Dans les médias

CICE et compétitivité : la vidéo de ma réponse à Valérie Pécresse à l’Assemblée nationale – QAG

Catégorie : Actualité,Assemblée nationale,Politique,Vidéos | Par pierre.moscovici | 25/06/2013 à 17:47

Lors de la séance de questions au gouvernement à l’Assemblée nationale ce mardi 25 juin, j’ai répondu à Valérie Pécresse qui m’interrogeait sur la politique du gouvernement en faveur de la compétitivité.

J’ai rappelé les nombreuses mesures créées par le gouvernement depuis un an pour soutenir la compétitivité de nos entreprises, et pour redresser dix années de dégradations dans ce domaine.

Nous nous attaquons au déficit de compétitivité creusé par la précédente majorité, notamment avec le CICE qui est une mesure extraordinairement puissante.

 

Be Sociable, Share!

Tags: , , , , , , , ,


6 commentaires

  • Patclo dit :

    Ainsi M Blanchard, économiste en chef du FMI, la france serait sur la bonne voie Je cite l’extrait du journal: »Olivier Blanchard, économiste en chef du Fonds monétaire international (FMI), serait optimiste pourla reprise de l’économie française si la confiance des consommateurs et des investisseurs ne faisait toujours défaut.
    C’est pourquoi il s’attend que la courbe du chômage se stabilise vers la fin de l’année plutôt qu’elle ne s’inverse.
    Il approuve le recours à une augmentation de la durée des cotisations retraite pour rééquilibrer le régime français des pensions, mais avertit que cette réforme devra être suivie d’autres. En tout état de cause, estime-t-il, il faudra de nombreuses années avant que le chômage en France comme en Europe retrouve des niveaux acceptables.
    Et de rajouter: En 2008-2009, le FMI prônait de faire de l’expansion budgétaire quand la demande mondiale menaçait de s’effondrer. Quand le pire de la crise est passé, il a conseillé de réduire les déficits. Ce n’est pas contradictoire. »
    M Blanchard confirme bien que l’expansion budgétaire était nécessaire mais je ne suis pas d’accord avec lui quand il dit que la crise est finie puisque nous payons toujours les consèquences économiques de cette crise, notamment en Europe suite à l’effondrement de pans entiers de l’économie et au tour de vis budgétaire drastique demandé sur courte période.
    Je ne nie pas qu’il faille réduire les déficits mais on oublie que les états doivent aussi stabiliser le système financier en parallèle (1000Mds€ ont été prêtés aux banques par la BCE)
    Une dernière chose, la commission européenne se glorifiait de la reprise en Irlande en la prenant en exemple pour valider leurs biens fondés des solutions mises en place, or apparemment la croisssance irlandaise est retombé à 0 (le commerce extérieur s’est amoindri alors que la demande interne est plus qu’au point mort et pour cause).
    En fait j’ai l’impression que nous faisons comme les chiens qui tournent en rond et courent après leur queue sans jamais la rattraper (boutade, il faut bien décompresser)

  • Patclo dit :

    Autrement dit pour Mme Pécressse ce sont consommateurs qui auraient payé la baisse de charges des entreprises avec la mise en place de la TVA sociale.
    Pendant 10 ans vous n’avez fait que mettre en place des mécanismes de baisse de charges via une politique de niches fiscales et sociales à tel point que votre ami Sarkozy s’est étonné à la fin de son mandat que certaines grandes entreprises ne payer pas d’impôts! Un petit rappel: » En 2010, le conseil des impôts avait réévalué les niches sociales dont bénéficiaient les entreprises, le coût s’élevait à 66MDs€ ajoutant qu’au sens large les dispositifs dérogatoires au bénéfice des entreprises auraient représentés 172Mds€ alors que le déficit budgétaire s’élevait à 148,8Mds€ » Et vous vouliez que ce sont les consommateurs qui ont des difficultés à joindre les deux bouts qui financent encore la baisse des charges des entreprises.
    Peut-être que certains patrons de petites entreprises ont du mal à faire appel au CICE mais selon INSEEécrit: « A compter du 1er janvier 2013, date de son entrée en vigueur, le crédit d’impôt compétitivité emploi (CICE) est pris en compte dans le calcul de l’ICT-salaires et charges au titre de subvention au bénéfice de l’employeur. Au premier trimestre 2013, après intégration du CICE, l’indice du coût du travail (ICT) – salaires et charges de l’ensemble des secteurs marchands non agricoles baisse de 1,9 % en données corrigées des variations saisonnières, après +1,0 % au quatrième trimestre.
    En glissement annuel, l’ICT – salaires et charges est stable (+0,0 %). Hors effet du CICE, il aurait progressé de 1,8 % en glissement annuel. Sans commentaire

  • Patclo dit :

    J’ai pu lire dans un journal économique que la production européenne était à la hausse et que le échanges intra européens étaient en augmentation et que cette augmentation est une prémisse à une reprise de l’activité et donc de la croissance; l’analyse s’appuyant sur les cycles historiques Voilà une bonne chose pour la croissance et l’emploi Il suffit maintenant d’accompagner voir appuyer ce mouvement

  • Greg dit :

    Ca gueule beaucoup à l’assemblée ces temps-ci…

  • INFORMATION dit :

    BONJOUR
    MR MOSCOVICI PIERRE

    SA SERAIT BIEN QUE L ETAT FRANCAIS PUISSE BATIR SES PROPRES BATIMENTS OU AMENAGER SES BATIMENTS EXISTANTS POUR LOUER AINSI SES PROPRES BUREAUX A DES ENTREPRISES PRIVEES OU START UPS NATONALES OU EUROPEENNES OU INTERNATIONALES COMME GOOGLE APPLE ….

    DE MEME POUR LES LOGEMENTS SOCIAUX OU LOGEMENTS TOUT COURTS L ETAT FRANCAIS POURRAIENT LOUER DANS SES BATIMENTS ANCIENS POUR DES LOGEMENTS SOCAUX OU AUTRES TYPES DE LOGEMENTS

    DE MEME QUE L ETAT FRANCAIS POURRAIT CREER SUR DES TERRAINS QU ILS POSSEDENT DE FUTURS CENTRES COMMERCIAUX COMME A CLERMONT FERRAND OU DANS D AUTRES VILLES DE FRANCE

    EXCELLENTE JOURNEE MR LE MINISTRE :o)

Flux RSS des commentaires de cet article.