Ma réaction à la publication du rapport du FMI sur la France

A lire ci-dessous, mon communiqué de presse suite à la publication du rapport du Fonds monétaire international sur la France.

J’y souligne la convergence de nos points de vue en matière de soutien à la croissance, de réduction des dépenses publiques, et de réformes engagées depuis mai 2012 pour le redressement de l’économie française.

Les services du Fonds monétaire international ont rendu public lundi 5 août leur rapport sur l’économie française dans le cadre de leur mission d’évaluation et de suivi des politiques économiques et financières des 187 pays membres de l’organisation internationale.

Pierre MOSCOVICI, ministre de l’Economie et des Finances, qui avait déjà réagi aux conclusions préliminaires du Fonds monétaire international le 4 juin dernier, relève une grande convergence de vues avec le FMI sur le diagnostic et l’analyse des risques qui pèsent sur l’activité en Europe et en France. Il est en plein accord sur la nécessité de donner désormais la priorité à la croissance, ce qui passe par un rythme d’ajustement de finances publiques raisonné et la mise en œuvre de réformes ambitieuses en faveur de l’emploi et de la compétitivité.

Depuis l’élection de François HOLLANDE, la France n’a cessé de plaider pour une réorientation des politiques européennes en faveur de la croissance et contre les politiques d’austérité généralisée. C’est pourquoi Pierre MOSCOVICI se félicite de l’évolution dans cette direction des débats académique, politique, ainsi qu’au sein des institutions européennes et internationales, à laquelle le FMI a pris une part active. Cette évolution a notamment conduit la Commission européenne puis le Conseil européen à recommander un délai de deux ans à la France pour ramener son déficit public sous 3 % du produit intérieur brut.

Le ministre rappelle à cet égard que le projet de loi de finances pour 2014, qui sera présenté en septembre, poursuivra l’effort de remise en ordre des finances publiques tout en soutenant la croissance. Il privilégiera les économies de dépenses par rapport aux hausses de prélèvements obligatoires.

La croissance doit être la priorité, l’objectif central des politiques économiques. Pierre MOSCOVICI se félicite que le FMI salue l’ampleur des réformes engagées en France pour redresser notre compétitivité, développer notre croissance potentielle, améliorer le fonctionnement du marché du travail, sauvegarder notre régime de retraites, moderniser l’action publique, réguler le secteur financier, et simplifier l’environnement réglementaire des entreprises. Pierre MOSCOVICI rappelle la pleine détermination du gouvernement à conduire cet agenda de redressement économique du pays, au bon rythme, et à défendre notre modèle social.

 

35 réflexions au sujet de « Ma réaction à la publication du rapport du FMI sur la France »

  1. On verra mais je ne change pas d’avis sur mon vote de 2012 et je pense sincèrement que la politique menée par Hollande est celle qui faut conduire
    De toute façon les médias ne voient qu’en Sarkozy et qu’il faut « marteler » les esprits! bien avat les élections Je pense aussi que ces tous « petits journalistes » n’ont certainement pas avaler les hausses d’impôts décidées par Hollande car eux et leur famille certainement concernés.
    Il m’arrive de regarder le 20h de France 2, inutile de dire qu’il n’y a que dénigrement à l’égard du gouvernement; c’est pour cette raison que je trouve que les membres du gouvernement ne sont pas assez présents sur les médias télévisés et qu’ils sont trop « gentils avec ces pseudos journalistes. J’ai apprécié l’intervention de Mme Taubira sur cette même chaîne suite à remise en liberté, remettant en place le journaliste qui l’interrogeait!
    Concernant le 20 milliards je partage ce qu’écrit Jonas Rappelons aussi que sous Sarkozy certaines grandes entreprises ne payaient pas d’impôts, et qu’il lui a fallu 10 ans à Sarkozy pour s’en apercevoir??????

  2. – Les 20 milliards dont vous parlez sont le crédit d’impôt compétitivité emploi, lié au coût du travail et visant à favoriser l’activité et l’emploi. Ce crédit d’impôt est généralement salué. Par ailleurs, les entreprises ont été mises à contribution pour 10 milliards en 2012. D’une manière générale, la fiscalité a davantage concerné les plus favorisés et les grandes entreprises, pour la justice et le maintien du pouvoir d’achat et des capacité de développement et d’emploi des PME. Les hausses d’impôts sont liées à la nécessité de réduire les déficits et l’endettement du pays, dont le quinquennat de Sarkozy porte entre un quart et un tiers de la responsabilité (environ 26% du PIB de dette sur un total de 90%, dont la cour des comptes précise bien qu’ils ne sont pas uniquement imputable à la crise économique, crise économique et dette qui par ailleurs n’ont pas disparu comme par magie après l’élection d’Hollande), et les hausses d’impôts pour réduire le déficit et à terme la dette vont de pair avec une réduction importante mais selective (contrairement à la règle stupidement comptable du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux qui n’a pas empêché l’explosion de la dette et a mis à mal les services publics), d’ailleurs l’accent sera mis davantage sur les réduction de dépenses à partir de 2014.

    – Pour les échéances électorales, il est probable en effet que la gauche subisse une déconvenue, c’est généralement ce qui se passe, les élections locales portent la marque d’un vote moins important des électeurs du camp au pouvoir et plus important de la part des électeur du camp dans l’opposition. C’est en partie et je dis bien en partie ce qui a permis à la gauche de conquérir autant de collectivités locales. Il est logique que la gauche étant enfin arrivée au pouvoir, la même chose se produise dans l’autre sens. Ce sera donc quelque chose de déjà vu en quelque sorte. Mais je ne suis pas devin et nous verrons bien.

    – La rentrée sera peut-être chaude, je ne sais pas, mais ne vous déplaise François Hollande ira au bout de son mandat, je ne vois pas ce qui pourrait l’empêcher de terminer son mandat

    – Tous les éditorialistes ne s’accordent pas à dire que Sarkozy sera le prochain président, c’est faux. Et Marine LE PEN ne sera pas la prochaine présidente. Par contre il est malheureusement possible qu’elle soit au second tour, la progression du FN est effectivement très inquiétante, et il faut un travail de conviction et d’argumentation contre le FN, montrer qu’il ne fait que du populisme et un langage facile alors que les problèmes sont complexes, doivent être traités avec intelligence et non sans tomber dans une facilité, une haine facile et qui n’apporte rien, il faut montrer que les solutions que le FN propose sont déconnectés de la réalité et absolument pas efficaces. Et il faut améliorer la situation et les perspectives économiques pour combattre la désespérance sociale.

  3. Je trouve que vous êtes sèvère. Hollande a au moins le courage d’aller à la rencontre de la population et d’entendre ce que les français ont a dire.Il a correctement répondu à cette dame en lui disant: » C’est pour cela que je suis là, en se rendant au pôle emploi » et je pense qu’il comprend parfaitement la détresse des gens

Les commentaires sont fermés.