiers état, ou on est de gauche ou de droite depuis plusieurs générations. Centre qui dépasserai les clivages … on se demande pourquoi à moins de perdre nos repères, une utopie qui l’aurai rendu peut être président, aujourd’hui il doit se rendre compte que ce rêve est devenu son cauchemars.

    Est ce pour autant la fin de Bayrou, je ne le pense pas pour peu qu’il oublie cette idée de centre autonome non lié à un grand parti qu’il puisse envisager l’idée qu’il ne soit pas leader dans son camp. Dans ce cas il y a un centre droit à reconstruire, s’il se rabiboche avec Borloo dans un travail de reconstruction, il pourra revenir au devant de la scène.

  • Jonas dit :

    Ce qui est rassurant c’est qu’on sent une confiance tranquille, nullement aveugle ou exalté, le peuple est confiant tout en étant exigeant et tout en étant conscient des difficultés. Tant mieux !

    Par contre, ce qui est inquiétant c’est l’extrême droite, et doublement. D’une part le FN fait un gros score, augmentant encore l’amplification de leur score si on compare les législatives entre elles et les présidentielles entre elles. Comme si son électorat la suivait dans sa volonté de prendre le pouvoir, contrairement à son père qui ne le voulait pas. Et comme si les électeurs frontistes se mettait à croire très sérieusement à cette prise de pouvoir. On en est clairement pas là arithmétiquement, mais cela doit amener à un extrême exigence pour l’avenir et à une impérieuse exigence de réussite et de « non-déception » des électeurs (déception au sens français et anglais de duperie).

    D’autre part, il y à de quoi s’inquiéter de l’extrême droitisation de l’UMP, déjà sur la ligne officielle s’en est fini du front républicain, la gauche qui elle n’avait pas hésité à voter Chirac presque comme un seul homme ne peut que constater la non-réciprocité actuelle. Ensuite dans certaines circonscription le pas est franchi ou presque. On pense à la circonscription de M. Moscovici et ce M. Demouge qui veut être élu pour favoriser une alliance UMP-FN dans l’avenir. On pense à Nadine Morano que j’ai vu affirmer à la télé que le FN partageait ses valeurs (je ne me souviens plus de la citation exacte mais c’est l’idée en gros). On pense encore plus à Roland Chassain qui dans les Bouches du Rhône se retire au profit du FN pour faire barrage à Michel Vauzelle, comme il l’avait annoncé dans minute. Dans ce cas, si comdamnation il y a, elle est timide, et l’exclusion du parti n’a même pas été évoqué.
    Les digues entre la droite républicaine et l’extrême droite continue de céder, et cela aussi est inquiétant pour l’avenir.

    Tenir ses engagements, réussir le redressement productif et le redressement budgétaire, cela dans la justice, respectez les français, être exemplaire.

    • Amelle dit :

      L’UMP de Copé est complétement sonné, le fait de ne pas vouloir ou pouvoir choisir le front républicain montre que l’UMP se « modem »ise les valeurs en moins, ils ont peur de faire perdre les députés dependant d’un vote FN d’un autre coté il ne veulent pas perdre ls voix de gauche et du centre en cas de duel avec le FN, ou triangulaire. Je l’ai peut etre déja dit mais c’est la fin de ce parti tel qu’il a été ces dernières années regroupant toute les droite sous la même bannière parce qu’ils ne sont pas d’accord sur l’essentiel c’est à dire les valeurs qui sont différente entre une Morano, une Bachelot, une Juanno et une Dati. Seul le programme économique peut les réunir est encore je vois un Borloo ralé.

      C’est tout le contraire à gauche ou il n’y a aucun différents sur les valeurs de gauche mais ou chacun est pour un projet programmatique avec des priorités différente d’où la possibilité de rassemblement très facile quand les valeurs sont en jeu pour le peu que les egos ne viennent pas parasiter le reste

Flux RSS des commentaires de cet article.