Dans les médias

Invité du Grand Journal sur Canal+

Catégorie : Actualité,Politique,Vidéos | Par pierre.moscovici | 10/01/2013 à 21:05

Retrouvez ci-dessous la vidéo de mon interview de ce soir au Grand Journal sur Canal + : la taxe à 75%, la politique économique de la France, l’attractivité de notre pays, mon déplacement en Chine.

LE GRAND JOURNAL du 10/01/13 – Part. 2 La question des 75%
Be Sociable, Share!

Tags: , , , , , , , , , , ,


7 commentaires

  • Amelle dit :

    Un accord sur la sécurisation de l’emploi vient d’émerger, j’avoue n’être ni enthousiaste ni pessimiste, je demande surtout à voir.

    A première vu malgré les avis de la gauche comme celle de Filoche, j’estime que ce n’est pas un mauvais accord mais à condition que les lignes jaunes qui sont dans l’accord soit bien respectée et j’attends de l’état et de la loi de les faire respecter.

    On est d’accord sur toute les mesures qui permettent la sécurisation de l’emploi, d’autre diront qu’ils avantagent l’intérim et les assurances/mutuelles, je dirai et alors? Si finalement cela sécurise le salarié? On ne va quand même pas se mettre à départager entre les composantes du Medef, chacun ses soucis.

    Les mesures de transparence de l’entreprise sont évidemment des bonnes mesure à prendre.

    Les mesures concernant l’aide ou le conseil des TPE et PME sont mine de rien très importante d’ailleurs je pense que s’il y a une mesure qui favorise l’emploi dans cette accord et permettra vraiment de recruter et celle qui consiste à lisser l’effet de seuil en embauchant le 10ème ou le 50ème salarié, je ne pensais pas qu’il fallait de si peu pour ce lissage. Cela dit on aurait du penser à de l’aide juridique pour les salariés et représentant pour petite boites comme la manière de rédiger ou contester juridiquement un contrat

    Le hic évidemment sont les mesures sur la flexibilité.
    Paradoxalement celle qui pour moi devrait être la plus difficile à avaler et celle de maintien de l’emploi ou sous un accord majoritaire l’employeur peut demander une baisse de salaire (soit directement sur le salaire ou en augmentant de temps de travail pour le même salaire). Or je trouve que les syndicats ont bien négocié afin d’éloigner le chantage à l’emploi puisqu’il est demandé que pendant cette période les actionnaires arrêtent de se gaver et que les dirigeants fasse le même effort.

    Et je pense que s’il y a un point ou les députés doivent être ferme c’est que lors de transposition du texte, c’est de bien exiger cette contre partie patronale. Il serait tout à fait normal que la loi exige que pendant cette période « douloureuse » qu’aucune dividende et que TOUS les dirigeants de l’entreprise fassent baisser leur propres salaire à proportion égale à la baisse des salaire des salariés ou mieux celle du salarié le plus impacté par cet accord.
    Ensuite que la loi doit bien s’assurer que les « bénéfices économiques » soit bien reparti entre dirigeant et salarié en faisant respecter cela et bien définir les sanctions si cela n’est pas respecté.

    Finalement ce qui me gêne le plus dans cet accord c’est d’un coté l’article concernant la mobilité interne. Je ne peux m’empêcher de penser qu’il peut être utiliser abusivement parce que justement aucun garde fou concernant cette clause n’existe vu qu’on a fait sauté les 45mn de trajet ou les 20 kms.De l’autre coté le fait que sous certaine condition le salarié ne puisse pas en appeler à la justice, d’ailleurs est ce vraiment constitutionnel ?

    Les autres mesures sont acceptable, licenciement plus court je suis pour, il ne sert à faire durer l’agonie quand on sais que cela ne changera rien. La conciliation prud’homale pourquoi du moment que la personne peut toujours refuser cette conciliation.

    Donc voila j’attends de voire le projet de loi.

    Celle qui concerne la mobilité on a peur que des employer en abuse et c’est normal

    • Amelle dit :

      Je voulais revenir sur la signature de FO, Mailly a bien expliqué qu’il regrettait d’avoir signer la rupture conventionnelle vu les abus qu’on voit aujourd’hui qui font que cette rupture conventionnelle ait devenu le plus grand plan social du pays.

      On comprend donc ses appréhensions quand à la signature de nouveaux accord et c’est pour cela qu’il faudrait faire un bilan des accord de 2008 et remettre en place la aussi les lignes jaune à ne pas franchir.

      On sait que les principaux abus de la rupture conventionnelle sont d’un coté l’utilisation pour mettre les seniors dans une retraite anticipée ou en demandant à un salarié de se mettre à son compte (autoentrepreneur notamment) en lui promettant de bosser avec lui après la rupture sauf que cela ne dure pas très longtemps.

      Du coup les députés s’honoreraient si via des amendements reviennent sur ces abus soit en interdisant un autoentrepreneur de travailler avec son ancien employeur pendant quelques années ou par exemple en requalifiant une rupture conventionnelle en licenciement abusif si un employeur abuse de rupture conventionnelle notamment à partir d’une tranche d’age. Je ne sais pas si c’est de bon amendements mais il faudrait vraiment faire quelque chose. Quand les syndicat verront que les abus seront combattu une fois identifiés, il seront moins réticent pour signer.

      • Nicolas (Nantes) dit :

        Oui et non Amelle.

        Je prends mon cas. J’étais traducteur employé dans une agence et un jour, je me suis mis à mon compte. Enfin, plus ou moins puisque je suis en portage salarial.
        Mais perso, j’ai beaucoup apprécié de travailler au début en sous-traitance pour mon ancien employeur, ça m’a permis d’avoir du travail régulier le temps que je me fasse une clientèle. Comme quoi…

        Après, je suis ok, y’a bcp d’abus, et notamment toutes les chambres de commerce qui externalisent de plus en plus leurs employés, en portage salarial ou autoentrepreneur.

        Sinon, niveau flexibilité, je ne vois pas où il y a une solution. Si vous simplifiez les modalités et possibilités de licenciement, les grandes entreprises dégraissent sans se poser de question et les PME et micro-entreprises virent qqun dès qu’il y a le moindre conflit.

        A l’inverse, en tant que petit entrepreneur, sans flexibilité, vous avez droit à 0 erreur quand vous recrutez, car vous savez que vous ne pourrez quasiment pas vous débarrasser d’un salarié boulet ou qui n’arrive pas à évoluer avec le temps ou à s’améliorer, qui est vite limité.

        Le serpent qui se mord la queue…

        • Amelle dit :

          Tu as peut être raison, j’avais bien précisé que je n’était pas sur que se soit de bons amendements mais ce qui est sur c’est qu’un syndicat (c’est valable aussi pour un gouvernement)peut se tromper en instaurant une mesure mais il est important qu’il puisse se rattraper si la mesure se révèle mal appropriée ou mal calibrée sinon ce syndicat aura plus de mal ensuite à s’engager dans des reformes et préfèrera toujours le statu quo plus rassurant à une reforme considéré rapidement comme hasardeuse.

          La convention conventionnelle aurait pu être une excellente chose si elle était appliqué scrupuleusement comme prévu or les abus sont juste énorme, beaucoup plus que les plans sociaux même cela se passe de manière beaucoup plus silencieuse sans la tapage médiatique.

  • bourgeois parisien dit :

    Tout à fait d’accord avec COPA. Les journalistes de l’audiovisuel ont toujours la même méthode avec les politiques: essayer plus ou moins maladroitement de les mettre en contradiction avec ce qu’ils ont dit ou fait jadis,ensuite de les opposer à leurs collègues ou amis politiques et enfin leur trouver des accointances avec leurs adversaires; 99 fois sur cent,ils n’y arrivent pas,car leurs interlocuteurs savent à quoi s’en tenir; alors ils rétorquent que c’est de la langue de bois! Enfin,ils ont l’air bien informés et compétents(ce qu’ils ne sont pas toujours!)et aussi très suffisants,mais leurs questions sont non seulement perfides, mais surtout très superficielles…

  • COPA dit :

    Et toujours la même rengaine de ces journaleux Et dire que je suis abonné à C+ depuis plus de 25 ans Mais, ne vous inquiétez pas je ne regarde plus ce genre d’émission sur C+. Il faut dire que ce ne sont certainement pas des personnages qui gagnent le Smic et que le budget 2013 sans doute doit certainement les concernés au plus au chef, vu leur agressivité dans leurs propos et leurs reportages. Ils ont passé leur journée dans les archives, les pauvres. Il faut dire que c’est une chaîne privée
    Un petit rappel à ces petits clowns: en France par exemple, le taux d’imposition de la tranche supérieure de l’impôt sur le revenu était tombe de 58% en 1986 à 50% en 2003 et jusqu’à 41% en 2011. Le gain de pouvoir d’achat liés aux réformes de l’impôt sur le revenu entre 1990 et 2010 avait été de 5% pour les 20% les plus aisés, contre seulement 1% pour le cinquième le plus pauvre. Pendant ce temps là, les déficits n’ont fait qu’augmenter!
    Quand vais je entendre sur les médias publics, des journalistes indépendants.

  • Amelle dit :

    La négociation sur le sécurisation des parcours professionnels sera t-elle la 1ere grande reforme du quinquennat ? p’tet bien que oui p’tet bien que non.

    Est ce qu’un accord est vraiment important maintenant qu’on est pratiquement au bout de cette négo, oui mais pas tant que cela. On sait maintenant que le gouvernement va retranscrire la quasi totalité de l’accord. d’ailleurs on peut se demander si quelques organisation ne veulent de pas d’accord espérant pour les syndicats peser sur les députés et pour le patronat peser sur le gouvernement pour gratter un peu plus.

    Si la taxation des contrats lourds est accepté et si vraiment il y a des améliorations concernant les droit rechargeables de chômage, la formation, le logement et le temps partiel on peut dire que cela pourra être bien perçu par la population.
    Perso j’aurai préféré une suppression pure et simple des CDD

    1- Parce que CDD et intérim sont deux contrats similaire et redondant et je ne vois pas l’utilité de multiplier les contrats précaire.

    2- Parce que si les contrats précaires ne se limite qu’a l’intérim, la négociation ne se fera qu’avec les boites d’intérim et non pas tout le patronat.

    3- Et c’est le plus important, le cœur du métier de l’intérim est justement la gestion de ressource humaine, l’intérim sait proposer les formations, ils proposent l’accès au logement, ils ont monté une caisse de retraite spécifique ce qui fait que
    6% des inscrit au chômage sont des intérimaires contre 24% des CDD. Tout cela fait que les boites d’intérim peuvent être des alliés objectifs du gouvernement pour la sécurisation les travailleurs les plus précaires et pourrai même permettre la création d’une belle synergie entre pôle emploi, intérim et les territoires. L’idée c’est que si un employeur par exemple un mécanicien soit très charger et voudrait embaucher mais tellement horrifier par les démarches et par sa complète ignorance de ce que ça peut lui couter s’il trouve la personne qu’il voudrait recruter puisse aller à la boite d’intérim du coin et que dans les minutes qui suivent, la personne de l’intérim puisse donner à cet employeur combien cela lui coutera s’il recrute pour une semaine, un mois, une année et qu’elle le rassure que ce sera elle qui fera toutes les démarches administratives nécessaire. C’est à dire une démarche de recrutement extrêmement simple, fluide et rapide.

    4-Enfin dans le cadre d’un partenariat avec pôle emploi, les boite d’intérim auront la charge de conseiller les candidats sur la meilleur manière de rechercher un emploi, j’ai vu un reportage sur des formations payer par pôle emploi pour la même chose, payer extrêmement chère pour des prestations pitoyable c’était scandaleux.

    Quand j’étais étudiante j’ai essayé les deux systèmes et franchement y a pas photo entre les deux systèmes, ce qui est le plus appréciable c’est qu’au moindre problème on peut toujours en parler avec la personne qui nous place. Je me rappelle que dans mes différentes missions au moindre doute ou soucis pro ou social j’appelais ces différentes personnes qui me plaçaient et elle me rappelais l’assistante sociale de l’usine ou travaillait mon père qui venait nous voire à la maison quand j’étais toute petite.

    Pour revenir à la négociation l’encadrement des CDD est dans le programme de Hollande et une étude de l’OCDE dit que la modélisation des taxes sur les cotisations chômage (utilisé au USA) permet de réduire les demandeurs d’emploi entre 10% et 30% donc cette mesure négo ou pas négo devrait être transposer dans la loi.

Flux RSS des commentaires de cet article.