Aux urnes citoyens!

Dernière ligne droite avant le second tour de cette élection présidentielle hors normes. Beaucoup a déjà été dit. Aujourd’hui, le temps de l’analyse est derrière nous. Il doit laisser place à l’action. Au choix final.

Dimanche, il y aura besoin de toutes les voix des démocrates pour faire barrage au Front national.

L’abstention n’est pas une option. En temps normal, elle est déjà un pied-de-nez à la démocratie. Dimanche, elle serait irresponsable. Elle est un luxe que nous ne pouvons pas nous offrir.

Marine Le Pen n’attend qu’une chose : que les électeurs restent chez eux. C’est sa meilleure chance d’obtenir un score historique. Ses troupes seront alors en ordre de bataille pour devenir, à l’issue des législatives, la principale force d’opposition. Ne lui donnons pas ce pouvoir.

Certains, à gauche, hésitent à se déplacer. Il est temps de mettre ces scrupules de côté. Dans cette élection inédite, il y aura besoin de toutes les voix des démocrates pour faire barrage au Front national. Car c’est bien de cela qu’il s’agit.

Pour le peuple, le populisme est une imposture!

Marine Le Pen fait tellement partie du paysage politique qu’on en a oublié à quel point elle le menace. Le Front National reste, quoi qu’il fasse pour soigner les apparences, un parti d’extrême-droite. Avec tout ce que cela implique de violence, de divisions, de xénophobie.

Son programme économique pour la France – la sortie de la zone euro – est à l’image du reste de ses propositions, injuste et dangereux :

Parce qu’il toucherait durement les classes populaires, en minant en profondeur leur pouvoir d’achat. Et elles seraient les premières à payer le prix d’une politique d’austérité que l’incapacité d’accéder aux marchés pour nous financer nous imposerait. Pour le peuple, le populisme est une imposture!

Parce que notre dette s’alourdirait de plusieurs dizaines de milliards d’euros. Les dommages infligés par une présidence FN ne se limiteraient pas à la durée d’un quinquennat, mais se feraient sentir sur plusieurs générations.

Parce que nous perdrions en souveraineté. La France serait obligée d’accrocher sa monnaie à celle de l’Allemagne, en raison de l’intensité de nos échanges commerciaux. Nous n’aurions donc pas la possibilité de laisser notre monnaie flotter librement, tout en ayant perdu notre mot à dire, à Bruxelles ou à la Banque Centrale Européenne.

Il ne faut pas se tromper d’échéance : l’enjeu de dimanche est de défendre nos valeurs républicaines.

Dimanche, il ne faut pas seulement que Marine Le Pen soit battue. Sa défaite doit être nette, massive. Un Front National à 40% changerait la face de notre pays. Notre voix serait moins écoutée en Europe. La France perdrait immanquablement de son rayonnement, et donc de sa capacité à entraîner et à influencer.

Emmanuel Macron doit l’emporter largement pour conjurer ces scénarios. Pour ceux qui hésitent, voter pour lui n’est pas lui donner un chèque en blanc. C’est faire front commun, avec les démocrates, avec les progressistes, pour défaire un parti qui reste une menace. Il aura mon vote, sans hésitation. Il ne faut se tromper ni d’échéance ni d’adversaire : l’enjeu de dimanche est bien de défendre nos valeurs républicaines, de contenir la percée de l’extrême-droite et de faire reculer son emprise sur la vie politique.