Climate finance: Supporting the global shift to climate-smart economies

Je vous invite à lire ci-dessous la tribune sur le financement climatique commune rédigée avec Miguel Arias Cañete, Commissaire européen pour l’Action climatique et l’Energie, et avec Neven Mimica, Commissaire européen pour la coopération internationale et le Développement. Une version française a été publiée ce jour dans Les Echos.

Climate finance: Supporting the global shift to climate-smart economies

By Pierre Moscovici, EU Commissioner for Economic and Financial Affairs, Taxation and Customs, Miguel Arias Cañete, EU Commissioner for Climate Action and Energy and Neven Mimica, EU Commissioner for International Cooperation and Development

The 2009 Copenhagen climate summit failed to live up to expectations on many fronts. But it did see the rich world make an important commitment: to provide $100bn by 2020 to help developing countries combat and adapt to climate change.

Last Friday, in the margins of the IMF annual meetings in Lima, finance ministers will take stock of progress towards that goal. This is a crucial milestone on the road to the crucial UN conference on climate change starting in Paris on 30 November.

The transition towards climate-friendly economies is both a huge global challenge and a unique opportunity to refocus and revitalise growth

The transition towards climate-friendly economies is both a huge global challenge and a unique opportunity to refocus and revitalise growth. To achieve a successful outcome in Paris, the poorest and most vulnerable countries need to know that they will receive continued support from their global partners.

The European Union and its Member States are the largest providers of international climate finance, delivering €9.5 billion in 2013. The EU budget alone will more than double grants for climate action in developing countries by 2020 to €2 billion per year, with the European Investment Bank providing a further €2 billion per year.

Since the summer, we have seen further climate finance pledges from Europe.

Since the summer, we have seen further climate finance pledges from Europe. The UK will deliver £5.8 billion between 2016 and 2021; France will increase its annual climate finance to €5 billion by 2020; Germany will double its climate finance from 2014 levels to €4 billion of grants and €3 billion of loans a year by 2020.

This funding is already making a difference on the ground. An EU-funded programme is helping to integrate climate change into development policies in Latin America. In small island developing states and the poorest African countries, the EU is helping to reduce risks from climate-related disasters like cyclones, floods, and droughts. And €350 million from the EU budget will also support action to adapt to climate change in vulnerable countries through the Global Climate Change Alliance.

The world simply cannot fight climate change effectively without major emerging economies committing.

Continuer la lecture

On the road to Lima.

On the road to Lima.

This week, I have a different role from usual, and it is taking me to Lima, Peru: international economic coordination. The portfolio of economic and financial affairs is European by nature and is centred on its core, which is the Eurozone. But Europe is not an isolated island! It is the foremost economic hub in the world, strongly integrated in international trade flows, and takes the lead in many issues such as climate change, taxation and development aid. In the debate on global economic governance, Europe always makes sure that its voice is heard.

This week in Lima, it is Europe’s leadership in these areas that I wish to assert.

This week in Lima, it is Europe’s leadership in these areas that I wish to assert. The meetings I will take part in will focus on three challenges in which Europe plays a crucial role.

Lima is a step on the way to COP21 and an occasion to highlight our will and our commitment as Europeans to fight climate change with economic means – climate finance.

First, Lima is a step on the way to COP21 and an occasion to highlight our will and our commitment as Europeans to fight climate change with economic means – climate finance. The 21st Conference of Parties to the United Nations Framework Convention on Climate Change will take place in December in Paris. It is a major political event which has to lead to a new international agreement on climate in order to stop global temperatures rising by more than 2° celsius. Each country has to publish, as soon as possible and before December, a contribution showing what has been done at the national level to achieve this goal. The other objective targeted by Paris, which will be chairing and hosting the conference, is the mobilisation by 2020 of over USD 100 billion per year from developed countries to help developing countries adapt to and fight climate change.

In Lima, I want to speed things up with voluntary positioning and I want to put all my energy into reaching a global and binding agreement in December. Europe has historically been proactive on climate issues. Europe is committed to ensuring the respect of its priorities for this historical event and remains fully committed to funding the fight against climate change, as I am in charge of the finance portfolio in the European Commission. We are expecting Member States to share their plans for climate funding for the period 2015-2017. Regarding the post-2020 period, challenges are much more complex. The question of a new concrete objective will probably be a key point during the Paris meeting. I am deeply convinced that major emerging countries have the capacity, and also the duty, to fully take part in the actions for the next decade. We have to be examples to follow!

Second challenge: taxation. Finance Ministers and central bank governors from the G20 will assess a report from the OECD on Base Erosion and Profit Shifting (BEPS). It tackles abusive corporate practices such as profit minimisation strategies by multinational firms to lower their tax bills. Again, this is not only a European matter. As the president of World Bank highlighted last week: « Certain companies are using elaborate strategies in order to avoid paying taxes in the countries where they have their activities. It is a form of corruption that harms poor populations ». These strategies cost poor countries roughly USD 100 billion a year in lost tax revenues. Fighting these strategies would be worth far more to poor countries than what they receive in development aid.

I will make sure in Lima that the conclusions of BEPS work will be quickly implemented and with the ambition it deserves, as BEPS work fully corresponds to the work I am carrying out for the European Union.

I will make sure in Lima that the conclusions of BEPS work will be quickly implemented and with the ambition it deserves, as BEPS work fully corresponds to the work I am carrying out for the European Union. Head of States and governments of the G20 are going to meet in Antalya in Turkey on November 15th: it is essential that their Finance Ministers, meeting this week in Lima, show ambition and send a positive signal for the deployment of BEPS actions. When it comes to transparency and unfair tax competition, cooperation between countries is indispensible. Europe is being proactive leading the way, leaving others in its wake.

I will have the occasion to explain the progress we have made on automatic exchange of information on tax rulings, and I will continue to advocate for a coordinatedapproach a tax heavens.

Continuer la lecture

Sur la route de Lima.

Sur la route de Lima.

Je mets cette semaine une casquette moins connue du grand public, celle qui m’emmène sur la route de Lima, au Pérou : la coordination économique internationale. On y pense peu, car le portefeuille des affaires économiques et financières est européen par nature, autour du cœur que constitue la zone euro. Mais l’Europe n’est pas une entité isolée ! Elle est le premier pôle économique au monde, fortement intégré dans le commerce international, et en pointe sur de nombreux sujets – de la fiscalité au climat en passant par l’aide au développement. Dans ce qui tient lieu aujourd’hui d’embryon de gouvernance mondiale, l’Europe fait toujours entendre une voix singulière.

A Lima, c’est ce leadership européen que j’affirmerai sur la scène internationale.

A Lima, c’est ce leadership européen que j’affirmerai sur la scène internationale. Les réunions auxquelles je participerai se concentreront sur trois grands enjeux où l’Europe joue le rôle d’aiguillon.

Lima est une étape dans la préparation de la COP21, et l’occasion de marquer la volonté et l’engagement des Européens en matière de financement contre le changement climatique.

Tout d’abord, Lima est une étape dans la préparation de la COP21, et l’occasion de marquer la volonté et l’engagement des Européens en matière de financement contre le changement climatique. La 21ème conférence des parties de la Convention-cadre des Nations-Unies sur le changement climatique aura lieu en décembre à Paris: c’est un rendez-vous crucial, qui doit aboutir à un nouvel accord international sur le climat pour contenir le réchauffement global à 2°. Chaque pays doit publier, dès que possible et a fortiori avant décembre, une contribution présentant ses efforts nationaux. L’autre objectif visé par Paris – qui présidera la conférence – est la mobilisation de 100 milliards de dollars par an par les pays développés, de source publique et privée, d’ici 2020, pour aider les pays en développement à lutter contre le dérèglement climatique.

L’Europe est historiquement proactive sur la question climatique. Elle aura à cœur de respecter ses engagements pour ce rendez-vous historique.

A Lima, je veux mettre le pied sur l’accélérateur, avec des positions volontaires, et mettre toute mon énergie en vue d’un accord global et contraignant en décembre. L’Europe est historiquement proactive sur la question climatique. Elle aura à cœur de respecter ses engagements pour ce rendez-vous historique, et reste totalement mobilisée sur la question du financement, pour laquelle je suis chef de file au sein de la Commission. Nous attendons des Etats Membres qu’ils nous communiquent leurs plans pour le financement climatique pour la période 2015-2017. Pour l’après-2020, les enjeux sont plus complexes, la question d’un nouvel objectif chiffré sera probablement un point clé de la discussion à Paris. J’ai la conviction que les grandes économies émergentes ont la capacité et le devoir de prendre pleinement leur part dans cet effort. Plus les Européens seront à la hauteur de leurs engagements financiers d’ici 2020, plus ils pourront demander à leurs partenaires de monter en puissance à leur tour dans la prochaine décennie. Nous devons être exemplaires pour convaincre !

Deuxième enjeu : la fiscalité. Les ministres des finances du G20 et les gouverneurs des banques centrales vont examiner le rapport de l’OCDE sur BEPS.

Deuxième enjeu: la fiscalité. Les ministres des finances du G20 et les gouverneurs des banques centrales vont examiner le rapport de l’OCDE sur l’érosion de la base d’imposition et le transfert de bénéfices (initiative plus connue sous son acronyme anglais, « BEPS »). Les travaux BEPS qui viennent de se conclure à Paris s’attaquent – entre autres – aux pratiques abusives de minimisation des profits par les grandes entreprises. Là encore, ce n’est pas une conversation à avoir seulement entre Européens. Comme l’a souligné avec justesse le Président de la Banque Mondiale la semaine dernière : « Certaines entreprises utilisent des stratégies élaborées afin de ne pas payer de taxes dans les pays où elles sont présentes. C’est une forme de corruption qui touche les populations pauvres« . Ces stratégies font perdre chaque année quelque 100 milliards de dollars de recettes aux pays pauvres : les contrer permettrait donc de faire entrer dans les caisses des pays pauvres des sommes sans comparaison avec celles reçues au titre de l’aide au développement.

Continuer la lecture

Déclaration vidéo sur l’accord sur les Tax Rulings

Je vous adresse ci-dessous un message vidéo en anglais sur l’accord sur les Tax Rulings conclu aujourd’hui en réunion ECOFIN.

Je vois dans cet accord un premier pas très important dans notre révolution de la transparence fiscale. Il s’agit d’une avancée majeure dans la lutte contre l’optimisation fiscale agressive, qui rendra la fiscalité des entreprises plus transparente et assurera une concurrence plus loyale, au profit tant des entreprises que des consommateurs.

Voici ma déclaration vidéo ci-dessous :

Déclaration du Commissaire européen Pierre… par pierremoscovici2
 

Conférence de presse post-ECOFIN : Tax Rulings et financement climatique

A voir ci-dessous, la vidéo de mes déclarations en conférence de presse post-ECOFIN à Luxembourg.

Je m’y exprime sur l’accord conclu aujourd’hui sur l’échange automatique d’informations en matière de tax rulings, et sur le financement climatique, en amont de mon déplacement cette semaine à Lima.

Tax Rulings : je veux remercier tous les États membres, et en particulier la présidence luxembourgeoise, pour cet accord, une réussite que je qualifierais d’historique.

Conférence de presse post-Eurogroupe : Grèce, Espagne, secteur des services

En conférence de presse à l’issue de la réunion de l’Eurogroupe ce jour, je me suis exprimé sur la Grèce, sur l’Espagne, et sur la réforme du secteur des services.

Je tiens à souligner la volonté de la Commission de continuer à collaborer étroitement avec les autorités grecques pour remettre le pays sur la voie de la croissance et de l’emploi.

Mes déclarations à voir ci-dessous :

Déclaration à mon arrivée à l’Eurogroupe sur la Grèce

Je vous invite à voir ci-dessous ma déclaration à l’arrivée de la réunion de l’Eurogroupe ce jour à Luxembourg, sur la Grèce et sur la crise des réfugiés.

J’ai souligné qu’une dynamique positive dans les relations entre la Grèce et la zone euro est en marche. Les engagements pris doivent être tenus. La Commission européenne est présente pour la réussite de ce projet commun avec la Grèce.