Dans les médias

Actualité


Invité de « Tirs Croisés » sur i>TELE

Catégorie : Actualité,Politique,Vidéos | Par pierre.moscovici | 27/08/2015 à 18:57

J’étais ce jeudi 27 août l’invité politique de Laurence Ferrari dans l’émission « Tirs Croisés » sur i>TELE pour ma rentrée médiatique.

Europe, situation économique, France, Grèce, emploi… : retrouvez ci-dessous la vidéo de mon interview :

Les fondamentaux de la reprise économique en France et en Europe sont là, ils sont solides.

L’invité politique de Laurence Ferrari du 27/08/2015

10 reasons why Greece’s new programme is good news

Catégorie : Actualité,Europe / International,Réflexions | Par pierre.moscovici | 21/08/2015 à 16:26

10 reasons why Greece’s new programme is good news

 

The Eurogroup endorsed on 14 August the agreement for a third stability support programme for Greece. This has now been finalised, following national procedures where needed.

Prime Minister Tsipras announced his resignation this Thursday, August 20 to open the process of snap elections in the coming weeks. We have taken note, within the Commission, of that decision, which in no way questions the financial assistance agreement between Greece and its European partners. The decision by Alexis Tsipras has its logic –Greek Prime Minister needed to find again, or rather to find – consistent majority in line with its courageous choices. Elections are a national democratic process, and I fully respect the sovereignty of the Greek people – as I have always done.

 

I hope that this process allows a confirmation of the commitment towards Europe and reaffirms Greece’s support of the stability program. Broad support of citizens and resolute implementation are key to enable the success of this plan, which I am convinced is essential to the future of the country. The reform process must continue as quickly as possible, in the interest of all and in line with commitments.

In this context, I want to reiterate that this agreement is good news, not only for the stability and resilience of Greece’s economy but also for the European project and the EU as a whole. It opens the way for a necessary modernisation of the Greek economy that sets the conditions for boosting economic growth, jobs, and long-term stability. After six months of sometimes difficult negotiations, we have now reached a comprehensive and fair agreement. It requires commitments on all sides, not least of which to address reform needs but also social injustice.

A return to growth is possible, and now more than ever. In 2014, Greece had already begun to emerge from its long recession, with growth turning positive and employment beginning to drop. The uncertainty that characterised the first half of this year has set back that economic recovery. But the end-objective has never been lost – that Greece is once again a stable, prosperous and responsible member of our Union. Today page uncertainty must turn permanently to make way for the resolution. Today, the page of uncertainty must be turned permanently to make way for the page of resolution.

This agreement gives Greece an opportunity to change the fundamentals of its economy; to embark on a new and sustainable path of growth, based on common trust, reform commitments, and solidarity from its European partners. As Europe as a whole turns its back to the economic crisis, it is time to create a positive momentum for Greece, and with Greece. It is time for recovery, reawakening, and renewal. I am convinced that Greece can achieve this and improve its economic potential by implementing the right reforms.

Let me stress ten reasons why this agreement is good news for the Greek people and for the rest of Europe.

 

  1. We have reconfirmed the integrity of the Eurozone. The agreement confirms what I have continued to stress and work towards: that we are now all on a path to ensure a sustainable future for Greece inside the euro. This represents a major success that we can collectively be proud of. As President Juncker stated, Greece is and will irreversibly remain a member of the Eurozone. Our destinies remain linked, as they have always been. It appears to me essential that pro-European path is reinforced in the coming weeks.

 

  1. Public finances are being stabilised and further strengthened. Thanks to the unprecedented adjustment already carried out to tackle the extreme imbalances in public finances, they are now on a more sustainable footing compared to the pre-crisis period. The approach agreed to achieve the remaining adjustment is credible, economically efficient and socially fair. It balances the need to support economic recovery as well as the imperative to bring debt back to sustainable levels. I truly believe these measures – which include, among many, a modernisation of the VAT and pension systems, boosting tax collection, fighting fraud and tax evasion, and securing the independence of administrative institutions – are key in order to put the country on the right track again.

 

  1. There is a clear commitment to ensure Greece’s debt sustainability. Building on the measures already taken in recent years to lighten Greece’s debt burden, the Eurogroup has stated that it is willing to consider additional measures such as possible longer grace and repayment periods if needed, with decisions to be taken once the first quarterly review of the new programme is successfully completed. As stated by the Euro Summit statement last month, no haircut will be decided.

 

  1. Consumers’ interests are being placed before those of vested interests. More open markets are essential to create economic opportunities and improve social fairness. Numerous initiatives have been adopted or are in the pipeline to free up consumers’ access to goods and services, including in the energy sector, and to make it easier for jobseekers to access regulated professions. There will be an unprecedented attack on red tape, guided by the OECD and World Bank.

  1. The banking sector will be repaired and the stability of the financial system strengthened, in the interests of the wider economy. With the support of relevant European institutions, including the Commission and the new Single Supervisory Mechanism, Greece has committed to swiftly repair, recapitalise, and strengthen its banks so that the flow of credit to the economy can restart and provide support to a recovery.

 

  1. The labour market will be further modernised to boost job creation in a way that is fair and reflects European best practice. The Greek authorities are committed to achieve EU best practice across the range of labour market legislations to improve employment opportunities and ensure fairness in the labour market, which is essential for social cohesion in Greece.

 

  1. The privatisation programme will be thoroughly revamped to draw in much needed investment while reducing debt. The Government has now committed to proceed with an ambitious and transparent privatisation programme, with a new fund to be established by the end of this year in order to maximize the value of potential assets. Privatisations in Greece will help modernise the economy, make it more productive and reduce public debt.

 

  1. The Greek state public administration will be modernised in the interests of citizens. Particular attention will be paid to increasing the efficiency of the public sector in the delivery of essential public goods and services, and enhance the efficiency of the judicial system as well as upgrade the fight against corruption and tax evasion.

 

  1. The Commission is committed to help Greece spend its EU funds better and more quickly. One of the major achievements of the Commission’s Task Force for Greece was to dramatically boost absorption of EU funds available to it in the period 2007-2013. We are already working hard to help Greece make the most of the €35 billion allocated to it for the period 2014-2020. By supporting demand, investment initiatives will be an essential complement to the growth-enhancing structural reforms that are at the heart of the programme.

 

  1. Fairness is at the heart of this programme of reforms. The need for social justice, both across and within generations, has been prominent in the discussions on the new programme. In line with President Juncker’s commitment, the programme has for the first time been subject to a social impact study. Fiscal constraints are imposing hard choices and it is vital that the burden of adjustment is borne by all parts of society, taking into account the ability to pay. With the support of the European Commission, Greece is committed to creating a genuine social safety net, which targets scarce resources at those who need it most. This includes providing access to health care for all – including the uninsured – and rolling out a Guaranteed Minimum Income scheme.

As European Commissioner, as a European citizen, and as a social-democrat, I have fought over the past weeks, months and years to ensure the integrity of the Eurozone and to contribute to a fair agreement. The 11 million Greek people, who share our aspirations for a Europe of progress, employment and prosperity, have remained a focal point throughout the negotiations.

Today, I call for continuation of the ongoing work and maintaining the momentum for renewed growth, greater stability, better jobs and new investment. This is for the benefit of the Greek people themselves, including the younger generations and the most vulnerable. This is for the benefit of all Europeans. Together, we have to keep on this progressive, European and reformist path.


10 raisons pour lesquelles le nouveau programme pour la Grèce est une bonne nouvelle.

Catégorie : Actualité,Europe / International,Politique,Réflexions | Par pierre.moscovici | 21/08/2015 à 15:26

10 raisons pour lesquelles le nouveau programme pour la Grèce est une bonne nouvelle.

 

Les ministres des finances de la zone euro ont approuvé le 14 août dernier l’accord pour un troisième programme de soutien à la stabilité en faveur de la Grèce. Ce programme a maintenant été finalisé, conformément aux procédures nationales dans les Etats membres où cela était nécessaire.

Le Premier ministre Tsipras a annoncé ce jeudi 20 août sa démission afin d’ouvrir le processus d’élections législatives anticipées ces prochaines semaines.

Le Premier ministre Tsipras a annoncé ce jeudi 20 août sa démission afin d’ouvrir le processus d’élections législatives anticipées ces prochaines semaines. Nous avons pris note, au sein de la Commission, de cette décision, qui ne remet aucunement en cause l’accord d’assistance conclu entre l’Etat grec et ses partenaires européens. La démarche d’Alexis Tsipras a sa logique – le Premier ministre grec avait besoin de retrouver, ou plutôt de trouver – une majorité cohérente avec ses choix courageux.  Ces élections anticipées à venir sont un processus démocratique national, et je respecte pleinement la souveraineté du peuple grec – comme je l’ai toujours fait.

Je souhaite que ce processus permette de confirmer l’engagement européen et le soutien de la Grèce au programme d’assistance.

Je souhaite que ce processus permette de confirmer l’engagement européen et le soutien de la Grèce au programme d’assistance. Une large adhésion des citoyens et une mise en œuvre résolue sont deux clés pour permettre la réussite de ce plan, dont je suis convaincu qu’il est essentiel à l’avenir du pays. Le processus de réformes doit se poursuivre au plus vite, dans l’intérêt de tous et dans la continuité des engagements pris.

Je veux réaffirmer ici que cet accord est une bonne nouvelle, non seulement pour la solidité de l’économie grecque, mais aussi pour le projet européen et pour l’Union européenne dans son ensemble.

Dans ce contexte, je veux réaffirmer ici que cet accord est une bonne nouvelle, non seulement pour la solidité de l’économie grecque, mais aussi pour le projet européen et pour l’Union européenne dans son ensemble. Il ouvre la voie à une nécessaire modernisation de l’économie grecque, et crée les conditions pour stimuler la croissance, les emplois et la stabilité à long terme. Après six mois de négociations parfois difficiles, nous sommes finalement parvenus à un accord global et équitable. Il exige un engagement continu de chacune des parties, pour répondre aux besoins de réformes et de justice sociale.

Aujourd’hui, la page de l’incertitude doit se tourner définitivement, pour laisser place à celle de la résolution.

Un retour à la croissance est possible, maintenant plus que jamais. En 2014, la Grèce avait déjà commencé à sortir de sa longue récession, avec une croissance à nouveau positive et une diminution progressive du chômage. L’incertitude qui a caractérisé le premier semestre de cette année a considérablement affaibli cette dynamique de reprise économique. Mais – tout au long de ces derniers mois – l’objectif final de ces négociations intenses n’a jamais été perdu de vue : que la Grèce redevienne un membre stable, prospère et responsable de notre Union. Aujourd’hui, la page de l’incertitude doit se tourner définitivement, pour laisser place à celle de la résolution.

Alors que l’Europe dans son ensemble tourne le dos à la crise économique, il est temps de créer une dynamique positive pour la Grèce, et avec la Grèce.

Ce programme donne à la Grèce l’opportunité de changer les principes fondamentaux de son économie pour avancer sur un nouveau chemin de croissance durable, basé sur la confiance commune, l’engagement à mener des réformes, et la solidarité de ses partenaires européens. Alors que l’Europe dans son ensemble tourne le dos à la crise économique, il est temps de créer une dynamique positive pour la Grèce, et avec la Grèce. Le temps du réveil, du renouveau, et du redressement est arrivé pour le pays. Je suis convaincu que la Grèce peut atteindre cet objectif et améliorer son potentiel économique si elle met en œuvre les bonnes réformes.

Je veux ici souligner dix raisons pour lesquelles cet accord est une bonne nouvelle pour le peuple grec et pour l’Europe dans son ensemble.

Comme l’a souligné le Président Juncker, la Grèce est et restera, de manière irréversible, membre de la zone euro.

  1. Nous avons réaffirmé l’intégrité de la zone euro. L’accord confirme ce que j’ai toujours défendu et l’objectif vers lequel j’ai toujours travaillé : nous sommes désormais sur un chemin permettant d’assurer un avenir durable pour la Grèce dans l’euro. C’est un succès majeur dont nous pouvons être collectivement fiers. Comme l’a souligné le Président Juncker, la Grèce est et restera, de manière irréversible, membre de la zone euro. Nos destins restent liés, comme ils l’ont toujours été. Il m’apparait essentiel que ce chemin pro-européen soit conforté dans les semaines à venir.
  1. Les finances publiques grecques seront stabilisées et renforcées. L’ajustement sans précédent déjà réalisé pour lutter contre les déséquilibres importants des finances publiques du pays a permis de consolider ces dernières par rapport à la période pré-crise. L’approche décidée pour réaliser l’ajustement restant est crédible, économiquement efficace et socialement équitable. Cette approche concilie la nécessité de soutenir la reprise économique avec l’impératif de ramener la dette à des niveaux soutenables. Je suis convaincu que ces mesures – qui comprennent, entre autres, une modernisation des systèmes de TVA et de retraite, une meilleure collecte de l’impôt, une lutte renforcée contre la fraude et l’évasion fiscales, et la garantie d’une plus grande indépendance des administrations – sont la clé pour remettre le pays sur les bons rails.

 Il y a un engagement clair pour assurer la viabilité de la dette de la Grèce.

  1. Il y a un engagement clair pour assurer la viabilité de la dette de la Grèce. À la suite des mesures déjà prises ces dernières années pour alléger le fardeau de la dette grecque, l’Eurogroupe a déclaré qu’il était prêt à envisager des mesures supplémentaires, telles que des délais de remboursement plus longs si nécessaire. Ces décisions seront prises après que le premier examen trimestriel du nouveau programme a été complété avec succès. Comme indiqué dans la déclaration du Sommet de la zone euro le mois dernier, aucune décote de la dette ne sera décidée.

  Lire la suite


9 mois d’activités dans une Commission plus politique

Catégorie : Actualité,Réflexions | Par pierre.moscovici | 30/07/2015 à 13:45
Commentaires fermés

9 mois d’activités dans une Commission plus politique

Avant de partir quelques jours en congés – sans perdre le lien avec le dossier grec, qui me mobilise constamment, évidemment – je veux revenir sur ces 9 mois passés au sein d’une Commission que nous avons voulue plus politique.

Avant de partir quelques jours en congés – sans perdre le lien avec le dossier grec, qui me mobilise constamment, évidemment – je veux revenir sur ces 9 mois passés au sein d’une Commission que nous avons voulue plus politique. L’une des inflexions de méthode voulue par le Président Juncker était, en effet, de recentrer la Commission sur des initiatives de qualité, moins nombreuses, et surtout plus politiques. En clair, de veiller à ce que chaque Commissaire ne soit pas, pour les directions générales qui lui sont rattachées, une sorte de « super directeur » qui passera comme les autres, mais bien le point d’impulsion politique pour l’ensemble des dossiers qu’elles traitent.

Neuf mois après, ce cahier des charges me semble rempli. C’est vrai pour les autres Commissaires, c’est également vrai, je crois, pour les dossiers qui ont été de mon ressort. Qu’on en juge.

Depuis sa prise de fonction début novembre, le collège des Commissaires s’est réuni 33 fois. J’ai porté dans ces réunions 12 dossiers et mené 4 débats d’orientation.

Cette volonté politique s’est d’abord incarnée dans la réorientation de la politique économique de l’UE, qui a bien sûr beaucoup fait appel à mes équipes. Depuis sa prise de fonction début novembre, le collège des Commissaires s’est réuni 33 fois. J’ai porté dans ces réunions 12 dossiers et mené 4 débats d’orientation: c’est la manifestation de cette volonté ferme de la Commission non seulement de ne pas laisser ces questions essentielles aux seuls fonctionnaires, mais aussi de faire du retour de la croissance et de la reprise de l’emploi son horizon absolu.

Plusieurs temps forts sont venus, de mon côté, rythmer cette réorientation économique. La communication que j’ai présentée en janvier, qui décrit la manière dont la Commission appliquera les règles existantes du pacte de stabilité et de croissance pour renforcer le lien entre réformes structurelles, investissements et responsabilité budgétaire en faveur des emplois et de la croissance, en fait partie. Ce qu’on appelle les « recommandations par pays » – des réformes préconisées par la Commission, Etat membre par Etat membre, pour créer des emplois et stimuler la croissance – également. Je les ai voulues cette année plus ciblées, moins nombreuses, moins intrusives, et ai travaillé au contraire à une meilleure appropriation de ces orientations au niveau national. Il faudra à l’avenir aller plus loin, faire plus simple, plus lisible, plus compréhensible. Je m’y attacherai.

L’année aura également été riche dans le domaine fiscal. Nous avons enfoncé un large coin dans l’évasion fiscale, qui mine les ressources des Etats et les empêche donc de les allouer à des investissements productifs.

Mais l’année aura également été riche dans le domaine fiscal. Nous avons enfoncé un large coin dans l’évasion fiscale, qui mine les ressources des Etats et les empêche donc de les allouer à des investissements productifs. Quant au Plan d’action concernant la fiscalité des entreprises que j’ai présenté en juin, il vise notamment à améliorer l’environnement des entreprises en supprimant les obstacles d’ordre fiscal qu’elles peuvent rencontrer sur le marché unique et en facilitant l’extension de leurs activités au-delà des frontières nationales.

Ces neufs mois au sein d’une Commission plus politique auront bien sûr été fortement imprégnés de l’urgence grecque.

Pour ce qui me concerne, ces neufs mois au sein d’une Commission plus politique auront bien sûr été fortement imprégnés de l’urgence grecque. Ce ne sont ainsi pas moins de 16 points de situation détaillés que j’ai faits à mes collègues commissaires ces derniers mois, lors de nos réunions hebdomadaires. Il a fallu expliquer nos positions de négociations, rendre compte des blocages – de plus en plus durs – entre Etats Membres, mais aussi expertiser les propositions grecques, trouver les voies d’un compromis possible entre Athènes et ses créanciers, garder un contact permanent avec le gouvernement Tsipras pour maintenir la dynamique politique dans les négociations…

Au final, le dossier grec aura probablement mobilisé près du quart de mon activité de Commissaire. Mais plus important, sous l’impulsion du Président Juncker, le Collège est resté informé en temps réel des négociations, et nous a confirmé semaine après semaine le mandat politique et technique qui était le nôtre. Je ne connais aucune autre institution qui a eu cette qualité de débat et de responsabilité politique au cours des derniers mois sur ce sujet pourtant fondamental.

Derrière le dossier grec cependant, le véritable enjeu est celui du fonctionnement de l’Union Economique et Monétaire, qui est au cœur de mes fonctions.

Derrière le dossier grec cependant, le véritable enjeu est celui du fonctionnement de l’Union Economique et Monétaire, qui est au cœur de mes fonctions. J’ai participé à pas moins de 17 Eurogroupes – la réunion des ministres des finances de la zone euro – depuis novembre. C’est un record parmi les membres de la Commission, et parmi les Conseils, un record dont je ne me réjouis pas, car il est d’abord le signe de dysfonctionnements très profonds dans la gouvernance de l’UEM. La Commission, qui est la seule à incarner et porter l’intérêt général européen, a repris la main dans ce dossier avec la publication du rapport des 5 présidents en juin. Sa mise en œuvre va largement dicter mon agenda dans les mois à venir.

Enfin, une Commission plus politique, c’est une Commission qui communique mieux. J’aurai accompli mon devoir de tenir les citoyens et la presse informés: près de 230 interviews en 9 mois !

Lire la suite


Invité de la matinale d’Europe 1

Catégorie : Actualité,Europe / International,Vidéos | Par pierre.moscovici | 29/07/2015 à 10:21
Commentaires fermés

Europe de la croissance et de l’emploi, Grèce, éleveurs, TTIP, migration… : mon interview ce matin sur Europe 1 à revoir ci-dessous.

Le Grexit est derrière nous. Nous avons besoin d’une zone euro plus intégrée. Il faut aller de l’avant.


Pierre Moscovici: « Ce n’est pas un problème de… par Europe1fr


Des postes-frontières à la lutte contre Daech : la révolution silencieuse des douanes

Catégorie : Actualité,Europe / International,Réflexions | Par pierre.moscovici | 28/07/2015 à 14:39

Des postes-frontières à la lutte contre Daech : la révolution silencieuse des douanes

Quel est le point commun entre le pillage des biens culturels irakiens par Daech, le trafic d’essence de bois exotique protégé comme l’iroko, ou encore l’évasion fiscale?

Été et donc légèreté obligent, je m’autorise une devinette. Quel est le point commun entre le pillage des biens culturels irakiens par Daech, le contrôle de l’exportation des technologies utilisées dans la fabrication des armes nucléaires, le trafic d’essence de bois exotique protégé comme l’iroko, ou encore l’évasion fiscale ? Tous font intervenir en première ligne le système de douanes européen – l’Union Européenne pour la législation, les Etats Membres pour la mise en œuvre.

Les douanes européennes ont entamé il y a plusieurs années une révolution silencieuse, largement passée inaperçue.

Les douanes européennes ont entamé il y a plusieurs années une révolution silencieuse, largement passée inaperçue. Objectif: suivre le rythme de la mondialisation, avec tout ce qu’elle offre d’opportunités – l’augmentation du commerce mondial – mais aussi de risques – les trafics en tous genres, les menaces sécuritaires, les atteintes à l’environnement… Il est loin, très loin, le temps où le rôle des douanes se résumait à contrôler les frontières intérieures de l’Union et à collecter des droits… A l’heure où les touristes européens en vacances se verront sollicités, ici pour acheter un faux sac Vuitton, là pour repartir avec un DVD piraté sous le bras, je veux prendre le temps, comme Commissaire européen (aussi) en charge des douanes, de revenir sur ce rôle, et surtout sur sa spectaculaire modernisation.

Les quelque 123 000 fonctionnaires des douanes que compte l’Union jouent un rôle capital pour assurer l’insertion de l’Europe dans les échanges internationaux, la chaîne de valeur mondiale, et l’intégration économique du marché intérieur.

Les douanes de l’Union européenne sont un modèle de performance administrative. Ceux qui en sont restés au sympathique film « Rien à déclarer » de Dany Boon seraient surpris. Les douanes européennes traitent chaque année plus de 2 milliards de tonnes de biens, pour une valeur de 3 400 milliards d’euros, soit 16% du commerce international. On compte plus de 500 déclarations en douanes par minute en Europe. Seuls des services hautement informatisés, performants, intégrés, sont capables de traiter un tel volume d’information. Les quelque 123 000 fonctionnaires des douanes que compte l’Union jouent donc un rôle capital pour assurer l’insertion de l’Europe dans les échanges internationaux, la chaîne de valeur mondiale, et l’intégration économique du marché intérieur.

Les douanes du 21ème siècle jouent aussi un rôle pivot pour la robustesse des recettes des Etats Membres et de l’Union.

Les douanes du 21ème siècle jouent aussi un rôle pivot pour la robustesse des recettes des Etats Membres et de l’Union. Elles continuent de remplir leur rôle traditionnel – la collecte des droits de douane – qui viennent alimenter les recettes du budget annuel de l’UE à hauteur de 15 milliards d’euros environ. Mais elles sont aussi un maillon clé dans la lutte contre le blanchiment d’argent et l’évasion fiscale. On se souvient de l’arrestation abracadabrantesque d’un ancien ambassadeur français à la Gare du Nord avec un sac rempli de billets. Quand on sait que dans un pays comme la Grèce, l’évasion fiscale représente plus de 10% du PIB, on comprend à quel point ces pratiques peuvent fragiliser un Etat, et combien le rôle des douanes est important pour contrer ces transferts physiques. En 2013, ce sont ainsi 13 000 manquements à l’obligation de déclaration d’espèces qui ont été enregistrés en Europe, pour une valeur de 850 millions d’euros.

Aux côtés de la lutte contre la contrefaçon, volet le mieux connu des particuliers, les douanes interviennent aussi de manière sophistiquée dans la protection de l’environnement.

Aux côtés de la lutte contre la contrefaçon, volet le mieux connu des particuliers, les douanes interviennent aussi de manière sophistiquée dans la protection de l’environnement. Hippocampes séchés à destination de la Chine en provenance de Madagascar, pangolins du Nigeria en route vers le Laos en transit par l’Europe, anguilles et alevins illégalement exportés de la France vers le Japon…: la protection des espèces en voie de disparition mobilise fortement les douanes chaque année. Elles sont également un maillon sensible dans la chaîne de protection de la nature. Les bois tropicaux protégés, qu’ils transitent par Anvers ou Rotterdam, en provenance du bassin amazonien, des forêts protégées d’Asie du Sud-est, ou de la région des Grands Lacs en Afrique, sont eux aussi porteurs d’enjeux géostratégiques: déforestation et réchauffement climatique, recettes levées par des milices dans les conflits armés au Congo ou au Liberia…

Mais l’illustration la plus éclatante du rôle en constante évolution des douanes est peut-être la lutte contre le trafic des œuvres d’art par Daech.

Lire la suite


Une dynamique – enfin – positive.

Catégorie : Actualité,Europe / International,Réflexions | Par pierre.moscovici | 23/07/2015 à 16:49
Commentaires fermés

Une dynamique – enfin – positive.

Il y a 10 jours, l’Europe parvenait – avec d’immenses difficultés et dans un climat de ressentiment – à un accord dans le dossier grec.

Il y a 10 jours, l’Europe parvenait – avec d’immenses difficultés et dans un climat de ressentiment – à un accord dans le dossier grec. Aujourd’hui, cette démarche a un premier succès, encore fragile, à son actif : nous avons commencé à répondre à la défiance. Comme de nombreux protagonistes, j’ai travaillé à mettre en œuvre sans attendre un accord qui exigeait beaucoup et très vite de la partie grecque, qui laissait nombre de points clés en suspens, notamment les besoins urgents de financement, et qui entamait une course de saut d’obstacles dans plusieurs parlements nationaux.

Je souhaite ardemment que cette nouvelle dynamique contribue à remettre l’Europe sur les rails, à nous permettre de repartir ensemble.

10 jours après le Sommet de la zone euro, je me réjouis de constater qu’une dynamique politique d’engagements communs et de promesses tenues est, enfin, en marche. Ceux qui – comme moi – y ont contribué peuvent se féliciter de cette évolution politique. Je souhaite ardemment que cette nouvelle dynamique contribue à remettre l’Europe sur les rails, à nous permettre de repartir ensemble. Car le projet européen a été durement chahuté ces derniers mois et ces derniers jours.

Nous savons tous que la clé du succès de l’accord, et du futur programme d’assistance financière, résidera dans son application. Il s’agit d’une responsabilité partagée. En ce sens, les avancées engrangées récemment – hier soir encore – sont positives, et elles sont à mettre au crédit de toutes les parties.

L’enjeu, chacun le sait, est celui de l’appropriation des réformes, très exigeantes je l’ai dit, auxquelles la Grèce s’est engagée.

De la partie grecque, tout d’abord. L’enjeu, chacun le sait, est celui de l’appropriation des réformes, très exigeantes je l’ai dit, auxquelles la Grèce s’est engagée. J’ai la conviction que le processus sera voué à l’échec s’il est perçu comme exogène, imposé par des partenaires contestés, et appliqué de manière cosmétique.

A cet égard, les autorités grecques ont fait des efforts tout-à-fait probants de leur volonté de moderniser les structures du pays. Elles ont réussi à faire adopter par le Parlement, en un délai extrêmement serré, les réformes réclamées comme préalables par ses créanciers – un premier ensemble de mesures pour le 15 juillet, un second hier soir. Je veux reconnaître et saluer ici cet effort. C’est un élément important en faveur d’Athènes et du Gouvernement d’Alexis Tsipras, qui a apporté une réponse concrète et immédiate à ceux qui voulaient du pays de premiers engagements tangibles sur le front des réformes.

Du côté des Etats Membres, également, les engagements communs se sont matérialisés. Ceux-ci ont lancé le processus d’approbation par les parlements nationaux, là où c’est nécessaire légalement ou politiquement souhaité. La Finlande, l’Allemagne, la Slovénie, la France, d’autres aussi, ont d’ores et déjà soutenu les termes de l’accord.

Les Etats Membres ont pris la décision d’accorder à Athènes un crédit-relais, au travers du Mécanisme Européen de Stabilisation Financière (EFSM).

Surtout, les Etats Membres ont pris la décision d’accorder à Athènes un crédit-relais, au travers du Mécanisme Européen de Stabilisation Financière (EFSM). Cet instrument, créé en 2010 dans le but de fournir une assistance financière aux 28 Etats Membres, était dormant, mais disposait encore d’une enveloppe conséquente, qui pouvait être disponible rapidement. L’usage de ce mécanisme a été approuvé vendredi, avec l’adjonction d’un montage financier pour permettre de débloquer les fonds dans le courant du week-end – car la Grèce avait un remboursement à la Banque Centrale Européenne (la BCE) à honorer dès le lundi 20 juillet. Athènes a ainsi reçu de l’argent frais – plus de 7 milliards d’euros – qui lui a permis d’honorer cette créance, ainsi que les arriérés du pays auprès du FMI. Cela offre à la négociation sur le nouveau programme une chance d’aboutir sans que la situation économique du pays ne se détériore encore davantage.

Il fallait que la Commission reste force de propositions, conserve l’initiative dans ces jours cruciaux de mise en œuvre de l’accord, et nous l’avons fait.

La Commission, ici, a pris l’initiative, pour trouver des solutions communes, elle a été à la manœuvre. Devant l’étendue des besoins de financement immédiats de la Grèce, nous avons voulu aller très vite, en délimitant les options disponibles et surtout en préparant immédiatement – en quelques heures – une proposition législative permettant d’y répondre, par l’activation de l’EFSM. Recourir à l’EFSM n’était pas, loin s’en faut, une proposition consensuelle auprès des Etats Membres, certains, au premier chef le Royaume-Uni, estimant qu’il revenait à la zone euro de régler par elle-même ses propres difficultés. Des contacts intensifs avec les capitales, des négociations rapides, ont permis d’apporter les garanties et les assurances nécessaires pour lever les objections. Il fallait que la Commission reste force de propositions, conserve l’initiative dans ces jours cruciaux de mise en œuvre de l’accord, et nous l’avons fait. Lire la suite


Point presse sur la Grèce et le Plan européen d’investissement

Catégorie : Actualité,Europe / International,Vidéos | Par pierre.moscovici | 22/07/2015 à 14:54
Commentaires fermés

Suite à la réunion du Collège de la Commission européenne ce matin, j’ai présenté en conférence de presse ce midi l’état de nos échanges sur deux points : la Communication de la Commission sur la contribution des banques nationales de développement – les BND – au Plan d’Investissement pour l’Europe, et l’état des lieux sur la Grèce.

Aux côtés de Jyrki Katainen, j’ai souligné le rôle essentiel des banques nationales de développement pour contribuer à la réussite du plan d’investissement, en lien avec la Banque Européenne d’Investissement.

Concernant la Grèce, les développements positifs et la mise en œuvre des engagements pris par tous la semaine dernière crée une nouvelle dynamique que je salue. Je souhaite que les prochaines étapes, et notamment la négociation du protocole d’accord (MoU) pour le nouveau programme, puisse s’appuyer sur cette dynamique.

A voir ci-dessous, mon interventions et mes réponses aux questions posées :