Dans les médias

Articles de janvier 2015


Déclarations aujourd’hui sur la Grèce à mon arrivée à l’Eurogroupe

Catégorie : Actualité,Commission européenne,Europe / International,Vidéos | Par pierre.moscovici | 26/01/2015 à 13:41

La Commission européenne respecte pleinement le choix démocratique et souverain du peuple grec. Mes déclarations aujourd’hui sur la Grèce à mon arrivée à l’Eurogroupe à voir ci-dessous.


The European Commission fully respects the sovereign and democratic choice of the Greek people. Eurogroup doorstep video here.

 


Interview sur la Radio Télévision Suisse RTS

Catégorie : Actualité,Europe / International,Vidéos | Par pierre.moscovici | 23/01/2015 à 11:36

J’ai répondu hier, au Forum économique mondial de Davos, aux questions de Darius Rochebin pour la Radio Télévision Suisse RTS. Je me suis exprimé sur l’économie européenne, la Banque centrale européenne,  la nécessité de réformes en Europe pour plus de croissance, d’investissement et d’emplois, ou encore la Grèce.

A (re)voir ci-dessous,  la vidéo de cette interview :


Discours à Bruegel aujourd’hui sur l’approfondissement de l’Union économique et monétaire

Catégorie : Actualité,Europe / International | Par pierre.moscovici | 19/01/2015 à 19:01

Je suis convaincu de la nécessité d’une Union européenne plus intégrée, en particulier pour l’Union économique et monétaire (UEM). J’ai présenté aujourd’hui à Bruegel ma vision de l’approndissement de l’UEM et ses enjeux à court, moyen et long terme.

A lire ci-dessous, mon discours prononcé ce jour :

Deepening the Economic and Monetary Union

Speech at Bruegel – January 19th 2015

Thank you for inviting me at BRUEGEL.

I’m very happy to have the occasion to speak here for the first time since I moved to Brussels in November.

Let me begin by saying how useful high quality and truly European think tanks like BRUEGEL are, for the quality of policy making and democracy in Europe.

I am very much looking forward to good intellectual cooperation and exchange with think tanks over the mandate of this Commission, and in particular in the field of Economic and financial affairs.

I am very much looking forward to good intellectual cooperation and exchange with think tanks over the mandate of this Commission, and in particular in the field of Economic and financial affairs.

I have been asked to give my views on how « Deepening the EMU » could take place over the coming months and years. Therefore, I will express my personal ideas, which does not necessarily reflect the views of the European Commission.

*        *        *

The economic and monetary union architecture was quite substantially reinforced over the last five years, in response to the crisis.

As you know, the economic and monetary union architecture was quite substantially reinforced over the last five years, in response to the crisis, and most of the time without the luxury of time to design and implement optimal solutions. The priority was to stabilize the EMU – and that was right and was largely achieved.

We are now entering a new period where the acute phase of the crisis is over. We can now take the time to take stock of our past actions, and think about how to design a permanently stable and balanced EMU.

The time of firefighters is behind us, now is the time for architects.

This is not a reflection for the months to come, it is a reflection for the years to come. My conviction is that this work is absolutely necessary.

We are the Commission of the last chance – we have to deliver to secure the legitimacy of the European project. Of course, this means acting today – what we have done in the last two months is already very substantial (Juncker Plan, flexibilities, Greece…). But this means also thinking about tomorrow.

Maybe this Commission will only lay ground for future changes under future Commissions – but this Commission cannot stay idle, we have to show the way.

A mandate was given to the « four presidents » by the October Euro summit to prepare next steps on better economic governance in the euro area. The Commission’s Blueprint for a Deep and Genuine EMU, as published in November 2012, remains an important basis for the work in this regard.

But please let me share more personal views on how we should prepare the needed changes.

*        *        *

The first important pillar is a shared understanding of what went wrong in the crisis, and in the response to the crisis. It is time, now that a new team is in charge, to have a lucid and critical look into the past.

The second step is to agree on the main broad features a balanced and sustainable EMU should possess over the medium run.

Only then, can we envisage a multistage process to move towards genuinely deepening the EMU.

Short term reactions will not lead to satisfactory outcomes.

All the ambitious and successful endeavors of the European integration have taken place over long periods of time but with a clear view to where we were heading. The initial EMU was designed and implemented this way over ten years.

Deepening the EMU will not happen overnight.

The method of small steps, advocated by MONNET, might still be the right approach, but it cannot be the alibi for unclear end goals.

*        *        *

 

Over the past years the EU has been experiencing the largest crisis since the nineteen thirties. Euro area GDP saw an unprecedented drop of 4.4% in 2009 and recovery of the EU economy since the recession in 2008-09 has been slower than any other recovery in the post-World War II period, on both sides of the Atlantic.

The crisis in the euro area has seen great depths, with euro area Member States losing market access and entering into emergency assistance programs, and even fears about a euro area breakup.

Overall we are just exiting six years of average almost zero growth…

With hindsight it is now clear that the flawed setup of Economic and Monetary Union contributed to the emergence and depth of the crisis.

With hindsight it is now clear that the flawed setup of Economic and Monetary Union contributed to the emergence and depth of the crisis.

The original EMU setup – developed under the Maastricht Treaty – consisted of a common monetary policy under the European Central Bank, combined with national decision-making on fiscal issues.

The framework is the Stability and Growth pact, an open method of coordination for national economic policies, financial market supervision and regulation remaining a competence of the national level.

When launching the euro, it was generally assumed that the single currency would foster growth. While there were doubts whether the euro area was an optimum currency area, it was believed that the euro itself would increase cyclical convergence.

Also, many believed that the euro would bring further convergence in Member States’ economic structures and policies and that it would fuel cross-border integration and growth. While the euro has indeed created some positive integration effects (for instance on trade and prices), forces of divergence prevailed.

In a nutshell, the crisis exposed important deficiencies in the structure of the EMU. The EMU governance failed on two accounts: effective crisis prevention and effective crisis resolution.

Lack of effective crisis prevention

The EMU setup proved unable to incentivise the build-up of fiscal buffers in good times. Lire la suite


Rencontre avec le Premier ministre du Québec Philippe Couillard aujourd’hui

Catégorie : Actualité,Europe / International,Vidéos | Par pierre.moscovici | 19/01/2015 à 17:23

J’ai rencontré aujourd’hui à la Commission européenne le Premier ministre du Québec Philippe Couillard. Nous avons souligné les relations de confiance et d’amitié qui unissent l’Europe et le Québec, ainsi que l’importance de l’Accord économique et commercial global entre l’Union européenne et le Canada. Cette initiative commerciale ambitieuse permettra d’ouvrir de nouveaux marchés et de créer des opportunités importantes de croissance, d’investissement et d’emploi mutuellement bénéfiques.

Quelques extraits du point presse donné à cette occasion :


Vidéo de voeux pour 2015

Catégorie : Actualité,Europe / International,Vidéos | Par pierre.moscovici | 18/01/2015 à 18:52
Commentaires fermés

Je présente à chacune et à chacun mes meilleurs vœux pour 2015 : une année de réussites, une année d’avancées en France et en Europe, une année de la confiance retrouvée.

Pour cette nouvelle année, nous avons conscience que la Commission Juncker a un rôle majeur à jouer dans la réorientation du projet européen. C’est sur les résultats que nous serons jugés, et je suis chaque jour mobilisé – en 2015 plus que jamais – au service de ce combat. Vous pouvez compter sur ma détermination à renforcer en Europe l’écoute des citoyens et les succès visibles au service des Européens.

Voici la vidéo que je vous adresse en ce sens :

 


Invité de l’émission « L’économie en questions » sur France Culture

Catégorie : Actualité,Europe / International | Par pierre.moscovici | 18/01/2015 à 18:23
Commentaires fermés

J’étais ce samedi 17 janvier l’invité de l’émission « L’économie en questions » sur France Culture, présentée par Dominique Rousset. J’ai échangé avec quatre économistes pendant une heure sur la politique économique de la nouvelle Commission européenne, sur l’économie française, européenne et internationale, et sur les dossiers économiques et fiscaux que je porte au sein du Collège.

Je vous invite à réécouter ci-dessous les débats avec Philippe Askenazy, Nicolas Baverez, Olivier Pastré, et Xavier Timbeau :


Plus de flexibilité pour plus d’investissement et de réformes en Europe

Catégorie : Actualité,Europe / International,Réflexions | Par pierre.moscovici | 16/01/2015 à 19:49

Plus de flexibilité pour plus d’investissement et de réformes en Europe

 

Je reprends la plume sur ce blog, en ce début d’année, poursuivant nos rendez-vous réguliers sous forme de billets personnels.

Je tiens tout d’abord à vous présenter mes vœux les plus sincères. Nous avons vécu un début d’année terrible, entaché de manière indélébile par des actes terroristes, barbares et atroces. Nous pouvons formuler le souhait que la France – avec le soutien de l’Europe et du monde – sorte de cette période tragique plus forte, plus unie, plus soudée, disant d’une même voix notre défense de la liberté de la presse et d’expression, la protection de nos valeurs communes, et notre volonté de vivre ensemble. Elle a su faire face, derrière le Président de la République et le Premier ministre, et montrer à tous la force de sa démocratie, de ses valeurs. La solidarité européenne qui s’est exprimée ces derniers jours, jusque dans les rues de Paris, devenue le « 11 janvier » comme l’a dit François Hollande la « capitale du monde », est la plus belle preuve de notre unité et de la prégnance d’un projet partagé entre Européens.

J’ai présenté ce mardi au Parlement européen à Strasbourg, aux côtés de Valdis Dombrovskis, une communication importante de la Commission européenne sur la flexibilité. Je veux ici vous en décrire les principales lignes et revenir sur les principes qui ont guidé son élaboration.

Il s’agit là d’un message puissant de volontarisme de la Commission européenne sur le front de l’investissement. Il traduit, en ce début 2015, l’intensification de nos actions en faveur de la réorientation du projet européen vers la croissance et l’emploi. Il nous est apparu essentiel de favoriser pour les Etats membres de l’Union les investissements et les réformes, conditions essentielles de la relance économique sur l’ensemble du continent. Ces propositions, nous ne les faisons pas pour nous-mêmes ou uniquement à destination des Etats ; nous les engageons car nous sommes convaincus qu’elles seront bénéfiques pour les citoyens européens, eux qui attendent de l’Europe des résultats et des réussites.

Le premier volet sur lequel nous avons avancé cette semaine est celui de la mise en œuvre du plan européen d’investissement. Jyrki Katainen a présenté les détails du Fonds européen pour les investissements stratégiques (EFSI), afin qu’il soit actif dès le deuxième semestre cette année. Ce fonds est une pierre essentielle, une clé de voûte dans la mise en œuvre du plan d’investissement de 315 milliards d’euros sur trois ans, pour financer des projets sélectionnés en fonction de critères objectifs, porteurs de croissance partout en Europe. L’ambition partagée de la Commission européenne et de la Banque européenne d’investissement (BEI) est d’attirer les investisseurs vers le financement de projets d’avenir, utiles aux Européens. Je me suis d’ailleurs rendu ce mercredi à Luxembourg, rencontrant notamment la direction de la BEI. J’ai relevé avec mes interlocuteurs un constat largement partagé : il n’y aura pas de relance durable en Europe sans soutien volontaire à l’investissement. C’est pourquoi nous agissons dès à présent sur ce champ de manière résolue et ambitieuse.

Le deuxième volet – étroitement complémentaire du premier – est la communication sur l’interprétation des règles existantes du Pacte de stabilité et de croissance, que j’ai promue. Ce pacte est au fondement de la gouvernance économique européenne et des engagements pris par les Etats membres en matière de responsabilité budgétaire : il ne s’agit ici en aucun cas d’une modification ou d’une concession sur ses règles effectives, dans le volet préventif mais aussi correctif du Pacte. La prévisibilité de ces dernières et l’égalité de traitement de tous les Etats membres n’en sont en effet que renforcées. L’esprit qui m’anime, comme l’ensemble du collège, est justement de soutenir l’investissement et les réformes structurelles avec une interprétation et une application plus intelligente du Pacte. Cette communication encourage notamment de manière déterminée l’investissement des Etats membres, puisque les contributions des pays au Fonds européen pour les investissements stratégiques ne seront pas comptabilisées lorsque la Commission évaluera les ajustements budgétaires nationaux, sur les critères à la fois de déficits et de dette. Nous ouvrons aussi davantage la clause d’investissement, tournant le dos à une grille de lecture trop rigide et à des critères d’éligibilité qui avaient été fixés en temps de crise. J’ajoute que cette communication prévoit une nouvelle matrice permettant que les ajustements budgétaires attendus par la Commission de la part des Etats membres soient corrélés de manière plus étroite aux conditions économiques cycliques. Elle permet enfin une meilleure prise en compte des réformes structurelles, incitant les Etats membres à mettre en œuvre ces dernières afin de créer des effets positifs et de long terme pour les économies et les citoyens. Le message que nous adressons aux Etats membres est clair : investissez et réformez, pour vous-même et pour l’Europe. Lire la suite


Discours de voeux pour 2015 : une nouvelle année, un nouvel élan en Europe

Catégorie : Actualité,Commission européenne,Europe / International | Par pierre.moscovici | 16/01/2015 à 17:09

J’ai présenté hier mes vœux aux acteurs européens en France, à la Représentation de la Commission européenne à Paris. J‘ai délivré, en ce début 2015, un message de combativité et d’espoir pour l’Europe, une semaine après les attaques barbares qui ont touché la France. J’ai aussi souligné que 2015 doit être une année de réorientation du projet européen vers plus de croissance et plus d’emplois, pour faire de l’Europe des projets une Europe des succès.

Je vous invite à lire ci-dessous mon discours :


UNE NOUVELLE ANNÉE, UN NOUVEL ÉLAN POUR L’EUROPE

15 janvier 2015

Chers amis,

En dépit du contexte tragique que traverse notre pays – ou plutôt peut-être a fortiori compte tenu de ce contexte – j’ai souhaité vous réunir ce soir afin de vous adresser mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année. Je vous remercie d’avoir répondu présent.

Je vois qu’il y a de nombreux journalistes dans cette salle, et je tiens à vous exprimer, après les attaques de la semaine dernière où votre profession a été particulièrement visée, mon soutien entier pour le travail quotidien que vous réalisez, au service de l’information de nos concitoyens. Vous êtes des vigies démocratiques indispensables. La liberté fait partie de la devise de la République française, elle est au cœur de nos démocraties. Elle est pour nos sociétés, au premier chef en Europe, un bien précieux, vital. Et la liberté d’expression, essentielle, doit impérativement être respectée, défendue et s’il le faut protégée. Prendre un crayon ou prendre la plume, informer, débattre, critiquer et éclairer : rien ne doit jamais aller contre cette liberté, aucune pression ne doit jamais censurer les esprits.

Lorsque j’avais envisagé ces vœux en décembre, j’avais à cœur de venir vous transmettre un message de combativité et d’espoir pour l’Europe. Ma volonté est encore plus tenace aujourd’hui.

Depuis le 7 janvier dernier, nous sommes tous Charlie, nous sommes tous Français, nous sommes aussi tous Européens.

La barbarie terroriste qui a coûté la vie à dix-sept personnes la semaine dernière, dont je salue avec émotion la mémoire, est une attaque contre la France, mais pas seulement. C’est une attaque contre nos valeurs fondamentales, contre les libertés sur lesquelles l’Europe s’est bâtie depuis deux siècles. Depuis le 7 janvier dernier, nous sommes tous Charlie, nous sommes tous Français, nous sommes aussi tous Européens. L’Union européenne et chacun de ses Etats-membres se sont tenus aux côtés de la France après ces actes effroyables et continueront de le faire. La présence à Paris, dimanche, du Président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, du Président du Conseil européen, Donald Tusk, de nombreux Chefs d’Etat et de Gouvernement, a été le témoignage de l’incroyable émotion, du puissant mouvement de solidarité qui s’est levé partout sur notre continent, et bien au-delà.

J’ai été fier que des millions de personnes se soient rassemblés sereinement pour faire face à la barbarie, et reconnaissent que Paris ait été, le 11 janvier, comme l’a dit le Président de la République, François Hollande, « la capitale du monde ». Je veux aussi dire aux autorités françaises, que j’ai servies, à quel point leur attitude pendant ces moments difficiles aura fait honneur à la République. L’unité nationale, chacun le sait, n’a qu’un temps, et le débat politique reprendra ses droits – c’est la richesse de nos démocraties ! Mais je souhaite, comme le Premier ministre Manuel Valls, qu’il y ait bien un avant et un après 11 janvier. L’Europe doit aussi tirer de ces évènements des leçons pour l’avenir.

Ceux-ci, d’abord, nous appellent à renforcer encore plus le combat contre toute forme de terreur en Europe. C’est pourquoi, le Président Juncker a annoncé sa volonté de proposer un nouveau programme de lutte contre le terrorisme et le sommet européen du 12 février sera consacré à cet enjeu. La Commission européenne est déterminée à jouer pleinement son rôle, aux côtés des Etats-membres, pour combattre le terrorisme.

Mais, après le temps du recueillement, se posera la question de notre rôle et de notre responsabilité. Ces terroristes sont Français, ils sont Européens, ils ont été élevés sur notre sol. Il faut alors se demander ce qui a échoué, ce qui les a conduits à cette explosion haineuse et destructrice, tout comme ce qui pousse des centaines de jeunes Européens à s’engager dans l’impasse du djihad.

J’évoquais tout à l’heure la combativité et l’espoir. Ils sont plus que jamais d’actualité.

Combativité, car ce drame pose des questions d’éducation, d’intégration, d’emploi, qu’il faudra avoir le courage d’affronter sincèrement afin d’y apporter les meilleures réponses possibles. En tant que Commissaire européen aux Affaires économiques et financières, à la Fiscalité et à l’Union douanière, je ne m’y déroberai pas. Je suis convaincu que lorsque, dans certains endroits, le chômage des jeunes atteint 50%, c’est un échec du projet européen, un danger pour la paix sociale, un terreau pour la désespérance et pour les manipulations qui, ensuite, peuvent engendrer la violence. Et c’est, en toute hypothèse, inacceptable : nous devons un avenir à notre jeunesse.

La nouvelle Commission européenne dont je suis membre s’est fixée comme priorité la relance de l’emploi et de la croissance.

C’est pour cela que la nouvelle Commission européenne dont je suis membre s’est fixée comme priorité la relance de l’emploi et de la croissance. Car l’emploi est une arme de paix. C’est une condition sine qua non pour que nous puissions vivre en harmonie, dans un Etat de droit respecté, autour de projets partagés.

Je veux aussi délivrer un message d’espoir. Car la manière dont tous les peuples européens ont réagi suite à ces attentats, dans une grande et même solidarité, dans une grande et même unité, est bien la preuve que l’Europe existe toujours, qu’elle signifie encore quelque chose, et qu’elle sait faire bloc quand l’essentiel est en danger.

Ceci peut vous apparaître comme une évidence ou un poncif. Et pourtant ! C’est une chance et un espoir que l’Europe soit unie par des valeurs fondamentales et – on l’a vu ce weekend – non négociables. Mais le socle est fragile. Les dernières élections européennes et la montée des populismes attestent que le projet européen est discuté, qu’il a besoin de convaincre les peuples, le peuple européen, pour retrouver toute sa force, pour conserver toute sa légitimité. Les citoyens s’impatientent, ils veulent des progrès rapides et concrets, des réussites tangibles. C’est la raison pour laquelle le Président Juncker a baptisé cette nouvelle Commission européenne « la Commission de la dernière chance ». Soit nous réussissons à répondre aux attentes des citoyens, à relancer véritablement la croissance et l’emploi au cours des cinq prochaines années, soit ils se détourneront définitivement de l’Europe.

*       *

*

La Commission européenne, qui a pris ses fonctions le 1er novembre dernier, a pleinement conscience de cette responsabilité historique, et n’a pas perdu de temps

La Commission européenne, qui a pris ses fonctions le 1er novembre dernier, a pleinement conscience de cette responsabilité historique, et n’a pas perdu de temps, notamment dans le champ économique, au cœur duquel se déploie mon portefeuille.

Dès le mois de novembre, seulement 26 jours après notre entrée en fonctions, nous avons présenté un plan d’investissement de 315 milliards d’euros. Ce plan ambitieux, sans précédent, est voué à combler une partie du déficit actuel dans ce domaine, en soutenant des projets utiles à la croissance, en particulier dans les infrastructures et les secteurs d’avenir. 50 jours plus tard, c’est-à-dire mardi dernier, la Commission a adopté une proposition législative créant un Fonds européen pour les investissements stratégiques. Elle devrait être adoptée par le Parlement européen et le Conseil au printemps afin que le Fonds puisse être opérationnel au second semestre. Ce plan Juncker sera le troisième poumon de l’économie européenne. Il traduit un vrai changement dans notre réponse à la crise : remettre l’économie en route, ce n’est pas seulement assainir les finances publiques et engager les réformes structurelles nécessaires, c’est aussi pouvoir investir dans des secteurs clé avec des effets attendus sur la croissance et l’emploi. Lire la suite