Dans les médias

Pensée pour la Belgique

Catégorie : Actualité,Europe / International,Réflexions | Par pierre.moscovici | 23/03/2016 à 13:10
Commentaires fermés

Pensée pour la Belgique

De mon bureau je vois la station de métro Maalbeek à Bruxelles, où plusieurs personnes sont décédées hier. Mes pensées accompagnent leurs familles, ainsi que tous ceux et celles qui ont été touchées par les attentats terroristes dans la capitale belge.

J’ai aussi une pensée émue pour les quatre fonctionnaires de la Commission blessés dans ces attaques, dont une qui appartient à l’un de mes services, la Direction générale de la fiscalité et des douanes. J’ai enfin une pensée toute particulière pour mon collaborateur, Simon O’Connor, qui se trouvait à Zaventem hier matin et devait me rejoindre en Italie. Il était encore dans le parking de l’aéroport lorsque les kamikazes ont déclenché leurs bombes. Il est indemne. D’autres n’ont pas eu sa chance.

Ces assauts contre nos valeurs, contre l’Europe, se multiplient. Ils testent notre détermination, mais aussi notre capacité à rester unis. Les citoyens européens se demandent si nous faisons tout pour gagner contre le terrorisme. En quelques jours, on passe du soulagement d’avoir capturé Salah Abdeslam à l’horreur de la forme la plus lâche et abjecte de violence. Une violence qui obéit à une lecture totalement dévoyée et ultra-minoritaire de principes religieux qui ne sont pas – faut-il le répéter – ceux de la communauté musulmane. Il faudra, encore, combattre impitoyablement ceux qui commettent ces actes ignobles, aider les victimes, et refuser les amalgames.

Je veux dire toute ma solidarité aux Belges. Parce que, comme Français, je sais le choc des attentats de novembre à Paris, parce qu’à Bruxelles j’exerce mes fonctions de Commissaire, je connais et reconnais la dignité et la détermination de nos amis belges. J’aime ce pays, sa diversité, sa tradition d’ouverture, son joyeux mélange des contrastes. Il a ses difficultés, comme d’autres de ses voisins – et ressemble plus à la France que la France ne le voit parfois elle-même. Il va se redresser, les plaies se refermeront, en temps voulu.

Il le fera avec l’aide de l’Europe. Car en frappant un aéroport international, en attaquant une station de métro située en plein quartier européen, en s’en prenant à la capitale de l’Europe, c’est la Belgique que les kamikazes ont touchée mais à travers elle c’est l’Union qu’ils visaient. L’Europe doit donc être profondément solidaire de nos amis belges, être à ses côtés dans l’émotion, mais aussi dans la réponse. Il en est ainsi des pays dont le destin est lié.

Les terroristes de Daech ont voulu, en attaquant Bruxelles, frapper l’Europe au cœur, en son cœur. Ils veulent nous affaiblir et nous diviser. Ils échouent. Car l’Europe sortira de cette crise plus forte. Ils ne l’abattront pas, ils ne feront pas reculer nos valeurs. Notre responsabilité est claire : construire maintenant, dans le respect de l’Etat de droit, l’Union de la sécurité que nos concitoyens demandent. Nous le devons à celles et ceux dont l’EI a lâchement pris les vies.

Be Sociable, Share!