Dans les médias

Invité de « 13 heures 15 le dimanche » sur France 2

Catégorie : Actualité,Politique,Vidéos | Par pierre.moscovici | 03/02/2013 à 16:02

J’étais aujourd’hui l’invité de « 13 heures 15 le dimanche », sur France 2, où j’ai pu m’exprimer sur de nombreux sujets.

La vidéo de cette interview :

Be Sociable, Share!

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , ,


Un commentaire

  • Jean Pierre dit :

    Monsieur le mistre de l’économie,le Premier Ministre,

    Jeudi le 24 janvier 2013, mr le 1er ministre vous avez annoncé au Sénat le rétablissement, via une prestation d’un même montant, de l’AER – allocation équivalent retraite supprimée le 1er janvier 2011. Cette allocation permettait aux demandeurs d’emploi âgés, justifiant de la durée de cotisation nécessaire auprès des régimes d’assurance vieillesse, de faire la jonction entre la fin de droits à l’ARE – allocation de retour à l’emploi et la retraite.

    A notre grande surprise, vous limitez les bénéficiaires de cette mesure d’urgence sociale aux seuls natifs de 1952 et 1953 inscrits à Pôle Emploi avant le 31 décembre 2010.
    Ainsi, compte tenu de l’âge légal de départ en retraite, fixé respectivement à 60 ans 9 mois et 61 ans 2 mois, votre mesure ne concernera que les natifs de juin 1952 à décembre 1953, si toutefois elle prend effet au 1er mars 2013 et s’éteindra au 28 février 2015.

    Donc, une personne née le 31 décembre 1953 à 23h59 aura droit à l’AER, mais si elle est née le 01 janvier 1954 à 0h1 elle ne pourra y prétendre.
    Ces 2 minutes d’écart, engendreront de lourdes conséquences financières.
    Vous admettrez l’absurdité de la prise en compte de l’année de naissance.

    Selon vous, lorsqu’on a épuisé ses droits à l’ARE, que l’on vit avec au mieux l’ASS – allocation spécifique de solidarité (477 € pour 1 mois de 30 jours calendaires), est-ce que l’on est davantage en grande difficulté financière si on est né en 1952 ou 1953 qu’en 1954 1955 1956 ? Et, le report de l’âge de la retraite ne fait qu’aggraver la situation.

    Vous êtes ému de la situation de ces milliers de personnes vivant avec l’ASS nées en 1952 ou 1953 et restez indifférent aux autres milliers de personnes nées à partir de 1954.

    Licenciés avant ou après 2010, nous ne l’avons pas souhaité, nous aurions préféré travailler et gagner un salaire convenable et pour la plupart d’entre nous, nous n’avons pas eu le loisir d’anticiper une allocation de quelque nature que ce soit.

    Vous qui souhaitez le « bonheur » de vos concitoyens, pourquoi leur mettez-vous tant d’obstacles pour accéder à cette allocation ?

    Est-ce un problème financier ?
    Pourtant, au 31 décembre 2011 la FRANCE a annulé 19,2 milliards d’euros de dettes dues par les pays pauvres.
    Pourtant, la guerre en AFGHANISTAN et maintenant au MALI a déjà coûté plusieurs milliards d’Euros.
    Alors, on devrait bien trouver quelques malheureux millions d’Euros pour permettre à 30 000 chômeurs seniors Français de pouvoir vivre dignement.

    Nous ne pouvons donc accepter cette mesure discriminatoire et vous demandons d’établir par décret avec effet au 1er mars 2013, le rétablissement complet de l’AER, soit 1029,90 € pour 1 mois de 30 jours calendaires, pour TOUS les demandeurs d’emploi seniors, justifiant du nombre de trimestres validés nécessaires pour bénéficier d’une retraite à taux plein.
    C’est ça la JUSTICE SOCIALE !

    Ainsi, vous seriez en phase avec les propos de Monsieur François HOLLANDE :

    – Courriel daté du 24.02.2012
    Conscient de l’injustice des réformes menées par la droite ces dernières années, François HOLLANDE partage le désarroi des personnes qui, ayant pourtant travaillé toute leur vie, se retrouvent dans la détresse à la suite d’un licenciement économique. C’est pourquoi, il s’est fermement engagé à remettre en place l’équivalent de l’AER pour permettre aux seniors exclus du marché du travail d’attendre l’âge légal de départ en retraite dans des conditions de vie décentes.

    – Le Bourget le 22.01.2012
    Avant tout effort supplémentaire, avant toute réforme, avant toute décision, avant toute loi, avant tout décret, je ne me poserai qu’une seule question : est-ce que ce que l’on me propose est juste ? Si c’est juste, je le prends, si ce n’est pas juste, je l’écarte. Seule la justice doit guider notre action.

    Dans l’attente du rétablissement complet de l’AER, nous vous prions de croire, monsieur le ministre de l’économie ,Monsieur le Premier Ministre, en l’assurance de notre considération distinguée.

Flux RSS des commentaires de cet article.