Signature de la lettre d’intention entre MSC Croisières et STX France de commande de deux paquebots géants

J’ai annoncé ce matin la signature entre MSC Croisières et STX France d’une lettre d’intention pour la commande de deux paquebots géants, représentant un montant d’environ 1,4 milliard d’euros, avec deux autres navires en option. Présent à la signature de cette lettre d’intention, j’ai souligné à quelle point cette très bonne nouvelle était importante pour l’emploi sur les chantiers navals de Saint-Nazaire. J’ai été très attentif à cette négociation, et son aboutissement aujourd’hui témoigne de l’excellence des savoir-faire des entreprises françaises, et de la confiance que MSC Croisières accorde à notre industrie. Ce chantier représentera 16 millions d’heures de travail pour STX France et ses co-réalisateurs, et je m’en réjouis en tant que ministre de l’Economie et des Finances attentif à la vitalité de nos entreprises et à l’emploi.

Voici le communiqué de presse que j’ai publié avec Nicole Bricq à ce sujet :

Pierre MOSCOVICI et Nicole BRICQ saluent la signature d’une lettre d’intention entre MSC Croisières et STX France

Pierre MOSCOVICI, Ministre de l’Economie et des Finances et Nicole BRICQ, Ministre du Commerce extérieur tiennent à féliciter MSC Croisières et STX France pour la signature ce jour d’une lettre d’intention pour la commande de deux paquebots géants, et de deux autres en option.

D’une longueur de 315 mètres et d’une largeur de 43 mètres environ, ces bateaux pourront accueillir 7250 personnes à leur bord, dont plus de 5700 passagers.

D’un montant d’environ 1,4 Md€, ces deux premiers paquebots représentent environ 16 millions d’heures de travail pour STX France et ses co-réalisateurs. C’est la consolidation de 2000 emplois pendant 5 ans.

Cette intention de commande de MSC Croisières vient consolider le carnet de STX France déjà marqué par d’importants succès ces derniers mois. Elle témoigne de la qualité reconnue du savoir-faire des salariés de STX France depuis plus de 150 ans désormais. Elle consolide par ailleurs une coopération ancienne et de qualité entre STX France et son client historique MSC Croisières.

Les Ministres saluent la qualité technique et d’innovation du projet. Il s’agira en effet de navires de nouvelles générations spécialement conçus par STX France pour répondre à la demande de MSC Croisières.

Pour les Ministres : « Il s’agit d’un très beau succès pour STX France, et en particulier ses salariés. L’entreprise a su convaincre techniquement et économiquement MSC Croisières que son offre était d’une grande compétitivité. Cette intention de commande témoigne de la volonté de la France et de ses entreprises d’amplifier la création de projets innovants et ambitieux sur notre territoire. C’est également le témoin de la relation de confiance entre MSC Croisières et la France, et plus largement entre les investisseurs étrangers et le tissu industriel français ».

 

 

Déplacement aujourd’hui en Suisse, à Berne – Communiqué de presse

Je suis aujourd’hui en déplacement à Berne, à l’invitation des autorités suisses. Les rencontres avec mes homologues suisses seront l’occasion d’échanger sur les enjeux fiscaux entre nos pays, sur nos partenariats, et sur les relations entre la Suisse et ses pays voisins.

A lire ci-dessous, les détails et les enjeux de cette visite :

Déplacement de Pierre Moscovici à Berne

– Jeudi 6 mars 2014 –

Pierre MOSCOVICI se rendra à Berne, à l’invitation des autorités suisses, le jeudi 6 mars.

Accompagné de M. Christian ECKERT, député de Meurthe-et-Moselle, rapporteur général de la Commission des Finances de l’Assemblée nationale et M. Richard YUNG, représentant les Français établis hors de France, membre de la Commission des Finances du Sénat, il rencontrera notamment Mme WIDMER-SCHLUMPF, Conseillère fédérale, cheffe du Département fédéral des Finances, et MM. Johan SCHNEIDER-AMMAN et Alain BERSET, Conseillers fédéraux, chef du département fédéral de l’Economie, de la Formation et de la Recherche et Chef du Département de l’Intérieur.

Ce déplacement fait suite à la visite de Mme WIDMER-SCHLUMPF, Conseillère fédérale, cheffe du Département fédéral des Finances à Paris, en juillet 2013, qui a marqué le début d’un dialogue fiscal entre nos deux pays concernant notamment la convention fiscale franco-suisse sur les successions, signée par le gouvernement suisse et dont le processus de ratification est actuellement en cours.

Les entretiens de Pierre MOSCOVICI à Berne seront également l’occasion d’évoquer les relations entre la Suisse et son voisinage un mois après la votation du 9 février, dont le résultat a ouvert une période d’incertitudes pour le monde économique mais aussi, sujet majeur pour le gouvernement français, pour nos compatriotes transfrontaliers et résidents en Suisse, qui contribuent chaque jour à la vitalité économique de la région.

Pierre MOSCOVICI et Mme WIDMER-SCHLUMPF tiendront une conférence de presse commune à 16h00 à la Maison de Watteville.

Le programme de mon déplacement en Australie pour le G20 et au Japon

Je me rends en Australie puis au Japon du samedi 22 au lundi 24 février.

A Sydney, je représenterai la France pour la première réunion présidée par l’Australie des ministres des Finances et des gouverneurs de banques centrales du G20. La situation économique mondiale, la fiscalité, la régulation des activités financières, ou encore l’investissement seront au cœur de nos échanges.

A Tokyo, je rencontrerai le Premier ministre, M. Shinzo ABE, et mon homologue japonais, M. Taro ASO, pour échanger notamment sur les partenariats entre nos deux pays et sur les coopérations avec l’Union européenne. Je présenterai également à des dirigeants de grandes entreprises et institutions financières japonaises les atouts de notre pays et son attractivité.

Tous les détails de ce déplacement sont à retrouver ci-dessous :

Déplacement de Pierre MOSCOVICI en Australie et au Japon

– 22-24 février 2014 –

Pierre MOSCOVICI, ministre de l’Economie et des Finances, se rendra en Australie, puis au Japon, du samedi 22 au lundi 24 février.

A Sydney, les 22 et 23 février, Pierre MOSCOVICI participera à la première réunion présidée par l’Australie des ministres des Finances et des gouverneurs de banques centrales du Groupe des Vingt (G20)

Les débats porteront notamment sur la situation macroéconomique mondiale, dans un contexte marqué par le ralentissement de la croissance et des tensions financières dans certains pays émergents. Ils seront également l’occasion de préparer les stratégies de croissance nationales prévues dans la perspective du Sommet de Brisbane, qui doivent permettre, de façon coordonnée, de renforcer la demande globale.

Dans le domaine fiscal, la réunion de Sydney sera marquée par la présentation par l’OCDE du standard mondial d’échange automatique d’informations dont la France soutient activement la mise en œuvre. La France souhaite poursuivre les travaux du Forum Mondial sur l’identification des pays non coopératifs et l’agenda de transparence des bénéficiaires effectifs et de création de registres centralisés et publics des bénéficiaires effectifs des trusts.

Les séances consacrées à l’investissement seront l’occasion pour le ministre de l’Economie et des Finances d’encourager le G20 à œuvrer de manière ambitieuse sur ce sujet prioritaire, en promouvant notamment l’adaptation des normes comptables pour les investisseurs de long terme.

Pierre MOSCOVICI appellera également le G20 à poursuivre un agenda ambitieux de régulation de l’ensemble des activités financières, avec la définition d’un socle d’exigence en capital pour l’ensemble des assureurs actifs internationalement et un suivi attentif de la mise en œuvre de la feuille de route sur le shadow banking adoptée par les chefs d’Etat et de gouvernement à Saint-Pétersbourg en septembre dernier.

Dans le domaine du financement de la lutte contre le changement climatique, le ministre plaidera pour que le G20 poursuive les travaux, initiés par la France, avec détermination, en préparation de la COP21 sur le changement climatique qui aura lieu à Paris en 2015 et ainsi qu’il en a été décidé au Sommet de Saint-Pétersbourg, pour faire émerger des mécanismes de financements innovants.

A l’issue de la réunion du G20, Pierre MOSCOVICI se rendra à Tokyo le 24 février.

Continuer la lecture

Adoption de trois nouvelles directives européennes sur la commande publique : communiqué de presse avec Thierry Repentin

Trois nouvelles directives sur les marchés publics et les concessions ont été adoptées définitivement aujourd’hui par les Etats membres de l’Union européenne. Avec Thierry Repentin, ministre délégué chargé des affaires européennes, nous nous réjouissons des mesures adoptées simplifiant le droit de la commande publique, qui soutiennent l’innovation, favorisent les PME, et valorisent la responsabilité sociale et environnementale.

Voici le communiqué de presse publié aujourd’hui :

 

Adoption de trois nouvelles directives européennes sur la commande publique : des mesures pour favoriser les PME, soutenir l’innovation et valoriser la responsabilité sociale et environnementale

Pierre MOSCOVICI, ministre de l’économie et des finances, et Thierry REPENTIN, ministre délégué chargé des affaires européennes, se félicitent de l’adoption définitive aujourd’hui par les Etats membres de l’Union européenne de trois nouvelles directives sur les marchés publics et les concessions. Ces directives, qui devront être transposées dans un délai de 2 ans, permettront de simplifier le droit de la commande publique, d’en faire un outil en faveur de l’innovation et de favoriser la prise en compte, par les acheteurs, d’objectifs sociaux et environnementaux.

Ces nouvelles règles permettront d’abord de faciliter l’accès des PME aux marchés publics en réduisant les délais de procédure, en simplifiant drastiquement les dossiers de candidature et en limitant le nombre de justificatifs à fournir. Elles permettront également de plafonner les exigences des acheteurs en termes de capacités financières minimales des candidats (en limitant le chiffre d’affaires exigible à deux fois le montant estimé du marché), permettant ainsi à davantage de petites entreprises d’être candidates. Le gouvernement entend déployer rapidement ces mesures en droit interne, en cohérence avec le « choc de simplification » décidé par le Président de la République.

Ces directives créent également la procédure de partenariat d’innovation, qui permettra à un acheteur de s’allier à une entreprise pour un projet de recherche et de développement et, par la suite, de se fournir directement auprès d’elle. Le gouvernement entend transposer très rapidement en droit interne ce dispositif, très positif pour le soutien à la recherche.

Par ailleurs, ces directives permettront une meilleure prise en compte des objectifs de responsabilité sociale et environnementale dans les marchés publics, qui pourront devenir de véritables critères d’attribution des marchés. Le critère du mieux-disant se trouve ainsi  renforcé. Les marchés publics pourront plus largement être réservés à des attributaires de l’économie sociale et solidaire employant un minimum de 30% de personnes « défavorisées ou handicapées ».

Enfin, les concessions n’étaient jusqu’ici pas couvertes par une législation européenne spécifique, contrairement à la France où la loi Sapin encadre les concessions de manière efficace. La nouvelle directive applicable aux concessions vient y remédier, en s’inspirant largement de principes du droit français. Le texte adopté aujourd’hui permet de fournir un cadre juridique clair et transparent commun à toute l’Union, facteur de sécurité juridique, et de nature à stimuler les investissements, et donc l’emploi, dans les infrastructures et les services. Pour les entreprises françaises, il aura pour effet de leur faciliter l’accès à certains marchés européens en toute transparence.

 

Communiqué du Conseil économique et financier franco-allemand (CEFFA)

A lire ci-dessous, le Communiqué du Conseil économique et financier franco-allemand (CEFFA), qui s’est réuni ce lundi 27 janvier 2014 à Bercy. Avec Sigmar Gabriel, Wolfgang Schäuble, Jens Weidmann, et Christian Noyer, nous avons échangé de manière constructive sur la situation économique au sein de l’Union européenne ainsi que sur les perspectives pour l’union bancaire, et évoqué l’importance de la poursuite d’un partenariat fort entre la France et l’Allemagne.

Retrouvez ci-dessous tous les détails des conclusions de cette 46e rencontre du CEFFA :

Communiqué du Conseil économique et financier franco-allemand (CEFFA)

(1) Le quarante-sixième Conseil économique et financier franco-allemand (CEFFA) s’est réuni le 27 janvier 2014. Sigmar Gabriel, Wolfgang Schäuble, Jens Weidmann, Pierre Moscovici et Christian Noyer ont évoqué de manière approfondie la situation économique de l’Union Européenne et de l’Eurozone, notamment les évolutions en cours en matière de stabilité financière de l’UE, et discuté des stratégies économiques mises en oeuvre en France et en Allemagne.

(2) Depuis sa création par un protocole additionnel au traité de l’Elysée en 1988, le Conseil économique et financier franco-allemand, qui rassemble les ministres de l’économie et des finances et les gouverneurs des banques centrales, a joué un rôle crucial dans le renforcement de la coopération bilatérale économique et financière entre les deux pays. Il a été déterminant dans le rapprochement des orientations de la France et de l’Allemagne sur les questions les plus fondamentales de l’Union économique et monétaire.

(3) Le Conseil économique et financier franco-allemand se félicite des stratégies de réforme économique récemment annoncées en France et en Allemagne et encourage chaque pays à poursuivre ses efforts pour contribuer à l’équilibre et à la résilience économique de la zone euro.

(4) Le Conseil économique et financier franco-allemand note que, depuis sa dernière réunion, des progrès significatifs ont été réalisés en ce qui concerne la mise en oeuvre des politiques renforçant l’Union économique et monétaire et soutenant la croissance, l’emploi et la compétitivité :

(5) – La zone euro réalise des progrès importants pour surmonter la crise. La situation économique s’est nettement améliorée au cours de l’année 2013. La zone euro a surmonté la récession et retrouvé le chemin de la croissance. En 2014, le FMI et la Commission européenne prévoient une croissance de 1 % du PIB de la zone euro.

(6) – Le Pacte pour la croissance et l’emploi adopté en juin 2012 constitue l’un des instruments principaux de l’Union Européenne pour relancer la croissance, l’investissement et l’emploi, ainsi que la compétitivité européenne. Si des progrès substantiels ont été obtenus dans de nombreux domaines, il convient de s’assurer que les potentialités du Pacte sont déployées à leur plein potentiel. En particulier, il est important que la Banque européenne d’investissement, ainsi que le Fonds européen d’investissement dont la capacité va être accrue par une augmentation de capital et un nouveau mandat de la Banque européenne d’investissement, continuent à renforcer l’impact de leur action sur l’économie réelle, en particulier en faveur des petites et moyennes entreprises (PME) et de l’emploi des jeunes, afin de contrebalancer efficacement le climat d’aversion au risque actuellement constaté au sein des économies européennes. Plus largement, les initiatives de marché poursuivant de tels objectifs devraient être encouragées. En outre, il convient de s’efforcer de poursuivre la mise en œuvre effective de la garantie pour la jeunesse, pour améliorer la capacité de création d’emplois des marchés du travail et d’accroître la mobilité des travailleurs. En ce qui concerne la réglementation intelligente, la France et l’Allemagne vont renforcer leur coopération, notamment au travers d’initiatives conjointes permettant de faire progresser l’agenda européen.

  Continuer la lecture

Programme et enjeux de mon déplacement aujourd’hui à la réunion annuelle du Forum Economique Mondial à Davos (Suisse)

Je me rends aujourd’hui à la réunion annuelle du Forum Économique Mondial, à Davos, en Suisse. Avec l’ensemble des participants, nous échangerons sur l’importance d’une croissance mondiale plus dynamique, sur la nécessité de l’assainissement des finances publiques, sur le renforcement de la compétitivité des entreprises, ou encore sur les politiques de soutien à l’emploi.

Je vous invite à consulter le communiqué de presse ci-après, qui détaille les enjeux de ce déplacement, ainsi que les conférences et entretiens auxquels je participerai ces trois prochains jours, du 23 au 25 janvier :

Déplacement de Pierre MOSCOVICI

au Forum économique mondial de Davos (Suisse)

23 – 25 janvier 2014

Pierre MOSCOVICI, ministre de l’Economie et des Finances, se rendra à la réunion annuelle du Forum Economique Mondial, à Davos, du 23 au 25 janvier.

Dans le prolongement de la Conférence de Bercy pour un nouveau partenariat économique entre l’Afrique et la France et à quelques semaines de la réunion des ministres des Finances et des gouverneurs de Banque centrale du G20 à Sydney, le déplacement de Pierre Moscovici à Davos lui permettra de poursuivre les efforts du gouvernement et de débattre des voies et moyens pour une croissance mondiale plus dynamique, au service de l’emploi. Il sera également l’opportunité de présenter les efforts mis en œuvre par la France, depuis la dernière édition du Forum économique mondial, pour poursuivre l’assainissement de ses finances publiques et le redressement de sa compétitivité, en particulier à travers le « pacte de responsabilité » récemment proposé par le Président de la République.

Pierre MOSCOVICI participera à plusieurs sessions de réflexion et d’échange rassemblant des décideurs économiques et financiers de premier plan, consacrées notamment aux pays émergents ainsi qu’aux politiques de soutien à la croissance et à la création d’emploi. Le ministre de l’Economie et des Finances se joindra ainsi au panel « Next Steps for Emerging Economies », aux côtés des chefs de l’Etat mexicain et rwandais, MM. Enrique PEÑA NETO et Paul KAGAME, de MM. Ali BABACAN, vice-Premier ministre de Turquie, et ZHU Min, Directeur général adjoint du FMI, ainsi que de MM. Carlos GHOSN, Président – Directeur Général du Groupe Renault et Nouriel ROUBINI, professeur d’économie à la Stern School of Business de l’Université de New York. Il participera en outre au dîner « In Europe We Trust » à l’invitation de M. Christophe de MARGERIE, Président-Directeur général de Total et vice-président du Forum économique mondial.

À Davos, Pierre MOSCOVICI aura notamment des entretiens bilatéraux avec Mme Pauline MAROIS, Premier ministre du Québec, Mme Ngozi OKONJO-IWEALA, ministre des Finances du Nigeria, Mme Eveline WIDMER-SCHLUMPF, Cheffe du Département fédéral des Finances de la Confédération helvétique et M. Johann SCHNEIDER-AMMANN, Chef du Département fédéral de l’Economie. Il s’entretiendra également avec M. et Mme Bill et Melinda GATES ainsi qu’avec M. Anshu JAIN, co-Directeur général de la Deutsche Bank.

Le ministre de l’Economie et des Finances s’exprimera par ailleurs devant les médias internationaux dans le cadre d’une conférence de presse au Kongresszentrum de Davos, le 24 janvier à 16h15.

 

Projet de réorganisation du groupe EADS : communiqué de presse

Voici le communiqué de presse que j’ai publié au sujet du groupe EADS ce mardi 10 décembre 2013.

 

Pierre MOSCOVICI attend que le groupe EADS se montre exemplaire dans la conduite de son projet de réorganisation

 

Pierre MOSCOVICI, ministre de l’Economie et des Finances, attend que le groupe EADS se montre exemplaire dans la conduite de son projet de réorganisation.

EADS a annoncé la réorganisation de son pôle défense et espace, avec des réductions d’emplois en Europe et notamment en France.

Compte tenu de la bonne situation financière du groupe, de ses perspectives de développement et du soutien dont il bénéficie de la part des Etats dans son activité, Pierre MOSCOVICI attend qu’EADS se montre exemplaire dans la gestion de cette restructuration. Cette exemplarité devra se traduire dans la qualité du dialogue social et l’absence de licenciements.

Pierre MOSCOVICI indique que l’Etat, actionnaire du groupe, se montrera particulièrement vigilant.

 

Confirmation du rebond de la production industrielle au 2e trimestre – Communiqué de presse

Avec la plus forte progression de la production industrielle depuis le premier trimestre 2011, c’est notre compétitivité et notre croissance économique qui évoluent dans le sens du redressement.

Le gouvernement auquel j’appartiens oeuvre depuis plus d’un an en faveur de ce redressement. Nous sommes aux côtés des acteurs de l’industrie : les 35 mesures du Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l’emploi sont autant de leviers pour accroître les investissements, l’innovation, la compétitivité et l’emploi.

Vous pouvez lire ci-dessous mon communiqué de presse sur ce sujet :

 

Selon l’Insee, malgré un léger recul en juin (-0,4 %), la production manufacturière a nettement rebondi sur l’ensemble du 2e trimestre (+1,5 %) après un repli au trimestre précédent (-0,4 %). Il en est de même pour la production industrielle totale qui progresse de +1,4 % au 2e trimestre après avoir stagné au 1er trimestre.

Pierre MOSCOVICI, ministre de l’Economie et des Finances, souligne qu’il s’agit là de la plus forte progression de la production industrielle depuis le premier trimestre 2011. Il relève que sur l’ensemble du trimestre, toutes les branches de l’industrie manufacturière ont contribué au rebond de l’activité industrielle. La croissance de la production du secteur des matériels de transport a été particulièrement soutenue : dans les matériels de transport hors automobiles, la production a atteint son maximum historique en juin ; dans le secteur automobile, après une fin d’année 2012 très difficile, le rebond au 2e trimestre a été le plus marqué depuis l’automne 2009.

Pierre MOSCOVICI considère que le redressement de l’industrie française est une condition essentielle de la compétitivité et du retour de la croissance économique et se réjouit de ces évolutions favorables au 2e trimestre, qui doivent encore être confirmées pour dessiner une tendance durable.

Le ministre rappelle que le gouvernement est aux côtés de l’industrie dans cette période difficile et met en place – avec la banque publique d’investissement, le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi, le soutien à l’innovation, la structuration des filières – les instruments qui lui permettront de poursuivre les investissements stratégiques, de monter en gamme, et de conquérir ainsi de nouveaux marchés.