Conférence de presse à Bercy sur le G20 Finances de Sydney et les prévisions de croissance de la Commission européenne

De retour d’Australie et du Japon, j’ai tenu ce jour à Bercy une conférence de presse sur les conclusions du G20 Finances qui s’est tenu à Sydney les 22 et 23 février, ainsi que sur les prévisions de croissance de la Commission européenne. La première réunion du G20 sous présidence australienne a permis des échanges positifs, qui reflètent les priorités mises en avant par la France. Concernant les prévisions de la Commission européenne, la croissance repart : elle repart dans la zone euro, elle repart en France, et cela nous incite à aller encore plus vite, plus loin et plus fort.

 Voici ci-dessous la vidéo de mon point presse :

Le programme de mon déplacement en Australie pour le G20 et au Japon

Je me rends en Australie puis au Japon du samedi 22 au lundi 24 février.

A Sydney, je représenterai la France pour la première réunion présidée par l’Australie des ministres des Finances et des gouverneurs de banques centrales du G20. La situation économique mondiale, la fiscalité, la régulation des activités financières, ou encore l’investissement seront au cœur de nos échanges.

A Tokyo, je rencontrerai le Premier ministre, M. Shinzo ABE, et mon homologue japonais, M. Taro ASO, pour échanger notamment sur les partenariats entre nos deux pays et sur les coopérations avec l’Union européenne. Je présenterai également à des dirigeants de grandes entreprises et institutions financières japonaises les atouts de notre pays et son attractivité.

Tous les détails de ce déplacement sont à retrouver ci-dessous :

Déplacement de Pierre MOSCOVICI en Australie et au Japon

– 22-24 février 2014 –

Pierre MOSCOVICI, ministre de l’Economie et des Finances, se rendra en Australie, puis au Japon, du samedi 22 au lundi 24 février.

A Sydney, les 22 et 23 février, Pierre MOSCOVICI participera à la première réunion présidée par l’Australie des ministres des Finances et des gouverneurs de banques centrales du Groupe des Vingt (G20)

Les débats porteront notamment sur la situation macroéconomique mondiale, dans un contexte marqué par le ralentissement de la croissance et des tensions financières dans certains pays émergents. Ils seront également l’occasion de préparer les stratégies de croissance nationales prévues dans la perspective du Sommet de Brisbane, qui doivent permettre, de façon coordonnée, de renforcer la demande globale.

Dans le domaine fiscal, la réunion de Sydney sera marquée par la présentation par l’OCDE du standard mondial d’échange automatique d’informations dont la France soutient activement la mise en œuvre. La France souhaite poursuivre les travaux du Forum Mondial sur l’identification des pays non coopératifs et l’agenda de transparence des bénéficiaires effectifs et de création de registres centralisés et publics des bénéficiaires effectifs des trusts.

Les séances consacrées à l’investissement seront l’occasion pour le ministre de l’Economie et des Finances d’encourager le G20 à œuvrer de manière ambitieuse sur ce sujet prioritaire, en promouvant notamment l’adaptation des normes comptables pour les investisseurs de long terme.

Pierre MOSCOVICI appellera également le G20 à poursuivre un agenda ambitieux de régulation de l’ensemble des activités financières, avec la définition d’un socle d’exigence en capital pour l’ensemble des assureurs actifs internationalement et un suivi attentif de la mise en œuvre de la feuille de route sur le shadow banking adoptée par les chefs d’Etat et de gouvernement à Saint-Pétersbourg en septembre dernier.

Dans le domaine du financement de la lutte contre le changement climatique, le ministre plaidera pour que le G20 poursuive les travaux, initiés par la France, avec détermination, en préparation de la COP21 sur le changement climatique qui aura lieu à Paris en 2015 et ainsi qu’il en a été décidé au Sommet de Saint-Pétersbourg, pour faire émerger des mécanismes de financements innovants.

A l’issue de la réunion du G20, Pierre MOSCOVICI se rendra à Tokyo le 24 février.

Continuer la lecture

Mon agenda du 17 au 23 février 2014

Je vous invite à consulter mon agenda prévisionnel de cette semaine. Au programme : France, Belgique pour l’Eurogroupe et l’ECOFIN, et Australie pour le G20.

AGENDA PRÉVISIONNEL

DU LUNDI 17 FÉVRIER AU DIMANCHE 23 FÉVRIER 2014

 _

Lundi 17 février :

08h30 : Conseil stratégique de l’Attractivité : session de travail avec les dirigeants de 30 entreprises internationales – (Palais de l’Elysée).

11h00 : Conseil stratégique de l’Attractivité : conclusions de la session autour du Président de la République – (Palais de l’Elysée).

12h30 : Conseil stratégique de l’Attractivité : déclaration du Président de la République ouverte à la presse – (Palais de l’Elysée).

a.m. : Réunion de l’Eurogroupe – (Bruxelles).

 _

Mardi 18 février :

Matin : Réunion de l’Ecofin – (Bruxelles).

15h00 : Questions d’actualité au Gouvernement (Assemblée nationale).

 _

Mercredi 19 février :

09h00 : Conseil des ministres – (Palais de l’Elysée).

11h45 : Entretien avec M. Wolfgang SCHÄUBLE, Ministre fédéral des Finances allemand – (Palais de l’Elysée).

13h00 : Déjeuner de travail du Conseil des ministres franco-allemand – (Palais de l’Elysée).

15h00 : Questions d’actualité au Gouvernement (Assemblée nationale).

16h30 : Entretien avec M.Thierry MANDON, député de l’Essonne et co-président du Conseil de la simplification et M. Guillaume POITRINAL, chef d’entreprise et co-président du Conseil de la simplification – (Bercy).

 _

Vendredi 21 au dimanche 23 février : Réunion des ministres des finances du G20 à SYDNEY

Conférence de presse hier à Bercy avec mon homologue américain Jack Lew

Dans le cadre de sa visite en France et avant de rencontrer ensemble le Président de la République, j’ai échangé hier avec M. Jack Lew, Secrétaire au Trésor des Etats-Unis sur la situation économique, aux Etats-Unis et en France. Nous avons rappelé à quel point la relation entre nos deux pays est importante, et souligné la convergence de nos orientations. Oui, les Etats-Unis et la France ont une approche partagée sur la nécessité de soutenir la reprise. Avec mon homologue, nous sommes aussi revenus sur les engagements pris par le G20, notamment en termes d’équilibre entre consolidation budgétaire et priorité à la croissance et l’emploi, et dans le domaine de la lutte contre l’évasion et la fraude fiscales.

Retrouvez ci-dessous la vidéo de ce point presse :

 

 

Premier dialogue économique et financier de haut niveau franco-chinois : Déclaration conjointe aujourd’hui à Pékin

Je vous invite à lire ci-dessous la déclaration conjointe du premier dialogue économique franco-chinois, ce mardi 26 novembre 2013 à Pékin, qui s’inscrit dans le cadre de mon déplacement en République populaire de Chine. Une déclaration essentielle pour souligner notre volonté commune de renforcer les partenariats et les échanges entre nos deux pays.

Déclaration conjointe dans le cadre du premier dialogue économique et financier de haut niveau entre la Chine et la France

26 novembre 2013, Pékin

1. Lors de la visite du président français en Chine, en avril 2013, le président Xi Jinping et M. François Hollande ont décidé d’établir un dialogue économique et financier de haut niveau, afin d’accroître la coopération entre la Chine et la France dans les secteurs économique et financier. Le 26 novembre 2013, à Pékin, le premier dialogue économique et financier Chine-France a été co-présidé par le vice-Premier ministre du Conseil des Affaires d’État de Chine Ma Kai et le ministre français de l’économie et des finances Pierre Moscovici. Deux délégations réunissant des hauts responsables de chaque pays ont participé à la rencontre.

2. De part et d’autre, il a été souligné que ce mécanisme de dialogue constitue une plateforme essentielle à la communication bilatérale et à la coordination des politiques sur des questions stratégiques, de portée globale et de long terme dans les domaines économique et financier. De même, les deux parties ont évoqué la haute importance que revêt ce premier dialogue pour les préparatifs des visites mutuelles des deux chefs d’État, prévues l’année prochaine, et pour la commémoration du 50e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre les deux pays. L’accent a également été mis sur l’importance de promouvoir un nouveau type de partenariat économique et financier entre la Chine et la France qui soit global, mutuellement bénéfique et durable. Les deux parties se sont engagées à accroître la coordination des politiques macro-économiques, à multiplier les échanges bilatéraux et les opportunités d’investissement et à intensifier les interactions financières et la coopération dans le domaine réglementaire. L’objectif est de développer des relations économiques et financières solides entre la Chine et la France, de créer un environnement commercial équitable, ouvert et fondé sur des règles, tout en soutenant la reprise et la croissance économiques mondiales. Au cours de ce dialogue, les deux parties sont parvenues à un consensus sur les points suivants :

I. Situation macroéconomique, politiques mises en œuvre et gouvernance mondiale

3. La conjoncture économique mondiale s’est lentement améliorée au cours des derniers mois pour donner lieu à une reprise graduelle dont le rythme diffère suivant les régions. Dans les économies avancées, la reprise se renforce. Les économies émergentes représentent toujours le moteur principal de la croissance mondiale, même si certaines d’entre elles ont connu un certain ralentissement. Dans le même temps, de nombreux pays demeurent confrontés à des niveaux de chômage inacceptables. Une plus grande coordination des politiques économiques des principales économies, assortie d’actions de soutien à la croissance et à la création d’emplois, s’avère indispensable. Les deux parties, qui reconnaissent que les politiques monétaires modérées ont eu des effets positifs sur la reprise de l’économie mondiale, restent néanmoins attentives aux défis que pourraient comporter des changements de ces politiques et appellent à cet égard à une communication claire et à une définition prudente des orientations monétaires. La Chine et la France sont favorables à l’adoption de politiques budgétaires de moyen terme crédibles, suffisamment flexibles pour être adaptées suivant la situation économique et permettant de replacer la dette publique sur une trajectoire soutenable. Les deux parties conviennent qu’il est nécessaire de mettre en œuvre des politiques structurelles bien conçues de manière à améliorer les fondamentaux, à accroître la résilience et à renforcer les systèmes financiers tant dans les économies avancées que parmi les économies émergentes. Les deux parties sont favorables à de nouveaux ajustements des politiques visant un rééquilibrage interne de manière à obtenir un rééquilibrage mondial.

4. Les deux parties conviennent que la mise en œuvre des réformes structurelles nécessaires et des politiques macroéconomiques appropriées contribuera à une croissance économique stable sur le long terme. Le gouvernement chinois enregistre actuellement des avancées constantes tout en assurant la stabilité de l’économie ; il met en œuvre un ensemble de politiques et de mesures novatrices visant à améliorer la qualité et la performance de la croissance économique, et promeut un développement soutenu et sain de son économie. La troisième session plénière du Comité central issu du 18e Congrès du Parti communiste chinois qui vient de s’achever a mis en lumière l’objectif d’un approfondissement général des réformes durant la prochaine étape, permettant à la Chine d’enregistrer de nouvelles avancées en matière de réformes économiques et de développement. Le gouvernement français a engagé un ensemble de réformes structurelles ambitieuses et cohérentes afin de réduire son niveau d’endettement à moyen terme sans hypothéquer la croissance, tout en stimulant la compétitivité et l’emploi et en attachant une attention particulière à l’équité et au dialogue social. L’économie française a fait preuve d’une grande résilience face à la récession européenne. L’objectif prioritaire du gouvernement français demeure le renforcement de la reprise.

5. Les deux parties reconnaissent que l’économie mondiale est aujourd’hui encore confrontée à de grands défis ; les pays doivent approfondir la coordination de leurs politiques économiques et travailler ensemble à promouvoir la croissance et la création d’emplois. Soutenant le G20 dans son rôle de premier forum de coopération économique internationale, elles ont réaffirmé les engagements pris lors du sommet du G20 tenu à Saint-Pétersbourg en septembre dernier pour mettre en œuvre pleinement les nouvelles mesures du Plan d’action de Saint-Pétersbourg de manière à atteindre une croissance forte, durable et équilibrée. La Chine et la France attendent de voir le prochain sommet du G20 qui se tiendra à Brisbane définir des stratégies de croissance globales qui permettront d’atteindre cet objectif. La France espère que la Chine accueillera un futur sommet du G20.

6. Les deux parties soutiennent pleinement les engagements du G20 concernant l’érosion de la base d’imposition et le transfert de bénéfices, ainsi que ceux visant à promouvoir la transparence fiscale et l’échange automatique de renseignements. Elles encouragent toutes les juridictions à participer aux échanges de renseignements conduits de manière automatique ou sur demande. La Chine et la France renforceront leur coopération au sein du Forum mondial sur la transparence et l’échange de renseignements à des fins fiscales, ainsi que leur dialogue bilatéral sur la coordination des politiques fiscales et attacheront une attention particulière à ce que les pays en développement puissent tirer parti des avantages d’un système fiscal international plus transparent et plus juste.

7. Les deux parties saluent la mise en œuvre des engagements du G20 visant à s’assurer que tous les établissements financiers, les marchés financiers et leurs acteurs soient réglementés et soumis à surveillance selon une approche cohérente au niveau international et non discriminatoire. Elles continueront à renforcer leur coopération au sein des forums multilatéraux dans le domaine de la réforme du secteur financier en approfondissant leur dialogue aux niveaux technique et politique. Les deux parties invitent les organisations internationales compétentes à évaluer l’impact des réformes de la réglementation financière sur la croissance mondiale et sur le financement à long terme de l’investissement.

Continuer la lecture

Porter la voix de la France : le bilan de mon déplacement aux Etats-Unis

J’ai participé du jeudi 10 au samedi 12 octobre à Washington aux Assemblées annuelles du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale ainsi qu’aux réunions des ministres des Finances et des gouverneurs des banques centrales du G7, G8 et G20, avec les présidents des institutions financières internationales.

A l’occasion de ce déplacement aux Etats-Unis, je me suis rendu à l’Université d’Harvard à Cambridge pour une conférence au Centre d’études européennes « Minda de Gunzburg » sur l’avenir de la gouvernance économique et financière européenne. Les échanges avec la salle ont été particulièrement enrichissants : j’ai rencontré des interlocuteurs aussi brillants qu’investis pour l’avenir de la construction européenne et pour les défis que nous devons relever pour insuffler une nouvelle dynamique à notre maison commune, l’Europe, afin qu’elle redevienne un modèle d’intégration pour le monde.

En tant que ministre de l’Economie et des Finances, je dois dire que ces trois journées ont été très instructives. Avec mes homologues, au sein de grandes instances internationales de gouvernance économique, nous avons échangé sur la reprise de la croissance mondiale et sur les politiques économiques internationales, sur le soutien à l’emploi, ou encore sur la promotion d’une plus grande coopération fiscale. Dans le cadre du G8, nous avons poursuivi les travaux du Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition afin de continuer à soutenir les processus démocratiques. J’ai également participé à l’exercice d’alerte avancée FMI-CSF, à la plénière du Comité Monétaire et Financier International et au déjeuner du Comité du développement. Pourquoi ces réunions sont-elles importantes ? Parce que c’est dans leur cadre que se décident les grandes orientations vers lesquelles les Etats décident de pousser leurs travaux, de coordonner leurs politiques. C’est un moment, un lieu, où l’on doit donner toute son énergie pour que la direction choisie soit la bonne, celle qui servira le mieux l’intérêt collectif, au-delà des intérêts particuliers.

J’ai également donné une conférence au Council on Foreign Relations sur la situation économique de la Zone euro et de la France dont voici la vidéo :

Interviewé par Bloomberg TV, je me suis exprimé sur l’économie française, l’union bancaire en Europe, ou encore la croissance mondiale :

J’ai aussi rencontré mes homologues lors d’entretiens qui ont permis de renforcer les échanges entre pays amis. Avec Joe Hockey, mon nouvel homologue australien, dont le pays présidera le G20 à partir du 1er décembre, nous avons convenu des priorités à mettre en oeuvre dans cette enceinte qui rassemble les plus grandes économies du monde, représentant plus de 90% du PIB mondial. Avec HYUN Oh-Seok, vice Premier ministre chargé de la Stratégie et des Finances de la République de Corée. Avec Donald Kaberuka, président de la Banque africaine de développement. Avec, Yaïr Lapid, ministre des Finances de l’Etat d’Israël, pour accroître les échanges entre la France et Israël. Avec Jim Kim, Président de la Banque mondiale, entretien suivi de la signature d’un accord pour la création d’un fond fiduciaire pour aider les Etats africains à mieux gérer les bénéfices de leurs activités extractives.

Enfin, nous avons tenu avec Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France, une conférence de presse de clôture de ce déplacement .

Je vous invite à découvrir quelques images de ces rencontres et réunions aux Etats-Unis :

1. Conférence au Centre « Mina de Gunzburg » d’études européennes de l’Université de Harvard avec, à mes côtés, le Dr. Grzegorz Ekiert.

2. Interview par Sara Eisen de Bloomberg TV au siège du FMI à Washington. Continuer la lecture

Conclusion du séminaire sur les nouveaux enjeux de la fiscalité à l’heure du numérique

J’ai organisé aujourd’hui à Bercy, avec Fleur Pellerin, ministre déléguée chargée des Petites et Moyennes Entreprises, de l’Innovation et de l’Economie numérique, un séminaire intitulé « Les nouveaux enjeux de la fiscalité à l’heure du numérique ».

Trois tables rondes se sont tenues, avec notamment la participation de Yves Leterme, secrétaire général adjoint de l’OCDE, Algirdas Semeta, commissaire européen en charge de la fiscalité, Philippe Marini, sénateur de l’Oise, président de la Commission des Finances, et Pierre-Alain Muet, député du Rhône, co-rapporteur de la mission d’information sur l’optimisation fiscale agressive des entreprises multinationales.

La première table tonde, consacrée aux enjeux de fiscalité et à la révolution numérique, a permis de dresser un bilan en matière d’optimisation fiscale agressive, d’érosion des bases fiscales, et de distorsions de taux d’impositions entre entreprises ou entre pays.

La deuxième table ronde posait la question suivante : faut-il un impôt pour le numérique ? Des contributions intéressantes ont été apportées, notamment concernant les incitations à l’innovation, l’attractivité du territoire, les choix sectoriels et les transferts de valeur.

La prise de conscience mondiale et européenne était au coeur de la dernière table ronde de ce séminaire. L’Union européenne, l’OCDE, et le G20 mènent une réflexion d’ampleur sur la fiscalité du numérique, et la France y participe activement.

Enfin, j’ai conclu ce séminaire sur les nouveaux enjeux de la fiscalité à l’heure du numérique en insistant sur la nécessité de poursuivre nos échanges, à tous les niveaux, dans ce domaine. Je l’ai souligné, nous devons aborder la question de la fiscalité du numérique à une échelle qui dépasse les frontières nationales. Aussi, nous ne créerons, en 2014, aucune taxe spécifique aux entreprises numériques et nous mobilisons nos efforts trouver une solution européenne et internationale. La fiscalité numérique doit garantir que tous les acteurs bénéficient d’une égalité de traitement et de conditions de concurrence équitables.

Retrouvez ci-dessous la vidéo des tables rondes et de ma conclusion de ce séminaire (à partir de 3:40:57), séminaire qui contribue pleinement à la réflexion sur la construction d’une véritable Europe du numérique, forte et innovante, et aux nombreux enjeux qui y sont liés.

Get Microsoft Silverlight

Mon agenda de cette semaine – du 2 au 6 septembre

Agenda prévisionnel 

Du Lundi  2 septembre au Vendredi 6 septembre  2013

 

Lundi 2 septembre :           

10h00              :          Entretien avec M. Pierre GATTAZ, Président du MEDEF (Bercy).

12h00              :          Entretien avec M. Matthieu PIGASSE, Directeur général délégué de la Banque Lazard (Bercy).

15h00              :          Entretien téléphonique avec M. Pierre PRINGUET, Président de l’Association française des Entreprises privées (AFEP).

17h00              :          Entretien avec M. Michel BARNIER, Commissaire européen chargé du Marché intérieur et aux Services (Bercy).

 

Mardi 3 septembre :                                                                                                                        

09h00              :          Entretien avec M. Jean-François ROUBAUD, Président de la Confédération générale des Petites et Moyennes Entreprises (CGPME) – (Bercy).

16h00              :          Entretien avec M. Denis RANQUE, Président du Conseil d’administration d’EADS (Bercy).

17h00              :          Entretien avec M. François HOLLANDE, Président de la République (Palais de l’Elysée).

18h15              :           Entretien avec M. Jean-François CARENCO, Préfet de la Région Rhône-Alpes, Préfet du Rhône (Bercy).

20h00              :          Dîner d’Etat du Président de la République en l’honneur de Son Excellence. M. Joachim GAUCK, Président de la République fédérale d’Allemagne (Palais de l’Elysée).

 

Mercredi 4 septembre :

10h00              :          Conseil des Ministres (Palais de l’Elysée).

16h00-19h00  :          Débat parlementaire sur la situation en Syrie (Assemblée nationale).

20h15              :          Réception en l’honneur de Son Excellence M. Joachim GAUCK, Président de la République fédérale d’Allemagne (Résidence de l’Ambassadeur d’Allemagne en France)

 

Jeudi 5 et vendredi 6 septembre : Sommet du G20 (Saint-Petersbourg)