Le programme de mon déplacement à Washington

Je me rendrai dès demain à Washington dans le cadre des réunions de printemps Fonds monétaire international (FMI) / Banque mondiale et du G20.

Ce jeudi 18 avril, je serai présent à un colloque organisé par le Financial Times et la Fondation Bertelsmann, portant sur le thème « Hotspot Eurozone : Is the crisis over ? ». J’y participerai avec mes homologues suédois Anders Borg et turc Ali Bacacan et avec le président de l’Eurogroupe, M. Jeroen Dijsselbloem. Je me rendrai ensuite au dîner de travail du G20 des ministres des Finances et des gouverneurs des Banques centrales.

Le lendemain, je participerai à la réunion des ministres des Finances du G20 et des gouverneurs des Banques centrales. S’ouvrira ensuite une autre séquence de ce déplacement, avec la réunion du Comité Monétaire et Financier International (CFMI).

Enfin, le samedi 20 avril, aura lieu une réunion plénière du Comité Monétaire et Financier International (CFMI), suivie d’un déjeuner du Comité du Développement. Une conférence de presse sera ensuite organisée.

A l’occasion de ce déplacement à Washington, je rencontrerai lors d’entretiens bilatéraux M. Jim Kim, Président de la Banque mondiale, et Mme Christine Lagarde, Directrice générale du Fonds Monétaire International (FMI). Je m’entretiendrai également avec M. Gene Sperling, conseiller de politique économique du Président Obama, ainsi qu’avec M. Anton Silouanov, ministre des Finances de la Fédération de Russie et président en exercice du G20 Finances.

Je participerai aussi à une réunion organisée par l’Australie avec la France, le Royaume-Uni, l’Allemagne, le Mexique et l’Afrique du Sud, consacrée à l’initiative de l’OCDE sur l’érosion des bases fiscales et les transferts de bénéfices (BEPS).

Lors des réunions des comités de printemps du Fonds Monétaire International et de la Banque mondiale, je ferai un point de situation de l’économie mondiale et je valoriserai les priorités économiques du gouvernement, en particulier le nécessaire équilibre entre consolidation budgétaire et soutien à la croissance, la résorption des déséquilibres mondiaux et le renforcement de la lutte contre l’évasion fiscale et le blanchiment, dans la continuité de l’initiative commune présentée par la France, l’Allemagne, le Royaume-Uni, l’Espagne, l’Italie et la Pologne sur la généralisation de l’échange automatique d’informations dans le domaine fiscal lors du Conseil ECOFIN de Dublin le 12 avril dernier.

Je vous invite à suivre ces différents évènements sur mes comptes Facebook et Twitter, où je publierai des informations et des images de ce déplacement.

Pierre Moscovici invité de Guillaume Durand sur Radio Classique

Pierre Moscovici était ce matin l’invité de Guillaume Durand sur Radio Classique.

Retrouvez son interview dans l’émission « En route vers la présidentielle » datée du mardi 6 septembre.

Moscovici : « Un signe très fort vers une candidature » de DSK

Le député du Doubs, proche de Dominique Strauss-Kahn, estime que le président du FMI va « vers une candidature » en 2012.

Le député strauss-kahnien Pierre Moscovici a estimé, mercredi, que la phrase d’Anne Sinclair, confiée au Point, affirmant qu’elle ne souhaitait pas que son mari Dominique Strauss-Kahn fasse un second mandat au FMI, était « un signe très fort » montrant qu’il allait « vers une candidature » pour 2012. « Je dirais que c’est un signe très fort » et « qu’il va vers la candidature », a déclaré Pierre Moscovici sur RMC et BFM-TV. Il a souligné que le couple DSK-Sinclair était « très uni » et que « personne ne peut penser que cette phrase n’a pas été travaillée, pensée et qu’il n’ait pas été au courant ».

« Je ne crois pas que ce soit une phrase de hasard », a estimé le député du Doubs. « Moi, je m’en réjouis, parce que je crois que ce pays, qui est dans une crise très profonde (…), a besoin que la gauche lui offre des solutions et Dominique Strauss-Kahn est le mieux à même à gauche d’offrir des solutions », a ajouté le dirigeant du PS. « Pour tous les socialistes » aussi, c’est « une bonne nouvelle », a-t-il affirmé en demandant que « ce soit commenté respectueusement » au sein du parti et « qu’il n’y ait pas ce jeu de petites phrases ».

« On a un candidat très fort, ne l’abîmons pas, respectons ce qu’il est, en sachant que la candidature, elle-même, ne peut pas intervenir tout de suite », a demandé Pierre Moscovici. « Tant que l’annonce n’est pas faite, ne faisons pas comme s’il y avait une certitude », a-t-il aussi averti, soulignant que DSK était « toujours directeur général du FMI » et qu' »il est totalement à sa tâche » avec « des échéances très importantes, comme le G8 » qui se tiendra les 26 et 27 mai à Deauville. « La route commence à être jalonnée, dessinée, mais n’ayons pas d’impatience », a demandé le député. Selon lui, « le signe » envoyé par Anne Sinclair est « peut-être destiné justement à calmer les impatiences ou à rassurer ceux qui s’inquiètent ».

Source : lepoint.fr