Dans les médias

Mon agenda prévisionnel de la semaine – 10 au 14 juin

Catégorie : Actualité,Agenda hebdomadaire | Par pierre.moscovici | 10/06/2013 à 20:33

Agenda prévisionnel

 —

Du Lundi  10 juin  au vendredi 14 juin  2013

 

 

Lundi 10 juin :           Déplacement à Poitiers et Châtellerault

08h15              :          Conseil national du Renseignement (Palais de l’Elysée).

12h30              :          Déjeuner avec Mme Ségolène ROYAL, Présidente de la Région Poitou-Charentes, M. Alain CLAEYS, Député-Maire de Poitiers et les élus de la Vienne (Mairie de Poitiers).

14h15              :          Visite de l’entreprise Fabrix, PME spécialisée dans la fabrication de menuiserie  métallique (Poitiers).

15h30              :          Visite de l’entreprise Mécafi, PME spécialisée dans l’usinage de précision pour l’aéronautique (Châtellerault).

16h15              :          Table ronde avec les chefs d’entreprise de la Vienne (Sous-préfecture de Châtellerault).

20h30              :          Dîner-débat avec les Présidents du « Cercle de l’Industrie » autour du Président de la République et avec la présence d’Arnaud MONTEBOURG, Ministre du Redressement productif  (Cercle Interallié).

Mardi 11 juin :          

10h00              :          Cérémonie nationale d’hommage à M. Pierre MAUROY présidée par M. François HOLLANDE, Président de la République (Invalides).

12h00              :          Hommage à Pierre MAUROY au siège du Parti socialiste.

13h00              :          Déjeuner avec Mme Cécile DUFLOT, Ministre  de l’Egalité des Territoires et du Logement (Bercy).

15h00              :          Questions d’actualité (Assemblée nationale).

17h00              :          Entretien avec le Président de la République (Palais de l’Elysée).

19h30              :          Entretien avec M. Jean PISANI-FERRY, Commissaire général à la Stratégie et à la Prospective (Bercy).

20h30              :          Intervention devant l’Association « Financi’’Elles », première fédération de réseaux de femmes cadres intra-entreprises du secteur financier (Bercy).

Mercredi 12 juin :

10h00              :          Conseil des Ministres (Palais de l’Elysée).

12h30              :          Intervention au « 15ème European CEO Seminar BNP Exane »
(Pavillon d’Armenonville).

15h00              :          Questions d’actualité (Assemblée nationale).

17h30              :           Rencontre avec les Présidents des Conseils régionaux
(Association des Région de France)

Jeudi 13 juin :

09h15              :          Entretien avec M. Philippe WAHL, Président du Directoire de la Banque postale (Bercy).

09h45              :          Rencontre avec le Comité exécutif de la Fédération Bancaire Française (FBF) – (Bercy).

11h30              :          Signature d’un accord de coopération sur la mise en œuvre des objectifs du Pacte européen de croissance entre le Caisse des Dépôts (CdC) et Banque européenne d’Investissement (BEI) – (Hôtel de Pomereu).

18h00              :          Entretien avec M. Xavier HUILLARD, Président-Directeur général de Vinci (Bercy).

19h00              :          Entretien avec M. Maurice LEVY, Président-Directeur Général de Publicis Group (Bercy).

Vendredi 14 juin :     Déplacement en Italie

13h30              :          Déjeuner offert par M. Enrico LETTA, Président de Conseil des ministres italien (Présidence du Conseil – Palazzo Chigi).

15h00              :          Rencontre quadrilatérale entre les Ministres des Finances et du Travail (Italie-France-Allemagne-Espagne).

17h00              :           Entretien avec M. Wolfgang SCHÄUBLE, Ministre fédéral des finances allemand.

Be Sociable, Share!

Tags:


12 commentaires

  • Bisounours dit :

    25 000 ! 25 000 seulement. Les derniers chiffres confirment que le succès n’est pas au rendez-vous des emplois d’avenir. Et il est probable que le pari gouvernemental de faire signer 100 000 contrats de ce type d’ici la fin de l’année ne sera pas tenu. On entend déjà les belles voix libérales se gausser de cet échec, fustiger l’inefficacité de ces emplois subventionnés. Elles ont tort. Si l’aide de l’Etat ne peut être une réponse au chômage des jeunes ; si la signature de quelques dizaines de milliers de contrats ne permettra pas d’inverser la courbe désespérante des demandeurs d’emploi, ce dispositif est porteur d’une réalité qui dépasse les statistiques. Car plus qu’un simple travail, une rémunération, il ouvre des perspectives à des jeunes sans diplôme, sans qualification, issus le plus souvent de milieux et de zones défavorisés.

  • Martine dit :

    Cette analyse de Nicolas Baverez me fait froid dans le dos. Je ne suis pas loin de penser qu’il a raison et que c’est ce qui nous attend!
    http://www.lepoint.fr/editos-du-point/nicolas-baverez/l-etau-se-resserre-06-06-2013-1677144_73.php

    • Domi 25 dit :

      Le constat du journaliste est assez juste.Mais faire croire que le Gouvernement ne s’en prend qu’aux plus riches est faux!Les pays européens de droite ne font pas mieux. La France doit se mobiliser,cela se fera…Nous n’avons pas d’alternative.

  • bourgeois parisien dit :

    Maintenant,il n’y a plus aucune différence entre l’U.M.P. et le F.N.:les électeurs surtout,les adhérents et même certains responsables passent naturellement de l’un à l’autre. Les électeurs de gauche ne s’y trompent pas puisqu’en cas de duel entre U.M.P. et F.N. ils s’abstiennent ou même votent Front National. En effet, où est la différence entre Frédéric Lefebvre et Gilbert Collard sinon que le deuxième a un certain talent que l’autre n’a pas? Quant à la droite républicaine dont la gauche parle pompeusement,il s’agit du centre cad le Modem ou l’U.D.I. et qq rarissimes U.M.P. que l’on compte sur les doigts d’une main!!!…

    • Jonas dit :

      Je n’irais pas jusque là. Il y a encore des différences entre l’UMP et le FN. Une partie de l’UMP a plus ou moins basculé vers le FN, une autre partie (peut-être minoritaire c’est vrai, mais conséquente tout de même) ne veut pas de se basculement. Mais il y a un lent basculement qui se poursuit. Et c’est bien Sarkozy qui a initié ce basculement. Fillon semble clairement ne pas vouloir de ce basculement, je ne dis pas que premier ministre de Sarkozy, avec tout ce qu’il y a eu, il n’a pas eu quelques glissements, mais il semble vouloir représenter une droite qui maintient la digue avec l’extrême droite.
      Mais j’ai peur que le vrai problème ne soit pas là mais dans la libération de la parole raciste, dans la banalisation du racisme et de l’extrême droite. L’extrême droite et parfois la droite revendiquent pour eux seuls l’amour de la France. J’aime profondément la France, et c’est précisément cet amour de mon pays qui fait que je ne veux pas qu’il sombre dans le racisme et l’extrême droite.

      • Madame Irma dit :

        Aux européennes, l’UMP va se prendre une claque puisque le FN va arriver en tête (+de 25%?).
        Le Fdg fera un score moindre mais honorable en prenant sur le PS qui va s’effondrer d’ici-là, vu les mauvaises nouvelles qui s’annoncent en fin d’année.

  • Amelle dit :

    La reforme des retraite sera pour le PS la mère des reformes, il joue sa crédibilité « de gauche », il sera pour de bon accusé d’avoir délaisser ses électeurs si celui ci rate cette reforme. On nous dit que la reforme sera juste on ne demande qu’à croire, le problème c’est de savoir qu’est ce qu’une retraite juste pour le gouvernement?

    Je crois un système de retraite juste serait un système qui ne permettrait pas de générer une génération de retraité pauvre ce qui commence à être le cas aujourd’hui, c’est aussi permettre à une personne de vivre sa vie après sa retraite comme il l’entends et surtout casser les inégalités.

    Perso je pense qu’il faut avoir le courage de revenir sur la retraite Balladur qui consiste à calculer sur les 25 meilleures années et aller sur les 10 meilleures années. Ces cette reforme qui a appauvri sensiblement les retraités.

    Avoir le courage d’imposer la notion de pénibilité quand on sait que l’espérance de vie d’un cadre est de 7 ans supérieur à celle d’un ouvrier perso je pense qu’il faudra « pondérer » les années de cotisation a +/- 10% ce qui donne 37,5 ans de cotis pour les ouvriers ou ceux qui ont un métier pénible; 44,5 ans de cotis pour les cadres supérieurs et justement cela fait 7 ans de différence. On pourrait aussi pour affiner donner des statuts intermédiaires avec 40 ans de cotisation pour employés et 42 ans pour les cadres.

    Faire en sorte de créer un climat qui permettent aux retraités de travailler après la retraite pour ceux ou retrouver le travail apres 1 ou 2 ans de repos pour ceux qui le veulent (aujourd’hui 47% des retraité qui travaillent le font pour des raisons qui ne sont pas des problèmes d’argent ou de petites retraites). Comme faire en sorte qu’ils puissent travailler à temps partiel, dans des postes non pénible, leur donner des formations à partir de 52, 55 ans qui leur permettront de continuer de travailler dans leur secteur ou un autre, leur permettre de cumuler retraite/emploi, bonifier leurs points de retraite s’ils continuent de travailler (au niveau des points pour travail pénible par exemple).

    Donner la possibilité pour ceux qui veulent partir plus tôt pour des raisons personnelles ou autre de pouvoir racheter des points de retraite à condition que cela ne coûtent pas un bras comme c’est le cas aujourd’hui.

    Mettre en place un système enfin transparent et unifier qui permettent à ceux qui cotisent dans une multitude de caisses à cause de carrière haché et il le seront de plus en plus de se retrouver sans que cela ne soient pénalisant pour personne.

    Dans un monde idéal, l’idéal justement serai de permettre aux personne au long de leur carrière de faire des pauses par exemple un congé de 3 mois tous les 5 ans cumulable c’est à dire de 6 mois au bout de 10 ans si on a pas pris les 3 mois 5 ans plus tôt (1 an de congés au bout de 20 ans, 2 ans au bout de 40 ans si on en a jamais pris avant)

    Enfin si l’état a du mal à financer un système de retraite par répartition, il parait logique qu’il a encore moins les moyens de subventionner en parallèle un système de capitalisation c’est pour cela qu’il faudrait penser à abandonner toute les niches fiscales sur les perp, prefon & co d’ailleurs les gens n’adhère pas trop et pour leur retraite préfèrent largement l’assurance vie.

    Par contre pour ces inconditionnels de la capitalisation, l’état comme l’avait suggéré il y a quelque temps Royal et Fabius devrait créer un fond de pension d’état, il pourrait demander que 10% des avoirs des assurances vie soit investie dans ce fond de pension en échange d’avantage fiscale pour l’assurance vie.
    Ce fond devra évidement être un fond éthique qui investie en priorité dans les boites françaises, TPE/PME sans demander des taux de rendement vertigineux. On pourrait demander à ce fond d’alimenter la caisse de retraite en versant des dividendes à hauteur de 25%, moins quand le système est en équilibre, un peu plus dans les années très dure.

    Ce serait un nouveau système qu’on appellerait un système de capitalisation solidaire.

    • Nicolas (Nantes) dit :

      Et le coût financier de ces mesures, on en sait un peu plus ?

      Ou elles sont compensées par quoi ? Car actuellement, les retraites, c’est 13 milliards de déficit en 2013.

Flux RSS des commentaires de cet article.