Interview dans la matinale de RTL par Jean-Michel Aphatie

Sur RTL ce matin, j’ai délivré un message à la fois ferme et rassurant sur nos négociations avec les autorités grecques : il est décisif que la Grèce reste dans la zone euro. Nous sommes près de la piste d’atterrissage pour un accord. La volonté politique est partagée.

J’ai aussi répondu aux questions de Jean-Michel Aphatie sur la France et les réformes à poursuivre, ou encore sur la migration.

Voici la vidéo de mon interview :

Pierre Moscovici : « Personne ne veut que la… par rtl-fr

 

Conférence « Trajectoire pour une meilleure politique économique dans l’UE » du Centre européen de stratégie politique

Je vous invite à voir ci-dessous le discours que j’ai prononcé ce matin lors de la conférence organisée par le Centre européen de stratégie politique de la Commission européenne. Le thème de cette conférence était « Trajectoire pour une meilleure politique économique dans l’Union européenne » / ‘Charting a Course for Better Economic Policy in the European Union’.

Mon audition hier à l’Assemblée nationale

J’ai dialogué hier avec les députés français lors d’une audition par la Commission des Finances, la Commission des affaires européennes, et la Commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale.

Nos échanges ont porté sur les perspectives économiques qui s’améliorent au sein de la zone euro et de l’Union européenne, sur les recommandations adressées par la Commission européenne aux Etats Membres, y compris la France, sur la Grèce – avant l’état des dernières discussions -, et enfin sur la fiscalité. J’ai enfin souligné ma volonté d’un dialogue franc et ouvert avec les élus nationaux.

Voici la vidéo de l’intégralité de cette audition :

Mon interview dans la presse quotidienne régionale française EBRA

Je vous invite à lire ci-dessous des extraits de mon interview parue ce jour dans la presse quotidienne régionale du groupe EBRA, dans L’Est Républicain, L’Alsace, Les Dernières nouvelles d’Alsace, Le Progrès, Le Bien Public, Le Républicain Lorrain et Le Dauphiné Libéré.

Je m’y exprime sur l’importance d’un accord avec la Grèce, sur la question du « Brexit », sur mon engagement politique, ou encore sur les réformes à poursuivre en France.

Un « Grexit », sortie de la Grèce de la zone euro, cela reste possible ?

Ce n’est pas un scénario que la Commission considère. Il ne résoudrait rien et poserait des problèmes considérables. L’euro, c’est beaucoup plus qu’une zone de taux de change fixes, c’est une monnaie unique, ce qui suppose l’intégrité et l’irréversibilité. Si un pays venait à quitter la zone euro, ce serait un pas en arrière considérable, nous deviendrions une union réversible, et une simple zone de taux de change fixes. Ce serait un recul du projet politique de l’euro, qui affaiblirait la crédibilité de cette monnaie au niveau international.

[…]

Ne demandez-vous pas au gouvernement grec de faire une politique différente de celle décidée par les électeurs grecs ?

Nous respectons le vote des électeurs grecs. Mais ce gouvernement doit également respecter les engagements pris par l’État grec envers ses partenaires.

Nous respectons le vote des électeurs grecs. Mais ce gouvernement doit également respecter les engagements pris par l’État grec envers ses partenaires. Car sans respect de la discipline commune, il n’y a plus d’euro non plus. L’euro sans la Grèce, c’est la défaisance externe, l’euro sans règle, c’est la défaisance interne. Nous ne voulons ni de l’une, ni de l’autre.

Le Brexit, la sortie du Royaume-Uni, serait également dommageable ?

La place du Royaume-Uni est dans l’Union.

Ce serait un recul pour le Royaume-Uni et une perte pour l’Union. La place du Royaume-Uni est dans l’Union. Il a des demandes, qui doivent être écoutées et débattues, mais il ne s’agit pas non plus de défaire l’Union européenne pour garder le Royaume-Uni. Il faut aborder ce processus de manière sereine.

[…]

La Commission recommande à la France de réformer son marché du travail, de laisser les entreprises déroger sur l’organisation du temps de travail… Est-ce bien son rôle ?

S’agissant de la France, la relation avec le gouvernement est bonne, le dialogue est constructif et constant.

Nos recommandations sont moins nombreuses et moins précises que par le passé. S’agissant de la France, la relation avec le gouvernement est bonne, le dialogue est constructif et constant. Et s’il y a un progrès dont je suis fier, c’est d’avoir contribué à améliorer l’image de la France dans les couloirs du Berlaymont (siège de la Commission). Sur le fond, je n’ai pas changé d’analyse en passant du ministère français de l’Économie à la Commission européenne : je ne supporte pas le “french bashing” (critique de la France, ndlr), c’est mon pays, c’est un grand pays. Mais il faut que la France se bouge, qu’elle se réforme. La reprise est là, mais pour en profiter, il faut davantage de réformes structurelles, notamment du marché du travail.

Serez-vous au congrès du PS à Poitiers ?

Je n’y serai pas, pour des raisons personnelles. Mais je reste un homme politique, je reste socialiste, et serai membre du « Parlement » du Parti socialiste, le Conseil national, si le Congrès le décide.

Invité de la matinale de France Inter – Réponses à Patrick Cohen et aux auditeurs

J’étais ce matin l’invité de la matinale de France Inter. J’ai répondu à 8h20 aux questions de Patrick Cohen, notamment sur la Grèce, la reprise économique en Europe, la France, et mon engagement politique.

Commissaire européen, j’ai un engagement politique, social-démocrate et réformiste. Ma priorité : la croissance et l’emploi.


Pierre Moscovici : « La France n’est pas la… par franceinter

J’ai ensuite répondu aux auditeurs de France Inter dans Interactiv’ sur la fiscalité européenne, la Grèce, la zone euro, le plan européen d’investissement, ou encore la baisse du coût du travail :

Je souhaite ardemment que la Grèce reste dans la zone euro.


Pierre Moscovici : « Je souhaite ardemment que… par franceinter