Meeting de Pierre Moscovici à Lyon

Retrouvez ci-dessous le discours prononcé par Pierre Moscovici lors du meeting qu’il a tenu hier à Lyon.


Discours de Pierre Moscovici à Lyon par PartiSocialiste

Retrouvez, aussi, l’entretien qu’a accordé Pierre Moscovici au journal « Lyoncapitale ».

Lyoncapitale.fr : Ce mercredi, le président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, a plaidé pour une politique de croissance en Europe. François Hollande se sent-il un peu moins seul ?

Pierre Moscovici : Une prise de conscience est en train de se faire partout en Europe et même aux Etats-Unis. L’Europe n’a pas d’avenir si elle a l’austérité pour seul horizon. Aujourd’hui les pays s’enfoncent dans la croissance molle voire dans la récession. L’Europe doit ajouter une dimension de croissance. C’est important qu’une voix aussi forte que le président de la Banque centrale européenne le dise.

Mario Draghi suggère des politiques de flexibilité et d’ouverture de certains secteurs trop réglementés. Est-ce envisageable pour François Hollande de suivre aussi cette voie ?

Mario Draghi et François Hollande ont des positions différentes, des rôles différents aussi. Il n’y a rien de choquant à cela. L’important est ailleurs : le président de la BCE ne parle pas au hasard, et sa parole est écoutée. Il est décisif qu’il se prononce pour une stratégie de croissance européenne.

Continuer la lecture

Division et réconciliation

Le premier tour de l’élection présidentielle est maintenant dans 50 jours. La semaine écoulée n’a pas été conforme aux espérances du candidat sortant ou aux attentes de certains médias. Elle a au contraire fait ressortir les différences entre Nicolas Sarkozy et François Hollande, et montré l’impérieuse nécessité du changement.

C’était prévu, presque écrit, le scénario était imparable : la remontée irrésistible de Nicolas Sarkozy était en marche, les courbes des sondages allaient forcément se croiser, la campagne devait prendre un nouveau tour. Tel était le rêve, un peu fanfaron, suggéré quand il n’était pas franchement claironné, des chefs de l’UMP. Le récit était tout prêt. L’entrée en campagne du candidat sortant devait montrer son énergie, son savoir faire, valoriser son expérience et son talent, souligner l’amateurisme et la faiblesse supposée de François Hollande et de son équipe, une autre compétition, plus ouverte, marquée par la crainte à gauche et la confiance retrouvée à droite, allait inéluctablement commencer. Vous savez, pour m’avoir vu, entendu ou lu, que j’étais persuadé que la campagne du candidat sortant, tirée vers le bas par son bilan, ne pouvait entrainer et surtout convaincre, faute de sincérité.

La reculade finale sur la suppression de la règle du non remplacement d’un départ en retraite sur deux a signé l’aveu d’incompétence

Force est de reconnaitre que je n’ai pas été détrompé, et que la semaine dernière a été particulièrement difficile pour Nicolas Sarkozy. On ne sait plus, à vrai dire, par où commencer, tant les fiascos, les approximations, les mensonges abondent. J’en retiendrai, pour ne pas être trop long, seulement deux. Le propos sur l’éducation du candidat sortant, tout d’abord, m’a frappé par son incohérence absolue. Au-delà de la méconnaissance abyssale de ce dossier, démontrée par des erreurs terribles sur les chiffres – il n’y a pas eu, ces dix dernières années, 400 000 élèves en moins, mais seulement 140 000, il n’y a pas eu de créations de postes mais des suppressions massives – la proposition faite aux enseignants de travailler plus pour gagner plus, outre qu’elle rappelle les riches heures de la campagne éventée de 2007, révèlent une ignorance crasse des besoins du système éducatif : il n’est pas tant question de moins de professeurs travaillant plus que de plus d’enseignants travaillant mieux ! La reculade finale sur la suppression de la règle du non remplacement d’un départ en retraite sur deux a signé l’aveu d’incompétence. Le Président sortant n’y connait rien, il ne sait pas où il va sur cette question essentielle, là où François Hollande a exposé, à Orléans, une vision cohérente.

Continuer la lecture

Pierre Moscovici invité de C politique

Pierre Moscovici était hier l’invité de « C Politique » sur France 5.
Pour retrouver l’émission, cliquez sur l’ « Avant-dernière émission en vidéo intégrale ».

Défendons l’Education Nationale

L’annonce de la suppression d’une option du BTS Audiovisuel du Lycée Viette a considérablement agité le Pays de Montbéliard. Face à la mobilisation de tous les acteurs (le corps enseignant, les étudiants, les syndicats et les élus politiques), le gouvernement a reporté sa décision. Nous ferons en sorte qu’elle soit annulée.

L’éducation est un sujet fondamental. Force est de constater que le budget 2011 n’est pas à la hauteur des besoins. Que dire des 16 000 nouvelles suppressions de poste de la rentrée 2011, à l’heure où des milliers d’élèves n’ont pas d’enseignant face à eux, où la proportion des élèves ayant de graves difficultés en lecture et en mathématiques augmente et où près de 150 000 jeunes sortent chaque année du système scolaire sans qualification ni diplôme ?

Notre département est lourdement touché : au total, on décompte 94 suppressions de postes dans le premier degré et de 177 dans le second degré. Les établissements du Pays de Montbéliard ne sont bien sûr pas épargnés ! C’est intolérable. Vous trouverez ci-après un courrier que j’ai adressé au Ministre Luc Châtel afin qu’il revoie sa copie.

Je note enfin que l’annonce du report après les élections cantonales de l’examen de la carte scolaire de l’académie de Besançon est la traduction à peine voilée de calculs électoralistes inadmissibles pour l’ensemble de la communauté éducative.

Il nous faut rester mobilisés et vigilants pour défendre l’éducation de nos enfants.

[issuu viewmode=presentation layout=http%3A%2F%2Fskin.issuu.com%2Fv%2Flight%2Flayout.xml showflipbtn=true documentid=110203103006-82a22aa6d8f145c3960999269c0f7db7 docname=courrier_luc_chatel-fevrier_2011 username=besoindegauche loadinginfotext=Courrier%20a%20Luc%20Chatel showhtmllink=true tag=reduction width=420 height=594 unit=px]