« Ne cédons pas à la nouvelle pensée unique sur l’Europe, paresseuse et défaitiste » – Tribune dans Le Monde

Je vous invite à lire ci-dessous ma tribune parue aujourd’hui dans Le Monde, pour une nouvelle politique économique européenne.

Pierre Moscovici : « Ne cédons pas à la nouvelle pensée unique sur l’Europe, paresseuse et défaitiste »

 

Que peut-on encore attendre de l’Union européenne (UE) ? Rien ou si peu, répondent nombre de responsables politiques. C’est devenu la nouvelle réponse à la mode, contaminant jusqu’à certains pans de la gauche de gouvernement.

Notre tâche, et d’abord celle des sociaux-démocrates européens, est de réinventer un projet communautaire convaincant et entrainant pour nos peuples, parce que fort et juste.

Je n’accepte pas cette tentation du rejet ou du retrait. Notre tâche, et d’abord celle des sociaux-démocrates européens, est au contraire de réinventer un projet communautaire convaincant et entrainant pour nos peuples, parce que fort et juste.

Je suis lucide : l’Europe a incontestablement connu des jours meilleurs. Elle est durement attaquée par les populistes. Elle peine à faire preuve de son efficacité. Mais les crises qu’elle traverse, et auxquelles aucun pays ne peut faire face seul – crise économique et sociale, crise des réfugiés, Brexit, menace terroriste – ne doivent pas faire oublier à quel point elle demeure une nécessité absolue pour chacune de ses nations et pour le monde.

Je ne sous-estime pas ces turbulences ni les déceptions engendrées par l’Europe. Mais elles nous rappellent aussi que c’est collectivement que nous sommes efficaces. Y compris et d’abord dans le champ économique. Le temps est venu de développer, enfin, une véritable politique économique européenne, reposant sur trois piliers : protéger, dynamiser, refonder.

Laissés-pour-compte

Protéger, tout d’abord. Les citoyens se détournent de l’Europe, non seulement parce que la croissance y reste décevante, mais aussi parce que ses fruits sont mal partagés et que les inégalités les indignent. La sourde défiance des opinions à l’égard du commercial mondial, pourtant porteur d’opportunités s’il est équitable, trouve ici sa source : il a fait trop de laissés-pour-compte.

Aujourd’hui, le meilleur bouclier individuel anti-chômage, c’est le capital humain, qui améliore la capacité de chacun à accéder à l’emploi. Investir massivement dans l’éducation ou la formation professionnelle est donc un impératif absolu.

Il faut répondre à cette demande de protection à trois niveaux. D’abord, en fournissant à chacun la sécurité individuelle à laquelle il aspire légitimement. Aujourd’hui, le meilleur bouclier individuel anti-chômage, c’est le capital humain, qui améliore la capacité de chacun à accéder à l’emploi. Investir massivement dans l’éducation – y compris la petite enfance – ou la formation professionnelle est donc un impératif absolu. Il faut aussi lancer un nouveau programme de mobilité – « Erasmus pro » – pour permettre aux jeunes de partir en apprentissage dans un autre Etat membre.

Protéger, c’est aussi déployer des réformes structurelles de « nouvelle génération », des réformes progressistes et porteuses d’avenir, autour de deux axes phares : définir une approche rénovée de la « flexisécurité » remettant en cause la doctrine implicite de la dévaluation interne par la seule réduction du coût du travail, qui a longtemps prévalu en Europe, et améliorer drastiquement la qualité de la dépense publique pour faire mieux avec chaque euro versé par les contribuables.

Après les « Panama papers », la coupe est pleine : c’est pourquoi je travaille à l’élaboration d’une liste noire paneuropéenne des paradis fiscaux, avec des critères communs et des sanctions partagées.

Protéger, enfin, c’est avancer vers une fiscalité européenne qui contribue à renforcer les normes internationales, au lieu de subir les pratiques déloyales des paradis fiscaux. L’Europe, qui a déjà fait beaucoup depuis deux ans pour lutter contre la fraude et l’évasion fiscale, va accélérer ses travaux sur ce plan dans les prochains mois, pour reconquérir une souveraineté fiscale mise à mal. Après les « Panama papers », la coupe est pleine : c’est pourquoi je travaille à l’élaboration d’une liste noire paneuropéenne des paradis fiscaux, avec des critères communs et des sanctions partagées.

Deuxième pilier : dynamiser. L’Europe d’aujourd’hui est une voiture équipée d’un moteur à six cylindres, mais qui ne tourne que sur trois. Elle doit accélérer, et pour cela, recouvrer toute sa puissance.

C’est pourquoi il faut donner la priorité à l’investissement, en amplifiant le plan Juncker, qui permet déjà de réaliser 315 milliards d’euros sur trois ans, afin de mobiliser 1 000 milliards d’euros supplémentaires sur cinq ans.

La France est le premier bénéficiaire de ce plan, lancé il y a un an : 14,5 milliards d’euros d’investissement ont déjà été mobilisés. Les projets soutenus devraient créer près de 32 000 emplois. Et vingt accords de financement devraient bénéficier à plus de 38 000 petites et moyennes entreprises. C’est un début encourageant : il faut transformer l’essai.

La zone euro à l’avant-garde

L’Europe doit, demain, continuer de canaliser cet investissement dans les secteurs d’avenir – transition énergétique, secteur numérique et des télécommunications, « mobilité intelligente » afin d’amener nos économies à la « frontière technologique ». C’est le prix à payer pour ne pas jouer la deuxième mi-temps du XXIe siècle en deuxième division mondiale.

La France est le premier bénéficiaire du plan Juncker, lancé il y a un an : 14,5 milliards d’euros d’investissement ont déjà été mobilisés.

Troisième pilier : refonder. Les changements profonds que j’évoque devront certes être accessibles aux vingt-sept Etats membres que comptera notre UE après la sortie du Royaume-Uni. Mais ils devront d’abord être portés par l’avant-garde de droit et de fait que constitue la zone euro à dix-neuf, qui est l’espace d’action le plus pertinent et le plus efficace dont nous disposons.

Il faudra pour cela la doter d’un nouvel ensemble institutionnel permettant d’exprimer l’intérêt général de ses membres, en créant un budget de la zone euro, voué à l’investissement et à la lutte contre les inégalités, instrument central d’une vraie politique économique, pilotée par un ministre des finances responsable devant le Parlement européen.

Ne cédons pas à la nouvelle pensée unique sur l’Europe, paresseuse et défaitiste.

Ne cédons pas à la nouvelle pensée unique sur l’Europe, paresseuse et défaitiste. A l’aube d’une année de confrontations électorales décisives – en France, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Italie – il est temps pour les pro-européens, et d’abord pour les progressistes, de contre-attaquer. L’Europe a des ressources et du ressort. Activons-les.