«La présidentielle se joue au premier tour» – Le Parisien

Interview de Pierre Moscovici publiée dans le journal « Le Parisien » daté du 20 avril 2012.

Cette élection présidentielle peut-elle réserver des surprises ?

PIERRE MOSCOVICI. Les enquêtes d’opinion montrent quelques tendances fondamentales, à commencer par l’attente puissante et tranquille du changement. Mais les sondages ne font pas l’élection : des surprises sont possibles, y compris qu’il n’y en ait pas. Rien n’est fait, rien n’est joué !

Le risque d’une élimination de votre candidat à l’issue du 1er tour semble néanmoins écarté…

Le 21 avril 2002 était une situation exceptionnelle et dramatique. Nous n’en semblons pas, cette fois, menacés : si c’est le cas, tant mieux. Mais notre objectif en 2012, c’est que François Hollande puisse avoir, dès le 22 avril, la force et la confiance qui lui permettront de l’emporter le 6 mai. La présidentielle se joue toujours au premier tour. C’est pourquoi nous sommes plus que jamais mobilisés.

Continuer la lecture

Pierre Moscovici invité de LCI

Retrouvez ci-dessous l’intégralité de l’intervention de Pierre Moscovici ce matin sur LCI.

JULIEN ARNAUD
Merci d’être là. Un Français sur trois, visiblement, n’ira pas voter, selon un sondage publié hier, et visiblement ce chiffre inquiète un peu François HOLLANDE, qui dit : « Tous les sondages seront démentis à cause de cette abstention possible. Je ne sais pas quel sera l’ordre d’arrivée ». Pour poser les choses clairement, Pierre MOSCOVICI, y-a-t-il un risque nouveau de 21 avril bis ?

PIERRE MOSCOVICI
Ce n’est pas tant ça qui peut nous préoccuper, que le fait qu’une élection où il y a beaucoup d’abstention, c’est une élection d’un pays qui est en crise politique, en crise démocratique, où le rapport entre les électeurs et les élus est dégradé, et je pense que cette élection mérite une participation forte, mérite une mobilisation forte. On est à trois semaines du premier tour, eh bien moi j’en appelle justement à la mobilisation démocratique. Je peux comprendre pourquoi des électeurs sont tentés par l’abstention, parce qu’il y a eu l’élection de 2007, il y a eu les promesses qui ont été faites par Nicolas SARKOZY, il y a eu les mensonges, il y a eu les déceptions, il y a eu les trahisons…

Continuer la lecture

Responsabilité

Les élections cantonales ont livré leur verdict – proche des prévisions que j’en faisais. Cette consultation locale, marquée au final par une grande stabilité des élus, est toutefois riche d’enseignements. Comme socialiste, j’accueille le résultat du vote avec satisfaction, mais aussi avec responsabilité, voire gravité.

Ne boudons pas cette nouvelle victoire, qui nous donne encore plus de ressources pour préparer les échéances décisives de 2012

Ce scrutin est un nouveau et incontestable succès pour la gauche et le Parti socialiste. Le PS est, et de loin, le premier parti de France. Il conquiert de nouveaux départements en métropole – le Jura, dans ma région, la Loire, les Pyrénées Atlantiques, la Savoie – et dans les Outre-mers – la Réunion, Mayotte – même s’il perd le Val d’Oise. Il est décidément, et de plus en plus, le parti des territoires, celui dans lequel nos concitoyens ont confiance pour gérer les collectivités locales, Régions et départements, communes et intercommunalités. Nos candidat(e)s sont implanté(e)s, leur campagne, avec des fortunes diverses bien sûr, a été efficace, organisée, proche du terrain. Ne boudons pas cette nouvelle victoire, qui nous donne encore plus de ressources pour préparer les échéances décisives de 2012. Fort de ses élus, de son organisation militante, le Parti socialiste, avec ses défauts – il en a – avec ses limites – je les connais – est celui par lequel l’alternance peut advenir dans un an : sa probabilité ne cesse de croître, elle est plus grande encore depuis hier soir.

Continuer la lecture