Bilan de mon déplacement hier à Avignon : informer et mobiliser

J’étais hier en déplacement sur le terrain, à Avignon dans le Vaucluse, au plus près des Français, des entreprises, des acteurs économiques, des élus, et des agents de mon ministère. Cette journée a été riche en rencontres et en échanges de qualité, permettant de recueillir dans nos territoires les remarques et réflexions qui guident mon action de ministre de l’Economie et des Finances.

Le thème directeur de cette visite était la modernisation des moyens de paiement avec le système européen SEPA (Single Euro Payments Area). Cet Espace Européen Unique de Paiement sera en effet effectif au 1er février 2014, afin que les 18 pays de la zone euro utilisent dès lors le même format pour le prélèvement et le virement. J’ai présenté hier matin à Avignon, au cours d’une table ronde de haut niveau, réunissant les élus, la Banque de France, la Fédération bancaire française, les organisations patronales et les entreprises, les enjeux du SEPA : compétitivité, modernisation, rapidité via la centralisation des paiements et la possibilité de centraliser toutes les opérations en Europe avec un seul compte. Chaque entreprise doit prendre d’ici le 1er février prochain un certain nombre de mesures pratiques, et j’invite chacun à s’informer des démarches à suivre ici : http://www.economie.gouv.fr/espace-sepa-1er-fevrier-2014, et en consultant ce communiqué de presse commun avec Sylvia Pinel et Fleur Pellerin : http://proxy-pubminefi.diffusion.finances.gouv.fr/pub/document/18/16584.pdf.

J’ai ensuite rencontré des acteurs économiques et élus du Vaucluse, échangeant de manière ouverte sur les réformes du gouvernement et sur le cap des mois à venir.

A la Direction départementale des finances publiques (DDFiP) d’Avignon, j’ai salué la mobilisation et l’engagement des agents du Ministère de l’Économie et des Finances, qui travaillent au quotidien au service de l’intérêt général. J’y ai annoncé le lancement de la dématérialisation des timbres fiscaux pour les passeports, qui facilitera considérablement les démarches administratives de nos concitoyens et qui modernise l’action publique. Mon communiqué de presse avec Manuel Valls et Bernard Cazeneuve sur ce sujet du timbre passeport est à retrouver ici : http://proxy-pubminefi.diffusion.finances.gouv.fr/pub/document/18/16593.pdf.

Illustrant la richesse des missions de ce ministère, j’ai ensuite tenu à rencontrer celles et ceux qui agissent au sein de la Direction départementale de la protection des populations d’Avignon, leur exprimant ma fierté pour la qualité de leurs actions.

Enfin, j’ai visité l’entreprise Naturex, leader dans la production d’ingrédients naturels pour les industries agroalimentaires, pharmaceutiques et cosmétiques, en tant que ministre ayant à cœur de découvrir, à chaque déplacement, les entreprises qui contribuent à la croissance, à l’innovation, et à l’emploi dans notre pays. Cette entreprise a ainsi mis en place le système SEPA pour ses paiements, gagnant en compétitivité et en réactivité.

Ce déplacement a permis d’informer et de mobiliser : sur les enjeux et le calendrier de l’Espace Européen Unique de Paiement SEPA, sur la dématérialisation du timbre passeport, sur la variété des missions menées par le Ministère de l’Économie et des Finances, sur les réformes menées par le gouvernement, et enfin sur les atouts innombrables de notre pays, au cœur des territoires. Un beau déplacement, donc, pour de beaux enjeux.

Voici quelques photos de ce déplacement, tout au long de la journée hier :

 Continuer la lecture

Porter la voix de la France : le bilan de mon déplacement aux Etats-Unis

J’ai participé du jeudi 10 au samedi 12 octobre à Washington aux Assemblées annuelles du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale ainsi qu’aux réunions des ministres des Finances et des gouverneurs des banques centrales du G7, G8 et G20, avec les présidents des institutions financières internationales.

A l’occasion de ce déplacement aux Etats-Unis, je me suis rendu à l’Université d’Harvard à Cambridge pour une conférence au Centre d’études européennes « Minda de Gunzburg » sur l’avenir de la gouvernance économique et financière européenne. Les échanges avec la salle ont été particulièrement enrichissants : j’ai rencontré des interlocuteurs aussi brillants qu’investis pour l’avenir de la construction européenne et pour les défis que nous devons relever pour insuffler une nouvelle dynamique à notre maison commune, l’Europe, afin qu’elle redevienne un modèle d’intégration pour le monde.

En tant que ministre de l’Economie et des Finances, je dois dire que ces trois journées ont été très instructives. Avec mes homologues, au sein de grandes instances internationales de gouvernance économique, nous avons échangé sur la reprise de la croissance mondiale et sur les politiques économiques internationales, sur le soutien à l’emploi, ou encore sur la promotion d’une plus grande coopération fiscale. Dans le cadre du G8, nous avons poursuivi les travaux du Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition afin de continuer à soutenir les processus démocratiques. J’ai également participé à l’exercice d’alerte avancée FMI-CSF, à la plénière du Comité Monétaire et Financier International et au déjeuner du Comité du développement. Pourquoi ces réunions sont-elles importantes ? Parce que c’est dans leur cadre que se décident les grandes orientations vers lesquelles les Etats décident de pousser leurs travaux, de coordonner leurs politiques. C’est un moment, un lieu, où l’on doit donner toute son énergie pour que la direction choisie soit la bonne, celle qui servira le mieux l’intérêt collectif, au-delà des intérêts particuliers.

J’ai également donné une conférence au Council on Foreign Relations sur la situation économique de la Zone euro et de la France dont voici la vidéo :

Interviewé par Bloomberg TV, je me suis exprimé sur l’économie française, l’union bancaire en Europe, ou encore la croissance mondiale :

J’ai aussi rencontré mes homologues lors d’entretiens qui ont permis de renforcer les échanges entre pays amis. Avec Joe Hockey, mon nouvel homologue australien, dont le pays présidera le G20 à partir du 1er décembre, nous avons convenu des priorités à mettre en oeuvre dans cette enceinte qui rassemble les plus grandes économies du monde, représentant plus de 90% du PIB mondial. Avec HYUN Oh-Seok, vice Premier ministre chargé de la Stratégie et des Finances de la République de Corée. Avec Donald Kaberuka, président de la Banque africaine de développement. Avec, Yaïr Lapid, ministre des Finances de l’Etat d’Israël, pour accroître les échanges entre la France et Israël. Avec Jim Kim, Président de la Banque mondiale, entretien suivi de la signature d’un accord pour la création d’un fond fiduciaire pour aider les Etats africains à mieux gérer les bénéfices de leurs activités extractives.

Enfin, nous avons tenu avec Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France, une conférence de presse de clôture de ce déplacement .

Je vous invite à découvrir quelques images de ces rencontres et réunions aux Etats-Unis :

1. Conférence au Centre « Mina de Gunzburg » d’études européennes de l’Université de Harvard avec, à mes côtés, le Dr. Grzegorz Ekiert.

2. Interview par Sara Eisen de Bloomberg TV au siège du FMI à Washington. Continuer la lecture

Espace unique de paiement en euros – SEPA – Conférence de presse ce matin

Aux côtés de Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France, j’ai présenté ce matin à Bercy en conférence de presse les enjeux importants de l’espace unique de paiement en euros, dit « SEPA » (Single Euro Payments Area), pour les prélèvements et les virements effectués en Europe.

J’ai insisté sur la nécessité, pour les entreprises, de se préparer à son entrée en vigueur le 1er février 2014. En réduisant les coûts et formalités, avec des paiements rapides et sûrs, l’espace unique de paiement en euros est une formidable opportunité, source de simplification et de compétitivité pour nos entreprises. 

Vous pouvez consulter le dossier de presse et des fiches pratiques sur le SEPA à cette adresse : http://proxy-pubminefi.diffusion.finances.gouv.fr/pub/document/18/15852.pdf

Retrouvez ci-dessous la vidéo et le discours écrit de ma conférence de presse ce matin :


Conférence de presse sur l'espace unique de… par pierremoscovici

Conférence de presse

L’espace européen unique des paiements (SEPA)

lundi 23 septembre 2013

 

Monsieur le Gouverneur,

Mesdames et Messieurs,

Je vous remercie pour votre présence ce matin.

Dans quelques mois, le 1er février de l’année prochaine, l’Europe franchira une nouvelle étape dans la construction d’un espace économique unifié au service de ses citoyens et de ses entreprises. A cette date, la mise en œuvre de l’espace unique des paiements en euro (SEPA pour Single Euro Payments Area) fera tomber des barrières qui sont encore, aujourd’hui, une source de complexité et de coût pour les Européens dans leur vie de tous les jours.

Il s’agit de créer un espace unique des paiements dans lequel il n’y a pas de différence entre les paiements d’un pays à l’autre de l’Europe. Le SEPA contribue ainsi à l’objectif d’intégration qui est au cœur du projet européen.

L’idée du SEPA est simple à énoncer. Il s’agit de créer un espace unique des paiements dans lequel il n’y a pas de différence entre les paiements d’un pays à l’autre de l’Europe. Le SEPA contribue ainsi à l’objectif d’intégration qui est au cœur du projet européen. Il répond aussi à une évidence de tous les jours : les moyens de paiements ne peuvent plus se concevoir à une échelle purement nationale alors que les échanges transfrontaliers des entreprises et des particuliers se multiplient et que les banques opèrent à l’échelle européenne.

Le SEPA prévoit ainsi la généralisation dans toute l’Europe de formats identiques pour deux moyens de paiements que nous connaissons déjà bien, le virement et le prélèvement. Cela peut sembler technique mais, concrètement, c’est une avancée essentielle. Je vais vous donner quelques exemples : avec le SEPA il sera beaucoup plus facile d’installer un prélèvement à l’étranger, par exemple pour le paiement du loyer d’un étudiant parti faire ses études dans un autre pays ; toujours grâce au SEPA une entreprise qui exporte vers d’autres pays européens pourra se faire régler directement sur son compte bancaire en France.

On le comprend donc assez facilement, le SEPA présente de nombreux avantages pour les entreprises françaises :

–         il permet de renforcer la compétitivité de nos entreprises : les entreprises, et je pense en particulier à nos PME qui souhaitent développer leur activité à l’export, n’auront plus besoin d’ouvrir plusieurs comptes bancaires en Europe. Elles pourront facilement, à partir de leur compte en France effectuer toutes leurs opérations (paiement de fournisseurs à l’étranger par exemple) ;

–         cette centralisation des paiements permet une réduction des formalités et des frais bancaires.

–         le passage au SEPA est aussi l’occasion de revoir aussi le processus de traitement et de suivi des factures, c’est un enjeu important quand on sait que les PME utilisent largement le chèque; le SEPA est donc une opportunité de modernisation avec des gains de productivité à la clé.

–         Enfin, l’accélération des délais de règlements contribue à améliorer la gestion de trésorerie des entreprises ; un sujet sur lequel, comme vous le savez, je mets en œuvre tout un plan d’action.

Continuer la lecture

De nouveaux signes encourageants de reprise – Communiqué de presse

Je me réjouis des signes encourageants de reprise observés aussi bien en France qu’au sein de la zone euro. Les dernières enquêtes de conjoncture rendent en effet compte d’une amélioration de notre situation économique.

Le Gouvernement est mobilisé au quotidien pour transformer cette amélioration progressive en 2013 en reprise durable en 2014. Notre stratégie ambitieuse pour la croissance, l’investissement, l’innovation, la compétitivité, ou encore l’emploi porte ses fruits. Nous poursuivons notre cap, celui du redressement au service de nos concitoyens.

 

Mon communiqué de presse :

 

Pierre MOSCOVICI, ministre de l’Economie et des Finances, relève des signes encourageants pour la situation économique en France et dans le reste de la zone euro.

Dans la zone euro, la conjoncture semble se stabiliser, comme en témoignent le redressement sensible des enquêtes de conjoncture européennes et l’atténuation du repli de l’activité au deuxième trimestre en Espagne (-0,1 % après -0,5 %) et en Italie (-0,2 % après -0,6 %). En parallèle, la production industrielle en Allemagne a fortement rebondi ce trimestre (+2,8 %). En conséquence, après six trimestres consécutifs de contraction de l’activité, la zone euro dans son ensemble devrait ainsi avoir renoué avec la croissance au 2e trimestre de cette année.

Pour transformer cette amélioration progressive en 2013 en reprise durable en 2014, Pierre MOSCOVICI souligne l’importance de la coordination des politiques économiques au sein de l’union économique et monétaire, ce qui passe par des politiques budgétaires, de compétitivité et de soutien à la demande intérieure qui tiennent compte des situations économiques et extérieures de chaque Etat membre.

En France, les dernières enquêtes de conjoncture de l’Insee, de la Banque de France, et de l’institut Markit confirment l’éclaircie – encore à amplifier – du climat des affaires dans l’industrie et les services marchands, compte tenu en particulier de la bonne tenue des exportations et de la consommation des ménages. Ainsi, l’indice PMI dans l’industrie (enquête auprès des directeurs d’achats de l’institut Markit) s’établit en juillet à son plus haut niveau depuis février 2012 et a connu sa plus forte progression sur trois mois depuis fin 2009. Ces indicateurs suggèrent que l’activité en France a progressé au deuxième trimestre, après deux trimestres de léger recul. La Banque de France table sur une croissance encore modeste de 0,1 % pour le 3e trimestre, estimation prudente qui reflète l’incertitude du contexte actuel.

La stratégie du gouvernement pour faire en sorte que ces signes de reprise se raffermissent tout au long des mois à venir, repose sur trois piliers : l’Europe, qui doit remettre la croissance au cœur de ses politiques ; le rétablissement de la confiance, qui exige de déployer tous les instruments pour l’emploi notamment des jeunes, de consolider notre modèle social, et de redonner le goût d’entreprendre ; la préparation de l’avenir, qui passe, sans préjudice pour le rétablissement des équilibres financiers, par une stratégie ambitieuse pour l’investissement, l’innovation et la compétitivité.