The Greek crisis or the end of the Odyssey

According to Homer’s account, Ulysses took almost 10 years to return safely to his throne, his family and his people. A decade of journeys in the unknown, subject to the will of the Gods and buoyed by the winds, meeting chimerical monsters, resisting the temptation of the mermaids and – more than anything – struggling with determination for his own survival.

Like Ulysses back to Ithaca, Greece is finally reaching its destination today, ten years after the beginning of a long recession. She can finally breathe, look at the path she has traveled and contemplate again the future with confidence.

22 June 2018 will remain a milestone in the history of modern Greece and the euro area. It marks the end of an unprecedented crisis, of unheard-of violence, which tested the will of an entire population and also of Europeans to defend the euro and the solidarity between us. A crisis that was resolved last night at the Eurogroup by the conclusion of the stability support programme, and by strong political and financial decisions that will ensure the economic future of Greece and its people. Continuer la lecture

Die Griechenlandkrise oder das Ende der Odyssee

Laut Homer verbrachte Odysseus beinahe 10 Jahre auf See, bevor er wieder sicheren Hafen erreichte und auf seinen Thron und zu seiner Familie und seinem Volk zurückkehren konnte. Ein Jahrzehnt war er unbekannten Gefahren und der Launenhaftigkeit der Götter ausgesetzt gewesen. Stürme beutelten ihn hin und her. Schemenhafte Monster stellten sich ihm in den Weg. Und er verstand es, den Verlockungen der Sirenen zu widerstehen. Es war stets entschlossen, um sein Überleben zu ringen.

Vergleichbar mit der Rückkehr Odysseus’ nach Ithaka erreicht heute Griechenland sein Ziel. Es kann endlich aufatmen und den Weg betrachten, den es zurückgelegt hat, und sich mit Zuversicht der Zukunft zuwenden.

Der 22. Juni 2018 wird ein markantes Datum in der modernen Geschichte Griechenlands und der Eurozone bleiben. Es markiert das Ende einer beispiellosen Krise, die das Land mit unerhörter Wucht getroffen und den Willen eines ganzen Volkes sowie aller Europäer zur Verteidigung des Euro und zur gegenseitigen Solidarität einer ernsten Prüfung ausgesetzt hat. Mit dem Abschluss des Finanzierungsprogramms und den wirtschafts- und finanzpolitischen Beschlüssen hat die Eurogruppe diese Krise in der vergangenen Nacht aufgelöst und eine neue Grundlage für die Zukunft der griechischen Wirtschaft und des griechischen Volkes gelegt. Continuer la lecture

La crise grecque ou la fin de l’Odyssée

Selon le récit d’Homère, Ulysse a mis presque dix ans à revenir à bon port, retrouver son trône, sa famille et son peuple. Une décennie de périples dans l’inconnu, soumis à la volonté des Dieux et balloté par les vents, rencontrant des monstres chimériques, résistant à la tentation des sirènes et – plus que tout – luttant avec détermination pour sa propre survie.

Tel Ulysse de retour à Ithaque, la Grèce arrive enfin à destination aujourd’hui, dix ans après le début d’une longue récession. Elle peut enfin souffler, regarder le chemin parcouru et contempler de nouveau l’avenir avec confiance.

Le 22 juin 2018 restera une date marquante dans l’histoire de la Grèce moderne et de la zone euro. Elle marque la fin d’une crise sans précédent, d’une violence inouïe, qui a testé la volonté de tout un peuple, mais aussi celle des Européens à défendre l’euro et la solidarité entre nous. Une crise qui s’est dénouée cette nuit à l’Eurogroupe par la conclusion du programme d’assistance financière et par des décisions politiques et financières fortes qui assureront l’avenir économique de la Grèce et de son peuple.

La Grèce a été la victime principale de la crise économique en Europe ces dix dernières années. Beaucoup a été demandé, voire imposé, durant ces années de programmes. Beaucoup a été accompli pour restructurer en profondeur une économie en ruine et refonder une administration dépassée. Des erreurs politiques et économiques ont été commises à Athènes, mais aussi à Bruxelles, Berlin et Washington. J’y reviendrai prochainement. Continuer la lecture

After eight years of financial assistance: where does Greece stand?

It is no exaggeration to say that the principal victim of the economic crisis was Greece. The violence of the financial shock was such that the country’s economic, social and political structures were all affected, in a profound and lasting manner.

We all know the story of how the crisis began. The true state of the public accounts had been hidden, masking a gaping deficit. When it was revealed, market confidence evaporated. The crisis suddenly revealed – and amplified – the underlying weaknesses of the economy and the structural fragility of the state apparatus, which had difficulty collecting taxes or even knowing the exact number of civil servants recruited.

Yet Grexit would have been a disaster, implying a fatal erosion of the euro area. To avoid that scenario, Europeans assumed their responsibilities. The euro area countries, the European Commission and the International Monetary Fund (IMF) stepped in to replace the markets, mobilising an unprecedented amount of financial assistance for Greece in exchange for deep reform of its economy and administration. Continuer la lecture

Après 8 années d’assistance financière : où en est la Grèce ?

Il n’est pas exagéré de dire que la crise économique qui s’achève a fait une victime principale : la Grèce. La violence du choc financier a été telle que l’ensemble des structures économiques, sociales et politiques du pays a été touché profondément, durablement.

Avec le recul, cela n’est guère surprenant. Les comptes publics avaient été maquillés pour dissimuler un déficit abyssal, provoquant la perte de confiance des marchés. La crise a soudain révélé – et amplifié – les faiblesses originelles de l’économie grecque et la fragilité structurelle de son appareil d’État, qui peinait à collecter l’impôt ou recrutait des fonctionnaires sans en connaître le nombre exact. La Grèce était à bout de souffle avant la crise. Celle-ci l’a laissée exsangue.

Pour éviter le scénario catastrophe du Grexit et l’effritement mortifère de la zone euro, les Européens ont pris leurs responsabilités. Les pays de la zone euro, la Commission européenne et le Fonds Monétaire International (FMI) ont décidé de se substituer aux marchés et de mobiliser une aide financière inédite et d’ampleur pour la Grèce, en échange d’une réforme profonde de son économie et de son administration. Continuer la lecture