Mon discours hier lors du dîner Financi’Elles et la vidéo de cet évènement

Retrouvez ci-dessous mon intervention lors de l’ouverture du dîner des administratrices de la finance organisé hier soir par Financi’Elles, fédération de réseaux de femmes cadres du secteur de la banque, de la finance et de l’assurance.

J’y ai rappelé ma volonté de promouvoir l’accession des femmes aux plus hauts niveaux de responsabilité, dans le domaine de la finance comme dans l’ensemble des secteurs.

Financi’Elles a réalisé une vidéo de cet évènement, que vous pouvez visionner en cliquant sur l’image ci-dessous :

Ma conviction : se priver de femmes dans les cercles de pouvoir élevés, c’est se priver de talents et d’idées. Je soutiens donc toutes les initiatives qui permettent de valoriser la diversité et la mixité dans la gouvernance des entreprises.

Dîner Financi’Elles

Ouverture

11 juin 2013

 

 

Mesdames et Messieurs,

Je vous souhaite chaleureusement la bienvenue au Ministère de l’Economie et des Finances. Je suis extrêmement heureux de vous accueillir ici. Bercy est un lieu que vous connaissez bien, puisque Financi’Elles est née sous le patronage de celle qui m’a précédé dans ces murs, Christine Lagarde. Il y a des enjeux qui dépassent les clivages partisans et doivent rassembler – mieux, qui doivent faire l’objet d’une saine émulation, et la famille politique à laquelle j’appartiens n’est pas en reste sur le sujet qui nous réunit ce soir : promouvoir l’accession des femmes aux plus hauts niveaux de responsabilités est de ceux-là.

J’ai pour ma part une approche assez simple de la question, une approche qui repose sur quatre convictions.

 Promouvoir des femmes aux postes élevées, il faut arrêter d’en parler, et le faire.

La première, c’est que promouvoir des femmes aux postes élevées, il faut arrêter d’en parler, et le faire. Je ne suis pas quelqu’un qui croit beaucoup aux grands discours sur les bienfaits de la mixité : c’est sans doute une erreur, puisque mes équipes me répètent que j’ai un déficit chronique de popularité dans les sondages auprès des femmes. C’est comme ça. Ce qui m’intéresse, c’est l’action.

Quelques exemples concrets, alors :

–         D’abord, la composition du gouvernement de Jean-Marc Ayrault : la première équipe ministérielle intégralement paritaire de la Vème République ;

–         Dans mon cabinet, les femmes sont bien représentées, et occupent des postes clés. Les affaires européennes, qui mobilisent près d’un tiers de mon temps, sont ainsi gérées par une conseillère ; idem pour le lourd portefeuille de la fiscalité des ménages, ou encore celui des participations stratégiques de l’Etat dans les grandes entreprises industrielles. Mes ministres délégués sont aussi allés dans ce sens, Bernard Cazeneuve a choisi une directrice de cabinet et Benoît Hamon une directrice adjointe de cabinet.

–         Cette conviction est chez moi ancienne : quand j’ai été nommé Ministre de l’Economie et des Finances, j’ai fait venir de l’extérieur cinq collaborateurs avec qui j’avais travaillé auparavant ; quatre d’entre eux sont des femmes.

Dès mon arrivée à Bercy, j’ai donné instruction d’accélérer et d’intensifier la mise en œuvre du plan d’action en faveur de l’égalité professionnelle.

–         Troisième exemple : dès mon arrivée à Bercy, j’ai donné instruction d’accélérer et d’intensifier la mise en œuvre du plan d’action en faveur de l’égalité professionnelle. C’est l’une des priorités structurantes de la politique de ressources humaines que j’ai définie en octobre dernier. J’ai notamment exigé une parité effective dans les jurys des concours d’accès à la fonction publique gérés par ce ministère dès 2013, ainsi que le développement d’actions pour mieux concilier vie professionnelle et vie privée, en mobilisant le budget d’action sociale ministériel. Lorsque j’ai rencontré les organisations syndicales il y a une dizaine de jours, je leur ai proposé d’engager une négociation pour aboutir, je l’espère en fin d’année, à un accord collectif ambitieux en matière d’égalité professionnelle sur la période 2014-2016.

–         Quatrième exemple : alors que le Parti socialiste a profondément renouvelé son vivier de candidats aux dernières élections législatives, j’ai contribué à faire émerger de nombreuses jeunes députées de la « nouvelle vague » : Axelle Lemaire, qui a refusé un poste de ministre ; Karine Berger et Valérie Rabault, deux brillantes économistes, batailleuses, l’une de l’Ecole des Ponts l’autre de Polytechnique, qui viennent du monde de la finance et qui jouent un rôle clé dans la réforme bancaire en cours ; Corine Narassiguin, à qui j’ai confié une mission sur la gouvernance des entreprises, ou encore Bernadette Laclais.

En matière d’accession des femmes aux postes de haut niveau, il faut passer de la parole aux actes, et se sentir personnellement tenu par cet objectif.

Je l’ai dit : en matière d’accession des femmes aux postes de haut niveau, il faut passer de la parole aux actes, et se sentir personnellement tenu par cet objectif. L’inégale représentation des femmes à ces postes, c’est d’abord le fruit d’une somme de décisions individuelles iniques. A chacun de prendre ses responsabilités.

Dans le secteur financier, je sais que l’on est déjà en mouvement. Plus de 40% des cadres sont féminins, et la part des femmes dans les Conseils étudiés par Financi’Elles est supérieure aux normes législatives sur les quotas. Surtout sont rassemblés ce soir, pour ce dîner, de grands groupes qui ont adopté des démarches parfois très audacieuses pour favoriser l’accession des femmes aux postes à responsabilités. Et je veux saluer sincèrement et chaleureusement cette volonté d’apporter de véritables réponses aux écarts professionnels.

 Se priver de femmes dans les cercles de pouvoir les plus élevés, c’est se priver de talents et d’idées.

La seconde de mes convictions, c’est celle d’un Ministre de l’Economie et des Finances : l’accession des femmes aux postes à responsabilités est d’abord un enjeu économique. Le plafond de verre est une injustice, évidemment. Il est aussi une source majeure d’inefficacité économique. Se priver de femmes dans les cercles de pouvoir les plus élevés, c’est se priver de talents et d’idées.

Et c’est là où l’on retrouve tout l’intérêt de la démarche de Financi’Elles qui tourne autour de la mesure. Nous connaissons tous ces études spectaculaires sur la performance économique des entreprises où les femmes sont bien représentées. J’en cite une, celle de Michel Ferrary, de 2010 qui se demandait si les femmes influencent la performance des entreprises, à partir d’une étude du CAC 40 sur la période 2002-2006, mais d’autres études existent. Ferrary relève qu’entre 2002 et 2006, les 14 entreprises du CAC 40 qui comptaient plus de 35% de femmes dans leur encadrement – le seuil minimal à ses yeux pour qu’une minorité puisse commencer à peser dans un processus de décision – ont connu une croissance moyenne de leur chiffre d’affaires de 23,5%, contre seulement 14,6% pour les 28 entreprises du CAC où les femmes étaient sous ce seuil. La différence de performance est de 61,1%. Ces 14 entreprises à l’encadrement féminisé ont connu sur la période une rentabilité moyenne de 19,5%, contre 10% pour les 28 autres. La différence de performance est de 96,1%. Les 14 entreprises à l’encadrement féminisé ont eu une productivité du travail supérieur de 33,9% à celle des 28 entreprises dont l’encadrement était moins féminisé. Les 14 entreprises à encadrement féminisé ont connu une augmentation moyenne de 18,9% de leur nombre d’emplois, contre 7,4% pour celles qui étaient moins féminisées, soit une différence de plus de 150%.

Féminisation et performance économique : chacun a bien compris que ma présence à ce dîner était tout à fait intéressée, puisqu’il me revient la noble mais néanmoins difficile tâche de redonner de l’élan à la croissance en France. Je compte sur les dirigeants présents ce soir !

Ce n’est pas à moi de donner une explication à ces chiffres, mais aux entreprises de faire elles-mêmes leurs calculs. Nous sentons tous, intuitivement, que la féminisation des postes à responsabilités favorise la diversité et la confrontation des points de vue, et que du bon sort de cela. L’effet économique joue au-delà, cependant. Je me souviens de cette déclaration déjà un peu ancienne du PDG de Deloitte – je sais que le cabinet est présent ce soir – qui avait mesuré que la politique de l’entreprise à l’égard des femmes avait permis de réduire le turnover de 25 à 18% entre 1990 et 1999, et éliminé le différentiel de turnover hommes/femmes, permettant des économies de recrutement et de formation d’environ 250 millions de dollars.

Mais je ne confonds pas corrélation et causalité, et il y a sans doute des études plus approfondies à mener sur les différences de performance économique entre entreprises à directions significativement féminisées, et les autres. « Ce qui ne se mesure pas n’existe pas », selon la devise de Financi’Elles : cela pourrait être une piste pour les travaux futurs de l’association.

 Le grand défi à relever pour le futur, c’est celui du renouvellement du vivier.

La troisième des convictions que j’ai, concernant l’accession des femmes aux postes à responsabilités, c’est que le grand défi à relever pour le futur, c’est celui du renouvellement du vivier. Je sais que ce problème de vivier trop ténu et trop peu travaillé sera abordé en détails ce soir par les intervenants qui vont me suivre, je ne m’y attarde donc pas. Je veux simplement mentionner que ce n’est pas un enjeu propre au secteur de la finance, et que j’y sois moi-même confronté à la tête de Bercy. Il y a là un effort extrêmement important à réaliser, qui doit mobiliser les entreprises et la puissance publique, dans une action concertée. Et il faut s’en préoccuper dès à présent, parce que le travail d’approfondissement d’un vivier ne peut que se dérouler sur le temps long.

La dernière conviction que je voudrais partager avec vous ce soir, et je m’adresse là spécialement aux femmes, est purement personnelle. Ce n’est pas un conseil, puisque dans cette assemblée ce soir, sont présentes des femmes qui ont déjà gravi les échelons, qui ont déjà des postes à hautes responsabilités. C’est plutôt le souffle d’une ambition partagée. L’entreprise, ce n’est pas un lieu de confort pour les femmes. Alors j’ai envie de dire – et je vais trahir là mes affinités de jeunesse avec les idéologies révolutionnaires : ce qu’on ne vous donne pas, prenez-le. Mais je m’arrête là, car je sais qu’en vérité, si vous êtres là, c’est que vous l’avez déjà suivi, mais anticipé. A vous, à nous de le diffuser.

Je veux saluer les initiatives des dirigeants, dans le secteur de la finance, qui cherchent à promouvoir la diversité et la mixité dans la gouvernance des entreprises.

Voilà, je ne veux pas monopoliser davantage la parole. Je veux simplement saluer encore les initiatives des dirigeants, dans le secteur de la finance, qui cherchent à promouvoir la diversité et la mixité dans la gouvernance des entreprises, et qui ont compris tous les bénéfices que l’on pouvait tirer de la conjugaison de talents et d’énergies variés. Je veux aussi dire à Financi’Elles qu’elle pourra continuer à compter sur le soutien de mes services, qui ont été, je crois, très aidants, dès le début du projet, et sur mon écoute et mon attention. Merci.

Les images de cet évènement :

15 réflexions au sujet de « Mon discours hier lors du dîner Financi’Elles et la vidéo de cet évènement »

  1. Bonjour à vous,
    Bravo pour cette initiative de Bercy en faveur de la mixité Femme/ Homme dans l’entreprise.

    Le discours du Ministre est extrêmement pertinent et j’espère donnera un nouvel élan aux entreprises participantes de continuer cette lutte de tous les jours. Je suis d’accord avec le Ministre, l’enjeu ne se situe pas seulement au niveau sociétal ou éthique, il est principalement au niveau économique.

    Pour faire face à la concurrence internationale et aux marchés du 21ème siècle, nous avons besoin d’innovation, de créativité, d’idées et de points de vue différents. La diversité dans les équipes de travail est un formidable levier de performance. N’ayons pas peur du changement pour nos entreprises, pour la France! Osons utiliser ce levier !

    Merci à toute l’équipe de Bercy, au Ministre mais également à Financi’Elles.

    Pao-Leng DAMY
    Société Générale
    Responsable Diversité et Inclusion Groupe

  2. Il est aberrant de voir les syndicats et le personnel d’Orange soutenir mordicus leur président mis en examen pour des raisons très graves: c’est du corporatisme poussé à l’extréme. Déjà,il n’est pas mis en examen pour sa gestion d’Orange,ensuite,quels que soient ses »talents »,il n’est pas irremplaçable,enfin,s’il avait un minimum de dignité,il aurait immédiatement démissionné ne serait-ce que pour mieux assurer sa défense comme on dit. Il est vrai qu’en France,les responsables mis en cause judiciairement ont du mal à démissionner et finalement,ils sont généralement amenés à le faire!!!

  3. LES ENTREPRISES PRIVEES EMPECHENT LES CLIENTES ET LES CLIENTS DE COMMANDER PAR CONSEQUENCE SURTOUT EN VPC

    SA PERTURBE L ECONOMIE FRANCAISE EGALEMENT

    PERMETTRE DE DEVELOPPER DES STATIONS ESSENCES DANS LES PETITES VILLES DE MOINS DE 500 HABITANTS POUR PERMETTRE LE TOURISME EN FRANCE

    DE MEME QUE LES LIVRAISONS DE COMMANDES DE BIENS DE CONSOMMATIONS

    SA PREND TROP DE TEMPS IL FAUT UNE RAPIDITE DES TRAITEMENTS DES COMMANDES QUE SA SOIT EN BOUTIQUES OU SUR LE NET ET MEME A LA POSTE QUI EST PAS SI RAPIDE QUE CELA

    MERCI DE FAIRE LANCER UN PETIT CONCURRENT FRANCAIS QUI CONCURRENCE AMAZON

    DE MEME QUE LES MOTEURS DE RECHERCHE FRANCAIS DOIVENT SE LANCER EN GRANDE POMPE POUR CONTRER ALTAVISTA YAHHO GOOGLE ETC….

    POURQUOI N Y AURAIT IL PAS DES START UPS DE MOTEURS DE RECHERCHE REGIONAUX ????

    IL FAUT AUSSI PERMETTRE AUX FRANCAIS ET AUX FRANCAISES DES FACILITES DE PAIEMENT ESPECES PRELEVEMENT DIRECTEMENT SUR LE COMPTE BANCAIRE DU CLIENT OU DE LA CLIENTE LORS D ACHATS EN BOUTIQUES …. CHEQUE CARTE BLEUE ETALONNEMENT DE PAIEMENT …. CARTE BLEUE RECHARGEABLE …. CHEQUE ALIMENTAIRE RECHARGEABLE ….CHEQUE RESTAURANT RECHARGEABLE ETC…. POUR PERMETTRE LES DEPENSES ET FAIRE FONCTIONNER NOTRE ECONOMIE FRANCAISE

    EXCELLENTE JOURNEE :o)

Les commentaires sont fermés.