Dans les médias

En images


Visite du port de Rotterdam en vidéo – Nouveau Code des douanes de l’Union européenne

Catégorie : Actualité,Commission européenne,En images,Europe / International,Vidéos | Par pierre.moscovici | 11/07/2016 à 14:21

Je me suis rendu au port de Rotterdam le 31 mai dernier, afin de saluer l’entrée en vigueur le 1er mai 2016 du nouveau Code des douanes de l’Union. J’y ai souligné le rôle essentiel des douanes européennes, au quotidien, et les améliorations apportées pour plus de simplicité, pour un meilleur service, et pour plus de rapidité. Ces nouvelles règles permettent aussi de renforcer la compétitivité des entreprises européennes et de faire ainsi progresser les principaux objectifs de la stratégie de l’Union européenne pour la croissance et l’emploi.

Je vous invite à voir la vidéo de ce déplacement ci-dessous :

Pour plus d’informations sur le nouveau Code des douanes de l’Union : http://ec.europa.eu/taxation_customs/customs/customs_code/union_customs_code/ucc/introduction_en.htm


Mobilisé sur le terrain pour une nouvelle Europe

Catégorie : Actualité,En images,Europe / International,Politique,Réflexions,Voyages et déplacements | Par pierre.moscovici | 21/05/2014 à 12:05

Mobilisé sur le terrain pour une nouvelle Europe.

-

La réunion publique à laquelle j’ai participé hier à Wattrelos ne fait que confirmer ma conviction qu’il est nécessaire de s’engager pour l’Europe, pour une autre Europe.

J’étais hier à Wattrelos, dans le Nord, pour une réunion publique consacrée aux élections européennes. Depuis plusieurs semaines déjà, je me déplace en France, dans nos régions, afin d’être présent aux côtés de nos candidats socialistes et progressistes des listes « Choisir notre Europe » et pour expliquer aux Français les enjeux de cette élection. La réunion publique à laquelle j’ai participé hier, à l’invitation du député-maire Dominique Baert, marquée par des échanges fructueux avec les candidats et les participants, ne fait que confirmer ma conviction qu’il est nécessaire de s’engager pour l’Europe, pour une autre Europe. Je serai ce soir à Bourg-en-Bresse, aux côtés de mon ami Vincent Peillon, pour continuer à porter ce message, à quelques jours d’un scrutin qui ce dimanche donnera un nouveau visage à l’Europe.

J’ai en moi cet ADN européen, mettant depuis de nombreuses années mon expérience au service de l’idéal européen. En m’engageant pour l’Europe, je m’engage pour la France.

Il est pour moi essentiel, naturel même, d’être mobilisé dans cette campagne. J’ai en moi cet ADN européen, mettant depuis de nombreuses années mon expérience au service de l’idéal européen. En m’engageant pour l’Europe, je m’engage pour la France. Car notre destin est intimement lié à celui de l’Europe. Citoyens, consommateurs, travailleurs, épargnants, nous sommes tous concernés par le projet européen, et nos vies quotidiennes sont imprégnées des progrès portés par l’Europe. Pro-européen passionné, je suis fier de ce qui a été accompli depuis l’impulsion donnée par les pères fondateurs. L’Europe est une chance : mettre en commun nos forces et nos atouts, partager nos valeurs et nos décisions, exercer ensemble notre souveraineté, c’est cela toute la beauté du projet européen. Alors quand je vois les dangers du vote eurosceptique, je suis convaincu que l’Europe mérite mieux que le dénigrement, le rejet, le recul et l’affaiblissement.

Voter aux élections européennes ce dimanche, c’est choisir l’orientation de l’Europe. Avec les socialistes européens, avec Martin Schulz, c’est lui donner une nouvelle impulsion, un nouveau souffle.

Ce dimanche, nos concitoyens voteront pour définir la composition du Parlement européen ces cinq prochaines années. Ils pèseront également directement – et c’est une première – dans le choix du futur président de la Commission européenne. Voter aux élections européennes ce dimanche, c’est choisir l’orientation de l’Europe. Avec les socialistes européens, avec Martin Schulz, c’est lui donner une nouvelle impulsion, un nouveau souffle. C’est refuser les politiques d’austérité menées par la droite conservatrice, qui a étouffé la reprise, et promouvoir au contraire une nouvelle croissance, avec des investissements au service des citoyens européens.

L’heure, plus que jamais, est à la mobilisation pour une Europe sociale, une Europe de la croissance et de l’emploi, une Europe du progrès, une Europe des peuples.

-

Voici quelques photos de ce déplacement à Wattrelos :


Mon déplacement à Lille aujourd’hui : sur le terrain pour soutenir les investissements et accompagner les entreprises

Catégorie : Actualité,En images,Politique,Réflexions,Voyages et déplacements | Par pierre.moscovici | 03/02/2014 à 19:10
Commentaires fermés

J’étais aujourd’hui en déplacement à Lille, dans le Nord. Une journée sur le thème de l’investissement en faveur de l’enseignement supérieur et de la recherche, et sur celui de l’innovation et de l’accompagnement des entreprises.

Avec Geneviève Fioraso, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, et Philippe de Fontaine Vive, Vice-président de la Banque Européenne d’Investissement (BEI), nous avons signé le programme Plan Campus. Après avoir inauguré le restaurant universitaire de droit Lille Moulins et assisté à la présentation des projets de constructions dans le cadre du Plan Campus de Lille 1, 2 et 3 qui offriront un meilleur environnement pour tous les étudiants, nous avons formalisé le protocole d’accord entre la BEI et la France. La BEI  a ainsi approuvé 1,3 milliard d’euros sur 2013-2017, pour financer 13 Campus scientifiques et universitaires sur le territoire français, en appui au Plan Campus de Geneviève Fioraso. La signature de ce protocole témoigne de la mobilisation, par l’Union européenne, de moyens dédiés à la réalisation de projets concrets dans nos territoires, au service de la croissance. Le communiqué de presse relatif à cette signature peut être consulté ici : http://proxy-pubminefi.diffusion.finances.gouv.fr/pub/document/18/16898.pdf

Ensuite, Martine Aubry, Maire de Lille et Présidente de Lille Métropole Communauté urbaine, nous a présenté toute la richesse d’EuraTechnologies. Ce parc d’activités d’excellence pour les entreprises et l’innovation, via des laboratoires et des organismes de formation, accueille et accompagne une large variété de projets, de la start-up à l’entreprise internationale. Nous avons découvert, avec Geneviève Fioraso, les outils de pointe mis à la disposition des entreprises, notamment une salle de téléprésence ou encore un incubateur pour accompagner de jeunes créateurs d’entreprises, au sein d’un parc d’activités de 150 000 m2. Ce sont 127 entreprises qui y sont présentes aujourd’hui. Nous avons aussi rencontré des personnels de Inria Lille avec Martine Aubry, qui nous ont présenté leurs projets innovants en matière de transfert de technologie au sein des entreprises, favorisant les interactions entre la recherche et l’industrie.

J’ai enfin souhaité rencontrer des acteurs économiques et chefs d’entreprises du département, autour d’un table ronde. Ce moment d’échanges et de dialogue, il me tient à cœur à chacun de mes déplacements sur le terrain, dans nos régions. J’y sonde le moral des entrepreneurs, je réponds à leurs questions, et je leur présente notre feuille de route en matière de politique économique et de réformes. A cette occasion, j’ai souligné que notre politique est orientée vers un soutien déterminé aux entreprises. Le Pacte de responsabilité annoncé par le Président de la République a pour objectif, dans ce cadre, de créer les conditions d’un choc de confiance pour un choc de croissance. Ce compromis social, j’ai noté que les chefs d’entreprises présents aujourd’hui y consentaient pleinement, avec le désir commun de redresser la France, pour plus de croissance et d’emplois.

Je reviens donc de ce déplacement avec de nouveaux exemples concrets de réussites françaises, en matière d’investissements et de développements d’entreprises. Oui, la France est un beau pays, et nous faisons tout, depuis mai 2012, pour renforcer les atouts français, au service de nos concitoyens. Ce déplacement à Lille, aujourd’hui, en est une nouvelle preuve concrète.

Voici ci-dessous quelques images de ce déplacement à Lille, qui illustrent les étapes de la journée :

1. Inauguration du restaurant universitaire de droit Lille Moulins, présentation du Plan Campus à Lille, et signature du protocole d’accord entre la BEI et la France.

Lire la suite


Bilan de mon déplacement hier à Avignon : informer et mobiliser

Catégorie : Actualité,En images | Par pierre.moscovici | 17/12/2013 à 20:11

J’étais hier en déplacement sur le terrain, à Avignon dans le Vaucluse, au plus près des Français, des entreprises, des acteurs économiques, des élus, et des agents de mon ministère. Cette journée a été riche en rencontres et en échanges de qualité, permettant de recueillir dans nos territoires les remarques et réflexions qui guident mon action de ministre de l’Economie et des Finances.

Le thème directeur de cette visite était la modernisation des moyens de paiement avec le système européen SEPA (Single Euro Payments Area). Cet Espace Européen Unique de Paiement sera en effet effectif au 1er février 2014, afin que les 18 pays de la zone euro utilisent dès lors le même format pour le prélèvement et le virement. J’ai présenté hier matin à Avignon, au cours d’une table ronde de haut niveau, réunissant les élus, la Banque de France, la Fédération bancaire française, les organisations patronales et les entreprises, les enjeux du SEPA : compétitivité, modernisation, rapidité via la centralisation des paiements et la possibilité de centraliser toutes les opérations en Europe avec un seul compte. Chaque entreprise doit prendre d’ici le 1er février prochain un certain nombre de mesures pratiques, et j’invite chacun à s’informer des démarches à suivre ici : http://www.economie.gouv.fr/espace-sepa-1er-fevrier-2014, et en consultant ce communiqué de presse commun avec Sylvia Pinel et Fleur Pellerin : http://proxy-pubminefi.diffusion.finances.gouv.fr/pub/document/18/16584.pdf.

J’ai ensuite rencontré des acteurs économiques et élus du Vaucluse, échangeant de manière ouverte sur les réformes du gouvernement et sur le cap des mois à venir.

A la Direction départementale des finances publiques (DDFiP) d’Avignon, j’ai salué la mobilisation et l’engagement des agents du Ministère de l’Économie et des Finances, qui travaillent au quotidien au service de l’intérêt général. J’y ai annoncé le lancement de la dématérialisation des timbres fiscaux pour les passeports, qui facilitera considérablement les démarches administratives de nos concitoyens et qui modernise l’action publique. Mon communiqué de presse avec Manuel Valls et Bernard Cazeneuve sur ce sujet du timbre passeport est à retrouver ici : http://proxy-pubminefi.diffusion.finances.gouv.fr/pub/document/18/16593.pdf.

Illustrant la richesse des missions de ce ministère, j’ai ensuite tenu à rencontrer celles et ceux qui agissent au sein de la Direction départementale de la protection des populations d’Avignon, leur exprimant ma fierté pour la qualité de leurs actions.

Enfin, j’ai visité l’entreprise Naturex, leader dans la production d’ingrédients naturels pour les industries agroalimentaires, pharmaceutiques et cosmétiques, en tant que ministre ayant à cœur de découvrir, à chaque déplacement, les entreprises qui contribuent à la croissance, à l’innovation, et à l’emploi dans notre pays. Cette entreprise a ainsi mis en place le système SEPA pour ses paiements, gagnant en compétitivité et en réactivité.

Ce déplacement a permis d’informer et de mobiliser : sur les enjeux et le calendrier de l’Espace Européen Unique de Paiement SEPA, sur la dématérialisation du timbre passeport, sur la variété des missions menées par le Ministère de l’Économie et des Finances, sur les réformes menées par le gouvernement, et enfin sur les atouts innombrables de notre pays, au cœur des territoires. Un beau déplacement, donc, pour de beaux enjeux.

Voici quelques photos de ce déplacement, tout au long de la journée hier :

 Lire la suite


Déplacement aujourd’hui à Villejuif pour la signature du protocole d’accord « Programme Hôpital Avenir » avec la Banque européenne d’investissement

Catégorie : Actualité,En images,Europe / International,Politique | Par pierre.moscovici | 03/12/2013 à 21:02

Je me suis rendu ce matin à l’Institut Gustave Roussy de Villejuif, avec Marisol Touraine, Ministre des Affaires sociales et de la Santé, et Thierry Repentin, Ministre délégué chargé des Affaires européennes, afin de signer le protocole d’accord « Programme Hôpital Avenir » avec la Banque européenne d’investissement.

Ce protocole d’accord s’inscrit pleinement dans le cadre du Pacte européen pour la croissance et l’emploi, acte fondateur de la politique européenne de la France, initié par le Président de la République François Hollande. En ce sens, la Banque européenne d’investissement (BEI) contribue au développement des territoires : nous avançons main dans la main, au service de la croissance et de nos citoyens.

Le discours que j’ai prononcé ce matin ainsi que les photos de ce déplacement peuvent être consultés ci-dessous :

 

 

Signature du protocole d’accord Programme Hôpital Avenir

Institut Gustave Roussy – Cancer Campus, Villejuif

- Mardi 3 décembre 2013 -

 

Monsieur le Vice-président [Philippe Fontaine-Vive],

Mesdames et Messieurs les ministres,

Mesdames et Messieurs,

Dès notre arrivée aux responsabilités, nous avons ainsi travaillé à promouvoir une Europe plus proche de ses citoyens, plus équilibrée, une Europe concrète et positive que les Français et leurs voisins européens pourraient associer à des projets de proximité et à des succès visibles.

Le président de la République, François Hollande, avait fait son entrée sur la scène européenne en juin 2012 en affirmant d’emblée une nouvelle ambition pour l’Europe : réorienter son action vers la croissance et l’emploi. Dès notre arrivée aux responsabilités, nous avons ainsi travaillé à promouvoir une Europe plus proche de ses citoyens, plus équilibrée, une Europe concrète et positive que les Français et leurs voisins européens pourraient associer à des projets de proximité et à des succès visibles.

Cette Europe positive, cette Europe pratique des investissements et de la croissance, est un enjeu pour l’économie, et un enjeu pour la démocratie. L’Europe, ces dernières années, a été pour beaucoup de nos concitoyens synonyme d’efforts, d’apurement des bilans, de discipline. Ces efforts sont nécessaires. Mais l’Europe ne peut pas, ne doit pas se résumer à cela. Elle ne peut se contenter d’être un cadre global : elle doit aussi offrir des solutions concrètes, elle doit aider nos économies à rebondir. Aux disciplines doivent correspondre des solidarités ; les exigences doivent s’accompagner de l’espoir de progrès.

Le Pacte européen pour la Croissance et l’Emploi est un acte fondateur, c’est le marqueur de notre volonté de construire une Europe plus forte, plus solidaire, plus démocratique.

Voilà l’ambition, affirmée dès juin 2012, au travers du Pacte européen pour la Croissance et l’Emploi négocié par François Hollande. Ce Pacte, c’est un acte fondateur, c’est le marqueur de notre volonté de construire une Europe plus forte, plus solidaire, plus démocratique, une Europe de croissance, de projets d’investissements, une Europe pour la cohésion sociale, une Europe positive et constructive, à l’écoute des attentes des citoyens français et européens.

Ce Pacte vient dégager de nouvelles ressources pour la croissance, l’emploi, l’investissement, la cohésion sociale en Europe. Ces nouvelles ressources, elles sont immédiates, elles sont concrètes, et elles sont chiffrées : 120 milliards d’euros de mesures mobilisables pour soutenir l’activité et préserver notre modèle social. Sur ces 120 milliards d’euros, 55 milliards de « fonds structurels » ont été identifiés pour des redéploiements vers des projets en lien avec la cohésion sociale et territoriale.

L’enjeu est de mobiliser les ressources pour le développement de nos territoires et le bien-être des citoyens, et de ma position de représentant de la France au Conseil des gouverneurs de la BEI, je sais à quel point est important le rôle que celle-ci joue dans cette optique.

Mais l’essentiel de ces nouveaux moyens pour la croissance et la cohésion sociale européennes, ce sont les 60 milliards d’euros supplémentaires de capacité de financement de la Banque Européenne d’Investissement. Cette force de frappe, cette puissance d’intervention trouve à s’incarner dans des projets concrets. Petite devinette : quel est le point commun entre le tramway d’Orléans, de Tours ou de Montpellier, les programmes de recherche conduits par PSA sur la norme d’émissions de CO2 Euro 6.2 ou par Renault sur le véhicule électrique, la rénovation des lycées des régions PACA ou Midi Pyrénées, ou encore les programmes de développement du financement des PME conduits par la BNP ou la Société générale? Ils bénéficient tous de l’accompagnement de la BEI. L’enjeu est donc bien de mobiliser les ressources pour le développement de nos territoires et le bien-être des citoyens, et de ma position de représentant de la France au Conseil des gouverneurs de la BEI, je sais à quel point est important le rôle que celle-ci joue dans cette optique.

La BEI est en effet le bras armé du Pacte de Croissance européen. Ce pacte consacre ainsi un nouveau rôle pour elle, un rôle que les économistes appellent contracyclique – ce qui veut dire que quand l’économie ralentit, quand la croissance stagne et que l’emploi reflue, que les investissements se font rares et les acteurs économiques attentistes, la Banque Européenne d’Investissement vient insuffler une nouvelle dynamique, un nouvel élan. Elle vient mobiliser ses ressources et ses outils au service de la reprise de l’activité, et diminuer le risque lié à la réalisation de certains projets d’investissements. Avec le Fonds européen d’investissement, sa filiale, elle peut aussi jouer le rôle d’un véritable fonds de capital-risque européen en soutien des PME.

C’est évidemment un rôle capital dans le contexte économique actuel, un rôle que la BEI est à même de remplir parce que nous avons milité pour que ses moyens soient massivement augmentés. Pour cela, nous avons d’abord mis en œuvre une augmentation de capital de 10 milliards d’euros – la France y a contribué à hauteur de 1,6 milliard d’euros – qui est devenue effective au 1er janvier 2013. La BEI est dès lors capable de mobiliser 60 milliards d’euros de capacité de financement supplémentaire pour la période 2013-2015, c’est-à-dire que sa capacité d’intervention en Europe passera de 50 à 70 milliards d’euros par an sur chacune de ces années, libérés immédiatement.

 Ces nouveaux moyens permettent à la BEI d’accompagner avec beaucoup d’ambition la France dans le financement de ses projets. A la fin de l’année 2012, nous nous sommes fixés avec elle un objectif d’investissements en France de l’ordre de 7 milliards par an de 2013 à 2015, et éventuellement davantage, en fonction de la qualité des projets.

Lire la suite


Valoriser les atouts de l’économie sociale et solidaire : mon déplacement à Evry avec Benoît Hamon – Images et discours

Catégorie : Actualité,En images,Réflexions | Par pierre.moscovici | 28/10/2013 à 19:42

L’économie sociale et solidaire est un pilier important de notre économie, avec 2,4 millions de salariés en France, soit 1 emploi privé sur 8, et un beau potentiel pour l’avenir, dans de nombreux secteur.

Pour illustrer ce rôle de l’ESS dans la croissance et la création d’emplois, nous nous sommes rendus ce matin avec Benoît Hamon à Evry, au siège de l’AFM-Téléthon, à son laboratoire de recherche Généthon, et au centre de production de médicaments de thérapies innovantes Généthon Bioprod. Généthon est le premier et unique établissement pharmaceutique privé à but non-lucratif. Cette structure de l’économie sociale et solidaire a été créée par des malades et parents de malades souffrant de maladies génétiques rares. Cette visite a permis de souligner l’ambition sociale de l’économie sociale et solidaire et l’importance de la pérennité de la prise en charge non-lucrative de la recherche et de nouveaux modes de thérapies pour les maladies rares. J’ai rappelé que le financement de l’économie sociale et solidaire fait pleinement partie des missions de Bpifrance. Aux côtés de Benoît Hamon, j’ai aussi abordé les perspectives de développement de la filière industrielle des biothérapies innovantes.

Ce déplacement à Evry, au contact de personnes engagées au service de leur cause, « innover pour guérir », est la preuve que notre pays compte une multitude de ressources et de projets novateurs, qui ont une réelle utilité sociale. Oui, notre mobilisation collective en faveur de l’économie sociale et solidaire, et donc en faveur de la croissance, est forte. Notre visite ce matin à l’AFM-Téléthon en est un bel exemple.

-

Retrouvez ci-dessous mon discours pour le point presse de fin de visite du siège de l’AFM-Téléthon :

Déplacement à Evry

Conférence de presse conjointe

- Lundi 28 octobre 2013 -

 

 

Bonjour à tous, et merci de votre présence.

Quelques mots rapides, avant de laisser la parole à Benoît Hamon, qui va insister sur les mesures du projet de loi pour encourager le développement de l’économie sociale et solidaire dont il est l’architecte, et qui est en cours d’examen au parlement.

Je suis aujourd’hui à ses côtés, pour cette visite, en tant que Ministre des entreprises – de toutes les entreprises, quelle que soit leur forme juridique, quel que soit leur champ d’activité. L’intitulé du projet de loi que défend actuellement Benoît Hamon n’est d’ailleurs pas anodin : même si elle est sociale et solidaire, il s’agit bien d’économie, dans le sens où ce texte poursuit bien une véritable ambition économique.

L’économie sociale et solidaire, ce sont 2,4 millions de salariés en France, soit un emploi privé sur 8… Et surtout, c’est une croissance de l’emploi de 23% sur les 10 dernières années.

Le secteur obéit à des contraintes, à des logiques différentes de l’économie traditionnelle, bien sûr, mais son apport à la croissance du pays ne doit pas être sous-estimé. Quelques chiffres qu’il peut être utile de rappeler ici, puisque vous savez que nous travaillons sans relâche à amplifier la dynamique de reprise qui se dessine dans le pays : l’économie sociale et solidaire, ce sont 2,4 millions de salariés en France, soit un emploi privé sur 8… Et surtout, c’est une croissance de l’emploi de 23% sur les 10 dernières années, contre 7% pour le reste de l’économie.

Avec un beau potentiel pour l’avenir, puisque c’est aussi un secteur qui sera amené à épouser et accompagner des évolutions démographiques, économiques, environnementales profondes, dans la France de la prochaine décennie. Je pense à la « verdisation » de l’économie, où l’ESS peut apporter son expertise en matière de transition énergétique par exemple, ou au vieillissement démographique, où l’ESS est très présente, au travers des services aux personnes âgées.

Les collaborateurs de l’AFM-Téléthon nous ont offert une démonstration convaincante et réussie qu’il est possible de combiner activité économique, ambition sociale et innovation de pointe.

Lire la suite


Au plus près des forces vives de notre pays : bilan de mon déplacement hier à Metz

Catégorie : Actualité,En images,Réflexions,Vidéos | Par pierre.moscovici | 22/10/2013 à 20:01

Hier en déplacement à Metz, je me suis rendu au plus près d’acteurs engagés pour leur ville, pour leur territoire, pour leur région, pour leur pays. Habitants, salariés, chefs d’entreprise, élus : tous partagent ce même désir d’aller de l’avant, accompagnant ainsi le redressement de la France.

L’accueil républicain qui m’a été réservé à mon arrivée en mairie de Metz par M. le Maire Dominique Gros a été le point de départ d’une journée consacrée à célébrer le Pacte Lorraine 2014-2016 et à rencontrer des entreprises et les services de l’INSEE de mon ministère, au sein de cette belle ville.

J’ai d’abord visité deux entreprises locales, car j’ai à coeur d’être le ministre de toutes les entreprises, et de les accompagner au service de la croissance, de la compétitivité et de l’emploi. La première, E-Fluid à Metz, jeune start-up spécialisée dans le développement informatique avec 80 salariés, m’a présenté son prologiciel très sophistiqué, adopté par les principaux acteurs de l’énergie en France. J’ai souligné les très bonnes perspectives de l’entreprise en matière de développement et d’emplois, avec l’objectif de doubler les effectifs en 7 ans. J’ai indiqué lors de cette rencontre avec les salariés de E-Fluid que le Projet de loi de finances pour 2014 soutient l’émergence et le développement de start-ups innovantes pour renforcer le tissu économique français. Le Pacte Lorraine 2014-2016 entre l’Etat et la région a aussi été au centre de nos échanges, puisqu’il accompagne les entreprises afin de valoriser tous les atouts de la Lorraine. La seconde entreprise au sein de laquelle je me suis rendu, Cimulec, m’a permis de saluer l’excellence et les savoir-faire des salariés dans la fabrication de circuits imprimés complexes destinés aux applications militaires, aéronautiques et spatiales. C’est grâce à cette excellence que l’entreprise a conquis depuis 30 ans la confiance des principaux donneurs d’ordre européens.

A la fin de ces deux visites d’entreprises, je me suis exprimé sur France 3 Lorraine pour présenter le sens de ce déplacement, ses enjeux, et ses annonces. En voici la vidéo :

J’ai ensuite eu un temps de dialogue avec des chefs d’entreprises et élus de Lorraine à Metz. Être sur le terrain, échanger avec acteurs impliqués et passionnés, voilà tout le sens de ma fonction de ministre. Car c’est en portant nos réformes et nos choix au plus près de tous ceux à qui ils s’adressent que nous convaincrons de la justesse de notre action.

L’après-midi, je me suis rendu dans les locaux de l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) à Metz. J’y ai annoncé un engagement très important, preuve que nous tenons nos promesses : celui de confirmer la dynamique d’implantation de l’INSEE dans cette ville ainsi que le renforcement du pôle statistique, qui comptera 400 agents d’ici 2016. Auprès des agents de mon ministère, au sens du service public très développé que je salue, j’ai pu constater de leur volonté partagée de pérenniser cette direction d’excellence, ici à Metz.

Enfin, j’ai rencontré les militants et sympathisants du Parti socialiste du département. J’ai écouté leurs remarques, leurs attentes, et répondu à leurs interrogations. Je leur ai présenté notre cap, celui du redressement de la France au service de tous.

Je remercie les habitants, les entreprises, et les élus de Metz pour leur accueil chaleureux hier et pour nos échanges fructueux. Je reviens à Bercy renforcé dans ma conviction que nous avançons dans la bonne direction, celle du redressement de la France et de l’amélioration des conditions de vie de nos concitoyens. Cette conviction, je ne doute pas qu’elle sera renforcée lors de mes prochains déplacements, dans vos régions, à votre contact.

Voici quelques images de ce déplacement :

1. Accueil républicain en mairie de Metz par M. le Maire Dominique Gros :

Lire la suite


Porter la voix de la France : le bilan de mon déplacement aux Etats-Unis

Catégorie : Actualité,En images,Europe / International,Vidéos | Par pierre.moscovici | 14/10/2013 à 18:35

J’ai participé du jeudi 10 au samedi 12 octobre à Washington aux Assemblées annuelles du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale ainsi qu’aux réunions des ministres des Finances et des gouverneurs des banques centrales du G7, G8 et G20, avec les présidents des institutions financières internationales.

A l’occasion de ce déplacement aux Etats-Unis, je me suis rendu à l’Université d’Harvard à Cambridge pour une conférence au Centre d’études européennes « Minda de Gunzburg » sur l’avenir de la gouvernance économique et financière européenne. Les échanges avec la salle ont été particulièrement enrichissants : j’ai rencontré des interlocuteurs aussi brillants qu’investis pour l’avenir de la construction européenne et pour les défis que nous devons relever pour insuffler une nouvelle dynamique à notre maison commune, l’Europe, afin qu’elle redevienne un modèle d’intégration pour le monde.

En tant que ministre de l’Economie et des Finances, je dois dire que ces trois journées ont été très instructives. Avec mes homologues, au sein de grandes instances internationales de gouvernance économique, nous avons échangé sur la reprise de la croissance mondiale et sur les politiques économiques internationales, sur le soutien à l’emploi, ou encore sur la promotion d’une plus grande coopération fiscale. Dans le cadre du G8, nous avons poursuivi les travaux du Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition afin de continuer à soutenir les processus démocratiques. J’ai également participé à l’exercice d’alerte avancée FMI-CSF, à la plénière du Comité Monétaire et Financier International et au déjeuner du Comité du développement. Pourquoi ces réunions sont-elles importantes ? Parce que c’est dans leur cadre que se décident les grandes orientations vers lesquelles les Etats décident de pousser leurs travaux, de coordonner leurs politiques. C’est un moment, un lieu, où l’on doit donner toute son énergie pour que la direction choisie soit la bonne, celle qui servira le mieux l’intérêt collectif, au-delà des intérêts particuliers.

J’ai également donné une conférence au Council on Foreign Relations sur la situation économique de la Zone euro et de la France dont voici la vidéo :

Interviewé par Bloomberg TV, je me suis exprimé sur l’économie française, l’union bancaire en Europe, ou encore la croissance mondiale :

J’ai aussi rencontré mes homologues lors d’entretiens qui ont permis de renforcer les échanges entre pays amis. Avec Joe Hockey, mon nouvel homologue australien, dont le pays présidera le G20 à partir du 1er décembre, nous avons convenu des priorités à mettre en oeuvre dans cette enceinte qui rassemble les plus grandes économies du monde, représentant plus de 90% du PIB mondial. Avec HYUN Oh-Seok, vice Premier ministre chargé de la Stratégie et des Finances de la République de Corée. Avec Donald Kaberuka, président de la Banque africaine de développement. Avec, Yaïr Lapid, ministre des Finances de l’Etat d’Israël, pour accroître les échanges entre la France et Israël. Avec Jim Kim, Président de la Banque mondiale, entretien suivi de la signature d’un accord pour la création d’un fond fiduciaire pour aider les Etats africains à mieux gérer les bénéfices de leurs activités extractives.

Enfin, nous avons tenu avec Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France, une conférence de presse de clôture de ce déplacement .

-

Je vous invite à découvrir quelques images de ces rencontres et réunions aux Etats-Unis :

1. Conférence au Centre « Mina de Gunzburg » d’études européennes de l’Université de Harvard avec, à mes côtés, le Dr. Grzegorz Ekiert.

2. Interview par Sara Eisen de Bloomberg TV au siège du FMI à Washington. Lire la suite