La vraie rentrée

Cette fois, l’été – au sens des rythmes de vie, pas de la météo – est fini, la vraie rentrée est là. Les vacances ne sont pas oubliées, il en reste le sentiment, agréable et nécessaire, qu’il y a une autre vie que le travail, ou la politique, que la beauté du monde peut éclairer les difficultés du quotidien. Mais j’ai repris toutes mes activités, et celles-ci exigent déjà une pleine mobilisation dans trois domaines. Continuer la lecture

La bonne nouvelle

Le ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux, m’a appelé ce matin pour me donner sa décision de principe de classer le pays de Montbéliard en état de catastrophe naturelle après le violent orage de grêle qui l’a touché mercredi. Cette position n’allait pas de soi, sur un plan juridique. Le ministre a bien voulu considérer la globalité du problème, prendre en compte l’étendue des dégâts – toits éventrés, volets criblés, appartements inondés, véhicules abimés… qui ont frappé les particuliers, ainsi que les dommages faits à l’économie, notamment au site PSA de Sochaux.

L’état de catastrophe naturelle ne résout pas tout mais il permettra d’améliorer le niveau d’indemnisation de tous ceux – je pense aux plus modestes, aux plus démunis – qui sont mal assurés ou assurés au tiers, dont les franchises dues aux assurances seront minorées.

C’est une bonne nouvelle pour toutes les victimes de ce dérèglement climatique exceptionnel et subit, aux conséquences effectivement catastrophiques. L’état de catastrophe naturelle ne résout pas tout mais il permettra d’améliorer le niveau d’indemnisation de tous ceux – je pense aux plus modestes, aux plus démunis – qui sont mal assurés ou assurés au tiers, dont les franchises dues aux assurances seront minorées. Je veux remercier le Préfet de Région, Nacer Meddah, qui a tout de suite saisi la gravité de la situation et a fait remonter les informations utiles au ministère. Ma gratitude va aussi au ministre, qui a d’emblée prêté une oreille attentive aux préoccupations que j’exprimais, au nom de tous les élus et de l’ensemble de la population du pays de Montbéliard. Ce pays, qui souffre, avait besoin de la solidarité nationale. Je me réjouis qu’il en bénéficie. J’attends maintenant la confirmation officielle de cette juste décision politique, à travers l’arrêté de catastrophe naturelle lui-même, qui permettra d’engager les procédures conduisant à des indemnisations satisfaisantes.

Catastrophe naturelle

A la Petite Hollande, durement touchée! La responsable d’Habitat 25 explique les difficultés que les organismes logeurs vont rencontrer et demande le classement en Catastrophe Naturelle.

Je veux marquer ma solidarité avec tous ceux, nombreux, qui ont été touchés par le violent orage de grêle tombé sur le Pays de Montbéliard mercredi soir. Dès que j’ai appris la nouvelle, j’ai annulé un voyage à Istanbul, prévu de longue date, pour me rendre sur place. L’ampleur des dégâts est considérable : ils concernent aussi bien les édifices publics, l’économie – l’usine PSA a été durement frappé – que les particuliers – habitations et véhicules. Je veux dire mon admiration à tous ceux qui ont agi pour faire face à cet événement, à commencer par les services de l’Etat, les élus des communes, grandes et petites, les agents municipaux, ceux de la CAPM, avec une mention spéciale pour les pompiers.

Je veux dire mon admiration à tous ceux qui ont agi pour faire face à cet événement

J’ai passé la journée d’hier aux côtés du maire de Montbéliard, Jacques Hélias, du sénateur-maire d’Audincourt, Martial Bourquin, du nouveau Préfet de Région, Nacer Meddah, du sous-préfet, Serge Gouteyron. Ensemble, nous avons parcouru la ville de Montbéliard, dans ses différents quartiers, puis sommes allés sur le site de PSA. J’ai ensuite, en ma qualité de Président de la CAPM, rendu visite aux maires de Bart, Courcelles, Grand-Charmont et Etupes. Sur le terrain, j’ai acquis la conviction que ce phénomène météorologique violent et inédit méritait une juste indemnisation. La procédure dite de « catastrophe naturelle » permet de mieux venir en aide à ceux qui sont peu ou mal assurés – les plus démunis, évidemment – en réduisant les franchises dues.

La procédure dite de « catastrophe naturelle » permet de mieux venir en aide à ceux qui sont peu ou mal assurés (…). J’ai donc plaidé pour qu’un arrêté soit pris en ce sens

J’ai donc plaidé, avec mes collègues élus, pour qu’un arrêté soit pris en ce sens. C’est la souhait de la quasi-totalité des maires de l’agglomération, c’est aussi celui d’une grande partie de la population. Je me réjouis d’avoir senti le Préfet sensible à cette demande, et remercie le Ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux, de l’oreille attentive qu’il m’a accordée lors d’un entretien téléphonique. Je continuerai, bien sûr, à militer en ce sens.