Extraits de mon entretien avec Le Figaro paru aujourd’hui

Le quotidien Le Figaro publie aujourd’hui dans sa version papier et abonnés en ligne un entretien dans lequel je m’exprime sur les sujets de politique économique, de budget et de croissance, sur le bilan des 14 derniers mois, sur les réformes à venir, et sur le livre que je publierai à la rentée.

Retrouvez ci-desssous quelques extraits de cet entretien :

Bilan des 14 mois. «La dégradation de la situation de l’économie à notre arrivée aux responsabilités explique aujourd’hui l’ampleur de la tâche que nous avons dû accomplir, et les défis qu’il nous faut relever. Sans les mesures correctrices que nous avons prises, le déficit public de la France aurait atteint 5,5 % en 2012 : il a été finalement ramené à 4,8 %.»

La croissance au deuxième trimestre 2013 devrait être de 0,2%. Nous sommes en sortie de récession.

La reprise. «Nous ­avions une mission : redresser nos finances publiques en améliorant la compétitivité des entreprises au service de l’emploi. La croissance au deuxième trimestre 2013 devrait être de 0,2%. Nous sommes en sortie de récession. Je ne m’en contente pas: l’économie française a encore du chemin à parcourir et nous voulons retrouver une croissance soutenue et créatrice d’emploi, à partir de 2014.»

Je revendique une politique de l’offre, qui passe par l’investissement des entreprises. C’est cette politique qui nous permettra de créer de l’emploi et de la croissance dans la durée.

Les mesures de la rentrée. «Il faut redonner aux chefs d’entreprise l’envie d’aller de l’avant. Je revendique une politique de l’offre, qui passe par l’investissement des entreprises. C’est cette politique qui nous permettra de créer de l’emploi et de la croissance dans la durée. Nous allons annoncer en septembre une réforme de l’assurance-vie. Le PEA-PME annoncé par le président de la République sera mis en œuvre. Nous concrétiserons aussi les incitations fiscales aux grandes entreprises pour qu’elles investissent dans les PME innovantes.»

Budget, impôts. «Nous sommes en train, avec Bernard Cazeneuve, de bâtir ce budget avec deux tiers d’économies, soit 14 milliards d’euros, et un tiers d’augmentations de prélèvements obligatoires. En 2014, la loi de programmation des finances publiques a prévu une hausse des prélèvements de 0,3 point de PIB.»

L’État actionnaire. «Nous sommes en train de préparer – ce sera la première fois – une doctrine stratégique pour la gestion des actifs publics.»

Il y a une dimension personnelle dans ce livre : je veux parler aux Français de mes combats quotidiens.

«Combats». «Il y a une dimension personnelle dans ce livre, qui apparaîtra un peu sous forme de journal. Effectivement, je veux parler aux Français de mes combats quotidiens.»

L’intégralité de mon interview dans Le Figaro par Marie Visot et Jacques-Olivier Martin est à lire dans l’édition papier de ce jour, ou en suivant ce lien (édition abonnés) : http://www.lefigaro.fr/mon-figaro/2013/07/23/10001-20130723ARTFIG00501-oui-nous-avons-bel-et-bien-pris-le-chemin-du-redressement.php

13 réflexions au sujet de « Extraits de mon entretien avec Le Figaro paru aujourd’hui »

  1. Pour lire l’article dans son intégralité il faut être abonné au Figaro?
    Les journaux économiques confirment une sortie de récession de la zone Euro; extraits: »es économistes s’attendent à ce que le PIB de la zone euro ait stagné au deuxième trimestre, sortant de la récession qui avait débuté à la fin 2011.

    Les indices PMI préliminaires de Markit pour l’Allemagne, la France et la zone euro en juillet laissent espérer une croissance de 0,1% au troisième trimestre, qui confirmerait la sortie de récession.

    L’indice PMI composite, calculé à partir des réponses de milliers d’entreprises et considéré comme un indicateur fiable de la croissance, a atteint ce mois-ci un plus haut de 18 mois de 50,4 dans sa version préliminaire, contre 48,7 en juin, repassant pour la première fois depuis janvier 2012 au-dessus du seuil de 50 à partir duquel il rend compte d’une expansion.

    C’est mieux que la plus optimiste des estimations des 25 économistes interrogés par Reuters, qui tablaient en moyenne sur un indice à 49,1.

    « C’est un tableau très encourageant », dit Chris Williamson, économiste chez Markit. « L’Allemagne mène la danse suivie de la France mais même la périphérie (…) voit son secteur manufacturier renouer avec la croissance. »
    CONTRACTION RALENTIE EN FRANCE

    L’indice PMI flash des services a progressé à 49,6 contre 48,3, dépassant là aussi le consensus qui était à 48,7.

    Signe d’une confiance accrue dans l’avenir, le sous-indice qui mesure les anticipations des entreprises de services a atteint un plus haut de trois mois à 56,9 contre 55,8 en juin.

    En Allemagne, l’indice PMI manufacturier a atteint 50,3 dans sa version préliminaire, repassant pour la première fois depuis février le seuil de 50, et l’indice composite qui intègre aussi les services est monté à un plus haut de cinq mois à 52,8.

    En France, les indices préliminaires de Markit sont également ressortis supérieurs aux attentes mais en restant sous la barre de 50, dénotant ainsi une poursuite de la contraction de l’activité mais à un rythme ralenti. L’indice manufacturier est remonté à 49,8 et celui des services à 48,3, donnant un PMI composite à 48,8, au plus haut depuis 17 mois.

    « Les entreprises françaises sont en mesure de gagner des contrats à l’exportation, augmentent leur chiffre d’affaires et sont plus compétitives », relève Chris Williamson.

    Cette analyse confirme, n’en déplaise aux petits patrons (voir l’article sur ECO&Entreprises, journal Le monde d’hier), les propos de M Hollande
    Rappelons à ces mêmes petits patrons que l’emploi réagit toujours avec un décalage comme l’indique l’article: »
    L’emploi met souvent du temps pour repartir à la hausse », tempère l’économiste de Markit. « Il évolue dans la bonne direction, on commence à voir la lumière au bout du tunnel et d’ici la fin de l’année le taux de chômage pourrait commencer à refluer. »

Les commentaires sont fermés.