Dans les médias

« Une révolution pour la gauche » [Le Républicain Lorrain]

Catégorie : Actualité,Politique | Par pierre.moscovici | 12/11/2012 à 16:05

Mon interview de jeudi dernier au Républicain Lorrain sur le pacte de compétitivité, la croissance, la TVA, l’avenir de PSA et le financement des collectivités locales.

Le pacte de compétitivité, c’est baisser les impôts pour les entreprises, et augmenter la TVA pour les consommateurs. Est-ce vraiment socialiste ?

Pierre MOSCOVICI : « La politique économique du gouvernement est un triptyque, qui exigeait des choix courageux : le sérieux budgétaire, la levée des incertitudes européennes, et la compétitivité. C’est une révolution copernicienne pour la gauche, et plus largement pour notre pays. J’ai toujours dit que compétitivité n’était pas un gros mot pour un homme de gauche et qu’il fallait l’aborder de manière globale. Nous aurions été fautifs de ne pas agir sur le coût du travail, tant le diagnostic sur ce point du rapport de Louis Gallois est précis et convaincant. Cela n’est pas le seul problème, mais c’est un vrai problème. Il fallait répondre par une mesure puissante, immédiate, efficace : c’est le crédit d’impôt compétitivité et emploi, qui permettra la création de 300 000 emplois et l’augmentation de 0,5 % du PIB dans le quinquennat. »

Nous faisons un usage plus juste de la TVA.

Mais il y aura bien une « TVA sociale »…

«Non, ce n’est pas la TVA Sarkozy ! Elle entre en vigueur en 2014, pas en 2012 en pleine crise, car nous n’avons pas voulu toucher davantage le pouvoir d’achat en 2013, compte tenu des efforts importants que nous demandons pour réduire le déficit public. De plus, nous faisons un usage plus juste de la TVA : Nicolas Sarkozy avait touché uniquement au taux normal, majoré de 1,6 point, alors que nous l’augmenterons de 0,4 point seulement, en abaissant le taux réduit, qui concerne notamment l’alimentation, de 5.5 % à 5 %. Au total, nous faisons deux fois plus pour la compétitivité avec deux fois moins de TVA que Nicolas Sarkozy. »

Mme Parisot parle « d’avancée significative », tandis que M. Mélenchon qualifie le plan de « lamentable ». Cela pose question à votre électorat…

« Je regrette que M. Mélenchon se laisse aller à de telles facilités. Il se trompe. Les Français de gauche veulent le redressement du pays, et ils savent que nous faisons les efforts indispensables. Des voix s’élèveront, et exprimeront des positions traditionnelles. Je les comprends, il y a un travail intense de pédagogie à faire. Et il y a une bataille politique à mener, contre la droite : comment osent-ils nous donner des leçons sur la compétitivité, eux qui l’ont dégradée à force de ne pas agir ou de faire les mauvais choix ? »

Vous avez souvent cité le rapport Attali. Préparez-vous des mesures sur les professions réglementées, comme les taxis ou les notaires ?

« Le rapport Attali reste une source d’inspiration, par exemple sur la stabilité des réglementations. Mais s’agissant des professions réglementées, je dirais qu’il nous faut mobiliser tout le monde, plutôt que d’ouvrir de nouveaux fronts. »

Vous rencontrez les collectivités locales aujourd’hui à Dijon. Êtes-vous toujours opposé à leur projet d’une Agence de financement ?

« Je rappelle aux collectivités que nous sommes à leurs côtés pour assurer leurs financements. J’annonce aujourd’hui un plan complet pour répondre aux attentes légitimes des élus et de nos concitoyens. Il passe notamment par la mobilisation de la Caisse des Dépôts et de la Banque postale, mais aussi des banques commerciales et mutualistes. Je propose un dispositif pour les collectivités étranglées par les emprunts toxiques. Enfin, je travaille au renforcement de l’action en France de la BEI, et à la création de la Banque publique d’investissement, qui sera, à partir du 1 er janvier, la Banque des PME et des Régions. Quant à la création d’une Agence des collectivités locales, je n’ai aucune hostilité de principe à son encontre. Je dis simplement que cela ne pourra pas se faire avec la garantie de l’Etat. »

PSA connaît notre volonté que ce plan soit maîtrisé, avec toujours le respect de l’humain.

Le plan de PSA a fait l’objet d’un rapport du cabinet Secafi, qui pense possible de réduire le nombre de suppressions de postes. Votre avis ?

« Je me suis beaucoup occupé de ce dossier, notamment du sort de la banque de PSA. Nous avons accordé une garantie d’Etat, mais pour cela demandé des contreparties : la présence d’administrateurs salariés et indépendants, la visibilité et la stratégie du groupe dans le cadre de l’alliance avec General Motors, la réalisation de nouveaux modèles en France. Ainsi, le véhicule qui succédera à la C5 sera bien fabriqué à Rennes. De même, j’avais entendu dire que la voiture qui doit prendre la suite de la DS5, produite à Sochaux, serait fabriquée en Allemagne… Cela paraissait absurde, et cela ne se fera pas : on ne peut pas plaider la montée en gamme, et la réaliser en délocalisant ! Nous avons réclamé, enfin, des garanties sur le plan social : ces discussions sont menées avec les partenaires sociaux, mais l’entreprise connaît notre volonté que ce plan soit maîtrisé, avec toujours le respect de l’humain. »

Nathalie MAURET et Francis BROCHET

Article également publié dans « Le Progrès », « Le Bien Public », « Les Dernières Nouvelles d’Alsace », « Le Journal de Saône et Loire » et « L’Alsace »

Be Sociable, Share!

Tags: , , , , , , , ,


3 commentaires

  • marie mcb dit :

    Assemblée nationale : personne ne peut nier que 7 crimes terroristes ont été commis en France en mars 2012.
    Quand des députés décident de quitter la séance, la séance doit etre suspendue. Il est inacceptable que des perturbations du débat deviennent habituelles.
    Quant à Nathalie Kosciusco-Morizet, il n’est pas -normal- qu’elle obtienne quinze minutes de temps de parole apres une suspension de séance, sans contradiction d’un membre du PS.
    Elle devrait essayer d’etre moins febrile car elle fait trembler le micro quand elle parle.

  • Amelle dit :

    Ce que je trouve ahurissant c’est quand m^me de voire une droite qui trouve que le gouvernement ne va pas assez vite alors qu’il nous ont livré un pays en lambeaux ou tout est à refaire.
    Leur culots assez exceptionnel qui veux qu’en 6 mois un gouvernement puisse tout changer. Je ne sais pas si c’est l’effet congres UMP mais c’est commence a être grave. Et encore il n’y a pas que l’UMP, même chose dans la presse et je ne parle pas du patronat qui était muet pendant la période précédent à moins qu’a l’époque ils murmurer dans les oreilles de l’Elysée et n’avaient donc pas besoin de parler publiquement, je ne sais pas mais toute cette impatience stress les gens autant que la situation sociale et économique.

    Pourtant on a bien essayé la navigation a vu ces cinq dernières années, quand on mettait en place des mesures mal calibré et revenir dessus deux ans plus tard. Et c’est parce que c’est une politique qui ne mène a rien qu’on a voulu en changé.

  • Jany Guiot dit :

    Monsieur le Ministre Pierre Moscovici,

    Bonjour,

    Dans les annees 80, nous reflechissions sur le financement des comptes sociaux…

    Aujourd’hui, tous les financements sont a repenser.

    La TVA est juste, elle concerne tout le monde, elle n’est pas anti-sociale, elle responsabilise.

    Une famille modeste achete les produits de ses moyens (etant originaire de famille modeste, je peux le confirmer)

    La TVA a 22% serait l’ideal:
    Diminuer les charges patronales, ainsi rendre les entreprises plus competitives
    Mieux financer les comptes sociaux, secu, retraites, aides.
    Mieux financer les budgets de l’Etat, tout en cherchant a optimiser les budgets.
    Garder un sens au social en protegeant les plus faibles, avec une taxation speciale sur les produits de premieres necessites.

    Bien cordialement,

    Jany Guiot

Flux RSS des commentaires de cet article.