Point presse à l’issue de la réunion de l’Eurogroupe de ce jour

J’ai tenu un point presse ce soir à Bruxelles à l’issue de la réunion de l’Eurogroupe. Retrouvez les enjeux de cette réunion, les précisions sur les discussions du jour, et les réponses aux questions dans les vidéos ci-après.

Partie 1/5 :

Partie 2/5 :

Partie 3/5 :

Partie 4/5 :

Partie 5/5 :

 

Une réflexion au sujet de « Point presse à l’issue de la réunion de l’Eurogroupe de ce jour »

  1. S’il y a deux ans au moment des primaires on nous avait dit que Hollande allait dealer avec le Medef en dehors des syndicats, que ce Medef demanderai 50 puis 100 puis 116Mds d’allègement d’impôt, de ne pas être entravé, qu’on n’exige absolument rien de lui ( en gros pas d’impot, pas de contrainte, pas d’exigeance demantelement du service public et il s’il faut lever de l’impot le faire sur les menages et pas les riche car cela pourrait nous impacter) et sans qu’en face on leur envoie au moins une savate en pleine figure, si on nous avez dit qu’a coté de cette « politique de l’offre » qui n’a ni queue ni tête sans aucune logique on verrai un Cameroun qui « sanctuarise » le pouvoir d’achat et l’Allemagne de Merkel mettre en place un smic et que la bundesbank propose de taxer les riches pour les pays en difficulté on aurait voté en masse pour Aubry, mais quelle erreur!

    Et en plus ce matin on apprend que l’Elysée est conseillé non pas par Krugman ou Stiglitz non par Peter Hartz et père des lois Hartz et là on se dit que non seulement Hollande ne veut pas se faire réélire pour 2017, non seulement il ne veut pas d’une majorité de gauche réélue mais il fait en sorte que la gauche ne se relève pas pour les 30 ans à venir. Ce n’est pas possible autrement.

    J’aimerai bien que quelqu’un du gouvernement me dise dans quelle théorie économique c’est au gouvernement à compenser les marges des entreprises privée? D’autant plus qu’on apprend qu’aujourd’hui que les entreprises françaises ont une bonne trésorerie qu’elles se sont désendetté mais qu’elles ne veulent pas investir. Du marxisme jusqu’au néo libéralisme de l’école de Chicago aucune mais vraiment aucune théorie économique ne propose que se soit à l’état de compenser les marges des entreprises, on délire complètement.

    Je ne dis pas qu’il ne faut créer un environnement business friendly mais cela se fait avec les entrepreneurs qui veulent avancer comme Niel, Bertin Nahum, Georges Larnicol voire Pierre Bergé mais pas les rentiers héritier du Medef ni ne savent que réclamer et râler matin, midi et soir. Mais le plus important c’est de s’occuper des gens, comment faire pour améliorer le sort des millions de travailleur pas de leur patron qui n’en ont pas besoin, d’aider les ménages à s’en sortir.

    On a +900000 de pauvres, cela veut dire que la gauche non seulement gère la misère sans la combattre mais en plus abandonne des pans entier de la population. On apprend aussi que parmi ces pauvre + de 56% sont des mères célibataires et 1/3 de celles ci vivent en dessous du seuil de pauvreté, c’est là qu’il faut mettre le paquet.

    Un environnement business friendly se cree en creant de l’activité, changer les regles fiscales creera de l’activité, la modernisation du service publique et notamment le secteur de santé creera de l’activité, la mutation technologique et écologique creera de l’activité c’est pour cela qu’il faut revenir au bon sens du projet présidentielle:
    -Une bonne mise à plat fiscale qui doit se faire non pas dans 10 ans mais dans les 6 mois maxi voire moins pour donner aux entreprises une stabilité fiscale et du pouvoir d’achat aux ménages
    -Revenir à compétitivité hors cout
    -Continuer le travail au niveau des filières
    -Renovation du service public et le rendre encore plus accessible
    -Se reconcilier aussi avec les syndicats

Les commentaires sont fermés.