Interview sur BFM Business à l’issue du Forum économique franco-chinois aujourd’hui

Dans l’interview à BFM Business à voir ci-dessous, je suis revenu ce matin sur les enjeux de la relation économique entre la France et la Chine. Ayant introduit le Forum économique franco-chinois de Bercy, je m’exprime dans cet entretien sur les investissements chinois, sur les partenariats en cours et à venir entre nos deux pays, et sur l’attractivité de la France. J’y présente également toutes les opportunités créées par l’accord entre l’Etat, Dongfeng, et PSA, signé hier.

Les investissements chinois sont créateurs de croissance et d’emplois en France.


Pierre Moscovici qualifie l’accord entre… par BFMBUSINESS

Discours d’introduction du Forum économique franco-chinois à Bercy

J’ai prononcé ce jeudi 27 mars l’allocution d’ouverture du Forum économique franco-chinois. Ce Forum, organisé à Bercy avec Nicole Bricq, s’inscrit dans le cadre de la visite d’Etat du Président chinois Xi Jinping, célébrant 50 ans de relations diplomatiques. Il regroupe 400 entreprises françaises et chinoises, et promeut les échanges durables.

Ma conviction est que le développement de nos relations économiques avec la Chine est un objectif fort de partenariat bilatéral, source de croissance et d’emplois en France, avec un nécessaire rééquilibrage des échanges. Nous célébrerons à ce titre aujourd’hui la signature d’une cinquantaine de contrats et accords de coopération entre la Chine et la France, belle réussite dont je me réjouis. Je crois en la coopération franco-chinoise : les investissements chinois créateurs d’emplois sont les bienvenus en France. L’exemple du partenariat entre PSA et Dongfeng, que j’ai signé hier, témoigne de la force de nos partenariats, et de la qualité du dialogue entre nos deux pays.

A visionner, la vidéo de mon discours prononcé ce matin :

Introduction de Pierre Moscovici au Forum… par pierremoscovici

Déplacement aujourd’hui en Suisse, à Berne – Communiqué de presse

Je suis aujourd’hui en déplacement à Berne, à l’invitation des autorités suisses. Les rencontres avec mes homologues suisses seront l’occasion d’échanger sur les enjeux fiscaux entre nos pays, sur nos partenariats, et sur les relations entre la Suisse et ses pays voisins.

A lire ci-dessous, les détails et les enjeux de cette visite :

Déplacement de Pierre Moscovici à Berne

– Jeudi 6 mars 2014 –

Pierre MOSCOVICI se rendra à Berne, à l’invitation des autorités suisses, le jeudi 6 mars.

Accompagné de M. Christian ECKERT, député de Meurthe-et-Moselle, rapporteur général de la Commission des Finances de l’Assemblée nationale et M. Richard YUNG, représentant les Français établis hors de France, membre de la Commission des Finances du Sénat, il rencontrera notamment Mme WIDMER-SCHLUMPF, Conseillère fédérale, cheffe du Département fédéral des Finances, et MM. Johan SCHNEIDER-AMMAN et Alain BERSET, Conseillers fédéraux, chef du département fédéral de l’Economie, de la Formation et de la Recherche et Chef du Département de l’Intérieur.

Ce déplacement fait suite à la visite de Mme WIDMER-SCHLUMPF, Conseillère fédérale, cheffe du Département fédéral des Finances à Paris, en juillet 2013, qui a marqué le début d’un dialogue fiscal entre nos deux pays concernant notamment la convention fiscale franco-suisse sur les successions, signée par le gouvernement suisse et dont le processus de ratification est actuellement en cours.

Les entretiens de Pierre MOSCOVICI à Berne seront également l’occasion d’évoquer les relations entre la Suisse et son voisinage un mois après la votation du 9 février, dont le résultat a ouvert une période d’incertitudes pour le monde économique mais aussi, sujet majeur pour le gouvernement français, pour nos compatriotes transfrontaliers et résidents en Suisse, qui contribuent chaque jour à la vitalité économique de la région.

Pierre MOSCOVICI et Mme WIDMER-SCHLUMPF tiendront une conférence de presse commune à 16h00 à la Maison de Watteville.

Création du Groupe franco-québécois sur l’électrification des transports

Nous avons lancé aujourd’hui, avec la Première Ministre du Québec Pauline Marois, le Groupe franco-québécois sur l’électrification des transports. Il témoigne de notre volonté commune de concilier croissance, innovation, et respect de l’environnement. Ce groupe est le prolongement d’une relation de coopération et d’amitié riche et dense entre la France et le Québec.

Voici le communiqué de presse diffusé à cette occasion :

Pauline MAROIS et Pierre MOSCOVICI annoncent la création du Groupe franco-québécois sur l’électrification des transports

La première ministre du Québec, Pauline MAROIS, et le ministre de l’Économie et des Finances de la République française, Pierre MOSCOVICI, ont annoncé aujourd’hui la création du Groupe franco-québécois sur l’électrification des transports, lequel favorisera la collaboration entre les milieux industriels et de la recherche du Québec et de la France dans ce secteur d’innovation.

« Il s’agit de faire de la France un partenaire privilégié du Québec dans le secteur de l’électrification des transports, de jouer de nos complémentarités dans la mondialisation. Trouver des solutions pour accroître les performances énergétiques et rendre les technologies plus sûres et moins polluantes, c’est autant de chance pour nos économies de développer des expertises précieuses, valorisées à l’export, avec des retombées économiques positives pour nos entreprises et nos citoyens », a souligné Pierre MOSCOVICI.

Le mandat de ce Groupe franco-québécois sera notamment d’assurer le partage de l’information sur les initiatives dans le domaine de l’électrification des véhicules qui ont cours au Québec et en France. Le groupe aura en outre la responsabilité de cibler des projets de collaboration potentiels, que ce soit en matière de déploiement d’infrastructures pour le transport électrique, d’aménagement du territoire, de recherche et développement ou de la mise en place de politiques publiques.

« L’électrification des transports est l’une des pièces maîtresses de notre politique économique. Le Québec dispose en effet de plusieurs atouts pour miser sur cette filière d’avenir et en faire un levier important de son développement économique. Notre collaboration avec la France dans ce domaine permettra de nous positionner parmi les leaders du secteur des véhicules électriques, sur nos continents respectifs, et de développer les meilleures pratiques mondiales », a déclaré la première ministre du Québec.

Le Groupe est composé à parité de membres français et québécois, qui œuvrent au sein d’organismes de recherche, de pôles de compétitivité français ou de créneaux d’excellence québécois, de l’administration publique et d’entreprises publiques ou privées.

Ce groupe de travail viendra donner une nouvelle impulsion à la collaboration franco-québécoise dans ce secteur. En novembre dernier, plus de soixante-quinze rendez-vous d’affaires entre entreprises et organismes québécois et français du secteur de la mobilité électrique ont été réalisés, en collaboration avec UBIFRANCE Espagne, à l’occasion du salon électrique EVS27 tenu à Barcelone.

Premier dialogue économique et financier de haut niveau franco-chinois : Déclaration conjointe aujourd’hui à Pékin

Je vous invite à lire ci-dessous la déclaration conjointe du premier dialogue économique franco-chinois, ce mardi 26 novembre 2013 à Pékin, qui s’inscrit dans le cadre de mon déplacement en République populaire de Chine. Une déclaration essentielle pour souligner notre volonté commune de renforcer les partenariats et les échanges entre nos deux pays.

Déclaration conjointe dans le cadre du premier dialogue économique et financier de haut niveau entre la Chine et la France

26 novembre 2013, Pékin

1. Lors de la visite du président français en Chine, en avril 2013, le président Xi Jinping et M. François Hollande ont décidé d’établir un dialogue économique et financier de haut niveau, afin d’accroître la coopération entre la Chine et la France dans les secteurs économique et financier. Le 26 novembre 2013, à Pékin, le premier dialogue économique et financier Chine-France a été co-présidé par le vice-Premier ministre du Conseil des Affaires d’État de Chine Ma Kai et le ministre français de l’économie et des finances Pierre Moscovici. Deux délégations réunissant des hauts responsables de chaque pays ont participé à la rencontre.

2. De part et d’autre, il a été souligné que ce mécanisme de dialogue constitue une plateforme essentielle à la communication bilatérale et à la coordination des politiques sur des questions stratégiques, de portée globale et de long terme dans les domaines économique et financier. De même, les deux parties ont évoqué la haute importance que revêt ce premier dialogue pour les préparatifs des visites mutuelles des deux chefs d’État, prévues l’année prochaine, et pour la commémoration du 50e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre les deux pays. L’accent a également été mis sur l’importance de promouvoir un nouveau type de partenariat économique et financier entre la Chine et la France qui soit global, mutuellement bénéfique et durable. Les deux parties se sont engagées à accroître la coordination des politiques macro-économiques, à multiplier les échanges bilatéraux et les opportunités d’investissement et à intensifier les interactions financières et la coopération dans le domaine réglementaire. L’objectif est de développer des relations économiques et financières solides entre la Chine et la France, de créer un environnement commercial équitable, ouvert et fondé sur des règles, tout en soutenant la reprise et la croissance économiques mondiales. Au cours de ce dialogue, les deux parties sont parvenues à un consensus sur les points suivants :

I. Situation macroéconomique, politiques mises en œuvre et gouvernance mondiale

3. La conjoncture économique mondiale s’est lentement améliorée au cours des derniers mois pour donner lieu à une reprise graduelle dont le rythme diffère suivant les régions. Dans les économies avancées, la reprise se renforce. Les économies émergentes représentent toujours le moteur principal de la croissance mondiale, même si certaines d’entre elles ont connu un certain ralentissement. Dans le même temps, de nombreux pays demeurent confrontés à des niveaux de chômage inacceptables. Une plus grande coordination des politiques économiques des principales économies, assortie d’actions de soutien à la croissance et à la création d’emplois, s’avère indispensable. Les deux parties, qui reconnaissent que les politiques monétaires modérées ont eu des effets positifs sur la reprise de l’économie mondiale, restent néanmoins attentives aux défis que pourraient comporter des changements de ces politiques et appellent à cet égard à une communication claire et à une définition prudente des orientations monétaires. La Chine et la France sont favorables à l’adoption de politiques budgétaires de moyen terme crédibles, suffisamment flexibles pour être adaptées suivant la situation économique et permettant de replacer la dette publique sur une trajectoire soutenable. Les deux parties conviennent qu’il est nécessaire de mettre en œuvre des politiques structurelles bien conçues de manière à améliorer les fondamentaux, à accroître la résilience et à renforcer les systèmes financiers tant dans les économies avancées que parmi les économies émergentes. Les deux parties sont favorables à de nouveaux ajustements des politiques visant un rééquilibrage interne de manière à obtenir un rééquilibrage mondial.

4. Les deux parties conviennent que la mise en œuvre des réformes structurelles nécessaires et des politiques macroéconomiques appropriées contribuera à une croissance économique stable sur le long terme. Le gouvernement chinois enregistre actuellement des avancées constantes tout en assurant la stabilité de l’économie ; il met en œuvre un ensemble de politiques et de mesures novatrices visant à améliorer la qualité et la performance de la croissance économique, et promeut un développement soutenu et sain de son économie. La troisième session plénière du Comité central issu du 18e Congrès du Parti communiste chinois qui vient de s’achever a mis en lumière l’objectif d’un approfondissement général des réformes durant la prochaine étape, permettant à la Chine d’enregistrer de nouvelles avancées en matière de réformes économiques et de développement. Le gouvernement français a engagé un ensemble de réformes structurelles ambitieuses et cohérentes afin de réduire son niveau d’endettement à moyen terme sans hypothéquer la croissance, tout en stimulant la compétitivité et l’emploi et en attachant une attention particulière à l’équité et au dialogue social. L’économie française a fait preuve d’une grande résilience face à la récession européenne. L’objectif prioritaire du gouvernement français demeure le renforcement de la reprise.

5. Les deux parties reconnaissent que l’économie mondiale est aujourd’hui encore confrontée à de grands défis ; les pays doivent approfondir la coordination de leurs politiques économiques et travailler ensemble à promouvoir la croissance et la création d’emplois. Soutenant le G20 dans son rôle de premier forum de coopération économique internationale, elles ont réaffirmé les engagements pris lors du sommet du G20 tenu à Saint-Pétersbourg en septembre dernier pour mettre en œuvre pleinement les nouvelles mesures du Plan d’action de Saint-Pétersbourg de manière à atteindre une croissance forte, durable et équilibrée. La Chine et la France attendent de voir le prochain sommet du G20 qui se tiendra à Brisbane définir des stratégies de croissance globales qui permettront d’atteindre cet objectif. La France espère que la Chine accueillera un futur sommet du G20.

6. Les deux parties soutiennent pleinement les engagements du G20 concernant l’érosion de la base d’imposition et le transfert de bénéfices, ainsi que ceux visant à promouvoir la transparence fiscale et l’échange automatique de renseignements. Elles encouragent toutes les juridictions à participer aux échanges de renseignements conduits de manière automatique ou sur demande. La Chine et la France renforceront leur coopération au sein du Forum mondial sur la transparence et l’échange de renseignements à des fins fiscales, ainsi que leur dialogue bilatéral sur la coordination des politiques fiscales et attacheront une attention particulière à ce que les pays en développement puissent tirer parti des avantages d’un système fiscal international plus transparent et plus juste.

7. Les deux parties saluent la mise en œuvre des engagements du G20 visant à s’assurer que tous les établissements financiers, les marchés financiers et leurs acteurs soient réglementés et soumis à surveillance selon une approche cohérente au niveau international et non discriminatoire. Elles continueront à renforcer leur coopération au sein des forums multilatéraux dans le domaine de la réforme du secteur financier en approfondissant leur dialogue aux niveaux technique et politique. Les deux parties invitent les organisations internationales compétentes à évaluer l’impact des réformes de la réglementation financière sur la croissance mondiale et sur le financement à long terme de l’investissement.

Continuer la lecture

Programme de mon déplacement en République populaire de Chine les 25 et 26 novembre

Retrouvez ci-dessous le communiqué de presse informant de mon déplacement en République populaire de Chine lundi et mardi prochains. La promotion de la relation bilatérale franco-chinoise, la coopération financière et fiscale, ou encore le renforcement de nos partenariats industriels seront au cœur de cette visite, au cours de laquelle sera organisée la première réunion du Dialogue économique de haut niveau franco-chinois.

 

Déplacement de Pierre Moscovici en République populaire de Chine

 – 25-26 novembre 2013 –

 

 

Pierre Moscovici, ministre de l’Economie et des Finances, se rendra à Pékin, en République populaire de Chine, les 25 et 26 novembre prochains.

Il rencontrera le Vice-premier ministre MA Kai dans le cadre d’un dîner de travail le lundi 25 novembre. Ils lanceront ensemble, mardi 26 novembre, la première réunion du Dialogue économique de haut niveau franco-chinois. La mise en place de ce Dialogue, à l’image de celui qui existe entre la Chine et le Royaume Uni, a été actée par les présidents XI Jinping et François HOLLANDE lors de la visite d’Etat de ce dernier à Pékin en avril dernier.

Le Dialogue représente une avancée significative pour la relation bilatérale franco-chinoise. Il résulte d’une volonté partagée d’établir un cadre de discussions privilégié. Il permettra notamment d’identifier et de promouvoir des positions communes dans la gouvernance économique et financière mondiale, d’échanger sur les perspectives économiques pour nos deux pays, de renforcer notre coopération financière, en particulier dans le cadre de l’internationalisation du yuan, et notre coopération fiscale. Il permettra aussi de favoriser le développement des entreprises de nos deux pays, et notamment les partenariats industriels. Il s’inscrira au cœur de la relation bilatérale franco-chinoise. Rappelons que la République populaire de Chine occupe aujourd’hui une place centrale dans l’économie mondiale avec le 2ème produit intérieur brut au monde et 11% du produit intérieur brut mondial.

Continuer la lecture

Mon interview pour la chaîne Radio Télévision Suisse (RTS)

J’ai été interviewé dans l’émission Pardonnez-moi pour la chaîne Radio Télévision Suisse (RTS). J’ai réaffirmé l’importance des relations franco-suisses et la coopération entre nos deux pays amis, notamment en matière fiscale.

Retrouvez ici l’intégralité de cette interview :

 

Paradis fiscaux : ma réponse à Eric Alauzet lors des Questions au gouvernement

J’ai répondu ce mardi 12 février 2013, lors de la séance de questions au Gouvernement de l’Assemblée nationale, à la question du député Eric Alauzet sur les paradis fiscaux.

Je suis persuadé que nous pourrons être fiers de cette réforme bancaire.