Interview Corriere della Sera

J’ai accordé une interview au quotidien italien Corriere della Sera, publiée ce vendredi 18 septembre, à l’occasion de mon déplacement à Rome aujourd’hui.

Italie, Grèce, futur de l’Europe, reprise économique, réformes fiscales… toutes mes réponses à lire ci-dessous en italien.

«Conti, l’Italia non è più un sorvegliato speciale»

Il commissario agli Affari economici dell’Unione Europea: «Va riconosciuto lo slancio riformista del governo. Ora aspettiamo di vedere la legge di Stabilità». Oggi è in visita ufficiale a Roma

di Francesca Basso

«Non definirei l’Italia un sorvegliato speciale: è un grande Paese dell’Unione Europea, al quale si applicano le stesse regole che si applicano agli altri». Il commissario Ue agli Affari economici, Pierre Moscovici, oggi è in visita ufficiale a Roma. Il Consiglio dei ministri ha sul tavolo la Nota di aggiornamento al Documento di finanza pubblica (Def) ed entro il 15 ottobre il governo dovrà inviare la legge di Stabilità a Bruxelles. Lo scorso anno abbiamo rischiato la bocciatura e ora stiamo trattando per ottenere altra flessibilità.

Che idea si è fatta la Commissione del taglio delle tasse annunciato da Renzi?
«Mi sento regolarmente con il ministro Pier Carlo Padoan. Va riconosciuto lo slancio riformista del governo. L’Italia sta facendo una serie di riforme che stanno avendo un impatto positivo sulla crescita, sull’occupazione e attirano investimenti. La riforma del mercato del lavoro comincia a dare i frutti. Rimane molto da fare ma la situazione è incoraggiante. Aspettiamo di vedere la legge di Stabilità».

L’Italia è stata il primo Paese a godere della flessibilità prevista dal patto di Stabilità. Ora vorrebbe ricorrervi ancora, usando la clausola sugli investimenti. Che margini ci sono?
«La flessibilità è prevista in caso di crescita negativa di un Paese o sotto il suo potenziale, quando fa riforme importanti o se ha bisogno di una spinta per investire in progetti cofinanziati dai fondi europei e dal Piano Juncker. L’Italia gode già della clausola per le riforme strutturali per lo 0,4% del Pil. Esamineremo la legge di Stabilità in base alle regole europee, tenendo conto di tutti i fattori pertinenti e di un fattore centrale per l’Italia che è l’alto debito pubblico. Tutte le domande eventuali saranno esaminate una volta ricevuto il testo e in base alle nostre previsioni economiche. È troppo presto per pronunciarsi».

I ministri finanziari della Ue vi hanno chiesto di valutare l’impatto economico sui bilanci degli Stati delle misure adottate per far fronte all’emergenza rifugiati. Come intendete intervenire?
«La Commissione è la guardiana dei Trattati, applica le regole del patto di Stabilità. Le regole includono la flessibilità per poter reagire alle circostanze impreviste e agli eventi eccezionali. Ma è troppo presto per dire se la crisi dei rifugiati possa essere considerata rilevante in questa circostanza dal punto di vista dei bilanci pubblici. La Commissione esaminerà la questione con il Consiglio».

L’Europa cambierà rotta sull’austerity?
«Non c’è austerità in Europa. Non c’è in Francia né in Italia. L’austerità si ha quando i salari dei dipendenti pubblici vengono abbassati e i dipendenti statali fortemente diminuiti, quando lo Stato si ritrova incapace di far fronte ai propri obblighi. Invece si stanno facendo le riforme perché lo Stato sia più efficiente e l’economia più competitiva. Sono un socialdemocratico e non ho mai fatto parte del partito dell’austerità ma penso che chi rifiuta le riforme e l’Europa faccia della demagogia. La Germania all’inizio degli anni Duemila ha fatto le riforme strutturali che le hanno permesso di diventare la più forte d’Europa. Non dico che sia l’unico modello, ma senza riforme non c’è crescita né progresso sociale».

Continuer la lecture

The transparency revolution.

The transparency revolution.



Is taxation a poisoned chalice? That is what many told me when I found out – just a year ago – that President Juncker had also given me the taxation portfolio. Numerous Commission proposals languish on the table before Member States, the unanimity rule can lead to crippling paralysis, unlikely and unholy pacts are made to protect various special interests.

This hasn’t held me back, however: when political necessity is at stake, even unanimity can be overcome.

There are three political factors in play today which allow us to move forward, despite unanimity. First, there is political space to create a European fiscal area which would allow companies to enjoy common rules in a unified internal market, instead of struggling with 28 different sets of rules. Second, there is political will to secure stable tax revenues for Member States, given the public deficit and debt situation. Finally, there is public pressure to ensure genuinely fair taxation and to put an end to tax fraud and evasion. The combination of all of these factors provides us with a unique opportunity. We have to seize it! We have to start a revolution of transparency, but also of one of efficiency, competitiveness, justice – just as Europeans expect. This is the challenge that I have signed up to and we are now poised to win on several key proposals. At the European Parliament hearing, which I attended today with President Juncker, we gave a clear signal that this Commission is determined to ensure that our tax projects succeed.

Determination pays off. We are on the verge of agreement on many our projects, including the Financial Transaction Tax, which has been under discussion for more than 5 years. Other files, which have been stuck in Council for years, have now been re-launched – such as the CCCTB, the Common Consolidated Corporate Tax Base. Even our brand new initiatives are already delivering first results.

Cautiously, brick by brick, we are building a fiscally responsible Europe. I want to find the right balance between the absolute necessity to provide companies in the internal market with clear tax rules, and the imperative to fight against harmful practices by a small number of them. The strong support of the European Parliament this morning confirmed this approach.

Here is an overview of the concrete steps we have taken.

We are close to the finishing line on the automatic exchange of information on tax rulings and the FTT:

  • On tax rulings, an agreement in Council – that is to say, amongst Member States’ governments – is within reach for early October. Tax rulings are confirmations that the tax authorities give to a taxpayer on how his tax will be calculated. This, in itself, is neither illegal nor problematic. But if misused, tax rulings can facilitate or even encourage aggressive tax planning, resulting in a serious loss of revenue for Member States. Hence the importance of moving forward quickly on this file, given how hard hit public budgets are already, due to the recent economic crisis. The proposal I presented mid-March is close to agreement. I very much welcome that. Continuer la lecture

Extraits de mon entretien dans L’Opinion

Fiscalité à l’offensive, solutions à la crise des réfugiés, budget français et réformes, Grèce, approfondissement de l’Union économique et monétaire… A lire ci-dessous, des extraits de mon entretien paru dans L’Opinion aujourd’hui.

Entretien par Raphaël Legendre et Isabelle Marchais

Vous êtes auditionné ce jeudi avec Jean-­Claude Juncker par la commission spéciale du Parlement européen sur les rescrits fiscaux. Le président de la Commission avait été fragilisé par le scandale Luxleaks. Dans quel état d’esprit est-­il aujourd’hui ?

Nous avons décidé d’avoir un mandat qui accompagne la révolution fiscale que demandent nos concitoyens : plus de transparence, de justice et d’efficacité.

Serein et offensif. Pour la bonne et simple raison que nous avons décidé d’avoir un mandat qui accompagne la révolution fiscale que demandent nos concitoyens : plus de transparence, de justice et d’efficacité. Il faut absolument contrer les stratégies d’optimisation fiscale agressive, appuyées sur une réglementation complaisante et datée. Cette Commission veut laisser son empreinte en la matière.

Que peut-­on attendre sur les tax rulings ?

Tax rulings : j’attends un accord lors du prochain Conseil Ecofin du 6 octobre.

J’attends un accord lors du prochain Conseil Ecofin du 6 octobre. Trois points sont en discussion, sur lesquels je serai extrêmement ferme. Il faut d’abord une dose de rétroactivité raisonnable. La Commission a proposé dix ans. Ensuite, la Commission doit être au coeur du dispositif. Certains rêvent de l’en sortir pour s’arranger entre administrations amies. Il faut qu’il y ait un régulateur ayant la capacité de faire le lien avec les enquêtes de concurrence et les procédures d’infraction, gérées par les services de la Commission. Enfin, je sens une tentation chez certains de différer l’entrée en vigueur de cette directive à 2017. Ce n’est pas possible. L’OCDE va rendre ses travaux sur le sujet début 2016, il serait incompréhensible que l’Union européenne soit en retard.

[…]

Où en est le projet de taxe sur les transactions financières ?

Taxe sur les transactions financières : j’espère sincèrement un accord avant la fin de l’année : je suis optimiste et volontaire.

L’enjeu est éthique, financier, sociétal. Je défends cette taxe depuis le début, j’en ai été l’un des initiateurs. Nous avons eu samedi dernier, en marge du dernier Conseil Ecofin informel, une réunion avec les onze États membres de la coopération renforcée, et nous avons franchi, dans la discrétion, une étape décisive. La Commission y a beaucoup contribué, politiquement et techniquement. Nous avons désormais un corps de principes communs. La façon dont sera gouvernée la taxe, sa philosophie et sa finalité sont posées. Nous sommes maintenant dans une phase de travail technique pour finaliser les choses. Il reste quelques détails non négligeables à régler, comme le taux. Mais j’espère sincèrement un accord avant la fin de l’année : je suis optimiste et volontaire.

[…]

La France sera-­t-­elle en mesure de respecter le délai de 2017 alors qu’elle n’a pas de filet de sécurité sur le déficit structurel ?

La France est une grande économie qu’il faut remettre en mouvement, qu’il faut réformer.

La France est une grande économie qu’il faut remettre en mouvement, qu’il faut réformer. De ce point de vue, le dialogue est aujourd’hui de très bonne qualité entre Bruxelles et Paris. Sur le déficit structurel, les règles européennes sont très claires. Si la réduction du déficit nominal n’est pas satisfaisante, les États membres doivent réduire leur déficit structurel pour obtenir un délai supplémentaire. C’est ce qui s’est passé avec la France, qui a rempli cette condition. Si cela n’avait pas été le cas, elle aurait été sanctionnée. Aujourd’hui, la trajectoire des finances publiques de la France me paraît crédible, si la croissance est celle prévue et si les efforts sont poursuivis. Le niveau d’effort de réduction des dépenses n’est pas un critère suffisant pour rejeter le projet de budget français, quand le déficit nominal est lui dans les clous. Ce sont les règles.

[…]

La crise des réfugiés ne risque-­t-­elle pas de créer une fracture durable en Europe ?

Crise des réfugiés : il faut absolument trouver une solution européenne, qui permette de lutter contre les peurs et les préjugés.

C’est une crise existentielle pour l’Union européenne, qui met à l’épreuve notre solidarité. Il faut absolument trouver une solution européenne, qui permette de lutter contre les peurs et les préjugés. L’Union européenne ne peut pas être frileuse ou xénophobe, c’est une entité humaniste. Nous devons accueillir ceux qui doivent l’être, c’est-à-dire ceux qui sont les victimes d’exactions, de barbarie, tout en mettant en place des mécanismes de contrôle à nos frontières. Nous devons aussi prendre la mesure économique et budgétaire de cette crise. La Commission est en train de procéder à une analyse technique, juridique et économique de la situation, pour savoir si elle relève d’une circonstance exceptionnelle au sens du Pacte de stabilité.

[…]

L’intégralité de cet entretien est à retrouver ici : http://www.lopinion.fr/16-septembre-2015/pierre-moscovici-crise-refugies-est-crise-existentielle-qui-met-a-l-epreuve

La révolution de la transparence.

La révolution de la transparence.

La fiscalité est-elle un cadeau empoisonné? C’est ce que beaucoup m’ont dit quand j’ai découvert il y a tout juste un an que le Président Juncker me confiait aussi le portefeuille de la fiscalité. De nombreuses propositions de la Commission croupissent sur la table des Etats membres, la règle de l’unanimité est source de paralysie durable, les intérêts particuliers se bloquent dans des alliances improbables et néfastes.

Je ne me suis pas résigné à ce constat: quand la nécessité politique est à l’œuvre, même l’unanimité peut être dépassée.

Trois facteurs politiques nous permettent aujourd’hui d’avancer au-delà de l’unanimité. Il y a une espace politique à creuser pour créer un espace fiscal européen qui permette aux entreprises de profiter de règles communes au lieu de subir 28 règles différentes dans un marché intérieur unifié. Il y a une volonté politique pour garantir aux Etats membres des recettes fiscales stables dans un contexte de déficits et de dettes publiques. Il y a enfin, une pression des opinions publiques pour établir une vraie justice fiscale et mettre un terme à la fraude et à l’évasion fiscales. Tous ces facteurs combinés nous offrent une opportunité unique. Sachons la saisir ! Faisons la révolution de la transparence, mais aussi de l’efficacité, de la compétitivité, de la justice, que nous les Européens attendons. C’est le pari que j’ai fait et que nous sommes en passe de remporter sur plusieurs propositions clés. L’audition au Parlement européen aujourd’hui à laquelle j’ai participé, conjointement avec le Président Juncker, a donné un signe de la détermination de cette Commission à faire aboutir nos projets fiscaux.

La résolution paie. Plusieurs dossiers sont proches du point d’aboutissement, y compris la Taxe sur les Transactions Financières, dont on parle depuis plus de 5 ans. D’autres, enlisés pendant des années au Conseil, sont relancés – c’est le cas de l’ACCIS, l’assiette commune consolidée pour l’impôt sur les sociétés. D’autres encore, qui sont des avancées nouvelles, ont déjà de premiers résultats à leur actif.

Nous construisons une Europe fiscalement responsable, avec minutie, brique après brique. Je veux trouver le juste point d’équilibre entre l’absolue nécessité d’avoir des règles fiscales claires dans le marché intérieur, pour toutes les entreprises, et l’impératif catégorique de lutter contre les pratiques nuisibles d’un petit nombre d’entre elles. L’appui marqué de la représentation européenne ce matin me conforte dans cette démarche.

Tour d’horizon de ces avancées concrètes.

La ligne d’arrivée est proche pour l’échange automatique d’information sur les rescrits fiscaux et la TTF:

  • Sur les rescrits fiscaux, un accord au Conseil – c’est-à-dire avec les gouvernements des Etats Membres – est à portée de main, pour début octobre. Un rescrit fiscal est une confirmation que les autorités fiscales donnent à un contribuable sur la manière dont son impôt sera calculé. En soi, rien d’illégal ni de problématique. Sauf qu’utilisés à mauvais escient, les rescrits peuvent faciliter, voire encourager, la planification fiscale agressive, entraînant de graves pertes de recettes pour les États. D’où l’importance d’avancer vite, au sortir d’une crise qui a lourdement plombé les dettes publiques. La proposition que j’avais avancée mi-mars est proche d’aboutir: je m’en réjouis.

Continuer la lecture

Introduction en commission TAXE et ECON au Parlement européen

Je vous invite à lire ci-dessous mon introduction ce matin, aux côtés du Président Juncker, en commission TAXE et ECON du Parlement européen, sur nos priorités en matière de transparence fiscale.

Remarques pour une plus grande transparence fiscale dans l’Union européenne lors de la réunion conjointe des commissions parlementaires TAXE et ECON

[Seul le prononcé fait foi]

Bruxelles, le 17 septembre 2015

 

Messieurs les Président,

Mesdames et Messieurs les Vice-Présidents,

Mesdames et Messieurs les Députés,

Je souhaite ajouter mes félicitations à celles du Président Juncker, car votre projet de rapport est extrêmement solide.

La fiscalité est une des priorités de cette Commission. Nous avons l’ambition d’une révolution de la transparence, de la simplicité et de l’efficacité.

Comme Jean-Claude l’a mentionné, de nombreux éléments du rapport sont bienvenus. Ils seront une source d’inspiration pour la suite des travaux de la Commission. Je voudrais revenir plus en détail sur trois points: l’ACCIS, la transparence fiscale et l’imposition effective.

ACCIS

Sur l’ACCIS, je suis heureux que la Commission spéciale ait accordé son soutien à la relance du projet.

Comme vous le savez, cette proposition n’a pas progressé aussi rapidement au Conseil qu’elle l’aurait dû. Mais je suis convaincu qu’une relance par étapes permettra d’obtenir au plus vite les nombreux avantages de la proposition.

Par exemple la première étape, au cours de laquelle les discussions se concentrent sur les éléments internationaux, devrait permettre de dégager une approche commune sur l’application des résultats du projet « BEPS » dans l’UE. Elle répond ainsi à votre recommandation d’une action coordonnée des États membres sur les mesures anti-abus.

Par ailleurs, la nouvelle proposition que nous préparons tiendra compte des discussions au Conseil et apportera des améliorations à la proposition initiale, par exemple en améliorant la définition de la recherche-développement, comme vous le demandez, et en traitant la question importante du biais en faveur de l’endettement.

Comme vous, je pense qu’il est grand temps d’agir pour mettre fin aux abus. Et comme vous je suis convaincu que l’ACCIS est le meilleur instrument pour arriver à des résultats probants – y compris en matière de transparence et d’efficacité. Pour ce faire, nous devons préparer une proposition révisée de qualité qui relance l’appétit de négociation des Etats membres – qui est assez faible.

 

Transparence fiscale et Reporting pays par pays

Continuer la lecture

Discours CEPS – Structural reforms, what gains?

J’ai donné hier un discours sur le futur des réformes structurelles en Europe et le rôle des institutions européennes.

En voici le texte ci-dessous, en anglais :

CEPS – « Structural reforms – what gains? »

table ronde: « future of structural reforms – any role for the eu institutions? »

16 septembre 2015

 

[Check against delivery]

 

Ladies and gentlemen,

Dear fellow panellists,

 

Thank you for inviting me to this conference and for giving me the opportunity to discuss the future of structural reforms. I was asked to be concise so I will limit my opening remarks to five observations.

First, a word on the context. Risks and opportunities can be identified:

  • The risk is that today structural reforms are politically demonetized because they have become in many Member States a by-word for painful adjustment with sometimes questionable results. In practice past structural reforms have often been reduced to price competitiveness, and have subsequently materialised as wage moderation if not wage cuts. When applied by all, they mutually offset.
  • The opportunity is that economic policies are no longer governed today by a sense of urgency. The acute phase of the economic crisis is behind us. Now would actually be the right time to take stock, evaluate the legacy of the crisis and design « 2nd generation structural reforms ».

Second, what should be the purpose of « 2nd generation structural reforms »? In my view, their purpose should be to prepare the future. By that I mean that a/ they should be used as instruments to foster economic re-convergence in the euro-area, and b/ they should aim at providing us with the tools to handle our massive debt pile.

Third, what should be the actual substance of these structural reforms 2.0? For me the key word is productivity. Total factor productivity is not quite tantamount to competitiveness. It has a much larger focus. And to me, in today’s Europe, productivity is 100% about human capital, i.e. education. Education in the broader sense of course – that is, primary education, university education which directly impacts the level of R&D, and vocational training of workers, the unemployed and migrants.

Flexisecurity is in my view the other pillar of 2nd generation structural reforms. Allowing jobs to disappear, because workers are protected, is allowing growth to happen in a process of creative destruction. But flexisecurity only makes sense in a context where quality education, worker mobility and re-skilling of workers are a reality.

Continuer la lecture

Echange de vues en Commission ECON du Parlement européen – Suites du rapport des 5 Présidents sur l’UEM

Je vous invite à lire ci-dessous mon discours d’introduction ce matin en Commission ECON au Parlement européen, sur les suites à donner au rapport des 5 Présidents sur l’Union économique et monétaire.

Commission des affaires economiques et monétaires

Suites à donner au rapport des 5 presidents

Parlement européen – 15 septembre 2015

[Seul le prononcé fait foi]

Monsieur le Président, cher Roberto,

Mesdames et Messieurs les Députés,

Je vous remercie moi aussi pour cette invitation, que j’ai comme toujours acceptée avec plaisir. J’ai eu l’occasion de le dire devant cette commission en juillet, et à certains de manière bilatérale: je pense – j’espère – que nous nous verrons plus souvent cette année.

C’est une invitation qui tombe à pic. Comme Valdis l’a indiqué, nous sommes en train de mener nos consultations – cette audition en fait partie -, de structurer la réflexion et de mettre sur pied les procédures internes pour avancer. C’est une phase un peu administrative, avec du « mapping« , l’identification et la discussion des différentes options, la création de groupes de travail etc. Tout cela n’est pas très visible pour l’extérieur mais cela ne veut pas dire qu’il ne se passe rien. L’Eurogroupe a discuté vendredi dernier du suivi des rapports, Valdis et moi-même venons d’avoir une réunion à ce sujet il y a tout juste deux jours…Bref, cet échange tombe bien, il va nous permettre à tous les deux d’entendre vos vues dans cette phase clé de structuration des travaux.

Nous voulons prendre le temps cet automne, avec Valdis, de préparer le terrain et de faire des propositions à la fois correctement expertisées et politiquement robustes. Puisque les options sont encore très ouvertes, vous comprendrez que j’aie aujourd’hui plus de questions pour vous que de réponses. Je veux néanmoins poser ici quelques jalons, et récolter aussi vos réactions. Vous avez déjà fait plusieurs propositions avant l’été dans le rapport Bérès, je ne les oublie pas, elles font bien sûr partie des éléments que nous prenons en considération.

L’Union Economique et Monétaire est aujourd’hui au milieu du gué. Les peuples des 19 Etats membres considèrent l’euro comme leur monnaie et ne veulent pas revenir en arrière. Mais la crise que nous venons de traverser avec la Grèce le montre: la gouvernance de la monnaie commune n’est pas soutenable dans la durée : ni d’un point de vue économique, ni et c’est encore plus grave, d’un point de vue démocratique.

Le Rapport « Des Cinq Présidents » trace une voie que je crois équilibrée vers une architecture rénovée. Nous devons le mettre en œuvre sans attendre et faire les bonnes propositions pour avoir une chance de transformer l’essai politique en succès économique.

Cette voie est équilibrée car elle propose deux phases, successives mais complémentaires. La première phase met l’accent sur la croissance et la re-convergence de nos économies. La deuxième phase propose un approfondissement en matière de solidarité et de renouveau démocratique. Le tout forme un équilibre global, cohérent, qui a une valeur en tant que tel.

Je voudrais donc soumettre ici à votre appréciation une conviction personnelle: il ne faut pas perdre de vue la phase 2, qui est le point d’aboutissement véritable du projet et qui lui donne son sens politique, pour les Etats membres et pour les citoyens.

 

A partir de là, quelle pourrait être la bonne manière d’avancer?

 

Concernant la phase 1, je partage avec vous quelques observations, inspirées par mes échanges de l’été, ou plus récents, avec certains parlementaires:

  • La finalisation de l’Union bancaire fera figure de test de notre volonté et de notre crédibilité, et en particulier la mise en place d’un troisième pilier crédible (garantie européenne des dépôts). A mes yeux l’Union bancaire n’est pas seulement une construction financière; dans son troisième pilier, elle représente aussi un élément important en termes de solidarité intra-européenne. Le Président Juncker a, sur ce point, donné des indications claires de sa volonté d’avancer vite pendant le discours sur l’Etat de l’Union, que vous aurez certainement relevés.
  • Nous nous interrogeons aussi sur le mandat et les contours des autorités nationales de la concurrence. A mes yeux, elles doivent renforcer la crédibilité et la mise en œuvre de nos recommandations en matière de compétitivité. Il y a des discussions, au sein de votre commission, sur le degré d’appropriation des recommandations [rapport Rosati sur la mise en œuvre du Semestre européen]. C’est un objectif que je partage, et les autorités de concurrence pourraient être de nouveaux organes utiles à mobiliser dans cette optique.

Deux questions sont à trancher concernant ces autorités:

  • Quel mandat voulons-nous leur donner? La compétitivité a de nombreuses composantes, y compris la productivité: pour moi un mandat large serait mieux à même de les couvrir.
  • Et quelles formes devraient-elles prendre? Ici, ma suggestion serait de faire preuve d’un grand pragmatisme, et d’éviter le « one size fits all » qui nous expose si facilement à la critique et à l’absence d’appropriation dans les Etats membres.
  • Un autre élément de la phase 1 concerne la mise en place d’un conseil budgétaire européen, au sein ou auprès de la Commission, indépendant du Commissaire. Les mêmes questions se posent: quelle forme, quel mandat?

  • Il est possible d’avoir des structures indépendantes attachées à notre institution(l’OLAF est un bon exemple). Il faut aussi veiller à être cohérent sur le court et le long terme: il serait saugrenu de proposer d’externaliser dès maintenant les composantes d’un futur Trésor européen qui devrait forcément être basé dans la Commission. Ainsi, de la même manière que l’on travaille actuellement à essayer de ramener à terme le Mécanisme Européen de Stabilité (MES), qui est intergouvernemental, dans le cadre communautaire, je crois qu’il serait paradoxal de proposer d’externaliser totalement cette future instance budgétaire.

  • En revanche, nous pouvons avoir besoin d’une voix respectée et indépendante qui parfois nous interroge sur le sens économique de nos décisions, dans le respect de nos règles communes bien entendu. La valeur ajoutée du Conseil pourrait donc être de renforcer la qualité de la coordination et de la surveillance budgétaire confiée à la Commission par les Traités.
  • Enfin cette phase 1 pourrait être porteuse d’un message clair de convergence par le haut. Votre commission se penche actuellement sur la mise en œuvre du Semestre Européen, et j’espère que cela nous permettra d’alimenter notre réflexion [rapport Rosati]. Je profite de cet échange pour évoquer quelques points, que vos travaux couvriront peut-être. Comment rendre le Semestre Européen plus « intelligent », c’est-à-dire à la fois plus stratégique moins intrusif? Comment renforcer la MIP, pour en faire à la fois un instrument à la fois plus symétrique et plus transparente? Cela n’épuise évidemment pas le débat, bien sûr.

Continuer la lecture

Déclaration à l’arrivée de l’ECOFIN informel à Luxembourg

A voir ci-dessous, ma déclaration avant la réunion informelle ECOFIN à Luxembourg des ministres des Etats membres de l’Union européenne.

Je m’exprime sur la taxation effective des profits là où ils sont créés, la nécessité d’aboutir rapidement à un accord sur l’échange automatique des rescrits fiscaux, l’approfondissement de l’Union économique et monétaire, et la crise des réfugiés.

La crise des réfugiés est une crise existentielle pour l’Europe. Contre le repli, la réponse doit être européenne, humaine, efficace.