Dans les médias

Pierre Moscovici invité de l’émission « Les 4 vérités » sur France 2

Catégorie : Actualité,Le Parti socialiste,Politique | Par pierre.moscovici | 15/06/2012 à 0:28

Pierre Moscovici était hier l’invité de l’émission « Les 4 vérités », à 7h50 sur France 2.

Cliquez sur l’image ci-dessous pour accéder à la vidéo (émission du 14/06).

Be Sociable, Share!

Tags: , , , , , , , , , , ,


130 commentaires

  • pipole dit :

    Après sa défaite dans la 1ère circonscription de Charente-Maritime, Ségolène Royal contre-attaque. Pendant la campagne des législatives, la candidate investie par le Parti socialiste, s’était dite «meurtrie» par le tweet de soutien de Valérie Trierweiler à son rival Olivier Falorni.
    Quelques jours plus tard, le ton a changé. L’ex-prétendante à l’Elysée accuse désormais la compagne de François Hollande d’avoir «profité de la situation» en 2007.

    Les deux journalistes du «Point» qui ont recueilli les confessions de Ségolène Royal dressent, dans le numéro paru ce jeudi, le portrait d’une femme blessée mais «vengeresse». «Je me dis qu’en 2007 ça n’a pas dû arranger les choses. Je comprends pourquoi François ne m’a pas aidée», lâche notamment Ségolène Royal, allant jusqu’à suggérer l’hypothèse d’un «complot» fomenté par l’employeur de Valérie Trierweiler et Nicolas Sarkozy entre autres.

    «Je suis ravalée au rang de feuilleton»

    A propos de la journaliste de «Paris-Match», elle déclare : «En 2007, elle a profité de la situation. C’était facile, elle suivait le PS, elle suivait le premier secrétaire. Dans un pays anglo-saxon, le jour même, c’était le licenciement. Mais «Paris-Match» n’était pas mécontent de me voir affaiblie, alors ils l’ont laissée volontairement, comme tous les autres qui savaient, Lagardère (le patron du groupe propriétaire de Paris-Match, ndlr), Sarkozy…»

    Alors que Valérie Trierweiler a fait preuve d’une extrême discrétion depuis l’envoi de son message sur le site de micro-blogging, reconnaissant auprès de ses proches qu’elle avait «commis une erreur», Ségolène Royal ne décolère pas. «Je lis des articles sur les monarques, leurs maîtresses, leurs femmes. Mais c’est horrible ! Je suis une femme politique, je me bats et je suis ravalée au rang de feuilleton, de théâtre de boulevard, de machin à trois, de trio !», déplore-t-elle.

    «Famille bousillée»

    Comme elle l’avait fait pendant l’entre-deux-tours de l’élection législative, la présidente de la région Poitou-Charente se livre sur le drame familial qui s’est noué après le tweet de la la Première dame. «Je demande le respect par rapport à une mère de famille dont les enfants entendent ce qui se dit», avait-elle dit lors d’une réunion publique à La Rochelle. Aux journalistes du «Point», elle évoque sa «famille bousillée» et raconte qu’elle a dû à plusieurs reprises réconforter sa fille Flora. Flora, dont la naissance en 1992 avait été exposée dans «Paris-Match». Non sans polémique : le reportage, à la maternité avec la ministre, avait marqué l’intrusion du privé dans la sphère publique. Pour se justifier, Ségolène Royal avait avancé un argument féministe : montrer qu’on pouvait concilier travail et vie de famille. L’article était co-signé Valérie Trierweiler.

  • Bangor dit :

    Bartolone élu président de l’Assemblée Nationale ! N’importe quoi.

    • lola dit :

      ~J’ai été plutôt satisfaite qu’E.Guigou ne soit pas élue ; le motif avancé en sa faveur : elle est une femme et ce serait la 1° fois …etc ,est peu acceptable . Je suis pour la parité ,mais je n’accepte pas cette sorte de tartufferie ; surtout, lorsque, par ailleurs un bon grand nombre de députés et de sénateurs, se révèlent de parfaits machos. Et les commentaires fleuris qui saluent l’élection de Cl.B. m’ont amusée :il est député depuis 30 ans ,c’est le meilleur ! les députés manquent d’imagination !

  • marie mcb dit :

    Il est amusant de constater que les universités estivales du PS seront organisées dans une ville de droite où le député élu a désobéi aux consignes du PS.
    Dans cette ville de droite, sera préparé le prochain congrès PS du mois d’octobre.
    Ce congrès risque fort d’être tres chahuté, une fois de plus …
    … …

    • Rochelais dit :

      Ah bon! Maxime Bono aurait démissionné?
      Cette nouvelle a dû m’échapper.
      C’est fou de voir ou mène le manichéisme!

    • Nicolas (Nantes) dit :

      Une ville de droite ? Depuis quand ???? Faut arrêter de délirer.

  • domi 25 dit :

    L’Europe a failli mourir.Elle est sous surveillance .Que les cachets soient difficiles à avaler n’est pas un problème.Par contre,savoir si le toubib britannique a la volonté de guérir la malade? Je ne le crois pas…

  • FdG dit :

    Qu’est ce qu’on apprend? Le Premier ministre reconnaît qu’il faudra des années et davantage d’intégration politique avant d’introduire les euro-obligations.
    http://www.lepoint.fr/economie/jean-marc-ayrault-admet-que-les-euro-obligations-ne-sont-pas-pour-tout-de-suite-20-06-2012-1475774_28.php
    Moi j’ai cru naïvement que c’était la priorité des priorités »et j’ai voté dans ce sens pour cette unique raison.
    Si j’ai bien compris « Le renoncement c’est maintenant ».
    Et j’ai bien peur que ce ne soit qu’un début.

    • FdG dit :

      En s’alignant sur Berlin sur les euro-obligations, le nouveau gouvernement français abandonne l’essentiel de son programme européen. Et ouvre la voie à la politique déflationniste prônée par l’Allemagne.
      Il aura donc suffi que madame Merkel hausse le ton. Une semaine après avoir été tancé par la chancelière, le chef du gouvernement français Jean-Marc Ayrault rentre dans le rang. Dans une interview accordée à l’hebdomadaire allemand Die Zeit, l’ancien professeur d’allemand affirme désormais que « une mutualisation des dettes exige obligatoirement une plus forte intégration politique, ce qui prendra plusieurs années ». Ce n’est rien d’autre que le discours que tiennent depuis l’élection de François Hollande, le 6 mai dernier, le ministre des Finances allemand Wolfgang Schäuble et la chancelière Angela Merkel.

      • Bangor dit :

        Mais nous sommes, que je sache, pour une plus forte intégration politique au sein de l’Union européenne.
        FdG, c’est pour Front de gauche ? Si oui, il est clair que nous n’avons pas la même vision de l’avenir de l’Europe, mais c’est Hollande qui a été élu et pas Mélenchon. Il faudra vous y faire.

      • seb dit :

        M. AYRAULT – et Mme MERKEL – ne pouvait tout de même pas aller contre la Cour de Karlsruhe (qui exige un référendum pour tout « dépassement » du traité de Lisbonne, c’est aussi vrai pour la France) !

        Si M. HOLLANDE est en bonne posture pour un référendum – encore que, les citoyens ne souhaitent pas nécessairement une mutualisation des dettes pour renflouer Bankia et cie (comment peut on ne pas trouver « 10 milliards » pour la France, alors qu’on en trouve 100 pour les bankers ?) – A. MERKEL ne désire sans doute pas tester la réaction de ses citoyens.

    • Nicolas (Nantes) dit :

      Bah il me semble évident que des euro-obligations nécessitent une meilleure intégration politique de l’Europe non ?

      Comment mutualiser des dettes si chaque pays a les mains libres pour faire ce qu’il veut dans son coin ???

      D’ailleurs, je pense que bcp de gens ici, d’accord avec les euro-obligations, ne le sont pas forcément pour aller vers une Europe plus fédérale ou plus harmonisée, et pourtant, c’est bien la condition sine qua non.

      Il est impossible que des pays aux économies différentes, aux pratiques différentes, aux cultures différentes, acceptent de mettre leur dette dans un pot commun sans se mettre au préalable d’accord sur ce qui va être fait dans l’avenir, sur la façon de gérer leurs pays…

      Dans un quartier, si tous les voisins décident de réunir leurs créances/crédits, il est évident que chaque voisin aura un droit de regard sur ce que fait l’autre.

      • seb dit :

        Avant de penser à édifier une « Europe » (à 17 ? A 27 ?) « fédérale » (en fait centralisatrice comme la France) Encore faudrait il s’interroger sur :

        1) a t on intérêt à mutualiser nos dettes ? Est ce « efficace », « effiscient » et « vertueux » ? A quoi bon, sinon, faire quelques chose qui ne nous aide pas ?

        2) est il possible de le faire ? Sous la Chrétienté, l’Empire (de Charlemagne à Napoléon en passant par « Rome ») nous n’y sommes pas parvenus. Pourrions nous le faire à présent ?

        3) Et le faire…Maintenant ? Il a (rappelons nous) plus de 1000 ans pour que les « sujets » d’un roi se « sentent » Français, au point de s’unir derrière un seul flambeau. Pouvons nous « unir » les européens derrière un seul drapeau…Alors que l’organisation qui le tient (le drapeau) n’a pas 100 ans ?

        A ces questions je répondrais ceci :

        1) Outre la question juridique – pas d’eurobonds sans l’aval de chaque pays souverain par le biais d’un référendum (les traités européens sont clairs et nets : la construction européenne n’a pas pour mission de fédérer les Etats mais d’organiser des rencontres entre pays souverains, décidant souverainement de transférer (mais pas éternellement, il y a un droit de reprise) leurs compétences ou/et pouvoirs) se pose les questions d’efficacité, effiscience du projet d’eurobonds.

        Depuis 2008, sous l’égide de l’ex président – soutenu en la matière par le PS – nous « partageons » (au mépris des traités existants, Lisbonne et Maastricht en premier lieu) nos ennuis. Nos forces et faiblesses aussi.

        En ce sens, on peut remarquer qu’il y a eu une véritable convergence des taux d’emprunt des différents pays depuis la mise en place de l’euro. Le risque pays qui était différencié et pris en compte par les marchés lorsque les monnaies étaient nationales est une notion qui a été progressivement oubliée.

        C’est donc essentiellement grâce au fait que les taux en Europe étaient partout bas, car profitant du « parapluie » du sérieux germanique que des pays comme la Grèce, l’Espagne ou le Portugal ont pu mener des politiques d’endettement massif sans que cela ne pose de problème.

        L’euro comme monnaie a donc bien fonctionné comme des Eurobonds… avec le succès que l’on sait.

        Dans la même logique, le FESF qui est le Fonds Européen de Stabilité Financière, fonctionne également sur un principe intellectuel similaire à la démarche des eurobonds. Il s’agit là encore d’une mutualisation du risque, et les « meilleurs » emprunteurs se portent caution pour l’ensemble de la structure pour faire bénéficier cette dernière de leur taux bas.

        Or là encore cela ne fonctionne pas vraiment bien. En témoigne la perte du AAA français. Les « marchés » (investisseurs) savent depuis trente ans que nos dirigeants sont des cigales. Ils n’en ont pas fait la découverte en 2008/10/12 ! En revanche, ce n’est que depuis qu’on a instauré ces « plans de sauvetage » (des bankers) que la France (mais aussi l’Allemagne, le Danemark) se voient fragiliser ! Pourquoi ? Parce que nous achetons des actifs pourris (ou les banques se font acheter les leurs par la BCE) qui forcément plombent nos comptes en raison du caractère « fragile » de nos créanciers !

        Au reste, le FESF qui devait emprunter sur les marchés avec la caution es Etats actionnaires, à le plus grand mal pour lever des fonds.

        Cela est compréhensible pour une raison de bon sens. Ce dispositif est soutenu par les Etats…Ceux là même qui font l’objet de défaillances ! Mieux encore, des pays « aidés » par l’UE/FMI etc. « Aident » eux aussi leurs partenaires ! Un peu comme si on demandait à un receveur de sang de donner à autrui le flux de vie qui s’est acheminé dans son corps ! Comment serait il mieux portant dans ces conditions ?

        Pour les Etats, les revenus ce sont au sens large les impôts. Toute idée ou notion d’eurobonds butera sur la mise en place d’une véritable fiscalité européenne. Des emprunts obligataires européens ne seront possible que si cela s’accompagne de la mise en œuvre d’une politique fédérale, avec un abandon de souveraineté budgétaire, mais aussi de la création d’impôts européens.

        Non seulement cette étape sera techniquement, juridiquement et constitutionnellement très complexe à franchir mais de surcroit rien ne dit que les Etats ou les peuples soient prêt à le faire.

        2) Se pose, en effet, la question de savoir si une Union « fédérale » (centralisatrice) serait possible.

        Je suis pour ma part, favorable à celle ci…Mais par réalisme et volonté d’édifier (véritablement) une Union durable (et non un Empire provisoire, à l’image de l’URSS ou de l’Empire Austro Hongrois, pourtant « fédérer » par l’idéologie ou/et la langue) je ne pense pas que le moment soit venu.

        Qu’est-ce qui défini une nation ? Un territoire, des frontières, une langue, une histoire, des valeurs communes, des institutions, une monnaie, une armée… et plus impalpable mais très important « l’âme » d’un peuple et sa « culture ».

        Si les Etats-Unis d’Amérique répondent à l’ensemble de ces critères il n’en est pas de même et loin de là de l’Europe.

        Lorsque l’on regarde la manière dont ont été conçues les institutions européennes, il y a une chose frappante. Il n’y a pas de gouvernance européenne. L’Europe est un GIE, c’est-à-dire un groupement d’intérêt économique. L’Europe fondamentalement n’est rien de plus que ça. Une association de 27 membres aussi différents les uns des autres.

        Passons sur le fait que nous nous faisions la guerre il y a 60 ans. Cette histoire là est totalement étrangère aux nouvelles générations européennes. Ce n’est donc plus un obstacle. (Quoi électoralement si, puisque la génération « votante » l’a connu)

        Mais des barrières au saut fédéral et des divergences il y en a et de nombreuses.

        Une Europe fédérale doit avoir :

        -Une monnaie commune. C’est (encore) le cas avec l’euro mais cela ne concerne pas, loin s’en faut, toute l’Europe mais que 17 pays membres. Déjà différents clubs ou cercles apparaissent.

        -Des économies homogènes.

        Rien à voir entre l’économie britannique dont le choix stratégique de spécialisation a été la finance avec le développement de la City et des activités bancaires et de marchés, et l’économie allemande résolument tournée vers la production et l’exportation avec le choix d’un modèle mercantiliste. Aucun rapport avec l’économie grecque qui hésite entre tourisme trop cher (car la monnaie c’est l’euro) culture de l’olive et fabrication de feta salakis… Sans oublier l’Espagne et ses châteaux de cartes immobilier qui s’effondrent. Nous pouvons prendre nos 27 états. un par un. Ils sont tous différents. Ils sont tous le produit et la résultante d’une histoire individuelle et non d’une intégration commune qui reste encore à écrire.

        C’est si vrai que la « tentative » pour unifier économiquement les Etats membres – sous le vocable de Stratégie de Lisbonne ou/processus de Bologne – ont été des échecs. (Dixit M. BARROSO lui meme. Cf « europesociale.info)

        -Une fiscalité identique.

        Evidemment une Europe fédérale c’est une institution « fiscale » c’est-à-dire un Trésor levant des impôts communautaires. On y est pas vraiment. Concernant la fiscalité en Europe, on va du paradis à l’enfer fiscal…la France se situant…. tout dépend de votre tranche marginale d’imposition ! Il ne faut pas oublier qu’un pays comme l’Irlande ne développe son économie que grâce à un dumping fiscal sidérant dans ce qui est sensé être une Union Européenne…!

        Et…Petit rappel, ce n’est que contre la garantie (via un protocole d’accord) de garder ces taux bas fiscaux que l’Irlande a voté « oui » à Lisbonne. Etant donné, par ailleurs, les propos tenus par M. CAMERON (GB), on peut douter que l’Angleterre rejoigne le mouvement…Je vois plus le pays chercher à capter la « manne » fiscale en faisant appels à « nos » contribuables ! (S’il le fait pour les contribuables Français, il y a peu de chance qu’il se tienne coi vis à vis de l’UE !)

        -Un budget.

        Il existe déjà ce budget communautaire mais à l’état embryonnaire et essentiellement dans le cadre de la gestion de la PAC (politique agricole commune). Vous imaginez l’effort qu’il faudra fournir pour arriver à une intégration budgétaire ? Et comment faire payer les citoyens et les entreprises de chaque pays de façon équitable alors qu’il existe des disparités de PIB donc de richesse par habitant incroyables en Europe. N’y aura t-il pas d’égalité devant l’impôt ?

        -Une justice et un corpus législatif commun.

        Les règlements européens sont les prémices de tout cela, mais ils sont bien incomplets et dans quelle mesure et quels domaines laissera-t-on de la liberté à chaque Etat de la Fédération ?

        Ajoutons à cela que le « droit européen » actuel, diffère grandement, en fonction non de « l’Etat » mais du comportement des parlementaires. En France, notamment en raison de l’usage de la « procédure accélérée » pour les textes européens, nos parlementaires ont tendance à avaliser le « réglement » ou la « directive » tels quels. En Angleterre, changement de ton puisque les parlementaires « de l’opposition » ont de véritables armes juridiques….Et qu’ils les utilisent. Au Danemark, le « droit européen » est un mix de décisions « européennes » et choix locaux « nationalisés ».

        On ajoutera à cela les « exceptions » culturelles. Comment garantir, dans une Union « fédérale » les fameux « privilèges » (loi privée) des Lorrains ? Comment « jongler » avec les « DOM » ? Comment maintenir une cohésion en Europe, alors que déjà, au niveau « national » cohabite souvent le droit national avec des exceptions locales ? Comment juger équitablement…Avec des droits multiples ?

        Ex : un enfant Français est « kidnappé » par son père Allemand. Le droit allemand dit que l’enfant est allemand, la France s’insurge contre le rapt. Si les deux Etats n’ont pas réussi à s’entendre sur cette question, je vous laisse imaginer le reste !

        -Une langue commune et une mobilité totale.

        Nous en sommes au stade zéro sur ce point là. Certes, nous partons en vacances partout en Europe sans contrôles aux frontières mais avec de forts contrôles aux aéroports… conclusion ? Nous parlons 27 langues différentes et nous baragouinons vaguement l’anglais international et encore pas tous…

        Il ne peut donc pas y avoir de mobilité réelle notamment pour l’emploi. Pour l’essentiel chaque citoyen reste prisonnier de son pays à l’exception des anglo-saxons qui peuvent s’expatrier plus facilement. (Et encore…Les Américains ne parlent pas comme les Anglais ou les Australiens. Idem d’ailleurs pour les Français, qui s’ils comprennent le sens général, ne seront pas tous aptes à comprendre des « gens du sud » à l’accent prononcé ou plus encore des Canadiens utilisant des tournures de l’ancien français…Compréhensible pour un Anglais car, à la base, l’anglais c’est…Du normand !)

        Je pourrais multiplier à l’infini les exemples pour montrer et démontrer que la construction européenne qui est en cours depuis 1958 (et qui repose sur une très belle idée du vivre ensemble que l’on doit continuer à défendre) est un processus long et fastidieux. C’est un savant mélange de compromis, d’avancées et de reculs successifs. C’est un cocktail de pactes, d’arrangements et de conventions. C’est un mariage de crise et d’édification d’une Union qui reste pour le moment essentiellement une association d’intérêts convergents.

        Prenons l’exemple de la Grande Bretagne. L’Europe met en place la taxe sur les transactions financières, elle met au pas la finance et les banques, passe une loi de séparation entre banques de dépôts et activité de marchés. Cela ruine le modèle économique anglais. C’est donc pour eux inacceptable. Faudrait-il que des grecs ruinés payent pour des anglais ?

        3) Tous les grands édifices demandent du temps. Et une volonté populaire.

        La France est un merveilleux « modèle » pour l’UE, au sens qu’elle a réussi l’exploit de rassembler des « provinces » qui n’étaient pas, à première vue, faites pour s’entendre. Encore moins faites pour s’aimer et trouver en elle un identifiant majeur.

        Il n’est donc pas surprenant, pour moi, que la construction européenne se fasse en suivant la « méthode » française :

        -fédération autour de la paix (le roi pour la France en étant la manifestation, l’UE pour les européens la consécration)

        -empiétement, petit à petit, sur les compétences détenues par autrui. Ce que fait l’UE en acquirant des « compétences » c’est, au fond, en déposséder les possesseurs historiques (Etats) à la manière des régimes politiques français, qui monarchiques, empiriques ou républicains, ont cherché à enlever aux « corps intermédiaires » (noblesse, clergé, bourgeois) leurs pouvoirs « ancestraux ».

        La grande différence entre la France et l’UE, c’est que les dits régimes politiques français ont toujours cherché à prouver l’intérêt des transferts.

        L’UE, elle, agit presque en cachette. Et ne « rend jamais compte ». Aidée en cela, il est vrai, par des pouvoirs nationaux, qui à l’image des seigneurs de jadis, aimant faire appel au roi pour aussitôt le critiquer, cherchent à obtenir d’elle beurre, argent du beurre, et sourire de la fermière.

        • Bangor dit :

          Je suis en complet désaccord avec votre approche de l’Europe. Je n’ai pas le temps de répondre à chacun des points que vous abordez.
          Pour nourrir votre réflexion, je donne une copie d’un article paru hier sur le site de Presseurop.

          DIX PAYS POUR DES ETATS-UNIS D’EUROPE.
          Ils sont dix et se sont baptisés “groupe du futur”*. Ministres des Affaires étrangères, ils veulent faire entendre leur voix pour transformer l’UE en une fédération sur le modèle des Etats-Unis d’Amérique. Ensemble, il préparent ce que Die Presse annonce en Une comme le “Plan de transformation pour un Etat européen”. Le 19 juin, ces dix ministres ont présenté un premier rapport à ceux qui profiteraient le plus de sa réalisation : José Manuel Barroso, Herman Van Rompuy, Mario Draghi et Jean-Claude Juncker, respectivement présidents de la Commission européenne, du Conseil européen, de la BCE et de l’Eurogroupe.
          Car le “groupe du futur” initié par l’Allemand Guido Westerwelle, et dans lequel la France n’est pas représentée, propose de déchoir de leur pouvoir les chefs d’Etat et de gouvernement et de valoriser le président de la Commission. Ce dernier serait élu directement au suffrage universel et aurait le droit de constituer une “équipe gouvernementale”, ce qui ferait de lui l’homme politique le plus puissant d’Europe.

          Le groupe veut également remplacer les Conseils des ministres et des dirigeants européens en créant une seconde chambre, “des Etats”, au Parlement européen. Des compétences nationales seraient cédées à cette fédération telles que la gestion des frontières, la défense ou le budget, pour notamment “rendre l’euro irréversible”.

          Pour Die Presse, il n’est pas surprenant que ce soient les diplomates des pays qui ont perdu toute influence depuis le traité de Nice signé en 2000, et surtout depuis l’éclatement de la crise, qui veulent reprendre leurs droits aujourd’hui. Mais le quotidien conclut que

          Un système démocratique bien net ressemblant à une structure étatique, ira probablement à l’encontre de l’humeur de nombreuses couches de la population. Mais qui veut résister à l’effondrement de la monnaie, du marché intérieur, de la stabilité politique, et au développement de nouveaux fossés de richesse entre le nord et le sud ainsi qu’au renforcement des tendances nationalistes finira par le préférer.

          * Les ministres des Affaires étrangères allemand, autrichien, belge, danois, italien, luxembourgeois, néerlandais, polonais, portugais et espagnol

          • Bangor dit :

            Il convient de remarquer que la France est le seul des six pays fondateurs à ne pas participer à ce groupe.

          • Pablo dit :

            La France est historiquement attaché à un fonctionnement inter-gouvernemental des instances européennes. Les euro-fédéralistes sont malheureusement peu nombreux en France et notamment au PS. Ceci dit, je veux croire qu’une bonne partie de la population plus favorable à d’avantage d’intégration européenne que ses propres dirigeants.

        • Pablo dit :

          « C’est donc essentiellement grâce au fait que les taux en Europe étaient partout bas, car profitant du « parapluie » du sérieux germanique que des pays comme la Grèce, l’Espagne ou le Portugal ont pu mener des politiques d’endettement massif sans que cela ne pose de problème. »

          Je ne parlerai que du cas espagnol, méconnaissant le cas grec et portugais. Mais l’Espagne s’est désendetté (dette publique) dans les années 2010 parce que les taux ont baissé en Europe avec l’euro, et parce qu’il y avait de la croissance. C’est l’endettement privé qui a posé problème (existence d’un taux variable dans les crédits).

    • Papa Razzi dit :

      C’est notre histoire de « vaseline » qui commence.
      Le PS a intérêt à serrer les fesses. Les temps à venir vont être rudes pour lui… et pour nous.
      Les français (certains) l’auront voulu. Tant pis pour eux.

      • Jonas dit :

        On a eu 5 années de trahison de promesses, de très mauvaise gestion de l’Etat, d’absence de stratégie économique, d’injustice sociale et fiscale, après une crise, certes, mais aussi et peut-être surtout 10 ans de droite, nous voila dans la panade actuelle. Il y aura des efforts à faire mais ils seront justement partagés, comme cela a été clairement dit pendant la campagne. Les français sont conscient de la situation et François Hollande n’a pas promis la Lune, il est donc très probable qu’il n’y aura pas, ou en tout cas beaucoup beaucoup moins, ce sentiment largement ressenti par les électeurs de Sarkozy en 2007, celui de s’être fait « entubé » (si je puis me permettre).

      • Nicolas (Nantes) dit :

        Vous faites une fixette sur la vaseline ! Du fétichisme ? Une envie cachée ?

    • lola dit :

      Les sigles ont une signification , medef,csa,cfdt ; que « le FdG « ait voté pour le PS à cause des euros-bonds , semble pour le moins bizarre ; et puis F.H. n’a jamais dit que ce serait une priorité ,facile à mettre en place ; j’ai du mal à croire à votre
      « naïveté  » .Par ailleurs , il semble évident qu’il faut plus « d’intégration politique », et je n’ai pas vu que le 1° ministre ni le Président de la République s’applatissent devant la Chancelière .

        • lola dit :

          Etes-vous opticien ou ophtalmo ? il faut lire avec un peu d’attention l’article de la « tribune »,le point de vue de son rédacteur apparaît d’emblée : JMAyrault enterre les euro-obligations ,il a suffi à la chancelière de taper du « point »(sic) …le professeur d’allemand …Ce n’est pas le lieu ,ici, de se livrer à une explication de texte ; tout l’article,dans ses moindres mots ,est rédigé pour donner l’image d’un président français ,faible et inconséquent . La situation est ,assurément, un peu différente .

      • Jonas dit :

        Les euro-bonds ne faisaient pas partie du programme d’Hollande, il n’en a pas parlé, il parlait de project bonds pendant sa campagne, mais n’avancait pas les euro-bonds. Et les project bonds, eux, sont en bonne voie il me semble.
        Qu’on me détrompe en cas d’erreur.

        • opticien dit :

          Ah bon? Vous perdez la mémoire. L’âge sans doute…

          Le Premier ministre français Jean-Marc Ayrault a accordé un entretien au journal Die Zeit dans lequel il reconnaît que le mécanisme du mutualisation des dettes européennes – les euro-obligations, aussi appelées eurobonds -, ne verraient pas le jour avant « plusieurs années ».

          Le discours a bien changé depuis le premier sommet européen du président Hollande, le 23 mai dernier. Tout juste auréolé de sa victoire à la présidentielle, le nouveau chef de l’État avait alors fait de ces eurobonds le « point de départ » d’un processus d’intégration de la zone euro. Moins d’un mois plus tard, le principal cheval de bataille du candidat Hollande en matière de politique monétaire européenne semble donc enterré par son Premier ministre, ou tout du moins repoussé aux calendes grecques.

          • Nicolas (Nantes) dit :

            Il me semble que l’idée des euro obligations ou euro bonds est abandonnée depuis la campagne présidentielle, bien avant le vote de mai. Depuis 2 ou 3 mois, on parle davantage de project bonds.

          • opticien dit :

            Il vous semble? Lisez bien…
            Les socialistes ont une capacité à nier le réel… confondante.

          • Jonas dit :

            « Le discours a bien changé depuis le premier sommet européen du président Hollande, le 23 mai dernier. »
            Je parlais de la campagne et les euro-bonds n’étaient clairement pas mis en avant pendant la campagne. Ce n’est donc pas moi qui perds la mémoire, nullement, mais vous qui ne savez pas lire correctement ou qui répondez trop vite et sans réfléchir.
            Ca c’est une chose.
            Ensuite, pour ce que vous pointez, Hollande élu a mis ça en avant dans le cadre de négociations avec l’Allemagne. Qui dit négociation dit compromis, l’Allemagne a fait des pas vers la France, et la France vers l’Allemagne, donc l’abandon pour l’instant des euro-obligations fait partie de ce compromis, de cette négociation.
            Donc François Hollande n’a nullement renié un engagement de campagne, il négocie simplement avec l’Allemagne, négociation qui, si on regarde les progrès faits, prouvent justement que François Hollande a eu totalement raison dans ce qu’il mettait en avant au niveau de l’Europe pendant la campagne.

          • Jonas dit :

            C’est vous qui lisez mal, opticien, et qui avez tendance à vous arrangez avec le réel. Oeil paille poutre tout ça…

  • xavier de villebrun dit :

    Il y a toujours eu des abstentionnistes: si on obligeait les gens à voter,on aurait à peu près les mêmes résultats avec simplement plus de votants. Ce qui compte,ce sont les votants et rien d’autre; si des gens ne votent pas,c’est leur problème,c’est que ça ne les intéresse pas: on ne va donc se pencher éternellement sur leurs états d’âme! Donc,quand on gagne ou quand on perd des élections, peu importe le nombre de votants: ce qui importe c’est le résultat final. D’ailleurs,comme par hasard, ceux qui parlent tout le temps de l’abstention,ce sont les vaincus!!!…

    • lola dit :

      Il y a tjrs eu des abstentionnistes, c’est un fait . Mais le résultat d’un vote n’a pas la même signification s’il y a 70% de votants ou 40% ; et s’il y a 10% de bulletins nuls&blancs ou 30% .
      Dans le cas , qui continue à me poser problème , s’il reste en lice un seul candidat ,il s’agit d’un plébiscite : voulez-vous de lui ,oui ou non ? et le non doit être pris en considération !( je ne cherche pas une discussion vouée à l’échec, je mène ma propre enquête autrement ).

  • Relativisons dit :

    Presque un électeur sur deux n’a pas voté au second tour des législatives.
    Une pierre dans le jardin tout rose du Parti socialiste, qui n’a remporté la majorité des sièges à l’Assemblée qu’avec 16,5% des inscrits au premier tour.

    Il serait bon de relativiser « l’adhésion populaire » dont il nous rebat les oreilles matin, midi et soir.

    Les abstentionnistes ont été nombreux chez les jeunes et les ouvriers. Ils sont les grands gagnants des législatives, avec la gauche.
    Les abstentionnistes ont fortement pesé au premier tour du scrutin (42,8% du corps électoral) et encore plus une semaine après (44,6%, soit 20 millions de grévistes des urnes).
    Malgré les appels des politiques à maintenir la dynamique du second tour la présidentielle, pour lequel plus des trois-quart des électeurs s’étaient déplacés, la démobilisation s’est révélée plus forte que jamais dans l’histoire de la Ve République.
    Un arrière-goût amer pour les vainqueurs socialistes, qui ont décroché la majorité absolue des sièges avec leurs proches alliés, mais aussi pour l’ensemble de la classe politique.

    • domi 25 dit :

      Chouette,d’après vous(et l’Ump),les abstentionnistes sont tous de gauche!

    • pincho 09 dit :

      Vu le traitement infligé à madame ROYAL il n’est pas étonnant que les ouvriers et les jeunes ne se sentent pas concernés.
      L’avenir risque d’être très compliqué s’il n’y a pas d’explications sérieuses.les réactions hypocrites de ceux qui tirent les ficelles ne suffiront pas.
      LE CHANGEMENT CA DEVAIT ETRE MAINTENANT ET ……

    • Jonas dit :

      Ce que vous dites, il faut également le relativiser…
      En 2007 aussi l’abstention était forte pour les législatives, là cette année la participation aux présidentielles étant un peu plus faible qu’en 2007, il en a été de même pour les législatives. Il est difficile de mobiliser 4 dimanches en moins de trois mois.
      Les électeurs français, comme en 2007, ont confirmé leur choix de la présidentielle, qui, lui, était assez massif.

    • Nicolas (Nantes) dit :

      L’abstention interpelle tout le monde, aussi bien les vainqueurs que les perdants.

      Evidemment, elle relativise la victoire, mais elle interpelle tout autant la défaite. Une droite qui n’a pas su mobiliser, incapable de faire appeler pour son camp…

      Après, soyons honnête, après un an d’élection présidentielle, tout le monde était crevé et ne voyait pas l’intérêt de voter à ces législatives. D’où l’idée de coupler désormais cette élection à celle de la présidentielle.

  • Bangor dit :

    Un petit malin s’est permis d’usurper mon identité numérique ainsi que celle de Nicolas (Nantes).
    Je rappelle à toutes fins utiles qu’une usurpatio d’identité est punie de 5 ans d’emprisonnement et de 75.000 euros d’amende. La condition, pour que le délit soit constitué, tient à ce qu’ait été pris  » le nom d’un tiers « .
    Si cela devait se reproduire, je déposerais une plainte en justice et demanderais d’importants dommages et intérêts. Je conseille au coupable d’avoir un excellent avocat.

  • domi 25 dit :

    Le débat du jour(et même un peu plus) semblerait être la longueur d’un tapis rouge…

    • Bangor dit :

      … et nos diplomates devrontt mobiliser tout leur talent pour qualifier dans leur inimitable jargon l’agression de Cameron. Pour cariaturer un peu, il veut attirer les riches français en Grande Bretagne pour leur permettre d’échapper à l’impôt et nous envoyer les pauvres anglais afin qu’ils bénéficient de nos prestations sociales. Cherchez l’erreur.

  • Amelle dit :

    Sinon le débat du jour est bien la présidence de l’assemblée, et c’est dans ces moments là que je regrette Dray qui à la rondeur necessaire pour ce poste, on regrette aussi Gaetan Gorce qui a préféré passer au sénat que Bianco ait préféré son conseil général, on regrette que Dosiere et Lechtimy (j’imagine le désarroi du FN, Droite pop, les zemmour&co s’il est président de l’assemblée déjà qu’ils sont se sont étouffé avec la nomination de Taubira à la justice)ne soient pas socialiste, on regrette que d’autre personne ne se présente pas comme Bloche, Touraine pour ceux que je connais, étant qu’il y en a d’autre qui mériteraient cette place sans mais qu’il ne pense pas à s’y placer.

    Reste Glavany, Bartelone et Guigou tous aillant déjà été ministres, on aurait préféré quelqu’un de nouveau mais vu le choix perso je pense que Guigou pourrait donner un peu plus de nouveauté parce qu’elle est une femme

    • Bangor dit :

      Amelle, tu n’as pas cité Marylise Lebranchu, qui n’a effectivement pas candidaté mais qui subit de fortes pressions, y compris de la part du Premier ministre. J’ignore si elle acceptera de se présenter, mais c’est elle qui a ma préférence.
      En son absence, Guigou et Glavany sont pour moide bons candidats.
      J’espère que nous éviterons Bartolone, l’équivalent fabiusien de Cambadélis.

  • xavier de villebrun dit :

    On s’extasie ou on s’inquiète de ce que le P.S. ait une forte majorité à l’assemblée et qu’il aurait tous les pouvoirs. D’abord,cette majorité n’est pas si extraordinaire. Ensuite,il faut rappeler qu’en 2002,Chirac avait une majorité plus importante,il contrôlait le Sénat,il avait encore la majorité des régions et des départements et beaucoup de grandes villes;on écrivait alors qu’il avait tous les pouvoirs et on trouvait ça normal tandis que quand c’est la gauche,les gens pensent que c’est indécent et dangereux;cette idée est parfois inconsciente,mais,dans ce cas, c’est pire!!!

  • lola dit :

    -Je suis l’auteur ~~seulement~~ des 2 posts de 14h07 et 15h19 et je regrette d’avoir déclenché tant de confusion ; j’avais consulté les résultats de dimanche et découvert ce fait sidérant :des candidats ,seuls en lice, qui ne pouvaient donc qu’être élus avec 100% des voix ,puisque les bulletins nuls et blancs ne comptent pas ,bien qu’ils signifient une opposition ; de plus avec un très fort taux d’abstention. Je ne suis pas inscrite dans les circonscriptions incriminées ,sinon je me demande ce que j’aurais fait ; je ne serais pas allée voter ,je pense .
    ( merci à Jonas et nicolas, il est utile de rappeler les règles)
    -mon post de 14h35 : j’aimerais bien avoir un chiffrage ;cumul des  » retributions « en tout genre, des retraites ???

  • Papa Razzi dit :

    Le mélange des gentres « public-privé » çà commence à devenir une manie chez les socialauds!
    http://www.lexpress.fr/actualite/media-people/media/arnaud-montebourg-ne-decolere-pas-contre-france-televisions-qui-ne-reconduit-pas-audrey-pulvar_1128381.html

    • Bangor dit :

      Quand un président de la République comme Sarkozy s’arroge le droit de nommer lui-même les dirigeants des chaînes publiques, il faut s’attendre à des problèmes au moment de l’alternance.

    • hihihi dit :

      Mon cher Paparazzi,
      vous qui confessiez il y a peu votre ignorance quant à l’existence ou non de cochons noirs, Je vous apporte la preuve que oui !!

      « Gros-nez » Pulvar aurait dit de Rémy Pflimlin: « Oui, c’est ça, prends-moi pour un jambon ».

      CQFD… même s’il s’agit en l’occurence d’une cochonne.

    • Amelle dit :

      J’aime beaucoup Arnaud Montebourg mais là il déconne grave, je rappelle que lui même avait demandé la démission de Béatrice Schönberg une fois avec Borloo alors qu’elle n’a jamais été montré ses préférence partisane lors de ses JT.

      France2 à tout à fait raison, il peut y avoir suspections de conflit d’intérêt et Pulvar pourrait soit pénaliser l’opposition soit faire de l’excès de zèle pour prouver qu’elle est indépendante et s’acharner sur les socialistes.

      Bref si Montebourg veut que Pulvar redevienne une journaliste politique qu’il démissionne. Et si c’était le cas contraire c’est à dire Pulvar la ministre et Montebourg le journaliste, j’aurai penser la même chose.Le féminisme n’a rien a avoir la dedans c’est juste une règle pour préserver un minimum d’éthique dans le monde journalistique

      • Nicolas (Nantes) dit :

        Et puis surtout, je vois pas pourquoi Montebourg serait privilégié. Il y a eu d’autres cas avant lui.

        Anne Sinclair a arrêté 7/7, comme tu l’as dit Béatrice Schönberg s’est mis en congé, Christine Okrent aussi, et ça me semble logique dès lors que la journaliste interviewe des politiques ou aborde des sujets politiques.

        Evidemment, si cela concernait un journaliste homme, la situation serait la même. Rien à voir avec du féminisme ou du machisme.

  • lola dit :

    **Toujours en jetant un oeil sur les médias ,j’ai lu -ce que je savais déjà – que les députés non réélus touchaient une indemnité chômage pendant 3 ans ( au prorata de leur présence ??)Ainsi prenons le cas de MAM dont je ne connais pas exactement la carrière entre toutes les charges et ministères ,elle pourrait cumuler des « rétributions » incroyables ,avec chauffeur ???Quant à nos 3 précédents présidents avec chauffeur, gardes du corps ,logement, cela doit être assez conséquent ;payé sur des fonds propres ou sur l’Impôt ?? Je n’oublie pas, non plus, que l’Elysée bien que déserté par le couple présidentiel, entretient cuisiniers, patissiers,( ou bien sont-ils en chômage partiel? )Si
    j’en avais le temps et avec des documents précis ,j’aimerais bien faire le compte ….heureusement ? j’ai mieux à faire !

  • lola dit :

    Le post qui donnait l’info sur l’élection de m.g.Buffet 100% m’a donné envie de comprendre et de chercher un peu .Donc en seine-st denis 5 candidats ont été élus avec 100% des « voix »:; buffet, le roux, guigou, hammadi, asensi ; dans le cher 1 candidat élu avec 100% : sansu ; je suis un peu interloquée ; le détail de sansu est le suivant :70.000 insc./23.000 vot/15.000 suf exp /33% de bul.blancs ou nuls….les autres c’est quasiment pareil !! je n’arrive pas à comprendre comment une élection peut être ratifiée avec un tel bilan : au 2°tour, il peut n’y avoir qu’1 seul candidat ,qui est élu avec 60 ou 70% d’abstention , et donc 100% des voix .Qui peut m’expliquer ??

    • Jonas dit :

      En fait, sont qualifiés pour le second tour, soit tous ceux qui ont eu 12,5% des inscrits, soit s’il n’y a pas deux candidats a réussir ce score, les deux premiers arrivés. Les deux qualifiés (ou plus) vont direct au deuxième tour. Ensuite, il est possible )à un candidat qualifié pour le second tour de se retirer entre les deux tours. Il n’en reste donc qu’un, qui sera forcément élu avec 100% des suffrages exprimés (il suffit d’une voix). En ce cas, la règle étant que les candidats de gauche se retire au profit du candidat de gauche ayant fait le meilleur score au premier tour, un certain nombre de candidats de gauche ont été élus au premier tour. Mais de droite aussi, comme Bernard
      Debré à Paris.

    • Nicolas (Nantes) dit :

      Pour les législatives, la doit dit ceci:

      Tous les candidats obtenant au minimum 12,5% des inscrits peuvent se maintenir au second tour.

      Si au premier tour, (en raison de l’abstention notamment ou du trop grand nombre de candidats), aucun candidat n’obtient ce seuil des 12,5%, alors les deux candidats en tête sont sélectionnés pour le deuxième. Et si un seul candidat obtient ce seuil des 12,5%, alors le deuxième candidat arrivé en tête est également sélectionné.

      Voilà pour les bases.

      Maintenant, dans les cas que tu viens de citer, seuls deux candidats de gauche avaient réussi à obtenir les 12,5% des inscrits. Donc deuxième tour avec deux candidats de gauche. Le deuxième candidat a parfaitement le droit de se désister et de ne pas participer au deuxième tour, appelant du fait à appeler pour le candidat en tête, qui devient candidat unique.

      MAIS la loi, en cas de désistement du deuxième, n’autorise pas le troisième candidat n’ayant pas obtenu les 12,5% à remplacer le deuxième candidat qui s’est désisté. On arrive donc à un candidat unique.

      Résumé : quand deux candidats du même bord politique sont les seuls sélectionnés au deuxième tour, il arrive très souvent que le deuxième se désiste en faveur du premier. De toute façon, la loi n’autorise pas le troisième à participer au second tour.

      Maintenant, il arrive aussi que le deuxième candidat décide de se maintenir, on l’a vu dimanche dernier (Falorni contre Royal, Farimet contre Dosière, etc.), on l’a vu dans d’autres élections précédemment.

    • Jonas dit :

      Les bulletins blancs et nuls ne sont pas comptés comme des bulletins exprimés, seuls sont ainsi comptés les vote pour lequel il y avait un bulletin dans le bureau de vote (et dans les municipales on peut écrire un nom et ce n’est pas nul, et quelqu’un peut être élu sans se présenter il me semble, mais je ne sais pas si ça fonctionne encore et c’est peut-être seulement pour les petties villes ou les villages).

      • Nicolas (Nantes) dit :

        oui, dans les communes de moins de 2000 habitants je crois, on peut rajouter un nom sur la liste ou bien rayer certains noms de la liste.

      • lola dit :

        *Merci de vos réponses ;je sais tout cela ; ce qui fait problème, à mon avis, c’est qu’au 2° tour, par le jeu des désistements, 1 seul candidat puisse se retrouver tout seul en scène ,et qu’il puisse être élu avec un taux d’abstention record, avec un nombre record de bulletins blancs ou nuls ; il ne représente rien ; ne faudrait-il pas changer la norme ? donc la loi ??

        • Nicolas (Nantes) dit :

          je ne sais pas s’il faut ou non changer la loi, mais en tous cas, elle ne permet pas au troisième de se qualifier au second tour si le deuxième se désiste. C’est ainsi.

          Après, ça change quoi ? Si la loi autorisait du coup le troisième à remplacer le deuxième, alors les voix du deuxième irait de toute façon sur le premier, puisqu’il est du même bord politique que le deuxième…

        • Bangor dit :

          Il ne faut pas en vouloir à Nicolas, il a conservé des réflexes assez staliniens;-)

          • Nicolas (Nantes) dit :

            Me cherche pas :)

            Et non y’a rien de stalinien, puisque la loi autorise le deuxième à se maintenir ou à se désister, liberté de choix.

            Après, dans la pratique, on voit que le maintien du deuxième candidat d’un même bord politique tend plutôt à biaiser le résultat. Souvent, la présence d’un candidat unique au deuxième tour apparaît plus cohérent que l’élection du deuxième avec les voix de l’autre bord :)

            Après, le cas de la Rochelle est très très particulier, je m’aventurerai pas à le commenter ;)

          • Jonas dit :

            Je ne sais pas si il faut changer la loi, mais faire se déplacer les électeurs quand il n’y a qu’un candidat ça peut paraitre assez bête quand même.

          • Bangor dit :

            Je précise que je ne suis pas l’auteur du post de 16:26. Quelqu’un a usurpé mon pseudo. Cela ne s’arrange pas ici.

          • Nicolas (Nantes) dit :

            Et moi je ne suis pas l’auteur du post de 16:33
            Ca devient n’importe quoi ici!

          • Nicolas (Nantes) dit :

            Serait-il possible au modérateur de bannir l’adresse IP des deux derniers commentaires prétendant « ne pas être l’auteur… » ?

            Merci

        • Amelle dit :

          Changer la norme non puisqu’il y a eu vote au 1er tour qui légitime l’élection. Au 1er tour les résultats sont proportionnelles, le candidat en tête reste celui qui a eu le plus de voix donc légitime démocratiquement parlant même si l’élection n’est pas majoritaire, d’un autre coté dans les triangulaire souvent le gagnant l’est sans une majorité de 50%

  • marie mcb dit :

    L’histoire de La Rochelle laissera des traces tres douloureuses, privées et publiques.

    • pincho 09 dit :

      on peut déja deviner que le « clan jospin » était l’instigateur de toute cette histoire en voyant les candidats au perchoir.
      Madame ROYAL n’a plus rien à attendre si ce n’est que des regrets hypocrites de tous ces gens là.
      Une fois de plus « on » s’est bien servi d’elle et de la banlieue pour gagner et puis « on » les jette pour prendre les mêmes et « on » recommence.
      C’était donc ça le changement HOLLANDE

  • Allonsz'àLondon dit :

    Le Premier ministre britannique David Cameron s’est dit prêt à « dérouler le tapis rouge » pour les entreprises fuyant l’impôt dans l’Hexagone. Le ministre du Travail Michel Sapin lui rétorque que ce tapis « risque de prendre l’eau ».

    Sapin croit s’en tirer par l’humour. Sauf qu’il feint d’oublier qu’il y a un tunnel sous la Manche parfaitement au sec et l’ Eurostar.
    Cà prouve surtout que Cameron a fait mouche et met en difficulté les dogmatiques socialistes.

    Personnellement je prépare mes valises.

    • Nicolas (Nantes) dit :

      Si vous pensez y payer bcp moins d’impôts, vous serez déçu… Mais vous avez parfaitement le droit de faire le voyage.

    • domi 25 dit :

      Voilà une belle démonstration de patriotisme.Bon vent.

  • infox dit :

    Ségolène Royal risque d’être sanctionnée.

    En annonçant à 19h50, soit dix minutes avant la fermeture des bureaux de vote, sa défaite face à Falorni lors du second tour des législatives, la candidate PS a brisé une règle électorale. Le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) a décidé de statuer dès ce mardi 19 juin sur les sanctions à prendre contre la candidate mais aussi contre les chaînes de télévision qui ont diffusé en direct son allocution.

    L’instance de contrôle de l’audiovisuel français s’est réunie ce lundi 18 juin mais ne donnera son verdict que mardi. Dans son collimateur, les différentes chaînes du PAF qui avaient programmé la soirée électorale (TF1, France 2, LCP, LCI) et qui ont donc diffusé le discours de défaite de Ségolène Royal prononcé avant 20h. Selon Europe 1, ces dernières se défendent d' »une situation inédite » prétextant que c’est la socialiste qui a brisé la règle et pas elles.

    « Nous allons étudier chaîne par chaîne, radio par radio et média par média ce qu’il s’est passé. (…) On pourrait plaider pour une certaine tolérance du fait qu’il n’y a pas eu d’influence sur le vote local puisque les bureaux dans la circonscription de la candidate étaient fermés, ni sur le vote national. (…) », déclarait ce matin à Europe 1 Christine Kelly, membre du CSA.

    Quant à Ségolène Royal elle risque plus gros. Toujours au micro d’Europe 1, un juriste spécialisé en droit des sondages électoraux est clair sur la question: la loi dit qu’il est interdit de divulguer des résultats avant la fermeture définitive de tous les bureaux de vote en France. Bien que ceux de La Rochelle, circonscription de la candidate, aient été fermés dès 18h elle reste hors la loi et risque jusqu’à 75.000 euros d’amendes ainsi que l’inéligibilité. Une première en France.

    • pincho 09 dit :

      Cette condamnation ferait certainement le bonheur de ceux qui au PS se sont servi d’elle et de ses idées pour gagner et ont tout fait pour ensuite s’en débarrasser à tout jamais.

  • Christophe dit :

    Bravo pour votre victoire
    Je vous suis depuis des années et vous apprécie
    Au plaisir de bits rencontrer

  • seb dit :

    Quelques interrogations sur la situation grecque :

    *Ce dimanche soir, vous avez dit, sur France 2 : « Il faut que les Européens accompagnent les Grecs vers la croissance, il faut de la discipline mais il faut aussi de l’espoir ».

    *De son coté, le Ministre Allemand des Affaires étrangères a déclaré : « Il ne peut pas y avoir de changements substantiels aux engagements pris par la Grèce pour son programme de réformes ».

    Comptez vous rester silencieux, M le Ministre ou réagir à ces propos de votre collègue Allemand, antidémocratiques – on se croirait à l’époque du Congrès de Vienne…Ou du traité de Versailles ! – et suffisants ?

    –Comment, quand on est démocrate, peut-on confondre ce qui engage un pays…Et une majorité ? Si un pays se doit de respecter ses engagements – dès lors qu’il n’a pas la volonté de les dénoncer – une majorité n’a pas (à ma connaissance) de mandat impératif et n’est donc pas comptable des engagements pris par celle(s) qui l’a (ont) précédé !

    –Comment peut-on donner des leçons à autrui, quand soit même on n’est pas vertueux ? L’Allemagne, la France, et bien d’autres, ont – avec la complicité passive de la Commission Européenne comme garant trop complaisant – violé leurs engagements, notamment sur Maastricht (et continuent de le faire en violant Lisbonne !)…Peut-on demander à la Grèce d’être plus exemplaire ?

    –Surtout, comment peut on à ce point ignorer les leçons de l’Histoire ? Votre collègue est il donc si inculte pour oublier si vivement que c’est un diktat qui a envoyé l’Allemagne et consorts dans les bras des dictateurs ? Et que l’idée vengeresse française de 1914 vient d’un honteux traité, dépossédant la France de ses territoires ?

    je pense que la France et l’Allemagne, et désormais maintenant plus l’Allemagne que la France commettent une erreur historique d’une ampleur aussi grande que celle nous avons commise en d’autres temps lors du Traité de Versailles, en humiliant la Grèce et (plus encore) en la ruinant.

    La signature à Versailles à eu lieu le 28 juin 1919. Il faudra attendre 1933 et l’accession au pouvoir d’Adolf Hitler, pour que le monde, mesure d’une manière funeste qu’en demandant à l’Allemagne l’impossible, il déclencherait l’apocalypse.

    L’Histoire nous enseigne qu’il y aura d’autres rebondissements dans la tragédie grecque. Mais il ne tient qu’à nous d’être sages et raisonnables, il ne tient qu’à nous de demander aux Grecs que ce qu’ils peuvent donner. Il ne tient qu’à nous d’exiger d’eux des efforts importants et constants mais qui restent socialement supportables…Et politiquement honorables. (Comment attendre d’un Gouvernement qu’il soit « légitime » s’il parait, en quelque manière que ce soit, inféodé à autre chose que le pays ?)

    Lorsque j’observe la situation, je suis sidéré par cette inversion des rôles, où une Allemagne, démocratique, forte et puissante, se comporte comme un pays conquérant, humiliant ses partenaires comme jadis elle le fût par la France !
    Nos amis allemands font à autrui ce qu’ils ont subit. Ils n’ont tiré aucune leçon de leur propre histoire…

    « L’espoir » ne peut être possible que si l’on respecte en la Grèce :
    -un pays européen égal à ses partenaires
    -un pays indépendant et souverain
    -un pays prêt à faire des efforts mais pas à l’impossible pour sauver les non vertueuses banques allemandes !

    • Jonas dit :

      La comparaison avec le traité de Versailles me semble très exagérée et quelque peu hors de propos.
      Mais puisque l’on parle de guerre, peut-être est-il judicieux de rappeler que l’Allemagne n’a toujours pas dédommagé la Grèce des dommages qu’elle lui a causé lors de la seconde guerre mondiale. Cela ne plait pas aux allemands, mais n’est-ce point leur devoir historique et, de plus, ce serait le moment parfait pour remplir ce devoir… mais bon, cela ne se fera pas, mais je persiste à penser que l’Allemagne devrait le faire, enfin bon, on me dira aussi qu’ils ont déjà fait des efforts pour la Grèce… compliqué tout ça

    • Bangor dit :

      Pourquoi appelez-vous Noah Porcinet ? Parce qu’il est noir ? Sale raciste !

      • Jonas dit :

        A force d’insultes, il tombe d’infamie en infamie. Ne peut-on le bannir ?

        • Papa Razzi dit :

          Ouhlala! mes pauvres « amis »! Il y a méprise. J’ai pêché par raccorci abusif!!!
          Par Porcinet je désignais le gros porc qui vous sert de président. Excusez, quand je le vois, c’est l’image qui me vient tout de suite à l’esprit. Un peu comme pour vous c’était le « nain » ou le « nabot » pour désigner Sarkozy. Rien de plus.
          Pour tout vous dire, je ne sais même pas s’il existe des porcs noirs! Donc malentendu.

          Je voulais juste laisser entendre que si l’évasion fiscale se confirmait de la part d’un « chanteur »(?!) qui a fait les meetings de Porcinet (lire Flamby, couille molle, fraise des bois, culbuto, etc…) çà la fouterait plutôt mal pour qui prétend laver plus blanc que blanc.

          Ca va? Comme çà vous avez compris, bande de nazes?

          • Jonas dit :

            Rien à comprendre que votre bassèsse.

          • Jonas dit :

            Et pour votre information en un mois vous avez plus insulté le nouveau président que nous l’ancien en 5 ans sur ce blog et l’ancien blog.

          • Nicolas (Nantes) dit :

            Apparemment, ça vous a fait mal de vous être pris une branlée par des nazes…

  • xavier de villebrun dit :

    Ce succès prévisible rappelle évidemment celui de 1981 dans un contexte politique et international totalement différent. Ce que les socialistes doivent éviter à tout prix,ce sont 2 comportement auxquels ils n’avaient pas entièrement échappé en 81: l’arrogance et la naïveté. On peut penser que,dans la mesure où Hollande n’a jamais promis la lune,ces 2 défauts seront évités. Sinon,la défaite de certains U.M.P.fait vraiment plaisir et le succès de Collard et de Maréchal Le Pen reste purement anecdotique…Il serait intéressant enfin qu’une femme soit élue présidente de l’assemblée nationale,cad Elisabeth Guigou!

    • Jonas dit :

      Voir Nadine Morano battue, clairement, oui, ça fait plaisir.

    • Amelle dit :

      Moi aussi je préfère que se soit une femme et Elisabeth Guigou me conviendrai aussi. Bruno le Roux comme chef de groupe socialiste ça peut aller tout aussi.

      Beaucoup vont maintenant réfléchir au congres, les statuts stipule qu’il doit être organiser dans les 6 mois après la présidentielle ce qui veux dire que les premières contributions, avant les motions doivent être présenté fin aout début septembre.Franchement après 10 ans de Sarkozysme, les primaires, les présidentielles les gens doivent être crever. Si on pouvait reporter ce congres à Fevrier, Mars au minimum cela voudrait dire que les gens pourront se mettre en retrait pendant 4,5 mois, et après cette longue campagne 4 mois ce n’est pas de trop.

  • hihihi dit :

    Changement de slogan:
     » les ennuis, c’est maintenant ! »

    • Jonas dit :

      Les ennuis pour le gouvernement oui, et c’est tant mieux. Si Sarkozy avait été réllu, je ne vous dis pas les ennuis pour la France.

  • Amelle dit :

    Félicitation, a Moscovici, à tout les membres du gouvernement, à toute la gauche. Enfin, la gauche à tous les pouvoirs pour changer les choses, si ce n’est pour une vie meilleure au moins pour donner les raisons d’espérer un futur plus juste, et une perspective personnelle et collective plus facile à appréhender a chacun.

    La gauche à tout les pouvoirs raison de plus pour renforcer les contre pouvoirs justement, que les élus PS n’oublient pas que le 1er des contre pouvoir seront les électeurs socialistes qui ne seront pas aussi docile que les sarkozystes et si ce gouvernement tombe un jour c’est parce que ces électeurs l’auront déjà lâcher depuis un moment.

    Tous ce qui renforce les contre pouvoir devrait être renforcé, d’abord un statut le l’élu qui lui fixera des règles et des lignes à ne pas franchir, l’Open Data qui permettra aux citoyens de savoir en toute transparence ou va chaque centime des administrations publiques.Rendre la presse plus indépendante.

    Une révision institutionnelle aussi doit être envisager surtout après les taux d’abstention qu’on a vu, et comme le suggérait Mamère il faudrait coupler les élections législatives avec les présidentielles, les organiser le même jour.

    Concernant cette soirée qui était excellente à plusieurs points de vu, deux, trois deceptions quand même. D’abord les victoires des Balkani et Woerth, je ne comprend pas … et ensuite l’échec de Royal qui était lui attendu.
    Je pense que sincèrement ce qu’a fait Falorni n’a pas été correct, que c’est une candidature dictée par la haine de la camarade et qui n’avait pas sa place.
    Ceci dit Sego doit aussi se remettre en cause, oui la droit à beaucoup contribuer à la victoire de Falorni.Oui le tweet de Treirweiler à contribuer a encore dégrader le climat et il faudra revenir sur son cas mais d’un autre coté on ne peut s’empêcher de se demander pourquoi une partie de la gauche a refusé de la soutenir, il y a peut être de bonnes raisons et peut être y est elle pour quelque chose. Je trouve que depuis 2009 elle a perdu une partie de sa personnalité d’avant 2007 or c’est celle ci qui a séduit beaucoup de gens, sa proximité et surtout sa modestie et une certaine pudeur qu’elle a perdu depuis 2007.
    Je pense qu’il est temps qu’elle se retire dans sa région, abandonne « désir d’avenir » et prenne de la distance par rapport toute cette période 2007-2012 que les français ont cherché à effacer en lâchant Sarko, Sego et Bayrou et qu’elle revienne pour les européennes en 2014 la sego de 2004 voire de 1993, on pourrait avoir besoin d’elle mais il est temps qu’elle oublie qu’elle a été candidate à la présidentielle.

    Petite pensée pour Bayrou, sa défaite comme celle de Royal est quelque part une défaite de la morale, j’espère qu’il va se retrouver dans son espace naturel du centre droit, et qu’il va enfin comprendre qu’il faut qu’il s’adapte au mécanisme de la 5ième république s’il veut exister politiquement

  • Nicolas (Nantes) dit :

    Très très beau résultat du PS et de ses alliés ce soir, ça fait plaisir.

    L’UMP se prend la 5e tôle de suite.

  • César dit :

    J’ai entendu mr. Moscovici se vanter d’avoir réalisé le meilleur score des triangulaires avec ses 49% et des…
    FAUX!
    Jean-Christophe Fromentin (UMP), maire de Neuilly, se sort de sa triangulaire, qu’il remporte avec 51,22% des voix.

    • domi 25 dit :

      4ème circonscription de Seine St Denis Marie George Buffet : 100 %

      • Bangor dit :

        Normal. C’est un score stalinien.

        • benoit16 dit :

          C’est ce que voulait faire le PS à la Rochelle avec Ségolène Royal, il me semble.
          Heureusement pour la démocratie, Falorni s’est maintenu avec le résultat que l’on sait.

          • Bangor dit :

            Il est certain qu’une candidature unique est le meilleur moyen pour se faire élire. Buffet a été élue sans aucune légitimité de même que, si Falorni avait cédé, Royal aurait été élue contre le souhait de 63% des électeurs.
            Pour éviter ces accords d’appareil, il faudrait revoir la loi électorale, par exemple en autorisant le candidat arrivé troisième à se maintenir en cas de désistement du deuxième.

  • Bangor dit :

    Falorni 63%
    Royal 37%
    C’est une bonne nouvelle pour la démocratie.
    Comme le dit Rebsamen : « C’est un parachutage qui s’est mal passé, tout simplement. »

  • Bangor dit :

    Député sortant de la 4e du Doubs, Pierre Moscovici est élu avec un score de 49,32%. Le ministre de l’Économie et des Finances, qui était dans une triangulaire, bat le candidat UMP Charles Demouge (26,21%) et la candidate du FN Sophie Montel (24,47%).

    Bravo à « notre » ministre préféré.

  • lola dit :

    Certains diront que V.Trierweiler l’avait bien cherché ;faut-il,
    pour cela,transformer « l’affaire » en un interminable vaudeville ?
    certains posts n’hésitent pas à insinuer que V.T.n’est même pas divorcée …On vous a lu plus inspiré ,Seb, lorsque vous parliez d’histoire de France ; le costume de Marcelle Auclair vous va mal.
    Ainsi donc ,V.T.pourrait tenir une rubrique culturelle, ds Paris-Match ; pensez donc ! c’est un travail de « Dames » ; la « culture » ?
    c’est inoffensif ,si loin de la majesté-politique ; c’est un refuge charmant +….J’avais emporté « la journée d’un scrutateur » d’i.Calvino ,histoire de lui faire prendre l’air, et, j’ai eu envie de ne pas rentrer pour voter …de fuir l’Europe aux anciens
    parapets .Loin de la Rochelle ,loin de l’Elysée ( au fait,je chercherai ce texte qui parle de Mme de Pompadour en termes inhabituels) Et puis m’est revenu en mémoire ce passage : »Etendant
    les mains hors du lit, Plume fut étonné de ne pas rencontrer le mur .’Tiens, pensa-t-il, les fourmis l’auront mangé …’ et il se rendormit ».Peut-être,à l’instar de Plume, vais-je me rendormir.
    —+ »pour une âme fatiguée des luttes de la vie » (la référence est inutile)

    • Bangor dit :

      @ lola
      Un port est un séjour charmant…
      Au fond de Port-Mahon, à Minorque, par cette calme et chaude soirée de fin de printemps, votre citation résonne au plus profond de ma démarche de marin.
      Et puisque vous évoquez le grand Charles il y a aussi, mieux que l’exergue de Blum figurant en tête de ce blog : « Homme libre, toujours tu chériras la mer ».

      • lola dit :

        @Bangor /la journée du scrutateur fut longue et éprouvante;
        comment l’oublier ? tous ces % en goguette …alors …
        « and I was left alone with my ship,anchored at the head of the gulf of Siam. She floated at the starting point of a long journey ; very still in an immense stillness ; I was alone on her deck. There was not a sound in her and around us nothing moved, nothing lived, not a canoe on the water, not a bird in the air, not a cloud in the sky. In this breathless pause at the threshold of a long passage, we seemed to be mesuring our fitness,for a long and arduous enterprise,the appointed task of both our existences to be carried out, far from all human eyes, with only sky and sea for spectators and for judges. »C’est presque le début de l’aventure et c’est plus palpitant que les itw de la TV. (je ne sais plus le passage par coeur ,sigh!ms je l’ai retrouvé ; quand on n’a pas de bateau ,on a tous ceux des peintres et de la littérature !)
        ~~~Tous les membres du gouvernement st victorieux ,bravo, et demain ,ouste ,au Mexique .

        • Bangor dit :

          Merci lola pour the secret sharer. J’ai retrouvé la nouvelle sur Internet, pas dans mes rayonnages qui sont loin de moi, et l’ai lue avec beaucoup de plaisir. Je ne la connaissais pas.

          • lola dit :

            @ Bangor 23h04 / Bravissimo !!! j’ignorais qu’on pouvait trouver sur internet cette nouvelle que
            Conrad nomme « calm -piece » ;nulle envie de tendre un piège ,mais de partir en mer, loin des
            discours convenus des soirées électorales ; et cela m’a permis de constater que les « storm-pieces » avaient disparu des ‘mètres linéaires'; un admirateur de Conrad sans doute….Alors, écrire « the stormy weather » qui s’est abattu sur le Channel ,aujourd’hui à Los Cabos ,mais en Français!!

          • lola dit :

            # µ :Sur le net ,on peut trouver la réplique de Michel Sapin au ‘prime minister’ ; mais on peut lire, en intégralité, on line, sur le ‘projet Gutemberg’ the secret sharer ; vive Gutemberg!

  • rions un peu dit :

    En attendant 20h pour la voir essuyer une larme sur son beau rêve de « perchoir », rions un peu:
    http://icicest.tumblr.com/

  • Franckie dit :

    A la lumière de cette navrante « affaire » de tweet, je comprends mieux pourquoi Ségolène Royal n’a pas reçu le soutien du PS en 2007… FH alors à la têre du parti ne pouvait sans aucun doute se permettre de lever le petit doigt pour elle sans rentrer dans un dur conflit avec sa nouvelle compagne VTrierweiler. En homme habile qu’il est, il en a tiré parti pour sa propre destinée: SR élue, son avenir à lui en tant que présidentiable aurait été perdu. Il faisait donc d’une pierre 2 coups: ménager son propre avenir politique et l’égo de VT, passée au 1er rang et n’entendant pas le partager, envers et contre tout.
    Cette situation conflictuelle entre 2 femmes rivales dont l’une a du mal à supporter la place passée, actuelle et future de l’autre dans les parages d’un homme empêtré dans un conflit de loyauté est somme toute banale. Le problème est lque cet homme-là est président de la république et que la politique ne devrait pas avoir à souffrir de ce genre de règlement de compte triangulaire qui relève davantage des difficultés que rencontrent nombre de familles plus ou moins bien « recomposées ». Le budget de l’Elysée pourrait peut-être payer un médiateur familial de haut vol ?

  • domi 25 dit :

    Que les 50 % soient au prochain rendez-vous !

  • seb dit :

    **Sur les salaires des patrons : cela va dans la bonne voie.
    La question, maintenant, est de savoir si « l’Etat » conditionnera l’octroi de certains (pour ne pas dire tous) marchés publics (et encourage les collectivités à faire de même) à une politique « patronale » que vous pourriez qualifier de « juste ». On passerait ainsi du « symbôle » à « l’élan »…Ce qui (au passage) éviterait peut être d’en passer par la loi. Ou du moins, on pourrait commencer par la « méthode incitative » et poursuivre (si nécessaire) par la « méthode répressive » via la loi.

    **Concernant la situation en « Europe » (pour être précis dans la zone euro)…On a une formidable démonstration de « l’efficacité » des « plans européens » !

    Peut être faudrait il songer à (au moins) regarder ce qui se fait, en ce moment, aux USA…Et peut être changer le disque (rayé) pour une méthode plus efficiente ?

    La FDIC, qui est l’assureur fédéral des comptes bancaires américains et qui gère déjà les faillites des banques petites et moyennes, vient en effet, dde présenter son plan d’action pour gérer la faillite des grands établissements bancaires, y compris les « too big to fail », tout en permettant aux unités opérationnelles de continuer leur travail quotidien pendant que les comptes de la banque en redressement sont « nettoyés ».

    Et que prévoit ce plan ? Selon le Wall Street Journal :

    « Les actionnaires des grandes banques ou autres firmes financières seront ‘liquidés’ (Wiped out) et les créanciers obligataires enregistreront des pertes liées à la conversion de leurs créances en parts de capital d’une nouvelle entité »

    Oui, vous avez bien lu : des échanges « dettes contre capital » !

    Rappelons les avantages de cette façon de procéder : l’entreprise faillie, n’étant plus contrainte de payer des intérêts et de gérer le roll-over sur le principal de sa dette, reçoit un extraordinaire bol d’air en terme de trésorerie, qui lui permet de continuer ses opérations, sauf cas extrême où les pertes dépassent la somme des anciens capitaux propres et des dettes financières, ce qui est tout de même peu probable, les banques devant déclarer leur faillite bien avant d’en arriver là.

    Les ex-créanciers, devenus actionnaires, comprennent qu’ils n’ont rien à attendre de l’Etat (UE)et doivent gérer au mieux le nouvel établissement ainsi assaini pour espérer récupérer leurs pertes, par la hausse du cours de la nouvelle entité. Et si un créancier est lui même contraint à la faillite par cette chute d’un débiteur, la même procédure peut lui être appliquée. Ainsi, les déposants ordinaires, particuliers et entreprises, peuvent continuer à commercer !

    Autre effet vertueux, une telle disposition fera cesser la distorsion dont les TBTF, du fait de leur garantie implicite, bénéficiaient sur les marchés obligataires, pouvant emprunter jusqu’à 0,5% moins cher que leurs concurrentes, ce qui, avec des totaux de bilan se chiffrant en milliers de milliards de dollars, représente une subvention déguisée tout à fait considérable.

    Certes, le projet de la FDIC n’est pas encore approuvé, mais il découle directement des provisions de la loi Dodd Frank de 2010 donnant mandant aux régulateurs fédéraux de mettre au point des mécanismes ordonnées de faillite bancaire. Le projet naît donc sous de bons auspices. On peut supposer que le lobby des Big 6 (Goldman, JP Morgan, BAC, Citi, Wells Fargo et Morgan Stanley), et quelques autres, va s’opposer à cette réforme sous tous les prétextes possibles et imaginables.

    En « Europe » (zone euro), il n’y a même pas de « lobby », le Président de la BCE est un ex de Golman Sach.

    Parmi les difficultés à régler, le caractère international des établissements concernés nécessitera une coopération des autorités bancaires au niveau mondial, et notamment de Londres, qui abrite 88% des actifs internationaux et des positions dérivées des banques US. Or, selon le « vieux sage » Paul Volcker cité par le WSJ, ancien patron de la FED (avant Greenspan), qui conseille la FDIC dans cette démarche, le travail de la FDIC avec les autorités britanniques avance bien.

    L’intégration de Londres dans le dispositif US pourrait à terme porter en germe l’espoir que cette gestion ordonnée des faillites des banques « systémiques » soit exportée au niveau européen, qui en a plus que jamais besoin. Ainsi, ces banques cesseraient de représenter un risque qualifiable de systémique et « l’Europe » pourrait ensuite s’attaquer à la restructuration des dettes souveraines trop lourdes à porter, ouvrant la voie à un désendettement généralisé, public et privé, absolument salutaire.

    La question, à présent, est de savoir si M. MOSCOVICI, en sa qualité de Ministre, va prêter attention (et pourquoi pas faire étudier par ses services) le plan mentionné. Et à terme, le défendre au sein de l’UE. (Ce qui nous épargnerait des complications constitutionnelles exponentionnelles doublées d’envoi d’argent par la fenêtre tout aussi important)

    Et surtout, s’il aura le courage de dire « non » quand le Président de la BCE (qui n’arrête pas d’augmenter les revenus de son ex employeur depuis la mise en place des « plans de la dernière chance », sans doute pas d’ailleurs par simple bénévolat) lui demander de donner à « l’UE » (en fait les « banques ») de l’argent pour renflouer les dits établissements bancaires qui, chacun le sait, n’ont pas d’actionnaires…!

  • Olivier dit :

    Bonjour

    C’est insupportable cette histoire de Mme Royal.
    Quelle image n’égative donnez-vous !
    on parachute et son prétexte d’avoir une « pseudo » et relative notoriété quelconque, on aurait ‘le droit » d’aller où on veut pour prétendre accéder a un poste (perchoir)
    Pourquoi faut il sauver Mme Royal ?
    Pourquoi Mr Falorni ne ferait-il pas un bon député socialiste ?
    N’est-ce que du copinage et arrangement vis-a-vis de Mme Royal.

    Non, Mme Royal !
    Vous n’avez pas cette légitimité.
    Courage et soutien à Mr Falorni.

    Une fois de plus, le PS s’est ridiculisé….
    un sympathisant désabusé :-(

    • pincho 09 dit :

      l’histoire de madame ROYAL ne s’arretera pas lundi, quelque soit le résultat.
      monsieur farloni sera peut être élu et s’il est récupéré par le PS, comme vous le souhaitais, on n’oubliera pas qu’il sera l’élu de la droite et de l’extreme droite.
      on ne pourra jamais croire qu’il a agi tout seul et il sera difficile d’affirmer que la tête du PS et la première dame ont été étrangers à cette mascarade si bien organisée.
      encore une fois, honte à ceux qui ridiculisent le PS
      DES LUNDI,IL FAUDRA S’EXPLIQUER…..

      • Oui il sera élu par la droite et contre la gauche!!!!!
        FH devra demandé à ce qu’il ne reste pas au PS quoi qu’il arrive.Don électorat demande une clarification.Si la copine de Hollande soutien ce genre d’initiative et que celui-ci n’arbitre pas il sera décribilisé.
        Je ne suis pas un fervent supporter de Ségolene mais elle est arrivée en tête et le principe du PS est que celui qui arrive en tête est présent au 2iéme tour.N’encourageons pas ce genre de comportement et il devra siégé avec la droite .

        • Autre chose , je refuse qu’une femme compagne de FH la raméne.Elle n’a aucune voix au chapitre.Elle devra l’apprendre et vite, on a voté FH pas sa compagne.

          • Bangor dit :

            La compagne du président de la République a autant le droit de s’exprimer que vous.

          • Monsieur Bangor .Non elle n’a pas la même voix excusez moi.Elle interfere gravement dans la conduite de la politique française .Elle n’a en réalité que cherche à nuire à Ségoléne Royal.Donc en conséquence , elle doit éviter de la ramenezr.
            Mon opinion ne portera pas préjudice à la gaucjhe,le sien oui.L’obligation de réserve existe.
            Opinion privée opinion publique ce n’est pas du tout la même chose.
            Elle porte atteinte à tous les représenntants choisis par le PS pour lequel je vote pas pour un homme représentant ses propres interêts, nuance.
            Alors Bangor , je respecte vos propos, et je vouis renvoie d’ailleurs à vos connaissances sur les centrales nucléaires!!!!!Allez voir en Bretagne Brenilis, dont vous n’aviez jamais entendu parlé alors que vous parlez des centrales nucléaires.Opinion oui, partisan , non.

          • Bangor dit :

            Allez voir en Bretagne Brenilis, dont vous n’aviez jamais entendu parlé alors que vous parlez des centrales nucléaires.

            Vous êtes têtu. Je vous répète deux choses :
            1/ Je suis breton, j’habite à mi-temps en Bretagne et n’ai pas besoin d’y « aller voir ».
            2/ En tant que haut fonctionnaire, j’ai travaillé pendant une quinzaine d’années dans le domaine de l’énergie, que ce soit à la direction générale de l’énergie et des matières premières ou à EDF.

            Mais bien entendu, c’est vous le spécialiste et vous reviendrez sans cesse sur le sujet. Au fait quel est le rapport avec mon post ?

          • seb dit :

            La « concubine » (comme elle est toujours mariée à M. T quelque chose, je ne suis pas sur que le terme soit juste.)de M. HOLLANDE a le droit de s’exprimer : c’est un droit constitutionnel qui lui est reconnu.

            En revanche, est elle obligée de donner à son expression, un caractère « public » ? Là, je m’interroge.

            Au lieu de tweeter sa mauvaise humeur – dictée manifestement par un sentiment d’infériorité et de peur (d’être rejetée)- elle aurait fort bien pu rejoindre son « concubin » (qui vit donc avec une femme adultère : bel ex) et lui faire savoir son opinion sur le sujet. En privé.

            Ce qui est, quelque part, navrant, dans cette « histoire » c’est que Mme T. n’ai pas compris les droits et les devoirs qu’impose, non pas le fait d’être la « femme de » mais bien l’amour.

            Quand on aime, on protège son « conjoint » des attaques de ceux qui sont susceptibles de le blesser. Et par conséquent, on évite de leur fournir des flêches. C’est d’autant plus vrai quand on exerce, soit même, une charge de « notable » (avocat, juriste, juge, enseignant, préfet…)

            Ainsi, quand j’ai exercé des activités de maire, mon épouse, qui était enseignante, n’était pas toujours d’accord avec moi, mais évitait consciencieusement de me donner tort en public !

            Ou de faire quoi que ce soit – et j’avais à son égard la même conduite – susceptible de me causer du tort.

            Je ne pense pas qu’il soit trop demandé d’exiger de Mme T. qu’elle prenne exemple sur les 577 « conjoints » des députés ! Lesquels (à ma connaissance) Ou sur celui du PM.

            Si, au moins, 576 « conjoints » sont capables de ne pas faire parler d’eux dans les médias (ou autres), Mme T. doit (certainement) en être capable. J’ose croire que si des conjoints de stars intertationales savent rester dans l’anonymat…Elle doit être capable d’en faire autant.

            Il n’y a pas de « fonction » de « première dame ». C’est un fantasme médiatique. Nul n’est besoin que Mme T. cherche à se familiariser avec une « fonction » alors qu’il lui suffit de rester elle même…Sans faire concurrence à une rivale bien plus redoutable que Ségo : la France.

            Les autres « conjoints » des parlementaires ou des Ministres n’ont pas difficulté pour se « faire » à la nouvelle vie de leurs « compagnons ». Il n’y a aucune raison que Mme T. recherche une exposition médiatique qui ne peut que la desservir (et M. HOLLANDE de même).

            Elle n’a nullement besoin, non plus, de « souffrir » des tâches protocolaires qui (à l’évidence) l’ennuient profondément. Pas plus qu’elle n’a nécessité à faire du bénévolat ou autres activités caritatives, qui (là encore) ne sont guère à son goût.

            Nous ne demandons donc pas une « Mme Obama ». Et, pour ce qui me concerne, je ne souhaite pas qu’elle serve de « cordon de transmission » entre le Président et les Français. Nous avons des élus qui ont cette fonction de « messagers ».

            Puisque, manifestement, le « journalisme » est « sa vie »…Qu’elle continue d’exercer son talent…En interviewant les stars. Brad Pitt et Angélina Jolie seront sans doute heureux de lui faire connaître leur projet de mariage.

          • Bangor le rapport est qu’a chaque fois que vous la ramenez c’est pour imposer votre vue.Alors je vais vous renvoyer (en tant qu’élu, ) à vos interventions avec une méconnaissance des dossiers (en tant qu’élu) et comme beaucoup de gens qui ont un mandat essaye de se faire passer pour ce qu’ils ne sont pas des connaisseurs des dossiers.Croyez moi travailler avec des élus qui ne connaissent rien c’est le quotidien de ceux qui travaillent dans des mairies , des collectivités territoriale et doivent sans cesse compenser l’incompétence notoire de ceux-ci.
            Le seul respect que j’ai pour une grande majorité est le fait qu’ils sont élus mais pas leurs compétences.
            Le rapport est que pour vous vous vous regardez le nombril en permanence dans vos interventions.Et donc je vous dit que la compagne de FH n’a pas voix au chapitre.Et je vous renvoie à vos anciens posts parce que jelis ce qu’ecrivent les gens.Votreponit de vue n’éclaire en rien sur les droits de communication de cette femme.
            Jusqu’à preuve du contraire, elle a le devoir de laisser les membres d’un parti dont elle ne fait pas partie, dont elle n’est pas adhérente, décider de la conduite à tenir pour les candidats.Elle a juste donc le droit de la fermer en tant que compagne du Président .En tant qu’électeur, je lui dis donc d’aller s’occuper de son cul car elle n’est qu’un coup de p….Vous comprenez le rapport entre vos interventions de spécialiste et celle de cette femme.
            Je ne pense pas être le seul à penser cela.J’ai voté FH pas cette conne.J’emploie la même expression que pour toute personne qui se prend pour le nombril du monde et qui essaye d’épater la galerie.Pour ce qui est de votre connaissance de la Bretagne, je ne la mettrais pas en doute.Mais jusqu’à preuve du contraire, vousne savez pas qui je suis, ce que je fais et je ne me pose pas en super voix de la connaissance.Par contre, je lis avec attention vos commentaires si précieux.

    • Sira20 dit :

      je vous rappelle juste que les électeurs du PS votent pour Royal.
      royal va perdre car la droite veut sa peau et qu’elle a trouvé un bon allié en Faloni.

      à LA base de cette affaire, je pense que Faloni a raison et que Royal a manqué de modestie. Mais la situation actuelle est telle qu’elle dépasse la personne de Royal.A travers elle, la droite veut la peau du président.

      • Bangor dit :

        je vous rappelle juste que les électeurs du PS votent pour Royal.

        Mais non. Si dans une ville comme la Rochelle les électeurs du PS votaient pour elle, elle serait élue haut la main. En fait les électeurs du PS sont très divisés et il est vrai que ce sont ceux de droite feront la différence. Royal n’a aucune chance, mais on aurait pu y réfléchir avant de l’envoyer au casse-pipe. Comme l’écrit le Monde, cette affaire laissera des traces et je considère que le maire de la Rochelle a raté sa sortie, tout comme Martine Aubry d’ailleurs. Qualifiées de drôles de dames, Aubry, Royal et Duflot se sont couvertes de ridicule dans les rues de la Rochelle. Quant à Royal, elle a montré une fois de plus qu’elle n’avait aucun sens politique.

        • pincho 09 dit :

          je vous rappelle juste que les électeurs du PS votent pour Royal.
          Mais OUI c’est une évidence puisque elle arrive en tête au premier tour.
          Pour gagner monsieur Forloni devra remercier tous ceux qui magouillent contre madame ROYAL depuis longtemps :
          -la première dame soutenue par certains dirigeants du PS
          -La droite et l’extrême droite
          -Et tous ceux qui approuvent ces magouilles

    • Olivier
      Ségolene etait premiere devant lui.Les décisions des circonscriptios sont prises par les responsables du PS .Alors, elle aurait pu rester dans sa circonscription ou elle était élue auparavant.
      Le candidat non officiel arrive 2 ieme, il doit se retirer ou se présenter dans un autre parti.

  • domi 25 dit :

    L’Ump se doit de suivre une cure d’amaigrissement. Ira-t-elle à Vichy ? Telle est la question…

    • Bangor dit :

      Joli…

      • pincho 09 dit :

        l’important est de savoir qui se cache derrière la compagne du président ….
        personne n’a la volonté de censurer qui que ce soit

        • Bangor dit :

          Oui, c’est une bonne appoche. Donc, attendons pur nous faire une opinion étayée sur des faits précis. Laissons à Valérie T. le temps de trouver ses marques. Pour elle, ce n’est pas facile, et c’est ce que Jean-Marc Ayrault a dit mieux que moi.

        • Elle ne doit être que la compagne de FH, elle n’a jamais été candidate à quoi que ce soit.La jalousie, c’est buien joli, mais FH existait avant avec Ségolene, elle est trop con ppour l’admettre et prete à tout pour torpiller une rivale alors qu’elle ne l’est plus.Cela montre déjà ses capacités à réfléchir la premiere dame. Carla Bruni était un cas, on hérite d’un deuxieme!!!!!
          Si elle veut exister politiquement, alors qu’elle aille faire de la politique terrain .En attendant elle la ferme, elle n’est rien, à part la compagne de FH.Elle ne représente pas le peuple, elle n’a pas de mandat.Elle n’est vulgairement qu’un coup de p…du Président.

Flux RSS des commentaires de cet article.