Dans les médias

Articles de décembre 2012


Gouverner (3/3) : Réformer pour réussir

Catégorie : Actualité,Politique,Réflexions | Par pierre.moscovici | 30/12/2012 à 13:45

Gouverner (3/3) : Réformer pour réussir

Nous avons fait, définitivement, fermement, le choix du réformisme de gauche, de la transformation sociale-démocrate.

Je me suis concentré ici sur le champ économique et social. Parce que c’est celui sur lequel j’agis d’abord. Parce que c’est celui sur lequel nous serons, au premier chef, jugés, parce que c’est l’attente essentielle de nos concitoyens. Il ne constitue pas toute l’action du gouvernement, qui se déploie dans d’autres dimensions – les relations internationales, la sécurité, la cohésion sociale, les réformes de  société… – sur lesquelles nous avançons. Mais il y a là, j’en ai la conviction, une démarche globale et cohérente, rassembleuse et mobilisatrice, juste et efficace, urgente et durable. Nous avons fait, définitivement, fermement, le choix du réformisme de gauche, de la transformation sociale-démocrate. Bien sûr, il faut toujours mieux expliquer, et soigner la mise en œuvre et la mise en mots autant que la conception. Evidemment, la cohésion de l’équipe gouvernementale peut et doit, à chaque instant, être un impératif collectif. Logiquement, cette politique, parce qu’elle est exigeante, parce que la période est difficile, ne peut pas être d’emblée populaire, mais je la crois comprise et respectée, dès lors qu’elle est conduite avec constance et partagée.

Je parle plus aux Français que je ne parle de moi, et j’agis en conséquence.

C’est le sens que je donne à mon action. Je lis ici ou là, comme un commode marronnier, que je serais silencieux ou peu visible. Il est vrai que je crois plus au travail qu’à la mise en scène, que j’évite les petites phrases ou les débats fracassants, sinon contre la droite. Mais je trace ma route. Je parle plus aux Français que je ne parle de moi, et j’agis en conséquence. Je suis le ministre le plus présent dans les réponses aux questions d’actualité à l’Assemblée nationale, je porte de nombreux textes devant le Parlement, et pas des moindres – les lois de finances, avec Jérôme Cahuzac, la loi organique sur les finances publiques, le contrat compétitivité emploi, la BPI, demain la réforme bancaire. Je règle sans bruit des situations difficiles – la situation de PSA Finances, DEXIA, le CIF…  – et fais avancer des dossiers importants – l’augmentation du plafond du livret A et du LDD, la baisse du prix des carburants, STX… Je vais sur le terrain, pour promouvoir le pacte de compétitivité, car je veux être le ministre des entreprises. Je représente mon pays dans les négociations financières internationales et européennes.

Lire la suite


Gouverner (2/3) : l’exercice du pouvoir

Catégorie : Actualité,Le Parti socialiste,Politique,Réflexions | Par pierre.moscovici | 27/12/2012 à 12:27

Gouverner (2/3) : l’exercice du pouvoir

Depuis 7 mois maintenant, le gouvernement de Jean-Marc Ayrault est à la tâche et met en œuvre les orientations définies par le Président de la République François Hollande.

Je veux vous livrer quelques enseignements personnels tirés de cette période extraordinairement dense et intense.

Il n’est pas question ici de me livrer à l’exercice du bilan – ce serait prématuré, artificiel et fastidieux. Et je n’ai pas l’intention de succomber à la tentation facile du commentaire sur le fonctionnement de l’équipe gouvernementale, ses supposés couacs, ses prétendues contradictions : je crois en la loyauté, la solidarité, la cohésion dans notre travail. Mais je veux vous livrer quelques enseignements personnels tirés de cette période extraordinairement dense et intense.

Il revient à la gauche de mener une véritable politique de redressement.

Gouverner un pays en crise, tout d’abord, exige du courage. Nous ne sommes pas arrivés au pouvoir à n’importe quelle époque ou dans n’importe quelle situation. Nous devons faire face à une crise internationale qui dure depuis 2008, qui frappe inégalement les différentes économies du monde, mais qui n’a épargné personne. L’Europe, et notamment la zone euro, s’est enlisée dans une phase de croissance plate, de stagnation. Elle est même menacée par une déflation que nourrit une tendance à l’austérité généralisée. De surcroît, à notre arrivée, la zone euro apparaissait menacée dans son existence même, atteinte qu’elle était par des déséquilibres globaux et nationaux, frappant par exemple la Grèce, l’Espagne, Chypre, et dépourvue de régulations solides. La France, enfin, a vu sa situation se dégrader fortement, et est confrontée à trois déficits. Déficit de croissance et d’emploi tout d’abord, avec un taux de chômage supérieur à 10 %, qui ne cesse de croître depuis maintenant 18 mois. Déficit de crédibilité, avec le haut niveau des déficits – qui auraient été supérieurs à 5 % en 2012 si nous n’avions pas agi – et l’accumulation de dette publique – 1 700 milliards d’euros, soit 91 % du PIB. Déficit de compétitivité, enfin, traduit par une balance commerciale négative de 70 milliards d’euros, là où l’Allemagne dégage un excédent de 160 milliards d’euros. Les inégalités de surcroît s’étaient fortement creusées. Bref, il revient à la gauche de mener une véritable politique de redressement. Dès lors, il fallait définir une stratégie ambitieuse et cohérente, conduite dans la durée.

Lire la suite


Gouverner (1/3) : la conquête du pouvoir

Catégorie : Actualité,Le Parti socialiste,Politique,Réflexions | Par pierre.moscovici | 26/12/2012 à 12:09

Gouverner (1/3) : la conquête du pouvoir

La fin d’année approche, et c’est toujours un moment privilégié pour retrouver les siens, reprendre des forces, former des résolutions pour les temps qui viennent, se retourner aussi sur l’année écoulée pour en tirer des leçons. 2012 aura été pour le pays, pour la gauche, pour les hommes et les femmes désormais en charge du gouvernement de la France, un cru particulier. Au moment où cette année s’achève, je veux partager quelques analyses avec vous, en distinguant, comme le faisait jadis mon cher Léon Blum, la conquête du pouvoir et son exercice.

François Hollande était le candidat qu’il fallait, au moment qu’il fallait, pour emporter cette élection décisive et difficile.

Je reviens, tout d’abord, sur le temps qui a précédé le 6 mai, jour de l’élection présidentielle. Ce fut celui de la campagne, de cette bataille rude, tendue, que nous avons conduite avec la conviction qu’après tant d’années dans l’opposition, après tant de défaites dans la confrontation suprême, nous avions le devoir de tout faire, de donner le meilleur de nous-mêmes pour que les Français fassent confiance, après François Mitterrand, à un deuxième Président socialiste. Cette élection n’était pas gagnée d’avance. Certes, le sortant était affaibli par un bilan pauvre et par le rejet d’une politique erratique et souvent brutale. Pour autant, la France n’est pas structurellement à gauche – le premier tour l’a montré – et Nicolas Sarkozy, malgré sa lassitude et ses hésitations, voire les contradictions de son camp, n’était pas un adversaire facile. J’ai vécu cette campagne au premier rang, puisque je l’ai dirigée aux côtés de François Hollande. Elle fut, je crois pouvoir le dire, exemplaire – avec une équipe légère et cohérente, alimentée par un vivier d’experts nombreux et compétents, un rassemblement de tout le Parti socialiste derrière son candidat, une réactivité constante, une organisation et une mobilisation réussie. Le mérite en revient d’abord au candidat lui-même – combattant pugnace, orateur talentueux, travailleur inlassable et concentré – qu’une vie politique entière avait préparé à cette rencontre avec les Français. L’esprit de courtisanerie ne m’a jamais caractérisé, je garde ma liberté de pensée, mais je répète ce que j’ai déjà dit à l’époque : François Hollande, que je connais depuis 30 ans maintenant, m’a impressionné tout au long de ces mois, il était le candidat qu’il fallait, au moment qu’il fallait, pour emporter cette élection décisive et difficile.

Lire la suite


Invité du Grand Journal sur BFM Business

Catégorie : Actualité,Politique,Vidéos | Par pierre.moscovici | 21/12/2012 à 15:54
Commentaires fermés

J’étais hier l’invité du Grand Journal sur BFM Business, présenté par Hedwige Chevrillon.

Retrouvez ci-dessous les différentes séquences de cette émission :

Partie 1 :

Partie 2 :

Partie 3 :

Partie 4 :


Ma réponse sur la Banque de France lors des questions au Gouvernement au Sénat

Catégorie : Actualité,Assemblée nationale,Politique,Vidéos | Par pierre.moscovici | 20/12/2012 à 18:50
Commentaires fermés

Retrouvez ma réponse à la question de la sénatrice Laurence Cohen lors des questions au Gouvernement, sur la situation de la Banque de France :


Ma conférence de presse sur la réforme bancaire

Catégorie : Actualité,Politique,Vidéos | Par pierre.moscovici | 20/12/2012 à 11:25

Retrouvez ci-dessous la vidéo de ma conférence de presse d’hier sur la réforme bancaire.


Mes 4 réponses lors des questions au Gouvernement aujourd’hui

Catégorie : Actualité,Assemblée nationale,Politique,Vidéos | Par pierre.moscovici | 19/12/2012 à 17:52

Retrouvez ci-dessous les vidéos de mes quatre réponses lors des questions au Gouvernement à l’Assemblée nationale aujourd’hui.

Ma réponse à la question du député Jean-Pierre Vigier sur la TVA :

Ma réponse à la question du député Jacques Myard sur la politique économique et les réformes sociales du Gouvernement :

Ma réponse au sujet de la TVA et du financement du CICE à la question de la députée Laure de la Raudière :

Ma réponse au député Nicolas Sansu sur les enjeux du CICE, de l’augmentation du SMIC et du pouvoir d’achat des Français :



Invité de Jean-Michel Aphatie dans la matinale de RTL

Catégorie : Actualité,Politique,Vidéos | Par pierre.moscovici | 19/12/2012 à 14:30

J’étais ce matin l’invité de Jean-Michel Aphatie dans la matinale de RTL.

J’ai abordé les sujets de la réforme bancaire, des retraites et de l’industrie française.