Signature de la lettre d’intention entre MSC Croisières et STX France de commande de deux paquebots géants

J’ai annoncé ce matin la signature entre MSC Croisières et STX France d’une lettre d’intention pour la commande de deux paquebots géants, représentant un montant d’environ 1,4 milliard d’euros, avec deux autres navires en option. Présent à la signature de cette lettre d’intention, j’ai souligné à quelle point cette très bonne nouvelle était importante pour l’emploi sur les chantiers navals de Saint-Nazaire. J’ai été très attentif à cette négociation, et son aboutissement aujourd’hui témoigne de l’excellence des savoir-faire des entreprises françaises, et de la confiance que MSC Croisières accorde à notre industrie. Ce chantier représentera 16 millions d’heures de travail pour STX France et ses co-réalisateurs, et je m’en réjouis en tant que ministre de l’Economie et des Finances attentif à la vitalité de nos entreprises et à l’emploi.

Voici le communiqué de presse que j’ai publié avec Nicole Bricq à ce sujet :

Pierre MOSCOVICI et Nicole BRICQ saluent la signature d’une lettre d’intention entre MSC Croisières et STX France

Pierre MOSCOVICI, Ministre de l’Economie et des Finances et Nicole BRICQ, Ministre du Commerce extérieur tiennent à féliciter MSC Croisières et STX France pour la signature ce jour d’une lettre d’intention pour la commande de deux paquebots géants, et de deux autres en option.

D’une longueur de 315 mètres et d’une largeur de 43 mètres environ, ces bateaux pourront accueillir 7250 personnes à leur bord, dont plus de 5700 passagers.

D’un montant d’environ 1,4 Md€, ces deux premiers paquebots représentent environ 16 millions d’heures de travail pour STX France et ses co-réalisateurs. C’est la consolidation de 2000 emplois pendant 5 ans.

Cette intention de commande de MSC Croisières vient consolider le carnet de STX France déjà marqué par d’importants succès ces derniers mois. Elle témoigne de la qualité reconnue du savoir-faire des salariés de STX France depuis plus de 150 ans désormais. Elle consolide par ailleurs une coopération ancienne et de qualité entre STX France et son client historique MSC Croisières.

Les Ministres saluent la qualité technique et d’innovation du projet. Il s’agira en effet de navires de nouvelles générations spécialement conçus par STX France pour répondre à la demande de MSC Croisières.

Pour les Ministres : « Il s’agit d’un très beau succès pour STX France, et en particulier ses salariés. L’entreprise a su convaincre techniquement et économiquement MSC Croisières que son offre était d’une grande compétitivité. Cette intention de commande témoigne de la volonté de la France et de ses entreprises d’amplifier la création de projets innovants et ambitieux sur notre territoire. C’est également le témoin de la relation de confiance entre MSC Croisières et la France, et plus largement entre les investisseurs étrangers et le tissu industriel français ».

 

 

5 jours 5 questions : vidéo n°2 sur le CICE

Invité de « 5 jours 5 questions » cette semaine sur gouvernement.fr, je réponds aujourd’hui sur le Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE). Cette mesure, entrée en vigueur le 1er janvier 2013, améliore la compétitivité des entreprises, leur permettant d’investir dans la recherche, l’innovation, la formation, ou encore la transition écologique et énergétique, tout en incitant les entreprises à embaucher davantage puisque le CICE diminue le coût de la main d’œuvre.

Demain, retrouvez ma réponse vidéo sur les mesures mises en place par le Gouvernement en faveur du pouvoir d’achat.

Le CICE est une mesure forte pour la compétitivité et l’emploi.


« Toutes les entreprises vont bénéficier du CICE… par gouvernement-fr

Conclusion du colloque « Nouvelles directives marchés publics et concessions. Quelle transposition en droit français ? » : discours et communiqué de presse

J’ai conclu aujourd’hui à Bercy le colloque « Nouvelles directives marchés publics et concessions. Quelle transposition en droit français ? ». J’y ai souligné la nécessaire simplification et meilleure utilisation stratégique de la commande publique au soutien des politiques publiques, ayant engagé un travail approfondi de modernisation de l’achat public. La transposition des directives permet de repenser le droit interne de la commande publique pour plus d’unité et de cohérence, avec pour guide la simplification, la sécurisation, et la rationalisation. En ce sens, la concordance des agendas européen et français est essentielle pour une plus grande efficacité de la commande publique en France et en Europe.

Retrouvez ci-dessous mon discours et le communiqué de presse publié à l’issue de ce colloque :

1. Discours de conclusion

Discours de Pierre MOSCOVICI, Ministre de l’Economie et des Finances

Clôture du colloque sur la transposition des directives européennes relatives aux marchés publics

– Mercredi 12 mars 2014 –

 

Mesdames et Messieurs les élus,

Mesdames et Messieurs,

 

Bonjour à tous et merci de votre présence en nombre aujourd’hui à Bercy. Je suis heureux de venir clore cette journée de riches échanges et j’espère pouvoir apporter quelques réponses à certaines des questions qui ont émergé de vos débats.

J’aimerais d’abord vous dire un mot de la « concordance des temps » européen et français dans le domaine de la commande publique et je me réjouis que ce colloque nous donne l’occasion de faire un point sur ce sujet. Cette question de la concordance des temps me tient particulièrement à cœur parce que j’y ai travaillé dès ma prise de fonction, en tant que ministre chargé de la commande publique ; et ce, de deux manières.

–       Premièrement, en veillant à ce que nos négociateurs s’impliquent fortement, vivement, pour soutenir deux axes stratégiques que la Commission européenne avait fixés à la rénovation du cadre européen. Ces deux axes, ce sont la simplification et la meilleure utilisation stratégique de la commande publique au soutien des politiques publiques.

Je rappelle que la simplification est un grand chantier du Gouvernement, une priorité, l’une des dimensions essentielles du Pacte de responsabilité que le Président de la République a proposé à tous les Français, le 14 janvier dernier. En tant que ministre de l’Economie et des Finances, je suis entièrement mobilisé pour que ce travail de simplification soit mené à bien, dans l’intérêt de tous et afin de permettre une meilleure efficacité.

–       Deuxièmement, j’ai engagé au plan national, sans attendre l’adoption des directives, un travail approfondi de modernisation de l’achat public. Ce travail s’est traduit par la réforme du pilotage de la politique des achats de l’Etat et de ses opérateurs qui a été adoptée par le Gouvernement durant l’été 2013. Le service des achats de l’Etat [SAE], qui m’est rattaché, a désormais un rôle renforcé, et l’ensemble du dispositif est maintenant en bon ordre pour aller au bout de la démarche de simplification et de pilotage par objectifs, et réaliser 2 milliards d’euros de gains budgétaires en 3 ans – c’est la cible retenue.

J’ai souhaité convier aujourd’hui l’ensemble des parties prenantes à ces réformes parce que le moment est important. En réalité, la réforme du droit de la commande publique va constituer un élément à part entière des réformes structurelles que le Président de la République et le Gouvernement entendent conduire pour soutenir la compétitivité de notre économie.

C’est pour moi une illustration parfaite de ce que l’Europe peut nous aider à faire et de ce que la France doit faire au sein de l’Union européenne.

Je suis heureux que l’expression ait été aussi large que diversifiée tout au long de cette journée quant aux attentes que la perspective de cette transposition fait naître. Nous avons vu que les attentes ne se recoupaient pas nécessairement et je sais que ces débats vont se prolonger au-delà de cette journée.

Mais, d’ores et déjà, je voudrais tracer quelques jalons et orientations que le Gouvernement souhaite imprimer à ce travail de transposition.

  Continuer la lecture

Invité de l’émission BFM Politique sur BFMTV, BFM Business, RMC, Le Point

J’étais hier l’invité de l’émission BFM Politique sur BFMTV, BFM Business, RMC, Le Point. De 18h à 20h, j’ai apporté mes réponses sur la politique économique de la France, sur la vie politique nationale, sur l’actualité économique, ou encore sur les sujets européens et internationaux. J’ai insisté sur les trois piliers de notre politique économique : sérieux, réformes, et pacte de responsabilité pour la croissance et pour l’investissement.

Toute mon énergie comme ministre de l’Economie et des Finances est mobilisée pour que l’économie française ait plus de moyens pour investir, donc pour croître, et plus d’emplois.

BFM Politique 1/6 : Interview par Apolline de Malherbe :

BFM Politique: L’interview de Pierre Moscovici… par BFMTV


BFM Politique 2/6 : Interview de BFM Business, par Hedwige Chevrillon :

BFM Politique: L’interview BFM Business, Pierre… par BFMTV

  –

BFM Politique 3/6 : Interview par Étienne Gernelle, directeur du Point :

BFM Politique: L’interview de Pierre Moscovici… par BFMTV

  –

BFM Politique 4/6 : Interview par Apolline de Malherbe :

BFM Politique: L’interview de Pierre Moscovici… par BFMTV
  –

BFM Politique 5/6 : Débat face à Pierre-André de Chalendar, président-directeur général de Saint-Gobain.


BFM Politique: Pierre Moscovici face à Pierre… par BFMTV
  –

BFM Politique 6/6 : L’After RMC : réponses aux questions de Véronique Jacquier :

BFM Politique: L’After RMC: Pierre Moscovici… par BFMTV

Chiffres du chômage au sens du BIT au 4e trimestre 2013 : communiqué de presse

L’enquête de l’Insee, conforme aux standards internationaux, indique que le chômage au sens du BIT a baissé au 4e trimestre en France, pour la première fois depuis plus de deux ans, et s’est stabilisé sur un an. Le gouvernement est entièrement mobilisé pour faire reculer durablement le chômage.

Voici le communiqué de presse que j’ai publié ce matin avec Michel Sapin à ce sujet.

Pierre MOSCOVICI et Michel SAPIN ont pris connaissance des chiffres du chômage au sens du BIT au 4e trimestre 2013

Pierre MOSCOVICI, ministre de l’économie et des finances, et Michel SAPIN, ministre du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social, ont pris connaissance des résultats de l’enquête Emploi au 4e trimestre 2013.

D’après l’Insee, le taux de chômage au sens du BIT a reculé de 0,1 pt au 4e trimestre 2013 pour s’établir à 10,2 % en France entière et à 9,8 % en France métropolitaine. Le chômage est stable sur un an. Le nombre de chômeurs au sens du BIT s’élève à 2,8 millions de personnes en fin d’année 2013. L’Insee confirme également le recul durable du chômage des jeunes depuis un an, qui a, à nouveau, baissé fortement au 4e trimestre (-1,1 point par rapport au 3e trimestre et -2,6 points sur un an).

La statistique publique produit plusieurs indicateurs pour mesurer la situation de l’emploi et du chômage en France. D’après l’enquête de l’Insee, conforme aux standards internationaux, le chômage au sens du BIT a baissé au 4e trimestre, pour la première fois depuis plus de deux ans, et s’est stabilisé sur un an. D’après les données administratives de Pôle emploi, le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A aura vu son évolution ralentir courant 2013 avant de se stabiliser en fin d’année. Il n’est pas exceptionnel que ces indicateurs divergent ponctuellement, même s’ils évoluent en phase dans le temps et affichent des tendances globalement similaires.

Tous ces indicateurs convergent pour révéler une même réalité : le chômage demeure élevé, mais la situation s’est stabilisée tout au long de l’année 2013, avec une amélioration de l’emploi privé en fin d’année. L’action déterminée du Gouvernement en faveur de l’activité et de l’emploi a permis d’enrayer la machine à détruire des emplois et d’enfin renouer avec les créations d’emploi. C’est ainsi que l’année 2013 s’est soldée avec des créations nettes d’emplois total, grâce aux effets des politiques de l’emploi, et qu’elle aura vu, pour la première fois depuis un an et demi, le secteur privé recréer des emplois au 4ème trimestre, signe de l’impact des politiques en faveur de la compétitivité et de l’emploi, et notamment le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi.

Cette bataille ne s’arrête pas là et ses effets devront être amplifiés pour faire reculer durablement le chômage dans notre pays. C’est l’enjeu du « Pacte de responsabilité » souhaité par le Président de la République et que mettra en œuvre le Gouvernement, avec l’appui des partenaires sociaux, des territoires et des entreprises.

Ma réponse au député Rudy Salles sur la politique de redressement du pays – QAG

Cet après-midi à l’Assemblée nationale, j’ai répondu au député Rudy Salles sur la politique de redressement du pays menée par le gouvernement, lors de la séance de questions au gouvernement. Nous agissons sur la compétitivité, sur l’attractivité, pour plus de croissance, d’investissements et d’emplois.

Nous redressons le pays que vous avez dégradé, désindustrialisé et endetté.


Attractivité et croissance : réponse de Pierre… par pierremoscovici

Pacte de responsabilité : ma réponse aujourd’hui à l’Assemblée nationale lors des QAG

Pour en savoir plus sur le Pacte de responsabilité, ses composantes et ses enjeux, je vous invite à visionner ci-dessous ma réponse ce mardi 18 février 2014, lors de la séance de questions au gouvernement de l’Assemblée nationale, au député Patrice Carvalho.

La Pacte de responsabilité, c’est notre volonté que la France connaisse plus de croissance, plus d’investissements et plus d’emplois.


Pacte de responsabilité : réponse de Pierre… par pierremoscovici

Question au gouvernement à l’Assemblée nationale : ma réponse sur la politique du gouvernement en faveur de l’attractivité et de la compétitivité

J’ai répondu ce mardi 18 février 2014, lors de la séance de questions au gouvernement de l’Assemblée nationale, au député Jean-Luc Moudenc sur la politique gouvernementale en faveur de la compétitivité et de l’attractivité. Les mesures annoncées par le Président de la République lors du Conseil stratégique de l’attractivité hier renforceront les atouts de notre pays, notamment avec un passeport talents pour attirer les talents en France, le financement des start-up, notamment par la Bpifrance, ou encoure la fusion entre l’AFII et UBIFRANCE, pour aider nos entreprises à exporter.

La vidéo de ma réponse à voir ici :

Compétitivité et attractivité : réponse de… par pierremoscovici