Invité de la matinale de RTL ce matin

Après l’entretien du Président de la République hier sur France 2, j’étais ce matin l’invité de la matinale de RTL.

Interrogé par Laurent Bazin, j’ai présenté nos politiques, nos réformes et nos objectifs en matière de croissance, de réduction des déficits et des dépenses publiques, de fiscalité, d’inversion de la courbe du chômage et d’emploi, de compétitivité, de pouvoir d’achat.

J’ai ensuite répondu à plusieurs questions d’auditeurs de RTL.

L’inversion de la courbe du chômage est l’objectif mobilisateur qu’a fixé le Président de la République au gouvernement et au pays.

http://www.dailymotion.com/video/xykkuu_pierre-moscovici-on-a-vu-un-francois-hollande-volontaire_news?search_algo=2#.UVVeMHnYO70

5 réflexions au sujet de « Invité de la matinale de RTL ce matin »

  1. Les commentaires des médias et de l’opposition sur l’intervention présidentielle étaient quasiment rédigés avant qu’il ait ouvert la bouche. En fait,il était difficile d’être plus réaliste et plus lucide vu la situation que connaît l’Europe sans parler des autres continents.
    Pour éviter la dramatisation et la théâtralisation de ce type d’intervention,on pourrait envisager que le président fasse régulièrement une prestation mensuelle où il dresserait un bilan du mois écoulé(ce qui s’est passé et ce qu’il a fait)et parlerait du mois à venir. Cela rappellerait les « entretiens au coin du feu » de Roosevelt,méthode reprise par Mendès France en 1954. Je pense que cette suggestion mérite réflexion…

  2. Si la presse n’est pas convaincue par la prestation de François Hollande jeudi soir sur France 2, il semble que les Français non plus. Confronté à l’impatience des Français, sur les thèmes de la rigueur, de la taxe à 75% pour les plus riches, le chômage ou la croissance, le président de la République a peiné à séduire. Ainsi, selon un sondage Mediaprism, 60% des Français ne l’ont pas trouvé convaincant, 46% pas du tout convaincant.

    Si 63% des Français estiment qu’il a abordé les sujets qui les préoccupent, les 2/3 estiment qu’il n’a pas répondu précisément à leurs interrogations et 2/3 aussi qu’il n’a pas rassuré sur l’action du gouvernement.

    Pire, 66% des personnes sondées estiment que depuis de début de son mandat FH est un mauvais président.

    Les Français jugent aussi très durement François Hollande sur sa position de chef de l’Etat. En effet, 65% des personnes interrogées estiment qu’il n’a pas la compétence et 71% qu’il n’a pas la bonne personnalité pour faire face à la situation. Un chiffre illustré par un autre chiffre : 70% n’ont pas confiance en lui pour redresser la France.

    En savoir plus sur http://www.atlantico.fr/decryptage/francois-hollande-france-2-60-francais-ne-ont-pas-trouve-convaincant-683867.html#2rPDsPDWRjAMPcvK.99

    • Mettons au pouvoir Le PEN Supprimons les syndicats, rallongeons la durée de travail de 35 à 70h, revenons aux méthodes du XIX siècles et supprimons les 5 semaines de congés payés Ben Voyons!
      Il faut un chef à l’image de Sarkozy ou comme Copé n’est ce pas? pour mettre tout ce beau monde au pas à l’image des réactions sur le juge Gentil sur l’affaire Bétancourt! Supprimons la moitiés des fonctionnaires; entassons les élèves du public dans les classes à raison de 40 à 45 élèves par classe en supprimant le nombre de professeurs et entre temps augmentons le nombre de gardiens de prison (programme de Sarkozy)
      Si Hollande n’a pas la compétence, les français devraient lire les bouquins de Mrs Krugman et Stiglitz, prix noble d’économie (Sortez nous de cette crise MAINTENANT et le prix de l’inégalité). Je me demande sur quoi porte l’analyse de mes concitoyens?
      Si celle-ci s’appuie sur ce que l’on leur dit à la TV ou sur l’analyse de certains médias plus préoccuper par la taxe à 75% et à la fiscalité des plus riches, cela ne m’étonne pas. Quant à leurs réactions (les médias),ils sont tous a à donner des leçons avec leur petit stylo. Ils me feraient presse rire.
      N’oubliez pas que sommes dans une Europe toujours sous tutelle de la droite libérale et que leur seul objectif est de faire baisser les salaires et/ou à les bloquer à l’image de ce qui s’est passé en Allemagne pendant 10 ans! Certes on peux bloquer la situation au sein, mais à votre avis qui en paiera les pots cassés
      Les revenus ont baissé en 2012, mais cela n’a pas empêcher les patrons de CAC 40 de s’augmenter de 4,4% et celui de leurs salariés de combien celui ci a t il augmenté, 0,6%?
      Je termine que M Hollande garde toute ma confiance et qu’en aucun cas je voudrais « r’avoir » un président à l’image de Sarkozy ou pire Copé

  3. La prestation télévisée de François Hollande n’a pas convaincu les éditorialistes, qui la jugent « fade » et fustigent le manque d' »audace » du chef de l’Etat, qui dégaine une « boîte à outils » à la « Monsieur Bricolage » face à une crise et une colère profondes.

    « Nul ne s’attendait à des annonces fracassantes », souligne Eric Decouty dans Libération, mais l’intervention télévisée du président s’est révélé « souvent fade, presque banale » et a été marquée par une « absence de pédagogie » et « une étonnante confiance » au regard de la situation économique et sociale.

    « Les millions de téléspectateurs de France 2, hier soir, ne caressaient pas d’illusions en écoutant François Hollande », renchérit Patrick Apel-Muller (L’Humanité). « Mais l’exercice de pédagogie soigneusement préparé par les experts de l’Élysée a semblé tourner à vide » et le président « sensible aux appels des milieux patronaux ou conservateurs » reste en revanche « sourd à la colère larvée qui parcourt le pays ».

    Paul-Henri du Limbert (Le Figaro) enfonce le clou: « l’Élysée avait prévenu : il ne fallait pas attendre monts et merveilles de l’intervention télévisée du chef de l’État. On ne peut lui donner tort. Fidèle à sa manière, le chef de l’État n’a pas dit un mot plus haut que l’autre, et il a expliqué en substance qu’une politique qui ne marche pas peut, qui sait, marcher un jour ».

    Pour de nombreux éditorialistes, le chef de l’Etat ne s’est pas montré à la hauteur de la situation, car, résume Jean-Michel Servant (Le Midi Libre) il lui « manque encore l’essentiel pour vaincre la crise : l’audace du combattant ».

    « Contre la crise qui ravage tout sur son passage, François Hollande s’arme, dit-il, d’une nouvelle +boîte à outils+ », ironise l’éditorialiste du Figaro, mais le président dispose de « petits tournevis » et de « clous de tapisserie, quand il faudrait des ponceuses et des rabots ».

    « Cela fait un peu +Monsieur Bricolage+ », s’amuse Jean-Pierre Ténoux (L’Est Républicain), qui juge que M. Hollande « est resté comme toujours prévisible ».

    « Pour le président, +la boîte à outils existe, il suffit d’un peu de patience pour obtenir des résultats+. Mais les Français n’en ont plus », assène Hubert Coudurier (Le Télégramme).

    Tout cela ne constitue ni « un tournant du quinquennat », « ni le +changement de braquet+ attendu par la gauche du PS », déplore Hervé Favre (La Voix du Nord).

    « Une fois encore », François Hollande « n’a pas écouté les conseils de ceux qui lui suggéraient de renverser la table et d’annoncer des mesures fortes », analyse Bruno Dive (Sud-Ouest). « Il s’est contenté d’ajuster la nappe, de déplacer quelques couverts… Du pur Hollande ».

    « Quand la terre tremble », note Dominique Jung (Les Dernières Nouvelles d’Alsace), « il est difficile de se passionner pour le réaménagement de la cuisine et du salon, aussi pertinent soit-il. C’est le drame de cette présidence ».

    PARIS (AFP)

  4. Bonjour,
    Curieux. Il me semble vous avoir entendu sur France Inter, ce matin. A partir de 8h30. Avez-vous le don d’ubiquité ou bien suffit-il d’avoir une voiture puissante et un couple de motards pour passer de l’un à l’autre en un rien de temps ;-)

Les commentaires sont fermés.