Carnets de campagne

Décidément, j’ai un peu de mal, faute de temps, à conserver une régularité satisfaisante sur ce blog. Je n’imaginais pas forcément, il y a trois mois, que la campagne des primaires serait aussi prenante, mais les différentes tâches d’un « coordinateur » – l’expression veut tout et rien dire – ajoutées à l’exercice de mes mandats locaux, me laissent peu de liberté. Alors, c’est l’impression de cette campagne que je veux vous livrer, à travers trois notations.

Je l’ai dit dès le lendemain, je le répète ici : ce débat a au contraire été un succès, et le premier vainqueur en a été le Parti socialiste

Je reviens, d’abord, sur le débat des candidats sur France 2, le 15 septembre. On pouvait en craindre beaucoup – la droite y avait au contraire mis quelques espoirs. Le pire eût été que la compétition, normale, vire à la confrontation ouverte, qu’elle laisse derrière elle un goût amer de division. Il n’était pas non plus acquis que l’exercice, inédit, soit un succès, d’autant plus que le souci de l’équilibre et la crainte ressentie par certains d’un échange direct, certes non formulée, avaient abouti à une organisation rigide, un peu protocolaire, donc a priori peu vivante. Ajoutons à cela la prudence, voire la tension inhérentes à l’enjeu : un échec n’aurait en réalité surpris personne. Je l’ai dit dès le lendemain, je le répète ici : ce débat a au contraire été un succès, et le premier vainqueur en a été le Parti socialiste.

L’audience du débat témoigne à l’évidence d’une attente de gauche, d’un désir d’alternance d’une grande puissance

Continuer la lecture